Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie - Page 5

  • Où en est le 2 rue de Valenciennes ?

    L'actualité ne nous a pas laissé beaucoup de place pour traiter un sujet qui a eu son premier coup de projecteur en décembre 2012, quand des familles à la recherche d'un toit l'occupèrent, avec l'aide de deux associations de soutien aux mal-logés. Cela se passait dans un immeuble resté vide pendant près de deux ans ans et situé 2, rue de Valenciennes, dans le 10e arrondissement. (Cliquez ici nos articles sur le sujet)

    L'occupation a eu ses hauts et ses bas, frôlant l'évacuation manu militari à la demande du propriétaire, qui finira par renoncer, tant le soutien local était grand. La Ville décide ensuite d'user de son droit de préemption. Des négociations s'engagent alors entre le propriétaire, qui se résout à vendre, et la Ville. Il faut se mettre d'accord sur l'évaluation du bien. Les avis divergent, d'autant que l'immobilière chargée de vendre avait une offre, ou prétendait avoir une offre supérieure à l'offre de la Ville. Chacun, propriétaire et Ville, ne voulant pas céder un euro de trop, les négociations furent longues et tortueuses mais aboutirent en septembre dernier à un compromis de vente.

    Le Conseil de Paris, à la suite du conseil d'arrondissement du 10e (2 novembre 2015), a ensuite enterriné la vente au cours des séances des 15, 16 et 17 novembre 2015 et permis la conclusion d'un contrat de bail avec La Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) pour y réaliser 16 logements sociaux. (voir détail dans Le Parisien)

    Les élus communistes, du 10e et de l'Hôtel de Ville qui ont été très militants dans ce dossier, se réjouissent du dénouement heureux de ce chapitre, et au premier rang, Ian Brossat, adjoint de la maire chargé du logement social, qui voit là une oportunité supplémentaire de se rapprocher de son objectif de transformer 250 000 m2 de bureaux en logements pendant les cinq ans que compte la mandature. Rappelons que le 10e arrondissement est encore déficitaire en logements sociaux avec seulement 12%. 

    La procédure est bien enclenchée et l'on pouvait lire dans Le Moniteur du 5 février la publication d'un avis de marché qui portait sur le 2, rue de Valenciennes et 147, rue du faubourg Saint-Denis.

    Capture d’écran 2016-03-24 à 12.17.48.jpg
    Source : cadastre.gov.fr

    On y apprenait que le marché porte sur la transformation de l'immeuble en 15 appartements et un commerce, pour une surface habitable et utile de 928 m2. L'enveloppe prévisionnelle des travaux est de 2 100 000 euros HT. La durée d'exécution des travaux est évaluée à 48 mois à compter de la date d'attribution du contrat, sachant que l'attribution des marchés publics est lente sur Paris, les premiers habitants du lieu ne seront pas en place de si tôt.

    L'appel d'offre de sélection de l'architecte étant lancé, celui-ci devrait être connu en mai prochain, nous a confirmé le cabinet de Ian Brossat. 

    Si les petits cours d'eau font les grandes rivières, les petites acquisitions feront le grand parc social de Paris. Reste à savoir si à ce rythme il y a des chances de résorber les quelque 100 000 dossiers qui ne diminuent pas d'année en année. Paris reste attractif, qui en doute encore ? Les touristes peut-être... en ce moment.

     

  • Nouvelle collecte solidaire dans le 10e

    Comme chaque mois, avec Eco-systèmes, vous pourrez apporter appareils  électro ménager hors d’usage ou dont vous ne vous servez plus, objets divers, jeux, livres ... dans plusieurs lieux du 10e. Le plus proche pour notre quartier sera place Franz Liszt.

    Rendez-vous demain, samedi 26 mars, de 10h à 14h.

    paris,solidarité,environnement,paris-10e,emmaüs,recyclage,collecte-solidaire

     

  • Diversité commerciale au conseil de quartier Goutte d'Or - Château Rouge

    Le prochain Conseil de quartier Goutte d’Or - Château Rouge se tiendra :

    Le Mercredi 30 Mars 2016

    à 19h

    à l’Ecole Pierre Budin

    5 Rue Pierre Budin, 75018 Paris

    Le thème qui sera abordé : « Pour la diversification des commerces dans le quartier : Agir individuellement et collectivement  »

    paris,conseil-de-quartier,goutte-d-or,commerce,école-budin,paris-18e,château-rouge

    Un sujet qui mobilisera très certainement les habitants, et plus particulièrement ceux du quartier du marché Dejean. Même si ce n'est pas le thème central du conseil de quartier, il faudra bien aborder les problèmes de réglementation et de propreté. Nous pensons notamment aux arcades de la Goutte d'or et à l'envahissement de l'espace public par le Leader Price (voir notre article).

