Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action Barbès - Page 3

  • Réunion publique sur le changement de plan de circulation de la Goutte d'Or, premier bilan

    A noter dans vos tablettes : la mairie du 18e arrondissement organise une réunion publique portant sur le nouveau plan de circulation du quartier Goutte d'Or (voir notre article du 31 août dernier). Cette fois, il s'agit de faire un premier bilan un peu plus de deux mois après sa mise en place. Disons-le d'emblée : globalement, les effets de ce changement de plan de circulation sont très positifs en terme de pacification de l'espace public, même s'il reste quelques points qui méritent vraiment d'être améliorés, cette réunion sera l'occasion de les évoquer.
    Cette réunion se tiendra le jeudi 12 novembre à 18 h à l'école élémentaire du 11 rue Cavé.
    Cette rencontre se fera en présence d'Eric Lejoindre, maire du 18e arrondissement, d'Anne-Claire Boux, adjointe à la maire de Paris en charge de la politique de la ville, de David Belliard, adjoint à la maire de Paris en charge de la transformation de l'espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie et d'Antoine Dupont, adjoint au maire du 18e chargé des mobilités, de la voirie et de la transformation de l'espace public.

    3064536041.jpg

    C'est où ?

    Ecole élémentaire, 11 rue Cavé, Paris 18e

    C'est quand ?

    Jeudi 12 novembre à 18 h 00

  • Bibliothèque de la Goutte d'Or, une fresque a remplacé l'affichage sauvage

    Voilà un sujet que nos lecteurs habituels connaissent bien maintenant : l'affichage sauvage sur le mur de la bibliothèque de la Goutte d'or boulevard de la Chapelle. En effet, après des années de dégradation par l'affichage sauvage, le mur de la bibliothèque a finalement été réhabilité et est devenu le support d'une fresque  murale colorée. Nous l'avions évoqué dans notre dernier article sur le sujet en du 1er septembre dernier, en relayant l'appel à bénévoles pour la réalisation de la fresque.

    4273445091.jpg

    Le mur de la bibliothèque en janvier 2019

    A présent, c'est donc un mur affichant de pimpantes couleurs qui s'offre aux passants et non plus d'insupportables placards d'affiches publicitaires en tous genres. Des grilles ont été également installées au dessus de ce mur pour fermer le renfoncement qui recevait divers détritus. Gageons que cette fresque conçue par Esquisses (un collectif d'artistes) sera tout autant respectée que celles qu'on peut voir sur les murs de nos quartiers.

    YwPh7us7.jpg

    La fresque en cours de réalisation, septembre 2020

    Mccx3X-5.jpg

    La fresque achevée sur le mur de la bibliothèque en octobre 2020

     

  • "L'Assiette d'Or", quand la Goutte d'Or met les petits plats dans les grands

    Action Barbès est allé rendre visite à un restaurant, qui s'est ouvert il y a maintenant huit mois, 30 rue Stephenson, au bout de la rue Myrha, en face du tabac. Qui s’appelle L’Assiette d’Or, ce qui ne manque pas d’audace, dans le quartier !

    restaurant,goutte-d-or,18e

    Disons le tout de go, avant de pousser la porte, mais d’or ou pas, c’est une belle adresse. Vous la repérerez à son élégante devanture noire, toute étroite. Le restaurant mitoyen est tout noir aussi, juste parce que les murs des deux affaires appartiennent à la même personne !
    Lisez la carte du jour, tracée sur la vitrine, la carte "permanente", sur un chevalet noir, faites vous une première idée et poussez la porte. Le restaurant est tout en longueur. Le décor est très élégant. Parquet, mur en pierre, tables en bois ciré, sièges en métal. Large bar à l'entrée*, et tout là bas au fond, vous devinez derrière le grand hublot la cuisine du chef Eliott Fittipaldi, toute en inox, rutilante, rassurante !
    Il est 14 h 15, L'Assiette d'Or est calme. Deux charmantes femmes nous accueillent : Sarah, la femme du patron, et Suzanne, "ma deuxième Maman", dit Sarah. Nous n’en saurons pas plus...

