Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Convivialité

  • Les propositions d'Action Barbès pour la prochaine mandature

    Nous sommes à quelques jours du premier tour des élections municipales, à quelques jours de la fin d'une campagne électorale qui a commencé depuis de long mois. Durant cette campagne, Action Barbès a rencontré de nombreux candidates et candidats à la mairie de Paris et à celle des 9e, 10e et 18e arrondissements, et ces rencontres ont été autant d'occasions pour notre association pour proposer des idées pour la mandature à venir.

    Chacun de ces projets que nous vous présentons plus bas, est une proposition qui, si elle est retenue, devra évidemment faire l'objet d'un débat public le plus large possible, avec un travail de concertation avec tous les habitants et les acteurs des secteurs concernés, sans compter les études techniques préalables. Elle doivent donc être étudiées et discutées ; ce ne sont pas des projets "clé en main", mais des pistes de réflexion et des propositions pour améliorer le cadre de vie de nos quartiers, objectif que s'est fixé notre association. Des candidats ont repris certaines de ces propositions dans leur programmes, partiellement ou dans leur ensemble.

    Nous avons donc accepté de rencontrer tous les candidates et les candidats qui nous ont sollicités ces derniers mois, certains à plusieurs reprises. Action Barbès étant une des plus importantes et anciennes associations de riverains du secteur, il est normal que beaucoup des candidats demandent à nous rencontrer, aussi nous nous sommes prêtés au jeu de bonne grâce.

    Au cours de ces rencontres, non seulement nous avons pu évoquer des aménagements concrets avec nos propositions, mais nous avons également abordé les questions liées au mode de fonctionnement des services municipaux, et à la place des habitants dans les prises de décisions municipales (conseils de quartier, budget participatif, concertation...). Une bonne occasion de mesurer le degré de préparation des candidats à la fonction de maire de Paris ou de maire d'arrondissement. Mais nous nous garderons de porter publiquement une appréciation sur les candidatures, car si l'engagement d'Action Barbès dans la cité est bel et bien un engagement citoyen, il n'en est pas pour autant politicien, et ce ne serait pas son rôle d'association de riverains (ni dans ses statuts) dont la parole engage tous ses adhérents. Chacun saura donner sa voix selon ses convictions et au regard des programmes. Et quelle que soit l'équipe en place au terme des élections, Action Barbès restera toujours dans une posture de critique constructive et toujours attentive à la qualité du cadre de vie de nos quartiers.

     


     

    9e - 10e - 18e :

    Réaménagement du carrefour Barbès-Rochechouart

     

    État des lieux

    Le carrefour Barbès-Rochechouart est un carrefour où les circulations automobiles, piétonnes et cyclistes sont très denses. Son aménagement est déjà ancien et essentiellement pensé pour la circulation automobile au détriment des autres formes de déplacements. De plus, il manque un aménagement urbain qui fasse la jonction entre les aménagements des boulevards Rochechouart et de Clichy à l’ouest et la promenade urbaine à l’est.

    Proposition

    Nous proposons le réaménagement du carrefour Barbès-Rochechouart, du barreau Patin à la place du Delta.

    Les grands principes

    - Circulations piétonnes "priorisées" et sécurisées, création d’un passage piéton est-ouest sous le viaduc du métro.

    - Continuité des circulations des vélos, dans les sens nord-sud (boulevards Barbès et de Magenta) et dans le sens est-ouest (boulevards de la Chapelle et de Rochechouart)

    - Sécurisation de la traversée de la place du Delta pour les cyclistes (est-ouest et ouest-est).

    - Suppression du stationnement au droit des numéros 114 à 126 du boulevard de la Chapelle, création d’un lincoln (emplacement sur trottoir) pour les livraisons.

    - Suppression du kiosque à journaux ou déplacement (si reprise d'activité) boulevard de Magenta, côté 9e arrondissement.

    municipales,propositions,action-barbès,9e,10e,18e


     

    10e :

    Pour une esplanade piétonne devant la gare du Nord

    État des lieux

    La gare du Nord s’apprête à connaître des grandes modifications à l’horizon 2024, l'esplanade est aujourd'hui largement occupée par la circulation de véhicules motorisés et par le stationnement des scooters.

    Proposition

    Création d’une grande esplanade piétonne devant la gare du nord, englobant la place Napoléon III et le boulevard de Denain. Seules les circulations de bus seraient maintenues, l’accès et le stationnement seraient totalement interdits aux automobiles (taxis et VTC compris) et aux deux-roues motorisés. Les terrasses des bars, des restaurants et des commerces pourraient être favorisées.

    Les grands principes

    - Circulations piétonnes "priorisées" et sécurisées.

    - Suppression de la circulation motorisée à l'exception des bus.

    - Végétalisation - par la Ville - en pleine terre quand cela est possible (boulevard de Denain) ou en bacs et en bacs enterrés.

    - Suppression du stationnement des scooters en surface (création de parkings sécurisés en sous-sol).

    - Des aménagements qui respectent le cadre historique et la façade classée MH de la gare.

    municipales,propositions,action-barbès,9e,10e,18e


     

    10e -18e :

    Pour la création d’une zone Paris respire le dimanche sur la Promenade urbaine, la rue Marx-Dormoy et la rue du faubourg Saint-Denis

    État des lieux

    Les boulevards de la Chapelle et de la Villette sont à présent largement remaniés avec la création de la Promenade urbaine. Avec la rue Marx-Dormoy et la rue du faubourg Saint-Denis, ces axes sont particulièrement générateurs de pollution de l’air et sonore que subissent les riverains. La circulation est cependant relativement réduite le dimanche.