    Lors de ce conseil de quartier seront également portés au vote deux projets d’investissement soutenus par l’équipe d’animation du conseil de quartier :
    - La végétalisation de la place entre les rues Goutte d’Or et Polonceau, projet proposé par une habitante
    - la continuité de la végétalisation de la rue Maxime Lisbonne entreprise par la collectif du même nom.

    Par ailleurs, au niveau de la composition de l'équipe d'animation du conseil de quartier ; 

    Un tirage au sort permettra d’accueillir 1 femme, 1 homme et 2 associations au sein de l’équipe. Ils remplaceront des personnes démissionnaires. Si vous souhaitez vous engager au sein de votre conseil de quartier, n’hésitez pas à postuler en contactant le service Démocratie Locale par téléphone 01 53 41 17 88 ou par mail veronique.lecomte1@paris.fr !

     

  • Vieux films et matériel de projection : un lieu à découvrir

    Ancien associé du libraire de la rue Pajol (voir notre article sur la Bande des cinés), c'est un passionné de la pellicule qui a ouvert sa boutique il y a une quinzaine d'années au 12 rue des Roses dans le 18e, pas très loin du marché de l'Olive. 

    paris,paris 18e,cinéma,culture

    Ici, le fil conducteur c'est le son et l'image. Pas du 35mm, pour les connaisseurs, mais  du super 8 et du 16. Des piles de bobines jusqu'au plafond, du matériel de projection et quelques objets, le tout dans un semblant de désordre et un manque d'espace. Nous avons pu poser quelques questions à l'occupant du lieu.

    paris,paris 18e,cinéma,culture

     

    Comment trouver vous ces bobines ?

    C'est une marchandise rare donc tous les moyens sont bons. La chine ne suffit pas.

     

    Existe-t-il d'autres lieux comme celui-ci ?

    Un collectionneur américain en aurait recensé trois dans le monde. En France, c'est le seul lieu où on peut trouver à la fois projecteurs et pellicules. Je fournis différentes cinémathèques. Et je fais des envois dans le monde entier. Il y a des francophones un peu partout et j'ai aussi des films dans toutes les langues.

     

    Un peu d'histoire et de technique ?

    Il ne faut pas oublier que si la pellicule est un support obsolète, elle n'en demeure pas moins la source pour les films de plus de 10 ans. On n'y pense pas forcément, mais pour avoir un DVD, la pellicule est indispensable.

    Les laboratoires ont arrêté la fabrication totalement il y a deux ans. La pellicule 35 ne sert plus désormais qu'à l'archivage. Les gros distributeurs de film tirent une copie de leurs films en pellicule par précaution pour leurs archives.

    Au début du cinéma, fabriquer la pellicule, c'était cher et compliqué mais on a toujours les premiers films des Frères Lumières alors qu'on ne trouve plus les films des années 70, faute de bonne conservation. On a perdu pas mal d'archives de l'INA pour cette raison.

    Ensuite est venu le temps des cassettes vidéo qui vieillissent mal (le réfrigérateur peut être un bon conservateur !)

    paris,paris 18e,cinéma,culture

    Vous ne vous contentez pas de vendre, j'imagine ?

    Bien sûr que non. Je projette les films (au moins 10 000 déjà visionnés), je prends des photos et réalise une fiche technique pour le site. Un travail long qu'aucune cinémathèque ne fait .

     

    Guère possible de pousser plus loin la conversation car la boutique voit passer pas mal d'amoureux de la pellicule et le téléphone n'arrête pas de sonner...

    N'hésitez pas à vous promener sur le site BD-CINE.com et à regarder la courte vidéo proposée.

     

  • Dans le Parisien : le Marché « ingérable » de Barbès

    Suite à notre article du 22 février 2016 sur les débordements du marché alimentaire Barbès, largement relayé sur Facebook et sur Twitter, le quotidien Le Parisien s'est emparé du sujet ce vendredi 4 mars pour titrer à la Une de son édition de Paris " Le marché de Barbès est devenu « ingérable » ".

    paris,paris-10e,paris-18e,barbès,marché-barbès,la-chapelle,promenade-urbaine,barbès-stalingrad

    Cliquez sur l'article pour l'agrandir

     

    Cliquez ici pour accéder à la version numérique de l'article.

