Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rénovation

  • L’isolation du parc privé soutenue par la Ville

    Des nouvelles de la rue Stéphenson transmises par l’un de nos adhérents nous ont poussés à regarder de plus près quelles sont les aides proposées par la Ville dans le cadre d’un projet d’isolation thermique de grande envergure tel que la façade d’un immeuble. 

    20171022_110149_resized.jpg

    En effet, la photo reçue récemment et également parue dans le Parisien du 18 octobre, nous montre qu’une majorité d’immeubles construits après la seconde guerre mondiale (celui-ci au 5-7 rue Stéphenson date des années 1970) sont susceptibles de supporter un doublage isotherme en panneaux de laine de verre ou de chanvre, ou tout autre matériau isolant et conforme aux normes de protection de l’environnement.

    Chacun est plus ou moins convaincu que les économies d’énergie sont aussi une économie tout court et visible dans le bilan des finances familiales. Il reste à trouver les bons plans et les financements, car qui dit rénovation dit dépenses importantes. 
     

    rue de l'Atlas 19e .jpg

    Depuis plusieurs années, les bailleurs sociaux de la Ville de Paris ont entamé une campagne d’isolation thermique de leurs immeubles, tels ceux-ci observés l’année dernière (octobre 2016), rue de l’Atlas dans le 19e arrondissement. (photo ci-dessus)
    Plus rares sont les copropriétés privées à s’engager dans de tels travaux. Certaines ont franchi le pas, puisque ce sont déjà plusieurs centaines d'immeubles qui sont accompagnés dans leur projet d’« éco-rénovation », mais d’autres ne soupçonnent pas les possibilités de financement qui peuvent aller jusqu’à 44% si le projet est retenu, après dépôt du dossier et toutes démarches dignement accomplies. Il nous a semblé toutefois intéressant de vous en faire part ici. 
     
    Voici le lien qui peut vous permettre d’être lauréat dans le cadre de ce dispositif. Surveillez les dates de dépôt des dossiers, une nouvelle plage sera ouverte en 2018. Pour en savoir plus 01 70 38 35 10 ou contact@ecorenovonsparis.fr 
     

    20171022 rue de Jessaint - Version 2.jpg
    Ici isolation d'un immeuble de la rue de Jessaint près du square Alain Bashung.

     
    Et plus largement, toute l’information est disponible sur ecorenovonsparis. Une demi douzaine de guides sur les rénovations thermiques et environnementales sont téléchargeables sur cette page. A priori les arrondissements ciblés sont les 12e, 13e, 15e, 17e, 18e et 19e, peut-être peut-on ajouter "pour l’instant" ? Il est vrai que l’habitat haussmannien se prête mal au doublage en façade…. A suivre donc. 
  • Chateau Rouge, une grosse déception

    La RATP a organisé une visite du chantier de rénovation de la station de métro Château Rouge lundi 25 avril. Malgré le choix de la date en plein milieu des vacances scolaires parisiennes et les troupes chez nous un peu clairsemées, nous avions trouvé deux adhérents particulièrement motivés par la visite et disponibles à 16 heures un lundi. Pas une mince affaire. 

    Sur demande de la RATP et par l'intermédiaire du chargé de mission de la mairie, nous avions même communiqué la pointure de nos adhérents à la RATP pour qu'on leur fournisse sur place des chaussures appropriées en plus des casques réglementaires. Tout était en place pour une visite intéressante par deux personnes connaissant parfaitement le quartier et la station de métro pour y avoir transité pendant plus d'une dizaine d'années. Du côté du blog, nous étions très satisfait de pouvoir assurer le suivi de ce chantier dont nous avons relaté l'évolution à chaque fois que l'occasion s'en présentait. N'hésitez pas à relire notre article d'il y a tout juste un an, il est ici. 

