Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Élections municipales

  • Municipales 2020, le retour de la politique politicienne dans les arrondissements !

    Dans la perspective des élections municipales de 2020, qui se dérouleront dans pratiquement un an (les dates précises ne sont pas encore connues), nous vous proposons un état des lieux de la pré-campagne qui a déjà commencé. Il ne s'agit pas de se prononcer sur telle ou telle candidature, nous nous en garderons bien, ni de faire des prédictions improbables, mais plutôt de voir comment s'amorce cette campagne et qui sont les candidats en lice, parmi lesquels figure peut-être la ou le futur maire de Paris. Après un premier article sur la course à l'hôtel de ville, aujourd'hui nous abordons la situation des 9e, 10e et 18e arrondissements.

     

    paris,elections municipales,2020,hotel de ville,9e,10e,18e 

    Dans le 9e

    Cet arrondissement est le seul à Paris à avoir changé de majorité en 2014, passant d'une gauche « modérée » à une droite « modérée », Delphine Bürkli (LR) l'emportant alors avec une très courte majorité. Cette majorité homogène UMP-UDI en 2014 a plus ou moins éclaté. L'UDI est passé avec armes et bagages à LREM, comme l'a montré l'élection à l'Assemblée nationale de Sylvain Maillard, conseiller d'arrondissement et ex-adjoint à la maire du 9e, mettant fin aux longues années de domination des ex RPR/UMP et aussi le positionnement actuel du premier adjoint à la maire du 9e, Alexis Govciyan, élu lui aussi sous l'étiquette UDI. Au sein des élus LR, des tendances pas toujours compatibles entre elles se font jour avec des « sarkozistes », des « fillonistes », des « juppéistes », des « lemairistes ».... certes, la diversité peut être une force, mais le clivage ne se fera t-il pas en fonction de la compatibilité de ces tendances avec LREM ? A cet égard, AGIR, le parti de Franck Riester, semble tenir la corde.

    La gauche, vraisemblablement emmenée par Pauline Véron, peut-elle espérer reconquérir cet arrondissement ? Dans le contexte actuel, disons que cela semble fort peu probable.

    municipales,elections,9e,10e,18e

     

    Dans le 10e

    S'il est le candidat de LREM, c'est probablement dans cet arrondissement que l'actuel porte parole du gouvernement, Benjamin Grivaux, le sera - n'oublions pas qu'il y a été élu député en 2017. Il pourra alors compter sur le soutien d'ex-LR passés à LREM comme la conseillère de Paris Deborah Pawlik ou bien Laurent Schouteten.

    À gauche, le départ pour le Sénat de l'ancien maire élu en 2014, Remi Féraud, remplacé par Alexandra Cordebard, peut être perçu par certain comme un trompe l'oeil, tant l'ancien maire du 10e reste présent dans cet arrondissement, comme au sein du Conseil de Paris où il est toujours président du groupe socialiste. Se pose la question de savoir s'il y aura d'autres défections au sein des socialistes pour rejoindre LREM comme cela a été le cas pour Elise Fajgeles en 2017 ? La même question se pose du côté de la droite. La réponse ne devrait pas tarder.

    municipales,elections,9e,10e,18e

     

    Dans le 18e

    Cet arrondissement va être l'un de ceux à Paris les plus intéressants à observer au cours de ces élections municipales 2020, tant la situation y est complexe.

    Pour être un peu direct, on ne peut pas dire que l'élection d'Eric Lejoindre (PS) en 2014 a été des plus convaincantes. Certes, l'arrondissement est très difficile, mais les problèmes demeurent, que ce soit à la Goutte d'Or, à Barbès ou à Château Rouge, sans parler de La Chapelle et de la Porte de la Chapelle, et on ne voit guère le bout du tunnel. Et cela même si tous ces problèmes ne sont pas imputables à la mairie, la préfecture ayant aussi sa part de responsabilité.

