Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Transports

  • Rue de Dunkerque : de longs travaux de canalisation en perspective

    Mardi 6 octobre, on découvrait avec étonnement qu’à partir de son carrefour avec la rue du faubourg Poissonnière, tout le tronçon de la rue de Dunkerque qui mène au boulevard de Magenta était maintenant en sens interdit. En vue de travaux, importants de toute évidence, des barrières de protection réduisaient déjà sa largeur de moitié, deux panneaux de sens interdit avaient été placés à ce carrefour et un feu rouge installé juste devant la boulangerie qui fait l’angle. Mais d’explication aucune et tous les véhicules continuaient tranquillement à emprunter ce passage nouvellement interdit. Bigre !

    Comme cela manquait vraiment de transparence, à force de chercher sur le net, on a fini par trouver un début d'explication, assez laconique sur le site de la Ville :

    a1.jpg

    Pour des travaux annoncés sur sept mois, on n'en savait pas plus. Réseau EDF, GDF, Eau... ?

    Explication fournie depuis sur un grand panneau posé à l’aval des barrières de chantier : il s’agit de la phase deux de l’opération "Villette-Passy" concernant le renouvellement d’une conduite de transport d’eau dans le 10e, rues de l’Aqueduc et Lafayette, boulevard de Magenta et rue de Dunkerque. Mazette, ça c’est de la canalisation !

    a2.jpg

    a3.jpg

    Mais ce dimanche 11 octobre, certains véhicules (voitures, taxis, deux-roues motorisés) continuent à faire la sourde oreille à ce sens nouvellement interdit et empruntent toujours ce tronçon de la rue de Dunkerque en sens contraire. Et pourtant, de deux gros panneaux de sens interdit, on est passé à quatre maintenant pour les chauffeurs qui ne les auraient pas encore vus !

    a4.jpga5.jpg

    Les plus obéissants qui arrivent du haut Dunkerque doivent rejoindre le Magenta et la gare du Nord en tournant à gauche dans la rue du faubourg Poissonnière, puis à droite au bout, presque en face du Louxor.

    Logiquement, on pourrait aussi supposer que tout en haut de la rue de Dunkerque, boulevard de Rochechouart au niveau du café-restaurant Les Oiseaux, un panneau avertirait de ce sens interdit à une centaine de mètres plus bas, mais rien. Donc venant du boulevard, toutes les voitures qui empruntent régulièrement ce raccourci qu’offre la rue de Dunkerque pour rejoindre directement le Magenta et la gare du Nord doivent maintenant tourner à gauche rue du Faubourg Poissonnière pour se retrouver….. juste un peu plus bas du boulevard qu’ils viennent de quitter, au carrefour avec le Magenta.

    Allez y comprendre quelque chose dans tout ça…… Mais l’enseigne qui a tout de suite compris ce qu’il allait lui en coûter pendant ces sept mois est la brasserie Bellanger, à l’angle des rues de Dunkerque et du faubourg Poissonnière. Très réactive, illico elle a déménagé en partie sa terrasse pour l’installer maintenant côté Poissonnière.

    a6.jpg

  • Contribuez à la définition du nouveau PLU parisien

    Du 26 septembre au 17 octobre 2020,  tous les acteurs de la ville de Paris (habitants, usagers, associations, conseils de quartier…) peuvent faire connaître leur vision de la ville de demain dans le cadre de la redéfinition du Plan local d'urbanisme (PLU).

    Le PLU détermine les règles d'urbanisme et de construction dans la ville. Hauteur des bâtiments, densification urbaine, protection du patrimoine, place du végétal... voilà autant de sujets qui sont concernés par le PLU. Il s'agit donc de participer à la définition de ces règles et de dire quelle vile nous voulons demain.

    La plateforme "idée-paris" est donc ouverte pour recevoir vos contributions jusqu'au 17 octobre 2020. Il n'est pas nécessaire d'avoir une vision globale et une réponse sur l'ensemble des points concernés, vous pouvez exprimer vos idées sur le volet qui vous intéresse en matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire.

    Fidèle à son intérêt pour l'aménagement urbain, Action Barbès participera évidemment à cette consultation et proposera ses idées pour le Paris de 2030.

    Pour contribuer, c'est par là.

     

    plu,paris,urbanisme,consultation

     

     

  • La Goutte d'Or a changé de plan de circulation

    Depuis bientôt vingt ans, Action Barbès est très attentive à la vie de nos quartiers sous ses nombreux aspects (aménagement urbain, déplacements, commerces, sécurité, végétalisation, patrimoine, culture...), et cette expertise acquise au cours de ces années nous donne une vision assez précise des problématiques de ces territoires mais également une vision plus globale, à l'échelle des quartiers. C'est ce qui nous permis de constater les problèmes inhérents à la circulation dans la Goutte d'Or et nous a amené à demander la révision du plan de circulation (voir notre article complet sur cette demande : "Pour une révision du plan de circulation de la Goutte d'Or"). 

    Le problème de l'arrivée massive de véhicules le week-end sur Château-Rouge ayant été partiellement résolu par l'élargissement du secteur de l'opération "Paris respire" le samedi, il restait le problème rencontré au quotidien causé par la circulation de transit qui encombrait inutilement et dangereusement les rues étroites de la Goutte d'Or. Des itinéraires "malins" que nous dénoncions dès 2015, auquel il fallait remédier, et pour ce faire seul un changement du plan de circulation du quartier pouvait faire évoluer positivement les choses.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Les itinéraires de transit (2015)

    Depuis, l'association de cyclistes Paris En Selle nous a rejoints dans cette demande de révision en proposant des aménagements concrets. D'autres éléments montrent que cette attente est partagée par les habitants du quartier, comme le projet lauréat du Budget participatif de 2017 qui demande un réaménagement du pourtour de l'église Saint-Bernard en zone de rencontre (non réalisé), ou encore cette pétition à l'initiative d'habitants demandant la piétonnisation de la rue Myrha qui a connu un grand succès ces derniers mois. Enfin, rappelons que, selon l'INSEE, seulement entre 19,1 % et 24,94 % des foyers du quartier possèdent un véhicule.

    Cette demande de changement de plan de circulation du quartier a donc finalement été entendue par les élus. La décision a été prise et mise en oeuvre très rapidement après les dernières élections municipales. Une réunion d'information s'est tenue le 22 juillet dernier pour une mise en œuvre du changement le 30 juillet suivant ! Lors de cette réunion, à l'assistance nombreuse malgré le déficit de communication de la mairie, si globalement le changement de plan de circulation a été bien accueilli par les habitants,  en revanche, l'absence de concertation préalable a été pointée du doigt par nombre d'entre eux. La mairie du 18e a précisé que ce plan n'est pas définitif et que des changements pourraient être apportés au regard de l'expérience sur le terrain. Une réunion publique devrait se tenir courant novembre pour faire le point sur ce dossier.

