Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le 18ème - Page 3

  • Quelques idées pour la promenade urbaine

    L'atelier d'architecture autogérée (AAA) a du reporter la seconde réunion qu'il avait programmée pour le 7 avril en raison des vacances scolaires et du risque d'absentéisme. Alors, revenons ensemble sur la première qui s'était tenue le 24 mars.

    Elle n’a pas été facile pour ses animateurs. La salle située au premier étage du centre d’animation de Château-Landon (10e) était sous-dimensionnée pour la foule venue donner son avis. Elle comptait des habitants avertis par notre blog peut-être ou par la communication des mairies, également des membres de notre association et de deux autres, DemainLaChapelle et SOS Chapelle, implantées de chaque côté de la place de La Chapelle (10e et 18e) avec lesquels nous avons noué des relations en vertu de l’adage « l’union fait la force ». Dans ces conditions, foule et exiguité de la salle, il a été difficile d’échanger de la manière que l’aurait souhaitée M. Petcou, le directeur d'AAA, et sans être trop critique, on peut dire que la maitrise de la réunion lui a échappé. 

    Nous avons dit, déjà, ici, notre déception lors de la séance de présentation de AAA et de ses associés dans le projet de Promenade urbaine le 3 mars dernier (lire notre article du 7 mars). Nous nous attendions un peu ce vendredi-là à une séance de travail construite sur les mêmes bases, à savoir des tables rondes affichant quelques mots-clé : cuisine du monde, espace public, déchetterie et recyclage, agriculture urbaine, etc. Nous comprenons le principe. Il faut faire parler le public de ses envies le plus spontanément possible. En lui proposant des concepts assez globaux, on peut lui faire dire ce que cela lui évoque et ainsi faire émerger sa vision du projet. Dans un tout autre domaine, la méthode rappelle les séances de communication publicitaire autour du lancement d’un produit. Paperboard et markers : « Et si je vous dis « travail » vous pensez à quoi ? » pour voir si le nouveau produit a bien l’effet escompté sur le public ou répond bien à l'attente du client. 

    Il a fallu très peu de temps pour se rendre compte que ce type de concertation, ou de co-construction, expression patentée, ne convenait pas à la salle. Nous avions noté en arrivant un peu avant 19h qu’une pré-réunion était déjà en cours. De fait, quand nous sommes entrés, quelques personnes étaient déjà assises autour des tables, sans que nous sachions si elles étaient des collaborateurs de AAA ou des invités. Quand M. Petcou a pris la parole, il a oublié de se présenter et de les présenter, or la moitié des personnes présentes ne le connaissaient pas. On percevait déjà un flottement. Très opportunément, Elise Fajgeles, élue du 10e, a pris la parole pour ramener un peu de sérénité, apporter les informations nécessaires, rappeler rapidement l’historique du projet, préciser la mission de l’AAA, et expliquer en quoi consistait la réunion. Heureusement.

    Quelles ont été les principales remarques exprimées dès le début ? 

    Lire la suite

  • D'une réflexion à l'autre sur le thème de la promenade urbaine...

    Nous avons reçu une réflexion à propos de la Promenade Urbaine, certes négative, mais surtout qui rend morose son auteur. Celle-ci : 

    Je me dis que je dois souvent passer pour un râleur, critique et négatif. Mais en général ce qui m'effare c'est le fait que les décideurs actuels soient dans la négation des réalités, ce qui génère des effets catastrophiques absolument prévisibles (par exemple le projet actuel de promenade urbaine, qui risque de s'avérer pire que rien).
     
    Morose au point de regretter le projet même de promenade urbaine, au point de n’y voir que des risques de dysfonctionnements dans le futur. Il imagine des dégradations liées à des occupations non souhaitées, importantes, mal gérées, dans des conditions de propreté et d’hygiène incompréhensibles, indignes…. N’ajoutez rien ! On a tous compris. Au moins, tous ceux qui comme nous, comme lui, ont vécu toutes ces dernières années ou vivent encore dans le périmètre entre Barbès et Stalingrad. 

    Lire la suite

  • Rue de Clignancourt on parle aménagement de voirie

    paris,18e,clignancourt,voirie,couloir-de-bus

    La rue de Clignancourt vue du boulevard de Rochechouart.