    Dans cet arrondissement les personnalités politiques y sont nombreuses et devraient jouer un rôle important, devant la scène ou dans les coulisses. Mentionnons la présence du communiste Ian Brossat, actuel adjoint à la maire de Paris chargé du logement, mais aussi tête de liste aux prochaines élections européennes et donc peut-être un peu éloigné en 2020 ; du député Pierre-Yves Bournazel (AGIR), dont il ne faut pas oublier qu'aux législatives de 2017 il a battu Myriam El Khomry, encore aujourd'hui conseillère de Paris ; de Danièle Obono, la députée FI qui a créé la surprise avec son élection en 2017 dans la 17e circonscription de Paris, ou celle de l'encore influent Daniel Vaillant, ex-ministre de l'Intérieur.

    Du côté de LREM, il est difficile d'estimer son poids, les législatives de 2017 n'ont pas été ici un raz-de-marée pour le parti présidentiel comme d'autres arrondissements en ont connu, et le parti souffre de ne pas avoir ici de personnalité de premier plan. Pour autant, c'est un parti qui pèsera sûrement dans la bataille du 18e. Et même s'il n'a pas lui non plus de "figures d'envergure", EELV est bien implanté localement et devrait compter.

    Et pour corser le tout, il se murmure que des personnalités extérieures à l'arrondissement seraient intéressées à briguer le mandat de maire du 18e, l'avenir nous le dira.

    Dans le contexte actuel, la question du basculement de l'arrondissement à droite n'est pas irréaliste, avec une victoire de la droite « modérée », n'oublions pas les années Chirac-Juppé. Mais ici, encore plus qu'ailleurs, le jeu est encore tellement incertain qu'il serait vain de tenter un pronostic sur l'issu du scrutin municipal de 2020.

    municipales,elections,9e,10e,18e

     

  • Municipales 2020, le retour de la politique politicienne à Paris !

    Dans la perspective des élections municipales de 2020, qui se dérouleront dans pratiquement un an (les dates précises ne sont pas encore connues), nous vous proposons un état des lieux de la pré-campagne qui a déjà commencé. Il ne s'agit pas de se prononcer sur telle ou telle candidature, nous nous en garderons bien, ni de faire des prédictions improbables, mais plutôt de voir comment s'amorce cette campagne et qui sont les candidats en lice, parmi lesquels figure peut-être la ou le futur maire de Paris. Nous traiterons aujourd'hui de la course à l'hôtel de ville et dans un prochain article de la situation dans les arrondissements qui nous concernent directement, les 9e, 10e et 18e arrondissements.

    paris,elections municipales,2020,hotel de ville,9e,10e,18e

    La bataille de Paris

    Certes, il y a d'abord les élections européennes du 26 mai prochain qui nous diront quel est le rapport de forces entre les différentes tendances politiques, bien que la particularité de ce scrutin n'en donnera pas une image très précise, disons que nous verrons les grandes tendances. Dans cette attente, la pré-campagne 2020 pour la mairie de Paris se met en place. La presse se fait l'écho des sondages* sur les chances respectives des candidats à la candidature côté La République en Marche (LREM) à être d'abord candidat puis tenter ensuite d'être élu, des sondages qui font grincer des dents dans ce même partiDes élus Les Républicains (LR) déclarent leur soutien à une candidature de Pierre Yves Bournazel, actuel député des 9e et 18e, sous l'étiquette LR/AGIR. Les écologistes ont déjà plus ou moins préempté leur candidats avec Julien Bayou, actuel Conseiller régional IdF, avec Antoinette Guhl, adjointe à la maire de Paris (économie sociale et solidaire) et David Belliard, co-président du groupe EELV au Conseil de Paris.

    paris,elections municipales,2020,hotel de ville,9e,10e,18e

    L'hôtel de ville de Paris en 1859, détail (photographie Gustave le Gray)

    Bref, doucement mais sûrement, personne n'ayant envie de rater le coche, les choses se mettent en place. Mais quelle est la situation de départ, c'est à dire où en sommes nous aujourd'hui d'un point de vue politique après cinq ans de mandature Anne Hidalgo ?

    Comme on le dirait dans la sphère LREM, le Conseil de Paris fonctionne en apparence encore comme dans « l'ancien monde » : une nette majorité pour la coalition socialistes-écologistes-communistes (91 conseillers au total, majorité à 82 voix) et une opposition regroupée autour d'un pôle LR (55 conseillers élus sous l'étiquette UMP en 2014) et UDI-MODEM (16 conseillers), donc un clivage classique gauche/droite. En termes de voix, rappelons pour mémoire que la candidate de la gauche Anne Hidalgo avait recueilli 55% des votes contre 45% à la droite.

