Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie

  • Meublés touristiques: on en parle dans le 10ème

    Nous avons à plusieurs reprises écrit sur la problématique de l'augmentation des meublés touristiques à Paris, mais c'est un phénomène qui touche beaucoup d'autres villes attractives en France et à l'étranger (voir notre article du 28 février).

    La mairie du 10e arrondissement organise une réunion publique sur le sujet, lundi 14 mai à 19h, en présence de Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris, chargé du logement, de l'habitat durable et de l'hébergement d'urgence.

    paris,paris 10e,locations saisonnières,airbnb

    Quelques informations supplémentaires pour cerner le problème si jusque-là il ne vous a pas touché de près. Nous pouvions lire dans le Figaro en septembre dernier que le nombre de logements louables sur la plate-forme de AirB&B avoisine les 70 000 selon le loueur lui-même ou dépasse les 86 000 selon un élu bordelais, qui s'est spécialisé dans cette comptabilité un peu fastidieuse, mais nécessaire si l'on veut réguler et endiguer. A Paris, chacun connaît un bien immobilier dans son immeuble, ou dans sa rue, qui voit passer des habitants éphémères..., et la carte ci-dessous en donne une image bien parlante.

    paris,paris 10e,locations saisonnières,airbnb

  • Tous mobilisés pour la Goutte d'Or sud: 1ère réunion

    Après "Tous mobilisés pour Château Rouge", (voir notre article du 31 janvier), la ville propose désormais la même démarche pour le secteur Polonceau, suite à la remise, le 27 mars dernier,  de pétitions d'habitants et commerçants (voir notre article du 11 avril). Une première réunion s'est tenue jeudi 19 avril à la mairie de l'arrondissement en présence du maire et de plusieurs de ses adjoints, de la secrétaire adjointe de l'Hôtel de ville, de la commissaire et de plusieurs associations.

    paris,paris 18e,goutte d'or,espace public,ventes-à-la-sauvette

     Rappel de la démarche

    • poursuivre et élargir le dialogue

    • faire émerger des propositions d'actions et les mettre en œuvre rapidement

    • améliorer la communication

    Tout un programme! Il reste à espérer que cette mobilisation permette des améliorations rapides et visibles. L'avenir le dira.

    Le périmètre choisi

    paris,paris 18e,goutte d'or,espace public,ventes-à-la-sauvette

     

    Le secteur est délimité à l'ouest par la placette de la Goutte d'Or. Puis vers l'est par la rue de Chartres jusqu'au carrefour avec la rue de la Charbonnière en remontant jusqu'à la placette Polonceau, la rue Polonceau et enfin la rue des Gardes. Le square Léon fait l'objet d'un traitement particulier et n'est donc pas inclus dans le périmètre.

    paris,paris 18e,goutte d'or,espace public,ventes-à-la-sauvette

    De l'avis des associations présentes, il paraît nécessaire d'élargir le périmètre actuellement défini, car on sait que les problèmes se déplacent. Les rues de Tombouctou, Caplat jusqu'au boulevard de la Chapelle ont été évoquées. Le maire n'y est pas opposé, il faudra voir à l'usage.

    Les points abordés

    La réunion a été longue et nous ne relaterons pas l'intégralité des échanges. Les problèmes bien connus ont été évoqués tels l'état de malpropreté du quartier, les sanisettes mal entretenues, les trafics divers et variés, la station Barbès fermée côté Patin les jours de marché. De nombreux commerçants s'inquiètent pour leur activité. "Que fait-on pour ceux qui ont contribué à animer ce quartier jusque-là ?" s'est exclamée une commerçante très irritée. Il faut aussi être vigilant sur les attributions des pieds d'immeubles qui ne sont pas satisfaisantes. Quant à la requalification des arcades de la Goutte d'Or et de la rue Boris Vian, Eric Lejoindre a rappelé son engagement mais pas forcément pour la fin de la mandature... Michel Neyreneuf, adjoint chargé du logement et de l'urbanisme, a insisté sur la nécessité de faire bouger les différentes directions de la Ville impliquées dans le projet : "Il faut donner un coup de fouet". Enfin, une plus importante végétalisation est souhaitée sans oublier la réouverture du square Alain-Bashung très attendue par les habitants.

    Les prochains rendez-vous

    Vous pouvez dès maintenant faire part de vos suggestions et remarques sur la plate forme dédiée: www.idee.paris/gosud-polonceau

    Le 2 mai sera organisée une marche exploratoire. Le 17 mai une seconde réunion aura lieu en présence d'Anne Hidalgo et une troisième fin mai.

    paris,paris 18e,goutte d'or,espace public,ventes-à-la-sauvette

  • Exposition rue des Gardes

    Dans le cadre des Journées européennes des métiers d'art, Luc Dognin propose une exposition avec l'artiste David Deweerdt intitulée "La main et l'esprit, entre cuir et peinture". Le vernissage est passé, mais l'exposition est visible jusqu'au 30 avril au 4 rue des Gardes dans le 18e. Une occasion pour celles et ceux qui ne connaissent pas le quartier de découvrir à cette occasion d'autres artisans.