    C'était une bonne idée de faire une visite de chantier pour permettre à la presse locale (c'est un grand mot mais nous sommes lus par environ un millier de personnes par jour...), nous, mais aussi le 18e du Mois, qui édite un mensuel traitant du 18e exclusivement, pour permettre donc à ces vecteurs d'information de proximité de donner des nouvelles précises et documentées de la station Château rouge, dont le chantier tient beaucoup de place dans le quartier, et parfois se pose au centre de polémiques (comme le changement de sens de circulation de la rue Dejean, ou le retrait des contre-étalages). 

    Nous étions donc dûment inscrits en réponse à l'invitation faite quelques jours plus tôt : 

    Capture d’écran 2016-04-30 à 22.41.56.jpg

    Lundi 27 avril, 16h. Petit attroupement et grand enthousiasme. Se trouvent réunis le maire du 18e, Eric Lejoindre, son adjoint à la voirie et aux transports Félix Beppo, son chargé de mission, Bocar Diallo, une chargée de communication de la RATP, un étudiant en architecture, une représentante d'Acrum (l'association Château Rouge des usagers du métro) et quelques autres dont une journaliste du 18e du Mois, une petite dizaine en tout. Nos deux émissaires en élèves studieux, stylo, carnet et appareil photo en bandoulière, incorporent le petit groupe qui remonte la rue Custine où les accueillent d'autres responsables déjà sur place. 

    Mais, là, patatras, en fait dix personnes seulement pouvaient entrer pour des raisons de sécurité — apparemment un problème sur un plancher de chantier un peu fragile sous le boulevard Barbès. Une fois les élus passés, Acrum ensuite, l'étudiant en archi, et la représentante du 18e qui a du élever la voix, le compte y était. Quelqu'un s'est inquiété pour nous, la RATP a tranché : — Alors AB, oui, mais une seule personne.  — Ah, non, nous nous sommes inscrits à deux, régulièrement, pas question de laisser l'un de nous sur le côté. Il faut dire que même le chargé de mission de Félix Beppo est aussi resté sur le flanc. On ne plaisante pas avec la sécurité à la RATP ! D'un côté, c'est réconfortant, mais de l'autre... quelle organisation calamiteuse. Deux autres personnes, dûment inscrites comme nous, en ont été pour leurs frais.  

    IMG_20160203_090211924.jpg

    Le plus idiot est que nous avons appris par Bocar Diallo lui-même que la RATP a doublé la visite à 17h, sans doute de façon improvisée, et que nos adhérents n'en ont même pas été avertis avant de quitter les lieux. Ils auraient bien évidemment patienté, leurs pas les conduisant jusqu'à chez Joseph Gibert par exemple... 

    Il vous reste à feuilleter l'excellent mensuel du 18e — disponible dans tous les bons kiosques ou librairies de l'arrondissement au prix de 2,50 € —  dans son édition de mai pour retrouver ce que nous aurions pu vous dire ici. 

  • Les rénovations de printemps

    Nous attendons bien sûr l'ouverture de la brasserie de Barbès avec impatience, mais en attendant nos pas nous conduisent aussi vers l'avenue Trudaine, surtout quand le ciel est aussi bleu et le soleil si généreux. 

    Là aussi des cafés et brasseries refont la devanture. On avait vu le très singulier Chez Bouboule à l'angle de la rue de Rochechouart et de la rue de Dunkerque, qui propose à ses clients une piste de boule sur du vrai sable au milieu de la salle. 

    P1080283_2.jpg

    Face à lui, angle Rochechouart—Trudaine, on met une dernière main aux travaux de finition. Un ouvrier était en train de nettoyer très soigneusement les vitres de la façade de l'avenue Trudaine. Ce grand café s'appelle Dunkerque, c'est le nom que l'on lit sur les stores. Il s'est appelé précédemment Trudain's café et plus tôt encore Sole Cafè et Cucina. Ce n'est pas si vieux : 2008 ! 

