Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture - Page 2

  • Exposition : Le Neuf en piste

     Du 7 janvier au 1er février, la Mairie du 9e arrondissement propose une exposition de dessins de l'artiste  Toly Castors. C'est un véritable enfant de la balle, issu d'une longue tradition familiale, qui nous livre depuis quelques années des dessins colorés empreints d'humour, bien évidemment dans le monde du cirque. Une belle occasion de découvrir l'univers circassien de Toly Castors.

    2019_0107_expotoly_A4_def.jpg

     

    C'est où ?

    Salons Aguado, Mairie du 9e, 6 rue Drouot 

    C'est quand ?

    Du 7 janvier au 1er février 2019

  • Première édition du Festival d’Hiver au LMP


    Les 11, 12 et 13 janvier prochain, s'annonce la première édition du Festival d’Hiver au Lavoir Moderne Parisien, une salle qui a retrouvé un dynamisme remarquable.

    Durant trois jours, le LMP ouvre sa scène à de nombreux artistes, qui nous inviteront à nous interroger sur : "Comment surmonter une épreuve ? Comment traverser les tumultes de nos vies ? Comment résister, transformer le monde qui nous entoure ? Ne pas sombrer dans l’apathie, mais bien fêter notre humanité !". Les thèmes de société aussi variés que le cyber-harcèlement, l’homoparentalité, l’homophobie, la fin de vie… seront ainsi abordés.

    Mais la programmation ne se limite pas à ces thématiques, avec au programme du théâtre, de la musique ou encore des projections de court-métrages et de documentaires.

    Festival-d-hiver-basse-def.jpg


    AU programme du Festival d'Hiver

     

    Vendredi 11 janvier

    19H | Présentation du festival
    Venez partager un verre en découvrant plus en détail la programmation de cette première édition !

    19H30 | Végétal THÉÂTRE | Compagnie Watermelon-Sugar | durée 55 min
    Mise en scène : Judith Gars et Guillaume Parra / Interprète : Judith Gars

    21H | Deep South Revue CONCERT | Concert gratuit | durée 1 h


    Samedi 12 janvier

    15H | Léonie est en avance ou le mal joli d’à peu près Georges Feydeau mais pas vraiment THÉÂTRE | Compagnie Les Poursuivants | durée 50 min
    Mise en scène : Simon Rembado / Interprètes : Sarah Brannens, Antoine Prud’homme de La Boussinière, Geoffrey Rouge Carrassat, Théodora Breux, Emmanuel Besnault

    16H30 | Aujourd’hui COURT-MÉTRAGE | Réalisé par Florent Sabatier | durée 3 min

    16H35 | Condamné #03-64 THÉÂTRE | Compagnie Théâtre-Machine | durée 45 min
    D’après “Le Dernier jour d’un condamné” de Victor Hugo / Mise en scène : Baptiste Dezerces /
    Interprète : Jason Barrio

    17H15 | BORD-PLATEAU #1

    18H | En route vers la gloire DOCUMENTAIRE | Réalisé par Étienne Gaume | durée 30 min

    19H30 | L’homme qui court THÉÂTRE | Compagnie À Titre Réciproquee | durée 1h15
    D’après Woyzeck de Büchner / Réécriture et mise en scène : Angèle Peyrade / Création vidéo : Clément Salzedo /
    Interprètes : Léonard Kahn, Camille Neymarc, Angéline Pélandakis, Laure Prioul et Loïc Yavorsky

    21H30 | Myotone CONCERT | durée 1h | Hip-Hop-Électro-Rap |
    Rap-Batterie : Amosev / Beatmaker : Paul Cirrus


    Dimanche 13 janvier

    15H | Malacarne MISE EN VOIX | Compagnie La Liseuse | durée 55 min
    D’après le roman de Giosuè Calaciura / Mise en voix : Caroline Girard / Avec : Pierre-Stefan Montagnier

    16H30 | Ces filles-là THÉÂTRE | La collective Ces Filles-là | durée 1h15
    Texte : Evan Placey / Traduction : Adelaïde Pralon / Par la collective Ces Filles-là : Cécile Box, Elsa Canovas, Lola Haurillon, Ariane Heuzé, Juliette Gellée, Suzanne Gellée, Audrey Montpied, ZoéPoutrel, Claire Rolain

    17H45 | BORD-PLATEAU #2

    19H | Purple Gang CABARET / CONCERT | durée 50 min
    Cabaret Poétique Électro-Jazz / Poèmes & chants : Valentine Krasnochok / Flûte traversière : Mélanie Buso / Violoncelle : Simon Lannoy

