Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture

  • Culture confinée : "Avant l'après", les Trois Baudets lancent leur calendrier de l'Avant !

    Le Théâtre des Trois Baudets vous offre un calendrier de l'Avant musical, avec une surprise en musique chaque jour. Jeune talent en devenir ou artiste confirmé, avec "Avant l'après", tous les jours (du 1er au 24 décembre 2020, du lundi au vendredi à 19 h 30) une nouvelle fenêtre s’ouvrira vers une surprise musicale.  

    En attendant de pouvoir de  nouveau accueillir du public Les Trois Baudets continuent d’explorer la voie du livestream déjà empruntée  avec l’événement "3, 2, 1… Live" au mois de novembre. Une partie de la programmation qui devait se  dérouler en public en novembre et décembre se déroulera donc en ligne et s’y ajouteront quelques  surprises.  

    Baptiste W. Hamon, Brisa Roché, Ignacio Maria Gomez, Fils Cara, Mauvais Œil, Bernard  Werber, HK, Laura Cahen, Iconopop (avec Mathias Malzieu), Clara Ysé, Sueür, Petit Prince,  Pascal Parisot Solo, Merlot, Elise Reslinger, Virginie Capizzi… feront partie des artistes de la  programmation de décembre. À quelle date joueront-ils ? Il va falloir se connecter chaque jour pour  découvrir quel artiste se cache derrière la fenêtre du calendrier musical. 

    Pour retrouver le calendrier Avant l'après, cliquer ici (rendez-vous, du 1er au 24 décembre, du lundi au vendredi à 19 h 30 !).

    Pour assister aux livestream, cliquer ici 

    127715559_4536456159757861_7840948541647982561_o.jpg

  • Culture confinée : Avec l'INA, redécouvrez le Paris d'hier

    Aujourd'hui, l'idée pour se cultiver confiné se trouve sur la page YouTube de l'INA. En effet, l'Institut national de l'audiovisuel (INA) propose de revoir des reportages sur des sujets parisiens datant des années, 1950 aux années 1980. Une multitude de reportages sont disponibles sur des sujets très divers, pour une durée allant de quelques minutes à plusieurs dizaines : c'est la section "INA Paris Vintage".

    ina,paris,histoire,documentaires

    Ainsi on pourra retrouver plusieurs vidéos concernant la Butte Montmartre par exemple, comme celle-ci de 1966 sur les enfants de la Butte.

    On peut aussi y découvrir des images beaucoup plus rares, comme ce reportage sur les enfants de la Goutte d'Or, diffusé originellement en 1967, où l'on y découvre une jeune institutrice très attachante.

    On pourrait facilement tomber dans la nostalgie nous direz-vous ? N'y aurait-il pas la tentation de fantasmer l'idée que Paris c'était forcément mieux avant ? Pas si sûr, car certains reportages nous montrent des images qu'on est heureux de savoir être du passé, comme celles du reportage sur les travailleuses de nuit à Paris (1967).

    Alors n'hésitez pas à aller vous perdre dans le choix qu'offre l'INA. Nostalgique ou pas, c'est toujours bon de prendre un peu de recul et de mettre en perspective nos propres vécus parisiens.

  • Culture confinée : Le Théâtre de la Ville et les Trois Baudets vous offrent des concerts en ligne

    Durant le confinement les acteurs culturels restent mobilisé malgré la grave crise qui les touchent. Ainsi le Théâtre de la Ville propose des spectacles en ligne, et notamment avec les Trois Baudets. Vous pouvez assister gratuitement à des concerts des Trois Baudets sur la chaine YouTube du Théâtre de la Ville.

    trois-baudets,concerts,18e

    Ce soir à l'affiche ce sont Kim & Cléa, un duo de pop polyglotte et minimaliste avec Cléa Vincent au piano et au chant et Kim Giani à la guitare et au chant. En 2009 les deux amis démarrent l’écriture à quatre mains de chansons pour des interprètes. Luce, Carmen Maria Vega ou Guillaume Léglise chantent ces chansons tandis que le reste du répertoire se distribue dans les albums solo de Cléa Vincent ou Kim. Parallèlement les deux amis accompagnent des musiciens, montent ensemble les groupes "Les Chansons de Ma Tante" ou "À La Mode" en même temps qu’ils démarrent leurs concerts en duo sous le nom de Kim & Cléa. Le premier disque de ce duo est prévu pour 2021.

