Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le 18ème - Page 5

  • Prochaine rencontre publique du Conseil de quartier Goutte d'Or-Château Rouge

    À noter dans vos tablettes : la prochaine rencontre publique du Conseil de quartier Goutte d'Or-Château Rouge aura lieu le vendredi 12 juillet de 16 h à 20 h au square Léon durant l'événement « Best summer » organisé par l'association ADOS.
    Cette rencontre de Conseil de Quartier "hors les murs" se fera sous un format original, avec un stand participatif sur l'espace public afin de :

    - faire un bilan et apporter des réponses sur les sujets soulevés lors du dernier Conseil de quartier qui s'est tenu en février dernier : sécurité et tranquillité publique, cadre de vie et propreté, aménagements et circulation, animations et vie de quartier ;
    - informer sur le Conseil de quartier : son rôle, les projets portés depuis le mois de février, les réalisations et répondre à toutes vos questions sur cette instance de participation citoyenne ;
    - recueillir vos idées de projets, suggestions pour le quartier et signalements à faire remonter à la Mairie.

    Si d'ores et déjà vous avez des idées de projets, des questions, des sujets que vous souhaiteriez aborder sur le stand participatif, vous pouvez les envoyer directement àau Service Démocratie locale de la Mairie du 18e : cq18@paris.fr

    Affiche-StandParticipatif12juillet - copie.jpg

    C'est où ?

    Square Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Vendredi 12 juillet, de 16 h à 20 h

  • Théâtre : "Beaux présents dorés, ou Le voyage dans l'alphabet extraordinaire de Jude Call Mirann"

    Le Lavoir Moderne Parisien met à l'affiche "Beaux présents dorés, ou Le voyage dans l'alphabet extraordinaire de Jude Call Mirann" de Julien Marcland.

    Cette pièce est écrite, mise en scène et interprétée par Julien Marcland, assisté de Gabriel Perez et Lorenzo Charroy ; les lumières sont dues à Eugénie Bousquet et les décors et la scénographie à Jean-Baptiste Manessier, assisté de Eric Jolivet.

    Que nous sont les mots ?
    Ont-ils sur nous un pouvoir ? A-t-on vraiment besoin de 26 lettres ?
    Qui est ce Jude Call Mirann ?

    "Le produit type du travail de l’auteur : son anagramme. Julien Marcland fait partie de ces créateurs de mots, de langues, de la trempe d’un Pérec ou d’un Novarina. Tout y passe, des lipogrammes à la kabbale en passant par Fibonacci, Euclide, le nombre d’or, divine proportion… car les lettres, c’est aussi les nombres.

    Comment faire mots et phrases avec les lettres d’un simple nom, répétées à l’envi ? Julien Marcland traque dans les mots et les noms, les « belles absentes », avec humour parfois : dans Emmanuel Macron, par exemple le mot « poésie est absent », les lettres nécessaires pour écrire ce mot sont absentes.

    Alchimiste du Verbe, Géotrouvetout génial, il manipule un bric à brac parfaitement calculé, un masque de vache, un lapin qui change de couleur, une casserole où mijote une mystérieuse mixture dont il s’enduit le visage. Il soigne son œuvre au noir. Partout des mots, qui se disent, s’écrivent, s’éclairent jusqu’à l’envol final de ce poète qu’on pourrait dire baroque, fou ou génial, ce qui, dans son cas, est un pléonasme. Performance d’écriture, de diction, de mémoire, de culture aussi, avec des références dont certaines sans doute nous échappent alors que nous croyons en découvrir d’autres auxquelles (qui sait ?) il n’a peut-être pas pensé comme cet « acceptons ensemble de perdre connaissance » qui a un fort accent claudélien (Ysé dit à Mésa…). Tout enchante dans ce foisonnement qui jamais n’agace, jamais n’ennuie."

    Evelyne Sellés-Fischer

    BEAUX-PRESENTS-VISUEL-NU.jpg

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 3 au 5 juillet 2019, à 19 h

  • Rendez-vous de la Charbonnière : Musiques à tous les Étages !

    Ce dimanche 7 juillet, la compagnie Gaby Sourire à le plaisir de vous inviter dans la rue de la Charbonnière dans le 18e pour le "Rendez-vous de la Charbonnière : Musiques à tous les Étages !"

