Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action Barbès - Page 10

  • La Mairie du 9e célèbre le bicentenaire de Jacques Offenbach

    Ce dimanche 19 mai, la Mairie du 9e célèbre le bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach qui habita le 9e arrondissement de Paris durant une grande partie de sa vie.

    Une journée riche et festive en perspective si l'on en croit le programme qui s'annonce :

    11h: Vernissage de l'exposition en l'honneur de Jacques Offenbach à la Mairie du 9e, en partenariat avec la ville de Cologne, suivie d'un cocktail.

    14h: Le Charivari - Défilé costumé accompagné de la fanfare venue spécialement de Cologne, les Rote Funken, au départ de la place Saint-Georges puis rue Saint-Georges, rue Saint-Lazare, rue Bourdaloue, rue Fléchier, rue des Martyrs, rue Victor-Massé, rue Henri-Monnier, place Gustave-Toudouze, rue Notre-Dame-de-Lorette.

    14h30: Hommage à Offenbach devant le 23 rue des Martyrs:

    Delphine Bürkli, Maire du 9e arrondissement de Paris et Madame le Maire adjointe de Cologne rendront hommage à Jacques Offenbach et apposeront une plaque commémorative au 23 rue des Martyrs.

    A partir de 16h, animations et buffet gratuits sur la Place Saint-Georges

    Dès 16h, le cortège rejoindra la Place où l'attendra une série d'animations offertes par les conseils de quartier Pigalle-Martyrs et Blanche-Trinité.

    16h : Buffet participatif avec la contribution des commerçants du quartier et des habitants.

    16h30 : Démonstration de danse d'époque avec la troupe de danseurs de Carnets de bals qui remettent valse, polka, mazurka au goût du jour, tout autour de la place.

    Dans l’hôtel Dosne-Thiers :

    De 16h à 18h pour les enfants : photographie professionnelle en costume d'époque. Dans le grand salon vert, un studio photo éphémère sera installé pour un beau portrait dans l'esprit XIXe siècle.

    De 16h à 18h - Découverte des métiers d'art et du costume
    Dans le majestueux salon Thiers, venez découvrir le patrimoine artistique vivant de notre quartier en rencontrant les artisans du costume de scène

    De 16h à 19h - Concerts : Au 1er étage, dans le grand salon de réception, un concert sera donné en hommage à Offenbach.

    unnamed.jpg

    C'est où ?

    Mairie du 9e / rue des Martyrs /Place Saint Georges / Hôtel Dosne-Thiers

    C'est quand ?

    Dimanche 19 mai 2019

  • Gare du Nord 2024 : réunion de restitution de la concertation

    La "SEMOP Gare du Nord 2024" organise ce mardi 14 mai 2019 une réunion publique pour restituer la concertation qui s'achève autour de sa transformation prochaine. Une présentation au cours de laquelle seront présentées au public les évolutions que la SEMOP Gare du Nord 2024 compte porter au projet de transformation de la gare du Nord afin d'intégrer les apports de la concertation. Nous saurons donc dans quelle mesure cette concertation aura permis d'entendre les demandes des différents usagers et des riverains en particulier.

     

    C'est où ?

    SNCF Réseau, Étoile du Nord, Salle de l'Atrium, cour des taxis (plan d'accès ici), 8 rue de Dunkerque, Paris 10e

    C'est quand ?

    Mardi 14 mai 2019 à partir de 19h

  • "Satiété", exposition à la Galerie P38

    Située au coeur de la Goutte d'Or, la jeune galerie P38 propose une exposition de Tristan Pernet : "Satiété".

    "Si Tristan Pernet tend à se lire comme un cuisinier de la sérigraphie, le déploiement qu'il effectue dans ce premier solo show tient, à n'en pas douter, plus de la symphonie que de la casserole. Iceberg de couleurs dégoulinant sans fin, où l'accumulation aurait pour meilleure amie la superposition, qui dans un jeu sans fin prendrait plaisir à s'auto dynamiter. Que de plus calme que cet instant où le bruit se fait souplesse, où la contemplation a comme une lame : deux tranchants ?
    Si la dépression guette,

    Il saura se relever,

    Sans toutefois jamais décélérer,

    Il créera fracture.

    Si le hasard, qui n'en est guère, se fait fulgurance,

    Il faudra comme Ulysse,

    L’attacher persuadé qu'il sera qu'un peu de velouté

    Rendra la chose meilleure encore.


    Mais n'est ce pas là que l'artisan se fait artiste ? Dans cette permanence de l'erreur qui se fait acquis, qui se fait maîtrise.