    Sans attendre novembre, nous avons fait part de nos observations à la mairie du 18e, et nous lui avons notamment demandé, par l'intermédiaire de son nouvel adjoint à la sécurité, Kévin Havet, l'implantation de panneaux de signalisation supplémentaires à plusieurs carrefours problématiques pour faciliter la compréhension des nouveaux sens de circulation pour les automobilistes. Cela a été fait très rapidement, espérons que cette réactivité perdure tout au long de cette nouvelle mandature.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Il faudra évidemment attendre pour voir les effets durables dans les semaines qui viennent, quand la circulation aura repris son flux habituel et que les systèmes de GPS auront été mis à jour. Mais d'emblée, passés les premiers jours de confusion après la mise en place du nouveau plan de circulation, le mois d'août a montré des premiers effets positifs, avec une diminution notable de la circulation et une réduction de la vitesse moyenne des véhicules, rendant les déplacements piétons et cyclistes beaucoup plus faciles et sûrs. Par exemple, sans les véhicules en transit, la circulation automobile rue Myrha s'est raréfiée au point que les piétons — très nombreux dans cette artère commerçante — ont vite investi la chaussée, lui donnant un air de rue piétonne très agréable. Mais il faudra réfléchir à améliorer certains points, comme les flux automobiles passant par les rues de Panama, de Suez et Laghouat.

     

    Rues aux écoles

    La mairie a profité du changement de plan de circulation pour déployer les aménagements dans le cadre des "Rues aux écoles", un plan qui prévoit de piétonniser des portions de rue devant les établissements scolaires parisiens. C'est donc le cas devant les écoles de la rue Cavé, de la rue Saint-Luc et de la rue Émile Duployé. La rue Richomme est, elle, déjà devenue piétonne, comme les lecteurs de ce blog le savent.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Signalisation et marquage au sol devant l'école de la rue Cavé

     

    Les changements

    Plusieurs rues changent donc de sens de circulation. L'idée générale étant de maintenir l'accès à l'ensemble du quartier, pour qui a quelque chose à y faire (desserte locale, livraisons, taxis...), tout en empêchant une traversée pour éviter les grands axes. Quelques petits tronçons deviennent piétons, dont certains dans le cadre des Rues aux écoles précédemment évoquées.

    Voilà la liste des rues dont le sens est inversé :

    - rue Doudeauville, entre la rue Marx-Dormoy et la rue Stephenson ;

    - rue des Gardes, entre la rue Myrha et la rue de la Goutte d'Or ;

    - rue Léon, entre la rue Doudeauville et la rue Laghouat ;

    - rue Marcadet, entre la rue des Poissonniers et le boulevard Barbès ;

    - rue Myrha, entre la rue Affre et la rue Léon ;

    - rue des Poissonniers, entre la rue Myrha et la rue Polonceau ;

    - rue Saint-Jérôme.

    Les rues qui deviennent piétonnes :

    - rue Cavé, entre la rue Affre et la rue Saint-Jérôme, et entre la rue Léon et la rue des Gardes ;

    - rue Émile Duployé ;

    - rue Saint-Luc, entre la rue Polonceau et la rue Saint-Bruno ;

    - rue Saint-Mathieu, entre la rue Stephenson et la rue Affre.

    Il est à noter que les rues au sud du quartier (Goutte d'Or, Charbonnière, de Chartres, des Islettes) ne sont pas concernées, la rue de la Goutte d'Or abritant un commissariat, un changement de sens de circulation ici demande l'aval de la Préfecture, qui ne l'a donc pas donné. 

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

     

    La rue Stephenson respire

    Une des — heureuses — conséquences du changement de plan de circulation, la zone "Paris respire" Goutte d'Or-Château Rouge s'agrandit un peu, avec des nouvelles limites mises en place samedi dernier, le 29 août. Comme nous le demandions depuis plusieurs mois (voir notre article de février dernier) avec de nombreux riverains, la rue Stephenson fait enfin partie du périmètre de la zone Paris respire et ses habitants bénéficient à présent — enfin — d'un peu de tranquillité le samedi. De plus, le bus 302 qui passe par cette rue verra ses horaires mieux respectés ce jour-là. Entrent également dans le périmètre, le début de la rue Affre (entre la rue de Jessaint et la rue Saint-Bruno), tout comme la rue Polonceau, la rue Saint-Bruno, la rue Pierre l'Ermite, le début de la rue des Poissonniers (entre le boulevard Barbès et la rue Myrha), la rue Myrha (entre la rue des Poissonniers et le boulevard Barbès), ou encore la rue Jean-François Lépine.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Nouveau point de contrôle de Paris respire boulevard Barbès, au début de la rue des Poissonniers

  • Gare du Nord : et si l'annulation des Jeux olympiques était la solution ?

    La nouvelle est tombée la semaine dernière : après la seconde enquête publique, l'État, par l'intermédiaire de la préfecture de région, vient de donner son feu vert pour le permis de construire pour les travaux titanesques de la gare-du-Nord-centre-commercial 2024. Nous devrions donc voir apparaitre dans une gare du Nord agrandie un centre commercial géant estampillé Auchan, que nul ne réclame, au détriment des services aux voyageurs et des commerces du quartier. Un projet commercial qui d'ailleurs a une viabilité bien incertaine : les centres commerciaux qui ont récemment ouvert dans l'agglomération parisienne ne rencontrent pas le succès escompté par leurs promoteurs, loin de là, ce mode de consommation ne faisant pas figure d'avenir.

    Mais il n'est pas surprenant que ce permis ait été délivré en l'état, c'est à dire sans modification majeure par rapport à la première mouture, et ce malgré la forte opposition à ce projet de la part de nombreux acteurs (pétitions d'usagers, protestations d'associations de riverains et de voyageurs, tribune d'architectes...) et finalement de la mairie de Paris (une opposition bien tardive, après avoir d'abord agréé le projet), car au vu des délais - la gare devant être prête pour les jeux olympiques de 2024 - il était impossible à l'opérateur de concevoir un projet complètement nouveau, (s'il l'avait voulu, ce qui n'est pas le cas). Le choix était donc "centre commercial géant" ou... pas de gare rénovée pour les JO. L'État a donc fait son choix.

    Alors comment en sommes nous arrivés là ? Tout simplement à cause de ces fameux JO. Des Jeux olympiques dont l'engouement populaire reste à démontrer. Des Jeux olympiques dont beaucoup demandent l'annulation pour des raisons écologiques et/ou économiques. Il faut dire que la ville de Paris s'est piégée toute seule dans cette situation. En effet, en postulant et obtenant l'organisation des JO 2024, la ville a enclenché un processus législatif qui a engendré une loi d'exception pour préparer cet évènement sportif et commercial. Cette loi prévoit des mesures d'exception, comme le fait d'enlever à la ville ses prérogatives en matière de délivrance de permis de construire pour les équipements estampillés JO 2024, comme c'est la cas pour la gare du Nord. S'il n'y avait pas la perspective des JO, la ville aurait eu toutes latitudes pour faire modifier le projet et prendre le temps nécessaire à l'élaboration d'un projet autrement satisfaisant. Car n'oublions pas qu'un des principaux arguments pour la délivrance de ce permis en l'état est que le temps est compté pour justement livrer cet équipement public en temps et en heure.

    Et finalement, pour court-circuiter ce projet fou d'une gare transformée en centre commercial, si on annulait tout simplement les JO de Paris 2024 ? Provocateur ? Un peu, admettons-le. Absurde ? Pas tant que cela, lorsque l'on songe notamment aux échecs financiers pour les pays organisateurs qu'ont systématiquement été tous les derniers JO (pas pour la société privée à qui appartient l'évènement, qui elle engrange toujours de beaux bénéfices). Et c'est sans compter les leçons que l'actuelle crise sanitaire nous a enseignées, sait-on  s'il sera toujours opportun dans quelques années de brasser des dizaines de milliers de personnes venues du monde entier ?  Mais surtout, cela supprimerait de fait l'impératif temporel et rendrait caduque la loi idoine ; ainsi la mairie pourrait reprendre la main sur le dossier gare du Nord. Cela lui éviterait également une guerre judiciaire, à l'issue incertaine, que l'exécutif parisien a promis de mener pour mettre à mal le projet SNCF-Auchan après l'annonce de la délivrance du permis de construire. De plus, dans cette hypothèse, les investissements prévus pour les équipements des JO pourraient alors être beaucoup mieux employés en les consacrant, par exemple, à intensifier l'indispensable transformation écologique de la ville et des territoires concernés, la Seine-Saint-Denis en particulier. 