    Ce nouvel évènement culturel se déroulera de 16h à 21h, avec 4 h de performances musicales dans les immeubles, aux fenêtres, et dans la rue avec  Pierre Barromes, Tiphenn Fauchois, Eva Godard, Gersende Crepel, Tommie Lee McKenzie, Thomas Van Essen, Salomé Richez, Christophe Sigognault,  Ameth Sissoko, Léonardo Loredo de Sà, Manu Torres, Georges Voillat... sans oublier la complicité des habitants et des commerçants.

    L'accès est libre et tout le monde y est le bienvenu.

    A noter : un deuxième Rendez-vous de la Charbonnière aura lieu le dimanche 29 septembre 2019 dans le cadre de Magic Barbès.

    unnamed.jpg

    C'est où ?

    Rue de la Charbonnière, Paris 18e

    C'est quand ?

    Dimanche 7 juillet 2019, de 16 h à 21 h

  • Rappel : Apéritif de quartier d'Action Barbès

    Nous vous rappelons qu'Action Barbès a le plaisir de convier ses adhérentes et ses adhérents à un apéritif de quartier au café Le Beaujolais (167 rue du Faubourg Poissonnière, à 100 m du métro Barbès), aujourd'hui mercredi 26 juin 2019 à partir de 19 h 30.
    Ce moment de convivialité sera l'occasion pour les membres de l'association de se retrouver autour d'un verre et de pouvoir échanger sur les sujets qui intéressent nos quartiers et sur les projets d'Action Barbès.
    Et pour celles et ceux qui voudraient nous rejoindre, voilà une bonne occasion pour le faire (il suffit juste de nous prévenir de votre présence par mail).

    IMG_1723.jpg

    C'est où ?
    Le Beaujolais, 167 rue du Faubourg Poissonnière, Paris 9e
    C'est quand ?
    Mercredi 26 juin 2019, à 19 h 30
  • Parution : "À l'état de nature" de Damon Knight

    Les éditions Le Passager Clandestin, une des maisons d'édition installées à la Goutte d'Or (rue Polonceau), publie aujourd'hui un nouvel opus dans la série Dyscrhoniques : À l'état de nature de Damon Knight.

    "2064. Trente ans plus tôt, le monde moderne, électrique, industriel et mécanique, a bien failli disparaître. Seules 22 mégacités sont parvenues à préserver, coûte que coûte, ce mode de vie. Face à elles ? Les Bourbeux ! Une civilisation rurale et tribale dont les techniques sont issues d’une coopération étroite avec la nature. Lorsque le grand New York vient à manquer de métaux, ses dirigeants envoient un émissaire, Alvah Gustad, pour troquer ses gadgets sophistiqués contre des matières premières…

    Damon Knight, dans ce récit truculent de 1954, nous dit que l’avenir de l’humanité – et de la nature dont elle dépend – passe par une relation symbiotique entre les deux. Une sorte d’utopie à rebours de certaines idées où la modernité se construit dans un équilibre fragile entre science et nature."

    Damon Knight est une figure centrale – et l’une des voix novatrices – de la SF américaine. Nouvelliste prolifique, auteur d’une vingtaine de romans, il fut aussi un éditeur et un antholo­giste d’importance, notamment avec sa célèbre revue Orbit. Il a reçu le prix Nebula en 1994 pour l’ensemble de sa carrière. Le grand public connaît notamment son œuvre par le biais de la série télévisée « La Quatrième Dimension », laquelle base un de ses plus célèbres épisodes sur sa nouvelle « To Serve Man ».

    A-l-etat-de-nature.jpg

    Damon Knight, À l'état de nature, Paris, Le Passager Clandestin, Dyscrhoniques, juin 2019. 

  • Pas vu, pas pris ?

    L'interminable réhabilitation de la Goutte d'Or voit les livraisons d'immeubles de bailleurs sociaux se succéder dans le quartier. Un des derniers livrés se situe à l'angle des rues Affre et Myrha.