    Voilà pour les apparences qui sont aujourd'hui trompeuses car l'irruption de LREM dans le paysage politique et la progression de la France Insoumise ont fait exploser les choses à Paris comme un peu partout en France. Nous n'évoquons pas le Rassemblement National (ex FN) qui n'a jamais réussi à véritablement percer à Paris, la Capitale faisant exception à une très grande partie de la France.

    À gauche, les relations se sont tendues, tant au sein de la coalition qu'au sein des partis politiques. Au Parti Socialiste (PS), ou "de ce qu'il en reste" diront les taquins, on peut observer trois tendances. D'abord celle d'Anne Hidalgo qui ne se présente plus guère comme « socialiste » et préfère l'étiquette « de gauche ». Ses relations avec le président de la République et donc avec LREM restent floues. Certains ex-socialistes ont franchi le pas et ont rejoint LREM comme Julien Bargeton, ex-adjoint aux finances ou vont sans doute le faire prochainement comme l'ancien premier adjoint Bruno Julliard. Une troisième tendance semble apparaitre avec les soutiens de Benoit Hamon, favorables à une gauche plus radicale. Il est vrai, sans vouloir être trop désagréable, que, stratégiquement, se présenter aujourd'hui sous l'étiquette PS présente un certain risque pour les candidats.

    Si les communistes semblent s'orienter vers le maintien de leur accord avec les socialistes, les écologistes pourraient bien choisir une relative indépendance à l'instar de ce qu'ils font pour les élections européennes, positionnement dangereux pour les socialistes qui rappelons le n'ont la majorité au sein de l'actuel Conseil de Paris qu'avec les voix écolos. Mentionnons la très probable candidature de Danielle Simonet pour la France Insoumise (LFI), un parti qui a progressé significativement à Paris lors des derniers scrutins nationaux.

    On a donc aujourd'hui une gauche parisienne assez éclatée. Et pour être complet, il faut garder en mémoire que les élections législatives de 2017 ont été très défavorables à la gauche de la majorité municipale à Paris puisque nombre de députés socialistes sortants comme Seybah Dagoma, ou encore Jean-Christophe Cambadelis et Patrick Bloch ont été battus par des candidats LREM ou proche alors presqu'inconnus.

    paris,elections municipales,2020,hotel de ville,9e,10e,18e

    L'ancien Hôtel de ville de Paris

    Qu'en est-il à droite ? Les choses ne vont guère mieux. Le pacte de l'opposition municipale LR/UDI-MODEM a clairement volé en éclats lui aussi avec le ralliement de l'UDI-MODEM à LREM et la scission au sein de LR entre la branche « conservatrice », soutien de Laurent Wauquiez, et la branche « progressiste », emmenée à Paris par Pierre-Yves Bournazel. De ce côte aussi les candidats à la candidature ne manquent pas non plus. Citons de mémoire Florence Berthoud, Jean-Pierre Lecoq, Rachida Dati, respectivement maires des 5e, 6e et 7e arrondissements côté LR, et du député Pierre-Yves Bournazel pour LR/AGIR.

    Voilà pour le tableau général que nous ne prétendons pas être exhaustif. Car il faudra sans doute compter aussi avec des candidatures de personnalités hors parti, ou des listes citoyennes comme on avait commencé à en voir émerger lors des dernières municipales. Des candidatures qui, même si leurs chances d'emporter le scrutin sont très hypothétiques, peuvent venir brouiller le jeu électoral, quelques pour-cents peuvent faire basculer une élection d'arrondissement et changer la donne pour l'élection de la ou du futur maire de Paris. Mais nous ne sommes pas encore aux élections, beaucoup de choses peuvent changer d'ici là.

