Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prévention & sécurité

  • Dernière réunion 2017 pour l'opération Barbès-Chapelle Respire

    La dernière rencontre avec J. Rigon, chef de district au commissariat du 20e, s'était tenue le 13 novembre (voir notre article du 22 novembre). Puis, nous avions participé à la réunion sécurité en mairie du 18e en présence du préfet le 18 décembre. Le 20, il s'agissait de faire un dernier point avant 2018 avec les associations Action Barbès, Sos La Chapelle, Demain La Chapelle, La Vie Dejean et le collectif du boulevard Barbès.

    Une ZSP Goutte d'or-Château rouge élargie

    Déjà évoqué par le préfet, J. Rigon confirme bien le nouveau périmètre de la ZSP, " le bassin " pour reprendre ses termes. Elle ne s'arrête plus aux portes du 10e mais inclut désormais les abords de l'hôpital Lariboisière avec des dispositifs additionnels. On est dans une approche cohérente du bassin et c'est une première. Les forces mobiles sont désormais déployées également sur les rues Paré et Saint-Vincent de Paul avec pour mission de patrouiller. Pour la Brigade de sécurité territoriale (BST), 14 agents sont en voie de recrutement pour aider les 25 existants.

    Quelles actions récentes ?

    En ce qui concerne le phénomène de prostitution dans le quartier Château-rouge-Marcadet, J. Rigon s'est déplacé de nuit pour observer la situation. Une première opération de contrôles a eu lieu fin décembre, d'autres devraient suivre. Pour le marché Barbès, il n'y a plus de livraisons nocturnes mais la vigilance est maintenue avec une menace de destruction des marchandises si elles devaient réapparaitre avant 4h du matin et ce en accord avec la ville de Paris. La pression sur les vendeurs de cigarettes continue voire s'amplifie avec des actions également fin décembre.

    Pour les Autolib, 25 stations très dégradées sur les 10e, 18e et 19e ont été vidées afin de procéder au nettoyage des véhicules et certaines d'entre elles sont déjà réouvertes. La préfecture a procédé à 163 arrestations dont 40% de déféréments au parquet. Les véhicules étaient squattés à quasi part égale par des mineurs (53%) et des sans domicile fixe. Ces opérations sont menées en accord avec la direction d'Autolib et en collaboration avec son personnel. Des actions communes donc, pas si courantes.

    Indépendamment de l'adresse mail dédiée à la nouvelle brigade contre les sauvettes dans le 18e, deux adresses (une pour le 10e et une pour le 18e) ont été activées pour permettre aux habitants d'envoyer un signalement de problème récurrent. Attention, elles ne servent pas aux actions urgentes où le 17 reste le seul moyen de communiquer. Nous la transmettrons à celles et ceux qui le souhaitent.

  • Salle de consommation: réunion en présence du préfet

    Pour cette 8ème réunion du comité de voisinage de la Scmr, le 19 décembre, le préfet s'était invité à la dernière minute. Un lien avec la réunion de la veille sur la sécurité dans le 18e où la salle de consommation avait été évoquée ? Possible... Une présence politique très probablement. Il était donc intéressant d'entendre son point de vue.

    paris,paris 10e,scmr,gaïa,toxicomanie,agence régionale de santé,mildeca

    Lire la suite

  • Le préfet de police face aux associations et habitants du 18e

    La salle des mariages de la mairie du 18e était comble le 18 décembre dernier suite à l'invitation du préfet de police de Paris Michel Duelpech qui souhaitait faire un point sur la sécurité dans l'arrondissement. Eric Lejoindre était entouré de la commissaire du 18e Valérie Goetz, du chef de district Jacques Rigon, du directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne Jacques Meric, de Serge Quilichini de la direction territoriale de sécurité de proximité de Paris, du directeur adjoint du cabinet du préfet Serge Boulanger et de Yann Drouet, chef de cabinet. Coralie Lever-Matraja quant à elle représentait la DPSP.

    20171218_181634.jpg

     

    Lire la suite

  • Mineurs isolés dans le 18e: où en est-on?

    Intitulée " Les mineurs isolés non accompagnés dans l’espace public et la situation dans le quartier de la Goutte d’Or", la réunion publique organisée salle Saint-Bruno mercredi 6 décembre par la mairie du 18e a fait salle comble. Certaines personnes ont même eu des difficultés à entrer pour des raisons de sécurité compréhensibles.

