Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lmp

  • Première édition du Festival d’Hiver au LMP


    Les 11, 12 et 13 janvier prochain, s'annonce la première édition du Festival d’Hiver au Lavoir Moderne Parisien, une salle qui a retrouvé un dynamisme remarquable.

    Durant trois jours, le LMP ouvre sa scène à de nombreux artistes, qui nous inviteront à nous interroger sur : "Comment surmonter une épreuve ? Comment traverser les tumultes de nos vies ? Comment résister, transformer le monde qui nous entoure ? Ne pas sombrer dans l’apathie, mais bien fêter notre humanité !". Les thèmes de société aussi variés que le cyber-harcèlement, l’homoparentalité, l’homophobie, la fin de vie… seront ainsi abordés.

    Mais la programmation ne se limite pas à ces thématiques, avec au programme du théâtre, de la musique ou encore des projections de court-métrages et de documentaires.

    Festival-d-hiver-basse-def.jpg


    AU programme du Festival d'Hiver

     

    Vendredi 11 janvier

    19H | Présentation du festival
    Venez partager un verre en découvrant plus en détail la programmation de cette première édition !

    19H30 | Végétal THÉÂTRE | Compagnie Watermelon-Sugar | durée 55 min
    Mise en scène : Judith Gars et Guillaume Parra / Interprète : Judith Gars

    21H | Deep South Revue CONCERT | Concert gratuit | durée 1 h


    Samedi 12 janvier

    15H | Léonie est en avance ou le mal joli d’à peu près Georges Feydeau mais pas vraiment THÉÂTRE | Compagnie Les Poursuivants | durée 50 min
    Mise en scène : Simon Rembado / Interprètes : Sarah Brannens, Antoine Prud’homme de La Boussinière, Geoffrey Rouge Carrassat, Théodora Breux, Emmanuel Besnault

    16H30 | Aujourd’hui COURT-MÉTRAGE | Réalisé par Florent Sabatier | durée 3 min

    16H35 | Condamné #03-64 THÉÂTRE | Compagnie Théâtre-Machine | durée 45 min
    D’après “Le Dernier jour d’un condamné” de Victor Hugo / Mise en scène : Baptiste Dezerces /
    Interprète : Jason Barrio

    17H15 | BORD-PLATEAU #1

    18H | En route vers la gloire DOCUMENTAIRE | Réalisé par Étienne Gaume | durée 30 min

    19H30 | L’homme qui court THÉÂTRE | Compagnie À Titre Réciproquee | durée 1h15
    D’après Woyzeck de Büchner / Réécriture et mise en scène : Angèle Peyrade / Création vidéo : Clément Salzedo /
    Interprètes : Léonard Kahn, Camille Neymarc, Angéline Pélandakis, Laure Prioul et Loïc Yavorsky

    21H30 | Myotone CONCERT | durée 1h | Hip-Hop-Électro-Rap |
    Rap-Batterie : Amosev / Beatmaker : Paul Cirrus


    Dimanche 13 janvier

    15H | Malacarne MISE EN VOIX | Compagnie La Liseuse | durée 55 min
    D’après le roman de Giosuè Calaciura / Mise en voix : Caroline Girard / Avec : Pierre-Stefan Montagnier

    16H30 | Ces filles-là THÉÂTRE | La collective Ces Filles-là | durée 1h15
    Texte : Evan Placey / Traduction : Adelaïde Pralon / Par la collective Ces Filles-là : Cécile Box, Elsa Canovas, Lola Haurillon, Ariane Heuzé, Juliette Gellée, Suzanne Gellée, Audrey Montpied, ZoéPoutrel, Claire Rolain

    17H45 | BORD-PLATEAU #2

    19H | Purple Gang CABARET / CONCERT | durée 50 min
    Cabaret Poétique Électro-Jazz / Poèmes & chants : Valentine Krasnochok / Flûte traversière : Mélanie Buso / Violoncelle : Simon Lannoy