     

    Le quotidien évoque également l'entretien que nous avons (enfin !) réussi à obtenir auprès d'Olivia Polski, adjointe de la maire de Paris, chargée du commerce, de l'artisanat, des professions libérales et indépendantes, à la fin de la semaine prochaine, vendredi 11 mars, à l'Hôtel de Ville.

    A suivre... 

     

  • Palettes encore et toujours sous les arcades rue de la Goutte d'or

    Voilà plusieurs mois que nous tentons de faire changer la situation devant le Leader Price Paris-Goutte d'or situé au 12-14 rue de la Goutte d'or. Les palettes et cartons s'entassent quotidiennement ajoutant à la saleté repoussante des arcades.

    paris,paris 18e,goutte d'or,commerce,propreté

    Alertés par plusieurs adhérents au sujet de la très mauvaise tenue de cette supérette, nous y avons fait un tour un lundi matin il y a une petite quinzaine de jours. Nous y avons trouvé ce jour-là une bonne quarantaine de différents produits frais périmés (en multiples exemplaires), de la charcuterie en passant par des plats cuisinés et des produits laitiers. Nous découvrions avec un certain effarement des dates de péremption dépassées pour certaines de 10 jours! Une saleté particulière dans les allées, des bacs surgelés ouverts et mal chargés, une absence de thermomètre pour vérifier la température. Un constat impressionnant. Mais, comme nous répondait alors le gérant : «  ici, c'est Barbès ! ». Tout en acceptant de retirer les fameux produits.

    Nous avons averti immédiatement à la fois les élus concernés, la commissaire du 18e et la Direction Départementale de la Protection de la Population (DDPP). Pour avoir déjà dans le passé signalé de tels dysfonctionnements dans des supermarchés, nous nous attendions à une réponse de l'administration rapide. Mais les temps ont changé et cette précédente expérience était antérieure à la réorganisation des services au 1er janvier 2010. Adieu la DGCCRF*, bonjour la DDPP.

    * Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, défunte.

     

    Quelques précisions sur la DDPP

    Passons sur la réorganisation au niveau régional pour nous intéresser au département et plus particulièrement à Paris. Outre les services de la préfecture et des sous-préfectures, tous les départements sont dotés de directions départementales interministérielles (DDI), au nombre de deux ou trois selon l'importance démographique des départements. Elles relèvent du Premier ministre en raison de leur organisation interministérielle et sont placées sous l'autorité du préfet de département. La fameuse DDPP rassemble les compétences techniques, scientifiques, juridiques et économiques dont dispose l'État pour assurer ses fonctions d'information, de prévention et de contrôle dans le domaine de la protection des populations. Personnels de la direction départementale des services vétérinaires et de la répression des fraudes y opèrent désormais de concert. Et qui dit rapprochement dit souvent moins de personnel et probablement moins d' efficacité.

    Il est intéressant d'apprendre qu'à Paris, par dérogation au droit commun s'appliquant sur le reste du territoire métropolitain, c'est le préfet de police qui a autorité sur la DDPP.

     

    Nous avons reçu cette réponse du commissariat du 18e.

    "Concernant les infractions décrites dans votre mail la Ville de Paris est dépositaire de la voie publique et forte de nombreux agents assermentés pour constater les souillures et les réprimer, notamment industrielles. Il convient donc de les saisir en direct.

    Il existe également une unité spécialisée de la Préfecture de Police dépendant de la Direction des Transports et de la Protection du Public appelée Bureau des Actions Contre Les Nuisances qui diligentera un inspecteur de salubrité. Vous pouvez les saisir à l'adresse suivante : 12/14 quai de Gesvres 75195 Paris Cedex 04.

    En ce qui concerne les DLC périmés, cela relève exclusivement de la Direction Départementale de la Protection des Populations ex Répression des Fraudes, composée d'agents civils et de policiers, tous habilités par le Parquet de Paris . Ils doivent être saisis directement si possible par courrier au 8 rue Froissart 75153 Paris Cedex 03."

    Il existe aussi une boîte mail que nous avons utilisée, sans réponse à ce jour.

     

    Où en sommes-nous cette semaine ?

