Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commerce

  • Café ou thé : pensez à la Brûlerie Barbès !

    Rénovée depuis peu, la Brûlerie Barbès rue des Poissonniers est un lieu accueillant grâce au sourire d'Amel et aux odeurs apaisantes de la torréfaction.

    IMG_4861.JPG

    La  nouvelle commerçante et son fils veulent faire perdurer cette activité initiée en 1979 par monsieur Harboun, figure respectée du quartier. Ils ont choisi de vendre des grains de qualité bio provenant du Mexique, du Pérou, de Tanzanie, du Kenya, du Brésil, de Cuba, de Papouasie, etc. Ils proposent également un mélange d'excellence : le Blended.
    Les amateurs de thé trouveront aussi leur bonheur avec des produits de la marque Dattner à des prix imbattables.

    IMG_4865.JPG

     
    Brûlerie Barbès
    • 14 rue des Poissonniers, Paris 18e
    • téléphone:  07 50 48 78 77
    • site internet : brulerie-barbes
  • Nos artisans et commerçants ont du talent, soutenons-les ! : "La friperie Meftahi"

    Acteurs essentiels de l'animation de nos quartiers, beaucoup d'artisans et de commerçants sont durement touchés par la crise actuelle. Et le meilleur moyen de les soutenir est tout simplement d'y faire ses emplettes. Nous mettons donc un coup de projecteur sur quelques-uns de ces établissements qui sont essentiels à la vie de nos boulevards, nos places et nos rues. 

    Suite de la série avec aujourd'hui un coup de projecteur sur la friperie Meftahi

    Les friperies font partie du paysage du quartier Barbès. Au 72 de la rue Myrha, la friperie Meftahi (Meftahi Soldes) est installée depuis 1986. La marchandise arrive régulièrement par camion d'Allemagne ou des Pays-Bas, garantissant un renouvellement constant du stock. Les vêtements sont ensuite repassés à la boutique avant d'être mis en présentoir. On y trouve des vêtements classiques, vintage, mais aussi (bonne surprise !) des grandes marques. Les prix s'échelonnent de 1 à 30 euros environ. La boutique est connue dans le quartier comme "le magasin des chemises".

    WP_20200610_008.jpg

    À l'époque du réchauffement climatique et de l'épuisement des ressources naturelles, pourquoi ne pas privilégier des achats éco-responsables ?

    WP_20200610_005.jpg WP_20200610_010.jpg

     

    Meftahi Soldes

    72 rue Myrha, Paris 18e

    Tél. :  01 42 59 52 95

     

  • Nos artisans et commerçants ont du talent, soutenons-les ! : "Eukalypte"

    Acteurs essentiels de l'animation de nos quartiers, beaucoup d'artisans et de commerçants sont durement touchés par la crise actuelle. Et le meilleur moyen de les soutenir est tout simplement d'y faire ses emplettes. Nous mettons donc un coup de projecteur sur quelques-uns de ces établissements qui sont essentiels à la vie de nos boulevards, nos places et nos rues. 

    Suite de la série, avec aujourd'hui un coup de projecteur sur Eukalypte

    Nous avions déjà signalé l'ouverture de la boutique Eukalypte en septembre dernier, en haut de la rue du Faubourg Poissonnière côté 10e. Cette boutique à deux pas de Barbès propose des plantes d'intérieur et d'extérieur, avec un joli choix de cactées et de plantes grasses, dont l'essentiel est produit en France, il en est de même pour les pots et les accessoires. La démarche, encore rare dans le domaine de la vente de détail de produits horticoles, permet aux concepteurs d'Eukalypte de garantir la provenance et les conditions de production des plantes proposées.

    1077743322.jpg

    L'aventure d'Eukalypte a commencé sur internet avec une boutique en ligne ouverte en novembre 2018. Aujourd'hui elle continue en ayant "pignon sur rue", mais il est toujours possible de commander en ligne.

