Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action Barbès

  • Histoire de Lariboisière : 4. Une comtesse remplace la République

    L'hôpital Lariboisière est actuellement en train de connaître de grands changements avec le lancement du "Nouveau Lariboisière" qui bouleversera à terme la physionomie de cet établissement hospitalier parisien situé au Nord du dixième arrondissement à quelques mètres du carrefour Barbès ainsi que du quartier qui l'entoure. À cette occasion, nous consacrons une série estivale d'articles consacrés à l'histoire de l'hôpital Lariboisière en s'intéressant particulièrement aux bâtiments et à leur environnement urbain.

    1. Le Clos Saint-Lazare
    2. Le Versailles de la misère
    3. 1848 : La République chasse Louis-Philippe
    4. Une comtesse remplace la République
    5. Évolutions, extensions, rénovations...

     

    ________________

     

    Lire la suite

  • Histoire de Lariboisière : 3. 1848 : La République chasse Louis-Philippe

    L'hôpital Lariboisière est actuellement en train de connaître de grands changements avec le lancement du "Nouveau Lariboisière" qui bouleversera à terme la physionomie de cet établissement hospitalier parisien situé au Nord du dixième arrondissement à quelques mètres du carrefour Barbès ainsi que du quartier qui l'entoure. À cette occasion, nous consacrons une série estivale d'articles consacrés à l'histoire de l'hôpital Lariboisière en s'intéressant particulièrement aux bâtiments et à leur environnement urbain.

    1. Le Clos Saint-Lazare
    2. Le Versailles de la misère
    3. 1848 : La République chasse Louis-Philippe
    4. Une comtesse remplace la République
    5. Évolutions, extensions, rénovations...

      ________________

       

    Lire la suite

  • Histoire de Lariboisière : 2. Le Versailles de la misère

    L'hôpital Lariboisière est actuellement en train de connaître de grands changements avec le lancement du "Nouveau Lariboisière" qui bouleversera à terme la physionomie de cet établissement hospitalier parisien situé au Nord du dixième arrondissement à quelques mètres du carrefour Barbès ainsi que du quartier qui l'entoure. À cette occasion, nous consacrons une série estivale d'articles consacrés à l'histoire de l'hôpital Lariboisière en s'intéressant particulièrement aux bâtiments et à leur environnement urbain.

    1. Le clos Saint-Lazare
    2. Le Versailles de la misère
    3. 1848 : La République chasse Louis-Philippe
    4. Une comtesse remplace la République
    5. Évolutions, extensions, rénovations...

    ________________

     

    Lire la suite

  • Histoire de Lariboisière : 1. Le clos Saint-Lazare

    L'hôpital Lariboisière est actuellement en train de connaître de grands changements avec le lancement du "Nouveau Lariboisière" qui va bouleverser à terme la physionomie de cet établissement hospitalier parisien situé au Nord du dixième arrondissement à quelques mètres du carrefour Barbès, ainsi que du quartier qui l'entoure. À cette occasion, nous consacrons une série estivale d'articles consacrés à l'histoire de l'hôpital Lariboisière en s'intéressant particulièrement aux bâtiments et à leur environnement urbain.

    1. Le clos Saint-Lazare
    2. Le Versailles de la misère
    3. 1848 : La République chasse Louis-Philippe
    4. Une comtesse remplace la République
    5. Évolutions, extensions, rénovations...

    ______________

     

    Lire la suite

  • En l'absence des articles quotidiens sur le blog....

    Pourquoi ne pas profiter de l'opération d'une cinquantaine de bibliothèques parisiennes qui viennent à vous....  ? 

