Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commerce

  • Attribution probable et contestée d’un local angle Myrha/Affre

    La mairie du 18e dispose d’une commission baptisée « Pieds d’immeubles ». Elle se réunit régulièrement et délibère sur les attributions des locaux vacants, ou à livrer dans les mois à venir dans l’arrondissement, par un bailleur social. (Faut-il préciser que la Ville n'a aucune influence sur le type de commerce que peut accepter une copropriété ou un bailleur privé ? Liberté du commerce oblige... )

    Nous recevons tout aussi régulièrement le compte rendu des délibérations et des débats au sein de cette instance. La dernière réunion a eu lieu le 26 juin et a examiné la liste des locaux actuellement vides et ceux qui seront livrés prochainement.

    A propos, qui siège dans cette commission ? D'après nos sources, on y retrouve les représentants de

    • la Mairie du 18e
    • des services de la Ville de Paris (DDCT, DDEEES, DU)
    • l’ensemble des bailleurs sociaux
    • la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Paris
    • la Chambre des Métiers et de l’Artisanat
    • des conseils de quartier
    • des associations de commerçants

    En plus des activités de cette commission, la Goutte d'Or bénéficie d'un cadre structuré en faveur de la revitalisation du commerce depuis janvier 2016 (présentation en présence de Olivia Polski à la mairie du 18e).

    Lire la suite

  • Commerce et étalage : est-ce bien raisonnable ?

    Il est admis que la circulation des piétons est difficile sur les trottoirs du boulevard Barbès, au point que les cyclistes ont des  craintes à emprunter les pistes cyclables, situées sur les trottoirs, sauf à l'approche du carrefour. Mais conscients de cette fréquentation intense et des foules importantes qui circulent sur le boulevard Barbès, les pouvoirs publics — mairie et préfecture — ne devraient-ils pas attacher un soin particulier à réduire, voire interdire totalement les étalages qui empiètent sur l'espace public ? 

    C'était un engagement de l'ancien maire du 18e et sa mise en oeuvre réelle lors de la rénovation du boulevard. Pourquoi a-t-on laissé les étalages revenir ? Pourquoi a-t-on laissé faire les mauvaises habitudes ? 

    Voici deux photos récentes qui témoignent de ces faits regrettables.

    - la boutique Toto qui a fermé il y a quelques mois :

    boulevard-barbés

     

    - le même coin de rue : 

    boulevard-barbés

    Nous posons la question aux responsables de la voirie et de l'espace public : quels sont les ressorts de la politique de la ville qui expliquent cette tolérance vis-à-vis du commerce dans notre quartier ? Pourquoi les piétons et les familles — nous avons souvent des commentaires émanant des familles du quartier qui se plaignent des difficultés à circuler à pied, particulièrement avec des jeunes enfants — ne jouissent-ils pas d'une meilleure écoute ? Ce commerce a pourtant été verbalisé deux fois par la brigade des incivilités.

    Nous avons pris un exemple dans le 18e, mais le boulevard Magenta n'est pas en reste, et nous ne comptons plus nos interventions pour réduire la largeur des étalages, simplement, car jamais nous n'avons obtenu que les autorisations soient remises en cause, y compris lors de la rénovation de ce boulevard en 2007.... Et nous vous ferons grâce pour cette fois des ventes à la sauvette qui n'arrangent rien!

  • Locaux commerciaux mal-en-point : une situation qui s’éternise

    Il y a quelques années, le haut de la rue de Rochechouart a accueilli des arbres, tout jeunes, au nombre de quatre, sur le côté des numéros impairs, après l’élargissement du trottoir. L’opération avait eu lieu en deux temps : la rue de Rochechouart avait déjà bénéficié d’un aménagement de chaussée, appelé requalification, jusqu’au niveau de la rue Thimonnier, face au magasin Carrefour. Il convenait de réaliser la partie non encore aménagée et de se conformer aux conseils des Architectes des Bâtiments de France (ABF) qui prônent un certain respect des perspectives, et surtout veillent à que rien ne nuise à la beauté des monuments historiques ou classés quand on s’en approche. C’est ce que l’on appelle les espaces protégés. Ici, a priori, rien de tel à l’horizon, sauf peut-être le Sacré-Coeur au débouché de la rue. 

    rue de rochechouart

    Ci-dessus la largeur initiale de la rue, avec deux côtés en stationnement et deux voies de circulation.