    Pour répondre aux questions et aux inquiétudes des habitants, c'est Eric Lejoindre qui présidait la réunion accompagné de deux adjointes à la maire de Paris: Dominique Versini chargée des solidarités, de la lutte contre l'exclusion, de l'accueil des réfugiés et de la protection de l'enfance et Colombe Brossel chargée de la prévention et de la sécurité. Présents également, Valérie Goetz commissaire du 18e, Laetitia Félici vice procureure de Paris, Gilles Petit-Gats, directeur général du centre d’action sociale protestant (CASP) et Jean-Paul Raymond directeur de la DASES (direction de l'action sociale de l'enfance et de la santé).

     

    paris,paris 18e,mineurs-isolés-etrangers,dominique versini 

    Lire la suite

  • Journée mondiale de lutte contre le sida

    paris,sida,9e,journée-mondiale-lutte-sida

    A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, la mairie du 9e organise dépistage, exposition, et conférence au 6 rue Drouot le 5 décembre, à partir de 9h. 

    • DÉPISTAGE GRATUIT ET OUVERT À TOUS DE 12H À 17H  -  Salle du Conseil
       
    • EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE VI(H)ES DE 9H À 17H - Salle du Conseil 
       
    • CONFÉRENCE "30 ANS DE LUTTE CONTRE LE SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS AUJOURD’HUI ?" À 19H - Salons Aguado

    Il est nécessaire de s'inscrire pour assister à la conférence, c'est ici. 

  • Rue de la Charbonnière, de nouvelles antennes ?

    Paris,18e,antennes-relais,téléphonie,opérateurs-téléphoniques,réunion-publique

    Mardi prochain 5 décembre se tiendra une réunion publique sur l'installation d'une antenne relais au 4 rue de la Charbonnière. 

    Paris,18e,antennes-relais,téléphonie,opérateurs-téléphoniques,réunion-publique

    Elle se tiendra à la mairie du 18e, salle Pouliot, à 18h30. Présidée par Mario Gonzalez, adjoint chargé des relations entre les locataires et les bailleurs sociaux, et de la médiation, et par Doucha Markovic, adjointe chargée du développement durable, de l'alimentation et de l'environnement. Ils ont invité l'opérateur Free et  l'association Robin des Toits pour répondre à toutes vos questions. En attendant vous pourrez trouver un grand nombre d'informations et de documentation sur leur site. 

  • Exposition, conférence dans le 18e pour parler des violences faites aux femmes

    La mairie du 18e ouvre ses portes à Erwan Balanant pour une exposition intitulée "Sortir de l'invisibilité, les femmes oubliées". Ce photographe, élu député aux dernières législatives, fait partie du groupe de réflexion sur la future loi contre le harcèlement de rue, à l'initiative de Marlène Schiappa, secrétaire d'état chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes. L'exposition est présentée par l'Association pour le Développement de la Santé des femmes (ADSF) et visible dès le 25 novembre.

    paris,paris 18e,violences-faites-aux-femmes,harcèlement de rue,santé

    Par ailleurs, une conférence sera proposée par l'association "Stop au harcèlement de rue" jeudi 30 novembre à 18h30.

    paris,paris 18e,violences-faites-aux-femmes,harcèlement de rue,santé

     

  • Du nouveau pour le dispositif Barbès-Chapelle Respire

    Depuis janvier de cette année, c'est déjà la 10e réunion avec le chef de district Jacques Rigon au commissariat du 20e. Le groupe s'est un peu étoffé. A sa demande siège désormais autour de la table l'association La VieDejean du quartier Château Rouge qui vient donc s'ajouter à Action Barbès, DemainLaChapelle et SosLaChapelle et au collectif du boulevard Barbès. Il faut dire que le commissaire fait du lien avec les habitants un axe essentiel dans le cadre de l'opération Barbès-Chapelle Respire dont il est le chef d'orchestre. C'est pour lui incontournable pour mener à bien ses actions et réajuster le dispositif au plus près des observations. La Préfecture de police (PP) et la ville de Paris (DPSP) sont parties prenantes. L'ensemble du bassin est désormais considéré comme un tout pour être plus efficace et les autorités ont enfin pris conscience que tous les dispositifs anciens déplaçaient les problèmes.