    Bien-sûr, annuler l'organisation des JO 2024 demanderait un courage politique certain, mais ce serait là un symbole fort, un acte visionnaire, allant vers les attentes des citoyennes et des citoyens en matière d'urbanisme et d'environnement. Car en matière d'environnement, les seuls Jeux olympiques écologiques possibles sont ceux qu'on organise pas. 

     

    IMG-20200712-150931.jpg

     

  • Déconfinement, les principales informations

    Le confinement instauré par les autorités à la mi-mars prend fin aujourd'hui. Cependant, il ne s'agit pas de reprendre d'emblée "la vie d'avant", le virus circule moins vite et moins fortement, mais il circule toujours. La phase de déconfinement qui commence doit se dérouler jusqu'au 2 juin, surtout pour les département "classés en zone rouge" qui doivent observer des consignes plus strictes. Pour la reprise progressive de la vie économique, plusieurs mesures sont mises en place, nous listons ici les principales.

     

    confinement,covid-19,epidemie,consignes,deconfinement

    Carte du déconfinement, en rouge les départements devant observer des consignes plus strictes

     

    Attestations

    • Il n'y a plus besoin d'attestation de sortie pour circuler dans l'espace publique (sauf pour certains déplacement en transport en commun, voir plus bas). Chacun peut de nouveau circuler sans attestation avec, s’il est en voiture, un justificatif de domicile tel qu'un chéquier, une pièce d'identité, un justificatif d’assurance de la voiture, une facture.
    • En revanche, les déplacements au-delà de 100 km à vol d’oiseau de son lieu de résidence actuel sont interdits, sauf si ces 100 km se font au sein d’un même département.
      • des dérogations sont possibles pour des motifs professionnels ou familiaux impérieux comme un décès, l’assistance à une personne vulnérable ou l’exercice par exemple de son métier de transporteur. 
      • l’attestation dérogatoire sera disponible sur le site du gouvernement ou du ministère de l’Intérieur.
      • des contrôles seront effectués dans les gares, aérogares, sur les routes et les autoroutes et l’amende sera de 135€ pour les personnes qui ne seraient pas en règle.

     

    Transports

    Les transports en commun sont réservé aux motifs de déplacement suivant :

    • trajet domicile-travail ;
    • rendez-vous médical ;
    • trajet scolaire.

    Attention : en Ile-de-France, aux heures de pointe, l’accès aux transports en commun est réservé aux personnes munies d’une attestation de déplacement de leur employeur. Le port du masque est obligatoire.

    Réseau RER:

    Les trains circulent de 6h00 à 22h00 uniquement.

    ligne A : 75% de l'offre en moyenne, interconnexion assurée à Nanterre-Préfecture,

    ligne B : 65% de l'offre en moyenne, pas de changement de train à Gare du Nord.

     

    Réseau Métro:
    Les trains circulent de 6h00 à 22h00 uniquement. Les derniers départs des terminus se font entre 21h00 et 21h30.

    Lignes ligne 1 ligne 14 : Trafic normal,
    Lignes ligne 2 ligne 3 ligne 3b ligne 4 ligne 5 ligne 6 ligne 7 ligne 7b ligne 8 ligne 10 ligne 11 ligne 12 : 70% de l'offre en moyenne,
    Ligne ligne 9 : 75% de l'offre en moyenne,
    Ligne ligne 13 : 85% de l'offre en moyenne.

    ATTENTION : Certaines stations sont fermées , pour nos quartiers :

    Stalingrad, Barbès-Rochechouart, Strasbourg-Saint Denis, République, Abbesses, Jules Joffrin, Marx Dormoy, Notre-Dame de Lorette et Place de Clichy.

     

    Réseau Tram :
    85% de l'offre en moyenne :

    ligne T1 Trafic assuré à 80% de 5h30 à 00h40. Dernier départ de Gare de Noisy-le-Sec à 23h10, dernier départ d'Asnières - Quatre Routes à 00h30.
    ligne T2 Trafic assuré à 85% de 6h22 (Porte de Versailles) et 6h30 (Pont de Bezons) à 1h15. Derniers départs des terminus à 00h30.
    ligne T3a Trafic assuré à 80% de 5h30 (Pont du Garigliano) et 5h45 (Porte de Vincennes) à 1h42. Dernier départ en direction de Pont du Garigliano à 1h08, dernier départ en direction de Porte de Vincennes à 00h35.
    ligne T3b Trafic assuré à 80% de 5h30 à 1h05. Derniers départs des terminus à 00h30.
    ligne T5 Trafic assuré à 90% de 6h00 à 1h00. Derniers départs des terminus à 00h30.
    ligne T6 Trafic assuré à 92% de 6h00 à 1h15. Derniers départs des terminus à 00h30.
    ligne T7 Trafic normal. Derniers départs des terminus à 00h00.
    ligne T8 Trafic assuré à 85% de 6h00 à 00h00. Derniers départs des terminus à 23h30.

    Réseau ligne Bus :
    75% de l'offre en moyenne
    ligne Noctilien: Trafic normal

     

    Commerce

    La majorité des commerces ouvrent à partir du 11 mai, en respectant des mesures de protection sanitaire :

    • le nombre de personnes dans les magasins est limité ;
    • la distanciation physique de 1 mètre minimum entre chaque personne doit être respectée ;
    • le personnel doit être protégé ;
    • le port du masque est recommandé pour le personnel comme pour les clients lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Un commerçant peut imposer le port du masque dans son magasin.

    Cas spécifiques :

    • concernant les cafés et restaurants, une décision sera prise fin mai pour une éventuelle réouverture le 2 juin ;
    • concernant les coiffeurs et instituts de beauté : ils rouvrent à condition de respecter des guides sanitaires spécifiques ;
    • les marchés de plein air et halles couvertes rouvrent à partir du 11 mai si les distances de sécurité entre les consommateurs sont garanties. Les maires ou préfets pourront revenir sur cette autorisation s’ils constatent l’impossibilité de garantir le respect des mesures barrières ;
    • la décision des conditions de réouverture des cafés et restaurants sera prise à la fin du mois de mai.

