Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18e

  • Devinette confinée : les réponses de la semaine

    Aujourd'hui, nous vous donnons les réponses à nos deux petits jeux historiques de la semaine. 

     

    Quelle usine Agaz !

    Première petite devinette confinée, il s'agissait de localiser cette vue d'artiste repérée sur un en-tête de facture des établissements Agaz.

    2776579176.jpg

    devinette,reponses,histoire,18eLes établissements Agaz, qui produisaient les lampes éponymes au 1 rue Polonceau dans le 18e. Sur cette image, on reconnait le début de la rue de la Goutte d'Or et de la rue de la Charbonnière. Tous les bâtiments représentés ici ont disparu depuis longtemps maintenant. Les établissements Agaz ont laissé place à une petite place plantée de platanes et surplombée par le terrain de sport de la Goutte d'Or.

    rue_de_la_CharbonniSre.jpg

    Une lampe Agaz produite rue de Polonceu / Carte postale vers 1910, on aperçoit le bout du bâtiment des établissements Agaz à droite

     

    Le chemin de la croix

    La seconde devinette confinée portait sur le chemin d'une croix de pierre située à proximité de l'église Saint-Pierre. Il s'agit de la Croix Cottin.

    devinette,reponses,histoire,18e

    La famille Cottin est une des plus anciennes familles de propriétaires de Montmartre et de la Chapelle Saint-Denis, deux anciennes communes qui forment aujourd'hui le 18e arrondissement. C'est Philippe Cottin qui l'a fit ériger en 1763. Il était marguillier de la paroisse de la Chapelle Saint-Denys. Il mourut un an après avoir érigé la croix, en 1764.

    devinette,reponses,histoire,18e

    Cette croix en pierre a été initialement érigée dans le deuxième cimetière de la Chapelle Saint-Denis, qui était situé approximativement entre l'église Saint-Denys de La Chapelle et le marché de l'Olive (le premier était situé devant l'église Saint-Denys). À la fermeture de ce dernier, on l'a déplacée dans le cimetière Marcadet (le troisième cimetière de la Chapelle Saint-Denis, le quatrième et dernier existe toujours, il est à présent à Saint-Denis, vers la porte de la Chapelle).

    C'est en 1887 que la croix Cottin fait son dernier voyage pour monter sur la Butte Montmartre, on l'enlève alors d'un cimetière abandonné depuis plusieurs décennies.

    IiPbLNXFWv3dSs_MdDFykF3cgt8.jpg

    La croix Cottin dans le cimetière abandonné de la rue Marcadet en 1886

    devinette,reponses,histoire,18e

    Le cimetière Marcadet sur le cadastre de la Chapelle Saint-Denis en 1846, la croix Cottin était placée au centre.

  • Un peu de courrier de .. 1933

    Nous vous proposons aujourd'hui un article proposé par un lecteur de ce blog qui a fouillé ses archives. Nous apportons quelques précisions en fin d'article.

    "Certains documents tombent sous les yeux, par hasard, au cours de fouille dans les archives de famille et, parfois, déclenchent une réaction de déjà vu. Tel ce courrier adressé à mon grand père en juillet 1933. Personne ne se souvient vraiment bien du Palais de la Nouveauté, moi pas plus que les autres. Pourtant ce dôme élégant au-dessus d'une entrée monumentale flanquée de colonnes, outre qu'il rappelle les magasins du Printemps ou des Galeries Lafayette, un must de l'époque, me faisait penser au boulevard Barbès, à l'angle de la rue de Sofia. 

    Palais de la nouveauté (1).jpeg

    "La plus importante maison d'ameublement du monde" ! Comme ils y allaient ! Pas modestes les communicants de l'époque.... À y regarder de plus près, le 7 boulevard Barbès n'est autre que l'actuelle BNPParibas. L'immeuble n'a pas tellement changé, à l'exception de son dôme qui a disparu. Pourquoi avoir étêté ces édifices majestueux ? Le même sort a été réservé aux grands magasins Dufayel, rue de Clignancourt, un peu au-dessous de la rue Christiani. Peut-être trop cher à entretenir... Sur le blog Paris Zig ZAG, on voit bien le dôme imposant et disparu .

    Capture d’écran 2021-01-18 à 10.14.26.jpg

    Quoi qu'il en soit, le service à la clientèle était des plus courtois, la  livraison semblait efficace et relativement rapide eu égard au mode de déplacement et de transmission des courriers. On est bien loin d'Amazon."

     

    Quelques précisions...

