Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action Barbès - Page 4

  • La rue du Delta va se transformer

    Attendus depuis longtemps par les riverains, les travaux de transformation de la rue du Delta vont bientôt débuter, les travaux préalables ayant été réalisés cet été. Cette rue va bénéficier d'un traitement similaire aux rues végétalisées du 9e arrondissement dont nous avons déjà salué la réussite sur ce blog (voir notamment notre dernier article sur la rue Manuel).

    rue-du-delta,9e,travaux,végétalisation

    La rue du Delta avant travaux, août 2020

    Ainsi, la rue du Delta va voir l'espace pour les piétons élargi, le stationnement automobile réduit et surtout l'implantation de jardinières enterrées. Le revêtement de la chaussée va être repris, le stationnement sera modifié côté impair (places de stationnement automobiles ramenés à 22 contre 57 actuellement, et places pour motos passant de 9 à 27) et côté pair le trottoir va être élargi, ponctué de places de stationnement en Lincoln pavés et de plate-bandes végétalisées. L'investissement total pour ce réaménagement sera de 270 000 euros.

    rue-du-delta,9e,travaux,végétalisation

    Les aménagements envisagés (cliquer l'image pour agrandir)

    Le projet, présenté aux habitants le 27 juillet dernier, n'est pas tout à fait définitif, les riverains pouvent encore apporter leur contribution à l'aide du questionnaire mis en place par la mairie du 9e (fichier à télécharger ci-dessous). Attention, il faut renvoyer le questionnaire avant le 10 septembre prochain.

    QuestionnaireRueDuDelta.pdf

    On a hâte de voir pousser les fleurs et butiner les abeilles dans cette voie relativement calme du 9e arrondissement ! Notons aussi que le statut de la rue passera de zone 30 à zone de rencontre, ce qui pour les automobilistes et motards signifie que les piétons ont priorité et que la vitesse est limitée à 20km/h.... 

  • Sécurité : Barbès au bord de l'explosion

    Depuis la sortie de la période de confinement la situation autour du carrefour Barbès se dégrade grandement du point de vue sécuritaire. Le deal de cigarettes et drogues en tous genres, le recel de bijoux, les agressions, les vols à l'arrachée, les intrusions dans les immeubles pour abriter divers trafics et autre prostitution, les cambriolages, sans compter les règlements de compte entre délinquants, mais également les ventes à la sauvette qui sont de retour ici (tout comme à Château Rouge), sont devenus le quotidien des habitants de ce secteur durant l'été. Des exemples frappants : le 26 août dernier, devant le 49 boulevard de la Chapelle, en pleine journée et devant des passants et des riverains terrorisés, un homme s'est fait taillader à coup de machette par deux hommes, sans doute un règlement de comptes ; mêmes scènes ou presque, hier après-midi 1er septembre, ce sont deux agressions à coup de couteaux avec des blessures très graves, au même endroit à l'angle du boulevard Barbès et de la rue de la Goutte d'Or, à deux heures d'intervalle !

    D'une manière générale, ce territoire ne semble plus régi par les lois de la République mais par celles mafieuses de groupes d'individus qui prétendent régner sur nos boulevards et nos rues.

    securité,barbès,18e,10e,9e

    Que ce soit côté 10e sur le boulevard de Magenta, sur les "boulevards-frontières" de la Chapelle et de Rochechouart, même du côté 9e, mais surtout du côté du 18e sur le boulevard Barbès et dans les petites rues adjacentes, les riverains font état d'une situation extrêmement difficile qui cumule de très nombreux problèmes. Notre association a rarement connu en si peu de temps autant de signalements de la part de nos adhérents mais aussi de beaucoup d'autres habitants et de commerçants de ce secteur (il va sans dire que les autorités politiques et policières reçoivent elles aussi ces nombreux signalements), et c'est là le signe d'une situation inacceptable qui devrait plus alarmer les autorités compétentes en matière de sécurité, en l'occurrence principalement la Police nationale.

    La situation n'est plus tenable. Les autorités, la Préfecture de police en premier lieu, mais également la Ville de Paris, doivent agir et vite. Nous avons écrit au Préfet de Police, en espérant qu'il nous entende.