    Négligeant les formules (entrée + plat ou dessert à 13,90 € ou la totale à 16,90 €), nous prîmes en entrée un mi-cuit de thon, croquette de riz japonais (8,5  €). Thon largement servi, sur son lit de croquettes. Le tout parfaitement frais. Nous avons enchaîné, toujours froid, avec un "saumon fumé et salade lentilles, œuf mollet" (15 €), là encore parfumée et rafraîchissante, lentilles al dente et œuf vraiment mollet ! L'assiette d'Or n'est pourtant pas un "restaurant de poisson" ! La Formule du jour proposait aussi ce jour : velouté de potimarron, topinambour, patate douce, ou magret de canard snacké. Plats du jour, lasagnes de bœuf, croque poulet ou jambon frites salade. A la carte : souris d'agneau (21,60 €), pièce du boucher, frites, sauce poivre (20 €), Poulet fermier bio, purée et légumes, ribs de porc BBQ, frites, plus cinq "desserts de maman", délicieux "grands classiques" à 6,5 €. Pour pousser ? Un verre de Côte du Rhône à 6,80 €. Et une carte "rouge-blanc-rosé", de 23 à 40 € la bouteille, et champagne à 45 €.

    Résumé : sympathique adresse, étonnamment soignée et inventive pour le quartier. La clientèle ? Du 35-45 ans, et aussi des étudiants tout voisins, qui viennent profiter du menu du jour. Accueil souriant et attentionné ; juste surveiller l'addition, qui peut facilement se diriger vers les 35 €. Vous sortirez heureux de l’Assiette d’Or, donc vous irez tester Lili of Charonne (Paris 11e), de la même équipe, mais hors du périmètre d'Action Barbès.

    restaurant,goutte-d-or,18e

    L'ASSIETTE D'OR
    30 rue Stephenson -
    09 83 85 83 62

    Déjeuner : de 12h à 15h (sauf samedi et dimanche)
    Dîner : de 19h à * (sauf samedi et dimanche)

     

    * Par les temps qui courent, merci de vérifier les horaires et le fonctionnement du bar et du restaurant.

  • "Mon premier festival" au Louxor

    "Mon premier festival", le festival parisien du cinéma destiné aux enfants revient pour une nouvelle édition du 21 au 27 octobre 2020. Comme chaque année, et parmi bien d'autres salles, le Louxor accueille des séances de ce festival pour les petits. 

    Un programme riche et réjouissant a été préparé pour un jeune public actuellement en vacances, et c'est 4 € la séance.

    Programme au Louxor :

    MERCREDI 21 OCTOBRE

    JEUDI 22 OCTOBRE

    VENDREDI 23 OCTOBRE

    SAMEDI 24 OCTOBRE

    DIMANCHE 25 OCTOBRE

    LUNDI 26 OCTOBRE

    MARDI 27 OCTOBRE

    73147_TW9uMWVyRmVzdGl2YWwyMDIwX0hPUklaT05UQUwgKDEpLmpwZw==.jpg?w=1600

    C'est où ?

    Le Louxor, 170 boulevard de Magenta, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 21 au 27 octobre 2020

  • "Une exposition exemplaire" à la médiathèque Françoise Sagan

    Comme bien d'autres manifestations culturelles, le festival Formula Bula a vu son édition 2020 annulée à cause de la pandémie. Toutefois les expositions prévues à la médiathèque Françoise Sagan sont maintenues. Vous pourrez ainsi découvrir jusqu'au 31 octobre, "Une exposition exemplaire" de Lisa Mandel.

    "Le 15 juin 2019 marque le premier jour d’Une Année exemplaire, l’incroyable challenge en forme de journal d’introspection que Lisa Mandel s’est imposé. Ce sacerdoce, après avoir été posté chaque jour durant un an sur les réseaux sociaux, devient une bande dessinée publiée à compte d’auteur. Une année exemplaire fût donc en premier lieu un journal numérique, puis un livre et enfin, aujourd’hui à Formula Bula, une exposition."

    lmandel.jpeg

    Dessin de Lisa Mendel

    C'est où ?

    Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 3 au 31 octobre 2020

  • Ils ont détruit l'Auberge du Clou

    Entre 1875 et 1914 environ, la vie artistique et intellectuelle à Paris se déroulait essentiellement à Montmartre. Dans un périmètre assez réduit allant de la place de Clichy à Barbès et des Grands Boulevards au haut de la Butte, se côtoyaient nombre de grands artistes et intellectuels : Renoir et les Impressionnistes, Van Gogh, Toulouse Lautrec, Picasso mais aussi Verlaine, Rimbaud, Zola, Satie, Debussy, ... pour ne citer qu'eux, et bien d'autres.