    Enregistrer

    Lire la suite

  • Une drogue...rie qui fait grise mine

    L’image d’un quartier, c’est un tout, fait de qualité du bâti, de présentation de l’offre commerciale, de fréquentation, d’offres de loisirs, spectacles, de sécurité personnelle, etc.  Une réputation, c’est autre chose, c’est l’histoire du quartier qui la définit. Chez nous, à Barbès, nous avons souvent à souffrir d’une mauvaise réputation et d’une mauvaise image. Nous cumulons en somme. L’image nous pouvons nous atteler à la modifier, c’est en cours. Ne nous accuse-t-on pas fréquemment de vouloir "gentrifier" le quartier simplement parce que, tous, nous le souhaitons plus propre, mieux entretenu, plus respecté par les passants. La réputation, elle, est ce qu’elle est, et avec le temps, elle n’appartiendra plus qu’à l’histoire. L’histoire de la Goutte d’Or est riche, et pour vous en donner la preuve, nous vous conseillons de parcourir le blog d’un habitant de la Goutte d’Or, également membre du bureau d’Action Barbès (un peu de pub’ entre nous !), il est plein d’anecdotes et d’informations, qui vous feront aimer ce quartier, y compris avec ses défauts. C'est le blog de 28 rue Affre.

    Sollicités par les acteurs locaux, élus et autorités préfectorales, nous nous penchons sur le paysage urbain avec encore plus d’acuité qu’habituellement. Nous avons écrit récemment sur un décrochage d’enseigne trop voyante placette Caplat-Charbonnière. D’autres commerces sont dans notre collimateur. Mais passons sous le viaduc et gagnons le faubourg Poissonnière. 

    Lire la suite

  • Marché de Barbès : de nouveaux sacs

     
    L’esprit bio… dégradable souffle sur le marché de Barbès en ce début d’année 2017 ! 
     
    Nous avons eu la surprise de voir des sacs — ou des poches selon la région d’origine du client — dans une matière légère, douce aux doigts, comme un coton longues fibres lavé avec « Mirlaine » (mille excuses pour la pub gratuite !), un sac nouveau qui correspond aux caractéristiques de la norme ISO 16620-2* en vigueur depuis le 1er janvier 2017.
     
    Les marchands du marché du boulevard de La Chapelle seraient-ils en train de rentrer dans le rang, de respecter la règlementation à la lettre ? Tout doux, tout doux.... ils ne sont que sept ou huit à avoir pris le pas, mais rien ne nous dit que les autres ne vont pas suivre. A nous de les encourager et, pour nos achats, de privilégier les marchands les plus respectueux de l'environnement. Longtemps on a reproché aux stands de produits frais de ne pas être équipés de frigorifiques et finalement, petit à petit, ils y sont venus.

    Lire la suite

  • Un nouveau magasin bio rue de Dunkerque : Coeur de nature

    Nous vous en parlions le 25 juin ici même. Nous avions repéré l'implantation d'un magasin à la place du Dia de la rue de Dunkerque, fermé depuis des mois. Les travaux importants qui y étaient entrepris ne laissaient aucun doute, mais pas d'info sur le nom de l'enseigne future. Ca y est ! Depuis quelques jours COEUR DE NATURE s'affiche. L'inauguration a eu lieu jeudi dernier, le magasin vous attend dès 9h du matin. 

    Nous étions là le jour de l'ouverture et nous vous proposons quelques photos pour vous faire partager l'enthousiasme de l'équipe qui désormais sera aux manettes pour vous accueillir. 

    paris,9e,commerce,coeur-de-nature,bio,alimentation,rue-de-dunkerque

    Un effort de verdure bien venu pour accueillir les premiers clients. 

    Lire la suite

  • On parle d'un magasin bio rue de Dunkerque

    Les habitués de la rue de Dunkerque ont vu fermer le magasin Dia peu de temps avant Noël 2015 après plusieurs périodes de "malaise", des rayons à moitié vides, des personnels plutôt déprimés et ne sachant pas trop à quelle branche se raccrocher. Les rumeurs d'une éventuelle reprise après les fêtes de fin d'année n'ont pas été suivies d'effet et le magasin est resté de longs mois avec ses stores baissés. 