    IMG_4716.JPG

    L'ensemble immobilier au 5-7 rue Myrha/30-32 rue Affre

    IMG_4714.JPG

    la façade louis-philipparde sauvegardée du 5 rue Myrha

    Pus précisément, cet ensemble immobilier comprend une (très jolie) partie ancienne au 5 rue Myrha, partiellement sauvée grâce à la ténacité de l'association Cavé-Goutte d'Or, et une partie neuve sur les parcelle du 7 rue Myrha/32 rue Affre et du 30 rue Affre. Une adresse pas inconnue des adhérents d'Action Barbès puisque son siège au 28 rue Affre voisine cette construction. Et c'est précisément cette situation de mitoyenneté qui nous a permis de constater que l'entreprise de construction en charge de ce nouveau bâtiment a tenté de livrer un immeuble non fini au bailleur social, en l'occurrence Batigère, et donc à la ville de Paris. En effet, alors que depuis la rue ou depuis la cour intérieure du nouvel immeuble ce dernier semble parfaitement achevé, par contre depuis l'intérieur du 28 rue Affre on constate que le pignon n'a pas été fini. Non seulement l'enduit n'a pas été appliqué, mais plus grave encore, à certains endroits le fer à béton censé armer le mur est à l'air libre, compromettant dangereusement la solidité de la structure à moyen terme, de plus le mur du pignon de l'ancien bâtiment du 30 rue Affre est resté en l'état.

    IMG_3817.jpg

    Le pignon du 30 rue Affre vu depuis la cour du 28

    IMG_3951.JPG

    Détail du pignon du 30 rue Affre vu depuis le toit du 28

    IMG_4314.jpg

    Détail du pignon inachevé

    Nous avons alerté la mairie du 18e et le cabinet de Ian Brossat, adjoint au logement de la Ville, afin qu'ils interviennent pour que l'entreprise finisse rapidement cette construction en respectant les règles de l'art en la matière (les premiers locataires ont déjà pris possession de leur nouveau logement). Très vite la mairie a pris attache avec le bailleur social et ce dernier a intimé à son constructeur d'achever l'immeuble en question. Aujourd'hui, de nouveaux travaux sont en cours, et grâce à la vigilance d'Action Barbès la Ville pourra s'enorgueillir d'un nouveau bâtiment, cette fois vraiment achevé !

    IMG_4914.JPG

    Un nouvel échafaudage pour terminer les travaux

    Si généralement nous sommes prompts à critiquer la mairie, bons joueurs que nous sommes, nous devons saluer ici l'efficacité de son action qui a permis de corriger rapidement le tir, en particulier Michel Neyreneuf, adjoint au logement du 18e, qui suit de très près ce dossier, remercions aussi Batigère pour sa réactivité. Et espérons qu'après cet épisode, mairie et bailleurs sociaux seront plus attentifs aux livraisons de nouvelles constructions.

  • C'est parti pour la 34e édition de la Goutte d’Or en fête !

    Au programme de cette 34e Goutte d’Or en Fête, organisée par une soixantaines de structures : des concerts, une scène ouverte, des animations, des expositions, des tables-rondes, du sport, une projection, le tout gratuitement ! Comme l'an passé, la plupart des animations se déroulent au Square Léon. 

    IMG_4932.jpg

    Vendredi 21 juin, la Fête de la Goutte d’Or commence le jour de la Fête de la Musique avec une scène ouverte aux pratiques artistiques amateurs au square Léon ! Les commerçants du quartier proposeront également une programmation musicale ainsi qu’un repas.

    Samedi 22 juin commencera sous le signe du sport avec un tournoi de foot pour les plus jeunes au Square Léon. Puis les animations du Village Festif, autour du thème "notre planète", ainsi que la P’tite ferme du square Alain Bashung, offriront des activités ludiques et pédagogiques pour les enfants et adolescents. Pour les plus grands, vous pourrez découvrir l’exposition et participer aux tables-rondes menées au Lavoir Moderne Parisien, en hommage au militant Saïd Bouzir La journée du samedi se terminera en beauté avec une soirée de concerts type Bloc Party : une quinzaine d’artistes, DJ, danse, rap, beatbox,…

    Dimanche 23 juin, rendez-vous à 11 h au Louxor (réservation obligatoire) pour la projection du documentaire "Domba – La Goutte en or" de Boubacar Coulibaly. L’après-midi, vous pourrez retrouver de nouvelles animations au square Léon, square Alain Bashung et rue des Gardes, sans oublier la balade à poneys ! En fin d’après-midi, Radio Campus Paris sera en direct depuis la fête ! Le soir, le village festif se clôturera par un spectacle familial, puis ce sera le retour de la musique avec le concert Monica Pereira, de Lemma avec Souad Asla (en coproduction avec le festival Rhizomes). Enfin, Mouss & Hakim nous feront chanter et danser pour finir en beauté !

    programmer2.jpg

    Retrouvez le programme détaillé par ici

     

    C'est où ?

