Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Palettes encore et toujours sous les arcades rue de la Goutte d'or

Voilà plusieurs mois que nous tentons de faire changer la situation devant le Leader Price Paris-Goutte d'or situé au 12-14 rue de la Goutte d'or. Les palettes et cartons s'entassent quotidiennement ajoutant à la saleté repoussante des arcades.

paris,paris 18e,goutte d'or,commerce,propreté

Alertés par plusieurs adhérents au sujet de la très mauvaise tenue de cette supérette, nous y avons fait un tour un lundi matin il y a une petite quinzaine de jours. Nous y avons trouvé ce jour-là une bonne quarantaine de différents produits frais périmés (en multiples exemplaires), de la charcuterie en passant par des plats cuisinés et des produits laitiers. Nous découvrions avec un certain effarement des dates de péremption dépassées pour certaines de 10 jours! Une saleté particulière dans les allées, des bacs surgelés ouverts et mal chargés, une absence de thermomètre pour vérifier la température. Un constat impressionnant. Mais, comme nous répondait alors le gérant : «  ici, c'est Barbès ! ». Tout en acceptant de retirer les fameux produits.

Nous avons averti immédiatement à la fois les élus concernés, la commissaire du 18e et la Direction Départementale de la Protection de la Population (DDPP). Pour avoir déjà dans le passé signalé de tels dysfonctionnements dans des supermarchés, nous nous attendions à une réponse de l'administration rapide. Mais les temps ont changé et cette précédente expérience était antérieure à la réorganisation des services au 1er janvier 2010. Adieu la DGCCRF*, bonjour la DDPP.

* Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, défunte.

 

Quelques précisions sur la DDPP

Passons sur la réorganisation au niveau régional pour nous intéresser au département et plus particulièrement à Paris. Outre les services de la préfecture et des sous-préfectures, tous les départements sont dotés de directions départementales interministérielles (DDI), au nombre de deux ou trois selon l'importance démographique des départements. Elles relèvent du Premier ministre en raison de leur organisation interministérielle et sont placées sous l'autorité du préfet de département. La fameuse DDPP rassemble les compétences techniques, scientifiques, juridiques et économiques dont dispose l'État pour assurer ses fonctions d'information, de prévention et de contrôle dans le domaine de la protection des populations. Personnels de la direction départementale des services vétérinaires et de la répression des fraudes y opèrent désormais de concert. Et qui dit rapprochement dit souvent moins de personnel et probablement moins d' efficacité.

Il est intéressant d'apprendre qu'à Paris, par dérogation au droit commun s'appliquant sur le reste du territoire métropolitain, c'est le préfet de police qui a autorité sur la DDPP.

 

Nous avons reçu cette réponse du commissariat du 18e.

"Concernant les infractions décrites dans votre mail la Ville de Paris est dépositaire de la voie publique et forte de nombreux agents assermentés pour constater les souillures et les réprimer, notamment industrielles. Il convient donc de les saisir en direct.

Il existe également une unité spécialisée de la Préfecture de Police dépendant de la Direction des Transports et de la Protection du Public appelée Bureau des Actions Contre Les Nuisances qui diligentera un inspecteur de salubrité. Vous pouvez les saisir à l'adresse suivante : 12/14 quai de Gesvres 75195 Paris Cedex 04.

En ce qui concerne les DLC périmés, cela relève exclusivement de la Direction Départementale de la Protection des Populations ex Répression des Fraudes, composée d'agents civils et de policiers, tous habilités par le Parquet de Paris . Ils doivent être saisis directement si possible par courrier au 8 rue Froissart 75153 Paris Cedex 03."

Il existe aussi une boîte mail que nous avons utilisée, sans réponse à ce jour.

 

Où en sommes-nous cette semaine ?

Certes beaucoup moins de produits périmés, mais tout de même de la charcuterie qui aurait dû être retirée depuis 8 jours et de la viande hachée décongelant tranquillement sur le dessus d'un bac congélation ouvert.

paris,paris 18e,goutte d'or,commerce,propreté

Quant aux palettes, aucun espoir d'amélioration de ce côté-là quand on connaît le local d'entreposage bien trop petit pour stocker. Alors pourquoi et surtout qui a autorisé ce type de commerce avec de telles conditions ? Paris Habitat, responsable du bâtiment ? Les services de la ville ? Le gérant aurait été verbalisé, mais puisqu'il ne peut pas faire autrement, c'est donc une solution peu efficace.

En attendant mieux, passez sur le trottoir d'en face !

 

Commentaires

  • Celui de la rue du poteau il faut être vigilant également et veiller aux dlc en achetant quand à l'étiquetage des prix c'est aléatoire chez eux !

  • Je crois qu'il y a tout simplement un vrai problème avec cette enseigne qui était pourtant une très bonne référence du low cost il y a encore quelques années. Le leader price de la rue clignancourt prend le même chemin. Il était très bien tenu, mais la situation s'est dégradée depuis 1an et demi environ, fruits et légumes en mauvais état, produits périmés en rayon de temps en temps, mauvais entretien... Je pense que c'est un problème uniquement de direction régionale, je n'ai jamais vu rien de tel en province.

  • Personnellement, je n'y mets met plus les pieds... alors que c'est à seulement 3 minutes de chez moi : autant dire que cette enseigne fait littéralement fuir ses clients !

    Au-delà de la saleté assez incroyable pour un commerce alimentaire, j'avais eu la mauvaise surprise d'y trouver un article périmé. Je l'ai notifié à un employé qui faisait de la mise en rayon à quelques mètres de moi. Sa réponse :
    - Ah, donc vous n'en voulez pas ?
    - Bah non, je viens de vous dire que ce produit était périmé !

    Et du coup, puisque je n'en voulais pas, il l'a tout simplement remis en rayon. Cela dépasse l'imagination...
    J'ai envoyé un message à la chaine pour les en informer et leur dire que c'était inadmissible, mais je n'ai jamais eu de réponse de leur part.

  • Bravo.

    Même constat de mon côté : je ne fréquente plus ce magasin, plus que mal tenu depuis le changement d'enseigne.

    Concernant les palettes et emballages :

    - On ne voit jamais cela dans les quartiers "normaux", ce serait même inenvisageable. Les supermarchés et épiceries du XVe arrondissement ne doivent pas utiliser de cartons ni de palettes... Ou bien, les lois ne sont pas les mêmes dans les quartiers populaires ?

    - Un commerçant de la Goutte d'or a récemment été sanctionné (amende) parce qu'il y avait des cartons vides devant sa boutique (il était en train de déballer un arrivage). D'autres, nombreux et bien connus des riverains, polluent l'espace public quotidiennement, depuis des années. On se demande comment s'explique cette application différenciée des règlements...

  • PS : votre photo est flatteuse. L'étalage de palettes est d'ordinaire bien moins rangé, et parsemé d'immondices. Sans compter que ces palettes qui vont être réutilisées baignent sur un sol plein de pisse (pardon pour la vulgarité, mais ici "urine" ne suffit pas !).

Les commentaires sont fermés.