    Des lieux ont marqué leur présence. Certains ont définitivement disparu comme le Bateau Lavoir sur la Butte, le bal Tabarin et le Chat Noir rue Victor Massé dans le 9e, les cafés l'Abbaye de Thélèm et La Nouvelle Athènes place Pigalle, le Paradis et l'Enfer boulevard de Clichy. D'autres ont survécu tant bien que mal jusqu'à aujourd'hui comme La Cigale boulevard de Rochechouart, le Divan rue des Martyrs, l'emblématique Moulin Rouge place Blanche, l'Auberge de la Grande Pinte, devenu en 1889 le célèbre Ane Rouge (aujourd'hui le restaurant Paprika), mitoyen de l'Auberge du Clou, etc.

    Un de ces lieux, certes moins prestigieux que ceux mentionnés, vient de disparaitre à jamais. Il s'agit de l'Auberge du Clou située 30 avenue Trudaine. C'est, à certains égards, aussi un lieu emblématique. S'y rencontrèrent dès 1883, les opposants au “Chat noir” comme Alfred Jarry mais aussi Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, les peintres et caricaturistes Henri Riviere, Willette, Caran d'Ache, Suzanne Valadon, les musiciens Erik Satie et Claude Debussy y seront pianistes, le dramaturge Georges Courteline, et Alphonse Allais dont c'était leur café préféré , puis Mistinguett et Maurice Chevalier... et bien d'autres venant en voisins du quartier. L'Auberge du Clou devient rapidement un sanctuaire littéraire et artistique renommé. Le "Clou" permettait aux artistes fauchés d'y accrocher leur œuvre en attendant de pouvoir régler leur addition.

    Quartiers_des_artistes_peintres_sculpteurs_[...]Chauvet_Jules-Adolphe_btv1b8456097m_1.jpeg

    L'Auberge du Clou et sa voisine l'auberge de La Grande Pinte
    qui deviendra l'Ane Rouge avenue Trudaine
    à la fin du XIXe siècle Source : gallica .fr

    Capture d’écran 2020-10-13 à 15.06.22.png

    l'Auberge du Clou vers 1905, Source : cparama.com

     

    Capture d’écran 2020-10-12 à 15.40.15.png

    l'Auberge du Clou en 2010. Si l'intérieur avait été assez profondément remanié, du moins la façade restait-elle inchangée

    IMG_9708 (1).jpeg
    L'ancienne Auberge du Clou octobre 2020 en travaux

    Nous assistons impuissants à un réel effacement de la mémoire du lieu avec aujourd'hui cette nouvelle devanture moderne, banale et sans âme pour abriter une activité de restauration rapide parait-il. Tout cela se fait en parfaite connaissance de cause puisque des contacts avec la gérante pour l'informer de la qualité de l'endroit ont eu lieu au préalable. C'est donc une destruction délibérée.

    Il ne fait pas de doute que la responsabilité de ce saccage incombe directement au propriétaire, à la copropriété qui a nécessairement donné son accord pour modifier la façade du 30 avenue Trudaine comme la Loi lui impose, la Direction de l'Urbanisme de la Ville de Paris qui ne se soucie guère de la mémoire de ces lieux historiques de notre ville en ne mentionnant même pas ceux-ci sur le Plan Local d'Urbanisme et enfin, et surtout, l'Architecte des Bâtiments de France chargé du 9e arrondissement qui n'a pas jugé, au mieux, l'endroit suffisamment important pour le laisser détruire, soit au pire, ignorant totalement la qualité de celui-ci.

    On peut trouver des informations à propos de l'Auberge du clou dans :
    La vie secrète de Montmartre de Philippe Mellet (Ed. Omnibus) ;
    Vie & Histoire du IXe arrondissement de Jocelyne Deputte (ed. Hervas) ;
    • Guide Trudaine Rochechouart dans tous ses éclats (ed. Mairie de Paris) ;

    et sur Internet :
    Montmartre secret : avenue Trudaine côté pair ;
    CPArama cartes postales anciennes 9e arrondissement ;
    9e Histoire : Autour de la place Pigalle au temps de la Bohême montmartroise ;
    Blog Autour du Père Tanguy : l'Auberge du Clou, Zola, Mousseau, 30 avenue Trudaine ;
    et bien sûr le site de la BNF Gallica.