     

    Vie sociale :

    À partir du 11 mai, la vie sociale reprend progressivement son cours. Vous pouvez, tout en respectant les règles de distanciation sociale :

    • circuler librement dans votre région, sauf pour les déplacements à plus de 100 km à vol d'oiseau de votre domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, qu’il soit familial ou professionnel ;
    • pratiquer un sport individuel en extérieur ;
    • vous rendre à nouveau dans les parcs et jardins , uniquement dans les départements où le virus circule faiblement (ce n'est pas le cas de Paris) et sous réserve des décisions des gestionnaires de ces espaces ;
    • vous rendre dans les forêts (les bois de Boulogne et Vincennes sont ouverts) ;
    • vous rendre dans les médiathèques, bibliothèques (à Paris la réouverture est progressive, consultez le site de votre bibliothèque), les petits musées et les petits monuments ;
    • vous rendre dans les lieux de cultes, qui resteront ouverts. Ils n’organiseront cependant pas de cérémonie, au moins jusqu’au 2 juin ;
    • vous rendre aux cérémonies funéraires qui resteront limitées à 20 personnes ;
    • vous rendre dans les cimetières ;
    • participer à des rassemblements limités à 10 personnes. Un nouveau seuil pourra être défini fin mai

    Cependant :

    • vous ne pouvez pas pratiquer de sport dans les lieux couverts, ni de sport collectif, ni de sport de contact (la liste précise est diffusée par le ministère des sports) ;
    • les manifestations de plus de 5000 participants (sportives, culturelles, etc.) ne pourront pas se tenir avant le mois de septembre ;
    • les parcs et jardins sont fermés jusqu’au 1er juin dans les départements rouges où la circulation épidémique est élevée (à Paris, seuls les bois de Boulogne et de Vincennes sont autorisés à la promenade) ;
    • les musées, monuments, parcs zoologiques sont fermés - sauf décision contraire du préfet après avis du maire et du gestionnaire de l’établissement (à Paris, seuls les petits musées rouvriront) ;
    • les manifestations de plus de 5000 participants (sportives, culturelles, etc.) ne peuvent pas se tenir jusqu’au 31 août ;
    • la saison actuelle des sports professionnels dont le football ne reprendra pas ;
    • les mariages continueront d’être reportés, sauf urgences ;

    Le respect par chacun d’entre nous de ces règles contraignantes est important : notre santé collective en dépend !

    Les personnes âgées et vulnérables sont invitées (sans obligation ni besoin d’attestation) à respecter les règles similaires à celles imposées durant la période de confinement, et donc à limiter leurs contacts et leurs sorties. Les personnes qui rendent visite à ces personnes doivent respecter les précautions nécessaires à la préservation de leur santé fragile.

     

    confinement,covid-19,epidemie,consignes,deconfinement

     

     

  • COVID-19 : informations pratiques

     


    Mise à jour : jeudi 30 avril 2020 à 0 h 40 


     

     

     

    SAUVONS DES VIES,

    RESTONS CHEZ NOUS !

     

     

     

    Retrouvez ici les informations pratiques, les consignes et les liens vers les sites officiels concernant la crise sanitaire du Covid-19.

    Nous mettons à jour les informations le plus régulièrement possible.

     

    Le gouvernement a mis en place une page internet qui centralise les informations sur les mesures prises pour endiguer la pandémie de Covid-19.

    La ville de Paris centralise les informations à cette adresse.

     

     

    En application de l’état d’urgence sanitaire (décret du 23 mars 2020), les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :

    • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
    • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité (Y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d’espèce) dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
    • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ; soin des patients atteints d'une affection de longue durée.
    • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
    • Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie. ATTENTION : à partir du mercredi 8 avril, les sorties "sportives" ne sont pas autorisées à Paris de 10 h à 19 h.
    • Convocation judiciaire ou administrative.
    • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

    Les infractions à ces règles seront sanctionnées d'une amende de 135 euros avec une possible majoration à 200 euros et 1 500 euros en cas de récidive.

     

      ⇒ Télécharger la nouvelle version de l'attestation de déplacement (elle doit être remplie pour chaque déplacement non professionnel)

     ⇒ Télécharger le justificatif de déplacement professionnel (à remplir par l'employeur ; elle est valable pendant toute la durée des mesures de confinement et n’a donc pas à être renouvelée tous les jours.)

     

    Attention : les attestations imprimées ou recopiées sur papier libre sont autorisées. Sur téléphone ou tablette, seules les attestations numériques générées sur le site officiel sont admises.

    Sur papier libre, il est nécessaire de recopier :

    • la partie correspondant à son identité
    • la mention « certifie que mon déplacement est lié au motif suivant autorisé par l’article 1er du décret du 23 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19 »
    • la ligne correspondant au motif
    • le lieu, la date, l'heure et la signature.

    attestation-deplacement-fr-20200324 - copie.jpg

    Attestation de déplacement dérogatoire, cliquer pour agrandir

     


     

    Santé

     

    Il est aujourd'hui OBLIGATOIRE de rester chez soi, de limiter ses déplacements au strict nécessaire, et de télétravailler dès que cela est possible. Le ministère du Travail consacre une page spéciale sur son site, notamment pour la question de chômage partiel.

    Les personnes âgées de 70 ans et plus et celles particulièrement fragiles (insuffisance respiratoire, diabétiques...) doivent impérativement éviter de sortir de chez elles et limiter les interactions sociales. C'est le moment de prendre des nouvelles de nos ainés, de nos proches et de nos voisins, mais en respectant scrupuleusement les précautions données par les autorités.

     

    Gestes-barrières : chacun doit absolument adopter ces gestes pour éviter la propagation du COVID-19 : se laver les mains très régulièrement (au moins 30 secondes avec du savon ou avec du gel hydro-alcoolique), ne pas serrer la main, ne pas faire la bise, éternuer/tousser dans son coude, rester à distance dans les magasins, les files et les transports (un à deux mètres de distance). Et surtout : RESTER CHEZ SOI !

    se-laver-les-mains-oms.jpg

    Le coronavirus : Il est impératif de rester chez soi lorsque l'on présente des symptômes grippaux et de contacter son médecin ou le SAMU, et surtout ne pas se rendre à l'hôpital sans y avoir été invité par un médecin. En ce moment, encore plus que jamais, il faut absolument réserver les appels au 15 ou au 112 aux véritables urgences.

    Le ministère de la santé a mis en place un numéro gratuit accessible 24h/24 pour toute question sur le Covid-19 : 0 800 130 000 et édité ces visuels qui résument les points principaux à connaitre :

    ETD3yJfXkAElirj.png

    ETGTc4AXsAEbYN9.jpeg

    Personnes vulnérables et soins non-urgents : Il est demandé à certains professionnels de santé - pédicures-podologues, orthophonistes, orthoptistes, audioprothésistes, masseurs-kinésithérapeutes - de reporter les soins non-urgents pour ces personnes afin d’éviter les sorties, les salles d’attente.

     

    EHPAD : Les visites sont aux personnes résidentes dans des EHPAD sont suspendues jusqu'à nouvel ordre.

     

     


     

    Municipalité - Administration

     

    Site de la ville de Paris : Cliquer ici

     

    Encombrants : la collecte des encombrants est suspendue jusqu'à nouvel ordre, pour ne pas gêner la collecte des ordures il ne faut déposer aucun encombrant dans la rue.

     

    La collecte des ordures ménagères est assurée (il faut bien fermer les sacs, ne pas trop remplir les containers, les gants et masques de protection doivent être placés dans un sac fermé et jetés à la poubelle seulement après 24 h).

     

    Parcs et jardins : l'ensemble des parcs et jardins sont fermés depuis le lundi 16 mars 2020 et jusqu'à nouvel ordre.

     

    Équipements municipaux : L'ensemble des équipements municipaux consacrés à l'éducation, au sport et à la culture sont fermés, sauf quelques exceptions pour la prise en charge des enfants des personnels médicaux.

     

    Justice : l'ensemble des tribunaux français, sauf pour les affaires urgentes, sont fermés à partir du lundi 16 mars 2020 et jusqu'à nouvel ordre.