    127759370.jpg

    Eukalypte

    156 rue du Faubourg Poissonnière, Paris 10e 

    Site internet : eukalypte.com

    Mail : contact@eukalypte.com

    Tél. : 01 76 53 90 33

     

  • Nos artisans et commerçants ont du talent, soutenons-les ! : "Le Chien de la lune"

    Nous reprenons les publications habituelles de notre blog en commençant par une série d'articles sur les artisans et commerçants de nos quartiers.

    Acteurs essentiels de l'animation de nos quartiers, beaucoup d'artisans et de commerçants sont durement touchés par la crise actuelle. Et le meilleur moyen de les soutenir est tout simplement d'y faire ses emplettes. Nous mettons donc un coup de projecteur sur quelques-uns de ces établissements qui sont essentiels à la vie de nos boulevards, nos places et nos rues. 

    Nous débutons cette série avec le restaurant Le Chien De La Lune

    Situé dans la partie sud de la Goutte d'Or, à l'angle des rues de Jessaint et Pierre l'Ermite, Le Chien De La Lune n'est pas inconnu de nos lecteurs puisque nous annonçons régulièrement les concerts de jazz qui animent ce coin de rue.

    Depuis le 26 mai dernier, Le Chien De La Lune propose des plats à emporter, du lundi au jeudi. Il suffit de commander par mail à lechiendelaluneresto@gmail.com la veille au soir ou le matin même et on peut venir chercher la commande entre midi et 14 heures ; le retrait des commandes se fait du côté terrasse, rue de Jessaint.

    Deux formules sont proposées : entrée / plat ou Plat /dessert pour 15 €, ou entrée / plat / dessert à 18 € (carte des boissons sur place). N'hésitez pas à passer un coup de fil pour connaitre le menu de moment.

    873c8a1d9a22aa941f94aff6af73903f.website.jpg

     

    Le Chien De La Lune

    22 rue de Jessaint, Paris 18e

    Site internet : restaurantlechiendelalune.fr

    Tél. : 0142624060

    Mail : lechiendelaluneresto@gmail.com

    0ee0b77ed2ad5a7e26632a31d610bd75.png

  • Dernier jour pour voter pour votre produit coup de cœur "Fabriqué à Paris"

    Ce jeudi 12 décembre, c'est le dernier jour pour les Parisiennes et les Parisiens pour voter pour leur coup de cœur parmi les produits "fabriqués à Paris". Le jury de professionnels s'est déjà exprimé et a choisi ses lauréats, et à présent c'est à vous de désigner les coups de cœur du public parmi les 309 artisans, entrepreneurs et créateurs fabriquant à Paris qui ont été sélectionnés pour la 3e édition du label "Fabriqué à Paris". C'est là une bonne occasion d'encourager et soutenir les artisans de nos quartiers en votant pour un de leurs produits, ils ne manquent pas ! Nous en citons ici seulement trois qui sont fabriqués dans nos rues, mais nous vous conseillons d'aller découvrir ces nombreux produits "fabriqués à Paris".

      

    PANETTONE

    Elaboration minutieuse sur cinq jours : pétrissage lent, deux pâtes, ingrédients biologiques de qualité, un levain naturel et deux jours de fermentation. Panettone réalisé chaque semaine pour garantir fraîcheur et saveur optimales. Sa cuisson a été contrôlée manuellement pour atteindre sa température idéale.
    Ville de Paris
     
    Par Novantatré
    54 rue des Martyrs , 75009 PARIS

    LE MYRHA

    Fromage qui tire son nom de la rue Myrha dans le 18e. Affiné à la bière de la Brasserie de la Goutte d'or, il est fabriqué avec du lait de vache, cru et bio, à la façon d'un reblochon.
    Ville de Paris
     
    Par La Laiterie de Paris
    74 bis rue des Poissonniers, 75018 PARIS

     

    PATCHWORKS UPCYCLES

    Ligne de vêtements réalisé à partir de jeans vintage et chutes de denim

    Ville de Paris
    Par Cécile Chine
    21 rue Doudeauville, 75018 PARIS
     
     

     

  • "Manifestoyez avec nous !"

    "Manifestoyez avec nous !" c'est ainsi que plusieurs commerçants et artisans du quartier de la Goutte d'Or vous convient à (re)découvrir leurs échoppes et leurs ateliers à la veille des fêtes de fin d'année.