    Certes beaucoup moins de produits périmés, mais tout de même de la charcuterie qui aurait dû être retirée depuis 8 jours et de la viande hachée décongelant tranquillement sur le dessus d'un bac congélation ouvert.

    paris,paris 18e,goutte d'or,commerce,propreté

    Quant aux palettes, aucun espoir d'amélioration de ce côté-là quand on connaît le local d'entreposage bien trop petit pour stocker. Alors pourquoi et surtout qui a autorisé ce type de commerce avec de telles conditions ? Paris Habitat, responsable du bâtiment ? Les services de la ville ? Le gérant aurait été verbalisé, mais puisqu'il ne peut pas faire autrement, c'est donc une solution peu efficace.

    En attendant mieux, passez sur le trottoir d'en face !

     

  • Marché Barbès : une situation qui n'est plus tolérable !

    Cf. Article dans Le Parisien : " Le marché de Barbès est devenu « ingérable » "

     

    Rappelez-vous. On s'était un peu fâché début novembre devant l'absence de réponse de la mairie du 18e au sujet de la placette Charbonnière et surtout du marché Barbès. Voir ici notre article du 3 novembre 2015 (et dans les commentaires la réponse du maire Eric Lejoindre). Nous l'avions ensuite rencontré en présence de Rémi Féraud, maire du 10e, pour échanger sur ces problématiques.

    Afaf Gabelotaud, adjointe chargée du commerce dans le 18e, s'était engagée à nous recevoir. Ce fut chose faite le 22 janvier dernier. Au fil de l'entretien, nous avons compris pourquoi ce rendez-vous avait tant tardé. Et le dépit de l'élue face à une gestion déficiente et manifestement opaque était perceptible.

    Retour sur 2015  

    Dans le cadre du projet de Promenade Urbaine (PU), il nous paraissait évident qu'une réflexion devait être menée sur le marché. Pourquoi ? Parce que le marché dysfonctionne et nous le répétons depuis des années dans le blog et à chaque réunion quand l'occasion s'en présente : l'état sanitaire n'est pas satisfaisant ; l'état de l'espace voué au marché n'est pas propre à l'arrivée des marchands, déchets, dépôts variés, odeurs d'urine, etc. ; il n'est pas propre non plus après le marché et le passage des agents de la Propreté de Paris (DPE), palettes et cageots restant sur le sol voire dans les rues adjacentes ; présence de marchés illicites lors du marché, aux abords, autour de la station, dans les rues adjacentes, et après le marché au gré des mouvements de la police ; salissures nombreuses après le départ de ces marchés illicites ; pas de verbalisation des marchands qui ne respectent pas le règlement ; stationnement des camions sur les trottoirs avec dommages aux séparateurs des pistes cyclables ; entrave au cheminement piéton ; livraisons nocturnes non permises ; stationnement anarchique des clients en voiture, en 2e file, non verbalisé ; débords de certains stands ne respectant pas les limites du marché ; etc, etc.... Oui, la liste est longue !

    20160203_004853 - Version 2.jpg
    Promenade sous le viaduc entre les palettes de fruits et légumes autour de minuit

    Jusque là, les réunions d'échange avec l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur) et la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) n'avaient intéressé que le tronçon compris entre la rue de Tombouctou et la station Stalingrad. Le tronçon précédent... compliqué, nous disait-on.

    A notre demande, l'association avait été reçue à la Direction de la Prévention et de la Protection (DPP) à l'hôtel de ville, en présence de deux responsables de la Direction du développement économique, de l'emploi et de l'enseignement supérieur (DDEEES) en juillet de l'année dernière. Nous souhaitions notamment une réduction du nombre de stands pour éviter les camions sur le trottoir le long de l'hôpital, une gestion moins anarchique de l'ensemble, pour faire court. Nous apprenions alors qu'un nouveau cahier des charges venait d'être rédigé dans le cadre d'un appel d'offre pour la désignation de nouveaux délégataires (dont on nous disait en passant qu'ils ne se bousculaient pas pour postuler). On en prenait pour 4 ans, le temps de la délégation ! Autant dire que notre idée d'espace convivial au centre du marché, un aménagement proposé dans le cadre du budget participatif 2015, ne pouvait être mis en place ! Pas même discuté ou analysé...

