Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AirBnB, gros business, petits impôts.... la Ville pas contente !

Nous vous recommandons un article paru dans Le Parisien ces jours-ci, au cas où vous l'auriez manqué.

C'est là ! dans le Parisien du 11 août. 

Il nous concerne quasiment tous, car qui n'a pas croisé, un jour ou l'autre, sous le porche de son immeuble ou dans un couloir devant la batterie des boites aux lettres, un couple un peu hagard cherchant à comprendre quelle était la bonne porte, voire même le bon étage. Cette description est celle des touristes qui louent pour le week end — ou plus — un petit studio sympathique, bien placé, chambre au calme (pour la suite voir le site de AirBnB)... mais bien sûr, contrairement à l'hôtel de l'Europe ou Central, ledit studio ne dispose pas d'une enseigne qui le rend bien visible et plus facile à trouver. 

Ce sont rien moins que 300 plates-formes en ligne qui proposent la location d'hébergements pour touristes, et dans ce nombre, AirBnB se taille la part du lion, puisqu'à elle seule elle totaliserait 60 000 annonces, rien qu'à Paris. On peut comprendre l'énervement de l'adjoint parisien au logement qui depuis 2014 bataille pour créer de nouveaux logements sociaux, parfois de haute lutte contre des riverains peu enclins à les accepter dans leur environnement protégé (voir les manoeuvres de M Goasguen dans son 16e), quand il constate la mise à l'écart de milliers de logements qui non seulement sortent du parc des logements loués à l'année, via un bail locatif classique, mais aussi renchérissent le niveau des loyers parisiens. En effet, il est devenu plus rentable de louer à la semaine ou au week end, à des touristes qui sont heureux de trouver à se loger moins cher qu'à l'hôtel. Moins de services, bien sûr, mais on se débrouille. 

Certaines activités hôtelières ainsi cachées ont fait l'objet de redressements assez cuisants ! Pas de panique non plus, si vous louez de façon temporaire votre appartement à des touristes, vous ne tomberez pas sous le coup de la loi immédiatement : on vous laisse 120 jours pour le faire.  

Nous serons attentifs dès l'automne et observerons les résultats de cette nouvelle politique, que nous attendons depuis plusieurs années.

 

 

Commentaires

  • On est tous d'accord, Airbnb doit payer plus d'impôt.

    Reste, que j'avoue ne pas tellement comprendre l'utilité de ce billet, à part faire la promotion d'un élu qui a déjà tous les pouvoirs. Pas uniquement parce que nous sommes plusieurs à ne pas être d'accord avec vous : nous préférons l'accession sociale à la propriété aux seuls logements sociaux. Cela coûte en effet moins cher à la collectivité (et puis, cela n'alourdit pas la fameuse dette que nous allons laisser à nos enfants), tout en restant extrêmement social. Mais peut-être que cela ne correspond pas à la lutte des classes défendue becs et ongles par des élus qui aimeraient que les citoyens se déchirent entre eux plutôt qu'ils soient libre et bâtisseurs ?

    Par ailleurs, la raison d'être d'une association de quartiers comme Action Barbes n'est-elle pas de se battre pour des projets que ne soutient pas encore la mairie et que souhaitent de tout coeur les habitant(e)s comme ce grand parc du nord de Paris qui nous ferait tellement de bien ?
    http://www.liberation.fr/debats/2017/02/13/pour-un-nouveau-grand-parc-urbain-dans-le-nord-de-paris_1547601

    Nous attendons par ailleurs de la mairie de Paris qu'elle écoute (pour de bon) ses habitants et qu'elle stoppe la densification de Paris. Pas uniquement les voies sur berge ou rue de Rivoli, mais aussi dans notre 18ieme, déjà très dense. Installer un grand parc pourrait permettre de lutter contre la pollution, tout en encourageant la production locale et peut-être la création de nouveaux métiers (apiculteurs urbains...) sur ces 5 hectares près de la rue Ordener.

    Vive ce grand parc du nord de Paris !

  • Je suis tout à fait d'accord avec le commentaire ci-dessus. Avant tout à propos de la question sur la question de l'accession sociale à la propriété.

  • Action Barbès a été créée en 2001 avec des statuts précis et ce sont ses adhérents en AG qui votent pour les projets et actions de l'association. Une vie normale d'association en fait. Ensuite, les commentaires sur notre blog sont libres. Aux citoyens qui souhaitent faire avancer d'autres projets de se constituer en association avec des statuts en fonction de leurs aspirations.
    Elisabeth Carteron Pdte d'Action Barbès

  • Il ne faut pas oublier d'annoncer la prochaine AG, autant qu'adhérente, j'aimerais bien participer. Bien à vous.

  • Nous annonçons toujours notre AG bien à l'avance bien sûr. La date n'est pas encore arrêtée mais elle aura probablement lieu première quinzaine de novembre.

  • Merci Elisabeth pour votre réponse. Et merci de laisser les commentaires libres. Bravo par ailleurs pour la qualité de ce blog et pour votre action. Mais cela veut dire que vous ne décidez qu'une fois par an, les combats à mener ? Que si, par exemple, un de vos membres rédacteurs adore un projet comme l'idée, enthousiasmante mais née en février dernier, de ce grand parc rue Ordener (cf lien ci dessous), il ne peut pas le dire publiquement si cela n'a pas été voté en AG ?

    http://www.liberation.fr/debats/2017/02/13/pour-un-nouveau-grand-parc-urbain-dans-le-nord-de-paris_1547601

  • @Soyonspragmatique
    Deux mots sur le fonctionnement d'une association. Une AG annuelle. Une élection d'un conseil d'administration qui élit ensuite le bureau. Le CA se réunit plusieurs fois par an pour décider des actions , se partager les dossiers . Le bureau gère au quotidien et participe avec les membres du CA aux nombreuses réunions en mairie et ailleurs.
    Le blog est administré par le bureau et les adhérents peuvent proposer des articles. Il y a donc des règles à respecter et surtout du travail à faire! Il faut donc s'investir un peu voire beaucoup.

Écrire un commentaire

Optionnel