    20H30 | Albertine Disparue THÉÂTRE | Juste Avant la compagnie | durée 1h35
    D’après l’œuvre de Marcel Proust / Mise en scène : Baptiste Dezerces / Interprètes : Valentine Bellone, Baptiste Dezerces, Antoine Prud’homme de la Boussinière et Simon Rembado


    Tarifs

    Festival illimité : 40 €
    Tarif plein : 16 €
    Tarif réduit (justificatif demandé) : 10 €
    (Bénéficiaire d’allocations chômage, habitant·e du 18ème, plus de 65 ans, donateur·rice, moins de 26 ans, intermittent·e, minimas sociaux)

     

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 11 au 13 janvier 2019

  • "Songs" aux Bouffes du Nord

    Du 5 au 20 janvier, le Théâtre des Bouffes du Nord met à l'affiche la pièce Songs, une pièce créée à partir de musiques anglaises du XVIIe siècle.
    La mise en scène est assurée par Samuel Achache et la direction musicale (et orgue) par Sébastien Daucé, avec Lucile Richardot (alto), Margot Alexandre et Sarah Le Picard (comédiennes), René Ramos-Premier (baryton - basse), Lucile Perret (flûte), Angélique Mauillon (harpe), Mathilde Vialle, Louise Bouedo et Etienne Floutier (violes), Thibault Roussel (théorbe) et Arnaud de Pasquale (clavecin).

    théâtre,musique,bouffes-du-nord,10e

    "Il faut imaginer un lieu qui ne serait pas de notre réalité. Comme une faille de notre monde, où de la musique devrait être jouée et chantée par une femme sans discontinuer. Dans cet endroit, par la musique, s'écoulent les mouvements de l'âme. Ce lieu pourrait être les archives de la mémoire, des chagrins. Un jour, arrive une autre femme. Dans la vraie vie, c'est le jour de son mariage."

    Samuel Achache

     

     

    C'est où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 5 au 20 janvier 2019

  • "Willy Ronis par Willy Ronis" une expo à voir !

    Si ce n'est déjà fait, vous pouvez vous précipiter pour voir la superbe expo "Willy Ronis par Willy Ronis" que nous offre généreusement le Pavillon Carré de Baudouin, au 121 rue de Ménilmontant, dans le XXe arrondissement. Et l'entrée est gratuite !
    En 2016, 7 ans après le décès de Willy Ronis (1910-2009), ce fonds de photographies est entré dans les collections nationales et le Ministère de la Culture l'a affecté à la Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine (MAP) qui gère les grandes donations photographiques faites à l'Etat.

    willy-ronis,exposition,20e,photographies

    Cette décision vient couronner un travail de plus de trente ans avec Willy Ronis et ses mandataires puisque la première donation faite par le photographe remonte à 1983.
    Ainsi, dans ce quartier si cher à Willy Ronis, le XXe arrondissement et Belleville plus particulièrement, ces 590 oeuvres exposées forment en quelque sorte son testament photographique.
    Pour notre part, nous espérions y découvrir aussi des photos de notre 9e arrondissement, puisque Willy Ronis y est né le 17 août 1910, au 8 Cité Condorcet, 3e étage gauche. Fuyant les pogroms d'Europe de l'Est, ses parents s'y étaient installés et Willy Ronis y résidait encore lorsque son père lui offre son premier appareil, en 1926.
    En 1932, il entre dans l'atelier photographique paternel, situé dans le XXe arrondissement, et le quitte en 1937 pour devenir photographe reporter indépendant.  Un an plus tard, il achète son premier Rolleiflex.
    Seules ici, deux photos-autoportraits prises dans l'appartement de ses parents Cité Condorcet, témoignent de sa résidence dans le 9e.
    Mais avant tout, l'ensemble de ces photos nous font découvrir l'intérêt profond que Willy Ronis avait pour son époque et les gens qui l'entouraient, quel que soit leur âge, leurs conditions sociales, ou le lieu. Quelle leçon d'humanisme !
    Nous vous recommandons également le film "Willy Ronis, autoportrait d'un photographe", projeté dans la salle de spectacle attenant à l'exposition et qui la complète très utilement.
    Compte tenu de son succès, cette belle expo est prolongée jusqu'au 2 janvier 2019, profitez-en !
     