    Les aménagements de voirie de la rue de Clignancourt sont depuis longtemps dans les tuyaux et une récente réunion les a remis sur le devant de l'actualité locale. C'était le 21 mars et nous y étions, tout comme l'adjoint au maire du 18e chargé de la voirie, Félix Beppo, Sandrine Mée, l'élue référente du conseil de quartier Goutte d'Or — dont le périmètre monte jusqu'à la rue de Clignancourt — et des responsables de la direction de la voirie du 18e (DVD). Bien que l’invitation ait été transmise il y a longtemps, aucun autre riverain ou association de riverains du quartier n’était présent, ce qui est dommage car cette réunion était l’occasion de recueillir l’avis de tous.

     

    Lire la suite

  • Petite foire culturelle à Pajol

    Nous relayons ici les animations proposées par la galerie CANOPY demain dimanche 9 avril  de 11h à 18h pour "faire vivre la culture à La Chapelle et continuer à faire aimer ce quartier malgré les difficultés actuelles".

    Rendez-vous sur la place devant la galerie au 19, rue Pajol dans le 18e pour une petite foire aux livres d'occasion, avec une dizaine de stands d'habitants du 18e, des animations (quizz sur le quartier, poésie, café à la galerie).

    Foire culturelle Pajol.jpg

  • Effectifs dans les écoles de la rue de la Goutte d'or: des parents s'inquiètent

    Les rentrées scolaires se préparent toujours plusieurs mois à l'avance dans les services académiques. Des modifications de la carte scolaire devraient avoir lieu pour septembre. Nous relayons bien volontiers dans nos colonnes l’inquiétude de certains parents d’élèves des écoles de la rue de la Goutte d’or qui voient d’un mauvais oeil les classes surchargées de la maternelle à la rentrée prochaine. Il s'agit de la polyvalente 49 bis rue de la Goutte d’or et de la maternelle au 57 de la même rue. Ils nous ont sollicités pour publier le communiqué ci-dessous.

    Les parents d'élèves des écoles de la Goutte d'Or se mobilisent actuellement pour que l'Académie de Paris mette en oeuvre des moyens adéquats, suite à la refonte de la carte scolaire du quartier. Face à l'érosion des effectifs ces dernières années dans ces deux écoles, certaines classes avaient dû être supprimées. Le secteur a donc été élargi et les écoles réorganisées en fonction : la polyvalente devient une primaire, tandis que la maternelle accueillera tous les enfants de maternelle. La réforme est prometteuse pour la future primaire puisque les enfants seront accueillis dans de très bonnes conditions avec moins de 20 élèves par classe, eu égard au statut de l'école classée REP plus. En revanche, en maternelle, elle aussi REP plus, l'Académie de Paris prévoit des effectifs à 25 élèves. Pour les parents d'élèves, c'est beaucoup trop : pourquoi ne pas prévoir la même mesure afin d'amorcer le cycle vertueux de la mixité ? Ce qui se joue ici, c'est assurément l'avenir d'un quartier : l'école est le creuset de notre société, et face aux replis sur soi que l'on constate au quotidien, le quartier Barbès peut devenir un véritable laboratoire de la mixité, il en a toutes les caractéristiques. Encore faut-il y mettre les moyens. Des expérimentations prometteuses sont actuellement testées dans d'autres quartiers du 18e arrondissement, au collège, mais pourquoi ne pas s'attaquer au problème dès la maternelle ? Nous le voyons dans nos écoles de la Goutte d'Or, la mixité sociale est bénéfique pour tous les enfants quand les équipes enseignantes sont aussi investies et les effectifs limités. Mais à quoi servent les moyens mis à disposition en REP plus (sorties, projets culturels etc.) quand l'enseignant ne peut accorder un temps d'attention à chaque élève de la classe, comme cela risque d'être le cas l'an prochain à la maternelle ?
    Les habitants du quartier sont soucieux de garantir la qualité du "vivre ensemble" qui caractérise la population mixte, mais solidaire, du quartier de la Goutte d'Or, ce dont l'école républicaine et publique est le meilleur garant, quand elle sait donner sa chance à chacun. L'Académie de Paris n'a pas répondu à nos sollicitations, à ce jour. Espérons que les parents seront entendus car ils constituent assurément le meilleur allié de l'éducation nationale dans ce projet d'une école qui fait la part belle tant aux apprentissages qu'aux cultures multiples d'un monde en pleine mutation.

