Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture - Page 5

  • Trésors de banlieue au bout de la ligne 54

    La Ligne de bus 54 passe au carrefour Barbès, d’où notre suggestion d’aujourd’hui. 
    - Et où va-t-elle ? 
    - À Gennevilliers ! 
    - Ah, oui,  et qu’irions-nous faire à Gennevilliers ? 
    Cela pourrait être le début d’une conversation entre habitants de notre quartier. En effet, d’ici, de Paris, la banlieue semble toujours un peu lointaine et si on a la chance de travailler à Paris, on a peu l’occasion de s’y rendre. Pourtant…. Une affiche nous est tombée sous les yeux au cours d’une balade sur le net, puis un reportage matinal sur France Inter a piqué notre curiosité. Si, en plus, on peut y aller directement avec le bus qui passe devant notre porte, pourquoi hésiter plus longtemps ? 

    Un jour d'octobre, nous y sommes allés. Descendre Place Voltaire avec le 54. Quartier des Grésillons. Prendre à droite l’avenue des Grésillons et à 150 mètres, à gauche, se trouve la Halle qui accueille l’exposition Trésors de banlieue. C'est simple, elle jouxte le théâtre de Gennevilliers (on peut s'y rendre aussi en métro avec la Ligne 13).

    C’est une exposition originale qui ne présente pas les oeuvres d’un peintre ou d’un plasticien, mais un ensemble d’oeuvres, d’artistes très connus, reconnus, ou moins. Des oeuvres exposées dans les mairies de la banlieue parisienne, dans leurs collections propres, et cinquante collectivités ont répondu positivement à cette opération quand elle a été lancée. On peut y voir des oeuvres de compagnons du Parti communiste souvent, un temps, longtemps, ou pas. On est là dans les communes de l’ancienne ceinture rouge de Paris… ceci explique cela. 

    La présentation est originale aussi. Outre que la halle offre 3000 m2 d’espace qui donne une grande liberté de circulation, à tous, les tableaux sont exposés dans des conteneurs peints en rouge, aménagés en galerie suivant sept thématiques. Par exemple : "Ce que nous disent les rues et les murs des banlieues", ou "Guerres et révolutions, résonances en banlieues", ou encore : "L'art sacré en banlieue".

    L'ensemble est pédagogique, on croise de nombreux jeunes enfants, des ados, des classes, des groupes, des animateurs qui expliquent, font observer, dessiner... sans gêner les visiteurs solitaires venus de la toute proche capitale.

    20191015_143432.jpg

    Nous, on a bien aimé ! Peut-être aussi parce que la banlieue évoque un lointain passé de notre enfance.

    Voici encore ce qu'on peut lire sur le flyer de l'expo, qui la présente en bref :

    "En plus de la présence exceptionnelle de deux peintures d’église du XVIIe siècle italien et flamand, les visiteurs peuvent parcourir les étapes qui ont marqué l’évolution de l’art moderne, de la fin du 19e siècle à nos jours. De Caillebotte à Chagall, de Valtat à Léger, de Kijno aux bijoux d’Elsa Triolet, de Doisneau à Ronis, de Picabia à Di Rosa, les courants artistiques du siècle dernier défilent sous nos yeux : impressionnisme, fauvisme, cubisme, courant réaliste témoignant des paysages de la banlieue et de ses habitants, abstraction, jusqu’aux différents courants de l’art contemporain, de la figuration narrative au street art. L’art contemporain ne sera pas isolé et c’est là l’une des originalités de l’exposition : il prendra sa place tout naturellement parmi toutes les œuvres dans la chronologie de l’histoire de l’Art, l’avant-garde devenant nécessairement… le patrimoine de demain !"

    20191015_143740.jpg

    C'est où ?

    Halle des Grésillons, Gennevilliers (entrée libre)

    C'est quand ?

    Jusqu'au 30 novembre 2019 

  • 3e édition des "Mercredis des Révolutions"

    Pour la troisième année, la Mairie du 18e arrondissement organise "Les Mercredis des Révolutions". Ce cycle de conférences d'université populaire propose depuis sa création une programmation toujours intéressante, et le cru 2019-2020 n'y déroge pas. Rendez-vous tous les premiers mercredis du mois de 18 h 30 à 20 h 30 à la mairie du 18e arrondissement pour écouter des historiens et des universitaires sur le thème pour le moins riche des révolutions. La première séance se tiendra mercredi 6 novembre prochain, l'entrée est libre et gratuite.

    "Comment se saisir aujourd’hui, dans un monde désenchanté, des expériences révolutionnaires du passé ? Comment ce passé révolutionnaire peut-il nous aider à penser un présent de plus en plus incertain ? 