    Les chiffres

    Nous n'avions pas diffusé les chiffres lors de nos derniers articles (voir nos articles du 19 septembre et  du 26 octobre), donc nous ne résistons pas à vous les faire partager.

    • 394 opérations spéciales

    • 56 000 évictions (= chasser les vendeurs à la sauvette)

    • 4 644 procédures de saisie immédiate

    • 52 To de marchandise mises à la benne

    • 2 051 arrestations dont 127 pour cigarettes et démantèlement de structures

    • 503 étrangers en situation irrégulière dont 256 pour détention de stupéfiants

    • 10 888 verbalisations pour des stationnements gênants et 284 véhicules enlevés essentiellement dans le cadre du marché.

    Le dispositif en « bassin » que nous avions déjà évoqué monte en puissance avec des opérations coups de poings comme celle qui a eu lieu le 9 novembre jour de notre assemblée générale (mais n'y voyez aucun lien !). L'ensemble du bassin a été investi avec l'aide de deux compagnies de CRS, soit 18 camions, de Chapelle à Barbès en passant par le sud de la Goutte d'or et le quartier de Château rouge, une opération forte. D'autres viendront, nous a assuré J.Rigon.

    Le marché

    Le Président du marché a été reçu par le commissaire afin que les livraisons nocturnes cessent enfin. Un compromis semble avoir été trouvé puisque les gros camions (qui ne restent pas sur place) pourront livrer à partir de 4h mais pas avant. Il faut en effet tenir compte des risques d'encombrements du boulevard de la Chapelle si les déchargements très importants se font en même temps que ceux des commerçants du marché. Il s'agit d'un test. Ce qui est certain, c'est que le contrat a été respecté la semaine qui a suivi la rencontre. 

    Les nouveautés

    Comme nous l'avait annoncé la commissaire V. Goetz, une nouvelle brigade spéciale en civil contre les ventes à la sauvette et les contrefaçons (BSC) a vu le jour lundi 6 novembre avec 18 policiers présents tous les jours de 10h à 21h  essentiellement sur la zone Barbès-Château-rouge. C'est une stratégie purement répressive avec saisie destruction. On cible les vendeurs réitérants, on intensifie l'action judiciaire. Il s'agit d'impacter un certain seuil pour casser les phénomènes existants.  L'ensemble de Paris a bénéficié de l'arrivée d'une nouvelle promotion : le 18e arrondissement a vu arriver 44 policiers en renfort. Une adresse mail a été créée et communiquée lors du conseil de quartier La Chapelle jeudi dernier pour favoriser les échanges habitants-police en ce qui concerne les sauvettes et la contrefaçon. Elle sera communiquer aux adhérents qui le souhaitent.

    Autre bonne nouvelle, la PP maîtrise désormais le phénomène des sauvettes de la Porte Montmartre et le carré des biffins retrouve sa fonction. Il n'y a plus de « frontière » avec la Seine Saint Denis car les forces de police nationale et municipale de Saint Ouen ont été mutualisées. Forces privées et vigiles des puciers sont également de la revue. Ainsi, la benne de la Porte Montmartre est désormais sur Château Rouge. J. Rigon souhaite qu'elle y soit en permanence. La balle est dans le camp de la ville.

    Mineurs isolés 

    Si certains mineurs ont accepté une prise en charge, ce n'est malheureusement pas le cas de tous. On commence à mieux les cerner, des contacts avec le Maroc ont permis une première expérience de suivi avec la présence d'une association mais pour une durée trop brève. On avance à tout petit pas. Les mineurs étrangers réitérants risquent désormais d'être incarcérés malgré leur âge, car ils peuvent avoir des comportements violents et ne connaissent aucune limite.
    . Une bande a été récemment démantelée à la suite de 16 cambriolages sur des péniches de la rive gauche. J. Rigon regrette qu'ils ne soient plus sensibles à la répression. Nous le craignions hélas.