    Proposition

    Nous proposons la création d’une zone "Paris Respire" tous les dimanches sur la Promenade urbaine, de Barbès à Stalingrad et la rue Marx-Dormoy et la rue du faubourg Saint-Denis (de la rue de Dunkerque au boulevard de la Chapelle), un bon nombre d’axes secondaires du secteur pourraient être englobés dans le projet. L’idée principale est d’offrir aux habitants et aux visiteurs du secteur une respiration hebdomadaire, c’est aussi l’occasion de pouvoir profiter pleinement de la Promenade urbaine. Mais il ne s’agit pas simplement de couper la circulation automobile (hormis  pour les riverains, les véhicules de police et de secours, les bus et les taxis), mais également d’animer ces axes, en impliquant les acteurs culturels du lieu notamment, mais en créant des animations, particulièrement sur l’espace très important du marché Lariboisière qui offre un potentiel très fort.

    Cette opération permettrait aussi aux acteurs économiques sur le parcours de la Promenade urbaine et la rue Marx Dormoy de développer des activités liés à cet espace apaisé (terrasses, animations commerciales…). Il est à noter que la circulation relativement réduite sur cet axe le dimanche permet d’envisager cette opération hebdomadaire sans que le report de circulation ne puisse saturer les axes routiers aux alentours. Mais il convient d’orienter le flux automobile en amont, notamment porte de la Chapelle, afin d’éviter que les axes secondaires ne soient trop empruntés. La mise en place d’une zone Paris respire sur des grands axes de circulation serait une première et un signal fort pour marquer la transition d’une ville vers des modes de déplacement plus durables.

    Les grands principes

    - Mise en place d’une zone Paris respire sur les boulevards de la Chapelle et de la Villette, de Barbès à Stalingrad, la rue Marx-Dormoy et la rue du faubourg Saint-Denis (de la rue de Dunkerque au boulevard de la Chapelle) et un certain nombre de rues du secteur à déterminer en concertation avec les habitants et les acteurs des secteurs concernés.

    - Maintien de certaines circulations automobiles nord-sud (boulevard Barbès-boulevard de Magenta, rue d’Aubervilliers-rue du Château Landon).

    - Favoriser et inciter les animations de ce secteur par les acteurs culturels situés sur son espace (Le Louxor, FGO centre Barbara, bibliothèque de la Goutte d’Or, bibliothèque Vaclav Havel, Théâtre des Bouffes du Nord, théâtre de la Reine Blanche…), animation de l’espace du marché Lariboisière.

    - Favoriser les terrasses et les animations commerciales (dans le respect de la législation).

    municipales,propositions,action-barbès,9e,10e,18e


     

    10e - 18e :

    Pour la création d’un marché des biffins

    État des lieux

    Cela fait pratiquement vingt ans qu’un marché sauvage des biffins s’implante toutes les semaines, d’abord du côté de Ménilmontant pour finir aujourd’hui entre Barbès et la Chapelle. Un marché ou se mêlent des receleurs notamment. Depuis de nombreuses années, toutes les semaines, les mercredis et samedis, jours de marché à Barbès, un jeu du chat et de la souris se met en place entre les vendeurs et les forces de l’ordre sans que jamais le phénomène ne soit résorbé ; certains fonctionnaires en charge de ces actions rechignant même à "faire la chasse aux pauvres" selon leurs propres mots, et nous pouvons les comprendre. Toutes les semaines ce sont des tonnes de marchandises qui sont confisquées et jetées aux ordures d'où elles venaient pour la plupart. Pourtant cette véritable économie circulaire, qui en d'autres lieux serait mise en valeur et célébrée, devrait selon nous être considérée comme telle et plutôt valorisée plutôt que vainement pourchassée. C’est déjà la cas porte de Montmartre dans le 18e arrondissement, mais également à Montreuil (93), pour citer ces exemples proches, où des marchés des biffins encadrés ont été mis en place depuis plusieurs années.

    Proposition

    Nous proposons la création d’un marché encadré des biffins, à la suite du marché de Lariboisière. Cette organisation de ce qui est aujourd’hui une économie circulaire des plus démunis permettrait de juguler ce phénomène et ses conséquences fâcheuses, comme la malpropreté et l’entrave à la circulation, tout en assurant aux "vendeurs" de pouvoir continuer cette activité qui leur apporte un modeste revenu complémentaire et qui pour certains est un véritable lieu de socialisation. Conséquemment, la brigade "anti-sauvette" nouvellement créée au commissariat du 18e pourrait consacrer son temps et son énergie aux "vraies" ventes à la sauvette (contrefaçons, recel, cigarettes…).

    Les grands principes

    - Organisation d’un marché encadré pour les biffins à la suite du marché Lariboisière, le mercredi et le samedi.

    - Des horaires fixes, un périmètre déterminé et un nettoiement du lieu par les biffins.

    - Encadrement par une association dédiée, qui vérifie la situation sociale des vendeurs, et encadre et assure le bon déroulement du marché.

    - Un suivi social est proposé aux vendeurs du marché qui le désirent.

    - Seuls et uniquement les objets et vêtements d’occasions (de récupération) peuvent y être vendus, cela exclut les produits neufs ainsi que les produits alimentaires, et bien évidemment le recel.

    - Aucune tolérance de vente à la sauvette en dehors de ce marché organisé et en dehors des horaires déterminés.

    municipales,propositions,action-barbès,9e,10e,18e


     

    18e :

    Pour une diagonale verte à la Goutte d’Or

    État des lieux

    Le sud du quartier de la Goutte d’Or subit une circulation automobile "de traverse", alors que ce quartier est celui de Paris dont les habitants possèdent le moins de véhicules. Outre les bruits générés par le viaduc du métro, la circulation du boulevard de la Chapelle et les trains circulant sur les voies des chemins de fer du Nord, le quartier connaît de forts taux de pollution dans un environnement fortement minéral.