    Comme le clame la communication de paris.fr : Les bibliothèques envahissent la ville

    Tout l’été, les bibliothèques de la Ville de Pa­ris sortent dans les squares et jardins publics. Au moins une fois par semaine, les bibliothécaires mettent à la disposition des jeunes lecteurs, confortablement installés sur des tapis de sol, des albums d’images, contes et autres histoires à lire, à feuilleter ou à écouter. 50 bibliothèques participent à l'opération dans les squares et jardins. 

    jardins du Ruisseau 18e

    Les Jardins du Ruisseau (blog.velib-metropole.fr)

    Nous avons repéré pour vous une permanence de la bibliothèque Robert Sabatier aux Jardins du Ruisseau, mais attention l'opération prend fin le 21 juillet... il faudra se presser ! Elle se poursuivra toutefois par d'autres activités comme des moments de conte pour les tout petits au square de Clignancourt (le 4 août) ou encore des concours de dessin des héros et héroïnes de manga jusqu'à la fin de l'été avec retour dans l'espace jeunesse de la bibliothèque.

    D'autres jardins et squares vous attendent avec leurs lots de livres et quelques moments de calme ou de grande excitation ! Le mardi de 16h30 à 18h30 au square Léon... Au square Rachmaninov, des animations de la bibliothèque Maurice Genevoix, de 16h30 à 17h30 du mardi au vendredi.... Du 11 juillet au 30 août, la bibliothèque Robert Sabatier prend l'air tous les mercredis après-midi au square Clignancourt et tous les jeudis matins au square Léon Serpolet. A vous de chercher et de trouver le bon plan ! 

    Ces prestations font partie du programme "bibliothèques hors les murs". 

  • Trêve estivale

    Le temps des vacances pour l'équipe d'Action Barbès est arrivé. Mais, on vous réserve quelques belles surprises, avec, comme l'an passé, des articles historiques. Notre excellent historien, membre du bureau, évoquera cette année l'histoire de l'hôpital Lariboisière. Alors n'hésitez pas à jeter un œil sur le blog pendant l'été !

     

    Capture d’écran 2018-07-11 à 16.13.46.png

  • Nouvelle réunion "Tous mobilisés" Goutte d'or-Polonceau

    Après la réunion du 14 juin en présence de la maire de Paris (voir notre article du 25 juin), associations et habitants étaient conviés pour échanger et faire un choix parmi  les 42 propositions retenues après étude des services. Une trentaine de personnes était présente salle Saint Bruno et de nombreuses interventions ont montré un  mécontentement certain quant à l'évolution et même à la pertinence du dispositif "Tous mobilisés".

     

    Paris, paris 18e, goutte d'or, tous mobilisés

    Nous avons notamment demandé à savoir pourquoi certaines propositions n'étaient pas retenues. Pas de réponse lors de la réunion mais une promesse d'informations pour la prochaine réunion prévue début octobre. Plusieurs associations ont dénoncé l'installation du totem sur la place Polonceau, décision de l'équipe de développement local, sans véritable concertation.

    paris,paris 18e,goutte d'or,tous mobilisés

    Comme on peut le voir, l'aménagement n'est pas du plus bel effet et n'est pas utilisé par les riverains.

    Les présents ont été invités à choisir leurs préférences sur 5 thèmes : attractivité économique et commerciale, valorisation du quartier et communication, insertion socio-professionnelle des jeunes, animation des espaces publics et collectifs et meilleure qualité des espaces publics. Les résultats seront prochainement publiés sur le site https://idee.paris.fr/gosud-polonceau.

    Les choses avancent bien lentement et la lassitude se fait sentir. La ville a -t-elle pris conscience de l'attente forte des habitants, rien n'est moins sûr.

  • Visite au 64 boulevard de la Chapelle

    Nous avions évoqué l'ouverture du Centre de soins pour usagers de drogues au 64 boulevard de la Chapelle dans notre article du 29 juin. Nous avons rencontré l'équipe au début du mois de juillet lors d'une journée Portes ouvertes qui a mis à l'accent sur les deux aspects de leur tâche, le médical mais aussi le social.

    paris 18e, Paris, toxicomanie, ego, association aurore,

    Ce Centre de soins, d'accompagnement et de prévention  en addictologie pour adultes (CSAPA) a ouvert ses portes le 28 mai dans un bâtiment qui a mis des années à sortir de terre, puisqu'il aurait dû être opérationnel en 2009 ! Nous avions appris que la société en charge des travaux avait déposé le bilan. Nous n'en savons pas plus, mais les responsables du Centre ont déjà relevé plusieurs défauts de conception et de réalisation. Par ailleurs, on aurait pu réfléchir afin d'éviter de poser de grandes fenêtres plein sud car il n'y a pas de système de climatisation (sans doute considéré comme trop onéreux). Or, pour certains patients qui ne sont pas forcément dans une forme olympienne, les fortes chaleurs peuvent poser problème.