    Nous attendons du ministère de l'Intérieur et de la Préfecture de police une prise de conscience de la gravité de la situation sécuritaire de Barbès qui connait actuellement des proportions inédites, même pour Barbès, et que soient mises en oeuvre des mesures à la hauteur des problèmes rencontrés. Nous demandons une présence effective des forces de l'ordre, tous les jours, du lundi au dimanche et du matin au soir. Il ne s'agit pas de faire stationner un car de CRS dont la présence passive n'empêche aucunement les crimes et délits de se dérouler ici, mais d'effectifs de police qui entreprennent un travail actif pour régler cette situation inacceptable. Le commissariat du 18e a certes reçu des nouveaux effectifs ces dernières années, mais au vu des problèmes à l'ampleur inédite que connait cet arrondissement, le ministère de l'Intérieur devrait sans doute continuer le renforcement des effectifs.

    Nous aimerions également qu'enfin les services des Douanes travaillent à démanteler durablement le trafic de cigarettes, qui n'est aujourd'hui presque plus que la façade de trafics et deals de produits encore plus dangereux. Et bien entendu, il est indispensable de régler durablement ces problèmes et non les déplacer à des quartiers voisins comme cela a trop souvent été le cas par le passé.

    Concernant la Ville de Paris, si son champ d'action est très limité en matière de sécurité, elle peut néanmoins agir, avec les agents de la DPSP (la future "police municipale") mais aussi par d'autres moyens. Elle devrait par exemple faire enlever le kiosque à journaux, dont la réouverture n'est hélas plus à espérer. Cet édicule très dégradé ne fait que participer aux trafics, servant de cachette et de paravent pour les vendeurs de cigarettes et autres dealers. Nous demandons son enlèvement depuis de nombreux mois, là il devient urgent d'agir. Et peu nous chaut l'argument du contrat publicitaire lié au kiosque qui n'en est plus qu'un support, la sécurité passe bien avant.

    La Ville peut également agir indirectement avec la question de la propreté, ici le moindre encombrant pouvant servir de cachette. Il faudrait assurer un passage très régulier pour enlever systématiquement les encombrants et petits déchets dans ce secteur (mais cela suppose de coordonner trois services d'arrondissements différents). Côté 18e, il est urgent d'assurer le nettoiement de la friche du 8 boulevard Barbès, et il serait d'ailleurs nécessaire de remplacer l'actuel grillage de cette friche, qui permet de faire passer en dessous divers produits à cacher, par une paroi pleine. Cela semble être des détails, mais si l'on veut que la situation change durablement, il faut agir de concert sur tous les plans qui permettront de ramener la tranquillité dans le quartier en plus de celui de la sécurité à proprement parler, la propreté et l'aménagement urbain en font pleinement partie.

    Barbès a déjà connu des moments de tension par le passé, mais actuellement nous vivons une période qui semble dépasser tout ce que l'on a pu connaître ces dernières années. Il est temps que les pouvoirs publics agissent de toute urgence avec la mise en œuvre de moyens à la hauteur des enjeux et des aspirations légitimes des riverains à une tranquillité publique. Sans quoi Barbès va finir par exploser.

  • Fresque participative à la bibliothèque de la Goutte d'Or : appel à bénévoles

    Depuis de nombreuses années nous déplorions l'affichage sauvage au pied de la Bibliothèque de la Goutte d'Or, boulevard de la Chapelle, sur le mur d'un local indépendant de la bibliothèque (voir notamment notre article de mai 2017 à ce sujet). La nouvelle directrice de la bibliothèque, Madame Catherine Geoffroy, s'est aussi émue de cette situation dès son arrivée à la tête de cet établissement culturel de la Ville. Mais comme notre association auparavant, elle s'est heurtée à un imbroglio sur la question de propriété du local : personne ne sachant alors à qui appartenait ce petit local. Lorsque nous avions questionné les services de la ville de Paris à ce sujet, il avait été évoqué une possession de la RATP, puis d'EDF, pour finalement ne pas avoir de réponse à cette question. Mais la pugnacité de Madame Geoffroy a finalement permis d'obtenir la réponse : le propriétaire de ce local est... la ville de Paris ! 