    P1080281_2.jpg

    Nous avons noté un détail, qui devrait avoir de l'importance pour les habitants proches de ces établissements. On peut lire sur la vitre de Bouboule un petit panneau (voir photo ci-dessous) qui rappelle aux clients que le bruit est une nuisance, quand on ne le fait pas soi-même.... SHUT AUCUN VERRE DEHORS ! Serait-ce le début d'un prise de conscience que les incivilités des clients, parfois involontaires - les voix portent davantage la nuit dans un relatif silence - sont aussi en partie la responsabilité des gérants de bars ou de cafés ? La Charte Je prends soin du Neuf mise en place récemment par la mairie du 9e traite cette question dans un engagement numéro 5. Elle présente certes la faiblesse de n'être pas contraignante, libre aux gérants de bars et cafés de la signer ou pas. De même, celle qui a été signée au début du mois dans le 18e pour le carrefour Clignancourt — Ramey entre la mairie et les patrons de bars, cafés et restaurants en est une autre illustration (voir notre article du 21 mars).

    Chut Bouboule.jpeg

    P1080282_2.jpg

     

  • La station emballée

    Qui se souvient du Pont-Neuf en 1985 emballé par Christo ? (ou là)..

    Avez-vous vu la station Barbès emballée par l'entreprise qui rénove toutes les verrières ?? Regardez la vue ci-dessous, il y a une légère ressemblance, non ?

    paris,Barbès, ratp,rénovation,

    Au-delà de la plaisanterie, de nombreuses plaintes nous sont parvenues. L'entreprise a demandé l'autorisation d'effectuer des travaux de nuit, et notamment la dépose des vitres, ce qui suppose de la casse, et beaucoup de bruit. Vu la forte chaleur qui a régné ces derniers jours et la semaine dernière en particulier, le travail de nuit avait pour but de rendre moins pénible la P1060441.jpgtâche des ouvriers. D'autres en ont beaucoup souffert, ce sont les riverains dont les chambres donnent sur le boulevard de la Chapelle à la hauteur de la station aérienne. Malgré des double-vitrages et des bouchons d'oreille, certains ont passé de très mauvaises nuits.

    Nous avons obtenu ces explications du responsable des travaux de la RATP, qui s'est engagé à demander le retour au travail de jour. 

    Quant aux vitres de la station de chaque côté des quais, il semble qu'elles soient transparentes désormais. Les riverains ne sont pas contents. Les usagers du métro les verront dans leur intérieur, puisque la station est située à hauteur des fenêtres du 2e étage environ, et qu'il n'y a plus de platanes à cet endroit, comme il y a encore quelques années. C'est ce qu'on appelle un vis-à-vis. Mais on peut les rassurer, les voyageurs regardent plus du côté de la rame qui arrive sur le quai qu'à l'extérieur de la station. Au fur et à mesure de la rénovation des stations, les vitres sont changées de la sorte. Les vitres transparentes donnent plus de lumière, le soleil entre dans la station, on est moins enfermé dans la structure... Toutefois on pourra trouver autant d'arguments pour prôner la position inverse !

  • Déjà des tags....

    La semaine dernière, nous vous annoncions avec force photos la redécouverte de l'escalier de la rue d'Alsace, dont les pierres et les balustres, rénovées ou changées, lui redonnaient un certain lustre. 

    Un de nos lecteurs nous a fait parvenir une photo où se voit clairement un tag, tout neuf...

    paris,escalier, rue-d-alsace,rénovation,tags

    Certes, l'escalier en verra d'autres, mais on aurait aimé que les efforts consentis par le budget de la Ville inspirent un tout petit peu de respect.... Raté.