  • Les Bouffes du Nord accueillent le festival La Dolce Volta

    Samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre 2020, le théâtre des Bouffes du Nord accueille le festival La Dolce Volta qui réunira quelques artistes qui font le succès de son jeune et séduisant catalogue.


    Les pianistes Philippe Bianconi, Jean-Philippe Collard, Geoffroy Couteau et Théo Fouchenneret, le Quatuor Hermès, le violoncelliste Gary Hoffman et l’altiste Adrien La Marca vous proposeront des concerts tout au long de ce week-end musical.

    Programme

    Samedi 31 octobre 2020 :

    15 h - Théo Fouchenneret et Adrien La Marca
    18 h - Philippe Bianconi et Gary Hoffman
    20 h 30 - Jean-Philippe Collard


    Dimanche 1er novembre 2020 :

    11h - Geoffroy Couteau et Raphaël Perraud
    15h - Quatuor Hermès et Geoffroy Couteau

     

    (Réservation : cliquer ici)

    theatre-des-bouffes-du-nord,10e,musique,festival

    C'est Où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord,  37 bis Boulevard de la Chapelle, Paris 10e

    C'est quand ?

    Samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre 2020

  • Rue de Dunkerque : de longs travaux de canalisation en perspective

    Mardi 6 octobre, on découvrait avec étonnement qu’à partir de son carrefour avec la rue du faubourg Poissonnière, tout le tronçon de la rue de Dunkerque qui mène au boulevard de Magenta était maintenant en sens interdit. En vue de travaux, importants de toute évidence, des barrières de protection réduisaient déjà sa largeur de moitié, deux panneaux de sens interdit avaient été placés à ce carrefour et un feu rouge installé juste devant la boulangerie qui fait l’angle. Mais d’explication aucune et tous les véhicules continuaient tranquillement à emprunter ce passage nouvellement interdit. Bigre !

    Comme cela manquait vraiment de transparence, à force de chercher sur le net, on a fini par trouver un début d'explication, assez laconique sur le site de la Ville :

    a1.jpg

    Pour des travaux annoncés sur sept mois, on n'en savait pas plus. Réseau EDF, GDF, Eau... ?

    Explication fournie depuis sur un grand panneau posé à l’aval des barrières de chantier : il s’agit de la phase deux de l’opération "Villette-Passy" concernant le renouvellement d’une conduite de transport d’eau dans le 10e, rues de l’Aqueduc et Lafayette, boulevard de Magenta et rue de Dunkerque. Mazette, ça c’est de la canalisation !

    a2.jpg

    a3.jpg

    Mais ce dimanche 11 octobre, certains véhicules (voitures, taxis, deux-roues motorisés) continuent à faire la sourde oreille à ce sens nouvellement interdit et empruntent toujours ce tronçon de la rue de Dunkerque en sens contraire. Et pourtant, de deux gros panneaux de sens interdit, on est passé à quatre maintenant pour les chauffeurs qui ne les auraient pas encore vus !

    a4.jpga5.jpg

    Les plus obéissants qui arrivent du haut Dunkerque doivent rejoindre le Magenta et la gare du Nord en tournant à gauche dans la rue du faubourg Poissonnière, puis à droite au bout, presque en face du Louxor.

    Logiquement, on pourrait aussi supposer que tout en haut de la rue de Dunkerque, boulevard de Rochechouart au niveau du café-restaurant Les Oiseaux, un panneau avertirait de ce sens interdit à une centaine de mètres plus bas, mais rien. Donc venant du boulevard, toutes les voitures qui empruntent régulièrement ce raccourci qu’offre la rue de Dunkerque pour rejoindre directement le Magenta et la gare du Nord doivent maintenant tourner à gauche rue du Faubourg Poissonnière pour se retrouver….. juste un peu plus bas du boulevard qu’ils viennent de quitter, au carrefour avec le Magenta.

    Allez y comprendre quelque chose dans tout ça…… Mais l’enseigne qui a tout de suite compris ce qu’il allait lui en coûter pendant ces sept mois est la brasserie Bellanger, à l’angle des rues de Dunkerque et du faubourg Poissonnière. Très réactive, illico elle a déménagé en partie sa terrasse pour l’installer maintenant côté Poissonnière.

    a6.jpg

  • "Le jour où le jour s'arrêtera" : spectacle pour enfants aux Trois Baudets

    Les Trois Baudets mettent à l'affiche le 17 octobre prochain un spectacle pour les enfants de Eddy La Gooyatsh : "Le jour où le jour s'arrêtera".

    trois-baudets,18e,spectacle,enfants

  • Postulez aux conseils de quartier du 9e arrondissement

    La mairie du 9e arrondissement organise les nouvelles équipes d'animation des conseils de quartier.

