Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action Barbès - Page 6

  • Les chiffres de la Velib’erezina

    Nous avions déjà raconté les difficultés opérationnelles liées à la mise en place du nouveau Vélib’ dans notre article du 19 février. Il est temps de faire un bilan sur les 3 premiers mois de (dis)fonctionnement du nouvel exploitant Smovengo.

    Les chiffres au 31 mars 2018 sont impitoyables : 527 stations mises en service contre 1397 promises, soit un taux d’équipement de 37 % à peine dans l’ensemble du territoire desservi (67 communes) et de 47 % à Paris intra-muros. En réalité, ce chiffre cache des disparités importantes entre les différents arrondissements : si 1 station sur 2 est déjà fonctionnelle dans le 18e arrondissement, avec 7 nouvelles bornes prévues en avril, le ratio tombe à 1 sur 3 dans les 9e et 10e arrondissements, où aucune ouverture supplémentaire n’est prévue avant mai/juin 2018.

    Lire la suite

  • La forêt de potelets, un conte à dormir debout

    Il était une fois une rue à la pente ardue et aux trottoirs forts étroits, c'était la rue Myrha. Comme les autres rues du pays, tout du long de son trajet, ses trottoirs étaient hérissés de potelets pour empêcher quelque indélicat carrosse tenté de prendre là le peu de place dédié aux fantassins.

    Or, un beau matin de mars, au détour du chemin, apparut une étrange forêt de potelets. 

    image1.jpeg

     

    En effet, pas moins de dix-sept potelets avaient poussé là, créant une petite futaie touffue et impénétrable. Mais quelle diablerie avait bien pu planter une pareille forêt ? Curieux troublions s'il en est, les manants d'Action Barbès s'enquirent auprès du château du seigneur local, à la quête d'une explication. On y apprit que l'étrange bosquet de potelets n'était pas là pour braver les carrosses indélicats mais pour empêcher des serfs d'y déposer d'encombrants détritus. La belle affaire se dirent les manants, se demandant s'il n'y aurait pas quelque garde du château pour faire respecter la loi plutôt que d'aligner de bien encombrants potelets ? Au château du seigneur local, on répondit qu'on n'en savait pas plus, qu'on ne savait pas qui avait fait pousser ces potelets et que la clé du mystère devait sans doute se trouver au château de la reine.

     

    image8.jpeg

    À l'intérieur de la forêt de potelets magiques

     

    Qu'à cela ne tienne, n'écoutant que leur courage, les valeureux manants d'Action Barbès poursuivirent leur quête au château de la reine elle-même. On allait enfin savoir quel magicien avait fait grandir le bosquet de fer. Le grand échanson des routes et chemins confirma que les potelets étaient un sort pour contrer de maléfiques encombrants, il ajouta qu'on n'avait pas commandé pareille plantation et que ce n'était pas au château de la reine que se trouvait la clé de l'énigme mais certainement... au château du seigneur local ! Diantre ! Si ni la reine et ni le seigneur ne savent qui est derrière ces potelets, alors qu'eux-seuls possèdent la formule pour les faire pousser, aurions-nous affaire là à une apparition spontanée de potelets magiques ? Le mystère reste entier.

    Ainsi s'achève cette histoire sans fin et sans morale dans un pays où spontanément au détour des chemins poussent des potelets magiques. 

  • Quartier Château-Rouge : une nouvelle étude propreté, pourquoi?, pour quel coût ?

    Après le rapport pour lequel nous avions été auditionnés en septembre 2017 (voir nos articles du 30 janvier et du 6 février), puis le rapport commandé par la ville pour un coût de plus de 200 000€  et qui avait suscité la polémique (article du Parisien du 31 janvier), quelle ne fut pas notre surprise de recevoir une demande du groupe BVA. Cet institut a en effet été sollicité par la mairie de Paris afin de réaliser une étude sur le problème de la propreté dans le cadre de l'opération "Tous mobilisés pour mon quartier" à Château-Rouge. Dans le message reçu, on pouvait lire: "Nous souhaitons inclure la population du quartier à la démarche en commençant par recueillir l’avis des commerçants / riverains sur la propreté dans le quartier via des auto-reportages. Nous sommes donc à la recherche de volontaires pour les réaliser". Cela laisse songeur car plusieurs réunions auxquelles nous avons participé ont déjà eu lieu. Des constats ont été clairement posés. Alors pourquoi une dépense supplémentaire ?

    Nous n'avons pas voulu faire notre mauvaise tête et avons donc lu jusqu'au bout le message reçu le 16 mars. La date a son importance puisque le retour attendu de l'enquête qu'on nous demandait était le 22 mars. Et vous allez voir qu'il fallait y passer son week-end !

    L'enquête BVA appelée pompeusement auto-reportage

    Quel est son objectif ?