    Proposition

    Création d’une diagonale verte, du square de Jessaint à la rue-jardin Richomme. L’idée est de créer un cheminement pour les circulations douces dans un cadre végétalisé, un corridor vert dans un environnement fortement minéral, en reliant les petits espaces verts qui forment l’esquisse d’une diagonale verte dans la Goutte d’Or. Ces espaces reconquis pourraient accueillir des activités sportives notamment, avec par exemple la mise en place d’agrès sur le pont de Jessaint.

    Les grands principes

    - Circulations piétonnes "priorisées" et sécurisées.

    - Suppression de la circulation des véhicules motorisés (excepté pour les habitants, commerçants, livraisons, taxis, secours...).

    - Réduction des places de stationnement.

    - "Débitumiser" partout où cela est possible, création de pavage enherbé à la place du bitume sur la voirie...

    municipales,propositions,action-barbès,9e,10e,18e

     

  • "La Société des arbres", projection-débat à la bibliothèque de la Goutte d'Or

    Ce samedi 29 février, la bibliothèque de la Goutte d'Or propose une nouvelle projection-débat avec un film de Delphine Moreau : "La Société des arbres".

    La forêt est un espace à la fois proche et tellement autre…

    Pour vivre et s’implanter durablement, elle a toujours été soumise à l'action de l'homme qui, au cours des siècles, l'a façonnée. Le film donne la parole aux professionnels, aux travailleurs de la forêt, mais aussi aux passionnés : entomologiste ou naturaliste, spécialiste du blaireau… Tout concourt à nous faire prendre conscience de la nécessité de préservation et de valorisation de cet à-côté de la civilisation.

    Delphine Moreau, la réalisatrice, présentera le film et animera la discussion avec le public. L'entrée est libre et gratuite, mais les places sont limitées et les projections-débats de la bibliothèque de la Goutte d'Or sont très prisées par le public, alors soyez à l'heure !

    bibliothèque-de-la-goutte-d-or,18e,projection-debat

    C'est où ?

    Bibliothèque de la Goutte d'Or, 2-4 rue Fleury, Paris 18e

    C'est quand ?

    Samedi 29 février 2020, à 14 h 30

  • Deuxième édition des Floréales Hivernales au LMP

    Ce week-end, le Lavoir Moderne Parisien (LMP) vous invite à la deuxième édition des Floréales Hivernales.

    Durant trois jour vous pourrez découvrir de nombreux spectacles de théâtre, de musique, de poésie et même des diners-spectacle. Nous vous laissons découvrir le riche programme.

    AFFICHE-LFH-2020.jpg

    Vendredi 21 février

    19H00 | Ça ne rend pas sourd [1h] | Compagnie Drôle de Rêve

    – Soit à 19h : en formule dîner + spectacle
    Tarif plein : 22€, tarif réduit : 15€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)
    – Soit à 21H30 : spectacle seul
    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)

    Spectacle sonore à écouter au casque à partir de textes de la littérature érotique sur le thème des phantasmes. Les spectateurs·trices sont confortablement installé·e·s, casque vissé sur les oreilles et les yeux bandés. Il n’y aura rien à voir, mais tout à entendre.
    Pour pousser à son paroxysme l’évocation, le son sera spatialisé, utilisant la technologie binaurale, c’est-à-dire que nous créerons un espace sonore en 3 dimensions.
    Véritable immersion sonore au pays de la fanstasmagorie érotique, nous invitons le spectateur à une expérience inédite.

     

    Samedi 22 février

    11H00 | La séduction visuelle [Conférence, Sébat ] | suivi d’un Brunch

    Organisée par Louise Barranger-Léonard – à partir de 16 ans
    Tarif plein : 22€, tarif réduit : 15€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA) – brunch compris

    Débat autour du thème de la séduction visuelle dans notre société contemporaine. Trois intervenants participeront au débat dont Dany-Robert Dufour (philosophe) et Estelle Clément (Direction artistique, Collectif Art-Spes), modéré par Justine Dubost. Le débat s’articulera autour de la problématique suivante : Comment la surabondance de production visuelle alimente-t-elle quotidiennement un vide dans notre société contemporaine ? Le débat débutera et finira par un conte moderne écrit et conté par Alessandro Sanna. Il sera suivi d’un brunch, afin de prolonger la discussion de façon plus informelle.

     

    14H30 | Dr Jekyll & Mr Hyde [Théâtre] | La Ronce Compagnie

    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA), enfant : 8€
    « Dr Jekyll et Mr Hyde n’est pas un roman pour les petits garçons… » – Henry James

    A Londres, alors que l’honorable Dr Jekyll tente d’éclairer de sa science les plus grands secrets de la vie, la nuit, un certain M. Hyde sème le vice et la terreur dans la ville. Utterson, l’ami notaire de Jekyll s’inquiète et enquête : pourquoi, diable, Jekyll a-t-il pris sous son aile cet être abject et bestial ?

     

    16H15 | La Prophetesse du Djudjura [Lecture et bord plateau] | Oh! Collectif de la Surprise

    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA), enfant : 8€

    Dans ses rêves, Fatma traverse le temps. Quand elle voit les troupes françaises envahir la Kabylie, elle comprend son destin : mener les hommes au combat.
    Chronique écrite pour France Inter par la jeune metteuse en scène Sarah Mordy, « La Prophétesse du Djurdjura » retrace la courte vie de Fatma N’Soumer, jeune héroïne kabyle du XIX siècle.
    Par une lecture vivante et sonore, le public est invité à (re)découvrir le destin de cette femme oubliée de la grande Histoire, qui s’affranchit de son époux pour devenir générale de guerre et mener des hommes au combats face aux français venus coloniser l’Algérie. L’histoire de Fatma est celle d’une femme éprise de justice et de liberté. La lecture sera suivie d’un bord de plateau (rencontre, échanges, discussions) avec la metteuse en scène et les comédiens.