    paris 18e,paris,toxicomanie,ego,association aurore

    Vue depuis le 1er étage

    L'équipe du 64

    Une équipe se relaie du lundi au vendredi de 9h30 à 17h, sauf le mardi matin. Il y a tout d'abord 3 accueillants (éducateurs) qui sont là pour l'orientation et l'insertion des usagers qu'ils accompagnent aussi dans leurs démarches administratives avec les assistantes sociales.

    Côté médical, 3 médecins dont un psychiatre sont présents à tour de rôle aidés par 4 infirmiers (un 5e sera bientôt là). Un hépatologue vient une fois par mois. Viennent s'ajouter à l'équipe, deux psychologues, une cheffe de service et un responsable. Bien évidemment, des liens et des actions se font avec l'équipe de Gaïa.

    Actuellement, ce sont pas moins de 180 personnes différentes qui sont suivies, avec un passage de 30 à 60 adultes par jour ; parmi eux, on compte 55% de personnes sans- domicile fixe.

    L'hébergement

    Le bâtiment permet aussi d'héberger des personnes en insertion, et pas nécessairement des toxicomanes. L'entrée est indépendante et se fait par la rue de Chartres. L'ensemble (soins et hébergement) est géré par l'association Aurore. Il y a 10 appartements et, chose importante, un gardien est logé tout en haut. Tout près de là,  des panneaux solaires alimentent l'immeuble en eau chaude. Il y a bien sûr une équipe éducative pour accompagner les résidents qui, en moyenne, sont là pendant deux à quatre ans.

    A savoir : le centre situé rue Saint-Luc reste un Caarud.

  • Le parvis de St Bernard abandonné aux voitures

    Tous les dimanches depuis plus d'un an, le parvis de l'église Saint-Bernard est abandonné aux voitures. Pour être plus précis, ce petit tronçon de la rue Affre qui sépare l'église Saint-Bernard et le square Saint-Bernard Saïd Bouziri est totalement fermé à la circulation; l'accès est fermé par des potelets mais l'espace reste accessible par le portail de l'église.

    IMG_5872 19mars17.jpg

    19 mars 2017

     

    L'interdiction aux véhicules est clairement indiquée, et malgré cela, tous les dimanches, le parvis est transformé en parking sauvage. Ces véhicules sont ceux des membres d'une association cultuelle qui loue la salle associative Saint-Bruno et l'église Saint-Bernard. Cette association privatise donc un jour par semaine un des seuls espaces publics libres de la Goutte d'Or, un des rares espaces qui permet aux enfants et aux adolescents du quartier de jouer au ballon.

     

    image14.jpeg 

    image12.jpeg

    9 juillet 2018

     

    Notre association et ses membres ont alerté à de très nombreuses reprises les élus et les services de la ville concernés afin de faire cesser ces comportements. Mais las, rien ne change, les dimanches passent, les mois passent et dimanche dernier encore, le parvis s'est transformé en parking privé en toute impunité.

     

    IMG_7676 9juillet17.jpg

    19 juillet 2017

     

    image10.jpeg image11.jpeg

    samedi 7 juillet et dimanche 8 juillet 2018 

     

    Depuis plusieurs mois, les pouvoirs publics parisiens n'ont de cesse de répéter qu'une grande attention est portée aux quartiers populaires et à la Goutte d'Or en particulier, déployant des opérations "Tous mobilisés" avec tambours et trompettes. Ce simple exemple montre qu'il en va tout autrement sur le terrain et plutôt que des opérations d'exception, les habitants des quartiers populaires préfèreraient une écoute au quotidien et qu'on fasse respecter le droit commun ici comme partout ailleurs à Paris.

  • Le 18e, il y a plus de 30 ans, vu par Pierre Desproges...

    A écouter sans modération!