  • Restauration ou réparation de l'escalier de la rue d'Alsace

    Le bel escalier de la rue d'Alsace, qui a été couvert d'un coffrage en bois dans sa partie

    paris,10e,escalier-rue-d-alsace,gare-de-l-est,rénovation

    centrale pendant plus d'un an suite aux déprédations de la part de certains usagers, va être remis en état par la Ville de Paris, direction de la voirie et des déplacements, section Seine et ouvrages d'art.

    paris,10e,escalier-rue-d-alsace,gare-de-l-est,rénovationAlors que les travaux sont en cours depuis une semaine environ, le chantier est censé s'achever le 31 juillet 2012. Considérant la courte durée des travaux, on ne peut pas s'attendre à une restauration complète de cet ouvrage d'art remarquable, mais plutôt à une "réparation" des balustres démolies par des usagers indélicats et par les aléas dus aux intempéries.

    En effet, le froid a du faire éclater la pierre en certains endroits, car cet ouvrage, dont la paris,10e,escalier-rue-d-alsace,gare-de-l-est,rénovationconstruction remonte au second empire, n'a pas été suffisamment entretenu au cours de ses 150 ans d'existence.

    L'affiche annonçant les travaux aux riverains évoque d'ailleurs les interventions suivantes: nettoyage des parements, réfection des joints, remplacement de balustres. Mais elle n'en précise pas l'étendue: s'agit-il d'intervenir sur tout l'escalier ou seulement sur sa partie centrale? Le panneau de la Ville souligne la présence d’un ouvrage d’art mais, ce qui nous inquiète un peu, il annonce aussi que les travaux assurent son entretien. Or, il semble que son état demande plus qu’un entretien. Au cours du dernier conseil de quartier Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul, Elise Fajgeles, élue du 10e chargeé de l’espace public, avait parlé de microgommage : il s’agit là d’un nettoyage par la projection d'une poudre adaptée à la surface à nettoyer. Il est plus doux que le sablage, mais plus dur que le ponçage. Elle avait également évoqué la mise en sécurité de l’ouvrage.

    paris,10e,escalier-rue-d-alsace,gare-de-l-est,rénovationCela dit, les balustres, certes dégradées, ont été endommagées avec brutalité, ce qui est très probablement le fait d'actes malveillants. Du jour au lendemain, on a pu constater des démolitions partielles à l'intérieur des deux volées en fer à cheval. Certains de nos adhérents habitent la copropriété située en haut de l'escalier (25 rue d'Alsace), actuellement en ravalement, et nous pouvons, grâce à leurs observations, témoigner de l'évolution quasi-quotidienne de l'escalier!

    Hélas, la situation est inquiétante : la fréquentation nocturne des lieux y est aussi pour quelque chose. Les dégradations sous forme de tags et de bris de bouteilles en verre abîment, malgré les nettoyages réguliers (mais pas quotidiens), la pierre calcaire.

    Affaire à suivre...paris,10e,escalier-rue-d-alsace,gare-de-l-est,rénovation

     

     

  • La station de métro Chapelle fermée du 13 juin au 2 septembre

    Sur la Ligne 2 de la RATP, des travaux vont être entrepris pendant l'été pour la rénovation de la verrière de la station Chapelle. Ils vont nécessiter la fermeture de la station et du couloir de correspondance vers la gare de l'Est.

    Dans une note d'information que nous a fait suivre la mairie du 18e, la RATP fait savoir que :

    - elle est garante de la sécurité des voyageurs
    - elle est soucieuse de la pérénité de son patrimoine
    - elle poursuit donc sa campagne de rénovation des verrières
    - elle finance entièrement l'opération.

    paris,chapelle,métro,Ligne2,travaux,verrière,fermeture Plus technique, elle précise que :

    - les anciennes verrières seront déposées
    - les structures seront complètement reprises
    - de nouvelles verrières seront enfin installées
    - les escaliers de la station seront rénovés également pour profiter de la période de travaux.

    Elle conclut que la fermeture de la station est, pour ces raisons, incontournable. Les rames ne s'arrêteront donc pas entre Barbès et Stalingrad, pendant la période des travaux.

