Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

espace-public

  • Une idée pour la place Caplat-Charbonnière

    Capture d’écran 2017-05-07 à 12.42.45.jpg

    Le plan de la placette à l'angle des rues Caplat et de la Charbonnière.

     

    Nous avons remarqué parmi les commentaires de nos derniers articles parus sur les bilans des opérations que mène la Police depuis janvier de cette année, que les avis sont partagés : certains sont dubitatifs sur leurs effets et leurs immédiates conséquences positives sur l'environnement, d'autres admettent qu'un mieux est irréfutable.

    Nous sommes également partagés et nous l'exprimons le plus clairement possible à nos interlocuteurs quand nous les rencontrons pour faire des points réguliers — qui paraissent ici tout aussi régulièrement ! — ou lors de marches exploratoires qui nous conduisent au plus près des points noirs.

    Lors d'un dernier passage sur la placette (un point noir dûment répertorié !), à l'intersection des rues Caplat et de la Charbonnière, nous avons pu constater que les pots de fleurs occupaient certes l'espace public de façon colorée, mais qu'ils servaient aussi de réceptacles aux canettes et autres détritus que l'on retrouve habituellement au sol. Les rassemblements se font en soirée, majoritairement composés de jeunes hommes qui ne respectent pas scrupuleusement l'environnement.... Doux euphémisme. Des habitants dont les fenêtres donnent sur ce lieu se sont exprimés en ce sens dans le blog.

    Nous l'avons fait remarquer à notre interlocuteur qui a fait suivre cette observation en mairie. Depuis notre visite, la cuvette au pied de chaque arbuste ou arbre planté dans ces pots a été comblé par un matériau composite, dont nous imaginons qu'il laisse passer l'eau de pluie ! L'intéressant est que cette surface bombée ne permet plus d'y déposer des objets quels qu'ils soient. Bien vu !

    paris,18e,promenade-urbaine,placette-aplat-charbonnière,végétalisation,espace-public,rassemblement,propreté paris,18e,promenade-urbaine,placette-aplat-charbonnière,végétalisation,espace-public,rassemblement,propreté

    20170505_164657.jpg

    Une autre promenade — plus personnelle — nous a conduit vers le boulevard des Batignolles, du côté de la station Rome (Ligne 2). Autre réseau de voies ferrées, celui de la gare Saint-Lazare, mais autre quartier aussi, entre 17e et 8e arrondissements, et donc un environnement plus agréable, plus policé, plus propre surtout ! Le terre-plein central du boulevard est à découvert et cela change aussi l'aspect des choses. Les plantes poussent bien. On ne pourra sans doute pas obtenir les mêmes massifs sous le viaduc, mais sur la placette Caplat-Charbonnière, certainement... Alors gardons en mémoire ces plates bandes réhaussées — voir les photos ci-dessous, il en existe à deux hauteurs — plantées de sauges odorantes et de feuillages ondulant sous le vent. La Promenade Urbaine mérite ce type d'attention si l'on veut qu'elle démarre sur de bonnes bases dès la station de métro Barbès-Rochechouart.

     

    20170505_164919.jpg

    La présence du vélo est là pour donner une idée de la hauteur de la plate-bande.

    20170505_164709.jpg

    La densité des végétaux ici ne laisse pas de place aux détritus !

    D'autres solutions avaient été envisagées, notamment la remise en circulation de la partie de la rue de la Charbonnière vers l'Ouest, devant les locaux commerciaux de la placette et le garage de la RATP (partie grisée sur la carte ci-dessus). Mais, il semble que cette perspective ne soit pas retenue par la Mairie. Toutefois, ce tronçon de rue doit être conservé comme "circulable" car de son accès dépend l'intervention des pompiers en cas de sinistre. 