    On nous confirmait aussi qu'il n'y avait quasiment aucune verbalisation des commerçants malgré les nombreuses infractions à la législation. Sans parler des ventes à la sauvette dans l'allée centrale gérée tant bien que mal par des agents de la DPP (aux dires des clients du marché, plutôt mal que bien). Heureusement, ce jour-là, c'était l'été, il y avait un beau soleil...

    Ces informations n'avaient pas fait l'objet d'un article à l'époque. Nous attendions d'en savoir un peu plus et espérions naïvement que la situation évoluerait dans le bon sens.

    Le point sur la situation actuelle   

    Côté entretien du lieu, nous n'avons pas manqué de signaler les palettes qui trainent régulièrement après le marché, et parfois dans les rues avoisinantes, les bannes en plastique que l'on retrouve adossées à l'un ou l'autre des piliers du métro. Pourtant de la responsabilité du gestionnaire... Ou non ? Ce sont bien ses services qui les mettent en place les veilles de marché et les reprennent ensuite.

    Toutefois, la discussion a surtout porté sur la complexité de fonctionnement de ces marchés et plus particulièrement de celui-ci.

    Le nouveau cahier des charges a été établi peu après les élections municipales. Dans ce cadre, les mairies d'arrondissement sont consultées mais la décision est prise par les services de l'Hôtel de Ville. Pourquoi cette fois une communication si difficile ? Pendant huit mois, le poste de la Direction des marchés n'a pas été pourvu ! Forcément, communiquer devenait mission impossible. On peut déplorer aussi que les services n'optent pas pour davantage de concertation en amont avec notamment les conseils de quartier ou associations, a minima, pour recueillir des informations qui pourraient s'avérer précieuses. Démocratie participative ignorée ? Elle existe pourtant, nous l'avons rencontrée lors de nos réunions avec l'Apur. Alors, est-ce une question de Services ? Oui chez les uns, et non chez les autres ? Ce serait donc plutôt une question de personnes....

    Que fait le nouveau gestionnaire ? — nous apprenons que l'ancien (le groupe Dadoun) a été reconduit... Étonnement. C'est lui qui est chargé de recruter les placiers — ici aussi le même que précédemment est reconduit... Stupéfaction — et sa mission s'étend au choix des commerçants. A ce stade, nous n'avons plus beaucoup d'illusions sur une évolution positive. Le processus est celui-ci : le gestionnaire gère et verse une redevance à la Ville qui ne garde que l'abonnement et le désabonnement des commerçants sans les avoir choisis. En clair, la Ville donne le macaron : elle valide un choix fait par un autre, sans maitriser aucun critère de sélection.

    On comprend bien que les dysfonctionnements résultent d'une mauvaise gestion. Volontaire ou pas. On peut s'interroger.

    20160203_005642_2.jpg
    Des palettes fraîchement déchargées derrière des bannes du marché destinées à couvrir les stands...

     

    Il règne sur ces marchés une forme d'opacité, situation probablement pas unique dans la capitale, et peut-être même ailleurs qu'à Paris. On apprend au cours de la conversation que le placier reçoit un smic comme salaire. Peut-on raisonnablement penser qu'un placier, qui doit être là dès 5h du matin jusqu'au moins 14h30, dans des conditions parfois difficiles, accepte d'être payé au smic ? Pourtant, beaucoup sont là depuis de nombreuses années. Là encore, on s'interroge.

    Des questions légitimes 

    Plus la rencontre se prolonge, plus nous apprenons de détails sur l'organisation du marché, et plus le nombre de questions qui nous viennent à l'esprit s'accroit :

    Pourquoi est-il impossible de verbaliser les commerçants qui n'appliquent pas la législation malgré les signalements du délégataire ?

    Pourquoi est-il impossible de réduire le nombre de stands ?

    Pourquoi certains camions non autorisés — car trop gros tonnage — continuent-ils allègrement à être tolérés ?

    Pourquoi les camions qui stationnent sur le trottoir et la piste cyclable ne font-ils pas l'objet de procès verbaux ?

    Pourquoi des caristes répartissent-ils en toute tranquillité un nombre important de palettes déchargées de camions de plus de 20 tonnes en pleine nuit (23h30 – 1h du matin environ), prenant les bannes des stands pour occulter et protéger la marchandise d'éventuels vols (de leur propre aveu) ?

    Pourquoi la ville a-t-elle laissé la situation se dégrader ainsi à Barbès ???

    20160203_005332.jpg

    Les transpalettes fonctionnent en toute tranquillité.