     

    * : À propos des sondages électoraux, nous tenons à préciser qu'il faut toujours être très prudent à leur lecture quand il s'agit d'une élection comme celle de la mairie de Paris, ces sondages étant réalisés sur l'ensemble de la capitale ou au mieux sur quelques arrondissements-test. En effet, il faut rappeler que l'élection du maire de Paris se fait par les conseillers de Paris élus dans chaque arrondissement au scrutin de liste majoritaire. C'est donc pas moins de dix-sept scrutins (c'était vingt avant la fusion des quatre premiers arrondissements) qu'il faut observer pour connaitre l'issue de la bataille pour la mairie de Paris. Il faut rappeler aussi, que si le contexte national influe sur les résultats des élections locales, les élections municipales montrent toujours des exceptions à cette règle, des personnalités localement bien implantées pouvant se jouer d'un contexte national défavorable et l'emporter.

  • Le jour des conseils d'arrondissement

    Les conseils d'arrondissement des 9, 10 et 18e se tiennent tous ce soir. Difficile donc pour Action Barbès d'être toujours présente dans les 3 mairies.

    Cliquez sur l'arrondissement qui vous intéresse pour prendre connaissance des délibérations:

     9e    : point propreté et sécurité avant les délibérations; à noter, un vœu de la maire du 9e relatif à la mise en place d'une labellisation des salons de massage pour lutter contre la prostitution dissimulée.

    10e : rappelons que le conseil commence à 18h30 avec les questions des associations et conseils de quartier qui ne sont malheureusement pas toujours disponibles sur le site de la mairie, ce qui serait pourtant intéressant. Programme plutôt léger pour cette rentrée de vacances d'hiver.

    18e : les questions et vœux des différents groupes politiques sont également en ligne à la suite des délibérations.

     

    A l'ordre du jour également,  le nouveau Contrat de Prévention et de Sécurité et, dans le cadre de la Politique de la Ville,  le contrat de Ville 2015-2020 qui verra la création des conseils citoyens. Délibérations présentées ensuite  au conseil de Paris les 16 et 17 mars.

     

  • Yamina Benguigui, une élue de Paris et du 10e, entre les mains de la Justice

    La nouvelle est donc tombée ce lundi 8 décembre : le parquet de Paris a décidé de citer à comparaître, devant le tribunal correctionnel, Yamina Benguigui, élue dans le 10e et au Conseil de Paris, et anciennement ministre déléguée dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault (voir l'article du Monde du 8 décembre 2014). La date du procès ne semble pas encore être connue.

    Dans ce contexte, alors que les débuts de l'affaire "Benguigui" ont été révélés avant les élections municipales, nous pouvons vivement regretter que Yamina Benguigui persiste, depuis plus de 8 mois déjà, à conserver son siège au Conseil de Paris et au Conseil d'Arrondissement du 10e, suite à son élection sur la liste conduite par Rémi Féraud, réélu maire du 10e en mars dernier.

    10e,municipales-2014,yamina-benguigui,rémi-féraud,anne-hidalgo,conseil-de-paris

    Lire la suite

  • Les nouvelles attributions de nos élus !

    Voici certainement le dernier article de notre série consacrée aux élections municipales 2014. Par la force des choses... puisqu'hier, dimanche 13 avril, s'est déroulée la dernière étape, suite aux élections du 23 et 30 mars dernier : ainsi le premier conseil d'arrondissement de la mandature 2014-2020 s'est-il tenu dans chacun des 20 arrondissements de Paris!

    paris,9e,10e,18e,politique,municipales-2014,delphine-bürkli,rémi-féraud,éric-lejoindreLors de ce conseil d'arrondissement, les élus y siégeant ont voté pour choisir leur maire d'arrondissement.

    Au regard des majorités municipales dans les 9e, 10e et 18e, c'est donc sans surprise que Delphine Bürkli (succédant à Jacques Bravo), Rémi Féraud (pour un 2e mandat) et Eric Lejoindre (succédant à Daniel Vaillant) ont été officiellement investis Maires de leurs arrondissements respectifs. 

    Puis, sur proposition du nouveau Maire d'arrondissement, le vote pour ses Adjoints s'est également déroulé. Dans le 9e, 10e et 18e arrondissements, ce sont respectivement 5, 8 et 17 adjoints qui ont été élus.

    Auxquels s'ajoutent les conseillers délégués, au nombre de 4 dans le 9e, et 8 dans chacun des 10e et 18e arrondissements.

    Et, fait spécifique au 18e arrondissement (comparé aux 9e et 10e), 7 Conseillers de Paris, qui ne sont ni Adjoints au Maire du 18e ni conseillers délégués, s'y voient cependant attribuer le suivi d'un domaine d'activité, voire un quartier.