    Comme nous sommes toujours exigeants avec la RATP (qui aime bien châtie bien !), nous nous posons deux questions (au moins) :

    - Lors de la rénovation de la station Barbès, qui a duré dix ans environ, pourquoi la station n'a-t-elle pas été fermée pour permettre au chantier de se dérouler dans de meilleures conditions et plus rapidement ?

    Si les verrières de la station Barbès laissent passer l'eau, à la moindre averse, inondant plus ou moins les quais et les escaliers, ne serait-ce pas parce qu'elles n'ont pas été rénovées (voire rempacées)dans des conditions de sécurité pour les voyageurs, et parce qu'on n'a pas voulu fermer la station ? En clair, nous avons toujours les vieilles verrières qui fuient !

    La RATP a la bonté de nous préciser que le chemin à parcourir entre les stations Barbès et Chapelle d'un côté (750 m) et Chapelle et Stalingrad de l'autre (650 m), n'est pas infranchissable. C'est vrai. Elle suggère par là que la fermeture ne va pas révolutionner les habitudes des usagers du quartier. Pourquoi donc était-ce impossible à Barbès au temps des travaux de rénovation? Les stations ne se sont pas rapprochées depuis lors !

    On peut s'attendre à un regain d'affluence pendant ces mois d'été, qui ne sont pas vides dans notre zone. D'autant que le ramadan commencera vers le 20 juillet et que traditionnellement il attire beaucoup de monde à Barbès et aux alentours.

    INFO CHANTIER  01 58 77 17 66

  • Accueil mitigé réservé aux bâches publicitaires sur les façades d'immeuble

    Au bon temps du Grenelle II de l’environnement, quelle était donc l’intention des inspirateurs du décret qui vise à étendre l’autorisation de la publicité sur les bâches de chantier de rénovation des immeubles d’habitations en copropriété ?

    Créer une incitation forte en direction des copropriétaires en faveur de la rénovation énergétique en leur procurant une source de revenus jusque là non envisagée (la location mensuelle d’un bon emplacement peut rapporter plusieurs dizaines de milliers d’euros) ?

    Mais néanmoins

    Limiter l’impact de la pollution visuelle en n’autorisant l’affichage publicitaire que sur une surface de 12 m2 ? (plutôt que 50 % de la surface totale comme sur les monuments)

    Et permettre aux pouvoirs publics de garder un regard sur le marché en soumettant les installations à autorisation préalable ?

    On peut déjà noter des réactions négatives des deux côtés :

    Les anti-pub protestent contre cette ouverture à la publicité sur les façades, après une autorisation assez semblable pour les monuments historiques (en février ce décret avait fait l'objet d'un sondage dans Le Figaro qui laissait apparaître que 6 lecteurs sur 10 y étaient plutôt défavorables). Sans parler des zones à publicité renforcée toujours en place à Paris, comme sur la place Pigalle ou près des gares, des périphériques, aux entrées de Paris… qui ne sont pas du meilleur effet et qui déplaisent.

    dior_conciergerie.jpgLe 17 mai, le Conseil de Paris a d'ailleurs voté un voeu pour réduire la taille des surfaces publicitaires sur les bâches de chantier des monuments parisiens (pour l'instant elles ne doivent pas excéder 50% de la surface totale de la bâche). La Ville souhaite ramener la proportion à 16% et orienter les annonceurs vers des idées originales, sinon esthétiques. Une meilleure intégration dans l'environnement... Le vrai débat aura lieu au moment de la discussion sur le nouveau réglement de la publiclité en juin.

    Pour autant le décret prévu pour la mi-juillet ne satisfait pas non plus les professionnels de l’immobilier. Ils arguent que la surface autorisée n’est qu’un confetti (un timbre poste, auraient-ils dit) et qu’elle ne peut intéresser les publicitaires confrontés au coût élevé de la confection de la bâche et de l’impression publicitaire sur celle-ci.