    Qui a déjà croisé Tristan à la nuit tombé, sait qu'il est habité par des démons mais aussi par un foie qui, chaque jour et sans faille le font se relever pour donner, donner et aussi se donner.

    Vous l'aurez compris le minimalisme ne sera pas de rigueur."

    L'exposition est présentée du 16 au 25 mai (vernissage le jeudi 16 mai de 18h à 22h).

    unnamed.jpg

     

    C'est où ?

    Galerie P38, 33 ter rue Doudeauville, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 16 au 25 mai 2019

     

  • Réunion publique sur l’histoire de la Place Stalingrad

    Mardi 14 mai, la Mairie du 10et la Mairie du 19e organisent une réunion publique sur l’histoire de la place de la Bataille de Stalingrad et ses enjeux urbains. Cette rencontre est organisée dans la perspective du futur réaménagement de cette place située au bout de la Promenade urbaine. 

    La réunion se tiendra en présence de :

    • Alexandra Cordebard, Maire du 10e arrondissement

    • François Dagnaud, Maire du 19e arrondissement

    • Halima Jemni, Première Adjointe au Maire du 19e, chargée de la voirie et des espaces publics

    • Roger Madec, conseiller spécial auprès du Maire du 19e, chargé de l’urbanisme et de l’architecture

    • Dominique Alba, Directrice de l’Atelier Parisien d’Urbanisme

    2019_4_20190507-rp-stalingrad.png

     

    C'est où ?

    École élémentaire du 17, rue de Tanger, Paris 19e

    C'est quand ?

    Mardi 14 mai, à 19h15

  • Paris En Selle lance une consultation en vue des Municipales 2020

    La jeune (elle a été créée en 2015) et très dynamique association d'usagers du vélo Paris En Selle lance une consultation pour mieux connaitre les attentes des cyclistes parisiens en matière d'aménagement de l'espace public pour favoriser les déplacements à deux roues. Cette consultation s'inscrit dans la préparation des municipales de 2020, dont la campagne à l'investiture a déjà bien commencé. Paris En Selle fera ensuite des préconisations en matière d'aménagements urbains auprès des candidats à l'Hôtel de ville.

    consultation,vela,municipales,paris-en-selle

    Le sondage est accessible jusqu'au 31 mai 2019 et il n'est pas nécessaire d'être adhérent de Paris En Selle pour y répondre. Pour y répondre il suffit de suivre ce lien et de se laisser guider par le questionnaire qui ne prend que quelques minutes à remplir.

    IMG_3720.jpg

    La piste cyclable-voie de secours boulevard de La Chapelle fait aussi office de parking

  • "Run My City", une course urbaine dans le 9e

    La Mairie du 9e arrondissement présente la course urbaine "Run My City", qui se déroulera le dimanche 12 mai prochain.

    Run My City, c’est une course urbaine, née dans le 9e il y a 3 ans et qui désormais s’étend à tout l’hyper-centre parisien sur des parcours de 9 ou 15 km. Une course non chronométrée "qui vous emmène en dehors des sentiers battus".

    Informations et inscriptions sur : www.timeto.com. Le retrait de dossards se fera à la Mairie du 9e vendredi 10 mai et samedi 11 mai de 9h à 19h.

    unnamed.jpg

     

    C'est où ?

    Paris 9e

    C'est quand ?

    Dimanche 12 mai 2019

  • "Un jour, je serai fermier…"

    L’arrivée du beau temps est toujours un événement, à cette occasion, La P'tite Ferme de la Goutte d'Or vous invite à célébrer l’agriculture urbaine samedi 11 mai, avec un évènement intitulé : "Un jour, je serai fermier…"

    square-alain-bashung,ptite-ferme,18e,animation,enfants

    L'équipe de fermier·e·s vous invitent au square Alain Bashung pour (re)découvrir en famille les métiers d’hier et d’aujourd’hui : fromager, apiculteur, berger... et vous proposent des animations ludiques. Ils réserveront une surprise aux enfants qui… souhaiteraient devenir fermier !

    square-alain-bashung,ptite-ferme,18e,animation,enfants

     

    C'est Où ?

    La P’tite Ferme de la Goutte d'Or, square Alain Bashung, 16 rue de Jessaint, Paris 18e

    C'est quand ?

    Samedi 11 mai 2019, de 15h à 18h

     
  • Exposition : "C'est (pas) marqué sur mon front"

    À l'occasion de la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage, la Mairie du 18e arrondissement invite en ses murs Max Tchung-Ming et son exposition "C'est (pas) marqué sur mon front". Cette exposition photographique est visible du 7 au 15 mai (vernissage le mardi 7 mai 2019 à 18h30).