    (Crédits Photos, de haut en bas: Adeline Guillemain, Frédéric Rémongin, dixhuitinfo.com)

    Examinons ces délégations et ces attributions dans le détail...

    Lire la suite

  • Le nouveau Conseil de Paris est arrivé !


    paris,municipales2014,conseil de paris

    Point final pour les municipales 2014 en ce samedi 5 avril avec la première réunion du Conseil de Paris et l’élection du maire, ou plutôt de la maire, Anne Hidalgo. A cet égard, réjouissons-nous qu’une ville de l’importance de Paris ait comme maire une femme. La parité homme/femme progresse, sans doute pas assez vite, mais elle progresse. Il faut d'ailleurs relever que dans sa nouvelle composition, le Conseil de Paris comporte plus de femmes que d'hommes.


    Cette première réunion du Conseil de Paris pour la mandature 2014-2020 nous permet de revenir une dernière fois sur le résultat des élections et aussi de connaitre les adjoints au maire - doit-on dire adjoints à la maire ? - qui seront d’une façon ou d’une autre les interlocuteurs d’Action Barbès dans le cadre des projets que nous voulons lancer ou que nous soutenons.

    Commençons par un bref rappel de la situation politique à Paris suite aux élections des 23 et 30 mars dernier.

    Le Conseil de Paris compte 163 membres :

    - 91 d’entre eux ont soutenu la candidature d’Anne Hidalgo dans une alliance regroupant le Parti Socialiste (PS) et le Parti Radical de Gauche (PRG)  - 62 élus, le Parti Communiste (PCF) - 13 élus, et les écologistes d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) - 16 élus;

    - 71 d’entre eux ont soutenu la candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) dans une alliance regroupant l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) - 55 élus, l’Union des Démocrates Indépendants (UDI) et le Mouvement Démocrate (MoDem) - 16 élus.

    - 1 élue soutenue par le Front de Gauche (FG)

    Quelques remarques : ....

    Lire la suite

  • Municipales 2014 : résultats du 2ème tour

    Voici les résultats des scrutins d'hier pour les 9e, 10e et 18e arrondissements.

     

    Résultats du 2ème tour des élections municipales de 2014 dans les 9e, 10e et 18e arrondissements de Paris

     

     

     

     

     

    9e

     

    10e

     

    18e

     

    Participation

    61,4 %

    Participation

    53,7 %

    Participation

    52 %

    Delphine Burkli - UMP

    50,4 %

    Rémi Féraud - PS

    66 %

    Eric Lejoindre - PS

    62,4 %

    Pauline Véron - PS

    49,6 %

    Déborah Pawlik UMP

    34 %

    Pierre Yves Bournazel - UMP

    37,6 %

  • Municipales 2014 : dans le 9e

    Suite aux résultats du premier tour, le jeu est extrêmement serré pour le second tour dans le 9e arrondissement de Paris. Nous avons voulu regarder l'évolution des rapports de force par quartiers en comparant des éléments qui certes ne sont pas tout à fait identiques mais qui peuvent donner quelques informations intéressantes.

    La comparaison porte sur les résultats de ce premier tour des élections municipales avec le second tour de l'élection présidentielle de 2012 afin de regarder le rapport gauche/droite. Précisons que nous appelons droite le total des voix de l'UMP-MoDem-UDI, dissidents ou pas et hors FN, et gauche le total des voix du PS-EELV-FG-LO.

    Quelques éléments pour alimenter l'analyse tirés du tableau ci-dessous :

    - quelque soit la taux de participation, la gauche perd des voix et ce de façon homogène (moins 3 points en moyenne dans tous les quartiers). Elle reste largement majoritaire dans la quartier Rochechouart traditionnellement à gauche et dans le quartier Faubourg Montmartre qui représentent à eux seuls 56% des inscrits de l'arrondissement. C'est donc probablement dans ces deux quartiers que la gauche a des réserves.

    - quelque soit le taux de participation, la droite, contrairement à ce que pourrait laisser penser le résultat global dans l'arrondissement, perd elle aussi des points (entre 2 et 3 avec une perte de 5 points dans le quartier de la Chaussée d'Antin). Elle reste largement majoritaire dans le quartier de la Chaussée d'Antin traditionnellement à droite et talonne la gauche dans le quartier Saint Georges mais ces deux quartiers ne représentent que 44% des inscrits.