     

    État-civil : les services d'état-civil sont ouverts pour les actes de naissances et de décès.

     

    Titres d'identité : Les demandes sont traitées uniquement par mail, à DDCT-titresdidentite@paris.fr. Seules les situations d’urgence seront étudiées.

     

    Artisans : La Chambre des métiers de l'artisanat recense toutes les aides destinées aux artisans à cette adresse.

     

    Élections municipales : Le premier tour s'est tenu le 15 mars 2020, affichant un taux record d'abstention. Le second tour est reporté au mois de juin 2020.

     

    18e : La Salle St-Bruno est fermée jusqu'à nouvel ordre.

     

    Mairie du 9e arrondissement : Un numéro de téléphone dédié à toutes les questions des habitants du 9e relatives à cette période de confinement : 01 71 37 75 02, cette permanence téléphonique est ouverte de 10 h à 18 h. Une adresse mail est elle aussi dédiée à toutes vos questions : webmairie9@paris.fr

    La Mairie du 9e consacre le numéro d'avril de son magazine mensuel Paris-Neuf à la crise actuelle, avec des nombreux renseignements pratiques : cliquer pour télécharger

     

     

     


     

    Transports - Déplacements

    ETGpC1WWsAA-zpB.png

    Les déplacements et voyages sont à éviter. Les frontières de l'espace Schengen sont fermées. Voir les informations sur le site du ministère des affaires étrangères.

     

    RATP : état du trafic à partir du mardi 31 mars 2020

    Métro :

    Les trains circulent de 6 h 00 à 22 h 00 uniquement. Les derniers départs des terminus se font entre 21 h et 21 h 30.

    Ligne 2, ligne 3, ligne 3b, ligne 4, ligne 5, ligne 6, ligne 7, ligne 7b, ligne 8, ligne 9, ligne 10, ligne 11, ligne 12 : 30 % de l'offre en moyenne

    Ligne 13, ligne 14 :  35 % de l'offre en moyenne

    Ligne ligne 1 : 50 % de l'offre en moyenne

    OrlyVal ligne orv : 50% de l'offre en moyenne, fin de service à 21 h 00

    Le Funiculaire de Montmartre est fermé jusqu'à nouvel ordre

    Certaines stations sont fermées :

    ligne 1 : Argentine, Georges V et Tuileries
    ligne 2 : Anvers, Courcelles et Victor Hugo
    ligne 3 : Bourse et Malesherbes
    ligne 4 : Alésia, Simplon et Saint-Placide
    ligne 5 : Bréguet Sabin, Campio Formio, Hoche, Jacques Bonsergent, Laumière et Quai de la Râpée
    ligne 7 : Cadet, Pierre et Marie Curie, Porte de Choisy et Tolbiac
    ligne 7b : Buttes Chaumont et Danube
    ligne 8 : Félix Faure, Filles du Calvaire, Ledru Rollin, Liberté, Lourmel, Maisons-Alfort Stade et Michel Bizot
    ligne 9 : Alma Marceau, Charonne, Exelmans, Jasmin et Maraîchers
    ligne 10 : Cardinal Lemoine, Charles Michels, Chardon Lagache, Ségur et Vaneau
    ligne 11 : Jourdain et Rambuteau
    ligne 12 : Abbesses, Assemblée Nationale, Jules Joffrin, Marx Dormoy, Notre-Dame de Lorette, Rennes, Rue du Bac et Volontaires
    ligne 13 : Brochant, Liège, Pernety et Saint-François Xavier

    〉RER :

    Les trains circulent de 6 h 00 à 22 h 00 uniquement. Des bus de substitution et des Noctiliens sont mis en place pour remplacer les derniers RER du soir.

    RER A : 30 % de l'offre en moyenne, interconnexion assurée à Nanterre Préfecture

    RER B : 30 % de l'offre en moyenne, pas de changement de train à Gare du Nord

    〉Tramways :

    40 % de l'offre en moyenne

    〉Bus :

    33 % de l'offre en moyenne

     

    SNCF : À partir du 26 mars 2020, environs 30 % des trains circulent. La SNCF permet l'échange et le remboursement sans frais de tous les billets jusqu'au 30 avril 2020, voir la page dédiée sur son site.

     

    Stationnement : La ville de Paris met en place la gratuité pour le stationnement, résidentiel ou non, à partir du lundi 16 mars 2020.

     

    Aéroports : le terminal 2 d'Orly ferme à partir du mardi 17 mars 2020, L'aéroport d'Orly sera fermé temporairement à partir du 31 mars 2020. Air France va réduire progressivement son trafic jusqu'à 90 %.

     

     


     

    Enfance - Jeunesse

     

    Les chèches et les écoles, de la maternelle à l'université, publiques et privées, sont toutes fermées jusqu'à nouvel ordre. ♦ Une réouverture progressive des établissements scolaires est annoncée pour le 12 mai, les détails seront connus quelques jours avant.

    Les personnels médicaux réquisitionnés peuvent inscrire leurs enfants dans les crèches  parisiennes ouvertes seulement pour eux, voir par ici.

     

    Enseignement : Le rectorat et le CNED mettent en place une plate-forme pour l'enseignement à distance. Voir le site du ministère de l'Éducation nationale et de la jeunesse. Une page spéciale est consacrée aux questions spécifiques des étudiants.

     

    La mairie du 9e a mis en place une plate-forme pour les habitants de l'arrondissement pour centraliser les offres de service pour les gardes d'enfant, l'aide aux personnes âgée... voir par ici.

     

    Mission locale : L’ensemble des sites de la Mission Locale de Paris sont fermés. Un numéro vert gratuit a été mis en place au 08 05 69 07 00 avec une permanence téléphonique, pour que chaque jeune puisse être en contact avec un conseiller.


    Violences sur les enfants119 (ou sur le site internet allo119.gouv.fr) ; en cas de danger immédiat : 17


     


     

    Commerce

     

    Les restaurants, cafés, cinémas, discothèques et commerces sont désormais fermés. Restent en revanche ouverts les magasins et marchés alimentaires, les pharmacies, les stations essence, les banques, les bureaux de tabac et de presse... cliquer ici pour voir le décret listant les commerces autorisés à rester ouverts.

    Librairies : certains libraires assurent les commandes par internet. Par exemple, La Régulière (rue Myrha, 18e) propose des retraits à sa boutique, voir sur leur site pour les détails et conditions de vente. Pour soutenir vos libraires préférés, vous pouvez acheter des bans d'achat utilisable dès la réouverture des commerces, vous participez ainsi à leur assurer une trésorerie minimale à leur commerce. Voir les librairies concernées sur le site dédié.

    Tous les marchés alimentaires de la villes sont fermés. Un système de distribution de paniers de fruits et légumes assortis, à 20 € les 10 kg, a été mis en place par la ville, notamment dans les 13e, 18e et 19e arrondissement. Pour bénéficier des "Paniers essentiels", il faut s'inscrire en ligne. Pour connaitre les modalités et les jours de distribution, il faut s'adresser à sa mairie d'arrondissement, pour le 18e c'est par ici.

    Château Rouge : le Préfet de police a pris un arrêté applicable à partir du 26 mars 2020 restreignant les horaires d'ouverture des commerces rue Dejean, Poulet (entre Barbès et Doudeauvile) et et des Poissonniers (entre Dejean et Doudeauville) et interdisant les contre étalages (voir ci-desous).