    bibliothèque-de-la-goutte-d-or,18e,fresque,street-art

    Mai 2008 (image Google Street View)

    bibliothèque-de-la-goutte-d-or,18e,fresque,street-art

    Janvier 2019

    Il devenait alors possible d'imaginer une reprise de ce mur fort dégradé. Mais sa simple remise en état n'empêcherait pas le retour de l'affichage sauvage, qui commençait à s'étendre aux parois vitrées de la bibliothèque rue Fleury (un affichage qui finit par dégrader également leur surface).

    bibliothèque-de-la-goutte-d-or,18e,fresque,street-art

    Remise en état du local, octobre 2019

    Il a donc été imaginé d'y faire une fresque. L'idée adoptée, c'est une fresque inspirée par les habitants du quartier, conçue par Esquisses (un collectif d'artistes), et qui sera réalisée par des habitants bénévoles encadrés par les auteurs de la fresque. Le sujet de la fresque est "Les Symboles de la Goutte d'Or". 

    FRESQUE FINAL MESURES.png

    Visuel du projet de fresque réalisé par Esquisses

    Retardé par la crise sanitaire, le projet va bientôt être mis en oeuvre. Pour cela il est fait appel aux habitants qui voudraient participer à sa réalisation. Une réunion d'information se tiendra ce jeudi à la bibliothèque de la Goutte d'Or.

    VISUEL FRESQUES - ESQUISSEs-2.jpg

    C'est où ?

    Bibliothèque de la Goutte d'Or, 2-4 rue Fleury, Paris 18e

    C'est quand ?

    Jeudi 3 septembre 2020, à 18 h

  • La Goutte d'Or a changé de plan de circulation

    Depuis bientôt vingt ans, Action Barbès est très attentive à la vie de nos quartiers sous ses nombreux aspects (aménagement urbain, déplacements, commerces, sécurité, végétalisation, patrimoine, culture...), et cette expertise acquise au cours de ces années nous donne une vision assez précise des problématiques de ces territoires mais également une vision plus globale, à l'échelle des quartiers. C'est ce qui nous permis de constater les problèmes inhérents à la circulation dans la Goutte d'Or et nous a amené à demander la révision du plan de circulation (voir notre article complet sur cette demande : "Pour une révision du plan de circulation de la Goutte d'Or"). 

    Le problème de l'arrivée massive de véhicules le week-end sur Château-Rouge ayant été partiellement résolu par l'élargissement du secteur de l'opération "Paris respire" le samedi, il restait le problème rencontré au quotidien causé par la circulation de transit qui encombrait inutilement et dangereusement les rues étroites de la Goutte d'Or. Des itinéraires "malins" que nous dénoncions dès 2015, auquel il fallait remédier, et pour ce faire seul un changement du plan de circulation du quartier pouvait faire évoluer positivement les choses.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Les itinéraires de transit (2015)

    Depuis, l'association de cyclistes Paris En Selle nous a rejoints dans cette demande de révision en proposant des aménagements concrets. D'autres éléments montrent que cette attente est partagée par les habitants du quartier, comme le projet lauréat du Budget participatif de 2017 qui demande un réaménagement du pourtour de l'église Saint-Bernard en zone de rencontre (non réalisé), ou encore cette pétition à l'initiative d'habitants demandant la piétonnisation de la rue Myrha qui a connu un grand succès ces derniers mois. Enfin, rappelons que, selon l'INSEE, seulement entre 19,1 % et 24,94 % des foyers du quartier possèdent un véhicule.

    Cette demande de changement de plan de circulation du quartier a donc finalement été entendue par les élus. La décision a été prise et mise en oeuvre très rapidement après les dernières élections municipales. Une réunion d'information s'est tenue le 22 juillet dernier pour une mise en œuvre du changement le 30 juillet suivant ! Lors de cette réunion, à l'assistance nombreuse malgré le déficit de communication de la mairie, si globalement le changement de plan de circulation a été bien accueilli par les habitants,  en revanche, l'absence de concertation préalable a été pointée du doigt par nombre d'entre eux. La mairie du 18e a précisé que ce plan n'est pas définitif et que des changements pourraient être apportés au regard de l'expérience sur le terrain. Une réunion publique devrait se tenir courant novembre pour faire le point sur ce dossier.