     

    18H30 | Hématome et Quinte Bemol [Théâtre, humour, musique] | Duo Kor

    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA), enfant : 8€

    Musique corporelle clownesque à tendance dégénérative.
    Ce sont deux musiciens d’orchestre catapultés sur scène avec leurs partitions pour faire découvrir au public l’oeuvre oubliée d’un obscur compositeur du XVe siècle, Varoushnikov Satiroplinovitch, qui à son époque s’inspirait déjà des rythmiques latines, punk hardcore ou même pop slave. Utilisant principalement leur corps comme instrument, suivant à la note près les indications de leur partition, ils utilisent aussi leur voix et différents objets : micros, lunettes, braguettes, pupitres rouillés, lime à ongles…
    Interprétant des morceaux de rumba, de hip hop ou de techno de fête foraine avec le sérieux et la rigueur qu’une telle entreprise exige. Après s’être accordés, le Duo Kor interprète quatres compositions : La Sonate pour Corps et Âmes, Arriba, Yo Wesh Wesh Yo, puis enfin le Concerto Technoïde pour Paumes et Torses. Chaque morceau est suivi d’une petite précision sur le compositeur, l’époque, et le contexte historique dans lequel la pièce a vu le jour.

     

    21H00 | Kacekode [Concert]

    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)

    Cette formation musicale tire son originalité par le fait qu’elle est constituée de musiciens issus des foyers d’hébergement aux Grands Voisins. Parfois sans papier, les membres de KaceKode ne sont pourtant pas sans histoires. Ils ont grandi dans ce lieu insolite du 14ème arrondissement de Paris, de concert en concert, gagné en compétences, appris les gestes des professionnels en gardant toujours l’identité première des personnes en marge d’une société en quête de solidarité. Leurs chansons, souvent des créations, les forcent à raconter leurs histoires, à pousser le métissage culturel loin devant et toujours à créer, ciment social par excellence.

     

    Dimanche 23 février

    11H00 | Vérités et clichés sur les travailleurs du sexe [Court-métrage, débat, brunch]
    L’accès à cet événement est réservé aux plus de 16 ans
    Tarif plein : 22€, tarif réduit : 15€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA) – brunch compris
    Court-métrage proposé par JabLin Production

     

    14H15 | Il était deux voix [Théâtre, Contes, Musique] | La Tanière
    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)

    Deux jeunes comédiens au visage d’anges prennent guitares et voix pour émerveiller petits et grands.
    Vous êtes invités à vivre un voyage autour du Monde au travers de contes populaires de tous horizons.
    Cependant on ne voyage pas seul.
    Le périple sera accompagné par les mélodies des guitares de vos hôtes, les deux voyageurs saltimbanques.

     

    16H | Le Voyage de Lumpe [Théâtre, Musique, Poésie] | Le trop 3TER
    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)

    Pour le jeune Lumpé, les mots font musique avant de faire sens. Problème ! Les poètes viennent à sa rescousse…Un conte sonore du trio 3TER
    Monsieur Lumpé entend davantage la musique des mots que leur sens, ce qui l’embarque vers des trésors d’imaginaire. Mais dans une famille à la parole bien corsetée, le jeune Lumpé se sent trop à l’étroit, inadapté.
    Une nuit de fugue, il fait la rencontre d’étonnants poètes, chanteurs de mots et d’oiseaux, qui l’éveillent à d’autres parlers, à lui-même, et finalement… au monde de la poésie.

     

    18H00 | Il a quelque chose ce Laurent Romejko [Théâtre]
    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)

    Sophie et Marie cherchent l’amour dans leur télévision. Parviendront-elles à vivre en vrai leur grande histoire ? Pas sûr…Possible hein…Mais franchement pas sûr.
    Sophie et Marie. Deux naufragées en quête du grand Amour, presque des soeurs siamoises, comme deux poissons rouges dans le fond d’un bocal qui s’accrochent désespérément l’une à l’autre pour ne pas sombrer dans le néant et l’oubli. Deux incomprises qui s’accrochent au langage pour ne pas disparaître tout à fait.

     

    20H30 | Qui a tué Wellington [Théâtre] | Le théâtre de l’Eclat
    Tarif plein : 20€, tarif réduit : 10€ (étudiant -26 ans, chômeur, bénéficiaire du RSA)

    Mais qui a donc tué Wellington, le caniche noir de Mme Shears ? Christopher, jeune autiste Asperger, mène cette surprenante enquête.
    Mais qui a donc planté une fourche dans le corps encore chaud de Wellington, chien de Madame Shears ?
    Bravant les interdits de son père, surmontant ses peurs les plus intimes, luttant contre les manifestations contraignantes de son trouble autistique, Christopher mène l’enquête et fourre son nez, sans le savoir, dans les secrets et les mensonges de sa propre famille…

     

    Pour tout renseignement ou pour réserver, contact par mail : reservation@lesfloreales.com, ou par téléphone : 06 63 68 87 05

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

  • "Le cri de Charles", un spectacle pour les familles à la mairie du 9e

    Le 29 février prochain, la mairie du 9e vous convie à une représentation théâtrale en famille, avec la pièce "Le cri de Charles", par la compagnie du Petit Escargot.
    Ce spectacle cherche des solutions contre la violence en milieu scolaire et pour la résolution de conflits. Il est monté et interprété par onze élèves de différents collèges du 9e arrondissement.
    Ce spectacle est accessible pour des enfants à partir de 6 ans.
    L'entrée est libre, mais attention : il faut impérativement réserver (cliquer ici).

    unnamed.jpg

    C'est où ?