    Quartier de la Goutte d'Or

    C'est quand ?

    Du vendredi 21 au dimanche 23 juin 2019

  • Apéritif de quartier d'Action Barbès

    Pour finir cette année 2018-2019, Action Barbès a le plaisir de convier ses adhérentes et ses adhérents à un apéritif de quartier au café Le Beaujolais (167 rue du Faubourg Poissonnière, à 100 m du métro Barbès), mercredi 26 juin 2019 à partir de 19 h 30.
    Ce moment de convivialité sera l'occasion pour les membres de l'association de se retrouver autour d'un verre et de pouvoir échanger sur les sujets qui intéressent nos quartiers et sur les projets d'Action Barbès.
    Et pour celles et ceux qui voudraient nous rejoindre, voilà une bonne occasion pour le faire (il suffit juste de nous prévenir de votre présence par mail).

    IMG_1723.jpg

    C'est où ?
    Le Beaujolais, 167 rue du Faubourg Poissonnière, Paris 9e
    C'est quand ?
    Mercredi 26 juin 2019, à 19 h 30
     
     
  • Fermeture du restaurant À la Goutte d'Or, la poignante lettre d'au revoir du propriétaire

    Il y a quelques jours Karim Drif annonçait la fermeture de son restaurant À la Goutte d'Or situé dans la rue éponyme. Après celle du kiosque de Samir Lebcher, cette fermeture est un coup dur pour le quartier. Plutôt que de commenter ce triste évènement, nous préférons publier avec son accord la lettre qu'il a adressée aux autorités pour annoncer la fin de son commerce. Ce courrier est le cri du coeur d'un enfant du quartier, dont on espère qu'il saura être pris au sérieux par les autorités municipales et surtout préfectorales. Nous souhaitons à Karim tous nos voeux de réussite dans sa vie future.

    269473066.jpg

    La placette devant le restaurant À la Goutte d'Or, juin 2018

     

    "J'écris [cette lettre] pour vous faire part de la situation du restaurant À La Goutte d'or, de ma grande lassitude , ainsi que du secteur Goutte d'or Sud que vous connaissez mais qui rendent impossible la gestion et le développement d'un commerce ou même tout simplement de vivre sereinement. Comme vous le savez, même si certaines personnes et partis politiques sont dans le déni, malgré une mobilisation énorme des commerçants, riverains, associations locales ces dernières années, la situation au jour d'aujourd'hui n'est guère mieux. Nos élus, pouvoirs publics et autorités (même si certains policiers sont du même avis que nous) continuent de se rejeter la faute et/ou de se satisfaire du peu d'actions faites afin de se donner de la valeur en vue des élections municipales à venir.

    Mais pas dans l'intérêt des habitants/commerçants de la Goutte d'or et on peut englober les problématiques du métro Barbès et de La Chapelle/Marx Dormoy. Ce qui s'y passe et ce que l'on y subit au quotidien est tout simplement irréel depuis tant d'années avec bien évidemment une dégradation ces derniers mois. On ne peut pas dire qu'il n'y ai pas eu de mobilisations, pétitions, mails envoyés, réunions à gogos... Mais on est tous à dire la même chose : la situation est plus que compliquée. C'est bien de le reconnaître, de le dire mais on fait quoi pour nous les commerçants qui réalisent presque un acte militant de rester dans le quartier ? Rien. Ah si, on va parler de "coup de pouce commerce", pardon. Waouh ! Cela donne conscience à nos élus ce genre d'opérations (même si c'est une bonne chose cela est une goutte d'eau par rapport à ce que l'on subit au quotidien depuis TRÈS longtemps). Il y a un tel décalage entre ce que pense nos élus et la réalité de la situation. Et quand on parle de cela, la réponse est "je connais bien le quartier etc" alors que pas du tout !! C'est désolant pour nous que des élus soient complètement à côté de la réalité.