    ET-sjZUX0AIgFkv.jpg

    Cliquer sur l'image pour agrandir

     

    Il est fortement conseillé d'éviter les heures d'affluence et de respecter une distance sociale dans les files aux caisses notamment. 

    bandeau_distances_sociales.png

     

    ETGot-GWsAMNGMV.png

     


     

    Bénévolat - Solidarité

     

    La ville de Paris a mis en place une plate-forme d'entre-aide regroupant offres et les demandes de services entre voisins : voir par ici.

     

    Réserve sanitaire : les médecins et infirmières disponibles sont invités à se faire connaitre au plus vite (médecins et infirmières à la retraite depuis moins de 5 ans, jeunes professionnels médecins et infirmières qui n'ont pas d'activité régulière) : voir par ici.

     

    Don du sang : la collecte pour le don du sang continue (sauf en cas de symptômes grippaux). Le déplacement pour s'y rendre est donc autorisé, sous réserve de remplir l’attestation officielle ou une déclaration sur l’honneur indiquant aller donner son sang, au motif "d'assistance aux personnes vulnérables".

    - 9e : Site de Prélèvement de la Trinité, 55 rue de Châteaudun, tel : 01 55 31 60 60
    - 10e : Hôpital Saint-Louis, 38 rue Bichat, tel : 01 53 72 22 50
    - 18e : Hôpital Bichat, 46 rue Henri Huchard - Secteur Claude Bernard, tel : 01 40 25 81 80

    ETP_oxFWoAAkxV5.jpeg

     

     

    Violences intra-familiales, numéros d'urgence :

    En cas de danger immédiat : 17
    Violences sur les enfants119 (ou sur le site internet allo119.gouv.fr)
    Violences conjugales3919 (ou sur le site internet arretonslesviolences.gouv.fr)

     

    Si vous souhaitez apporter votre aide durant cette période, quand cela respecte les consignes des autorités, une plateforme est mise en place pour centraliser les offres et demandes pour la réserve civique.

     

     


     

    Culture

    Tous les établissements culturels ont fermé leurs portes jusqu'à nouvel ordre :

    Le Centre Barbara est fermé

    Les Trois Baudets sont fermés, l'ensemble de la programmation est annulée jusqu'au 15 avril 2020

    Les Bouffes du Nord sont fermées, l'ensemble de la programmation est annulée jusqu'au 27 avril 2020. Pour soutenir les artistes en ce moment de crise, vous pouvez faire don de votre réservation. Pour les Bouffes du Nord, vous pouvez signaler votre choix en écrivant à location@bouffesdunord.com avec, dans l'objet de votre mail : SOUTIEN (ou REPORT ou REMBOURSEMENT) et dans le corps du message, la référence de votre commande ainsi que son montant. Pour les autres lieux culturels, voir directement sur leur site

    Le Lavoir Moderne Parisien est fermé

    Le Louxor est fermé

    L'ensemble des bibliothèques municipales sont fermées

    L'ensemble des musées municipaux et des grands musées sont fermés

     

    Tous les lieux de culte sont fermés aux célébrations.

     

     


     

     

    Et surtout n'oubliez pas que le plus important que chacun puisse faire est de rester chez soi !

     

     

  • "Paris-respire" Goutte d'Or - Château-Rouge : encore un effort pour que cela fonctionne vraiment !

    Mise en place au printemps 2018, la zone Paris-respire Goutte d'Or - Château-Rouge s'installe dans les habitudes du quartier, mais plusieurs sérieux problèmes demeurent, et la situation n'est toujours pas satisfaisante pour certains habitants.

     

    Un secteur mal contrôlé

    Plusieurs points de contrôles sont censés assurer que seuls les rares véhicules autorisés puissent pénétrer dans le secteur "sans voitures". Pour cela, une société de gardiennage est déléguée pour effectuer ce contrôle. Mais en fait de contrôle, en observant rapidement les différents points, on se rend vite compte qu'il est très hypothétique et que les règles qui devraient être appliquées ne le sont que très partiellement.

    D'abord, en discutant avec les vigiles chargés des contrôles - dont le travail n'est pas simple tant ils doivent subir l'agressivité de certains conducteurs -, on constate que ces derniers ne connaissent quasiment aucun nom de rue du secteur et n'ont aucun document qui les liste, ni aucun plan du quartier. Alors comment savent-il qu'un quidam qui se présente habite ou non le secteur (situation qui vous permet d'accéder à la zone) vous demandez-vous ? Eh bien, nous l'avons expérimenté, et il s'avère que le simple fait d'habiter le 18e arrondissement suffit pour que ces vigiles vous laissent passer sans autre vérification ! Voilà qui explique ces véhicules qu'on voit traverser la zone sans s'y arrêter.

    Pour les livraisons, c'est pire encore, les vigiles ignorent tous (tous ceux à qui nous l'avons demandé en tout cas) l'arrêté municipal de restriction des livraisons sur le secteur (les livraisons y sont interdites après 11 h le samedi, horaire du début de l'opération Paris-respire). Ce qui semble être aussi le cas, et là c'est plus grave, des agents de la DPSP (la "future police municipale") qu'on a pu voir à plusieurs reprises fermer les yeux devant des camions de livraison pénétrant dans le secteur en plein après-midi !

    thumb_IMG_6787_1024.jpgScène ordinaire : un camion de livraison vient de passer un point de contrôle et s'apprête à décharger sa cargaison, garé sur un passage piéton (nota : une équipe de la DPSP passera devant cette scène sans intervenir)

     

    Une zone peu contrôlée

    À l'intérieur de la zone, si la circulation est considérablement réduite, et c'est tant mieux, il y a là aussi des problèmes qui persistent. Le stationnement sauvage semble toujours être la règle, ainsi, les trottoirs dépourvus de potelet, les passages piéton, les entrées de garage, ou tout espace libre, deviennent des parkings de circonstance, sans le moindre PV en vue là non plus. Quant à la fourrière, elle est intervenue une seule fois au début de la mise en place de l'opération, avec de nombreux véhicules enlevés, depuis nous ne l'avons plus jamais revue.

    Dans le périmètre, les véhicules qui y circulent (la plupart ne devrait pas s'y trouver) roulent relativement vite et là aussi klaxonnent les piétons qui osent, les impudents,  s'aventurer dans une zone "piétonnisée". Ajoutons certains comportements très dangereux de certains automobilistes qui empruntent des rues en sens interdit, par exemple. Sanctionner ces comportements relève de la Police nationale, comme de nombreux autres infractions et délits, mais la préfecture ne semble guère se soucier de la délinquance routière sur ce secteur comme ailleurs à Paris.

     

    Un périmètre encore mal dessiné

    Le secteur a été agrandi deux fois déjà, une première fois qui dépassait largement le petit périmètre expérimental très restreint, en mars 2019, et une seconde un peu après en incluant la rue Marcadet au périmètre. Mais les limites actuelles provoquent de nombreux désagréments pour les riverains aux alentours, avec des bouchons continuels de voitures.