    "Brisant les chaines aujourd’hui invisibles des noirs qui peinent à trouver leur place dans une société et un monde professionnel où les a priori ont la vie dure, Max Tchung-Ming propose une galerie de portraits de femmes et d’hommes qui ont réussi à imposer leurs compétences. Sans excès d’honneur et sans indignité, en évitant le cliché éculé de l’exception spectaculaire qui sert de prétexte à une discrimination ordinaire, l’exposition nous présente sans fard les visages d’une nouvelle classe moyenne exemplaire pour tout ceux qui sont encore floués du système. L’image est brute, comme extraite du temps, suspendue à l’histoire de ces visages qui témoignent le plus naturellement possible du chemin qui relie le fruit aux racines. La chromie et le traitement de la lumière viennent renforcer cette intemporalité qui nous donne à réfléchir collectivement à l’altérité, à l’évolution de nos perceptions dans l’espoir qu’un jour les professions ne constituent entre les hommes qu’un élément ni plus ni moins distinctif, que la couleur de la peau.

    C’est (pas) marqué sur mon front est le reflet simple et tendre de ses âmes témoins des cicatrices encore douloureuses du passé et des brimades banalisées d’une société en mal de bienveillance. Cette exposition est surtout une formidable invitation à saboter l’oeil universel pour poser un regard chargé d’espérance sur notre humanité et sa capacité à progresser."

    aaazaaazzzaazazaza - copie.jpg

    C'est où ?

    Mairie du 18e, 1 place Jules Joffrin

    C'est quand ?

    Du 7 au 15 mai 2019

     

  • "Poète brasseur" à l'affiche du LMP

    Du 1er au 12 mai, le Lavoir Moderne Parisien (LMP) met à l'affiche "Poète brasseur", un spectacle écrit et mis en scène par Emmanuel Vilsaint, produit par l’Acte Essentiel avec le soutien de Maecenae et FSDIE – Université Paris 8.

    "Trilogie d’une vie poussière
    Tandis qu’une Voix-Chanterelle raconte l’histoire d’un peuple meurtri, un poète trafiquant du temps se démultiplie : poète donneur, poète brasseur – la vie ça se brasse ! –, poète libre – liberté recouvrée pour avoir placé sa vie entre les mains d’une mystérieuse Ange-Douceur à qui il faut tout donner.
    Très vite, dans ce bric-à-brac poétique, surgit un "zobop" : nocturne utopie entre les mondes visibles et invisibles. Puis un appel à la liberté est lancé. Des rêves s’éveillent, s’évadent et perdurent.

    Plantant son décor dans la mythologie haïtienne, « Poète Brasseur » dresse un portrait de l’Homme-poète debout face à son propre destin et face à un destin collectif. Bien loin des stéréotypes injustement attribués, le poète est définitivement un Être-brasseur : il brasse les mots, les images, les actions et nous rapproche d’un chaos bouleversant toute réalité aliénante. Dans ce spectacle interdisciplinaire (poésie-théâtre-danse-chant-musique), la parole est une pensée agissante qui donne à voir sans tabou la complexité du monde moderne".

    Renseignement et réservation en ligne : cliquer ici.

    unnamed (1).png

    Visuel © Mario Benjamin

     

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 1er au 7 mai 2019

  • SCMR : retour sur le séminaire de recherche sur "La réduction des risques chez les usagers de drogues, un exemple de prise de décision en santé"

    Invitée par l'EHESS à participer à son séminaire interdisciplinaire,  "La réduction des risques chez les usagers de drogues, un exemple de prise de décision en santé", le 12 avril dernier dernier, Action Barbès était présente dès le matin à l'amphithéâtre Vulpian de Paris-Descartes, d'abord pour entendre Marie Jauffret-Roustide sur "Enjeux sociologiques, de santé publique et sciences politiques et analyse du débat médiatique", puis l'après midi pour une intervention au milieu d'autres associations pour présenter nos observations sur "La mise en œuvre concrète de la salle de consommation supervisée".

    scmr,recherche,ehess,table-ronde

    Entrée de l'hôpital Lariboisière, rue Ambroise Paré

    Le nom de la sociologue Marie Jauffret-Roustide, chargée de recherche à l'INSERM, n'est pas inconnu des lecteurs de ce blog qui ont suivi le dossier de la salle de consommation à moindre risque (SCMR) du 10e arrondissement. En juin 2014, déjà, nous vous présentions la chercheuse (c'est ici). A ce moment-là, on parlait alors du 39 boulevard de la Chapelle pour l'installation de la salle.