    Depuis quelques semaines sont menés des travaux que l'on peut apercevoir quand la porte est ouverte. L'intérieur a été vidé de fond en comble, les murs entièrement rénovés, isolation comprise, du sol au plafond. Des armoires frigorifiques, ou des équipements de ce genre à ce que nous en avons vu, attendent d'être positionnés et mis en service. Quand nous sommes passés, les peintres œuvraient dans le local sans que nous ayons pu les interroger sur la fin de leur chantier. En revanche, nous avons pu échanger quelques phrases avec l'électricien rencontré sur le pas de la porte. 

    paris,9e,commerce,rue-de-dunkerque,produits-bio

    D'après les plans, le magasin offre une superficie de 250 m2 au rez de chaussée, et nous savons de mémoire qu'il existe un sous-sol pour le stockage. En résumé, c'est une belle surface qui ne pouvait rester indéfiniment inexploitée. D'après les personnes rencontrées, il s'agirait d'y ouvrir un magasin de produits bio, et l'ouverture pourrait se faire à la rentrée, après l'été. Nous n'avons pas découvert quelle est l'enseigne qui s'y installera. 

    L'offre en produits bio dans le quartier s'élargit depuis quelques années. En tout dernier lieu, c'est le magasin Naturalia au 73, rue de Maubeuge qui a ouvert ses portes remplaçant une enseigne Spar qui vivotait. On peut ouvrir les paris et chercher à deviner le nom du prochain exploitant : Biocoop, Bio C'bon, La vie claire, ou d'autres...

    Nous espérons toutefois que le cours des halles qui se trouve juste en face et qui propose des fruits et légumes de qualité ne souffrira pas trop de la présence de ce nouveau magasin. 

  • Marché Barbès: protestation de commerçants

    Lundi dernier une trentaine de commerçants du marché Barbès a défilé du métro La Chapelle à la mairie du 18e.

    paris,paris 18e,commerce,marché barbès,manifestationUne première pourrait-on dire. Alors pourquoi? (voir article du Parisien du 2 mai )

    paris,paris 18e,commerce,marché barbès,manifestation

    Samedi , on pouvait lire ces revendications placardées sur les camions du marché.

    Nul doute que les choses bougent depuis nos articles récents sur les dysfonctionnements du marché et la réunion du 11 mars avec Olivia Polski, adjointe chargée du commerce à la mairie de Paris - réunion à laquelle nous participions.

    Pour l'historique, voir nos articles des 22 février, 25 février, 4 mars et du 1er avril sur le voeu voté en Conseil de Paris de mars.

    Nous avons toujours exprimé notre soutien au maintien du marché alimentaire de notre quartier. Mais cela fait plusieurs années que nous écrivons et alertons les élus sur d'indispensables améliorations à apporter. Nous pouvons donner raison aux commerçants sur l'état du sous-viaduc avec un sol parfois dangereux, des pieds d'arbres en très mauvais état, sans oublier la saleté près des piliers qui sentent l'urine. Les sauvettes sont importantes tant dans l'allée centrale qu'autour du marché.

    Pour le reste, il s'agit du respect d'une règlementation peut-être peu respectée jusque-là. Les services de la ville agissent et rien de bien anormal. Les camions stationnés à cheval sur la piste cyclable et le trottoir côté 10e bénéficient d'une "tolérance" de la préfecture de police et ne sont pas verbalisés.

    paris,paris 18e,commerce,marché barbès,manifestation

    les livraisons nocturnes interdites continuent (photo nuit du 26 au  27 avril)

    Pour les riverains, les clients et les commerçants, des améliorations sont attendues pour un marché plus agréable et serein. Un sujet qui sera très probablement évoqué lors du prochain Comité de pilotage Barbès début juin et sans doute un peu avant lors de la réunion publique sur la promenade urbaine de Barbès à Stalingrad annoncée pour ce mois de mai.

  • Parlons boucherie...

    Beaucoup de boucheries ont fermé ces vingt dernières années, d'autres se sont transformées en boucherie de viande halal dans les quartiers populaires, et par-dessus tout, les rayons des supermarchés ont proposé une alternative aux étals des bouchers : la viande sous cellophane ou conditionnée de type Charal et consorts (Groupe Bigard). Le site de ce producteur a beau annoncé "Du pré à l'assiette" et ses collaborateurs être tout sourire, pour nous, la viande c'est d'abord chez le boucher de quartier. 

    Justement revenons au quartier ! Depuis quelques mois, le faubourg Poissonnière — le nôtre, 9e-10e Nord ! — a vu ses deux boucheries changer de propriétaire.  

