Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture - Page 2

  • Une belle exposition sur l'histoire du Louxor

    L'association Les amis du Louxor propose une exposition sur l'histoire du Louxor au 2ème étage du cinéma dans le petit salon.

    paris,paris 10e,cinéma-louxor,les amis du louxor,barbès-rochechouart

    Une telle exposition s'était déjà tenue à la mairie du 10e au printemps 2013 avant  la réouverture de ce lieu unique. Cinq années sont passées et le "palace" se porte bien puisque sa fréquentation ne faiblit pas. Vous avez jusqu'au 16 septembre pour vous documenter.

    paris, paris 10e, cinéma-louxor, les amis du louxor, barbès-rochechouart

  • Une idée pour vos pelotes de laine qui dorment au fond d'un placard

    La mairie du 18e vous propose de vous débarrasser de vos pelotes de laine inutilisées.

    Pour la prochaine édition de la Fête, nous avons besoin de vous ! Afin de créer une oeuvre collective et participative de tricot-graffiti dans le quartier Grandes Carrières / Clichy, nous sommes à la recherche de pelotes de laine et autres matériaux "tricotables".

    Paris, paris 18e, fête des vendanges, Montmartre

    Vous pouvez les apporter jusqu'au 27 avril dans différents points de collecte du 18e arrondissement. Pour notre quartier, le lieu le plus proche est au 7, rue des Gardes, ouvert les mardis et mercredis de 10h à 13 et de 14h à 18h. C'est le moment de commencer le nettoyage de printemps !

  • Exposition rue des Gardes

    Dans le cadre des Journées européennes des métiers d'art, Luc Dognin propose une exposition avec l'artiste David Deweerdt intitulée "La main et l'esprit, entre cuir et peinture". Le vernissage est passé, mais l'exposition est visible jusqu'au 30 avril au 4 rue des Gardes dans le 18e. Une occasion pour celles et ceux qui ne connaissent pas le quartier de découvrir à cette occasion d'autres artisans.

     

    Paris, paris 18e, métiers d'art, Dognin

  • Sugoï: exposition photos sur le Japon à la Chapelle

    La photographe Nadia Missoum expose actuellement au centre Paris Anim', 26 boulevard de la Chapelle, des photos prises en 2016 à Kobé, Osaka et Kyoto. Elle explique ici le choix du nom de son exposition et de ses photographies.

    Paris, paris 18e, centre Paris Anim, Nadia Missoum

    Cette petite exposition, trop petite tant elle donne envie de découvrir d'autres photos, est visible jusqu'au 28 avril aux heures d'ouverture du centre consultables ici. N'hésitez pas à franchir la porte si vous passez par là.

    paris,paris 18e,centre paris anim,nadia missoum

    Le Dotonbori, Osaka.

    paris,paris 18e,centre paris anim,nadia missoum

    Le métro à Kobé

  • Concert de Thomas Boissy au Phono Museum

    paris,paris 9e,phonomuseum,thomas boissy,chansons

    Les concerts continuent au Phono Museum. Après Jean-Jacques Debout, c'est Thomas Boissy qui viendra chanter dans ce bel endroit le 6 avril à 20h. Venir y assister est aussi une façon de soutenir ce musée, lieu unique en son genre.

    paris,paris 9e,phonomuseum,thomas boissy,chansons

    Pour mieux le connaître et réserver, c'est ici.

  • Magic Barbès : le programme

    Cette année, le festival Magic Barbès organisé par le centre FGO Barbara et l'Institut des Cultures d'Islam s'intitule Utopies. Il se tiendra du 3 au 8 avril.

    MAGICBARBES_LOGOS_bleu.png

    Un programme riche et varié comme ce dialogue entre un film, un violoncelle et un texte "Chantal?" par Sonia Wieder-Atherton et Aurore Clément, la fanfare chorégraphique "30 nuances de Noir-es", ou encore de la musique raï avec Mohamed Lamouri. Tout le programme est à retrouver sur le site de FGO-Barbara.

  • Une envie de sieste littéraire ?

    La médiathèque Françoise Sagan propose des activités originales tous les samedis jusqu'au 28 avril. En fait d'activités, il s'agit de siestes littéraires. De 13h30 à 14h30, vous pourrez ainsi vous installer confortablement dans un fauteuil au premier étage et écouter textes ou musiques. Une bonne idée loin des bruits du boulevard de Magenta...

    paris, paris 10e, médiathèque françoise sagan, littérature

     

  • Exposition collective à l'Espace Canopy

    L'Espace Canopy, 19 rue Pajol, propose jusqu'au 25 mars une exposition collective de 12 artistes d'Ateliers-Est. La galerie est ouverte le samedi et le dimanche de 14h à 19h et en semaine le jeudi de 17h à 21h et le vendredi de 17h à 20h.

    paris, paris18e, espace-canopy, Ateliers-est, Pré Saint Gervais

    Ces artistes présentent photographies, sculptures, peintures, projection..., des domaines très variés.