    C’est à ces questions que, pour la troisième année consécutive, la Société d’histoire du 19e siècle et la mairie du 18e arrondissement, vous proposent de venir réfléchir dans le cadre d’une université populaire, ouverte à tous, gratuite et qui se réunit le premier mercredi de chaque mois dans la salle des mariages de la mairie.

    Autour de thématiques précises et renouvelées à chaque séance, un historien, chercheur de profession, et un « grand témoin » - acteur d’un événement, romancier, metteur en scène, auteur de roman graphique, etc. – viendront dialoguer avec vous. Des ponts seront esquissés entre le passé et le présent, entre l’histoire et l’action. Sans prétendre apporter de réponses définitives, nous essaierons, en confrontant l’expérience et la recherche historique universitaire, d’apporter un éclairage original aux interrogations et aux débats que traverse notre société. Bien évidemment cet éclairage nous le confronterons à votre expérience dans le cadre d’un échange libre entre les invités et l’assistance."

    Cette année cette université populaire se fera en partenariat avec le journal Politis et le site Parole d’histoire, ce dernier retransmettra chaque séance en podcast .

    mercredi-des-revolutions,mairie-du-18e,histoire,université-populaire

    Programme de la saison 2019-2020 

    Démocratie directe : de la Commune aux gilets jaunes

    6 novembre 2019

    • Quentin Deluermoz et Maurizio Gribaudi

    • Séance animée par Emmanuel Fureix

    Esclavage et révolution : les Antilles

    4 décembre 2019

    • Myriam Cottias et Ary Gordien

    • Séance animée par Romy Sanchez

    Décolonisation et révolution : l’Algérie

    8 janvier 2020

    • Benjamin Stora et Alexandra Badea

    • Séance animée par Philippe Darriulat

    Révolution et roman

    5 février 2020

    • Judith Lyon-Caen et Michèle Audin

    • Séance animée par Thomas Bouchet

    Dessiner la révolution, autour de la Commune de Paris

    4 mars 2020

    • Bertrand Tillier et Raphaël Meyssan

    • Séance animée par Jacqueline Lalouette

    Réprimer les révolutionnaires, de 1848 à aujourd’hui

    1er avril 2020

    • Louis Hincker et David Dufresne

    • Séance animée par Mathilde Larrère

    Les ouvriers en révolution

    6 mai 2020

    • François Jarrige et Omar Benlaala

    • Séance animée par Fabrice Bensimon

    Femmes en révolution, autour de mai 1968

    3 juin 2020

    • Ludivine Bantigny et Leslie Kaplan

    • Séance animée par Mathilde Larrère

  • Nouvelle exposition photos sur le pont Saint-Ange

    Après une série historique inaugurale et une courte exposition le temps de la Nuit Blanche, l'espace d'exposition du pont Saint-Ange, sur la Promenade urbaine, accueille deux artistes dans le cadre des Rencontres photographiques du 10e. Deux expositions en une dont le vernissage a eu lieu le 21 octobre dernier en présences des artistes et des maires des 10e et 18e arrondissements.

    Tout d'abord, côté 10e, une série de photos d'Aglaé Bory, "Les garçons d'en bas", une série de portraits de jeunes habitants du quartier de la Grange aux Belles, des photos mises en abîme dans leur propre décor.

    IMG_6298.jpg

    IMG_6302.jpg

    IMG_6300.jpg

    Côté 18e, vous pouvez retrouver le travail de Laura Bonnefous : "Périphéries Intérieures". Une série de photos portant un regard particulier sur les marges de la ville et sur des personnages. Des clichés dans des tonalités claires, diaphanes, qui semblent projeter les lieux urbains hors du temps et faire devenir spectres les personnages saisis par son appareil.

    IMG_6290.jpg

    IMG_6293.jpg

    IMG_6295.jpg

  • "Mon Premier Festival" au Louxor

    Dans le cadre de l'évènement parisien  Mon Premier Festival, le cinéma Le Louxor propose du 23 au 29 octobre de nombreux films pour un jeune public. Les places sont au tarif unique de 4 €. Et il y aura également des séances spéciales, avec la présence des réalisateurs :
     
    AVANT-PREMIÈRE «  L’EXTRAORDINAIRE VOYAGE DE MARONA »
    Jeudi 24 octobre à 10h15
    Séance en présence de la réalisatrice Anca Damian
     
    AVANT-PREMIÈRE «  MARCHE AVEC LES LOUPS « 
    Dimanche 27 octobre à 11h
    Séance en présence du réalisateur Jean-Michel Bertrand
     
    SÉANCE SPÉCIALE «  OSS 117 : LE CAIRE, NID D’ESPION » 
    Samedi 26 octobre à 15h45
    Séance en présence du réalisateur Michel Hazanavicius
     

    59980.png

    C'est où ?