     

    Chacun se fera son idée. Mais personne ne nous empêchera de penser que le marché est source de pratiques pas très orthodoxes.

    Prochaine étape : une réunion avec Action Barbès, les élus concernés, la DDEEES, la Police et le délégataire annoncée par Afaf Gabelotaud.

    Cependant, comme il apparait que les décisions appartiennent à l'Hôtel de Ville, nous avons demandé un rendez-vous à Olivia Polski à qui nous avions déjà envoyé nos observations l'an dernier. Pas de réponse à ce jour malgré notre relance.

    Le marché Barbès intéresse-t-il l'Hôtel de Ville ? Sera-t-il vraiment possible de voir le projet de promenade urbaine aboutir si le tronçon Barbès-Tombouctou n'est pas sérieusement traité ? Y aurait-il quelque part un blocage qui expliquerait le silence persistant de l’Hôtel de Ville sur le sujet ?
     
  • Station Château-Rouge : le point sur les travaux

    Une réunion publique relative aux travaux de rénovation de la station de métro Château-Rouge s'est tenue le jeudi 4 février 2016 à la Mairie du 18e, en présence de représentants de la RATP, d'élus de l'arrondissement accompagnés des services de la mairie (Direction de la Voirie et des Déplacements et Direction de l'Urbanisme) et de Mme Goetz, commissaire du 18e arrondissement.

    paris,paris 18e,ratp,chateau-rouge,circulation

    Cette réunion a tout d'abord été l'occasion pour la représentante de la RATP, Mme Passeron, de faire un point d'avancement sur les travaux.

    Lire la suite

  • Le point sur la Charte de la Vie Nocturne dans le 18e

    paris,commerces,bars,paris-18e,charte,mairie-du-18e,silence-on-fête,nuisances-sonores,nuisances-nocturnes,conseil-de-la-nuitSouvenez-vous : en raison des difficultés rencontrées au niveau des bars du quartier Ramey-Clignancourt-Muller, la mairie du 18e arrondissement a mené une démarche en 2014, qui a abouti à l'élaboration d'une charte de la vie nocturne, dénommée  "Silence, On Fête", signée le 10 mars 2015 par la Mairie et la majorité des bars du quartier (voir notre article du 21 mars 2015).

    Cette démarche a permis d'améliorer la situation, et ainsi de contribuer à une meilleure cohabitation entre les riverains et les bars. En effet, la charte vise à concilier l'activité des bars avec la tranquillité du voisinage via différents engagements pris par les établissements.

    Toutefois, dès l'été 2015, on constatait que plusieurs engagements importants n'étaient plus respectés,  sans réponse adaptée de la part de la mairie qui organisait en septembre une réunion pour faire le point (voir notre article du 25 août 2015 et la réponse de la mairie du 18e dans notre article du 4 septembre 2015). Force est de constater qu'il n'est pas simple de faire appliquer cette charte.

    Mario Gonzalez, adjoint au maire du 18e chargé de la médiation, a alors mené plusieurs rencontres avec les gérants de bars dans l'intention de "relancer" la charte et son efficacité, notamment via un respect strict des engagements. De ces échanges, il est ressorti que les gérants rencontraient des difficultés à respecter à la lettre les horaires de fermetures des terrasses et des devantures, principalement pour des questions financières. Il faudrait donc les adapter.

    Le 15 janvier dernier, nous participions au comité de suivi de la charte, au cours duquel un compromis a été trouvé, et les horaires de fermeture adaptés :

    - fermeture des devantures tous les jours y compris week-end  à 21h (au lieu de 22h30 initialement prévu dans la charte) ;

    - fermeture des terrasses ouvertes du mardi au samedi à 1h du matin et le dimanche et lundi à minuit (au lieu de fermeture à minuit tous les jours - y compris week-end - prévue dans la charte).

    Une exception est prévue pour le bar Au Clair de Lune qui ne dispose pas de terrasse ouverte (uniquement une terrasse fermée côté rue de Clignancourt) : fermeture des devantures à 23h30 en période estivale (il restera à préciser que signifie exactement période estivale).

    Pour plus de détails, voir ici le compte-rendu du comité de suivi et le projet d'avenant à la Charte.