    Les Grands magasins Dufayel et le Palais de la Nouveauté sont en fait le même établissement. D'abord accolés, des deux noms ne restera plus que celui du Palais de la Nouveauté.

    Le Palais de la Nouveauté a fermé ses portes en 1939 (et non 1930 comme on le lit souvent, le courrier daté de 1933 reproduit plus haut vient lui aussi contredire cette affirmation).

    Le dôme de la rue de Clignancourt a disparu en 1957.

    Pour retrouver un grand nombre de photos et autres documents sur les magasins Dufayel, on ira avec intérêt voir le blog Commerces Immarescibles.

  • "Ecosystem" : recyclez vos vieux appareils électriques (18e)

    Nous avons souvent parlé du réseau de collecte et de recyclage solidaire Ecosystem, qui récupère vos vieux appareils électriques, qu'ils fonctionnent ou pas. Les points de collecte varient au fil des années. Ce samedi 10 avril, de 10 h à 14 h, trois lieux de collecte - tous en plein air - sont organisés dans le 18e arrondissement :  38, rue du Poteau, 43 bis, rue Damrémont et place de Torcy. Ce dernier rendez-vous est bien situé pour nos lecteurs habitant du côté de la Chapelle et Marx Dormoy.

    Vous pouvez apporter vos appareils électriques en état de marche ou hors d'usage :

    • Petits appareils : mixeur, aspirateur, fer à repasser, téléphone...
    • Matériel informatique : ordinateur, imprimante, scanner...
    • Gros électroménager : frigo, cuisinière, machine à laver...
    • Ecrans, téléviseurs et moniteurs.

    plan_paris18_poteau_damremont_torcy.png

     

    C'est où ?

    38 rue du Poteau, 43 bis rue Damrémont et place de Torcy, Paris 18e

    C'est quand ?

    Samedi 10 avril 2021, de 10 h à 14 h

  • Vote en ligne de trois projets au Conseil de quartier de La Chapelle-Marx Dormoy

    Suite à la rencontre publique du mardi 23 mars 2021 du Conseil de quartier La Chapelle-Marx Dormoy, des habitants, une association et une école du quartier sollicitent le budget du CQ sur trois projets présentés pendant la réunion.

    Les habitants du quartier peuvent dès aujourd'hui se prononcer sur leur financement. Précisons qu'il n'est pas question de choisir entre ces projets, mais de vous exprimer pour chacun d'entre eux.

     

    conseil-de-quartier,chapelle-marx-dormoy,18e,voteProjet 1: "Une boîte à livres à Chapelle - Marx Dormoy"

    Lors de la dernière rencontre publique d'octobre 2020, un "groupe projet" d'habitant.e.s s'est créé. Une réunion de travail a permis de localiser le Square Paul Robin comme un emplacement adapté à la pose d'une boîte à livres.
    Budget : 1000 à 1500 euros d'investissement.
    Projet 1 : Pour voter, cliquer ici.

     


    conseil-de-quartier,chapelle-marx-dormoy,18e,voteProjet 2: "Aider l'association AFOOD Arc en Ciel avec du matériel numérique"
    L'association AFOOD Arc En Ciel réalise des collectes et des distributions solidaires sur l'année 2020 et continue son action sur l'année 2021, notamment au conseil de quartier La Chapelle - Marx Dormoy et le conseil de quartier Charles Hermite - Évangile. Pour continuer à améliorer l'activité, l'association accompagnée par le Centre Social Espace Torcy a demandé au Conseil de Quartier une enveloppe permettant l'achat de matériel numérique afin d'assurer un meilleur fonctionnement.
    Budget : 1457 euros d'investissement.
    Projet 2 : Pour voter, cliquer ici.

     


    conseil-de-quartier,chapelle-marx-dormoy,18e,voteProjet 3 : "Projet Dys'Positif"
    L'école Guadeloupe (spécialisée en réseau d'éducation prioritaire (REP)) accueille des enfants en situation de handicap de tout le 18ème et au-delà. De plus, de nombreux enfants sont en difficulté scolaire et l'école a constaté que les outils utilisés pour les enfants en situation de handicap leur servaient aussi. Une centaine d'enfants seraient touchés par cette action d'intérêt général. , cela permettrait de développer l'écriture et la lecture en autonomie. Les tablettes permettraient aussi d'avoir une banque de livres auditifs pour développer le goût de la lecture pour les non-lecteurs et les enfants à troubles "dys ".
    Budget : 3953 euros d'investissement.
    Projet 3 : Pour voter, cliquer ici.