    En effet, madame Jauffret-Roustide a été choisie pour conduire une enquête qui consiste à faire un état des lieux et des opinions avant l'ouverture de la salle — c'est ainsi que nous l'avions rencontrée à l'époque — et de la poursuivre ensuite sur plusieurs années, précisément 6 ans à partir de l'ouverture de la salle. Le but est d'évaluer la tranquillité autour de la salle et d'analyser son impact sur l'espace public.

    Au cours du séminaire (il y avait d'autres interventions, voir ici l'ordre du jour -PDF à charger-), elle nous a présenté une analyse du débat médiatique, qui fait partie de son enquête :  un gros travail puisque ce ne sont pas moins de 1735 articles de journaux, au sens large, entre 1990 et 2017 qui ont été décortiqués. La période suivante est en cours d'étude. Le ton des médias est en décalage avec les interviews qu'elle a menées en tant que sociologue. Elle souligne qu'ils ont plus souvent relayé la position des opposants et les faits sensationnels autour du dossier de la réduction des risques liés à l'usage des drogues (RdR), les protestations souvent légitimes des habitants mais pas toujours liées à la SCMR, les rixes éventuelles alentour... alors que les articles de fond donnant la parole aux usagers, par exemple, sont beaucoup plus rares. En revanche, les politiques sont entendus fréquemment. Dans le cas de la salle du 10e, elle a noté que les élus locaux ont largement eu la parole, davantage même que les élus nationaux, ce qui mérite d'être souligné. Quant au débat entre les professionnels, on ne retrouve dans la presse que des oppositions modérées des académies, assez éloignées de l'expérience des professionnels de terrain, qui eux se retrouvent sur l'essentiel.

    Mais son intervention ne se résumait pas à l'enquête sur l'impact de la SCMR de notre quartier, elle s'est largement exprimée sur l'historique de la politique de réduction des risques, dans différents pays et en France. Elle a rappelé que la catastrophe du Sida a été l'élément déclencheur, en conduisant d'abord à l'autorisation de vente libre des seringues dès le milieu des années 1980. Jusque là les injecteurs partageaient leur matériel... la seringue donc, et le virus en prime. La baisse des contaminations a convaincu de continuer dans cette voie. Le jugement moral vis à vis des consommateurs a faibli. Ensuite l'accent a été mis sur l'exposition aux risques. Il fallait sevrer, sortir de la consommation. Comme l'avait dit peu avant Valérie Saintoyant de la Mildeca dans son intervention, on a encore trop souvent la représentation qu'une large part de la société n'aura pas à faire avec les addictions, et par ailleurs que les alcooliques et les toxicomanes seraient des personnes « perdues ». Il faut se départir de cette représentation dichotomique, c'est un déni des risques.
    La réduction des risques s'observe dans les pays étudiés selon plusieurs modèles, du faible au fort, en passant de la vision neutre, centrée sur le pragmatisme qui prend peu en compte les usagers, sans criminaliser l'usage, mais aussi sans changement de la loi, sans autorisation des salles supervisées, en favorisant plutôt les traitements de substitution, à une vision moins morale, qui prend en compte le contexte des usagers de drogues, leur reconnaît un droit, voire une liberté de cet usage et de cette expérimentation, dans des conditions de réduction des risques pas toujours optimales. Les frontières sont mouvantes entre les modèles et la réduction des risques s'effectue par étapes. La dimension sanitaire est malgré tout toujours à l'origine de la mise en place de la politique de réduction des risques. C'est aussi un moyen de « mieux faire passer » cette politique et de faire admettre qu'il faut renoncer à l'éradication des drogues. Vivre en réduisant les risques.

    La politique française de réduction des risques s'apparente plutôt au modèle faible, longtemps axé sur une réponse médicamenteuse — nous avons le plus haut niveau de substitutions aux opiacés (85%) — elle est très centrée sur le risque sanitaire, le risque infectieux, plus que sur son acceptabilité dans la société. Les interdits moraux priment encore. Ils ralentissent l'ouverture de salles de consommation supervisées qui ont pourtant montré leurs aspects positifs dans le monde. La politique actuelle a ainsi conduit à mener une expérimention de SCMR et non décidé son fonctionnement définitif. Même si nombre d'intervenants pensent qu'en France l'expérimentation n'est qu'une première étape vers une décision plus pérenne, rarement démentie. On ménage simplement la société. Pour autant, les échanges entre les différents pays confrontés aux mêmes situations montrent l'échec de la politique dure de criminalisation.