    Cinéma Le Louxor, 170 boulevard de Magenta, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 23 au 29 octobre 2019

  • Mettre les mains à la pâte...

    Nous vous encourageons souvent à visiter les lieux culturels de nos quartiers, expo photos, événements, théâtre... mais pourquoi ne pas vous lancer vous-même dans un art accessible ? C'est ce que proposent nos amies de Ange & Dam, des créatrices que nous suivons depuis de nombreuses années. Aussi bien lors des journées portes ouvertes des ateliers d'artistes dans les quartiers (par exemple, D'Anvers aux Abbesses !), que lors des vernissages dont elles nous informent. 

    Cette fois, nous franchissons un pas supplémentaire. Nous relayons l'annonce de Ange & Dam. Répondant aux nombreuses demandes de leur clientèle, et pour faire suite aux stages sur les "recylclettes", qui ont remporté un vrai succès, elles ont accepté d'organiser des cours de sculpture dans leur atelier sis au 50 de la rue Labat dans le 18e. Il ne s'agit pas que de sculptures, disons académiques... vous verrez, leur palette est très large. 

    Pour plus de détails et prendre contact avec les sculptrices, il vous suffit de cliquer sur ce lien.

    Les ateliers auront lieu de fin octobre à la mi-décembre. Conditions et tarifs sur le site. 

    atelier-sculptures.gif

     

  • Exposition photo : "Les reflets de Laetitia Lesaffre"

    La Mairie du 9e arrondissement propose jusqu'au 15 octobre une exposition photographique : "Les reflets de Laetitia Lesaffre".

    Laetitia Lesaffre est la photographe lauréate 2018 d'Objectif Femmes, un concours pour valoriser le travail des femmes photographes, dont la quatrième édition vient de s'achever.

    "Laetitia Lesaffre est peintre laqueur et photographe. Son travail explore le reflet. Elle photographie ses sujets en reflet dans ses laques. Dans la droite ligne du courant pictorialiste, elle cherche à dissoudre la frontière entre peinture et photographie."
     

    unnamed.jpg

    C'est où ?

    Mairie du 9e arrondissement, 6 rue Drouot

    C'est quand ?

    Du 9 au 15 octobre 2019

     

  • Conférence : Les métiers de la musique dans le 9e arrondissement

    Ce mardi 8 octobre, vous pourrez assister à la mairie du 9e à une conférence d’Elisabeth Giuliani, ancienne directrice du département musique à la BNF : "Les métiers de la musique dans le 9e arrondissement".

    "Ce quartier de la rive droite, conquis ou considérablement rénové dès le XIXe siècle, a accueilli de nombreux artistes, notamment musiciens. Ils y appréciaient en effet la proximité de lieux ressources pour la pratique de leur art : salles de spectacle, bureaux de concert, établissements d’enseignement, associations professionnelles, éditeurs et marchands de musique, luthiers… Ces divers « métiers » de la musique ont en effet précédé ou suivi leurs usagers et se sont progressivement implantés dans le 9e arrondissement.

    Même si à la fin du siècle dernier, son centre de gravité s’est déplacé vers l’est de Paris, ce quartier conserve encore bien des acteurs de la vie musicale."

    conference,musique,9e,histoire

    Manufacture Pleyel, 22 rue Rochechouart

     

    C'est où ?

    Mairie du 9e, salle du Conseil, 6 rue Drouot

    C'est quand ?

    Mardi 8 octobre 2019, à 18 h 30.

  • Exposition sonore de sculptures et photos à l'Échomusée

    Dans le cadre d’un appel à projet soutenu par la CNAV et la Fondation de France, en direction des aînés, le centre social de la rue de Laghouat, Accueil Goutte d’Or, a mis en place un atelier d’expression artistique inter-générationnel.

    Il s’agit d’un atelier modelage en argile cuite, ces personnages ou ces objets ont été mis en scène et pris en photo dans un mini studio. Les participants ont choisi une histoire qu’ils nous racontent par l’intermédiaire de ces personnages mis en scène dans un décor qu’ils ont imaginé et réalisé. En parallèle la parole des participants a été recueillie et enregistrée.

    Tout le monde est invité à découvrir leurs univers lors de cette exposition sonore à l'Échomusée rue Cavé, jusqu'au 12 octobre.

     

    C'est où ?