    (Lundi 23 novembre, de 21 h à 22 h)

    trois-baudets,concerts,18e

    Lundi prochain vous retrouverez Gystere et son vaisseau DIY à l’artisanat 70s et 80s, vecteur de messages anti-racistes et anti-sexistes dissimulés sous de véritables tubes à l’efficacité redoutable.

    À l’écoute de son premier album solo, l’ambition de Gystere aka Adrien Peskine ne fait pas grand mystère. En pliant l’espace-temps, il rassemble en un même point les influences qui l’ont façonné. Avant d’en arriver là, Adrien Peskine a connu plusieurs vies musicales. Celle de l’ado qui jouait les faux rebelles dans les bahuts de Las Vegas où il a passé une partie de sa jeunesse, puis celui qui traînait à 18 ans à New York et mimait difficilement la dextérité des musiciens qu’il observait là-bas ; avant de retrouver les concerts dans le métro parisien, expérience résolument formatrice. Il développe par la suite un véritable profil d’artiste complet : songwriter, DJ, plasticien, réalisateur de clips ou pianiste pour Cerrone, le Jamel Comedy Club, le Grand Journal...

    (Lundi 30 novembre, de 21 h à 22 H 20)

  • Culture confinée : Ici Demain, le FGO fait son festival en ligne

    Le FGO Centre Barbara continue de promouvoir la musique malgré le confinement, organise la première édition de Ici Demain Festival, en ligne, les 20, 21 et 22 novembre 2020.

    Vous pouvez retrouver de nombreux jeunes artistes et passer vos soirées confinées en musique grâce au FGO, avec des diffusions de concerts en ligne sur Youtube, Facebook ou Twitch, vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 novembre à partir de 18 h (voir le programme plus bas). À l'affiche, pour ne pas dire à l'écran, un menu éclectique composé de nombreux jeunes talents : Annael, Belvoir, Bingo Club, Film Noir, Kaky, La Belle Vie, Lean Chihiro, Lova Lova, Luni, OTTIS COEUR, Poppy Moukoukenoff, The Doug, UssaR, Yolande Bashing, Zinée... autant de talents à découvrir dans votre salon !

     

    125467451_3937227116304991_3186111266793025545_o.jpg

    fgo-barbara,18e,ici-demain-festival,concerts

  • Culture confinée : Coup de projecteurs sur le Théâtre des Béliers Parisiens

    On ne va pas vous faire le coup de la critique théâtrale dans nos colonnes, vu que des joies du théâtre nous n’en jouissons pas plus que vous. Sachez bien que nous le déplorons aussi. Quoi faire donc ? Surfer en ligne et découvrir quelques interviews intéressantes qui nous font patienter et espérer que bientôt les salles obscures, des théâtres et des cinémas, nous ouvrirons leurs portes. 
     
    Le site des Théâtres Parisiens Associés est une mine. Nous vous l’avons récemment recommandé car on y peut voir des captations de pièces déjà présentées avant les fermetures et confinements. 
     
    Coup de projecteurs sur le Théâtre des Béliers Parisiens
    14bis rue Saint Isaure, 18e
     