    En fin de matinée ont été entendus les professionnels de la RdR et les associations d'usagers. Nous ne reviendrons pas ici sur les perspectives qu'ils ont brossées dans un temps assez court pour chacun, et sans doute trop court pour être exhaustifs comme ils l'auraient souhaité. Mentionnons seulement que nous avons écouté Fabrice Olivet directeur de Asud, Nathalie Latour déléguée générale de la Fédération Addiction, Marie Dubrus de Médecin du Monde, référente pour la RdR et Marc Dixneuf, directeur de Aides.

    L'après midi a été consacré plus précisément aux salles de consommation à moindre risque. La tribune a accueilli successivement les acteurs de la prévention, médecins ou autorités compétentes, puis les associations d'habitants intéressées par les problèmes de l'addiction dans l'espace public. Chacun a exposé les grands axes de sa mission, de son travail et de ses observations.

    Elisabeth Avril, la directrice de Gaïa, association qui gère la SCMR de la rue Ambroise Paré, en plus de son antenne dans le 11e, a repris l'historique de la salle, les progrès faits, le réel succès de ce dispositif quand on en juge par le nombre d'inscrits depuis octobre 2016 et le nombre de passages par jour. Des informations que nous avons reprises ici dans le blog après chaque réunion du comité de voisinage qui se tient à la mairie du 10e et qui sont consultables également sur son site. Nous n'y revenons donc pas. Mais si l'on se place du côté des habitants, tout n'est pas parfait. La tranquillité du quartier est encore incertaine, des commerces se plaignent de la présence des usagers de drogues, certains chercheraient à fermer, tout comme certains habitants aimeraient déménager. La responsable de Gaïa en est consciente et reconnaît que les heures d'ouverture de la salle ne couvrent pas toute la journée et encore moins la nuit. Elle souligne que les maraudes organisées par l'association ont été augmentées grâce aux rallonges de budget et qu'ils font le maximum pour limiter les difficultés, notamment en répondant rapidement s'ils sont sollicités, y compris par téléphone. Elle fait savoir toutefois que les rixes ou les désordres à l'extérieur de la salle ne sont le fait que de très peu d'usagers. La présence d'un psychiatre tous les lundis après midi aidera peut-être à trouver des solutions aux cas d'usagers souffrant psychiquement. Souvenons-nous aussi que Gaïa n'est pas là pour gérer l'espace public dans sa globalité. La police est là également et collabore de façon satisfaisante, a ajouté Elisabeth Avril.

    Nous avons écouté un peu plus tard Stéphane Bribard, adjoint à la maire du 10e, Ruth Gozlan, chargée de la Mission santé à la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), la responsable de la salle de consommation de Strasbourg, Aurélie Kreiss, puis Delphine Vilain de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France, et des représentants associatifs : Action Barbès, le Collectif des parents, Stalingrad Quartier Libre et le Collectif des Riverains Lariboisière-Gare du Nord.

    Notre intervention a été modérée et conforme à notre position de toujours. Nous soutenons depuis le début l'installation d'une salle dans le quartier, dans ce quartier parce que la présence de toxicomanie ici, entre la Goutte d'Or, Barbès et les gares, ne datent pas d'hier, et encore moins de l'ouverture de la salle. Ce qui nous distingue des opposants à la salle, habitants qui continuent à demander non plus sa fermeture mais maintenant son déplacement dans un quartier moins résidentiel, disons moins habité. L'exemple de la salle de Strasbourg reste pour eux un modèle. Mais Strasbourg n'est pas Paris, site, population, histoire sont bien différents, comme l'a expliqué Aurélie Kreiss, notamment par le nombre d'usagers qui biaise toute comparaison. En revanche, nous sommes fermement favorables à l'ouverture d'autres salles pour soulager la pression qui s'exerce sur une salle unique, d'autant que les fumeurs de crack frappent à la porte, et aimeraient disposer d'un lieu qui tolère leur pratique. C'est un autre débat. Ce sont d'autres problèmes, très présents notamment du côté de Stalingrad, haut lieu du crack depuis plusieurs décennies, entrecoupées d'accalmie.


    Pour approfondir le sujet, on peut (re)lire avec intérêt l'article de Marie Jauffret-Roustide paru le 22 janvier 2015 sur La Vie des Idées : "Les salles de consommation à moindre risque. De l’épidémiologie à la politique".