    Une association de commerçants regroupant La Chapelle et La Goutte d'or a été crée en février 2018 pour se faire entendre d'une seule voix. Une association qui a été bien vu par les autorités preuve d'une mobilisation sans faille présidée par Sonia Bouzellatat, omniprésente, et dont je suis membre du bureau également. On a fait part à plusieurs reprises des problèmes, des dégradations visibles de tous de toute façon... On en a fait des réunions, des rendez vous de compassions mais très peu d'actes.

    On se bat à travers cette association, et on a tous des commerces à gérer, on monte des projets comme les illuminations de la rue de la goutte d'or mais à quoi bon. Bien évidemment il y a beaucoup de choses à régler en même temps mais la faute à qui? Qui a laissé ce quartier devenir ainsi? On se rejette la faute entre partis politiques, entre police et mairie etc...avec au milieu commerçants et riverains tels une balle de ping pong. Quand on voit le métro Barbès, j'étais adolescent et les vendeurs de Malboro étaient déjà là. 15ans après c'est encore pire. Après les mineurs isolés, le phénomène migratoire qui touche le nord de Paris et j'en passe et j'en passe,trafics, violences, agressions, prostitutions...

    Je suis en un enfant du quartier, j'y suis né , tapé mes premiers ballons aux Enfants de la Goutte d'Or et j'y suis bien évidemment plus qu'attaché d'où un investissement sans faille. Je tiens un restaurant que mes grands parents tenaient depuis 1971 au 52 de la même rue avant d'être exproprié suite à la réhabilitation en 1996. Ma grand mère a eu la médaille de la ville en 2006. Autant dire une institution dans le quartier. Je le gère seul depuis 2004 avec des soucis successoraux qui durent depuis bientôt dix ans et qui me posent de sérieux problèmes financiers car j'ai dû faire face à cela.

    La fierté que j'ai est que j'ai toujours su maintenir le cap dans un secteur difficile et dans un contexte économique délicat. Le seul bar-restaurant où la mixité est représentée. Des femmes,des hommes,des jeunes, des origines sociales différentes et toutes les nationalités sont aussi représentées. Ça c'est la goutte d'or! Maintenant , on ne peut pas dire cela et comme beaucoup je ne me reconnais pas dans cette goutte d'or que certains espèrent plus bobos. Je le redis je suis le seul encore!

    On parle de café associatif par exemple pour la réhabilitation des arcades. Ça a fait rire certains anciens du quartier (et pourtant je n'ai que 37 ans) car le rôle social notre établissement l'a toujours rempli! On ne peut ici avoir un commerce et ne pas être investi pleinement. Depuis tant d'années, on joue un rôle bien que plus grand que celui de commerçant. Et je peux englober le café de Sonia, qui donne peut être à certains une mauvaise image car les jeunes sont dans la rue, mais vous ne pouvez pas imaginer la difficulté de tenir ce bar qui est aussi une institution. Les clients sont les jeunes et Chibanis du quartier..mais ils partiront pas ces gens là, ils habitent le quartier !!!!

    J'aurais beaucoup de choses à dire et à redire mais la principale chose est que je suis lassé,fatigué, cela me rend malade d'où mes absences de ces derniers mois.. Je suis père de deux enfants en bas âge et les semaines à 80 heures par semaine avec toutes ces problématiques à gérer ..
    J'ai donné donné mais il y a des moments dans la vie où il y a des décisions à prendre.
    Vous ne pouvez imaginer les difficultés et l'énergie que cela prend de tenir dans ce secteur. On a pas de baisse de charges, baisse de loyers, étalements de dettes... et pourtant c'est un quartier reconnu pour ses problèmes. Pour certains quartiers on débloque des sous pour les commerces suite aux gilets jaunes notamment et les commerces autour de Notre Dame. Nous c'est tout les jours et toute l'année!!

    Ma terrasse? Oui elle est belle, on fait ce qu'on peut... Je ne vous parle pas des barbecues, dégradations, la place (pas la terrasse) où il y a des trafics et odeurs de cannabis à gogos.. Pas facile de manger un couscous.. Et j'en passe bien sûr.
    Il y a une dizaine de jours, bagarre sur la place entre "clandos" (une dizaine) un couteau qui atterrit sur la terrasse a côté d'une cliente... Normal Les arcades avec la fermeture du Leader Price... ??? [Le magasin Leader Price, seul supermarché "premiers prix" du quartier, a fermé suite à un incendie volontaire allumé à proximité en février dernier]

    Je parle avec tout le monde, y compris Paris Habitat qui le dit aussi, ce n'est plus possible aussi. Mes employés se font importuner, ma mère a peur de venir tellement c'est dangereux... Bref, avec toutes les problématiques ainsi que ma lassitude , en tant qu'être humain et avec la longue dépression hivernale que j'ai eu, le restaurant est en liquidation et j'ai laissé faire car le combat est perdu.