    La portion de la rue des Poissonniers (entre le boulevard Barbès et la rue Myrha) et celle de la rue Myrha (entre la rue des Poissonniers et le boulevard Barbès) non incluses dans le périmètre sont un véritable non sens. Ces deux portions de rue ouvertes à la circulation ne servent qu'à laisser s'engouffrer des véhicules qui forment  là un embouteillage, venant du boulevard Barbès, pour ressortir quelques mètres plus loin... boulevard Barbès. Il va sans dire que la circulation sur le boulevard s'en ressent grandement.

    thumb_IMG_6412_1024.jpg

    Négociation pour entrer dans le périmètre rue Saint-Mathieu

    Côté est, la rue Stephenson marque la limite extérieure du périmètre Paris-respire. Pour les habitants de cette rue, chaque samedi est la promesse d'un enfer de klaxons et d'un ballet de manoeuvres dangereuses d'automobilistes qui persistent à faire des tentatives pour pénétrer dans la zone qui leur est pourtant interdite. Il est courant également de voir des conducteurs de scooter prendre les trottoirs, klaxonnant les piétons à tout va  pour se frayer un chemin !

    Et ne parlons pas du stationnement sauvage sur les trottoirs de la rue Stephenson, les véhicules s'y comptent par dizaines, sans qu'aucun PV n'atterrisse sur leur pare-brise, ni qu'aucun véhicule de la fourrière n'intervienne.

    Ajoutons que le bus 302 qui passe par cette rue voit ainsi son parcours considérablement ralenti par cette portion de trajet tous les samedis. Ici on ne respire pas trop.

    thumb_IMG_6896_1024.jpg

    Un samedi ordinaire rue Stephenson

     

    Il faut élargir le périmètre et le contrôler, vraiment

    Ces constatations nous laissent à penser que si la zone Paris-respire Goutte d'Or - Château-Rouge est globalement une bonne idée, appréciée des habitants (dans la zone seulement), il est néanmoins indispensable d'en redessiner ses contours.

    Il s'agirait d'inclure dans la zone l'ensemble des rues comprises entre au nord la rue Ordener, à l'est la rue Marx-Dormoy, au sud, le boulevard de la Chapelle et à l'ouest le boulevard Barbès. L'ensemble de la Goutte d'Or bénéficierait de cette opération, car rappelons-le le quartier est celui de Paris dont les habitants possèdent le moins de voitures (moins de 20 % des foyers possèdent un véhicule automobile), il semble normale qu'ils ne subissent pas celles des autres.

    Ce secteur agrandi intègrerait, en plus des voies actuelles, les rues Stephenson, Doudeauville (entre les rues Marx-Dormoy et Stephenson), Jean Robert, Jean-François Lépine, de Jessaint, de la Goutte d'Or, Caplat, de Chartres, de la Charbonnière, de Tombouctou, Polonceau, des Gardes (entre les rues de la Goutte d'Or et Polonceau), des Islettes, Saint-Bruno, Saint-Luc (entre les rue Polonceau et Saint-Bruno), Pierre l'Ermite, Affre (entre les rues de Jessaint et Saint-Bruno), des Poissonniers (entre le boulevard Barbès et la rue Myrha), Myrha (entre la rue des Poissonniers et le boulevard Barbès). Et le nombre de points de contrôle supprimés correspondrait à celui de ceux à créer.

    paris-respire,18e,goutte-d-or

    Carte du périmètre actuel

    Mais ce périmètre redéfini ne saurait fonctionner correctement que si les vigiles en charge du contrôle des entrées de la zone sont correctement informés, avec des consignes claires et appliquées strictement. Il en va de même pour les agents de la DPSP : il est indispensable qu'ils soient présents en nombre et à l'initiative pour que le samedi, la Goutte d'Or et Château-Rouge respirent enfin.

    Nous aurions pu également évoquer d'autres secteurs Paris-respire dans nos quartiers. Car même si la situation n'y est pas autant problématique, il serait nécessaire aussi de mieux contrôler les entrées des zones Paris-respire de Montmartre (18e), Trudaine (9e) et rue des Martyrs (9e). Car là aussi, la situation n'est toujours pas satisfaisante.

  • Trous

    Trou

    Les travaux de voirie de la Promenade urbaine étaient presqu'achevés en ce début d'année 2020, lorsqu'un affaissement du sol est apparu sur le trottoir boulevard de la Chapelle, au droit de la station de métro, créant un trou. Un trou bien inquiétant, puisqu'en dessous de la chaussée à cet endroit passe le couloir de communication souterrain entre la station la Chapelle et la gare du Nord. Il est donc normal que des mesures conservatoires aient été prises pour couper la circulation automobile à proximité immédiate (entre la place de la Chapelle et la rue Philipe de Girard dans le sens ouest-est).

    trous,promenade-urbaine,10e,18e

    Le trou sur le trottoir du boulevard de la Chapelle

    Mais cette coupure a des conséquences catastrophiques sur la circulation, et bien au-delà de la place de la Chapelle : aux heures de pointes les bouchons se forment jusqu'à Pigalle, Marx Dormoy ou encore vers la gare du Nord. Voilà un trou qui parait bien insignifiant mais dont les répercussions se sentent sur tout le nord parisien. On espère qu'un fléchage de contournement de la zone sera très rapidement mis en place par la Ville à l'attention des automobilistes et que la préfecture dépêche des agents pour régler la circulation, au moins aux heures de pointe, en attendant la réouverture de ce tronçon.

    trous,promenade-urbaine,10e,18e

    Les piétons sont informés place de la Chapelle, les automobilistes beaucoup moins

     

    Trou bis

    Mais ce trou n'est pas le seul a être apparu sur la Promenade urbaine. En effet, lors des travaux de mise en place des suspensions pour l'éclairage du viaduc, un engin de chantier s'est dangereusement enfoncé dans le sol, sur le terre-plein central sur le pont Saint-Ange. Un trou est ainsi apparu, remettant en cause le calendrier des travaux. En effet, le pont Saint-Ange appartient à la SNCF concernant sa structure, mais l'entretien de sa surface (sur 8 cm exactement) revient à la Ville, et sachant que sous le pont passent des conduites et câbles d'autres opérateurs (eau, gaz...) et qu'on ne saurait imaginer une coupure de la circulation ferroviaire, la programmation de travaux de consolidation va donc mettre un certain temps à se faire, et l'espace de glisse prévu ici devra attendre. Lorsque l'Hôtel de ville a informé les associations locales de ce problème, on nous a promis que la zone concernée serait sécurisée par des palissades, et que cette clôture ferait l'objet d'un traitement esthétique particulier. Nous l'attendons.

    trous,promenade-urbaine,10e,18e

    Le trou du pont Saint-Ange

     

    Des p'tits trous, toujours des p'tits trous

    Et il y a encore d'autres trous qui sont apparus, cette fois volontairement, sur la Promenade urbaine. En effet, alors que l'espace d'apprentissage du vélo sous le viaduc derrière la station La Chapelle venait à peine d'être livré, on s'est rendu compte que l'évacuation des eaux pluviales du viaduc ne se faisait pas correctement à cet endroit et que des mares d'eau se créaient au pied des descentes d'eau. On a donc percé le sol au pied des piliers de soutien, et l'espace joliment coloré est redevenu une zone de chantier, un chantier dont on ne connait pas les délais.

    trous,promenade-urbaine,10e,18e

    Un trou au pied d'une gouttière du viaduc

    trous,promenade-urbaine,10e,18e

    L'espace d'apprentissage du vélo est redevenu un chantier

    La démultiplication de ces problèmes structurels pose inévitablement la question du diagnostic préalable, de son effectivité et de sa réalisation. Et plus généralement, la question de la qualité des travaux réalisés se pose aussi, mais nous reviendrons dans un prochain article sur ce sujet. Aujourd'hui, il nous semble nécessaire qu'un état des lieux exhaustif soit fait très rapidement sur l'ensemble du parcours de la Promenade urbaine, histoire de ne pas voir nos boulevards finir en passoire !