  • Quand "Paname" passait à la Goutte d'Or

    Vous avez tous remarqué que notre blog ne propose plus un sujet par jour — ouvré ! — depuis que la pandémie perturbe notre activité associative. Et nous serions heureux si elle ne perturbait que notre activité associative ! Donc nous peinons parfois à vous proposer chaque jour un article. Plus de réunion publique, de rares réunions en ligne qui méritent vraiment un compte rendu exhaustif…

    Aussi surfons-nous sur le net à la recherche de sujets qui puissent apporter un peu d’intérêt. Les devinettes confinées, comme les offres culturelles, théâtre capté, film, ont été des pis-aller durant ces derniers mois. Nous tentons de les rattacher à notre quartier et aujourd’hui nous vous proposons un reportage de France 3 tirée d’une série intitulée Paname, qui en serait à la sixième saison, et qui s’est penchée sur la Goutte d'Or en 2016. Peut-être connaissez-vous cette émission ? Elle est diffusée sur France 3 Ile-de-France les dimanches à 12 h 55. 

    On retrouve notamment le Paris Print CLub qu’on avait soutenu en son temps, auprès de la mairie du 18e et d’Afaf Gabelotaud, adjointe chargée du commerce dans le 18e à l’époque, alors qu’ils cherchaient un lieu assez vaste où s’installer. Ils nous avaient été recommandés par Les Libraires Associés, cette antre magique de la rue Pierre L’ermite.

    On y parle aussi de la rue Dejean, d’une boutique tenue par une Togolaise et sa fille, où l’on peut découvrir des trésors très recherchés par les gourmets connaisseurs des plats africains. Les remarques de l’épicière à propos des vendeurs à la sauvette recoupent assez bien l’exaspération des riverains… Ecoutez la bien.

    La Brasserie de la Goutte d’Or ouvre ses portes au reporter et évoque les secrets de fabrication des différentes bières locales. Encore une réussite. Tout ne va pas si mal dans ce quartier ! 

    La passage avec le bottier, dans son atelier, en présence de son apprentie, est touchant ; la transmission des métiers d’art n’est peut-être pas tout à fait perdue. 

  • Chantier "Boris Vian" : fermeture temporaire de la rue de la Goutte d'Or... et du chantier !

    Ce 24 mars, la rue de la Goutte d'Or et la rue des Gardes sont fermées à la circulation afin de permettre le déplacement de la statue Les fils d'Aplomb du sculpteur Lyonel Kouro. Pensez à modifier vos déplacements le cas échéant.

    Si la circulation est mise à l'arrêt, il en est de même pour le chantier. En effet, suite à l'ordonnance du Tribunal administratif de Paris du 10 mars 2021, l'association Cavé-Goutte d'Or et plusieurs habitants ont obtenu la suspension du chantier de l'opération Boris Vian. Cette décision a été motivée par l'absence d'avis des Architectes de Bâtiment de France tenant compte que le chantier se trouve dans le périmètre de sauvegarde et en co-visibilité de l'église Saint-Bernard de la Chapelle, classée Monument historique. Vous retrouverez tous les détails de cet ordonnance et le déroulé de cette affaire judiciaire sur le blog de Cavé-Goutte d'Or.

    Et si nous savons que la circulation reprendra le 25 mars, il n'en est rien du chantier, il serait difficile d'imaginer un calendrier à ce stade. Comme l'on dit : une affaire à suivre...

    boris-vian,chantier,tribunal,cave-goutte-d-or,18e

    Le chantier rue de la Goutte d'Or, fin février

  • "Cinémas de Paris" : appel à témoignage de l'association Paris-Louxor

    À l’occasion du centenaire du Louxor-Palais du cinéma (1921-2021) et afin de soutenir les salles de cinéma parisiennes, mais aussi maintenir un lien avec les habitant.e.s et cinéphiles, l'association Paris-Louxor, avec le soutien du magazine Historia, lance "Cinémas de Paris", une série de portraits de salles de cinéma accompagnée de témoignages et documents, parfois inédits.

    "Cinémas de Paris" vous donne la parole et vous propose de contribuer, à votre tour, à ce travail collaboratif, en apportant vos témoignages, informations, souvenirs et documents, sur ces cinémas de quartier. Ces apports permettront d’enrichir et de partager avec le plus grand nombre, vos connaissances et anecdotes sur les salles de cinéma parisiennes.

    Si vous souhaitez contribuer à ce joli projet, pour l'instant réservé au 9e, 10e et 18e arrondissements, rendez-vous sur le site de Paris-Louxor.