    Il y a juste à faire appel d'ici le 3 juin de la liquidation qui a été prononcé car je n'ai pas pu me présenter a l'audience étant hospitalisé.  C'est un montant assez faible (5 000 €) mais un oubli car quand vous pensez plus à la sécurité qu'au commerce... Je n'ai pas pris d'avocat (avec des frais élevés que je ne peux pas me permettre) et je me fais a l'idée de fermer le fond de commerce samedi 1er juin 2019.

    Je serais en tout cas toujours là pour le quartier et a se mobiliser si besoin. Et puis le fond rouvrira, avec des personnes motivées (peut-être très chic?). Et je leur souhaite de rester aussi longtemps que j'ai pu rester.

    [Cette lettre] est un mélange de tristesse et de soulagement, car c'est une énorme partie de ma vie qui s'en va [...]"

    Paris, le 29 mai 2019

     

  • Projection-débat à la bibliothèque de la Goutte d'or : "Comme des lions"

    Ce samedi 15 juin, nouvelle projection-débat à la bibliothèque de la Goutte d'Or, avec la projection du film de Françoise Davisse "Comme des lions". Une projection qui sera suivie d’une discussion avec le public animée par Bernard Masséra, ancien ouvrier, représentant syndical et militant à l’usine Chausson de Gennevilliers.

    image006.png

    "On se battra comme des lions" : cette phrase s’affichait sur leurs T-shirts, et ils ont tenu parole. Eux, ce sont les "Peugeot" : les ouvriers PSA (Peugeot, la "marque au lion" / Citroën), de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, qui employait 3000 personnes. Pendant deux ans, la réalisatrice a suivi leur combat contre la fermeture de leur usine. Et même si elle a fini par fermer, ce documentaire nous remplit d’espoir car il nous donne à voir des personnalités inoubliables. Il nous montre que dans l’adversité se révèlent une fraternité et un enthousiasme hors du commun, une capacité exceptionnelle d’analyse et de réflexion sur les réalités complexes de l’économie et de la finance.

    L'entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

     

    C'est où ?

    Bibliothèque de la Goutte d'Or, 2 rue Fleury, Paris 18e

    C'est quand ?

    Samedi 15 juin, à 14h30

     

     

  • Exposition-vente chez Ange et Dam

    Comme chaque année, les sculpteures Ange et Dam de la rue Labat ouvrent leur atelier pour deux jours d'exposition-vente. Le vernissage aura lieu vendredi 14 juin de 18 h à 21 h et l'atelier ouvrira ses portes au public samedi 15 et dimanche 16 juin. Cette année, on nous annonce des prix revus à la baisse... et une visite exceptionnelle de la cave. 

    N'hésitez pas à aller pousser la porte de ces deux sympathiques artistes.

    Paris, paris 18e, ange&dam

     

    C'est où ?

    50 rue Labat, Paris 18e

    C'est quand ?

    Samedi 15 et dimanche 16 juin 2019, de 15 h à 19 h

  • Le Cross de la Goutte d'Or revient ce dimanche

    Les associations ADOS et Paris Goutte d'Or vous invitent à participer à l'édition 2019 du Cross de la Goutte d'Or. Cette course se déroule sur un parcours de 10km, ou 2km pour les enfants, à travers les rues du quartier.

    Le désormais traditionnel Cross de la Goutte d'Or aura lieu ce dimanche 16 juin (à partir de 9h). Pour les participants, les inscriptions à la course se feront le matin même au square Léon, et pour celles et ceux qui veulent encourager les petits et les grands sportifs, c'est un peu partout dans les rues du quartier.  

    Plus d'informations sur la page Facebook du Cross de la Goutte d'Or.

    unnamed-4.jpg

    C'est où ?

    Quartier de la Goutte d'Or, départ au square Léon

    C'est quand ?

    Dimanche 16 juin 2019, à partir de 9h