    Le théâtre des Béliers Parisiens est un lieu où les créations contemporaines et les comédies intelligentes se taillent la part du lion. Il n’est qu’à se souvenir du succès de la pièce d’Alexis Michalik, Le Porteur d’Histoire. (Meilleur auteur et meilleure mise en scène aux Molières 2014)
    Le lieu d’abord, nous sommes au pied de la Butte Montmartre, dans l’ancien théâtre du Sudden, où se tenaient les cours de théâtre, professionnels mais aussi amateurs avec la même exigence, de Raymond Acquaviva (pour plus de détails https://www.coursacquaviva.fr/. ) avant qu’ils ne déménagent, pour plus d’espace, tout en demeurant en partenariat étroit avec les Béliers Parisiens, notamment pour proposer une scène et des emplois aux comédiens en herbe ou confirmés. 
    La nouvelle équipe est l’émanation du Théâtre des Béliers d’Avignon (une larme en passant pour le festival d’Avignon qui nous a tant manqué en juillet…), créé par Beeh Production. À Paris comme à Avignon dès 2006, ce sont quatre directeurs qui sont aux manettes. Arthur Jugnot, Frédéric Thibault, David Roussel et Florent Bruneau. Ils présentent ainsi leur amitié : "Nous avons travaillé tous ensemble à l’ouverture du Théâtre des Béliers d’Avignon. C’est de nos mains que nous avons construit la petite salle, car le théâtre n’avait au départ qu’une seule salle. Cette aventure a vraiment soudé notre amitié et nous sommes maintenant associés." À Paris, rien n’a changé explique Florent Bruneau : "Nous travaillons tous les quatre ensemble de manière collégiale en prenant les décisions à l’unanimité (enfin, nous essayons que ce soit au maximum le cas !) Le fait d’être plusieurs nous permet d’amener de la diversité dans nos idées."
    Des agendas bien remplis pour ces quatre boulimiques de spectacles qui gèrent aussi bien la production, que la communication, les projets, et même les mises en scène. 
    Ils ne sont malgré tout pas seuls à faire tourner le théâtre. Même petit, c’est une grosse machine. Une équipe d’environ dix personnes travaille au Théâtre des Béliers Parisiens. Un directeur technique, deux régisseurs, deux habilleuses, à la billetterie avec les ouvreurs et ouvreuses il faut ajouter cinq personnes, et une administratrice.

    theatre-des-beliers,18e,culture

     
    Il faudrait logiquement aussi parler de la programmation à venir.... La date ne nous est pas encore connue, comme vous pouvez l'imaginer. Le site du théâtre annonce la pièce de Mélody Mourey, La Course des Géants. C’est un théâtre que nous aimons bien, nous vous en dirons plus à la réouverture. 
    Pour vous donner envie, voici une courte présentation de la dernière création de Mélody Mourey, déjà sur le « pré » des Béliers, mais cette fois avec les Crapauds Fous. (septembre 2018)
     
     
  • Sécurité : les personnels de la bibliothèque de la Goutte d'Or font valoir leur droit de retrait

    La situation sécuritaire dans le secteur Barbès-Sud Goutte d'Or s'est très fortement dégradé depuis quelques mois, nous en faisions état dans notre article du 2 septembre dernier, et comme beaucoup d'habitants et d'associations du quartier, nous tentons d'alerter les pouvoirs publics, préfecture et mairie, sur cette situation alarmante. Malgré quelques opérations policières, aucun changement ne se fait sentir dans le secteur. Pire encore, les choses semblent s'enliser et les habitants désespèrent de pouvoir un jour aspirer à vivre dans un climat apaisé et à se déplacer dans des rues sûres.

    À présent ce sont les personnels de la bibliothèque de la Goutte d'Or, au coeur de ce secteur, qui tirent la sonnette d'alarme en adressant à la Maire de Paris une lettre (voir plus bas) où ils expriment leur très grande inquiétude et leur peur d'aller travailler, après que cette fois le bâtiment même de la bibliothèque a subi de fortes dégradations. Les personnels ont fait valoir leur droit de retrait et ne rouvrent donc pas les portes de la bibliothèque, un établissement culturel très apprécié dans le quartier. Nous comprenons tout à fait cette décision et exprimons toute notre solidarité avec les personnels de la bibliothèque de la Goutte d'Or dans ce moment très difficile.

    Nous demandons avec eux qu'il leur soit assuré de toute urgence des conditions de travail et d'accueil du public sécurisées et sereines. Pour cela, il devient urgent que la Préfecture de Police et l'Hôtel de ville cessent de se renvoyer la balle sur les responsabilités en matière de sécurité, et travaillent activement ensemble, avec les moyens nécessaires, pour assurer la sécurité dans un quartier trop longtemps délaissé par les autorités, cela depuis des années pour ne pas dire depuis des décennies. Et il ne s'agit pas de faire quelques opérations spectaculaires - on en a trop vues sans résultats tangibles -, mais enfin d'assurer au quotidien un droit à la sécurité pour les habitants et travailleurs du quartier comme sur tout le territoire national. 