    Mairie du 9e, Salle Rossini, 6 rue Drouot

    C'est quand ?

    Samedi 29 février 2020, à 15 h

  • Retour sur l'inauguration du "360 Paris Music Factory"

    Ce jeudi 12 février, était inauguré le "360 Paris Music Factory", Action Barbès y était. récit.

    360,inauguration,goutte-d-or,18e

    Après quelques jolis galops d'essai, dont le festival Au Fil des Voix, rodage de la musique (essentiel) et de la cuisine (important aussi !), le 360, comme tout le monde l'appelle déjà a fait jeudi 12 février son 5… 4… 3… 2… 1… Feu ! Autrement dit, l'inauguration officielle, en présence de tous ceux qui, de près ou de loin, ont poussé les chariots pendant trois années pour que ce monument de la Goutte d’Or voie le jour. En gros, le plus grand évènement artistique depuis les Pyramides, enfin... depuis la réouverture du cinéma Le Louxor !

    thumb_IMG_7127_1024.jpg

    1100 m2 sur six niveaux, Le 360 est un établissement qui propose une salle de concert, un restaurant, bien sûr, et est aussi un espace d’accueil, de création, de production, de diffusion, d’échange et de partage pour les professionnels et amateurs de musique.

    Ce 12 février, donc, 200 personnes, acteurs du monde de la culture, associatifs et institutionnels, VIP de toutes tailles ont répondu présents à l'invitation de Saïd Assadi, l'inventeur du lieu, qui pendant dix ans a poussé, parfois bien seul, des blocs de plusieurs tonnes pour construire ce monument !

    Etaient donc présents, Ernesto Ottone-Ramirez, Commission nationale française pour l’UNESCO, Anne-Louise Mesadieu, présidente de la commission Culture, de la Région Île-de-France, représentant Valérie Pécresse, Jean-Louis Missika, l'adjoint-constructeur de Anne Hidalgo (qui avait visité le 360 le matin même, et avec nous ce soir là par vidéo), Eric Lejoindre, maire du 18e, Colombe Brossel, Afaf Gabelotaud, Pierre-Yves Bournazel, Carine Rolland, Christophe Girard, Fréderic Hocquard…

    thumb_IMG_7119_1024.jpg

    Saïd Assadi prit la parole : "Quand je suis arrivé d’Iran, il y a 40 ans…". Son staff intervint, car le charismatique Saïd Assadi, est aussi le recordman du monde du discours (3 h 47, debout, sans notes), juste devant Fidel Castro !

    Inaugur. 360-5 Saïd.JPG

    Saïd Assadi sauta donc quelques étapes et raconta la genèse du 360, rêve personnel de cet acteur majeur depuis vingt ans de la filière musicale (Accords Croisés, 90 albums produits, vingt-deux années de concerts, treize années de festival…) devenu une aventure collective.

    Il a remercié chacun : l’architecte Gaétan Engasser, l’équipe du 360, les établissements financiers (Triodos, Crédit coopératif, Paris Initiative Entreprise et l’IFCIC), la Ville de Paris, le Centre National de la Musique, la Région Ile-de-France et l’UNESCO.

    Puis Saïd Assadi a déroulé les valeurs défendues par le 360, nouveau modèle économique et transculturel au service de la diversité et de la richesse de la création musicale (et gastronomique !), l’une et l’autre offertes à prix serrés aux très divers publics de la Goutte d'Or et d’ailleurs.

    En plus de sa salle de concert, le 360 déploie ses 1 080 m2 sur 6 niveaux, permettant aux artistes de créer, résider, répéter, enregistrer, jouer et échanger dans un seul et même endroit.

    La soirée proposa donc à ces "pipole", dès 17 h 30, un bref récital d’un duo voix et piano, une belle envolée !

    thumb_IMG_7117_1024.jpg

    Toujours dans la salle, en présentation "avec sièges", se succédèrent les discours et congratulations ci-dessus évoqués.

    Puis tous envahirent le restaurant qui lui, au contraire avait été débarrassé de ses tables et chaises. Deux cents personnes auxquelles l’équipe du restaurant ne cessa de proposer de délicieuses petites choses, de diverses origines, préparées sur place avec les meilleurs produits, ce qui est une des promesses - tenue ! - du restaurant.

    Inaugur. 360-9  cuisine.JPG

    Et, non sans regrets, retour dans la salle de spectacle pour un concert lui aussi cosmopolite, puisqu’il commença par un groupe qui interpréta du Piaf, revisité à la brésilienne, parfait symbole du 360.

    Le voilà sur les rails, ce 360 très attendu ! Le soir de la Saint Valentin, l’Orchestre National de Barbès afficha complet (300 personnes) et surchauffa la salle pendant deux heures sans dix secondes de pause ! Et ce samedi 15 février, le brunch affichait complet. La fusée 360 est-elle sur orbite ?

  • "Café Envie d’Agir", sur le thème "Dire non au gaspillage ! Quelles alternatives ?"

    Ce jeudi 13 février, la Salle Saint-Bruno héberge un "Café Envie d’Agir", par l'association Astérya, sur le thème "Dire non au gaspillage ! Quelles alternatives ?". En voici la présentation :

    "À l’heure actuelle, un ménage français jette dix fois plus qu’il y a cent ans : chaque année, un.e Français.e gaspille une trentaine de kilos d’aliments et produit une vingtaine de kilos de déchets électriques et électroniques. Il n’est pas rare de se sentir impuissant face à l’obsolescence programmée et aux appels incessants à la consommation de masse : comment alors sortir de ce cycle "j’achète - je jette" ?

    C’est de ces questions essentielles que nous vous invitons à venir débattre avec nous jeudi 13 février : pour nous aider les associations Hop Hop Food, Collectif 4C, Solicycle et la "ressourcerie" Le Poulpe seront présentes et participeront aux échanges. Nous réfléchirons ensemble aux manières de lutter contre cette culture du jetable et à des alternatives meilleures pour la planète (et le porte-monnaie !)