    - le grand gagnant du scrutin, même si son score reste modeste est le FN. Avec 4-5% et même un pic à 8% à la Chaussée d'Antin, ses électeurs vont probablement être les arbitres de la consultation. Rappelons que la candidate FN n'avait fait que 2,7% des voix au premier tour aux municipales de 2001 et en 2008 mais que Marine Le Pen avait fait 4,9% des voix au premier tour de la présidentielle 2012.

     

     

    2012

     

    2014

     

    St Georges

     

     

     

     

    Inscrits

    13380

     

    13509

     

    Exprimés

    10971

    82 %

    7974

    59 %

    Gauche

    5676

    52 %

    3874

    49 %

    Droite

    5295

    48 %

    3742

    47 %

    Autres

     

     

    358

    4 %

     

     

     

     

     

    Chaussée d’Antin

     

     

     

     

    Inscrits

    2240

     

    2236

     

    Exprimés

    1826

    82 %

    1209

    54 %

    Gauche

    736

    40 %

    448

    37 %

    Droite

    1090

    60 %

    661

    55 %

    Autres

     

     

    100

    8 %

     

     

     

     

     

    Rochechouart

     

     

     

     

    Inscrits

    13730

     

    13558

     

    Exprimés

    11094

    81 %

    7866

    58 %

    Gauche

    6472

    58 %

    4364

    55 %

    Droite

    4622

    42 %

    3098

    39 %

    Autres

     

     

    404

    5 %

     

     

     

     

     

    Fbg Montmartre

     

     

     

     

    Inscrits

    6489

     

    6551

     

    Exprimés

    5235

    81 %

    3702

    57 %

    Gauche

    2898

    55 %

    1994

    54 %

    Droite

    2337

    45 %

    1560

    42 %

    Autres

     

     

    148

    4 %

     

     

     

     

     

    Total

     

     

     

     

    Inscrits

    35839

     

    35854

     

    Exprimés

    29126

    81 %

    20751

    58 %

    Gauche

    15782

    54 %

    10680

    51 %

    Droite

    13344

    46 %

    9061

    44 %

    Autres

     

     

    1010

    5 %

  • Municipales 2014 : et le 2e tour ?

    paris,municipales2014Nous verrons mercredi matin quelle est la composition des listes de deuxième tour, c’est-à-dire les alliances qui seront passées entre les candidats dans les 9e, 10e et 18e arrondissements.

    La situation est assez claire dans les 10e et 18e où l’alliance annoncée depuis longtemps entre socialistes et écologistes devrait permettre une élection confortable pour Rémi Féraud (10e) et Eric Lejoindre (18e). Bien qu’améliorant nettement leurs scores de 2008, les écologistes ne sont néanmoins pas en situation, dans ces deux arrondissements, d’être faiseurs de rois. Auront-ils néanmoins des places dans la liste commune PS/EELV pour siéger au conseil de Paris ? Très probable dans le 18e et assez envisageable dans le 10e.

    Toujours dans les 10e et 18e, même si les listes dissidentes, qui malgré leur faible score ont fait du tort à la droite, rejoignent les candidats UMP Déborah Pawlik (10e) et Pierre Yves Bournazel (18e), ce qui n’est pas assuré, la victoire n’est plus à portée de mains de ces deux candidats. Remarquons une certaine ingratitude des électeurs puisque les deux candidats UMP dissidents, dans le 10e Serge Federbusch, et dans le 18e Roxane Decorte, pourtant extrêmement présents sur le terrain entre 2008 et 2014, ont été lourdement sanctionnés. Avec 26,3% des voix, la droite républicaine se tasse légèrement (28,5% en 2008) dans le 10e et améliore son score de 5 points dans le 18e (30,5% en 2014 contre 24,9 en 2008).

    Le cas du 9e mérite un traitement spécial. ...

    Lire la suite

  • Municipales 2014 : les résultats du 1er tour

    Voici les résultats du premier tour de scrutin de l'élection municipale pour les 9e, 10e et 18e arrondissements de Paris.