     

    Paris, paris 18e, métiers d'art, Dognin

  • Kiosque de Barbès : vers une réouverture

    Après de nombreux mois de fermeture, le kiosque de Barbès devrait rouvrir et satisfaire les lecteurs de la presse qui devaient aller parfois bien loin pour trouver un lieu de vente. Mais ce ne sera pas pour demain et il faudra donc patienter encore plusieurs mois. Rappelons que suite aux travaux de rénovation du viaduc de la ligne 2 engagés par la RATP, Samir Lebcher, gérant du kiosque, s'était vu proposer un autre point de vente provisoire au métro Palais Royal. Nous l'avions interviewé en septembre 2017 (voir notre article du 6 septembre).

    Le 4 avril s'est tenu un Comité de suivi de projet (CSP) afin d'échanger sur le possible déplacement du kiosque de quelques mètres pour une meilleure circulation dans cet espace toujours très occupé. La réunion avait commencé sur site, mais il était très difficile de s'entendre sous le viaduc. C'est Jean Vedreine, gérant de la brasserie Barbès, qui a alors invité tous les participants autour d'une table de son établissement.

    paris 18e, paris, presse, kiosque, Médiakiosque, barbès-rochechouart

    Etaient présents des représentants de MédiaKiosk, de la Direction de l'attractivité et de l'emploi (DAE), de la Direction de la voirie et des déplacements  18e (DVD), de la mairie du 18e, de la RATP, du commissariat de l'arrondissement, le kiosquier et Action Barbès.

    Nous ne dévoilerons pas ici la teneur des échanges puisque aucune décision n'a encore été prise quant à l'emplacement exact du kiosque. Il faudra évidemment vérifier des points techniques puis obtenir l'accord des élus dont la décision est attendue fin mai.

    Nous attendons cette réouverture qui doit être une priorité pour redonner vie à cet espace. La Ville de Paris doit en prendre conscience et tout faire pour accélérer la procédure. L'implantation du nouveau modèle de kiosque n'est pas prévu avant un an, mais rien n'empêche de reprendre, en attendant, celui qui est en place. Il y a urgence, Jean Vedreine l'a aussi martelé, un kiosque ouvert, c'est moins de nuisances à ce carrefour. Les emprises de la RATP seront enlevées à la fin du mois. Ce sera ensuite aux élus de jouer (en tenant compte du règlement) puisqu'ils ont le dernier mot.

  • Le Lavoir Moderne Parisien: nouveau lieu artistique contemporain?

    La semaine dernière, nous avons rencontré la nouvelle équipe du Lavoir Moderne Parisien situé 35 rue Léon dans le 18e, une équipe pleine d'énergie et déterminée à faire revivre ce lieu qui subit depuis plusieurs années les conséquences d'une bataille juridique avec le propriétaire du bâtiment.

    paris 18e,paris,théâtre,lavoir-moderne-parisien,musique,graines de soleil

    Un peu d'histoire

    En 1986, c'est Hervé Breuil qui investit un lieu laissé à l'abandon et devient le directeur du LMP. Ce jusqu'en 2012, où le tribunal exige la liquidation de la structure entraînant ainsi la fin de vie du LMP (voir article de Médiapart et nos articles du 12 janvier 2012 et du 29 mars 2012). La mairie de Paris bloque alors le permis de construire grâce à une ordonnance de 1945 qui interdit de changer la destination culturelle d'un lieu. En 2014, la Compagnie Graines de Soleil créée par Khalid Tamer reprend le flambeau. Mais les difficultés perdurent et il passera la main à l'équipe actuelle. A ce jour, le théâtre est toujours géré par l'association.

    Quelle situation aujourd'hui et quels besoins?

    Les responsables du lieu ont déposé un dossier pour une demande de subvention de fonctionnement auprès de Bruno Julliard adjoint à la maire de Paris et chargé de la culture. Par ailleurs, le dossier est également arrivé sur le bureau de la ministre Françoise Nyssen. Il s'agit avant tout de soutenir la création émergente et permettre de revenir à ce qui a fait le passé et la notoriété de la salle. En effet, de nombreux artistes connus y ont fait leurs premiers pas (Abd al Malik, Mathieu Boogaerts, Youssou N’Dour, les Têtes raides...). Des personnalités du monde du spectacle, telle Ariane Mnouchkine soutiennent le projet. Nous relayons volontiers l'appel à contributeurs lancé par l'équipe. Si vous disposez d'un peu de temps, vous pouvez par exemple vous engager pour l'accueil et la billetterie à raison d'un soir par semaine. Mais vous pouvez aussi aider à la communication notamment. Dans un tout autre domaine, n'hésitez pas à faire part de vos connaissances sur le passé artistique du lieu depuis 1986 et également sur la création du Lavoir au 19e siècle.