     

  • Conseil de quartier Goutte d'Or-Château Rouge

    Le prochain Conseil de quartier Goutte d’Or - Château Rouge se tiendra : 

    Mardi 28 Février 2017 à 19h

    au Centre FGO – Barbara (1 rue de Fleury)

    « Mieux partager l’espace public : l’affaire de tou-te-s ? »

    Focus sur les marches exploratoires

    Lors de ce conseil de quartier vous découvrirez les marches exploratoires comme outils de réalisation de diagnostics partagés sur des problématiques qui prennent place dans l’espace public. Le collectif de femmes de Paris Macadam vous présentera la démarche appliquée en 2016 lors des marches exploratoires à la Goutte d’Or pour promouvoir la mixité, réguler les espaces publics, mieux partager les équipements par toutes et tous et améliorer le cadre de vie du quartier.

    Il est à noter qu'au cours de ce conseil de quartier, un tirage au sort permettra d’accueillir 2 femmes et 4 hommes au sein de l’équipe d’animation. Si vous souhaitez vous engager au sein de ce conseil de quartier, vous pouvez postuler en contactant le service Démocratie Locale de la mairie du 18e par téléphone 01 53 41 17 56 ou par courriel cq18@paris.fr 

    CQ 3_28.02 - copie.jpg

    Enregistrer

  • Sauvette : Le Louxor n’est pas épargné.

    La semaine dernière nous avons rencontré la direction du Louxor. Emmanuel Papillon est inquiet. Les jours de marché, l’occupation chaotique de l’espace public a gagné l’entrée du Louxor, et parfois, le personnel d’accueil aux guichets doit intervenir pour dégager l’entrée, nous dit-il. Pas de comportement agressif, ou rarement, mais une gêne certaine pour les spectateurs. Par chance, 80% de la fréquentation est issue du 18e arrondissement et ne se trouble pas trop de devoir traverser une foule compacte.
    Pourtant les mercredis et les samedis à la séance de 14 heures, il n’est pas aisé de traverser le carrefour. Les trottoirs sont occupés dans leur totalité. Les piétons doivent marcher sur la chaussée et certains renoncent à venir, confie le directeur tristement.
     

    paris,barbès,cinéma-louxor,espace-public,marché-barbés,sauvette

    Quel dommage de mettre en péril l’exploitation de cette salle qui s’en tirait pourtant très bien jusque là. Elle a su profiter du désert cinématographique de cette partie du 18e, et attirer les amateurs par une programmation diversifiée et attrayante. Elle se situe au 3e rang des salles parisiennes pour la fréquentation de certains films à l’affiche. 
    Mais voilà … deux fois par semaine, les trottoirs autour du Louxor sont densément occupés par des vendeurs et leurs marchandises, à même le sol le plus souvent ou dans des caddies, par les chalands qui s’entassent, marchandent et négocient longuement… y compris devant les issues de secours du cinéma. 
     

    paris,barbès,cinéma-louxor,espace-public,marché-barbés,sauvette

    M. Papillon sait que derrière la porte donnant sur le boulevard de La Chapelle s’étire un long escalier qu’empruntent les spectateurs après le générique de fin. Il ne faudrait pas qu’ils se retrouvent bloqués en haut des marches, qu’un mouvement de panique ne les conduisent à rebrousser chemin trop rapidement, dans le désordre… Tout cela est inquiétant pour un responsable de salle de spectacle. Faudra-t-il renoncer aux séances de 14h ? Emmanuel Papillon le craint si de l’aide ne lui vient pas très vite pour gérer l’espace public autour de son établissement. 
  • Végétalisons notre 18e...

    Capture d’écran 2016-04-03 à 22.38.52.jpg

    Nous avons déjà évoqué le lancement de la 2e édition de l'opération "Végétalisons notre 18e" (voir notre article du 1er mars 2016). Nous recevons une annonce ces jours-ci de la mairie du 18e, par mail — voir ci-dessus­ —, qui nous convie à une réunion publique d'information le 7 avril sur la végétalisation de nos quartiers du 18e, une invitation à mettre « du vert près de chez nous » (ancienne accroche sur le même thème !). Malgré les efforts de la mairie de Paris, en général, et de Philippe Durant, adjoint au maire du 18e, chargé de la nature dans notre arrondissement, en particulier, ce n'est pas une mince affaire.