    Nous notons que la Mairie du 18e a renouvelé les autorisations de terrasse des bars du quartier le 1er janvier 2016 uniquement pour une période de 3 mois. En accord avec Mme Gabelotaud, élue du 18e chargée des commerces, M. Gonzalez a précisé que les demandes de renouvellement de terrasses seront effectives tous les 3 mois pour toute l’année 2016, avec possibilité d’émettre un avis défavorable à tout renouvellement pour non respect avéré de la charte. Devant les difficultés rencontrées, notamment pendant l'été 2015, la mairie du 18e a ainsi choisi de disposer d'un levier pour agir en cas de besoin. Il restera cependant à améliorer les actions de vérification du bon respect de la charte par la mairie,  par la mise en place d'un dispositif plus adapté en moyens humains. La brigade "verte" que prévoit de créer prochainement la mairie pourrait ainsi inclure cette tâche dans son périmètre.

    Quoi qu'il en soit, nous espérons que cette évolution de la charte permettra un respect pérenne des engagements qui y sont inscrits, condition nécessaire pour permettre de concilier l'activité des bars avec la tranquillité des riverains. Cela est d'autant plus vrai que les démarches menées depuis 2014 ont permis d'améliorer la cohabitation dans le quartier.

    Notre association participe actuellement au conseil de la nuit à l'Hôtel de Ville (voir sur ce sujet, notre dernier article du 28 octobre 2015) pour préparer une charte parisienne inspirée de celle du 18e.

     

  • Retour sur le conseil de quartier Montmartre

    Pour un conseil de quartier (CQ) intitulé "Qu'est-ce qui bouge à Montmartre ?", peu de monde, un peu moins de 30 personnes. Rappelons que ce CQ devait initialement se tenir en novembre 2015 et qu'il fut reporté en raison des attentats.

    A l'ordre du jour, une présentation de la zone touristique internationale (ZTI) créée dans le secteur Montmartre, la problématique des autocars de tourisme (un thème qui nous est cher !) et le Budget participatif : bilan 2015, et perspectives.

    paris,paris 18e,montmartre,conseil de quartier,démocratie locale,autocars-tourisme,tourisme

    Lire la suite

  • Connaissez-vous la Binouze ?

    C'est à consommer avec modération ! Disons le dès maintenant pour ne pas oublier de le préciser en fin d'article comme la loi le préconise...

    Une balade dans le quartier à la nuit tombée nous a conduit en haut de la rue de Rochechouart où brille une nouvelle enseigne en néon. 

    paris,9e,la-binouze,cave-à-bières,rue-de-rochechouart,commerce

    Il s'agit d'une cave à bières. Ces établissements ont le vent en poupe depuis quelques années en France, et partout en Europe, semble-t-il, un mouvement qui nous vient des États-Unis et né il y a une dizaine d'années. La bière, il est vrai, est une boisson facile à réaliser. Il faut du malt, du houblon, de l'eau et de la levure. Quand on sait que la boisson finale contient environ 90% d'eau.... cela associé à l'engouement pour cette boisson simple et sans chichi, on comprend pourquoi l'offre s'est diversifiée et les microbrasseries se sont mises à fleurir. 

    Bien sûr, il y a bière et bière, même si le processus de fermentation est simple, toutes ne sont pas aussi réussies. De plus, il y une infinité de goût différents, des plus légères aux plus fortes en degré, en passant par les amères ou les douces, les blanches ou les brunes. Ici, dans la cave La Binouze plus de 400 références sont présentes. Y compris celles de la Brasserie de la Goutte d'Or ! 

    12219494_490260941147056_5113962799961030935_n.jpg?oh=eeb7174425770edb6931dded60721c1a&oe=56D6265F

    La boutique est ouverte 7 jours sur 7 ce qui fait dire à Benjamin qui nous a reçu, qu'il n'est pas toujours là. Parfois vous pourrez rencontrer un autre vendeur. Nous recommandons aux amateurs de bières de suivre la page FaceBook de La Binouze pour ne pas rater les nouveautés qui entrent régulièrement dans la catalogue de la cave. C'est toujours un événement ! Et vous trouverez à coup sûr celle que vous cherchez, des Belges les meilleur marché aux Écossaises les plus chères (fourchette de prix de 2,20€ à 25€). L'immense majorité des bières est en bouteille, mais la tendance canette alu commence à faire son trou.

    Maintenant à vous d'aller vous rendre compte par vous-même. 

    paris,9e,la-binouze,cave-à-bières,rue-de-rochechouart,commerce

     

  • Retour sur le conseil d'arrondissement du 10e : marchés illégaux

    Nous évoquons ici le vœu présenté en pré-conseil par le Conseil de Quartier Louis Blanc - Aqueduc sur les marchés illégaux sous la ligne 2 du métro (voir ci-dessous l'intégralité du vœu) au dernier conseil d'arrondissement du 10e.