     

    paris 18e, Paris, théâtre, lavoir-moderne-parisien, musique, graines de soleil,

    un air de " Petit Bouffes du Nord" appelé ainsi par Peter Brook

    La salle contient 70 places assises et jusqu'à 200 personnes debout.

    Pour la saison en cours, ce sont 29 spectacles qui sont proposés et on nous promet déjà une belle programmation pour 2018-2019. La restauration prévue dans le hall ne sera pas oubliée.

    Pour tout savoir sur la programmation, rendez vous sur lavoirmoderneparisien.com et facebook.

     

  • Conseil de quartier Louis Blanc Aqueduc

    Nous suivons toujours avec intérêt les conseils de quartier voisins car de nombreux sujets nous concernent. A commencer par la Promenade urbaine. L'équipe d'animation a choisi de faire le point sur les projets du quartier Louis Blanc Aqueduc: le devenir de la caserne Château Landon,

    paris,paris 10e,caserne-château-landon,promenade urbaine,place jan karski,réseau express vélo

    la pergola végétalisée de la Gare de l'Est (rue du faubourg St Martin le long des voies ferrées jusqu'à Château Landon),

    paris,paris 10e,caserne-château-landon,promenade urbaine,place jan karski,réseau express vélo

    la transformation de la place Jan Karski (voir notre article du 3 mars 2017) et le Réseau Express Vélo (REV) un peu à la peine et que nous évoquions dans notre article du 23 janvier.

     

    Capture d’écran 2018-01-25 à 16.16.37.png

  • Commerce de proximité: le point sur l'action de la Semaest dans le 10e

    Le Groupe de Travail Local des secteurs Lancry et Entre Deux Gares s'est réuni le 6 décembre dernier à la mairie du 10e. La précédente réunion avait eu lieu en mars 2016 (voir notre article du 2 avril 2016) après 3 années d'interruption. La Société d'économie mixte de l'est parisien (Semaest) est chargée notamment de favoriser le commerce de proximité dans le cadre d'opérations "Vital quartier" et ce pour certains quartiers pénalisés par une forte mono-activité.

    Paris, paris 10e, semaest, vital-quartier, commerce-de-proximité

    Dans le 10e, ce sont 42 locaux qui ont été acquis dans ce cadre depuis 2008. Pour les fêtes de fin d'année, la Semaest a lancé une opération "Les testeurs de Noël". Après un appel à candidatures en octobre dernier, 4 locaux vides ont été proposés pour cette période à des porteurs de projet, une façon pour eux de tâter le terrain avant une éventuelle installation pérenne. Dans notre quartier, la boutique du 37 rue de Dunkerque longtemps restée vide propose prêt-à-porter, sacs, bijoux fabriqués par une styliste et bientôt cours de couture pour 4 mois ou plus si l'activité est au rendez vous.

    paris,paris 10e,semaest,vital-quartier,commerce-de-proximité

    Pour découvrir la boutique, cliquez sur la photo.

    Cette expérience a déjà permis à plusieurs commerces de s'installer rue de Lancry, rue du Château d'eau et rue de Paradis, dans un secteur sans doute plus propice que le nord de l'arrondissement. Rappelons que La librairie Nordest, les magasins de bricolage et de reprographie rue de Dunkerque, les épiceries fines du haut de la rue de Maubeuge sont des locataires de la Semaest. Mais, nous le constatons au fil des années, il est particulièrement difficile d'inverser la tendance. Ainsi, sur la partie nord du boulevard de Magenta, rue du faubourg Poissonnière, rue de Dunkerque, rue de Rocroy, les boutiques de vêtements de cérémonie sont légion.

    Le programme Vital'Quartier prendra fin en 2021. A cette date, la Semaest proposera aux locataires de racheter leur local ou le revendra à une société foncière créée dans ce but. Après 2021, il y aura d'autres opérations Vital'Quartier mais pas dans le 10e. Nous savons que de l'autre côté du viaduc, une opération de revitalisation commerciale est en cours dans le secteur Goutte d'or-Château rouge et ce n'est pas du luxe. Pour autant, il faudra que la ville soutienne fortement les commerces du sud de la Goutte d'or qui sont pénalisés par les problèmes de délinquance actuels.

    guide pratique d'accueil et d'information des commerçants et artisans.

     

  • Achats de Noël: pourquoi pas chez les créateurs et artisans de la Goutte d'or?