    Sans attendre novembre, nous avons fait part de nos observations à la mairie du 18e, et nous lui avons notamment demandé, par l'intermédiaire de son nouvel adjoint à la sécurité, Kévin Havet, l'implantation de panneaux de signalisation supplémentaires à plusieurs carrefours problématiques pour faciliter la compréhension des nouveaux sens de circulation pour les automobilistes. Cela a été fait très rapidement, espérons que cette réactivité perdure tout au long de cette nouvelle mandature.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Il faudra évidemment attendre pour voir les effets durables dans les semaines qui viennent, quand la circulation aura repris son flux habituel et que les systèmes de GPS auront été mis à jour. Mais d'emblée, passés les premiers jours de confusion après la mise en place du nouveau plan de circulation, le mois d'août a montré des premiers effets positifs, avec une diminution notable de la circulation et une réduction de la vitesse moyenne des véhicules, rendant les déplacements piétons et cyclistes beaucoup plus faciles et sûrs. Par exemple, sans les véhicules en transit, la circulation automobile rue Myrha s'est raréfiée au point que les piétons — très nombreux dans cette artère commerçante — ont vite investi la chaussée, lui donnant un air de rue piétonne très agréable. Mais il faudra réfléchir à améliorer certains points, comme les flux automobiles passant par les rues de Panama, de Suez et Laghouat.

     

    Rues aux écoles

    La mairie a profité du changement de plan de circulation pour déployer les aménagements dans le cadre des "Rues aux écoles", un plan qui prévoit de piétonniser des portions de rue devant les établissements scolaires parisiens. C'est donc le cas devant les écoles de la rue Cavé, de la rue Saint-Luc et de la rue Émile Duployé. La rue Richomme est, elle, déjà devenue piétonne, comme les lecteurs de ce blog le savent.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Signalisation et marquage au sol devant l'école de la rue Cavé

     

    Les changements

    Plusieurs rues changent donc de sens de circulation. L'idée générale étant de maintenir l'accès à l'ensemble du quartier, pour qui a quelque chose à y faire (desserte locale, livraisons, taxis...), tout en empêchant une traversée pour éviter les grands axes. Quelques petits tronçons deviennent piétons, dont certains dans le cadre des Rues aux écoles précédemment évoquées.

    Voilà la liste des rues dont le sens est inversé :

    - rue Doudeauville, entre la rue Marx-Dormoy et la rue Stephenson ;

    - rue des Gardes, entre la rue Myrha et la rue de la Goutte d'Or ;

    - rue Léon, entre la rue Doudeauville et la rue Laghouat ;

    - rue Marcadet, entre la rue des Poissonniers et le boulevard Barbès ;

    - rue Myrha, entre la rue Affre et la rue Léon ;

    - rue des Poissonniers, entre la rue Myrha et la rue Polonceau ;

    - rue Saint-Jérôme.

    Les rues qui deviennent piétonnes :

    - rue Cavé, entre la rue Affre et la rue Saint-Jérôme, et entre la rue Léon et la rue des Gardes ;

    - rue Émile Duployé ;

    - rue Saint-Luc, entre la rue Polonceau et la rue Saint-Bruno ;

    - rue Saint-Mathieu, entre la rue Stephenson et la rue Affre.

    Il est à noter que les rues au sud du quartier (Goutte d'Or, Charbonnière, de Chartres, des Islettes) ne sont pas concernées, la rue de la Goutte d'Or abritant un commissariat, un changement de sens de circulation ici demande l'aval de la Préfecture, qui ne l'a donc pas donné. 