    Les représentants des parents d'élèves des écoles de la Goutte d'Or

    Nous suivrons avec attention l'évolution de ce dossier et les réponses de l'Académie de Paris.

  • Si on chantait...à la Sorbonne Clignancourt

    Le centre Sorbonne Clignancourt propose un nouveau concert participatif le mercredi 19 avril à 19h30 avec le Choeur et Orchestre  Sorbonne Universités (COSU) . Un beau programme avec Carmen de Bizet (Ouverture | Chœur des gamins | Habanera | Air du Toréador | "Les voici" ).  Avis aux amateurs!

    Paris,paris 10e, sorbonne, musique

    C'est gratuit, ouvert à tous. Une seule contrainte, s'inscrire en cliquant ici.

     

     

  • Heureux comme un pied d'arbre boulevard Barbès !

    Nous ne voulons pas faire croire aux services de la Voirie du 18e que nous n'avons pas vu les pieds d'arbres du boulevard Barbès... vous aussi vous les avez certainement remarqués ? Non ? Si c'est le cas, ce sera à cause de la trop grande affluence qui sévit sur les trottoirs du boulevard au moment où vous passez. 

    Toutefois notre oeil d'observateur averti les a remarqués dès le premier jour. Et "l'oeil" de notre téléphone l'a même mis en mémoire illico presto pour vous en donner une illustration ici. 

    paris,18e,trottoir,pieds-d'-arbres,pmr

    Il s'agit d'un mélange de sable et d'un liant qui laisse ce comblement perméable aux eaux de pluie. Merci pour les arbres. Et merci à la section territoriale de voirie du 18e qui a déclenché l'opération. Le cheminement piéton, c'est à dire de la foule qui emprunte quotidiennement la station de métro, à défaut d'utiliser la station Château-rouge en travaux, et celui des habitants qui rentrent chez eux, s'en trouve largement facilité : plus de flaque, plus de trous, et moins de "cochonneries" qui restent coincées dans l'eau stagnante. 

    Comme nous sommes sensibles à l'environnement des trois arrondissements autour du carrefour Barbès — et un peu râleurs aussi — nous allons poser la question qui est sur toutes les lèvres au sud du viaduc, à savoir : 

    Et sur le Magenta, c'est pour quand ?

     

     

  • L'opération Barbès Respire se poursuit

    Nous en sommes déjà à la 3e réunion avec le chef de district, Jacques Rigon, et les associations du quartier Barbès-Chapelle, réunion qui a commencé comme à chaque fois par un bilan chiffré des actions menées. (voir notre précédent article du 14 mars). 

    Quelques chiffres

    • Eviction de vendeurs à la sauvette : un peu plus de 16000

    • Procès verbaux simplifiés de saisie - destruction : 972 pour 10 tonnes de marchandises

    • Total des arrestations : 764 dont 46 concernant la vente illicite de cigarettes

    • PV pour stationnement illicite et infraction à la circulation: 3100

    • Enlèvements de voitures ou camions: 85 (essentiellement les jours de marché). Pour ce faire, des grues sont utilisées.

    A noter que des procès verbaux ont enfin été dressés le dimanche 19 mars pour des véhicules en stationnement sous le viaduc du métro, ce que nous demandons depuis des années!

    Enfin, un réseau de ventes de cigarettes a pu être démantelé avec une saisie de 356 paquets et 12000€ en numéraire. Une belle opération dont se félicite la préfecture et suivie d'arrestations et de mises en détention.

    Rappelons que ces chiffres se cumulent depuis le 23 janvier (pour comparer avec les chiffres précédents, voir notre article du 14 mars ).

    On ne peut donc pas dire qu'il ne se passe rien à Barbès et à La Chapelle. Nous croisons souvent des équipages à pied ou en vélo dans tout le secteur concerné. Des opérations ont lieu régulièrement. Pour autant, les retours de nos adhérents et des lecteurs du blog sont encore mitigés. Mais on part de tellement loin...

    Des ajustements en cours

    Pour éviter l'installation des sauvettes les jours de marché en fin de matinée, une brigade est désormais présente à 13h au lieu des 14h30  pour prendre le relai de l'équipe du matin. Lors d'une réunion récente à la préfecture, il a été demandé à la RATP de veiller à ce que des vendeurs ne s'installent pas à l'intérieur de la station. La suppression des peignes et le changement des grilles qui entourent la station ont bien été confirmés pour avril.