    Comprendre ce qui freine ou ce qui favorise les incivilités de malpropreté dans le quartier Château-Rouge.

    Cinq fiches d'études sont proposées sur les présentations en vrac par les commerçants, les épanchements d'urine, les jets de papier par terre, la bonne utilisation des corbeilles de rue et les encombrants par les riverains.

    Pour quoi faire ?

    Alimenter un atelier de travail visant à favoriser l'adoption de comportements vertueux en matière de qualité de propreté dans le quartier Dejean.

    Exemple de fiche à remplir

    paris,paris 18e,commerces,chateau rouge,propreté

    Ensuite, on vous engage à faire un album photos avec des commentaires bien sûr et à indiquer vos notes.

    paris,paris 18e,commerces,chateau rouge,propreté

    Et il faut donc recommencer pour les 4 autres thèmes retenus. Observations, photos, commentaires... Quand on vous disait qu'il fallait y passer son week-end. Rappelons ici qu'Action Barbès est une association de riverains bénévoles, qui ne vit que des cotisations et dons de ses adhérents et qui ne touche (ni demande) aucune subvention d'aucune sorte.

    BVA donne aussi quelques conseils pour que tout se passe bien !

    paris,paris 18e,commerces,chateau rouge,propreté

    Bon, vous l'aurez sans doute compris, nous avons décliné, tout comme nous avons décliné l'invitation de BVA à participer à un "atelier de créativité, inspiré des méthodes de design thinking et de l’économie comportementale, qui aura pour objectif de trouver des NUDGES, des incitations douces, pour modifier les comportements dans le quartier Dejean afin d’inciter à adopter des comportements vertueux en matière de propreté". Il nous reste à savoir combien de personnes ont été sollicitées, combien ont eu l'envie de s'y coller et combien cette plaisanterie a coûté. Une journée de travail pour rendre compte des observations est fixée le vendredi 6 avril ; on se demande bien qui va pouvoir y participer ! Nous poserons ces questions à Gilles Ménède, adjoint chargé de la propreté dans le 18e arrondissement lors de la prochaine Commission propreté du 12 avril, une commission qui ne semble que peu écoutée et qui pourtant pourrait être une force de proposition en la matière. On vous racontera...

     

  • Toujours des vendeurs à la sauvette dans l'enceinte de la station Barbès

    Nous rendons compte régulièrement du dispositif que met en place la Préfecture de Police dans une zone maintenant élargie, qui s’étend du boulevard Barbès à la place de La Chapelle, en passant par la Goutte d’Or et la gare du Nord. Une vaste zone qui cumule des dysfonctionnements et des occupations illicites variées. Nous ne revenons pas en détail sur l’état des lieux.

    Malgré une présence policière accrue que nous ne remettons pas en cause, nous avons été étonnés de revoir l’espace de la station de métro Barbès-Rochechouart intégralement occupée par des vendeurs à la sauvette, récemment. A plusieurs reprises. Le phénomène était devenu moins courant et nous l’avons signalé à notre interlocuteur habituel, le commissaire divisionnaire Rigon. 

    Il déplore et reconnaît que la chose se produit hélas ! encore. Pourtant les relations semblent étroites avec ses collègues de la Brigade des réseaux ferrés (BRF) et les représentants de la RATP. La coordination entre ces deux instances va être encore renforcée pour garantir une présence vraiment constante au moins les deux jours de marché, les mercredis et samedis. Il veut constituer deux équipes de policiers de la BRF/RATP, l’une dédiée aux interpellations, l’autre davantage à l’îlotage préventif, complétée d'une coordination avec une équipe du GPSR (Groupe de protection et de sécurisation des réseaux). Dans ce cadre, des actions de verbalisations et de saisies vont être menées par les agents de la RATP, qui en ont la compétence dans leurs emprises. 

    Nous avons appris également qu’une réflexion a été lancée sur la gestion des flux de passagers au niveau de la station, entrées et sorties, de façon à éviter au maximum les embolies à certains endroits, comme devant le kiosque ou à la sortie Patin, et à retrouver une circulation des personnes plus équilibrée. Le commissaire compte bien obtenir le déplacement du kiosque à journaux un peu à droite de son emplacement actuel, afin de libérer de l’espace devant les escaliers. L’idée n’est pas nouvelle mais n’a pas encore aboutie. Toutes ces décisions apporteront-elles une amélioration sensible, nous le souhaitons.

    paris,paris18e,ratp,barbès

    Depuis une quinzaine de jours, la Ratp a semble-t-il décidé de fermer la sortie Guy Patin les jours de marché entre 9h et 17h, ce qui est inacceptable.

    Nous reparlerons de ces problèmes avec le commissaire lors de la prochaine réunion de notre comité ZSP élargie du 9 avril, en livrant nos observations de terrain comme d’habitude.