    Les petites tentatives comme les plus conséquentes ne débouchent pas toujours sur des succès. Vous avez sans doute des coins de verdure ratatinée, des bacs où s'entassent les canettes et les papiers sales, des pots de plantes desséchées, et j'en passe... en tête. Non ? Vous voulez des exemples, peut-être ? En voici.

    Ce sont ceux que nous connaissons personnellement, qui ont mal tourné ou qui sont revenus à nos oreilles par tweets interposés ou dans les commentaires de ce blog. Un des plus anciens, deux ans au moins : les jardinières de couleur installées à cheval sur les barrières en croix de Saint-André du boulevard de La Chapelle à l'angle de la rue de Tombouctou n'ont pas fait long feu. Très pimpantes dans les premiers temps, elles ont manqué d'eau, puis de terre, et enfin elles ont en partie disparu. Un de nos lecteurs nous avait donné le montant de la somme investie... Bien sûr, argent jeté par la fenêtre, pourrait-on dire. Pourtant, pourquoi ces coquetteries florales seraient-elles réservées aux quartiers où rien ne se dégrade avec une telle rapidité ? Pourquoi en priver la majorité des habitants à cause d'une minorité peu soigneuse ou prompte à dégrader ?

    Second exemple, les pots de fleurs du refuge central du carrefour des rues Clignancourt-Muller-Ramey (lien: notre article du 18 décembre 2015 avec photos!). Une longue histoire... D'abord, l'envie des habitants d'éloigner les motos et scooters de cet espace qui reste avant tout un passage pour les piétons et non un parc de stationnement pour deux-roues. Ensuite, le besoin pressant d'un peu de vert. Certains avaient en tête les plates bandes carrées de la place Clichy avec herbes de la Pampa...  Sans aller jusque-là, on peut rêver un peu ! Un groupe d'habitants proches de ce carrefour s'est penché plusieurs mois sur la question, avec projet élaboré, croquis, choix des végétaux en fonction du climat, de l'arrosage toujours un peu problématique dès lors qu'il est laissé au soin des riverains, etc.. puis vint l'heure du « Vert près de chez vous » et la proposition d'intégrer le projet local dans le cadre de cette initiative municipale. Résultat, une grande déception car le « vert » s'est soldé par deux pots de couleur avec des plantes de taille moyenne à l'intérieur. Rien à voir avec le projet initial. Mais un souci d'égayer le lieu néanmoins.

    Un troisième cas nous a interpellés pas plus tard que lors de la dernière plénière du dernier conseil de quartier (CQ) Goutte d'Or - Château rouge, le 30 mars. En fin de réunion, deux projets étaient présentés au public, et soumis au vote des présents afin de bénéficier d'un financement dans le cadre de l'utilisation des crédits dont jouissent les conseils de quartier (investissement : 8264 € et fonctionnement : 3306 € par an). L'un d'eux porté par une habitante de la Goutte d'Or avait déjà obtenu un permis de végétaliser par la Ville et ne demandait plus qu'à être concrétisé. Le lieu : l'espace en pointe situé entre les rues Polonceau et de la Goutte d'or, au débouché de la rue Pierre l'Ermite. 

    Capture d’écran 2016-04-03 à 22.50.56.jpg
    Une vue "googolisée" de la placette avec ses platanes 

    Il s'agit d'implanter des jardinières d'assez grande taille au nombre de cinq, qui viendraient s'intercaler entre les bancs déjà existants, les platanes, le lampadaire et la sanisette. Pourquoi pas ? La jeune femme porteuse du projet a expliqué son souhait de voir cet espace devenir plus accueillant, alors que, souvent occupé par des groupes d'hommes seuls, très nombreux, il est ressenti, et notamment par les femmes, comme un terrain hostile, difficile à traverser sans gêne. On peut le comprendre. Même phénomène et même sentiment souvent entendu sur la placette Caplat-Charbonnière qui longe le boulevard de La Chapelle. Elle n'a pas manifesté le désir de voir ces personnes s'éloigner, mais simplement de diviser l'espace, de l'embellir aussi, pour que sa traversée en devienne plus facile.