    bibliothèque-de-la-goutte-d-or,18,securité

    "À l’attention de :
    Mme Anne Hidalgo, Maire de Paris
    Mme Carine Rolland, Adjointe à la Maire de Paris en charge de la Culture
    M. Eric Lejoindre, Maire du 18ème
    Mme Sophie Fady-Cayrel, Directrice adjointe aux Affaires Culturelles
    Mme Véronique Astien, Sous-directrice de l’Éducation Artistique et des Pratiques Culturelles
    M. Emmanuel Aziza, Chef du Bureau des Bibliothèques et de la Lecture

    Mesdames, Monsieur,

    Nous travaillons à la bibliothèque Goutte d’Or qui a ouvert en décembre 1999 dans le quartier du même nom. C’est une bibliothèque familiale, située dans un quartier populaire, où nous avions plaisir à venir travailler jusqu’ici et à retrouver nos fidèles usagers. Nous observons depuis quelques années une montée de la délinquance et de la violence liée aux nombreux trafics qui se sont installés au fil du temps. Depuis le mois de juin et le déconfinement, la situation s’est profondément dégradée puisque la bibliothèque se situe au centre d’un point de deal de drogues en tout genre. Une moyenne de quarante dealers opère devant nos portes, faisant usage des produits, installés voire même allongés sur les marches.

    Il n’y a plus de vie de quartier à cet endroit (certaines boutiques ont même dû fermer), devenu le territoire exclusif des dealers.

    Quotidiennement, nous sommes témoins d’actes de violence : bagarres, coups de couteau, vols à l’arraché, balle perdue fichée dans le montant de la vitrine, pétard ayant atterri dans la bibliothèque, dégradations de l’espace public (détritus disséminés tout autour du site) et bruits incessants. En juillet 2020, un homme est mort de ses blessures à l’entrée de la bibliothèque. Aujourd’hui, mardi 17 novembre 2020, nous découvrons à notre arrivée sur notre lieu de travail que les vitres de la façade de notre bâtiment ont été fracassées pendant le weekend.

    À cette violence quotidienne s’ajoute le contexte sanitaire. À chacune des entrées et sorties de la bibliothèque, il faut se frayer un chemin parmi les dealers et les drogués qui ne portent pas leur masque, mettant notre santé et celle de nos usagers en péril.

    Nombreux sont les usagers qui nous font part de leur peur, des vols et agressions qu’ils ont subis et de leur décision de ne plus fréquenter notre établissement. Nous soulignons que cet espace public entièrement masculin est particulièrement oppressant pour les personnes (usagères ou employées) de sexe féminin.

    Parce que nous nous sentons en perpétuelle insécurité physique et psychologique, parce nous ne pouvons accueillir nos usagers dans ces conditions, parce que les voies hiérarchiques que nous avons scrupuleusement respectées jusqu’ici ont été inopérantes, les membres présents de l’équipe prennent aujourd’hui la décision de ne pas ouvrir l’établissement jusqu’à ce que des solutions pérennes et réelles soient mises en œuvre.

    L’équipe de la Bibliothèque Goutte d’Or"

  • Culture confinée : Avec HENRI, profitez des films de la Cinémathèque

    Suite aux nouvelles restrictions sanitaires annoncées le 28 octobre 2020, La Cinémathèque française est temporairement fermée. Pour faire face au confinement, la Cinémathèque avait lancé HENRI au printemps dernier, une plateforme proposant gratuitement, en haute définition, des films rares issus de ses collections ou de celles de ses partenaires. La plateforme est donc relancée pour ce nouveau confinement. De quoi occuper vos soirées à la maison.

    Vous pouvez découvrir une centaine de films sur la plateforme VOD gratuite, qui reprend la programmation de la Cinémathèque sur un rythme hebdomadaire. Vous pouvez par aussi regarder des dizaines de vidéos (leçons de cinéma avec de grand.es cinéastes, acteurs, actrices et technicien.nes ; essais ; conférences...). Une véritable mine d'or pour les amoureux du cinéma !

    unnamed.png

  • Propreté : "Préserver nos ressources "(conférence en ligne)

    Le CAUE (Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement) de Paris vous propose une conférence en ligne ce jeudi 12 novembre 2020 à 18 h 30 : "Préserver nos ressources".

    Le cycle anniversaire des Petites Leçons de Ville se poursuit donc malgré le confinement. Pour la conférence "Préserver nos ressources", deuxième soirée de son cycle "10 ans pour tout changer, 10 soirées pour en parler", le CAUE de Paris vous invite à découvrir l'invention des déchets urbains, interroger le recyclage comme alibi du jetable et suivre la mise en œuvre d'un compost de quartier.