    Les lecteurs de ce blog reconnaitront sûrement plusieurs des enseignes (voir la liste sur le flyer ci-dessous) de cette sympathique opération de promotion, car en effet, nous avons déjà parlé de la plupart d'entre eux ici. C'est donc avec beaucoup d'enthousiasme que nous vous invitons nous aussi à aller voir tous ces commerçants et ces artisans, pour y faire vos emplettes évidemment, mais également pour encourager des professionnels très attachés à leur quartier et qui font beaucoup pour animer ses rues. Alors, allez donc "manifestoyez" avec eux !

    goutte-d-or,commerce,proximité,18e

  • Les restaurants gagnent du terrain dans le haut de la rue de Rochechouart

    Si vous n’étiez pas encore convaincu que l’un des meilleurs business à Paris, quartier populaire ou pas, reste la restauration, voici quelques photos qui pourront peut-être achever de le faire. Il y a quelques temps déjà, nous avions observé les transformations du haut de la rue de Rochechouart, avant l’intersection avec l’avenue Trudaine. Restaurants, pizzeria, bar à bière, vente à emporter…. remplaçaient la supérette, la quincaillerie, le photographe…  
    Passée l’avenue Trudaine, les commerces étaient jusque là plus diversifiés : boulangerie, agence immobilière, horloger, maroquinier, salon de beauté, coiffeur, épicier, boucher, bijoux fantaisie, prêt-à-porter, etc, etc… et aussi quelques restaurants chinois ou turc. 
     
    Du point de vue architecture, cette partie de la rue de Rochechouart offre deux côtés assez dissemblables. Côté des numéros pairs, des immeubles variés, hauteurs différentes, trois, quatre ou cinq étages, balcon ou pas, volets ou pas… En revanche, côté des numéros impairs, une régularité irréprochable assez haussmannienne (!): cinq étages, balcon filant au cinquième, chambres sous les toits, cinq fenêtres en façade, un portail au centre surmonté d’un fronton, et flanqué d’une boutique de chaque côté. En conséquence les commerces sont nombreux. 

    unnamed-4.jpg

    L’an passé, le Zaganin a laissé place à Avis de tempête, un bar branché qui a trouvé son public (des fans de sports collectifs?). Nous avons perdu un bon petit restaurant de cuisine française qui servait à l’occasion Sancerre et Quincy pas mauvais du tout. Ensuite les restaurants se succédaient : Au Boeuf braisé, une pizzeria, un restaurant libanais, un turc, en face des restaurants asiatiques … Ils se succèdent toujours mais ont changé d’enseigne : Bulldog 100% vegan remplace le Boeuf braisé (oups !), Walk Take Wok remplace une pizzeria, pourquoi pas…. Le Désir est toujours du Liban et livre à domicile vos falafels au besoin. En face aussi l’été a fait fleurir de nouvelles enseignes : la pharmacie à l’angle de la rue du Delta a laissé place à un bar à cocktails moderne, tout en verrière, qui fait petite restauration façon tapas et en début de soirée (18 h - 21 h) propose des tarifs Happy hour. Son nom ? Marty, tout en discrétion, visible sur l’ardoise du menu. Un peu plus haut le local de la Semaest a trouvé un preneur : Kazu, le menu à des prix très raisonnables offre des salades, classiques ou sur mesure, seules ou accompagnées de poisson ou viande.  À tester. 

    unnamed-5.jpg

     
    Une découverte encore en cette fin d’été, un Leclerc Drive…. Drive est peut-être excessif, si l’on pense aux habituels "drive" hors les murs, qui permettent de récupérer la commande passée sur le net directement dans son coffre de voiture. Ce sera sans doute plutôt du "caddy drive" ! On nous dit qu'il s'agit d'un " drive piéton", dont acte.

    unnamed-3.jpg

    Nous n’avons pas encore testé toutes ces nouvelles enseignes, à vous de nous dire à l’occasion ce que vous en pensez. 
  • Eukalypte, un peu de vert dans le quartier

    Depuis le 6 septembre dernier, un nouveau venu en haut de la rue du Faubourg Poissonnière, Eukalypte, vient mettre un peu de vert dans nos vies. En effet, cette nouvelle boutique à deux pas de Barbès propose des plantes d'intérieur et d'extérieur, avec un joli choix de cactées et de plantes grasses, dont l'essentiel est produit en France, il en est de même pour les pots et les accessoires. La démarche, encore rare dans le domaine de la vente de détail de produits horticoles, permet aux concepteurs d'Eukalypte de garantir la provenance et les conditions de production des plantes proposées.