    En petits groupes, autour d’une thématique solidaire, citoyenne ou écologique, les Cafés Envie d’agir d'Astérya permettent de partager des manières de s’engager et d’en découvrir de nouvelles."

    L'activité est gratuite et ouverte à tous, mais il est impératif de s'inscrire auparavant.

    aaaaaaaaaaaaaaa.jpg

    C'est où ?

    Salle Saint-Bruno, 9 rue Saint-Bruno, Paris 18e

    C'est quand ?

    Jeudi 13 février 2020, de 18 h 30 à 20 h 30

  • Financement participatif : contribuez à faire une "Goutte d'Or en Fête" encore plus belle !

    Pour la 35e édition de la Goutte d'Or en Fête, qui se déroulera en juin prochain, la Salle Saint-Bruno renouvèle son appel aux dons. Vous pouvez ainsi contribuer à financer cette fête de quartier qui repose essentiellement sur du bénévolat, et notamment des concerts sur la grande scène dans le square Léon, cette année sous le thème "Africa 2020". Pour plus de détails, nous reproduisons plus bas la présentation de ce financement participatif. Et pour faire un don c'est par ici.

    Et si vous souhaitez offrir de votre temps et de votre énergie pour l'organisation de cet évènement festif et convivial, de cette véritable institution dans le quartier de la Goutte d'Or, les bonnes volontés sont toujours les bienvenues ! Pour en savoir plus, allez sur le site de la Goutte d'Or en Fête.

    goutte-d-or-en-fete,18e,financement-participatif

    Présentation du projet

    "Organisée la première fois dans les années 1970 autour d'un barbecue convivial, la fête de quartier de la Goutte d'Or, à Paris, est devenue une véritable institution locale , coordonnée par des dizaines d'associations, à laquelle participent plus de 150 habitants bénévoles, qui se déroulera cette année du 26 au 28 juin, majoritairement au Square Léon.

    Des centaines d'habitants viennent profiter, gratuitement, de concerts alliant un subtil mélange des genres, d'une scène ouverte invitant des artistes du quartier, d'ateliers en famille, d'animations ludiques... C'est un moment festif et fédérateur permettant de favoriser le lien social, inter-culturel et intergénérationnel .

    « La Goutte d’Or en Fête » c’est aussi un temps de convivialité : pendant les animations chacun peut déguster outre les traditionnels sandwichs merguez -frites, de nombreuses spécialités préparées par les habitants du quartier, reflétant la diversité de leurs origines : thieb, tajine, pastel, samoussa, nem, pâtisseries, thé à la menthe, gingembre…

    Cette fête de quartier, qui allie participation des habitants et découvertes festives, est devenue au fil des années un rendez-vous apprécié et attendu.

    Année après année, le projet s'attache à mettre en valeur les savoirs-faire et savoir-être de la Goutte d'Or tout en rayonnant au-delà du quartier.

    À quoi servira l'argent collecté ?

    Cette année encore, nous avons besoin de vous pour continuer à proposer une programmation de qualité ! Plus précisément, l'argent collecté servira à financer des concerts sur la grande scène, cette année sous le thème "Africa 2020" !
    En plus des animations proposées et organisées par les structures du quartier, les fonds collectés permettront de financer un(des) concert(s) et/ou spectacle.

    Votre participation est non seulement nécessaire, elle encourage aussi l'investissement de tous les organisateurs, artistes et centaines de bénévoles dans la préparation et la réalisation d'une fête exceptionnelle à l'image du quartier qu'elle représente !

    Qui participe ?

    Une soixantaine de structures du quartier qui mènent pendant l’année des activités indépendantes et qui se réunissent pour réaliser « La Goutte d’Or en Fête », sous la coordination de la Salle Saint Bruno, espace de mutualisation de moyens et de projets, qui fédère une trentaine d'associations du quartier.

    Ce riche et actif tissu associatif œuvre à tous les niveaux de la vie sociale : alphabétisation et suivi scolaire, éducation, environnement, aide au logement, prévention sanitaire, loisirs et activités culturelles..."

  • Show case et vide-dressing au programme du Walrus ce week-end

    Ce week-end, le café-discaire Le Walrus vous propose deux rendez-vous, avec un show case ce vendredi 31 janvier et un vide-dressing ce dimanche 2 février. Deux occasions d'aller découvrir ce charmant et dynamique commerce culturel de la rue de Dunkerque (10e).

     

    PIkku en showcase au Walrus : vendredi 31 janvier à 19 h.

    "Il était une fois Pikku, de son vrai nom Magdalena Stroj. Née dans la neige à Sopot en Pologne, de grandes étendues blanches dans lesquelles ses pieds s’enfoncent en faisant frout, Pikku (« petit » en finnois) aime marcher des heures en regardant les dessins glacés des branches des arbres, ces géants silencieux des neiges.

    Pikku a vingt-deux ans, il est temps de voyager, elle prend ses quelques notes de musique, celles qui existent déjà et celles qui ne sont pas encore nées, elle connait déjà le français et l’anglais, c’est à Paris qu’elle s’installera ! Elle joue au théâtre et chante. Pour Pikku, le piano est un amour tourmenté et romantique, le ukulélé, un amour léger et guilleret et le kalimba, cet instrument qui remonte aux origines, un accès aux créatures d’autres mondes. Élégante et déjantée, elle prend possession de la scène et du public comme si de rien n’était, avec des arrangements simples et limpides.

    Sa pop, acoustique et lumineuse, donne le sourire, donne envie de courir les bras écartés, même s’il pleut, pieds nus."

    Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

     

    Vide-grenier au Walrus : dimanche 2 février de 12 h à 19 h.

    "Cette année, le vide dressing du Walrus s'installe une fois par mois. Les filles du Walrus aiment la mode et la planète, alors vive le vintage et le seconde-main.

    Cette première édition de l'année 2020 aura lieu ce dimanche 2 février, et pour toute la journée le Walrus se transforme en grand vestiaire pour filles (ben oui y'a jamais de stand "garçons"...). L'hiver n'est pas encore terminé, il est encore temps de trouver LA pièce qui vous rendra belle cette hiver. Frous-frous, jupes et pulls tous doux et de toutes tailles à petit prix seront de sortie !"

    Vide-dressing de 12 h à 19 h, entrée libre, et essayage possible.

    Je veux participer au prochain vide-dressing

    unnamed.jpg

    C'est où ?

    Walrus, 34 ter rue de Dunkerque, Paris 10e

    C'est quand ?

    Vendredi 31 janvier et dimanche 1er février 2020

  • Il est temps de s'inscrire pour la course solidaire "Les 10 km du Neuf - Lions Paris 9 Run"

    Le dimanche 8 mars 2020, se tiendra 16e édition de la course solidaire "Les 10 km du Neuf - Lions Paris 9 Run", devenue désormais un évènement incontournable de l'arrondissement. Les inscriptions sont d'emblée ouvertes, mais ne tardez pas, les tarifs sont majorés après le 8 février.

    Cette course est organisée grâce au partenariat entre la Mairie du 9e arrondissement et le Lions Club International. En famille, avec les enfants à partir de 5 ans, mais aussi les runners et les handisports, tout le monde marche et court solidaire pour l'occasion. Vous aussi, venez courir au cœur de Paris, entre l’Opéra Garnier, les places Clichy et Pigalle, au pied de Montmartre en passant par la rue des Martyrs et les Grands Boulevards.

    Une collecte de fonds destinés à aider ceux qui sont dans le besoin, et particulièrement les femmes, sera organisée autour de l'évènement. Toute la semaine également, sera réalisée une collecte de produits neufs d’hygiène féminine destinés à la distribution aux personnes en situation de précarité et de pauvreté. À cet effet, vous pourrez également acheter et  apporter des protections hygiéniques, tampons, lingettes...

    Pour connaitre les tarifs de participation, s'inscrire et avoir plus de renseignements, cliquez ici.

    10-km-du-neuf,9e,course

  • Et si on allait faire un tour rue Léon ?

    Au fil des années, la rue Léon est en train de devenir une artère centrale pour sortir dans le 18e. Et l’ouverture imminente du 360 Music Factory, un lieu de création musicale qui réunit des studios d’enregistrement, une salle de concert, des bureaux administratifs et même un restaurant (nous avions présenté le projet sur ce blog en 2015), en fera le dernier arrivé d’une longue liste.  Car les lieux pour se divertir et se cultiver, ou simplement pour prendre un verre, ne manquent pas dans cette rue étroite qui commence au square Léon pour finir quatre-cents cinquante mètres plus loin rue Ordener. Petit tour d’horizon des enseignes "où l'on sort" dans la rue Léon :

    IMG_6642.jpg

     

    Le 360 Music Factory - 32 rue Myrha / 8 rue Léon : Nouvelle salle de concert consacrée aux musiques du monde. Ce lieu réunit des acteurs de la production musicale et offre un service de restauration en rez-de-chaussée (rue Myrha).

    thumb_IMG_6935_1024.jpg

    L'Embuscade - 9 rue Léon : Petit bar restaurant de quartier fréquenté essentiellement par une clientèle d'habitués.

    rue-leon,18e,bar,spectacle,théâtre,café

    Les Trois Frères14 rue Léon : Le bar restaurant "historique" de la rue Léon, où les habitants du coin viennent se mélanger. Une ambiance conviviale et des petits prix.

    thumb_IMG_6938_1024.jpg

    La Table Ouverte - 19 rue Léon : Le café de l’Institut des Cultures d’Islam vous propose une cuisine du monde le midi, à des tous petits prix, et un salon de thé. La cour intérieure est une véritable oasis à découvrir.

    thumb_IMG_6942_1024.jpg

    L’Olympic café20 rue Léon (angle rue de Laghouat) : un bar au pied d’un bel immeuble art-déco, qui propose aussi des brunch le dimanche, de nombreux concerts dans la salle du sous-sol.

    thumb_IMG_6941_1024.jpg

    L’Omadis - 43 rue Doudeauville / 29 rue Léon : Bar à l’ambiance sympathique et à la clientèle éclectique, des concerts se jouent dans la petite arrière-salle.

    thumb_IMG_6945_1024.jpg

    Le Lavoir Moderne Parisien (LMP) - 35 rue Léon : célèbre salle de spectacle, une programmation riche et diversifiée. À noter : des tarifs réduits pour les habitants du 18e arrondissement.

    thumb_IMG_6948_1024.jpg

    Le bar des Amis32 rue Léon : un tout petit café qui fait face au LMP avec une clientèle d'habitués.

    thumb_IMG_6947_1024.jpg

    Le 34 - 34 rue Léon (angle rue d’Oran) : Un piano bar au joli décor cosy, des concerts y sont régulièrement proposés.

    thumb_IMG_6952_1024.jpg

    Le Barbès Comedy Club – 39 rue Léon (angle rue d’Oran) : un tout nouveau café théâtre dédié au one(wo)man show, sous la houlette de Shirley Soignon. Une adresse à retenir !