    Les déchets sont une invention récente : jusqu'au XIXème siècle, tout était réemployé ou réutilisé comme matière première. Aujourd'hui, 800 millions de tonnes de déchets sont produites chaque année en France. À l'échelle mondiale, sur les 8,3 milliards de tonnes de plastiques produites à ce jour, seules 9 % ont été recyclées.

    Comment faisions-nous sans poubelles ? Comment sont traités nos déchets aujourd'hui ? Le recyclage est-il une solution viable ? Et si l'objectif n'était pas de recycler plus, mais de jeter moins ?

    Pour en savoir plus, connectez-vous ce jeudi 12 novembre à 18 h 30.

    PROGRAMME DE LA SOIRÉE :

    - L'invention des déchets urbains par Sabine Barles, ingénieure, urbaniste, professeure et chercheuse spécialisée dans l'étude du métabolisme urbain et de l'écologie territoriale

    - Le recyclage, miracle ou mirage ? par Flore Berlingen, auteure de "Recyclage : le grand enfumage"

    - Le compost par Damien Houbron, maître-composteur, et Laurence Duffort, à l'initiative d'un compost de quartier

    Inscription obligatoire, conférence gratuite (voir sur la page Facebook de l'évènement).

    5b130d04ecc1be3a5655a4d8e5d401e44161a8c4.jpg

  • Culture confinée : "Modèles noirs, regards blancs", documentaire en ligne

    Dans nos quartiers très "métissés", un autre regard ne peut pas nuire pour mieux nous comprendre. En regardant ces documentaires accessibles à tous via un ordi, on peut s’approcher peut-être d’un progrès dans le fameux vivre ensemble... 

    Le premier déclencheur est l’exposition du Musée d’Orsay intitulée Corps noir, regard blanc, dont nous vous proposons ici la brève présentation sur Arte.tv en trois minutes.

    Puis vient un documentaire beaucoup plus complet avec nombre de personnalités que vous reconnaîtrez, ainsi que des universitaires et des écrivains, qui analysent, expriment leurs sentiments, racontent leur histoire. Le film Modèles noirs, regards blancs est inscrit dans la série du "Doc stupéfiant" réalisé par Aurélia Perreau et Elise Le Bivic. Ici nous sommes sur France 5 (documentaire visible en ligne jusqu'au 14 novembre 2020).

    "Alors que le mouvement américain "Black Lives Matter" résonne dans le monde entier, ce documentaire s'intéresse à la représentation des noirs dans la culture populaire française. Entre caricatures tristes et racisme, le regard sur l'homme noir est rempli de mythes, de stéréotypes et d'allégories. Des artistes pourtant font avancer les mentalités. Léa Salamé et son équipe sont allés à la rencontre de personnalités qui aident à penser ces représentations, ces clichés et ces nouveaux modèles."

    c402fb2d-phppre1mu.jpg

  • Culture confinée : du théâtre en ligne avec les Théâtres Parisiens Associés

    Confinement oblige, les théâtres sont temporairement fermés, mais les Théâtres Parisiens Associés et leurs artistes se mobilisent pour continuer à vous offrir des spectacles et des pièces de théâtre en vidéo à travers une sélection de captations. Vous pourrez voir ou revoir sur vos écrans l'intégralité de pièces de théâtre et de spectacles des Théâtres Parisiens Associés. Vous pouvez notamment retrouver des pièces disponibles sur le site de rediffusion de France TV, mais pas que. Parmi ces spectacles, nous vous en avons sélectionné deux dans des registres bien différents. De quoi profiter des planches sur son canapé, en attendant de retrouver les planches en vrai.

    Tailleur pour dames, de Feydeau

    • avec : Pierre Arditi, Emmanuelle Devos, François Berléand, Laurent Gamelon, Chloé Lambert, Laurent Spielvogel, Marthe Villalonga, Marie-Anne Chazel

    Monsieur Moulineaux mène une vie paisible. Cet homme sans histoires apprécie le confort bourgeois que lui procure au quotidien la compagnie de son épouse Yvonne et de son domestique. Mais Moulineaux s'ennuie profondément. Afin de se distraire, il prend du bon temps au bal de l'opéra, mû également par le secret espoir de conquérir le coeur de l'élégante Suzanne Aubin. Or, Cupidon ne lui a guère souri. De plus, Yvonne commence à avoir des doutes sur les intentions inavouables de son mari. Elle décide de s'en ouvrir à sa mère, fraîchement arrivée de province. Pendant ce temps, monsieur Bassinet, vieil ami de Moulineaux, cherche à placer un entresol de la rue de Milan, encore aménagé en atelier de couture. Un petit pied-à-terre qui pourrait s'avérer fort commode...