    1980252526.jpg

    La grande salle du Louxor à son origine

  • Devinettes confinées : les réponses

    Suite à notre série de devinettes confinées historiques, nous vous apportons aujourd'hui les réponses aux trois petits jeux proposés cette semaine.

     

    1. La petite maison et son atelier

    Sur les deux photographies, que nous vous montrons ici dans leur entièreté, nous voyons donc une petite maison et son atelier dans la cour, situé alors au 16 rue Richomme dans le 18e (la numérotation des immeubles a changé depuis), avant son prolongement jusqu'à la rue des Poissonniers. Plus précisément, nous sommes là au croisement des actuelles rues Richomme et Erckmann-Chatriant.

    n16 1894 1898 - copie.jpg

    n16 cours - copie.jpg

    La question subsidiaire portait sur l'habitant de ce lieu. Il s'agissait de François-Rupert Carabin (né le 17 mars 1862 à Saverne et mort en  novembre 1932 à Strasbourg). Sculpteur, ébéniste, médailliste et photographe, certaines de ses oeuvres sont à présent visibles dans plusieurs musées à travers le monde, dont celui d'Orsay qui lui avait consacré une exposition en 1993. On aperçoit d'ailleurs un bas relief sculpté en fond de cour sur le second cliché.

    939_001.jpg

    Médaille de Carabin "L'Imprimerie" pour Le Journal

     

    2. Qu'est-ce que c'est ce chantier ?

    Sur cette série de photographies, on assiste à l'élévation d'un immeuble annexe à la gare du Nord, au début de la rue Ambroise Paré dans le 10e arrondissement. Ce bâtiment, élevé en 1907-1909 et toujours existant, fait face à l'hôpital Lariboisière. Et si aujourd'hui nous voyons un bâtiment paraissant fait uniquement de pierre, la structure utilise en fait beaucoup la technique du béton armé.

    067_001.jpg

    088_001.jpg

    589_001.jpg

    634_001.jpg

     

    3. Barricade !

    Ce cliché réalisé durant la Commune, où nous voyons une barricade de pavés, est pris rue de La Chapelle dans le 18e, la rue la plus large de Paris. Il y avait une petit piège. Car s'il est assez facile de retrouver la légende de cette photo sur internet, il ne fallait pas oublier qu'aujourd'hui il s'agit de la rue Marx Dormoy, la première moitié de la rue de La Chapelle ayant pris ce nom en 1945.

    La Barricade si situe donc rue Marx Dormoy, approximativement au niveau du Carrefour Market, du côté de la place de La Chapelle. Il restent quelques immeubles visibles sur la photo qui existent toujours aujourd'hui.

    Barricade-RueDeLaChapelle.jpg

    Nous félicitons particulièrement Yamina L. et Rémi Philibert, qui se sont prêtés à ce jeu avec beaucoup de sagacité et de perspicacité, bravo à eux !

  • Devinette confinée : la petite maison et son atelier

    Nous continuons à vous proposer de petites devinettes confinées, mais cette fois avec une série de devinettes historiques. Aujourd'hui, il s'agit de trouver où on été prises ces deux photographies datant de 1898, qui nous montrent une charmante petite maison et son atelier attenant.

    n16 1894 1898 - copie.jpg

    On vous aide un peu. Elles ont été prises par le service photographique de la Ville de Paris pour conserver une trace de ces constructions avant démolition pour le percement d'une nouvelle voie. Mais de quelle nouvelle rue s'agit-il ? Un indice qui permet de restreindre vos recherches : nous sommes dans le 18e arrondissement. Et ne cherchez pas à reconnaitre un bâtiment autour, plus aucun n'existe aujourd'hui.

    Pas évident ? On pourrait corser le jeu encore, avec un question subsidiaire : qui habitait à cette adresse à cette époque ? Pour cette dernière question on ne vous en voudra pas de ne pas trouver.

    n16 cours - copie.jpg

     

  • Toxicomanie dans l'espace public : qui appeler en cas de besoin ?

    Les évacuations de la tristement célèbre "colline du crack" à la Porte de la Chapelle et du tunnel Rosa-Parks dans le 19e arrondissement, des évacuations nécessaires au vu de la situation intenable pour les riverains mais qui n'ont finalement été que des dispersions, ordonnées par la Préfecture, sans prise en charge ni accompagnement social et sanitaire, ont eu des conséquences pour beaucoup de quartiers du nord-est parisien. Avec la crise sanitaire, depuis le premier confinement notamment, la situation s'est encore aggravée. Du côté de Stalingrad, en premier lieu, au jardin d'Éole, mais également autour de la gare du Nord, à la Chapelle, à la Goutte d'Or et même à Château Rouge, ces quartiers connaissent dorénavant des scènes ouvertes de drogues au quotidien, principalement de consommation de crack, créant les nuisances qu'on sait.