  • Paris gare du Nord 2024, la contribution d'Action Barbès à l'enquête publique

    La phase de recueil des avis pour "l’Enquête publique préalable à la délivrance du permis de construire sur le projet « Paris gare du Nord 2024 »" vient de prendre fin hier mercredi 8 janvier 2020 à 17 h.

    En tant qu'association de riverains, Action Barbès porte évidemment un intérêt certain au projet de réaménagement de la gare du Nord, et particulièrement sur la question de l’intégration de cet équipement dans son environnement urbain.

    La gare du Nord est la plus importante gare de Paris et en constitue de fait une des principales entrées. Un grand nombre d’habitants des quartiers alentour ont précisément choisi d’y vivre pour leur proximité avec cet équipement. L’interconnexion de la gare avec la ville est donc très importante pour les usagers de la gare et pour les riverains. Aujourd’hui, la situation n’est guère satisfaisante, et le premier projet semblait plus enfermer la gare sur elle-même que de l’ouvrir sur la ville.

    Dans le cadre de "l’Enquête publique préalable à la délivrance du permis de construire sur le projet « Paris gare du Nord 2024 »", nous avons apporté notre contribution en proposant une série d’aménagements, en nous concentrant sur la question de l’intégration de la gare dans son quartier.

    Nous pensons que d'une manière générale, il convient de favoriser les déplacements doux et particulièrement les déplacements piétons dans les abords immédiats de la gare. Il faudrait aussi que le réaménagement de la gare se fasse nécessairement de concert avec le réaménagement de ces abords immédiats par la Ville. Nous avons donc proposé ou appuyé les idées suivantes :

    - Des entrées et sorties de la gare à maintenir ou à créer sur ses quatre faces cardinales : sur le côté est, sur la rue du faubourg Saint-Denis ; au sud, avec l'entrée et la sortie principales sur la place Napoléon III ; sur le côté ouest, sur la rue de Maubeuge ; au nord sur le boulevard de la Chapelle (à créer) ;

    - Création d'une esplanade piétonne place Napoléon III et boulevard de Denain, avec maintien d'un couloir de bus (interdit aux taxis), aménagement de pistes cyclables et des accès pour les secours et les livraisons des commerces riverains, et avec une végétalisation qualitative de cet espace là où cela est possible ;

    - Une meilleure régulation des flux des taxis et VTC, avec une dépose réservée uniquement aux taxis (arrivée par la rue de Dunkerque et dégagement par la rue de Saint-Quentin), et une prise en charge par l’actuelle cour des taxis (arrivée par la rue de Maubeuge et dégagement par la rue de Dunkerque et le boulevard de Magenta ;

    - Des déposes-minute uniquement en sous-sol (entrée rue de Compiègne, le restant de la rue verrait la circulation automobile supprimée) ;

    - Création d’un grand parking sécurisé pour les vélos ;

    - Création d’un grand parking sécurisé pour les véhicules deux-roues motorisés (exclus de la place Napoléon III) ;

    - Des accès aménagés et réservés pour les personnes à mobilité réduite, notamment au niveau des déposes-minute ;

    - Création au sein de la gare d’un espace d’accueil et de repos pour les personnes en errance ;

    - Valorisation de l’avant gare, entre le pont Saint-Ange (boulevard de la Chapelle) et le pont Marcadet (rue Ordener), avec la mise en valeur du bâti et des équipements ferroviaires et la création d’aménagements végétalisés, de qualité, là où cela est possible.

    gare-du-nord,enquête-publique,2024,10e

  • Barbès-Rochechouart sur toile

    Aujourd'hui nous sortons de nos quartiers en vous emmenant dans le 11e arrondissement, à la Galerie H, rue de la Folie-Méricourt, mais c'est pour mieux revenir à Barbès.

    En effet, la Galerie H propose actuellement une exposition de l'artiste Bilal Hamdad : "Quatre chemins". Et parmi les œuvres exposées, on nous a signalé une grande toile qui a retenu tout particulièrement notre attention, et pour cause : "Barbès-Rochechouart". Ce tableau de deux mètres sur deux représente trois personnages en pied attendant le métro sur le quai de la ligne 2 à la station Barbès-Rochechouart. Un tableau qui joue avec habileté de la lumière sous les verrières de la station. Ce jeu d'ombre et de lumière se retrouve dans les autres oeuvres exposées.

    Car l'artiste a bien d'autres propositions picturales, et nous vous encourageons à découvrir ce peintre algérien, qui travaille à Paris et qui a déjà exposé à Bourges, à Oran (Algérie) ou encore aux Baux de Provence. 

    expo-peinture,bilal-hamdad,galerie-h

    C'est où ?

    Galerie H, 90 rue de la Folie-Méricourt, Paris 11e

    C'est quand ?

    Du 11 décembre 2019 au 29 janvier 2020, du mardi au samedi, de 14 h à 19h.

  • Réunion d’information sur l'enquête publique concernant la gare du Nord 2024

    Dans le cadre de l'enquête publique sur le projet de réaménagement de la gare du Nord, la commission d'enquête invite le public à participer à une réunion d’information et d’échanges en présence du maître d'ouvrage et des commissaires enquêteurs, qui se tiendra ce soir, mardi 3 décembre, à 20 h. La réunion ouverte à tous se tiendra à l'Atrium de l'Étoile du Nord.

    Pour rappel, un arrêté préfectoral du 29 octobre dernier lance une nouvelle enquête publique du mercredi 20 novembre 2019, au mercredi 8 janvier 2020.

    gare-du-nord,enquête-publique,10e

    C'est où ?

    Atrium de l'Étoile du Nord (Cour des taxis), 18 rue de Dunkerque, Paris 10e

    C'est quand ?

    Mardi 3 décembre 2019, à 20 h

     

  • Nouvelle enquête publique sur le projet de la gare du Nord 2024

    Dans le cadre du projet de la gare du Nord 2024, et faisant suite à l'arrêté préfectoral du 29 octobre dernier, une nouvelle enquête publique sera ouverte du mercredi 20 novembre prochain, au mercredi 8 janvier 2020.

    Il s'agit de permettre au public de s’informer et de s’exprimer sur ce projet. Le dossier d'enquête, ainsi qu'un registre seront tenus à la disposition du public aux horaires habituels de la Mairie du 10e (du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h, et les jeudis de 8 h 30 à 19 h 30), jusqu'au mercredi 8 janvier 2020 à 17 h.

    Vos contributions et les éventuelles pièces jointes seront collectées chaque semaine.

    Par ailleurs, quatre permanences de la Commission d'enquête se tiendront à la Mairie du 10e, afin de mieux informer les habitants de l'arrondissement :

    le mercredi 20 novembre 2019, de 9 h à 12 h

    le jeudi 28 novembre 2019, de 16 h à 19 h

    le mercredi 18 décembre 2019, de 14 h à 17 h

    le mardi 7 janvier 2020, de 9 h à 12 h

     

    C'est où ?

    Mairie du 10e arrondissement, 72 rue du faubourg Saint-Martin

    C'est quand ?

    Du mercredi 20 novembre 2019 au mercredi 8 janvier 2020 à 17 h