     

    9e

     

    10e

     

    18e

     

    Participation

    57,9 %

    Participation

    53,5 %

    Participation

    51,2 %

    Delphine Burkli UMP

    39.4%

    Antoine Bevort PP

    3,3 %

    Danièle Atala PG

    7,2 %

    Sandra Fellous PL

    4,2 %

    Gaspard Delanoë PFT

    0,9 %

    Pierre Yves Bournazel UMP

    25,2 %

    Charline Joliveau LO

    0,6 %

    Guillaume Etievant PG

    6,4 %

    Roxane Decorte

    3,6 %

    Benoit Schneckenburger PG

    3,7 %

    Serge Federbusch PL

    4,8 %

    Danièle Hanryon LO

    1,2 %

    Jonathan Sorel EELV

    8 %

    Rémi Féraud PS

    44,4 %

    Pascal Julien EELV

    12,7 %

    Annie Thierry FN

    4,9 %

    Luc Le Garsmeur FN

    5,4 %

    Eric Lejoindre PS

    39,9 %

    Pauline Véron PS

    39,2 %

    Déborah Pawlik UMP

    21,5 %

    Philippe Martel FN

    6,8 %

     

     

    Anne Souyris EELV

    11,5 %

    David Pierre-Bloch

    1,7 %

     

     

    Didier Tanguy LO

    0,6 %

    Claude Sauton

    1,9 %

     Quelques commentaires à chaud.

    Général :

    - Taux de participation assez moyen

    - Nette poussée du Front National - de 2,75% en 2008 à 4,9% dans le 9e, de 2,95% à 5,4% dans le 10e et de 3,5% à 6,6% dans le 18e

    - Assez bonnes performances des écologistes

    Dans le 9e :

    La surprise vient de la liste UMP de Delphine Bürkli qui arrive en tête, certes de très peu, avec 39,4% des suffrages pour seulement 39,2% pour la candidate PS Pauline Véron. La liste UMP a gagné 10 points entre 2008 et 2014 (30,78 à 39,4%) alors que la liste PS en a perdu également 10 (49,2 à 39,2%). Les écologistes avec 8% des voix (6,3% en 2008) font un relativement bon score qui les place en position de force dans les négociations d'entre deux tours. Le centre s'effondre en passant de 8% en 2008 à 4,2 en 2014. Notons enfin que les trois premières listes font à elles seules près de 87% des suffrages.

    Dans le 10e :

    C'est une certaine stabilité qui caractérise les résultats dans le 10e. Certes le candidat PS Remi Féraud, maire sortant, ne retrouve pas son score de 2008 (48,54%) mais ses 44,4% de ce premier tour lui permettent d'envisager une confortable victoire dimanche prochain. D'autant que le score de ses alliés écologistes est assez bon avec 11,5% des suffrages contre 9% en 2008. La droite progresse mais ses divisions ne lui permettent pas un score significatif. Le grand perdant étant sans aucun doute Serge Federbusch qui ne dépasse pas les 5%.

    Dans le 18e :

    Pour une première candidature, Eric Lejoindre PS réalise une assez belle performance (39,9% des voix) même si ce score est loin de celui de Daniel Vaillant en 2008 (49,6%). Lui aussi peut envisager une confortable victoire dimanche prochain avec ses alliés écologistes dont la liste progresse sensiblement pour passer de 10,3% en 2008 à 12,7% pour ce premier tour. Là aussi, la droite souffre de ses divisions  même si le score du candidat UMP Pierre Yves Bournazel est bien supérieur au score de l'UMP en 2008, passant de 18,3% à 25,2%.

  • Municipales 2014, quel affichage ?

    Qui connaît l'article L-51 ?

    Normalement, les juristes et les partis politiques, mais pas toujours les colleurs bénévoles qui se laissent aller à des coups de pinceau-encolleur hasardeux. 

    Voici le texte dudit article :

    "L’article L-51 du code électoral prohibe tout affichage relatif à une élection en dehors des emplacements réservés aux candidats. Les services de la Ville dresseront des constats systématiques des affiches apposées en toute illégalité et se réserveront le droit de procéder à des enlèvements d’office."

    Et voici le résultat sur les murs et équipements municipaux : 

    Lire la suite