    Vous avez peut-être remarqué la disparition des croix de Saint-André entre le kiosque à journaux et la chaussée côté 18e. Il s'agit là de ne plus permettre aux vendeurs de toute sorte de les utiliser comme sièges devant la sortie à peignes. On réfléchit aussi au mobilier urbain. D'autres lieux pourraient subir le même sort notamment à La Chapelle.

    Placette Charbonnière, là aussi, il s'agit de déranger les trafics et notamment le marché aux voleurs quotidien de la fin d'après-midi. Une brigade est généralement sur place (sauf urgence) tous les jours pour occuper l'espace.

    paris,paris 10e,paris 18e,préfecture-de-police,ventes-à-la-sauvette,marché barbès,verbalisation,stationnement-illicite,mineurs isolés

    Continuons notre balade vers l'est avec le pont "aux pigeons" juste au-dessus du square Jessaint. C'est parfois une zone de repli pour les sauvettes et une réflexion est donc en cours à la mairie du 18e pour une occupation de cet espace très dégradé. Puis place de la Chapelle et haut de la rue Marx Dormoy, une brigade, comme pour la placette Charbonnière, est désormais présente entre 18h et 20h30. Là aussi, il s'agit d'assurer une présence, de circuler aux abords de la place et d'aller à la rencontre des commerçants. "On veut faire respirer les habitants " a martelé Jacques Rigon.

    La forte occupation par des groupes d'hommes du square Louise de Marillac a abouti à sa fermeture, une fois de plus. Les enfants du quartier ne sont pas gâtés en ce moment avec le square Jessaint qui n'a pas encore réouvert ses portes. Encore un peu plus loin, des habitants se plaignent d'une nouvelle occupation de migrants rue Pajol. On peut légitimement se poser la question de leur non prise en charge dans le dispositif de la porte de la Chapelle.

    Nous avons aussi évoqué l'état des lieux autour de la salle de consommation pour usagers de drogue et une situation qui semble s'être dégradée d'après des riverains. Ce n'est pas notable d'après notre interlocuteur. Nous vous en dirons un peu plus dans notre article à venir sur la réunion du Comité de voisinage qui s'est tenue le 21 mars.

    Notre prochain rendez-vous prendra probablement la forme d'une marche exploratoire, une bonne idée.

     

  • Œdipe Roi à Clignancourt

    En ces temps électoraux d’indécision collective il est bon de retrouver la parole des Anciens à la faveur de deux tragédies grecques centrées sur des héros qui ont consciemment ou non défié les dieux et voir le sort qui leur est réservé. A la Sorbonne Clignancourt mardi 28 mars vous pourrez donc assister à Œdipe Roi de Sophocle (20h) précédé de Prométhée enchaîné d'Eschyle (18h), dans des traductions originales et même avec quelques passages en grec ancien pour nous permettre d'entendre la beauté de cette langue qui a forgé la nôtre. Ces deux spectacles de la Compagnie Démodocos s'inscrivent dans l'unique festival de théâtre antique universitaire les Dionysies : www.dionysies.org

    Capture d’écran 2017-03-24 à 17.18.53.png

    Sorbonne Clignancourt, 2 rue Francis de Croisset métro Porte de Clignancourt

  • Un peu de poésie...

    Nous relations récemment "une scène inhabituelle à la Goutte d'Or" à propos de l'action tant attendue de la préfecture de police contre les stationnements illicites et sauvages à la Goutte d'Or. Or, voilà que sur les pare-brises des voitures garées dans le quartier de nouvelles contraventions ont vu le jour. Mais ces contraventions-là sont de celles qu'on a envie de recevoir, et pour cause, puisqu'il s'agit de contraventions... poétiques !

    C7CUq1FWcAATeLL.jpg

    En effet, à l'initiative des élèves du groupe scolaire Saint Bernard-Sainte Marie et à l'occasion de l'opération "Le Printemps des poètes" qui se déroulait du 4 au 19 mars 2017, de faux procès-verbaux portant quelques vers régigés d'une écriture enfantine ont fleuri sous les essuie-glaces des automobiles.

    Saluons cette belle initiative qui offre un peu de poésie là où on ne l'attend pas.

    goutte d'or,poésie,stationnement