    Sujet qui touche également d'autres quartiers du nord-est parisien comme Barbès. On sait que ces marchés de la misère se déplacent au gré des actions de police. C'est ainsi de Belleville à Barbès pour ce qui est de la ligne 2.

    oOo

     

    Marché illégal sous la ligne de métro n°2

    Avec l’aggravation de la crise, les marchés illégaux proposant des objets, généralement issus de la récupération, se sont développés, en particulier dans l’Est parisien. Ces marchés se traduisent par un envahissement de l’espace public (trottoirs, pistes cyclables…) par des vendeurs et un grand nombre d’acheteurs, hors de tout dispositif légal.

    Le quartier de la Chapelle est confronté à l’un de ces marchés sauvages depuis maintenant plus d’un an qui s’implante, suite aux actions menées, chaque mercredi et samedi, le long de la ligne de métro 2, entre les stations La Chapelle et Stalingrad.

    Si nous ne pouvons nier le dénuement des populations très précarisées qu’attirent ce marché, nous ne pouvons pas non plus, sous prétexte d’humanisme, fermer les yeux sur les problèmes de plus en plus importants que ce phénomène  génère pour le quartier:

    - monceaux de déchets, plastiques, vêtements, qui affectent, par leur quantité, la salubrité de l’espace public, face à des services de propreté dépassés et dans l’incapacité de nettoyer les lieux efficacement et dans les temps ;

    - heurts voire agressions par les « services d’ordre » mafieux qui profitent des démunis pour écouler des marchandises arrivant par véhicules utilitaires entiers, de manière organisée et aux antipodes d’un commerce « de survie » par des individus dans la détresse ;

    - occupation des terre-pleins, des trottoirs, des pistes cyclables et débordement sur la chaussée de l’un des grands boulevards parisiens, au risque d’accidents.

     

    De telles situations ne peuvent perdurer.

    Dans un quartier où se cumulent un ensemble de difficultés, les habitants demandent que, sans attendre davantage, des mesures soient prises pour :

    - empêcher l’installation régulière de ces marchés illégaux ;

    - développer de véritables filières de recyclage, via les associations, afin de subvenir aux besoins des populations les plus démunies ;

    - combattre et éliminer les réseaux qui imposent leur loi sur ces marchés et profitent de la misère des plus vulnérables.

     

    oOo

     

    Les interventions des élus de la majorité furent à l'unisson :  

    "Le territoire du sous viaduc est géré par le 18e. Tant en matière de propreté que de sécurité. Je connais bien la situation. Il y a des gens très pauvres mais aussi des organisateurs de ce marché. Je réinterpellerai le Procureur de la République et le Préfet à ce sujet" a précisé le maire du 10e.

    Didier Le Reste (élu Front de Gauche) a souligné les difficultés rencontrées également par les agents du bureau de poste situé côté 18e et approuvé, au nom de son groupe, la démarche du maire.

    La problématique sociale a aussi fait partie du débat. On a parlé d'une ressourcerie notamment. Mais Rémi Féraud ne croit  pas à la pertinence d'un "Carré de biffins".

    -o-

    A Barbès, nous connaissons bien le problème. Il n'est pas toujours facile de jongler d'un arrondissement à l'autre. Donc, le nettoyage doit être fait par des équipes du 18e et, côté police, il faut une coordination entre les deux arrondissements. Quant à un marché de biffins, nous l'avions proposé voici plusieurs années à Daniel Vaillant alors maire du 18e. Il faisait à cette époque la même réponse que Rémi Féraud. Nous savons que c'est un problème complexe. Il suffit de connaitre la situation autour du Carré des biffins de la Porte Montmartre pour le comprendre.

    Voir la réponse du Médiateur de la Ville de Paris aux riverains des Puces de Saint-Ouen au sujet des ventes à la sauvette. Elle est éloquente.

    Pour terminer sur une note plus positive, la conférence de programmation des équipements — réunion cadre de la Mairie de Paris avec les maires d'arrondissement, la maire de Paris et l'adjoint aux finances — a confirmé l'inscription budgétaire pour la promenade urbaine entre Barbès et Stalingrad (et on l'espère au-delà) pour un montant de 8 millions d'Euros.