    L'aventure d'Eukalypte a commencé sur internet avec une boutique en ligne ouverte il y a un peu moins d'un an, en novembre 2018. Aujourd'hui elle continue en ayant "pignon sur rue", avec une jolie boutique installée au 156 rue du Faubourg Poissonnière dans le 10e, où Caro, Duc, Jérôme ou Laura vous conseilleront pour verdir votre salon ou votre balcon. En plus, des ateliers sont proposés, pour les grands et pour les petits.

    IMG_5853.jpg

    Deux eucalyptus vous accueillent à l'Eukalypte 

    IMG_5850.jpg

    Un joli choix de plantes où les cactées et les plantes grasses sont à l'honneur

    IMG_5852.jpg

    IMG_5854.jpg

  • Le printemps des commerces

    Nous avions remarqué depuis quelques années combien le haut de la rue de Rochechouart avait changé de physionomie. Une animation nouvelle y règne, particulièrement en soirée, et occupe largement les trottoirs. Ce ne sont pas moins d’une demi-douzaine de restaurants ou cafés qui s’y sont installés, entre la rue Pétrelle et l’avenue Trudaine.

    Disparue la quincaillerie Amaria, le concessionnaire Peugeot, la miroiterie en face, et juste avant l’école maternelle le petit cours des halles, remplacé par un fleuriste assez éphémère, puis un réparateur de scooters, et bientôt…. allez savoir ! Le restaurant italien Fagio s’est étendu avec succès à la place de la supérette. Quels seront les prochains ? Que deviendra la boutique du photographe Desallais ? Déjà on ne se souvient plus trop de ce qui a occupé l’espace de la Cave à bières….

    Le faubourg Poissonnière, quant à lui, avait connu ses propres transformations, d’un autre genre. Au cours de la décennie passée ce sont des commerces de vêtements de cérémonie qui ont colonisé le quartier, d’abord le boulevard de Magenta puis le haut du faubourg. Avec une tentative d’en enrayer le cours par la Ville en créant les opérations Vital Quartier (un petit florilège de nos articles sur le sujet par ici). Mais depuis deux ans, des commerces de bouche résistent ou même se créent. Par exemple la boulangerie d'Aurélie Ribay dont nous avions salué l’arrivée (voir notre article du 5 septembre 2018). Mais aussi la boutique de bagles et de jus de fruit, à côté de la boucherie de M. David, successeur de M. Leboine. D’autres ont moins de réussite, et ne tardent pas à fermer, tels les remplaçants de Monsieur Schnellbaum qui, pendant plus de dix ans, a offert ses services funéraires au 169. Ainsi en va-t-il du commerce dans Paris. Ça bouge ! N'oublions pas Ferdinand, le fromager du 42 rue de Dunkerque, qui attire une clientèle de connaisseurs.commerce,9e,10e

    En ce printemps, on ne peut passer à côté de l’ouverture de la brasserie Bellanger (140 rue du Faubourg Poissonnière), il y a seulement quelques semaines. Notre regard observateur avait déjà repéré l’importance des travaux en façade, alors que dans le passé, seuls les stores et le nom du café changeaient, tout en restant, plus ou moins, dans leur jus. Pêle-mêle on avait connu la Brasserie des artistes, le Paris Nord, le Paris Juste, d’autres peut-être.

    commerce,9e,10e

    L’arrivée de la Brasserie Bellanger n’est pas passée inaperçue dans le petit monde des médias en ligne qui réagissent à ces événements. Ainsi la création de Charly et Victor (ouverte le 26 avril dernier et menu ici) a été commentée dans LesRestos.com, doitinparis.com, newtable.com, timeout.fr, cequepensentleshommes.fr, Sortir à Paris, Le Figaro très brièvement et L'Express en dévoilant une inspiration probable trouvée dans le modèle Big Mamma, les signalent aussi.