    L'exposition s'intitule "Sans tain". Voici ce que l'on peut lire sur le choix de ce titre :

    Le miroir sans tain fait varier les perceptions selon le côté où l’on se trouve et selon les sources de lumières : ce qui est opaque pourra devenir transparent et inversement. Il permet d’obtenir une vision à sens unique et réciproque, agissant comme un révélateur de réalité projetée ou cachée. Un jeu des perceptions et des réalités, montrées ou tues par l’intervention de la lumière.

    C’est à des univers plastiques et fantasmagoriques complexes que renvoie l’exposition « Sans tain » :

    La naissance de la photographie, l’éblouissement du faisceau lumineux et de la télévision, la place du sujet regardeur au sein de l’œuvre-même dans laquelle il devient acteur, la place de l’artiste dans la création et dans son œuvre, la réalité cachée, l’image mentale trouble voire psychanalytique, l’univers poétique de la traversée du miroir, la confusion des intérieurs et des extérieurs, une certaine forme de voyeurisme, l’univers du polar.

  • Pause musicale russe à la Sorbonne Clignancourt

    Le chœur et orchestre Sorbonne Universités (COSU) vous invite à une pause musicale à l'heure du déjeuner pour découvrir son prochain concert de musique russe. Ce sera le  jeudi 22 mars à 12h45, 2 rue Francis de Croisset, porte de Clignancourt, à la bibliothèque du centre Clignancourt.

    Comme habituellement, cet évènement est gratuit mais on vous demande de vous inscrire ici.

    paris,paris 18e,cosu,sorbonne clignancourt,musique russe

    photo de Léo Andrés

    Et si vous souhaitez prolonger cette plongée dans l'univers musical russe, le concert se tiendra à l'amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne le jeudi 29 mars à 20h (voir le programme ici)

  • --Les couleurs de Van Dongen réchauffent le musée de Montmartre

    Van Dongen (1877-1968), un peintre dont la notoriété est loin d'approcher celle d'un Picasso (1881-1973), bien que leurs vies artistiques aient fréquenté un même lieu à leurs débuts et que leurs longévités n'aient rien à se jalouser, 91 ans pour l'un et 92 pour l'autre, pas mal pour l'époque. Ils étaient contemporains et même voisins (coloc' on dirait aujourd'hui !) à l'époque du Bateau-Lavoir. Venus de Hollande, ou d'Espagne, ils ont appartenu à l'Ecole de Paris et à la légende du Montmartre bohème des années folles.

    Kees van Dongen est né dans la banlieue de Rotterdam, et vient à Paris en 1897 pour la toute première fois. Il s'installera deux ans plus tard, avec celle qui deviendra rapidement sa femme, une jeune Hollandaise (Augusta Preitinger), elle aussi artiste, rue Ordener puis rue Girardon. On la découvre lisant dans l'atelier du peintre parmi les œuvres exposées. Certains titres d'article ont qualifié Kees van Dongen d'artiste anarchiste... Certes, encore en Hollande, il a illustré l'ouvrage du communiste libertaire Pierre Propotkine et s'est manifesté par une certaine radicalité, mais il semble que son engagement politique ne soit pas allé très loin, ou plutôt n'ait pas duré très longtemps. Sa rencontre avec les milieux anarchistes parisiens et sa collaboration avec L'Assiette au beurre — très engagée dans les années 1905-1909 contre le colonialisme — sont davantage des témoignages de son insoumission aux normes surranées d'une société liberticide de la fin du 19e siècle.

    Van-Dongen, assiette-au-beurre

    Il participe à L'Assiette au beurre dès 1901, ne peint pratiquement pas entre 1896 et 1903, préférant à la peinture « l'art démocratique de l'imprimé », qu'il s'agisse de L'Assiette ou d'autres publications auxquelles il donne des contributions plus édulcorées, comme Le Frou-FrouLe Rab'laisLe Rire ou L'Indiscret. Ainsi, il écrit à un ami en 1901 : « À quoi cela sert-il de produire des tableaux qui ne servent qu'au luxe, quand nous sommes entourés partout de pauvreté ? Je préfère travailler autant que possible pour le bien commun, plutôt que pour quelques fripons délibérés ou involontaires. C'est pourquoi je dessine pour des magazines et j'ai abandonné la peinture ; je n'en fais qu'un peu, de temps en temps, et pour moi-même. »

    Cité par Jean-Michel Bouhours, Nathalie Bondil, Martine d'Astier et Anita Hopmans, Van Dongen, Hazan,   p112.

    Lire la suite