    Tout le monde ne l'a pas entendu de cette oreille, et des voix se sont élevées pour dire que le but était de supprimer cette place à palabres, fréquentée deux fois pas semaine par les anciens... , que les jardinières seraient de nouveau un fiasco et se rempliraient de détritus. Et pour enfoncer le clou, pour dénoncer un projet raté, on a entendu parler des arcades de la rue de la Goutte d'Or, dont personne ne nie qu'elles sont une catastrophe. Les bacs à plantes vertes ont été mis là pour en éloigner des personnes sans domicile qui justement avaient élu domicile sous les arcades et qui ont continué entre les bacs en les disposant à leur goût. Pas simple, encore une fois. Les abords sont sales, la Propreté de Paris ne peut nettoyer sans que se déplacent les SDF, qui en général ne bougent pas ; ajoutez à cela les palettes du Leader Price qui envahissent les trottoirs... de façon totalement illicite. Une situation très critique, insupportable pour les habitants, qui fait toutefois l'objet d'un projet confié à une agence d'urbanisme mais qui ne saurait attendre sans que des mesures de bon sens soient prises rapidement. Soit. Mais rien à voir avec la placette à verdir !

    IMG_0052.jpg   IMG_0053.jpg

    La polémique a pourtant continué une bonne dizaine de minutes. Nous avons été surpris de l'hostilité que ce projet provoquait. Il a pourtant été voté à main levée et a été approuvé.

    Tout cela pour vous dire que faire du vert à Paris, y compris quand on a l'emplacement, un petit financement et de l'enthousiasme à revendre n'est pas une mince affaire.

     

  • Des nouvelles du stationnement devant les Carrefour du quartier

    Nous parlons ici des enseignes Carrefour que nous avons dans le collimateur depuis quelques mois, et non des carrefours (avec un S) du quartier. 

    Un peu étonnés du sans-gêne flagrant des chauffeurs qui assurent les livraisons du géant de la distribution, nous nous sommes décidés à intervenir. Dans le 18e, dans le cas du Carrefour Market de la rue de Clignancourt, un de nos adhérents du quartier nous a fourni régulièrement des photos montrant l'anarchie du stationnement des camionnettes chargées des livraisons. Nous avons donc saisi le commissariat de police du 18e en signalant le désordre en ces lieux, illustré par les nombreuses photos en notre possession. 

    Dans le 9e, une situation analogue sur le trottoir du boulevard de Rochechouart, entre la rue des Martyrs et la rue Viollet-le-duc. Nous en avons parlé le 17 février dernier ici. Autre arrondissement, autre stratégie. Nous avons toqué à la porte de l'élu chargé de la voirie, entre autres missions, Sébastien Dulermo. Le jeune élu n'a pas tardé à réagir et à contacter la direction du magasin en relayant nos arguments, à savoir qu'il dispose d'une aire de livraison le long du magasin qui offre une solution raisonnable, superbement ignorée par les livreurs en camionnette. 

    Voici les réactions des uns et des autres.

    Le commissariat du 18e, en la personne du Commandant Troin, nous a répondu :

    "Nos équipes ont fait plusieurs passages depuis le 4 février et ont procédé à une dizaine de verbalisations avec des mises en garde auprès du gérant du carrefour market. Des retours qui me sont faits, la situation s'est améliorée. Toutefois nous restons attentifs. Si de votre côté vous constatez une nouvelle dégradation de la situation, n’hésitez pas à me contacter sur ma boite mail et nous recommencerons."  

    paris,9e,18e,carrefour,stationnement,livraison,verbalisation,police

    L'adjoint à la Maire du 9e, Sébastien Dulermo, nous a répondu : 

    "Pour votre information j'ai rencontré lundi M. Nicolle. (ndlr: le directeur du magasin Carrefour Rochechouart). Depuis 15 jours il arrive à peu près à gérer la société de livraison sauf le samedi où les véhicules sont trop nombreux. Pour en finir avec cette problématique et bien que je sois plutôt anti potelets, j'ai demandé à la DVD d'en installer sur cette section. Je reste à votre disposition pour échanger sur le sujet."
     