    L’investissement est important, la volonté de surfer sur la vague de la qualité alimentaire et des circuits courts est indéniable, sans doute aussi le business plan table-t-il davantage sur une rentabilité due au nombre plus qu'à la marge. Ajoutez à cela une bonne dose de communication efficace. On peut donc compter sur des prix abordables pour le client du quartier ou l’usager des gares. Au vu de l’accueil sur la toile, notre conseil est : n’hésitez pas, allez-y, testez... car, comme vous le savez, c’est le seul moyen d’avoir un avis.

    commerce,9e,10e

  • Retour sur la victoire judiciaire de La Vie Dejean

    Le 9 novembre dernier, le Conseil d'État a rendu son arrêt sur la fameuse affaire qui opposait l'association de riverains du quartier Château Rouge, La Vie Dejean, face à la ville de Paris et à l'État par le biais de la préfecture. La condamnation de la ville et de la préfecture est donc confirmée définitivement, les arrêts du Conseil d'État n'étant pas contestables.

    La justice reconnait ainsi les carences de la ville quant aux moyens mis en oeuvre pour la propreté et la tranquillité du quartier de Château Rouge et de la rue Dejean en particulier. Même s'il n'est question "que" de propreté et de tranquillité publique, l'affaire n'est pas mince, car elle établit une jurisprudence en la matière.  la vie dejean,chateau rouge,conseil d'etat,justice,proces,commerce,proprete

    Angle des rues Poulet et des Poissonniers, septembre 2018

     

    Petit retour sur l'historique du litige.

    Las de voir la vie dans leur quartier se détériorer, des habitants du secteur Dejean de Château Rouge s'associent pour faire valoir leur droit à vivre dans la tranquillité et la salubrité dues à tous, La vie Dejean est née. Leur combat prend un aspect judiciaire en mars 2014, quand avec l’aide de deux avocats l'association La Vie Dejean dépose un recours administratif préalable auprès de la préfecture et de la mairie de Paris, avant de porter ensuite l'affaire devant le tribunal administratif de Paris.

    Le 24 mai 2016, le Tribunal administratif de Paris rend un jugement en faveur de La Vie Dejean, reconnaissant l’existence d’une "double carence fautive", la première par le Maire de Paris et le Préfet de police en matière de sécurité, et la seconde par le Maire de Paris en matière de maintien de la salubrité publique dans le quartier de la rue Dejean. C'était déjà là une victoire historique, établissant un précédent en la matière.

    La Ville et la Préfecture font appel de ce premier jugement auprès de la Cour administrative d’appel de Paris, car estimant qu'elles ont une obligation de moyens et non de résultats, pour parler vite. Mais finalement, la Cour d'appel tranche en faveur de La Vie Dejean, le 18 avril 2017.

    Ne voulant toujours pas admettre cette condamnation, la Ville et la Préfecture vont utiliser leur ultime recours en portant l'affaire devant le Conseil d'État. Une fois n'est pas coutume, le Conseil d'État a rendu sa décision relativement rapidement dans cette affaire. Et cette décision est donc une condamnation définitive de la Ville de Paris et de la Préfecture. Vous pouvez lire le communiqué de presse de La vie Dejean suite à cette décision par ici.

     

    Et maintenant ?

    Il faut saluer la ténacité et la persévérance des membres de La Vie Dejean. Car pour soutenir une telle initiative, il faut de l'énergie, beaucoup de patience, mais aussi de l'argent. Il faut rappeler que les membres de l'association ont consacré des moyens humains mais aussi financiers à cette affaire. Il a fallu à l'association des fonds conséquents pour régler les frais de justice et d'avocats en particulier. Même si ici l'issue est heureuse, il ne faut pas oublier que le recours à la justice est processus long - redisons que les quatre ans du processus décrit ici sont un temps exceptionnellement court - et souvent couteux. Ces paramètres sont à prendre en compte avant de se lancer dans pareille aventure. Malgré ces obstacles, la Vie Dejean l'a fait, et avec succès, bravo à eux.