    20H30 | Albertine Disparue THÉÂTRE | Juste Avant la compagnie | durée 1h35
    D’après l’œuvre de Marcel Proust / Mise en scène : Baptiste Dezerces / Interprètes : Valentine Bellone, Baptiste Dezerces, Antoine Prud’homme de la Boussinière et Simon Rembado


    Tarifs

    Festival illimité : 40 €
    Tarif plein : 16 €
    Tarif réduit (justificatif demandé) : 10 €
    (Bénéficiaire d’allocations chômage, habitant·e du 18ème, plus de 65 ans, donateur·rice, moins de 26 ans, intermittent·e, minimas sociaux)

     

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 11 au 13 janvier 2019

  • "L'avant dernier des hommes" au LMP

    Le Lavoir Moderne Parisien accueille en ses murs une pièce de Valère Novarina. C'est là la continuité d'une fidèle collaboration entre le LMP et Valère Novarina, une histoire qui a débuté en 1995. Cette fois, c'est "L'avant dernier des hommes", qui sera joué du 21 novembre au 1er décembre 2018. Cette pièce, mise en scène par Claude Buchvald, met à l'affiche Claude Merlin, qui lui aussi dit son attache au lieu : "Le Lavoir n’est pas un espace neutre, une boîte noire ; entre veille et rêve il médite, murmure d’anciennes histoires, chantonne des secrets et invite à la conversation ceux qu’il accueille."

    unnamed.png

    À noter, la pièce sera précédée de lectures de Valère Novarina et de Mathias Levy au violon, les 21 et 28 novembre.

     

    C'est où ?

    Au Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 21 novembre au 1er décembre, du mercredi au samedi, à 20H30

    Réservation : reservation@lavoirmoderneparisien.com ou appeler le 01 46 06 08 05



  • Une semaine classique au Lavoir Moderne Parisien

    Le Lavoir Moderne Parisien, le LMP, connaît ces derniers temps une deuxième jeunesse. Et cette vitalité opère sous le signe de l'ouverture. En effet, la petite salle de spectacle de la Goutte d'Or innove dans sa programmation avec une semaine — du 23 au 28 octobre — dédiée à la musique classique, et plus précisément à la scène musicale classique parisienne.

     

    unnamed (2).jpg

     
    La première édition de cette semaine classique accueille tous les jours, rue Léon, de talentueux musiciens parisiens. Dans le cadre intime du LMP, chaque concert se compose de deux parties contrastées et complémentaires, suivies d'une rencontre avec les musiciens autour d'un verre.

     

     

    Pour en savoir plus sur le nouveau festival de musique classique du LMP, rendez-vous sur la page Facebook de l'évènement.

     

    C'est où ?

    • Le Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, 75018 Paris

    C'est quand ?

    • du 22 novembre 2018 au 28 octobre 2018
  • Olympic Café, acte II

    paris,18e,olympic-café,lmp,goutte-d-or« On prend les mêmes et on recommence », s’exclame en rigolant cette ancienne habituée des concerts de l’Olympic Café en tombant sur une vieille connaissance : samedi 22 mars, ce lieu emblématique du quartier fêtait sa réouverture, après deux ans de fermeture. Dans une ambiance chaleureuse, il débordait de monde malgré le peu de pub faite à la réouverture.

    Les sourires se lisaient sur les visages des anciens fans du Café et des voisins présents à l’événement. Habitant de toujours de la Goutte d’Or, Camel commentait : « C’est super de voir de la vie revenir dans ce coin ; je me rappelle ce lieu il y a vingt ans déjà, avec ses billards et ses tables de ping-pong, avant même qu’Hervé Breuil, le patron du Lavoir Moderne parisien, ne le transforme en café et salle de concerts ».

    paris,18e,olympic-café,lmp,goutte-d-orLe cuisinier, Simplice, à droite sur la photo.