    Pour cela un tirage au sort sera organisé pour choisir parmi celles et ceux qui auront postulé pour y participer dans le collège des habitants. Pour poser votre candidature, pour un engagement de trois ans, il suffit de remplir un formulaire en ligne (cliquer ici). Vous avez jusqu'au 23 novembre pour postuler ; le tirage au sort se déroulera ensuite à la mairie du 9e en présence d'un huissier de justice. Pour présenter votre candidature pour le collège des habitants, vous devez répondre aux critères suivants : 

    • être âgé de 16 ans minimum ;
    • résider dans le quartier ou y exercer une activité professionnelle ou y scolariser ses enfants ;
    • nul ne peut être désigné dans plusieurs conseils de quartier ;
    • le nombre de candidatures par foyer est limité à deux.

    Concernant le collège des personnalités qualifiées, le choix se fera lors du conseil d'arrondissement du 30 novembre prochain. Pour vous présenter au collège des personnalités qualifiées, vous devez répondre aux critères suivants : 

    • être âgé de 16 ans minimum;
    • être commerçant, entrepreneur, représentant d’un culte, membre du bureau d’une association ou d’une institution, membre sortant de bureau d’un conseil de quartier du 9e…

    Pour toutes questions relatives aux conseils de quartier du 9e, vous pouvez contacter la coordinatrice à cette adresse : mariella.eripret@paris.fr

    image_processing20200909-7095-18yj9ei.jpg

  • La rue du Delta à travers les âges et avant transformation

    La rue du Delta est dans l'actualité. Nous attendons tous avec impatience l'arrivée des pelleteuses qui creuseront les jardinières, voire les fosses pour planter quelques arbres (voir notre article du 3 septembre 2020). Bientôt, nous a promis la Mairie du 9e.

    La rue du Delta ne comporte pas beaucoup de commerces, du moins des commerces en boutique qui accueillent du public. Ce ne fut pas toujours le cas. Bien au contraire. Les immeubles anciens, à la fin du 19e siècle présentaient quasiment tous un portail d'entrée flanqué de boutiques de chaque côté. Dans les archives de la Ville de Paris, on relève qu'à l'angle du faubourg Poissonnière (actuel atelier floral) existait un café restaurant. Au numéro 2, une blanchisserie et un atelier de reliure. Au 4, dans un immeuble en moellons de quatre étages construit en 1862, déjà des boutiques étaient fermées. Au 6, une autre blanchisserie et un restaurant, également débit de vins. Encore une blanchisserie, ou plutôt un teinturier à gauche du portail du numéro 18, dont le propriétaire, monsieur Dufrenoy, en 1894 se plaignait que la réfection du trottoir ayant réhaussé le sol, les eaux d'écoulement entraient désormais dans sa boutique.... Il semble que l'hiver 1894-1895 ait été très pluvieux, et les gouttières, défectueuses ou inexistantes. A droite du portail il y avait aussi un plombier.

    F_Appel_Parrot_&_Cie_[...]_btv1b53015894s_1.jpeg

    Affiche publicitaire de la maison F. Appel, imprimeur et lithographe, fondée en 1884 et installée au 12 rue du Delta (1887)

    Les archives nous révèlent également, dans les courriers de l'administration (Service technique de la voie publique) et des citoyens qui s'adressaient à elle, que les trottoirs étaient à la charge des propriétaires des immeubles riverains. Et bien sûr les problèmes afférents.

    Ainsi un courrier de la Société des lièges appliquées à l'industrie, située au 13, en date du 3 novembre 1894 :

    Lettre à M. le Préfet de la Seine à Paris
    Nous avons l'honneur, Monsieur le Préfet, de vous informer que par la présente, nous nous engageons à payer les frais de « déglaçage » occasionnés par l'écoulement des eaux de notre maison dont nous sommes les principaux locataires 13 rue du Delta, à Paris, durant l'hiver 1894 à 1895.
    Note au dos :
    La rue du Delta étant drainée, il n'existe plus de gargouilles.
    Il y a donc lieu d'annuler l'engagement ci-contre.
    Datée : 7 novembre
    Signée :L'Ingénieur de la 3e section

    Quelque dix années plus tôt, le maire du 9e arrondissement, Paul Strauss, se plaignait auprès de son administration d'une malpropreté récurrente à l'angle de la rue du Delta et du faubourg Poissonnière.... (note du 21 Septembre 1884). Tiens, tiens, les mauvaises habitudes perdurent.