    De nombreux créateurs, designers, artisans sont présents à la Goutte d'or. Nous en avons déjà parlé dans nos colonnes. A l'occasion des fêtes de fin d'année, allez donc à leur rencontre. Vous dénicherez sans doute des cadeaux originaux : bijoux, luminaires, petit mobilier, sacs en cuir, papeterie...

    Paris, Paris 18e, créateurs, désigners, artisanat,

    Pour voir le plan en grand format, cliquez sur l'image ci-dessus.

  • Kiosque de Barbès: stop ou encore?

    Vous avez forcément remarqué la fermeture du kiosque de Barbès. Le rideau est tombé le 8 juillet au soir. De nombreux habitués et clients le regrettent et vont même jusqu'à rendre visite à Samir Lebcher installé désormais place du Palais Royal, un autre monde pourrait-on dire! Nous l'avons également rencontré la semaine dernière.

    paris,paris 18e,barbès,ratp

    Pourquoi ce départ? Rappelez-vous que les travaux du viaduc de la ligne 2 vont bientôt commencer pour une durée de deux ans minimum. Le premier tronçon entrepris sera entre Anvers et Chapelle et il faudra compter sans doute plus d'une année. Et qui dit travaux dit installations de bâches, d'échafaudages, sans parler du bruit possible et donc de nuisances. C'est la raison pour laquelle Samir a préféré demander à la société dont il dépend "Médiakiosques" un changement de lieu. Le règlement lui permet de le faire notamment en cas de situation qui pourrait perturber l'activité commerciale et c'est le cas ici.

    Samir se plait bien dans son nouvel environnement (on le comprendra aisément) ce qui ne l'empêche pas d'accueillir chaleureusement les anciens clients de Barbès. Par contre, il dit n'avoir reçu aucune nouvelle de la part des élus du 18e et ajoute "au vu de mon rôle dans le quartier (souvent médiateur), bien au-delà d'un rôle de kiosquier, je n'apprécie guère ce manque de reconnaissance". Il a demandé par ailleurs l'enlèvement du kiosque pendant les travaux. Ceux qui passent par là peuvent le constater, l'espace en bas de l'escalier monumental est très fortement occupé par des vendeurs à la sauvette et d'autres qui attendent le touriste à détrousser. De plus, les dépôts sauvages vont bon train autour du kiosque qui a été dégradé rapidement. La préfecture n'y serait pas opposée.

    Et après les travaux ? Samir Lebcher pense à son avenir dans un secteur professionnel de la presse papier qui n'a plus le vent en poupe. Il ne souhaite plus reprendre cette activité du moins à cet endroit-là. Pour le devenir du kiosque, affaire à suivre...

  • AirBnB, gros business, petits impôts.... la Ville pas contente !

    Nous vous recommandons un article paru dans Le Parisien ces jours-ci, au cas où vous l'auriez manqué.

    C'est là ! dans le Parisien du 11 août. 

    Il nous concerne quasiment tous, car qui n'a pas croisé, un jour ou l'autre, sous le porche de son immeuble ou dans un couloir devant la batterie des boites aux lettres, un couple un peu hagard cherchant à comprendre quelle était la bonne porte, voire même le bon étage. Cette description est celle des touristes qui louent pour le week end — ou plus — un petit studio sympathique, bien placé, chambre au calme (pour la suite voir le site de AirBnB)... mais bien sûr, contrairement à l'hôtel de l'Europe ou Central, ledit studio ne dispose pas d'une enseigne qui le rend bien visible et plus facile à trouver. 

    Ce sont rien moins que 300 plates-formes en ligne qui proposent la location d'hébergements pour touristes, et dans ce nombre, AirBnB se taille la part du lion, puisqu'à elle seule elle totaliserait 60 000 annonces, rien qu'à Paris. On peut comprendre l'énervement de l'adjoint parisien au logement qui depuis 2014 bataille pour créer de nouveaux logements sociaux, parfois de haute lutte contre des riverains peu enclins à les accepter dans leur environnement protégé (voir les manoeuvres de M Goasguen dans son 16e), quand il constate la mise à l'écart de milliers de logements qui non seulement sortent du parc des logements loués à l'année, via un bail locatif classique, mais aussi renchérissent le niveau des loyers parisiens. En effet, il est devenu plus rentable de louer à la semaine ou au week end, à des touristes qui sont heureux de trouver à se loger moins cher qu'à l'hôtel. Moins de services, bien sûr, mais on se débrouille. 

    Certaines activités hôtelières ainsi cachées ont fait l'objet de redressements assez cuisants ! Pas de panique non plus, si vous louez de façon temporaire votre appartement à des touristes, vous ne tomberez pas sous le coup de la loi immédiatement : on vous laisse 120 jours pour le faire.  

    Nous serons attentifs dès l'automne et observerons les résultats de cette nouvelle politique, que nous attendons depuis plusieurs années.