    Les habitants sont souvent démunis face à certaines scènes. Pour les questions d'agressions et de violence, il faut bien évidemment appeler la police. Mais au quotidien, il est possible de faire appel aux associations dédiées à l'accompagnement des usagers de drogues, en particulier ceux qui sont sans domicile. Les riverains de la SCMR savent qu'en journée ils peuvent appeler la salle de consommation (pour rappel : 07 62 49 93 45) en cas de problème pour qu'une équipe de maraude intervienne, par exemple. Mais au-delà de ce petit périmètre, le plus souvent, on ne sait qui contacter. L'Agence régionale de santé (ARS) et la ville de Paris éditent un fascicule qui recense et localise les associations engagées sur le terrain, les dispositifs de prise en charge des usagers de drogues et les différentes actions menées. On retrouve des informations utiles, notamment les numéros à appeler en cas de besoin (intrusion dans un immeuble, scène de consommation dans l'espace public, seringues abandonnées...). Un dépliant utile pour les habitants concernés, dans les arrondissements du quart nord-est de Paris, du centre au 20e.

    Cliquer ici pour télécharger le dépliant

    toxicomanie,rdr,drogues,maraudes,10e,18e

     

  • Les Conseils de quartier reprennent dans le 18e

    Les réunions publiques des Conseils de quartier du 18e arrondissement reprennent pour l’année 2021 au cours de ce mois de mars. Règles sanitaires obligent, ces rencontres se feront en ligne. Vous pouvez proposer des sujets à inscrire à l'ordre du jour. Concernant les quartiers qui nous concernent, voici les rendez-vous à venir (suivez les liens pour plus d'informations, vous inscrire et recevoir le lien de connexion) :

     

    Rencontre publique du Conseil de Quartier Goutte d’Or – Château Rouge :

    Jeudi 18 mars 2021 à 18 h 30 en ligne (plus d'informations)

    CQ3.png

    Rencontre publique du Conseil de Quartier Chapelle – Marx Dormoy :

     Mardi 23 mars 2021 à 18 h 30 en ligne (plus d'informations)

    cq2.png

    Rencontre publique du Conseil de Quartier Montmartre :

    Mardi 30 mars 2021 à 18 h 30 en ligne (plus d'informations)

    CQ8-1024x692.png

  • Une exposition particulièrement intéressante sur le pont Saint-Ange

    En ces temps de restrictions culturelles pour cause de crise sanitaire, une nouvelle exposition  à découvrir est une aubaine. Et qui plus est, si cette exposition a de l'intérêt, cela n'est qu'encore mieux !

    C'est sur le pont Saint-Ange, sur le boulevard de la Chapelle, que cela se passe, avec l'exposition : "Les pionniers du Grand Paris". À travers cette exposition qui montre un très grand nombre de photos anciennes, dont certaines sont très rarement montrées, on retrace l'histoire de l'urbanisation et du lotissement des territoires devenus aujourd'hui la Goutte d'Or ou Château-Rouge, de 1730 jusqu'au dernier grand élargissement des frontières de Paris en 1860.

    exposition,pont-saint-ange,10e,18e

    Cette exposition orchestrée dans l'ombre par l'historien Alexandre Frondizi (Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel), fin connaisseur de l'histoire de l'urbanisation et de la vie de ce secteur de Paris, lui ayant consacré sa thèse de doctorat. Cela nous assure une exposition de qualité qui montre un passé démystifié de la Goutte d'Or notamment. Il est intéressant aussi de pouvoir visiter une exposition de plein air qui restitue les évolutions historiques d'un lieu sur le lieu même de cette histoire urbaine. Vous pourrez, par exemple, comprendre pourquoi le pont Saint-Ange porte ce joli nom.

    exposition,pont-saint-ange,10e,18e

    Cette exposition très riche en documents (photos, dessins, plans..) a été montée avec le concours de la Ville de Paris, des mairies des 10e et 18e arrondissements, du Comité d'Histoire de la Ville de Paris, de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, la Bibliothèque nationale de France, des Archives nationales et des musées de la Ville de Paris. 

    C'est donc en plein air, et les horaires de visite sont ceux du couvre-feu. Et vous l'aurez compris, c'est une exposition à découvrir !

    exposition,pont-saint-ange,10e,18e