     
    C'est où ?
    Pavillon Carré de Baudouin, 119 Rue de Ménilmontant, Paris 20e
    C'est quand ?
    Jusqu'au 2 janvier 2019, du mardi au samedi, de 11h à 18h
     
  • "L'avant dernier des hommes" au LMP

    Le Lavoir Moderne Parisien accueille en ses murs une pièce de Valère Novarina. C'est là la continuité d'une fidèle collaboration entre le LMP et Valère Novarina, une histoire qui a débuté en 1995. Cette fois, c'est "L'avant dernier des hommes", qui sera joué du 21 novembre au 1er décembre 2018. Cette pièce, mise en scène par Claude Buchvald, met à l'affiche Claude Merlin, qui lui aussi dit son attache au lieu : "Le Lavoir n’est pas un espace neutre, une boîte noire ; entre veille et rêve il médite, murmure d’anciennes histoires, chantonne des secrets et invite à la conversation ceux qu’il accueille."

    unnamed.png

    À noter, la pièce sera précédée de lectures de Valère Novarina et de Mathias Levy au violon, les 21 et 28 novembre.

     

    C'est où ?

    Au Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 21 novembre au 1er décembre, du mercredi au samedi, à 20H30

    Réservation : reservation@lavoirmoderneparisien.com ou appeler le 01 46 06 08 05



  • 11e Salon du livre animé

    Mercredi prochain, 21 novembre, se tiendra la 11e édition du salon du livre animé. Des livres animés qui sont la spécialité des Libraires associés (3 rue Pierre l'Ermite, 18e), organisateurs de l'évènement. Cette année, le salon se déroulera exceptionnellement, non pas dans le 18e arrondissement, mais à la Médiathèque Françoise Sagan dans le 10e. 

    affichette salon du livre animé.jpg

    Ça sera une occasion rare de pouvoir rencontrer 14 artistes qui présenteront et dédicaceront leurs nouveaux pop-ups.

     

    C'est où ?

    Médiathèque Françoise Sagan, 8 Rue Léon Schwartzenberg, 75010 Paris

    C'est quand ?

    Le 21 novembre 2018 à 18h

  • Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

    Comme chaque année à la même époque, les artistes du 18e et du 9e ouvrent leurs portes quelques jours. L'évènement commence vendredi 16 novembre à 18h et se poursuivra samedi 17 et dimanche 18 de 11h à 20h. Ange et Dam, que nous connaissons bien,  seront présentes à ce rendez-vous.

    Paris, paris 18e, paris 9e, ange&dam

    N'hésitez pas à les rencontrer ainsi que les autres artistes qui participent à la manifestation. 

    Pour connaître l'ensemble des artistes et les lieux de leur atelier, cliquez sur la carte.

    paris,paris 18e,paris 9e,ange&dam

     

    C'est où ?

    Dans le 9e et le 18e, "d'Anvers aux Abbesses" 

    C'est quand ?

    Du 16 au 18 novembre 2018

  • Les maîtres de l'imaginaire à Paris

    Le 15 novembre prochain, la magnifique librairie cachée de la Goutte d'Or, les Libraires associés, propose une nouvelle exposition : Les maîtres de l'imaginaire à Paris.

    libraires-associés,18e,exposition,librairie

    Ce sont les œuvres de pas moins de trente grands illustrateurs européens et américains que les Libraires associés ont réunies pour cette exposition. Une exposition qui fermera ses portes en janvier prochain.

     

    C'est où ?

    • Les Libraires associés, 3 rue Pierre l'Ermite , 75018 Paris

    C'est quand ?

    • du 15 novembre 2018 au 19 janvier 2019, du mardi au samedi, de 14h à 19h
  • Lancement du livre photographique "Paris Goutte d'Or"

    Elena Perlino publie un livre de photographies du quartier de la Goutte d'Or, aux Éditions Loco : Paris Goutte d'Or. Une soirée de lancement aura lieu le 15 novembre prochain au centre FGO Barbara.

    livre,goutted'or,fgo,photographie

    La Goutte d’Or c'est un des endroits forts de la capitale, caractérisé par un brassage où se côtoient plus de trente ethnies [sic] différentes. Un petit territoire comptant environ trente mille habitants. Elena Perlino a ainsi vécu et partagé le quotidien des habitants, au plus proche d'eux, dans une sphère publique, mais aussi privée. De la maison à la mosquée, des lieux cachés aux petits commerces de toutes sortes. Elle a rapporté, après plus de cinq années d'immersion, un document photographique magistral”. Éditions Loco

     

    C'est où ?

    Centre FGO Barbara, 1 rue Fleury, Paris 18e 

    C'est quand ?