    Adieu Monsieur Haffmann de Jean Philippe Daguerre

    • avec une présentation dans Passage des Arts
    • avec : Grégori Baquet, Alexandre Bonstein, Julie Cavanna, Franck Desmedt, Charlotte Matzneff

    Paris, en 1942. Le port de l'étoile jaune est décrété. Au bord de la faillite, Joseph Haffmann, un bijoutier juif, propose à son employé, Pierre Vigneau, de lui confier sa boutique s'il accepte de le cacher en attendant que la situation s'améliore pour la communauté juive de France. Pierre prendra-t-il le risque d'héberger clandestinement son "ancien" patron ? Et si oui, à quelle condition ? Pierre finit par accepter. Nommée six fois aux Molières, quatre fois récompensée, cette pièce de Jean-Philippe Daguerre a été adaptée au cinéma avec, dans les rôles principaux, Daniel Auteuil, Sara Giraudeau et Gilles Lellouche. Le film sortira en 2021.

    théâtre,confinement

  • "Dans les têtes de Stéphane Blanquet": exposition à la Halle Saint-Pierre

    Addendum : une exposition à retrouver dès la fin du confinement.

     

    La Halle Saint-Pierre vous invite jusqu'en juillet 2021 a plonger dans l'univers onirique de l'artiste Stéphane Blanquet.

    Cette exposition se déroule en deux temps. D'abord, du 5 septembre 2020 au 30 juillet 2021, vous retrouvez au rez-de-chaussée de la Halle, une exposition évolutive, où tous les quatre mois, Stéphane Blanquet présente de nouvelles œuvres – installations, œuvres peu montrées, tapisseries, totems, de nouvelles têtes. Dans un second temps, à partir de 11 janvier 2021, l’exposition s’agrandit, Stéphane Blanquet investit l’espace à l’étage avec une cinquantaine d’artistes du monde entier – peintres, collagistes, dessinateurs... 

    De plus, durant cette année entière d’exposition, Stéphane Blanquet éditera un hebdomadaire, La Tranchée Racine, excroissance graphique, en couleurs, de exposition, présentant les œuvres de près de cinq-cents artistes du monde entier.

    exposition,halle-saint-pierre,18e

    C'est où ?

    Halle Saint-Pierre, 2 rue Ronsard, Paris 18e

    C'est quand ?

    Jusqu'au 31 juillet 2021

  • Maïwenn présente son dernier film, "ADN", au Louxor

    Ce mercredi 28 octobre, le Louxor accueille la réalisatrice Maïwenn, qui vient présenter son dernier film, ADN, avec Louis Garrel, Fanny Ardant et  Marine Vacth à l'écran. A noter : la séance est programmée à 18 h 45 pour permettre a chacun de suivre la séance et de pouvoir rentrer tranquillement chez soi avant le couvre-feu. La Louxor a d'ailleurs changé les horaires de sa programmation, avec une "dernière séance" à 19 h. Une programmation que vous pouvez consulter sur son site.

    Le film : Au sein d'une famille aux rapports compliqués et aux rancœurs nombreuses, la mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige, sa petite-fille. Dès lors, elle va vouloir comprendre et connaître son ADN.

    "Avant de tourner ce film j'étais très obsédée par des questions identitaires, d'où je venais, que représentait l'Algérie pour moi, au quotidien mais aussi dans mon âme intérieure, ces questions-là m'obsédaient jusqu'au point de m'empêcher de dormir, donc j'ai étudié sur mes origines, de façon boulimique, je n'étais jamais rassasiée."
    Maïwenn - Dossier de presse

    4816778.jpg

    C'est où ?

    Le Louxor,  170 boulevard de Magenta, Paris 10e

    C'est quand ?

    Mercredi 28 octobre 2020, à 18 h 45