    IMG_6135.jpg

    Le Garage Mu - 12 rue d'Oran / 45 rue Léon : Certainement la plus méconnue des adresses citées. Une salle de création, de répétition et parfois de concert dans cet ancien garage, comme son nom l'indique.

    thumb_IMG_6954_1024.jpg

    Chez Léon  - 23 rue Marcadet / 50 rue Léon : restaurant et bar à tapas, une ambiance chaleureuse et sympathique pour se retrouver entre amis.

    thumb_IMG_6956_1024.jpg

  • Séance spéciale du "Voyage du Prince" pour les enfants au Louxor

    Ce dimanche dimanche 19 janvier, le Louxor propose aux plus jeunes une séance  spéciale du film d'animation Le Voyage du Prince. La séance sera précédée d'un petit-déjeuner (offert en partenariat avec Bio C' Bon) et suivie d'une rencontre avec Carole Desbarats (ancienne directrice des études à la Fémis et membre de l'association Enfants au cinéma).

    louxor,cinema,jeunesse,10eLe Voyage du Prince (France, Luxembourg / 2019) ; Réalisateur : Jean-François Laguionie.

    Un vieux prince échoue sur un rivage inconnu. Blessé et perdu, il est retrouvé par le jeune Tom et recueilli par ses parents, deux chercheurs contraints à l'exil... Le prince, guidé par Tom, découvre avec enthousiasme et fascination une société pourtant figée et sclérosée.

    5056118.jpg-r_800_600-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    C'est où ?

    Cinéma Le Louxor, 170 boulevard de Magenta, Paris 10e

    C'est quand ?

    Dimanche 19 janvier 2020,  à 11 h

  • "Les Fermiers généreux" : des installations pas à la hauteur des attentes

    Les installations du projet des "Fermiers généreux", sous le viaduc et sur le pont de la Chapelle, au-dessus des voies des chemins de fer de l’Est, commencent enfin à prendre forme. Mais autant le dire tout de suite, comme nous le craignions les premiers résultats ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par les habitants tout au long du - pour le moins chaotique - processus de concertation.

    promenade-urbaine,fermiers-genereux,10e,18e

    Le "coin ferme" est déjà presque terminé depuis quelques semaines avec la pose des bacs, l’apport de la terre et quelques plantations. Mais première désillusion, la clôture  promise pour protéger l’espace et les cultures pendant la nuit ne consiste pas en des grilles métalliques indépendantes des bacs, mais en fait seulement en un maillage d'acier souple, certes assez résistant, mais posé sur des poutres en bois, elles-mêmes emboitées sur les bacs. Or, on le sait, le bois est un matériau relativement fragile, et le quartier, et cette zone en particulier, sont souvent traversés par des personnes alcoolisées ou sous l’influence de produits les rendant violentes, tout comme par des batailles de bandes qui se servent de tout ce qu’elles ont sous la main pour s’attaquer. On peut craindre que ces installations deviennent des armes par destination le moment venu.

    Le portail de la clôture lui aussi en bois, et même en chêne, a peu de chances lui aussi de tenir face à des assauts de personnes violentes ou malintentionnées

    Côté installations - qui devait accueillir trois espaces fermés pour la "granothèque", la "bricothèque" et le petit coin de cantine solidaire - le constat est pire. Nous dénoncions déjà le choix de la Ville de ne pas mettre à disposition de la future ferme urbaine des installations qualitatives comme les kiosques disposés sur la Promenade urbaine côté Stalingrad, la Mairie ne comptait en effet installer qu’un seul kiosque et deux containers vitrés sur le modèle de ceux installés provisoirement près du métro la Chapelle. Ce ne sont finalement que des containers dont un classique et deux vitrés, peu qualitatifs, voire on peut le dire vraiment pas esthétiques et, hélas, n’arrangeant pas l’allure du quartier. Rappelons que ces containers sont ceux-là même que les riverains ont unanimement rejetés lors de la phase de concertation.

    promenade-urbaine,fermiers-genereux,10e,18e

    La partie vitrée de deux des containers censée donner un meilleur aspect ne fait finalement que mettre en valeur le fatras qui y règne (ce qui est finalement normal pour une "bricothèque" où les outils sont remisés).

    promenade-urbaine,fermiers-genereux,10e,18e

    Sur cette même partie, on ne peut que regretter le choix peu qualitatif de bacs censés accueillir des plantes, mais hélas de mauvaise qualité, et servant déjà de poubelles et d’urinoirs généraux (ils sont à la hauteur parfaite pour cet usage). Placés trop près de la route, arrosés régulièrement (en plus de l’urine) par les véhicules roulant dans les flaques à proximité, il est peu probable qu’ils tiennent dans la durée.

    promenade-urbaine,fermiers-genereux,10e,18e

    Qui plus est, le revêtement de la même partie montre déjà des signes de faiblesse, après seulement un mois il commence déjà à se détériorer avec des bouts d’asphalte qui se désolidarisent déjà du sol. Ces problèmes structurels, liés à la qualité des travaux réalisés par une entreprise privée, sont assez nombreux sur ce secteur, nous auront l'occasion d'y revenir sur ce blog.

    promenade-urbaine,fermiers-genereux,10e,18e

    Nous le répétons donc encore, nos quartiers sont populaires et nous en sommes fiers, et nous revendiquons comme tous les quartiers parisiens le droit à un cadre de vie agréable et, n'ayons pas peur des mots : beau. Pour cela il faut que les aménagements soient durables, esthétiques et de qualité. Si cela est relativement le cas pour l'ensemble du projet de Promenade urbaine, nous devons déplorer ici un manque d'exigence qui risque de mettre à mal ce projet.

    Pour rappel, nous avons soutenu ce projet dès le début, mais nous nous inquiétions des conditions de réalisation, et nous sommes peinés de voir que nos préconisations, qui rejoignent celles de la plupart des habitants et des autres associations de riverains sur ce sujet, n'aient pas été suffisamment entendues par les pouvoir publics.