    Le 15 novembre 2018, de 18h30 à 21h30

  • Paris s'embellit... et n'a pas oublié nos quartiers !

    Un article du journal Le Parisien, "La Ville invite les artistes à «embellir Paris»", daté du 8 novembre, nous offre non pas une mais deux belles surprises. 

    On y apprend que la ville de Paris a choisi vingt sites "délaissés" pour y installer des œuvres d'art. Pour ce faire, un appel est lancé aux artistes pour proposer des œuvres qui seront installées dans « des morceaux de quartier auxquels on ne prête pas attention car ils n’ont pas leur part de beau », selon Christophe Girard, nous rapporte Le Parisien. Chaque artiste bénéficiera d'une enveloppe de 50 000 euros pour la réalisation de sa création.

    Et lorsque l'on regarde de plus près les sites sélectionnés pour cette opération baptisée "Embellir Paris", deux d'entre eux nous intéressent au plus au point. En effet, nous pouvons apprécier le choix de deux sites qui sont au cœur du "territoire" d'Action Barbès. Le premier se situe à l'angle de la rue Ambroise Paré et de la rue Guy Patin, et le deuxième sous le viaduc du métro, boulevard de la Chapelle, entre Barbès et La Chapelle. 

    promenade urbaine,lariboisière,guy patin,ambroise pare,art

    Infographie Le Parisien

    Ne boudons pas notre plaisir, une fois n'est pas coutume, de voir une initiative positive et qualitative de la ville de Paris dans nos quartiers. Des quartiers qui, n'en déplaise à Christophe Girard, ont déjà "leur part de beau". Qui pourrait nier la beauté de l'hôpital Lariboisière, modèle de l'architecture hospitalière et classé monument historique, ou la majesté du viaduc du métro qui serpente sur les boulevards du Nord parisien ? Mais si ces beautés ne sont pas si visibles, c'est peut-être parce qu'elles ne sont pas (encore) mises en valeur... Mais restons positifs, à défaut d'être optimistes, et espérons que ce choix de privilégier des lieux délaissés par les pouvoirs publics depuis des décennies, marque une réelle volonté des édiles parisiennes de s'intéresser à nos quartiers, non seulement pour des questions de sécurité ou de propreté, qui sont essentielles, mais également pour valoriser qualitativement le cadre urbain. Et même si le viaduc du métro et l'hôpital Lariboisière ont des qualités esthétiques indéniables, l'installation d'œuvres d'art à leur proximité n'en sera qu'une valeur ajoutée.

    Et côté viaduc, réjouissons-nous d'une intervention artistique sur le parcours de la Promenade urbaine. Parce qu'après tout, nos quartiers le valent bien !

  • Du cimetière au Musée... toujours à Montmartre

    Aujourd'hui, nous laissons la parole à une de nos plus fidèle adhérente et non moins fidèle lectrice du blog, pour un petit tour à Montmartre :

     

    Lectrice attentive du blog, il me semblait judicieux de ne pas rater cette opportunité, mise en avant par l'article du 1er novembre, de visiter le tout petit cimetière de l'église Saint-Pierre de Montmartre, dit cimetière du calvaire.

    Cimetière de Saint-Pierre .jpg

    Bravant la pluie de l'après midi, mais néanmoins pour éviter d'être dégoulinants d'eau avant la visite, nous nous proposions de prendre le funiculaire au pied des jardins du Sacré-Coeur. Aïe ! Paris et ses touristes.... que rien ne détourne d'arpenter les rues du vieux Montmartre, et à l'occasion d'expérimenter les joies du funiculaire. Chacun sait ici qu'on monte à environ vingt personnes dans la cabine. Or, elles étaient au bas mot une bonne centaine sous leur parapluie à attendre le monte-charge de la Régie. Après tout, une visite à un cimetière qui ne se montre à tous qu'un jour sur 365, ça se mérite. Allez, gravissons les marches avec entrain.

    Une petite pluie, bien pénétrante ici, n'arrête pas le pèlerin, dit le dicton. Nous montions donc par les côtés du jardin, là où les marches sont plus longues mais tout aussi épuisantes (!), puis nous contournions à la fois la basilique, le petit train de Montmartre, les groupes de touristes, les "tresseurs de bracelets" et les marchands du temple... La rue du Chevalier de la Barre était complètement envahie, on y peinait à circuler. Idem pour le rue du Mont-Cenis qui débouche sur le parvis bien modeste de Saint-Pierre. Et là, déception égale à celle qui nous avait saisis à l'entrée du funiculaire : entre les grilles qui séparent la rue de l'église et la belle porte en bronze du sculpteur italien Tommaso Gismondi, une foule mouillée attendait patiemment pour entrer dans le minuscule cimetière du Calvaire. Une pancarte disait "Journée du Patrimoine".... Nous attendrons l'an prochain pour voir ce patrimoine et ces tombes anciennes dont les plus récentes ont plus d'un siècle. Affaire à suivre donc.