  • Sugoï: exposition photos sur le Japon à la Chapelle

    La photographe Nadia Missoum expose actuellement au centre Paris Anim', 26 boulevard de la Chapelle, des photos prises en 2016 à Kobé, Osaka et Kyoto. Elle explique ici le choix du nom de son exposition et de ses photographies.

    Paris, paris 18e, centre Paris Anim, Nadia Missoum

    Cette petite exposition, trop petite tant elle donne envie de découvrir d'autres photos, est visible jusqu'au 28 avril aux heures d'ouverture du centre consultables ici. N'hésitez pas à franchir la porte si vous passez par là.

    paris,paris 18e,centre paris anim,nadia missoum

    Le Dotonbori, Osaka.

    paris,paris 18e,centre paris anim,nadia missoum

    Le métro à Kobé

  • Concert de Thomas Boissy au Phono Museum

    paris,paris 9e,phonomuseum,thomas boissy,chansons

    Les concerts continuent au Phono Museum. Après Jean-Jacques Debout, c'est Thomas Boissy qui viendra chanter dans ce bel endroit le 6 avril à 20h. Venir y assister est aussi une façon de soutenir ce musée, lieu unique en son genre.

    paris,paris 9e,phonomuseum,thomas boissy,chansons

    Pour mieux le connaître et réserver, c'est ici.

  • Contre-sens cyclables matérialisés dans la rue de Rochechouart

    Nous ne voulons pas être critiques plus que de raison devant le contresens cyclable récemment introduit rue de Rochechouart. Mais quand même.... Mieux matérialisée par des bandes blanches que dans la rue du Faubourg Poissonnière, par exemple, « la piste » nous paraît néanmoins offrir une opportunité inespérée aux deux-roues motorisés qui remontent les files de voitures régulièrement entassées dans cette rue à une seule voie circulable.

    Souvenons-nous que la rue de Rochechouart ne dispose que d'une seule voie de circulation, car elle a bénéficié d'un élargissement de trottoir dans les années 2008-2009, avec plantation de quelques arbres sur le côté des numéros impairs (notre article qui annonçait cette requalification ici).

    Situation et état des lieux 

    La rue de Rochechouart appartient clairement aux voies de sortie du centre de Paris. A ce titre, les aménageurs de voirie devraient être particulièrement attentifs à ne pas les encombrer plus que nécessaire. De plus, la ligne de bus 85 l'emprunte sur sa totalité, de la rue Cadet jusqu'au carrefour avec le boulevard de Rochechouart. La chaussée est étroite, la rue est en pente, elle croise des voies importantes tels la rue Maubeuge et le boulevard de Rochechouart, cause d'embouteillage aux heures de fort trafic. Elle dessert deux écoles maternelles, le centre Valeyre et l'école du 68/70, juste avant l'avenue Trudaine.

     

    Lire la suite

  • Magic Barbès : le programme

    Cette année, le festival Magic Barbès organisé par le centre FGO Barbara et l'Institut des Cultures d'Islam s'intitule Utopies. Il se tiendra du 3 au 8 avril.

    MAGICBARBES_LOGOS_bleu.png

    Un programme riche et varié comme ce dialogue entre un film, un violoncelle et un texte "Chantal?" par Sonia Wieder-Atherton et Aurore Clément, la fanfare chorégraphique "30 nuances de Noir-es", ou encore de la musique raï avec Mohamed Lamouri. Tout le programme est à retrouver sur le site de FGO-Barbara.

  • Plan vélo Est-Ouest dans le 18e

    Le Plan vélo a pris du retard mais il se poursuit tout de même. Le 16 mars dernier, une réunion s'est tenue à la mairie du 18e en présence de Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris chargé des déplacements,  sur les futurs aménagements cyclables pour l'axe Est-Ouest entre Marx Dormoy et Guy Môquet.

    Carine Rolland, 1ère adjointe de l'arrondissement a présenté le tracé de 2,1 km prévu au Plan Vélo 2015-2020, voté à l’unanimité par les élu.e.s de la Ville de Paris, grâce à des associations dont Paris en Selle et Mieux se déplacer à Bicyclette MDB et des habitants réunis dans le Comité Vélo du 18e arrondissement. "Cette instance de confrontation sur la mobilité douce est essentielle pour partager les bienfaits des modes alternatifs de mobilité, renforcer les usages et respecter les usagers qui y ont recours : elle a été renforcée par la mairie du 18e, avec un bilan de 3 à 4 réunions par an et un élargissement des parties prenantes" a-t-elle conclu.
    C. Najdovski a rappelé que le premier mode de déplacement à Paris était la marche à pied. L’aménagement de l’axe Est-Ouest du 18e peut être considéré comme un projet de liaison vélos-piétons. L'enveloppe globale dédiée à ce projet est d'un peu plus de 1,5 M€ dont une partie provient du budget participatif.

    Lire la suite