    Alors ? S’agit-il d’une cote mal taillée ? On a cédé aux pressions, mais pas totalement. D’ailleurs, est-ce bien équitable d’offrir à travers la publicité des moyens financiers à certaines copropriétés plutôt qu’à d’autres ? Il semble acquis que les bons emplacements (fréquence de passage, perspective intéressante, retrait sur boulevard, place) seront estimés à des tarifs de location supérieurs à d’autres moins bien situés, et qu’il est tout aussi important de rénover, voire d’améliorer le bilan énergétique de ceux-ci comme de ceux-là. La majorité des façades n'intéressera pas du tout les annonceurs et les copropriétaires se débrouilleront avec leur facture.

    Côté publicité, c’est aussi une façon de siphonner les budgets publicitaires de certains secteurs d’activité, qui comprennent encore des entreprises florissantes et dont les dépenses publicitaires vont à la presse, aux médias en général, qui en ont bien besoin. Nous pensons aux entreprises de luxe et de cosmétique, à l’horlogerie, aux industries automobiles, aux banques et compagnies d’assurance, aux technologies de pointe, que l’on voit un peu partout s’étaler sur les murs dans les capitales étrangères qui ont cédé à cette demande. On devrait échapper aux  alcooliers qui sont soumis à des restrictions particulières en France.

     paris,rénovation,publicité,bâche,urbanisme,isolation,financement-de-travaux,pollution-visuelle

    Les bâtiments annexes de la SNCF, gare du Nord, à peine reconnaissables en juin 2009.

     le sujet dans la presse : Le cercle des Echos du 4 mars 2011 ; L'Expansion du 13 mai 2011, Le Moniteur du 17 mai 2011 ; rue89 du 28/05/2011

     

  • LOUXOR : La bâche est arrivée !

    Non, vous n'avez pas pu ne pas la remarquer !

    La bâche est arrivée ! Montée dans la semaine sur l'échafaudage qui cache la belle façade du Louxor, à l'angle des boulevards de Magenta et de La Chapelle.

    Michel Gomez, Délégué général de la Mision cinéma de la Ville de Paris l'avait annoncé le 25 janvier dernier, lors du Conseil de quartier Lariboisière-Saint-Vincent-de-Paul, entièrement consacré au projet de la Ville pour le Louxor.

     

    paris,10e,louxor,mission cinéma,michel gomez,bâche

     

    La Mairie avait promis de ne pas laisser la publicité envahir cet espace. Parole tenue. Saluons l'effort.

    Toujours dans le cadre des engagements de la Mairie, ACTION BARBES sera reçue ce soir même par Michel Gomez, à la Mission cinéma, pour échanger propositions et informations. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés ici même de l'essentiel de cette rencontre.

  • Les derniers coups de massette sur la place Turgot

    Le temps ne favorise pas le travail des paveurs de la place Turgot et on pardonnera volontiers si les travaux durent un peu plus longtemps que prévu.

    PHOTOS - place Turgot - vue d'en bas - le pavement terminé - 2 petites terrasses.JPG

    C'est au printemps que les habitants pourront mieux apprécier les bancs à l'ombre des acacias sur une place libérée de ses deux-roues, du moins nous l'espérons, car la mairie s'est engagée à créer des stationnements complémentaires dans les rues proches. Elle envisage aussi de disposer des bacs à plantes le long de la société générale pour gêner le retour des grosses cylindrées qui avaient élu domicile à cet endroit.

    En attendant les beaux jours, il est question de fêter la réouverture de la place au public, à son public d'habitués, les habitants du quartier que la mairie songe à inviter pour un moment de convivialité, un samedi matin de janvier, par exemple.  Action Barbès suggère de prévoir un grand récipient de vin chaud, car en janvier, il risque de ne pas faire très chaud.

    --> Petit coup de projecteur sur les gisements de grès et de pavés parisiens à Villiers-le-Bâcle dans l'Essonne : visite.