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

     

    La rue Stephenson respire

    Une des — heureuses — conséquences du changement de plan de circulation, la zone "Paris respire" Goutte d'Or-Château Rouge s'agrandit un peu, avec des nouvelles limites mises en place samedi dernier, le 29 août. Comme nous le demandions depuis plusieurs mois (voir notre article de février dernier) avec de nombreux riverains, la rue Stephenson fait enfin partie du périmètre de la zone Paris respire et ses habitants bénéficient à présent — enfin — d'un peu de tranquillité le samedi. De plus, le bus 302 qui passe par cette rue verra ses horaires mieux respectés ce jour-là. Entrent également dans le périmètre, le début de la rue Affre (entre la rue de Jessaint et la rue Saint-Bruno), tout comme la rue Polonceau, la rue Saint-Bruno, la rue Pierre l'Ermite, le début de la rue des Poissonniers (entre le boulevard Barbès et la rue Myrha), la rue Myrha (entre la rue des Poissonniers et le boulevard Barbès), ou encore la rue Jean-François Lépine.

    plan-de-circulation,18e,goutte-d-or,piétons

    Nouveau point de contrôle de Paris respire boulevard Barbès, au début de la rue des Poissonniers

  • Adhérer à Action Barbès

    cotisation,action-barbès,2021,2020,adhérer,associationLa campagne d'adhésion d'Action Barbès est lancée. Vous pouvez d'emblée adhérer pour l'année 2020-21.

    Si vous avez envie de vous investir dans l'association ou simplement de soutenir nos actions, alors c'est le bon moment pour rejoindre Action Barbès. La cotisation annuelle est fixée à 10 €, elle court sur l'année scolaire. Une seule adhésion est demandée par foyer.

    Pour régler votre cotisation, plusieurs solutions s'offrent à vous :

    • En retournant le bulletin d'adhésion ci-dessous accompagné d'un chèque de 10 € à l'adresse indiquée

    Bulletin adhésion AB 20 21.pdf

     

    • Ou en ligne, en réglant par CB, en suivant le lien suivant :

     

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter par mail : actionbarbes@gmail.com

  • Pause estivale pour le blog !

    C'est l'été et c'est le moment de la pause estivale pour l'équipe de rédaction du blog d'Action Barbès. Nous nous retrouvons à la rentrée.

    Belles vacances à toutes et tous !

    IMG_20200625_183220.jpg

    Vue sur les toits de Paris depuis celui du 360 Paris Music Factory

  • Piétonnisation de la Goutte d'Or : réunion publique

    La mairie du 18e arrondissement organise mercredi prochain, 22 juillet, une réunion publique d'information portant sur "le projet de piétonnisation de la Goutte d'Or". Il s'agira d'évoquer la révision du plan de circulation du quartier de la Goutte d'Or, une demande  portée de longue date par notre association, mais également par la section du 18e arrondissement de la désormais incontournable association de cyclistes Paris en Selle, ainsi que par de nombreux habitants du quartier.

    La réunion se tiendra en présence d'Éric Lejoindre, maire du 18e, d'Antoine Dupont, le nouvel adjoint en charge de la voirie, et d'Ariel Lellouche, nouvel élu du 18e et référent du conseil de quartier de la Goutte d'Or. Les services de la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Ville de Paris seront aussi représentés.

    1594808053267.jpg

    Des premiers panneaux annoncent les changements à venir rue Cavé

     

    C'est où ?

    École élémentaire du 11 rue Cavé, Paris 18e

    C'est quand ?

    Mercredi 22 juillet 2020, à 18 h 30

  • Billet d'humeur : "Le conseil du 10e démasqué"

    Nous publions aujourd'hui le billet d'humeur d'une adhérente d'Action Barbès, qui sa assisté au premier conseil d'arrondissement du 10e, celui de l'élection de la Maire et de ses adjoints, et qui s'émeut du manque de rigueur dans le port du masque.

    "Une table en U garnie des nouveaux élus, aucun ne porte de masque, ils sont espacés d'environ un mètre.

    La salle est abondamment garnie par les habitants, beaucoup, mais pas tous, portent des masques ; les chaises sont collées les unes aux autres.

    Elections, attributions, congratulations, embrassades ; certains élus mettent un masque, pas tous.