    Sur le trottoir du 10e, au n°144, entre le fleuriste et le vendeur de Bagels, la boucherie a un nouveau propriétaire. On s'attendait au départ de Monsieur et Madame Leboine, mais pas si tôt. C'est vrai que Marcel, Monsieur Leboine, nous avait toujours dit qu'il avait commencé très tôt dans le métier, en quittant sa Normandie natale pour le plancher parisien. Mais l'annonce en décembre dernier en a surpris plus d'un ! La Normandie a cédé la place à la Bretagne. Monsieur et Madame David viennent de Quiberon (Morbihan). Le changement est radical... pour eux, pour nous pas vraiment, car l'amabilité et la gentillesse de ce couple de commerçants sont dans la continuité des Leboine que nous fréquentions avec plaisir depuis trente ans, pour certains. Fidélité aux fournisseurs également, et suivi de la viande de qualité.

    paris,9e,10e,faubourg-poissonnière,commerce,boucherie

    Au n°147, sur le trottoir du 9e, Monsieur Hamelin a déposé couteaux et tablier à l'automne dernier. Nous aurons peut-être l'occasion de faire connaissance avec le nouveau boucher ultérieurement.

    Nous avons de la chance que ces deux affaires aient été reprises dans de bonnes conditions et qu'elles survivent au marasme qui a touché tant de confrères, y compris dans le quartier. De mémoire d'une habitante de longue date dans cette partie du 9e, nous nous souvenons du boucher Morel rue Condorcet, angle Turgot (remplacé par l'immobilière David), de la boucherie chevaline de la rue Rodier, un peu au-dessus et en face de l'école maternelle, de la boucherie de la rue de Rochechouart à côté d'une quincaillerie à l'angle de la rue de la Tour d 'Auvergne, d'une autre toujours rue de Rochechouart, tout petit local juste avant le feu rouge au croisement avec l'Avenue Trudaine, et Alexandre, le boucher bien aimé des habitants de la rue Pierre Sémart, près du carrefour Abbeville-Maubeuge... on arrête là ? 

    Nous avons regardé du côté des statistiques professionnelles, et trouvé des données sur le site de la Fédération des Centres de gestion agréés (FCGA) qui regroupe de très nombreux commerçants et artisans, Très petites entreprises (TPE) et publie des rapports sur les résultats de ses membres. Les moyennes valent ce qu'elles valent... mais nous avons apprécié la comparaison des revenus entre bouchers-traiteurs et ceux du secteur artisans et commerçants. Finalement les bouchers s'en sortent plutôt bien, quand ils s'en sortent, et devraient attirer des vocations, pour les courageux qui aiment le métier de la viande et n'ont pas peur des longues journées de travail ! 

    paris,9e,10e,faubourg-poissonnière,commerce,boucherie

    (En net mensuel, les chiffres tombent respectivement à 3052 € et 2663 €)

    Pour une vision plus large des revenus des commerçants et artisans en 2014, nous avons trouvé le 13h de France 2 du mercredi 21 octobre 2015, à écouter entre les points 10:40 et 15:00.

    Les données de la FCGA « confirment le dynamisme du commerce de détail alimentaire relevé par l’Insee. Avec un chiffre d’affaires en hausse de 0,5 %, le secteur réalise l’une des meilleures performances commerciales de 2014, toutes professions confondues. Les crémiers-fromagers (+3,4 %) et les artisans bouchers (+2,2 %) se distinguent tout particulièrement. Les professionnels de l’alimentation affichent ainsi la meilleure rentabilité de l’année avec un résultat courant de 1,3 % ». (Source : les Affiches Parisiennes).


    On peut parler aussi de l'évolution de l'offre en boucherie. Pour survivre, les bouchers sont devenus traiteurs, charcutiers, et parfois mêmes crémiers, puisqu'il n'est pas rare de trouver un échantillon de quelques fromages choisis. C'est au moins l'évolution que l'on constate à Paris. La pierre d'achoppement sera sans doute les heures d'ouverture, car il va devenir très difficile de soutenir la concurrence des grandes surfaces ouvertes jusqu'à 22 heures, parfois davantage. Aussi, si nous, habitants de Paris, nous voulons continuer à choisir entre une viande de qualité chez notre boucher de quartier (chère, nous en convenons mais de qualité si nous choisissons le bon boucher) et une viande médiocre car les conditions d'abattage, de transformation, la provenance, le prix, les marges sont différentes... il va falloir faire un peu attention à notre métier de consommateur. Quand un commerçant met la clé sous la porte, en général, c'est par défaut de chiffre d'affaires et donc de clientèle. 