    La porte en bronze du cimetière du calvaire.jpg

    Il était un peu plus de 16 heures et les cloches de la basilique, la Savoyarde peut-être),nous avaient presque rompu les tympans quand nos pas, quelques pas de plus à vrai dire, nous amenèrent dans la rue Cortot, au 12 exactement, devant la petite rampe où se trouve l'entrée du Musée de Montmartre. Il ne bénéficie pas de la même visibilité et le flot des visiteurs y était beaucoup plus modeste. Mieux pour nous, mais dommage pour le Musée. Et également pour les touristes qui se privent d'un moment de pure grâce, de calme et de tranquillité. Comme ils avaient bon goût les artistes qui s'installèrent là au début du siècle dernier ! On peut y voir l'atelier de Suzanne Valadon, bien conservé dans son jus, d'autres y résidèrent aussi, dont Auguste Renoir, Maurice Utrillo et André Utter, et d'autres encore. L'exposition temporaire actuelle leur rend hommage, et à tous ceux qui à la même époque avaient élu domicile dans ce vieux Montmartre. Son titre ? Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques. On pourra aussi — quand il pleuvra moins — chercher tous les ateliers qui figurent sur le plan remis gracieusement dans le musée.

    affiche-40x60.jpeg

    ateliers d'artistes à MOntmartre.jpeg

    Le Montmartre juste après la Commune de Paris était certes meurtri par les barricades et les représailles qui suivirent, mais n'avait rien de commun avec son allure actuelle, à la fois bohème et riche. Riche, il n'est qu'à jeter un regard sur les devantures des agences immobilières pour s'en convaincre. La colline était alors parsemée de parcelles non bâties, de zones en friches et du fameux Maquis, où des petites gens, ouvriers, artisans, les petits métiers de l'époque trouvaient à se loger, voire à bricoler eux-mêmes une bicoque en planches.

    11065303_948922278474625_5950673330577543424_n.jpg

    Le Second Empire, très favorable à la bourgeoisie et aux investisseurs avait chassé de nombreux parisiens des quartiers rénovés, beaucoup avaient trouvé à se loger sur ce versant de Montmartre, mais les promoteurs du début du siècle ont rapidement nettoyé le maquis et on a vu pousser en quelques années les beaux immeubles de l'avenue Junot, pour ne citer que ceux là, et de nombreux autres....

    Un petit air ancien de Vincent Scotto.... décrit bien la situation :

    Mais Montmartre semble disparaître 
    Car hélas de saison en saison 
    Des Abbesses à la Place du Tertre,
    On démolit nos vieilles maisons. 
    Sur les terrains vagues de la butte 
    De grandes banques naîtront bientôt, 
    Où ferez-vous alors vos culbutes,
    Vous, les pauvres gosses à Poulbot ? 
    En regrettant le temps jadis 
    Nous chant'rons songeant à Salis,
    Montmartre ton " De Profundis ! "

    Et chanté par Fréhel :

      

    C'est où ?

    Musée de Montmartre, 12 rue Cortot

    C'est quand ? 

    Du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019

  • Blog : un évènement à annoncer ?

    Associations locales, collectifs d'habitants, établissements et acteurs culturels, vous avez un évènement ou une manifestation dans les 9e, 10e ou 18e arrondissement à annoncer ? Les pages de notre blog vous sont ouvertes.

    blog,action barbès,annonce,article,événement

    Que ce soit pour annoncer un concert, un spectacle, une exposition, des portes ouvertes, une initiative d'économie solidaire ou encore une animation pour les enfants, il suffit de nous contacter suffisamment en avance pour que nous puissions programmer un article sur notre blog. Dans l'idéal, il faudrait que nous ayons ces informations au moins huit jours avant l'évènement.

    Pour ce faire, envoyez-nous un mail (action.barbes@gmail.com) avec toutes les informations nécessaires et tous les éléments utiles à la publication (dossier de presse, texte de présentation, visuel, lien vidéo...). 

    Une petite précision : si nous relayons bien volontiers des initiatives citoyennes nous n'annonçons pas d'évènement politique. Et bien entendu, nous nous réservons le droit de choisir les informations que nous diffusons.