    Petit buffet, servi par des employés de la Mairie ne portant pas de masque, et autour duquel se pressent habitants et élus.

    Nous fuyons …

    C'est dommage, en cette période d'incertitude sur une reprise éventuelle de la pandémie, alors que les autorités multiplient les recommandations de prudence, que nos élus soient incapables de montrer l'exemple.

    Dans la foulée, nous avons pu constater qu'en plein midi, par jour de grand soleil, deux des lustres de la salle des fêtes demeurèrent allumés, chacun avec une vingtaine d'ampoules … cette nouvelle équipe compte pourtant plusieurs écologistes, qui ne semblent pas très sensibles aux économies d'énergie (et budgétaires)."

    Eco26tLXgAE3khE?format=jpg&name=large

    Conseil du 10e arrondissement, le 11 juillet 2020 (source)

  • 14 Juillet : relâche

    14 Juillet : relâche

    EctkWjFWkAE6QMC?format=jpg&name=4096x4096

    Rue Richomme

  • Gare du Nord : et si l'annulation des Jeux olympiques était la solution ?

    La nouvelle est tombée la semaine dernière : après la seconde enquête publique, l'État, par l'intermédiaire de la préfecture de région, vient de donner son feu vert pour le permis de construire pour les travaux titanesques de la gare-du-Nord-centre-commercial 2024. Nous devrions donc voir apparaitre dans une gare du Nord agrandie un centre commercial géant estampillé Auchan, que nul ne réclame, au détriment des services aux voyageurs et des commerces du quartier. Un projet commercial qui d'ailleurs a une viabilité bien incertaine : les centres commerciaux qui ont récemment ouvert dans l'agglomération parisienne ne rencontrent pas le succès escompté par leurs promoteurs, loin de là, ce mode de consommation ne faisant pas figure d'avenir.

    Mais il n'est pas surprenant que ce permis ait été délivré en l'état, c'est à dire sans modification majeure par rapport à la première mouture, et ce malgré la forte opposition à ce projet de la part de nombreux acteurs (pétitions d'usagers, protestations d'associations de riverains et de voyageurs, tribune d'architectes...) et finalement de la mairie de Paris (une opposition bien tardive, après avoir d'abord agréé le projet), car au vu des délais - la gare devant être prête pour les jeux olympiques de 2024 - il était impossible à l'opérateur de concevoir un projet complètement nouveau, (s'il l'avait voulu, ce qui n'est pas le cas). Le choix était donc "centre commercial géant" ou... pas de gare rénovée pour les JO. L'État a donc fait son choix.

    Alors comment en sommes nous arrivés là ? Tout simplement à cause de ces fameux JO. Des Jeux olympiques dont l'engouement populaire reste à démontrer. Des Jeux olympiques dont beaucoup demandent l'annulation pour des raisons écologiques et/ou économiques. Il faut dire que la ville de Paris s'est piégée toute seule dans cette situation. En effet, en postulant et obtenant l'organisation des JO 2024, la ville a enclenché un processus législatif qui a engendré une loi d'exception pour préparer cet évènement sportif et commercial. Cette loi prévoit des mesures d'exception, comme le fait d'enlever à la ville ses prérogatives en matière de délivrance de permis de construire pour les équipements estampillés JO 2024, comme c'est la cas pour la gare du Nord. S'il n'y avait pas la perspective des JO, la ville aurait eu toutes latitudes pour faire modifier le projet et prendre le temps nécessaire à l'élaboration d'un projet autrement satisfaisant. Car n'oublions pas qu'un des principaux arguments pour la délivrance de ce permis en l'état est que le temps est compté pour justement livrer cet équipement public en temps et en heure.