    Côté Château Rouge, depuis 2014, et l'action de La Vie Dejean n'y est sans doute pas pour rien, la situation s'est un peu améliorée sur le secteur, tant sur le plan de la sécurité que sur celui de la propreté, notamment depuis l'instauration de la ZSP élargie et la création d'une brigade dédiée aux ventes à la sauvette, ainsi que la mise en place du plan "Tous mobilisés". Et l'on a pu constater que la Ville et la Préfecture travaillaient à présent en meilleure coordination. Mais la tâche est encore conséquente et les problèmes nombreux, et si la Ville et la Préfecture ont commencé à renforcer les moyens alloués pour améliorer la situation, il faut impérativement que cet effort soit continu et soutenu, qu'il s'inscrive dans la durée. Au mois d'août dernier, on a eu la confirmation de la nécessité d'un effort continu. En effet, après une amélioration ressentie depuis plusieurs mois, une baisse de vigilance des autorités pendant les vacances a entrainé un nette dégradation de la situation, que ce soit avec les ventes à la sauvette ou pour la propreté, et bien au-delà du secteur de Château Rouge.

    C'est seulement en agissant au quotidien, et sans relâche, que les choses peuvent évoluer dans le bon sens. Et quand un quartier rencontre des problèmes exceptionnels, les moyens pour les résoudre doivent l'être aussi. Il est bien triste qu'il faille un procès pour que cela soit entendu.

  • Votez pour votre produit « Fabriqué à Paris » préféré

    Lancée le 19 novembre dernier, la 2e édition du label « Fabriqué à Paris » met en lumière les fabrications parisiennes. Pour cette deuxième édition, 270 entrepreneurs et créateurs fabriquant à Paris ont été sélectionnés au titre de la promotion 2018.

    Un jury composé d’Olivia Polski, adjointe à la Maire chargée du commerce et de l’artisanat, de Frédéric Hocquard, adjoint à la Maire de Paris chargé de diversité de l’économie culturelle, de Nicolas Bonnet-Oulaldj, conseiller de Paris et de personnalités qualifiées (Chambre du Commerce, Chambre des Métiers et d’Artisanat, Meilleurs Ouvriers de France…) a sélectionné les lauréats parmi les 282 candidatures reçues pour cette deuxième édition. Ce jury a d'ores et déjà récompensé 15 artisans. Parmi ceux-là, nos quartiers sont bien représentés avec, par exemple, le sac « Le Sologne » signé par Luc Dognin, installé 4, rue des Gardes (18e) qui est premier dans la catégorie Mode et accessoires, ou encore « Le Silo à bio-déchets » créé par Compost Urbain, une entreprise installée 12, rue Doudeauville (18e) qui se classe troisième dans la catégorie Produits manufacturésL’artisan classé en tête de chacune des catégories est récompensé d’un prix de 2.000 euros, le deuxième de 1.000 euros et le troisième de 500 euro.

    fabrique a paris,commerce,artisanat

    « Le Silo à bio-déchets » 

    Mais si le jury a déjà fait son choix, les Parisiens ont jusqu'au 28 novembre pour choisir leur coup de coeur parmi les 270 produits "Fabriqués à Paris". Vous pouvez voter pour votre produit préféré sur le site www.idee.paris.frLe gagnant de ce vote sera lui aussi récompensé d’un prix de 2.000 euros. Une cérémonie de remise de prix, présidée par la Maire de Paris, se tiendra à l’Hôtel de Ville lundi 3 décembre, en présence de l’ensemble des lauréats.