    La situation des autolib'

    La station de la rue Saint Vincent de Paul a été neutralisée il y a peu. Mais vous l'avez sans doute constaté, elle n'est pas la seule à être dégradée. Il y a celles de la rue Guy Patin, de la rue de Sofia (voir photo ci-dessous) pour n'en citer que deux. Le phénomène s'étend également au 19e. Des articles sont parus dans la presse à ce sujet ces dernières semaines. La société Autolib en concertation avec la PP a donc décidé de fermer plusieurs stations, ce qui permettra d'exercer une vigilance accrue sur les autres stations autour du périmètre choisi.

    paris,paris 18e,paris 10e,préfecture de police,vente à la sauvette,contrefaçon,marché barbès

    On peut évidemment regretter que les habitants de ces quartiers ne disposent plus d'autolibs à proximité de chez eux. Il ne faudrait pas que les quartiers populaires soient privés d'un service offert à l'ensemble des parisiens, une double peine en quelque sorte. Le vrai problème de fond reste toutefois toutes ces personnes à la rue, sans abri, ne l’oublions pas, et cette fois la balle est dans le camp de l’Etat, ou de la Ville, pas de la préfecture…  Le commissaire suggère qu'on rende le quartier prioritaire en matière de mise à l'abri et d'hébergement dans le cadre du plan hivernal. Une bonne idée en effet.

    J. Rigon nous l'affirme «Nous nous mettons pour les jours à venir en vigilance renforcée avec les «ambassadeurs» d'Autolib pour garantir la meilleure réactivité possible face à ces dégradations et squats, avec cette même stratégie de judiciarisation. Notre but commun est d'essayer de rétablir au plus vite le fonctionnement de ce service offert aux Parisiens." Depuis notre rencontre, une opération a déjà eu lieu donnant suite à des neutralisations temporaires de quelques stations.

    Une prochaine rencontre aura lieu mi-décembre, à laquelle J. Rigon souhaite associer  le commissaire du 10e ou la commissaire du 18e. Nous devrions alors en savoir un peu plus sur la mise en place de la police de sécurité quotidienne : ferons-nous ou pas partie des zones expérimentales ?

  • Le 10e se mobilise pour la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes

    Journée Internationale

    pour l'élimination de la violence

    à l'égard des femmes

     

    Capture d’écran 2017-11-19 à 20.34.03.jpg
    P
    our les numéros d'urgence, cliquer sur l'affiche.

    Lire la suite

  • Retour sur l'AG d'Action Barbès

    La plupart des adhérents venus pour l'assemblée générale d'Action Barbès du 9 décembre ne connaissaient pas la librairie des Libraires associés et l'ont découvert avec curiosité et plaisir. Nul doute que certains y reviendront dans d'autres circonstances.

    paris,paris 10e,paris 9e,paris 18e,libraires-associés

    Le sujet de la salle de consommation a pris un long moment avec des questions de la salle, mais aussi des remarques sur l'état du quartier qui ne s'améliore pas depuis son ouverture. C’est la partie du "contrat" avec la mairie du 10e qui n’est pas vraiment remplie.

    La promenade urbaine a également fait l'objet d’échanges fournis après le rappel des différentes réunions publiques ou en comité restreint, dans le quartier ou à l'hôtel de ville. Nous avons vivement incité nos adhérents  à participer à la prochaine réunion publique dont nous attendons la date. Il s'agira de voir comment et quand les travaux de voirie commenceront et si l'expérimentation à une seule voie de circulation entre Chapelle et Stalingrad est programmée comme il a été annoncé. Par ailleurs, il faudra nécessairement revenir sur la situation future du marché. A savoir, création d'un espace convivial au centre du marché, réduction du linéaire pour permettre une plus grande sécurité et un cheminement confortable des personnes à mobilité réduite et, bien sûr, le retour à un marché alimentaire. En outre, nous savons que les marchés parisiens font l'objet d'un nouveau cahier des charges tous les 4 ans et que le prochain doit être rédigé l'an prochain. Nous devrons donc être vigilants.

    Dernier grand dossier qui a aussi suscité des réactions, l'opération Barbès-Chapelle Respire. Nous avançons grâce à une volonté affirmée du côté de la préfecture de police et du chef de district J.Rigon de donner des moyens et d'obtenir des résultats. A suivre...

    paris,paris 10e,paris 9e,paris 18e,libraires-associés

    Le conseil d'administration élira prochainement son nouveau bureau. Au travail!