     

    Mis au courant de l’inauguration par une copine « qui connaît tous les bons plans musique à Paris », un autre participant ignorait même que le lieu eût été fermé jusque-là : « Je venais écouter des groupes ici il y a quatre à cinq ans ». C’est la grande salle située en sous-sol qui accueillera les concerts qui ont fait la réputation de l’Olympic Café.

    paris,18e,olympic-café,lmp,goutte-d-orLe nouveau repreneur est Saïd Messous, le patron, entre autres, du célèbre Bar du Marché, à Montreuil et de la non moins réputée Alimentation générale, dans le 11e arrondissement de Paris. Il expérimente depuis mardi 18 mars une ouverture midi et soir. Sept couverts le premier jour, mais déjà vingt couverts le vendredi midi : Saïd se donne quelques mois pour trancher et compte sur « son super chef » pour séduire la clientèle. Le cuisinier, Simplice, un grand type élégant au sourire éclatant, a concocté pour l’inauguration un buffet – offert aux heureux présents – qui est un vrai régal (voir photo ci-dessous pour le buffet et ci-dessus pour le grand type élégant et souriant !). Le prix de la carte est quant à lui raisonnable : un peu moins de 15 euros pour la formule entrée-plat-dessert.  

    paris,18e,olympic-café,lmp,goutte-d-or

    L’Olympic Café sur Facebook : https://www.facebook.com/OlympicCafe

  • Le Lavoir moderne toujours dans le rouge

    La Mairie du 18e nous informe régulièrement de la situation du Lavoir Moderne, petit théâtre de la rue Léon, qui maintient la culture des quartiers populaires contre vents et marées. Nous vous avions déjà parlé d'une pétition qui surfait sur le net et permettait à chacun de faire part de son attachement au lieu.
    Les subventions annuelles de la VILLE DE PARIS, quelque 49 000 Euros, ne suffisent pas à le maintenir à flot. Pas même ajoutées à celles de la Région et de la Culture. Le rapport de l'inspection générale de la ville (IGVP) attribue les problèmes du Lavoir Moderne à des difficultés structurelles. La clarté et la rigueur ne sont pas les premières qualités de la gestion des responsables du lieu. De plus, les charges d'exploitation sont en forte hausse depuis la reprise de l'Olympic Café, en 2006.

    De fait, la vocation culturelle du lieu est menacée. En 2003, l'association qui gère le théâtre a déjà subi un redressement judiciaire. Une procédure est en cours devant le Tribunal de Commerce de Paris, ayant pour objet d'examiner différentes offres de reprises, qui ne sont pas toutes à vocation culturelle.  L'affaire venait en audience le 7 mars dernier. Daniel Vaillant, maire du 18e, et Christophe Girard, adjoint chargé de la culture ont cosigné un courrier adressé au Président du tribunal de commerce lui faisant part de l'attachement du Conseil de Paris au LMP.

    Le maire de Paris a donc décidé le 19 mars d'écrire au Ministre de la Culture, afin de l'alerter des dangers que court ce lieu historiquement représentatif de la culture populaire du quartier de la Goutte d'Or, et présent dans le PLU au titre de son intérêt patrimonial. Pourquoi attirer l'attention de Frédéric Mitterrand? Parce que son autorisation sera nécessaire à toute modification d'affectation de la salle, en vertu de l'ordonnance du 13 octobre 1945, modifiée par la loi du 18 mars 1999...

    La Ville aurait-elle pu préempter ? Aurait-elle du ?

    En attendant, le Lavoir a signé un bail commercial en janvier 2011, qui le met un peu à l'abri d'une expulsion. Encore faut-il pouvoir régler toutes les charges qui s'accumulent. Notamment les loyers et les cotisations sociales.

    Nous avons trouvé dans la presse et sur le net deux articles :
    - Libération du 22 mars 2012
    - Libre Accès du 23 mars 2012, en réponse à la journaliste de Libé, Eva Fichefeux.