    Galerie Échomusée, 21 rue Cavé, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 1er au 12 octobre 2019, du mardi au samedi de 14 h à 19 h 30

  • À l'affiche aux Trois Baudets

    À deux pas d'Anvers, sur le boulevard de Clichy, se trouve une salle dynamique dédiée à la chanson et dont on ne parle pas assez sur ce blog : les Trois Baudets. Cette scène programme de nombreux artistes, confirmés ou à découvrir, et cela à des tarifs très accessibles, ce qui ne gâche rien. Dans cet établissement culturel de la ville de Paris, les plus jeunes ne sont pas oubliés, avec une programmation régulière de spectacles à leur attention.

    Des artistes à l'affiche à voir très prochainement :

    Santiago et Louise Verneuil

    "Amples et cinématographiques, les chansons de LOUISE VERNEUIL nous emmènent en voyage, à coup de longs travellings. Le chemin se veut initiatique et pavé de guitares électriques, de lyriques envolées de violons, de tambours maghrébins, de choeurs sensuels comme dans un retour chamarré au rock british et bohême des années 70. Elle partage la scène avec SANTIAGO."

    Louise-Verneuil-260x320.jpg

    C'est où ?

    Les Trois Baudets, 64 boulevard de Clichy, Paris 18e

    C'est quand ?

    Vendredi 4 octobre 2019, à 20 h 30

     

    Joseph d'Anvers – Amis imaginaires
    Ciné-concert - jeune public (à partir de 2 ans), programme de 5 courts-métrages.

    "JOSEPH D’ANVERS est adepte des collaborations avec des artistes de renom tels que Miossec, Dick Rivers ou encore Bashung. Auteur de quatre albums, Joseph habille aujourd’hui de son électro-rock cinq films magiques mettant à l’honneur de drôles de créatures au coeur de saynètes humoristiques et tendres pour convier les très jeunes spectateurs à une balade fantastique." 

    Toutes-les-étoiles-KMBO-1-520x320.jpg

    C'est où ?

    Les Trois Baudets, 64 boulevard de Clichy, Paris 18e

    C'est quand ?

    Dimanche 6 à 16 h et samedi 12 octobre 2019, à 11 h

     

  • La Nuit blanche dans nos quartiers

    Ce samedi 5 octobre, c'est la Nuit blanche 2019 ! Et cette année, plusieurs évènements auront lieu dans nos quartiers, enfin essentiellement dans le 18e arrondissement. Mais c'est dans tout Paris et même au-delà que l'on pourra passer une nuit blanche à se cultiver et se divertir. 

    nuit-blanche,2019,10e,18e

    Quelques artistes et évènements à retrouver dans nos quartiers :

    Stefania Crisan
    Église Saint-Bernard de la Chapelle
    GEAMĂNA - Installation/Vidéo/Performance

    "Stefania Crisan est une artiste, originaire de Roumanie, diplômée de l’école d’art de Metz. Elle vient d’obtenir le prix Point D'Or de cette école.

    Le projet GEAMĂNA condense installation, vidéo et performance. Cette œuvre propose d’interroger la possibilité de soigner un lac en Roumanie. Par ses gestes de contact avec la terre et par le chant, l’artiste fait parler ce paysage et tente de redonner un mouvement, d’inverser l’entropie de ce milieu. Cette œuvre incarne une dimension politique, la question du sublime, et soulève un questionnement sur la place du sacré aujourd’hui."

    Performance et chant ̋"everse_the_entropy ̋": 20 h - 20 h 30

    Chant à chaque heure fixe : 20 h / 21 h /... / 02 h

     

    Pont Saint-Ange
    Fracas silencieux II - Exposition

    "Après avoir participé à la création du centre chorégraphique micadanses en 2002, Delphine Micheli collabore avec de nombreux chorégraphes. En parallèle, elle réalise des portraits et des reportages pour la presse culturelle et féminine. 

    Cette série Fracas silencieux II est extraite de deux pièces Les rois La promesse de Nicolas Maloufi et Epargnez-moi le dédain… de Cyril Leclerc."

     

    Randa Maroufi
    Institut des Cultures d'Islam
    Barbès - série "Les Intruses" - Vidéo

    "L’Institut des Cultures d’Islam présente une vidéo inédite de Randa Maroufi sur le tournage du projet Barbès (série « Les Intruses »). Installées jusqu’à l’été 2020 sous le métro aérien, ses photographies mettant, en scène une occupation exclusivement féminine de l’espace public, s’animent le temps d’une soirée exceptionnelle dans la cour intérieure de l’Institut."