     

    Qu'en est-il des commerces en 2020 ?

    En descendant de Rochechouart, on trouve une galerie d'art (n°26), qui régulièrement ouvre ses portes lors des 'événements « Portes d'or » ou « D'Anvers aux Abbesses ». Au 24, le très fréquenté laboratoire de biologie médicale. Le siège du Bonbon au 15 et son annexe au 10. Le Bonbon est une publication de proximité au format de poche, qui présente des articles publirédactionnels signalant les nouveautés, créations, nouveaux commerces, etc., il est disponible dans les boutiques, bars, restaurants, gratuitement, dans chacun des arrondissements parisiens. Au 11, un salon de coiffure a su se créer une clientèle fidèle, sans souffrir de l'ouverture d'un concurrent en haut de la rue, il y a quelques années. Depuis environ deux ans et après de longs travaux, notamment en sous sol, un studio de post production s'est établi au 12 : A la plage, avec salles de montage, d'étalonnage, mixage, auditorium... Au 8 se cachent un atelier d'art et un espace de coworking. Au 6 s'est installée une annexe de la Préfecture de police, chargée du renouvellement des permis de séjour des personnes étrangères. Au 4, une boutique de téléphonie, Idéal Phone, jouxte les deux tables en terrasse du second café de la rue, l'Idéal Bar — le premier étant à l'angle de la rue de Rochechouart en lieu et place de la pharmacie du Delta disparue. Viennent ensuite, au 2, deux minuscules locaux fermés qui ont abrité un salon de coiffure et un atelier de retouche, suivi d'un plombier assez éphémère. Mentionnons encore les immeubles du 9 et du 7 qui comprennent des sociétés de service et de nombreux employés.

    2014 Pharmacie Delta P1070730.jpegA l'angle des rues Rochechouart et du Delta (2014)

    20190913_183136.jpeg

    A l'angle des rues Rochechouart et du Delta (septembre 2019)

    Finalement, en listant ces lieux et ces enseignes, on constate que cette rue est laborieuse, peu encline aux boutiques grand public ou aux commerces de bouche, mais elle est active et diversifiée. Souhaitons que la végétalisation dont elle va bénéficier cet automne apporte du bien être non seulement aux riverains domiciliés là mais aussi à ceux qui y travaillent. Nous vous en reparlerons à l'heure des plantations.

     

  • Réunion publique d'information sur le réaménagement de la rue Boris Vian

    Nous apprenons - trois jours avant (!) - la tenue d'une réunion publique d'information organisée par la Mairie du 18e, ce vendredi 9 octobre à 18 h 30 au Gymnase de la Goutte d'Or, et portant sur le réaménagement du secteur comprenant la rue Boris Vian, la place Remitti (nouveau nom de la place Polonceau), les colonnades de la rue de la Goutte d'Or et le TEP. 

    Voilà un dossier qui est loin d'être nouveau, puisque ce projet de réaménagement urbain a été lancé en 2015 (!) et aurait dû être terminé à la fin de la précédente mandature (voir à ce propos notre article du 29 novembre 2016). Espérons qu'à l'issue de cette réunion on disposera enfin d'éléments concrets et d'un calendrier prévisionnel pour ce projet.

    Cette réunion publique se fera en présence de :

    Eric Lejoindre, maire du 18e arrondissement ;

    Maya Akkari, adjointe du 18e chargée de la politique de la ville et des centres sociaux ;

    Fanny Benard, adjointe du 18e chargée de la participation citoyenne, de la concertation sur les projets d'aménagements et de la mise en oeuvre du budget participatif ;

    Mario Gonzalez, adjoint du 18e chargé de l'urbanisme et du logement.

    1068543263.jpg

    Visuel du projet présenté en 2016

    C'est où ?

    Gymnase de la Goutte d'Or, 12, rue de la Goutte d'Or, Paris 18e

    C'est quand ?

    Vendredi 9 octobre à 18 h 30