  • Des nouveautés dans le commerce du haut 9e

    Nous avons dans ce blog aussi nos « marronniers » ! Un regard sur les commerces qui changent dans nos rues en est un, qui permet de voir le temps qui passe et dans quel sens évolue l'activité commerciale. Le dernier pour Rochechouart datait de décembre 2017. Amusez-vous, un jour de pluie, à chercher les articles commerce via notre moteur de recherche dans la marge de gauche. Vous serez surpris de constater tous les changements. Vous y découvrirez aussi les dispositifs mis en place par la Ville pour tenter de maitriser la mono activité et la vacance commerciale en rachetant, quand cela est possible, des locaux mis à la vente en pied d'immeuble. Ce sont les opérations "Vital'quartier" menées par la Sémaest. Le blog tirait un bilan déjà le 20 janvier 2012.

    On ne regrettera pas vraiment l'enseigne de la supérette au 72 rue de Rochechouart, qui nous avait franchement déplu il y a quelques années. Gros lettrage, couleurs criardes. Puis elle s'était un peu améliorée à l'occasion d'un changement de gérant. On s'habitue à tout... Cet été, Super Market remplacé par Sitis Market a disparu.

    Roch'72 mai 2008.jpg

     D'une supérette à l'autre.
    Roch'72 avant extension Faggio.jpg

    Et on saluera le dynamisme du restaurant italien qui l'a cannibalisé. Et oui ! D'un passage étroit donnant sur une petite cour à l'arrière du bâtiment, la salle de la pizzeria Faggio a quasiment triplé. Les affaires sont bonnes. En revanche, les commentaires sur les réseaux sociaux, laissent entendre que la qualité aurait baissé en quelque trois ans. Le bureau d'Action Barbès qui s'y est retrouvé à la rentrée, a apprécié ses pizzas. 

    Capture d’écran 2018-11-18 à 15.01.44.jpg

    Faggio de nuit

    Sur le trottoir, en face, on notera avec curiosité les transformations du 75. Un local qui change de destination assez souvent. Il est passé d'une épicerie à une agence immobilière, puis un salon de massage pour devenir un restaurant Osteria. Tout cela en moins d'une décennie. En résumé, les commerçants ne font sans doute pas vraiment fortune, mais le local est attractif, il ne reste pas vide !

     EPicerie arabe à côté de Peugeot.jpg

    Agence immo Mai 2012.jpg

    ROch'75 Salon de massage Mai 2014.jpg

    Roch'75 Osteria .jpg

    Au 71 la librairie spécialisée en bandes dessinées a baissé son rideau, le bail est à céder. Au 73, l'immeuble du garage ex-Peugeot, le dépôt vente de Mamie dort depuis un certain temps aussi. Verra-t-on ici ou là un nouveau restaurant ? Il semble que cette activité prenne le pas sur les autres commerces depuis quelques années. Y compris avec L'Epuisette qui a remplacé les bureaux de Peugeot dans ce même immeuble. Peut-être les seuls à dégager des marges alléchantes.

    20181101_115553#1.jpg

    20181101_115630#1.jpg

    Traversons l'avenue Trudaine et ses platanes dorés, pour observer deux changements. A gauche, un restaurant dans lequel le conseil d'administration avait dîné plusieurs fois : Le Zaganin, au 81 rue de Rochechouart. Disparu au cours de l'été, et remplacé par Avis de tempête, ADT pour les intimes). Nous n'avons pas encore eu le temps de tester la carte et le cadre. A priori, ambiance jeune, des animations, de l'actualité sportive et des menus qui n'oublient pas les huîtres et les produits de la mer. Peut-être une bonne adresse pour anticiper les fêtes de fin d'année.

    Sur le trottoir des numéros pairs, au 90, un local a fini par faire l'objet d'un miracle. Après tant d'années, on ne croyait plus voir un jour une vie quelconque derrière la vitrine. Nous avions même obtenu auprès de l'adjoint au logement les raisons de ce long abandon : un imbroglio juridique. Pour l'instant nous nous réjouissons de sa reconversion, sans en savoir davantage. A suivre.

    Capture d’écran 2018-11-14 à 12.51.39.jpg

    paris,9e,commerce,rue-de-rochechouart,avenue-trudaine

    Et quand vous le pouvez, pensez à faire vos courses dans les commerces de quartier si vous tenez à les conserver en forme. Il sera trop tard quand les enseignes de grandes distributions auront gagné la partie. C'est déjà le cas dans nombre de villes moyennes.