     

    CAFE A - Maison de l'Architecture

    "Soirée Caliente spécial Nuit Blanche !! Les nuits tropicales du Café A vous amenent jusqu'à la Colombie, les Caraïbes et l'Amérique Latine le temps d'une soirée pour danser de la cumbia, la salsa, le son cubain et les sonoritées afro-latinos avec lives et Dj set !!"

    TITO DEL MONTE (Cumbia de Colombia)

    "Leur répertoire : la Cumbia traditionnelle Colombienne.

    Leur combinaison : les folles mélodies du violon accompagnées d’un chanteur-percussionniste aux rythmiques tropicales, et une contrebasse puissante et hypnotique ! Et la sauce concoctée par ces trois excellents musiciens, ancien de la maison JIM MURPLE MEMORIAL, prend ! Tito Del Monte c'est de la chaleur, de la convivialité, du partage, le plaisir de jouer pour faire danser et chaque examen de passage l'atteste, l'assurance de se déverrouiller le bassin sur une cumbia rythmée et de finir les chemises mouillées."

     

    Halle Pajol - Auberge de jeunesse HI Paris Yves Robert
    Electro Landscape - Installation

    "Plasticienne à la vision onirique, l’artiste travaille sur le thème de l’adaptation du vivant. 

    Hébergée par l’un des premiers écoquartiers parisiens, l’installation propose une ville imaginaire où une végétation de plantes hybrides évolue dans une atmosphère surréaliste. Le spectateur qui traverse le champ des caméras se verra incorporé à l’aventure et son image projetée sur les écrans de la ville."

     

  • Le Monde Festival "Imagine" aux Bouffes du Nord

    Pour la cinquième année consécutive, le Théâtre des Bouffes du Nord s'associe au festival du journal Le Monde qui aura lieu le week-end prochain : Le Monde Festival "Imagine". Cela se concrétise par une dizaine de débats, rencontres et des moments de spectacles, au croisement de la culture, de la création, des sciences, de l'imagination et des faits de société. D'autres débats auront lieu à l'Opéra Bastille et des films seront projetés en avant-première au cinéma Gaumont Opéra.

    Programme du Théâtre des Bouffes du Nord :

    Samedi 5 octobre :
    - 10 h : Rencontre avec Michel Barnier
    - 12 h : Afrique : le dilemme de la restitution des œuvres d'art
    - 14 h : Science : le pouvoir de l'imagination
    - 16 h : "Blackface", appropriation culturelle, décolonialisme : la liberté d'expression
    est-elle menacée ?

    - de 22 h à 6 h du matin : la Nuit du Monde Festival

    Dimanche 6 octobre :
    - 10 h : S'aimer, c'est se tromper ?
    - 12 h : Dialogue avec la rédaction du Monde
    - 14 h : Rencontre avec Delphine de Vigan
    - 16 h : Rencontre avec Fary
    - 17 h 30 : Rencontre avec Enki Bilal
    - 20 h : Drag, voguing : le queer sur le devant de la scène

     

    Le Monde Festival

     

    C'est où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord

    C'est quand ?

    Samedi 5 et dimanche 6 octobre 2019

     

  • Surprise au Budget participatif 2019 : notre projet dans le 18e est lauréat !

    Hier étaient connus les projets lauréats du Budget participatif de la cuvée 2019, et quelle ne fût pas notre surprise de voir notre proposition d'éclairage de l'église Saint-Bernard de La Chapelle faire partie de la liste des projets vainqueurs.

    Notre proposition a été associée cette année avec une autre, pour la restauration de la flèche de l'église, une proposition qui tombe bien à propos puisqu'actuellement un échafaudage est installé pour consolider cette dernière qui penche dangereusement. Le financement des travaux de consolidation et d'étanchéité est à présent trouvé, au moins en partie, à condition que la mise en oeuvre du projet ne tarde pas, comme celle de la "Rue-jardin Richomme".

    Mais pour tout dire, le coût relativement élevé du projet réunissant ces deux propositions ne nous laissait guère d'espoir de voir ce projet l'emporter. En effet, avec une enveloppe de 1 300 000 euros, ce projet représente quasiment un tiers du Budget participatif du 18e arrondissement, qui est de quatre millions d'euros. Nous n'y croyions tellement peu que nous n'en avons pas fait la promotion !

    Mais contre toute attente, le projet l'emporte finalement, et l'église Saint-Bernard (1858-1863), l'unique bâtiment du quartier de la Goutte d'Or classé Monument historique, va pouvoir se refaire une beauté et être mise en valeur !

    Vous pouvez découvrir l'ensemble des projets lauréats, rendez-vous sur le site dédié.

    budget-participatif,18e,église-saint-bernard