     

  • Comment agir sur la diversité commerciale dans la Goutte d'Or ?

    Le commerce, ce n'est pas seulement le marché de Barbès ! Non. Et c'est ce qu'a voulu démontrer l'équipe d'animation du Conseil de quartier (CQ) Goutte d'Or - Château rouge en organisant un brain storming (!) des habitants présents le 30 mars à l'école de la rue Pierre Budin (18e). En effet, on entend certains se plaindre de l'absence de boucheries ou de commerces de bouche, en général, dans le quartier de la Goutte d'Or et souvent ils invitent la mairie à réagir pour ralentir cette évolution du commerce dans les quartiers. Pas facile.

    Existe-t-il des moyens de s'y opposer ? Oui, répond le CQ. Les trois tables rondes, constituées ce soir-là de volontaires et de porteurs de projets, et aussi d'acteurs de terrain, se sont interrogés sur les moyens individuels et collectifs à leur disposition.

    Une table s'est intéressée aux expériences individuelles, une deuxième aux efforts collectifs, et notamment avec l'apport de la Semaest, cette société d'économie mixte de la Ville dont nous avons parlé à plusieurs reprises ici, comme  dans le cadre de Vital Quartier dans le 10e (voir notre article du 2 avril dernier).

    Nous étions nous-mêmes, auditeurs attentifs, à la table des initiatives entrepreneuriales, la troisième table ronde, où deux projets ont été détaillés par le menu par les intéressées.

    paris,paris 18e,démocratie locale,conseil de quartier,goutte d'or,commerce

    D'abord, le cas d'une boutique acquise par un ancien journaliste dans le cadre d'un investissement individuel avec une préoccupation locale. Pourquoi préciser ce détail ? Parce que c'est une façon un peu nouvelle de faire du marketing, d'analyser le marché. Une fois le local acquis — un ancien magasin de chaussures, pas très grand, mais situé non loin de l'Institut des Cultures d'Islam, bien en vue donc, et jouissant d'une fréquentation honnête —, le propriétaire s'interroge sur la destination de son bien. Quel type de commerce y installer ? Comment l'inscrire dans le lieu ? Quels sont les besoins des habitants proches ? Que leur manque-t-il dans ce quartier vivant ? Quel est le meilleur choix pour assurer à la fois la satisfaction de la future clientèle et la rentabilité du commerce ? Des questions essentielles que développe la porteuse de projet, qui s'est associée au propriétaire du lieu. Tous deux se sont décidés pour la création d'un coffee shop, qui offre bien sûr des boissons, mais aussi un cadre tranquille pour lire ou pour travailler sur son ordinateur, en bénéficiant d'une bonne liaison internet et d'une imprimante au besoin. En partenariat avec le Monde Magazine, le café pourrait organiser des signatures d'écrivains, accueillir des vernissages, des expositions, ou être le cadre de portraits, d'interviews... C'est un concept déjà existant mais peu courant dans les quartiers populaires. A côté de cet aspect culturel, les porteurs de projet aimeraient offrir aux jeunes du quartier (présence du Centre de Formation d'apprentis Stephenson - CFA - non loin) des encas de qualité mais bon marché, autre chose que MacDo ou Quick sans exploser leur pouvoir d'achat. Le plan de financement est en cours, peut-être un recours au crowdfunding (financement participatif).  On a aussi noté des attentes du côté de l'obtention d'une terrasse, c'est là que la Mairie apporterait son coup de pouce. Au niveau du calendrier, si tout marche comme espéré, on pourrait compter sur une ouverture à l'automne.

    Le second projet présenté se rapproche davantage de l'économie solidaire. Il s'agit de créer une cuisine aux dernières normes en vigueur, utilisable par les habitants comme une extension de chez eux, qui soit un lieu convivial et pas seulement commercial. Cela pourrait ressembler à un restaurant participatif, avec une partie de la production de plats préparés mise à la vente, de façon à assurer des ressources au projet. Le lieu n'est pas encore trouvé : il devrait offrir environ 100 m2 de surface et être adaptable pour des ateliers de cuisine ou de pâtisserie, un cadre très convivial permettant d'ouvrir le quartier sur d'autres horizons et de faire connaître les traditions culinaires d'autres pays.

    Ce sont des projets encore en gestation mais qui présentent des perspectives alléchantes pour le quartier. Les habitants ont envie de prendre leur destin et celui du quartier à bras le corps, on dirait.