    Et finalement, pour court-circuiter ce projet fou d'une gare transformée en centre commercial, si on annulait tout simplement les JO de Paris 2024 ? Provocateur ? Un peu, admettons-le. Absurde ? Pas tant que cela, lorsque l'on songe notamment aux échecs financiers pour les pays organisateurs qu'ont systématiquement été tous les derniers JO (pas pour la société privée à qui appartient l'évènement, qui elle engrange toujours de beaux bénéfices). Et c'est sans compter les leçons que l'actuelle crise sanitaire nous a enseignées, sait-on  s'il sera toujours opportun dans quelques années de brasser des dizaines de milliers de personnes venues du monde entier ?  Mais surtout, cela supprimerait de fait l'impératif temporel et rendrait caduque la loi idoine ; ainsi la mairie pourrait reprendre la main sur le dossier gare du Nord. Cela lui éviterait également une guerre judiciaire, à l'issue incertaine, que l'exécutif parisien a promis de mener pour mettre à mal le projet SNCF-Auchan après l'annonce de la délivrance du permis de construire. De plus, dans cette hypothèse, les investissements prévus pour les équipements des JO pourraient alors être beaucoup mieux employés en les consacrant, par exemple, à intensifier l'indispensable transformation écologique de la ville et des territoires concernés, la Seine-Saint-Denis en particulier. 

    Bien-sûr, annuler l'organisation des JO 2024 demanderait un courage politique certain, mais ce serait là un symbole fort, un acte visionnaire, allant vers les attentes des citoyennes et des citoyens en matière d'urbanisme et d'environnement. Car en matière d'environnement, les seuls Jeux olympiques écologiques possibles sont ceux qu'on organise pas. 

     

    IMG-20200712-150931.jpg

     

  • La "rue-jardin-aux-enfants-Richomme", c'est parti !

    À partir de d'aujourd'hui 10 juillet et jusqu'au 8 août, tous les vendredis et samedis après-midi, la rue Richomme, désormais piétonne et en passe de devenir une rue-jardin, se transforme en rue-aux-enfants.

    Orchestré par l'association Home Sweet Mômes, cet évènement va faire le bonheur des familles de la Goutte d'Or - et d'ailleurs - cet été. Avec la participation, entre autres, de la Goutte Verte et des Xérographes, c'est un menu riche d'activités, d'ateliers et de jeux qui s'offre aux plus jeunes. Il y aura même un buvette pour étancher sa soif.

    Mais les activités ne s'arrêtent pas au bout de la rue Richomme, d'autres activités pour la jeunesse sont organisées par Home Sweet Mômes, mais aussi par A.D.O.S. et le Ludomouv dans le 18e arrondissement, au square Léon, au jardin des Poissonniers, ou au Quartier Libre rue de la Charbonnière. Le détail des horaires est dans le programme ci-dessous.

    rue-aux-enfants,rue-richomme,home-sweet-momes,18e,été,enfants

    rue-aux-enfants,rue-richomme,home-sweet-momes,18e,été,enfants

    C'est où ?

    Rue Richomme, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 10 juillet au 8 août 2020, les après-midi des vendredis et samedis, de 15 h à 19 h

  • Un été animé pour les enfants du 9e

    Cet été, dans le 9e, les centres d’animation "Nouvelle Athènes" et "Valeyre", ont concocté pour les enfants de l'arrondissement un riche programme d’animations, de stages, de sorties, d’ateliers, d’activités sportives mais aussi des spectacles et des projections de films.

    Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges ! Retrouvez l’ensemble des propositions en cliquant ici. Vous y trouverez les stages, sorties et mini-séjours. Soumises au quotient familial ces activités vous permettront de pratiquer des activités de sport, de théâtre, de danse ou d’arts plastiques à des tarifs municipaux. Les sorties sont plutôt destinées aux enfants et aux jeunes, elles sont encadrées par les équipes d’animation et permettront de découvrir un lieu sur une journée complète ou une demi-journée.

    Pour les stages et les sorties, les inscriptions peuvent se faire directement en cliquant ici .Pour les mini-séjours, les inscriptions se font sur place, à l’accueil du centre qui les organise. Vous découvrirez ensuite les animations éducatives et culturelles que les centres ont planifiées. Ces propositions sont entièrement gratuites et s’adressent à un large public. Pour y participer, contactez directement les centres d’animation.

    Enfin, vous pouvez retrouver les équipes des centres d'animation du 9e sur Paris Plage, elles participeront à plusieurs temps d’animation sur le bassin de la Villette. 

    unnamed.png