    paris,9e,18e,carrefour,stationnement,livraison,verbalisation,police

     
    Donc des solutions différentes parce que les uns se garent sur le trottoir, et les autres sur la chaussée dans la seule voie de circulation disponible. Nous en concluons néanmoins que les citoyens "rouspètent" souvent contre les désordres qu'ils observent et vont rarement jusqu'au fond des choses en contactant les interlocuteurs en capacité d'intervenir de façon efficace. Pour cette fois, nous avons obtenu assez simplement et rapidement des réponses valides. Il reste à observer comment la situation évolue, et à remonter l'information auprès de nos interlocuteurs de chacun des arrondissements en cas de besoin.
     
  • Moins de touristes dans Paris mais...

    Toujours des autocars en triple file devant la Gare de l'Est ! 

    Paris souffre d'un déficit de touristes dans les lieux de spectacles, dans les théâtres, les hôtels et les restaurants, mais les mauvaises habitudes ne se perdent pas pour autant... 

    En voici la preuve, malgré une baisse visible du nombre des cars, ils continuent à ne pas respecter l'espace public. 

    paris,gare-de-l-est,espace-public,paris-10e,autocars-tourisme,tourisme,auocars,cars-de-tourisme

    Tranquillement, de front, ces chauffeurs attendent leurs passagers. 

    paris,gare-de-l-est,espace-public,paris-10e,autocars-tourisme,tourisme,auocars,cars-de-tourisme

    paris,gare-de-l-est,espace-public,paris-10e,autocars-tourisme,tourisme,auocars,cars-de-tourisme

    Merci à notre adhérent pour ces photos très explicites du sans gêne de certains chauffeurs. 

    oOo

    Pour mémoire, cliquez ici pour l'ensemble de nos articles sur la problématique des autocars.

     

  • Végétalisons notre 18e, nouvelle édition

    La mairie du 18e organise la 2nde édition de l'appel à projets "Végétalisons notre 18e" (la 1ère édition avait été lancée en 2014 avec des concrétisations en 2015).

    Comme l'indique son site internet, la mairie du 18 propose, avec l’appel à projet « Végétalisons notre 18e », d’accompagner les habitants qui souhaitent s’investir dans un projet autour du végétal dans l’espace public, de la conception à la réalisation. Cet accompagnement peut comprendre le financement du projet.

    Plus d'info en cliquant ici.

    Les objectifs mis en avant par la mairie sont les suivants :

    - Améliorer et se réapproprier l'espace public;
    - Végétaliser l'espace public ;
    - Impliquer les habitants du 18e et développer le lien social.

    paris,végétalisation,espace-public,plantation,jardinières,paris-18e,du-vert-près-de-chez-moi

     

    Pour la 1ère édition de « Végétalisons notre 18e », la mairie du 18e avait missionné l’association Vergers Urbains, active dans la végétalisation de l’espace public, pour accompagner, coordonner et aider les porteurs de projets de la conception à la réalisation, mais également pour assurer l'entretien et la surveillance des projets réalisés. Cette démarche avait notamment abouti à l'installation de jardinières, réalisées en partie par les habitants rue Duhesme, impasse Robert et 54 rue du Simplon.

    Il est à noter que ce dispositif est différent de l'opération "du vert près de chez moi", qui se limite souvent à la pose de jardinières standards de la Ville de Paris sans réel aménagement qualitatif. Nous vous avions notamment fait part du résultat très décevant de ce dispositif au niveau de l'îlot du carrefour des rues Ramey et Clignancourt en décembre de l'année dernière ici même.
     
     
  • Station Château-Rouge : le point sur les travaux

    Une réunion publique relative aux travaux de rénovation de la station de métro Château-Rouge s'est tenue le jeudi 4 février 2016 à la Mairie du 18e, en présence de représentants de la RATP, d'élus de l'arrondissement accompagnés des services de la mairie (Direction de la Voirie et des Déplacements et Direction de l'Urbanisme) et de Mme Goetz, commissaire du 18e arrondissement.

    paris,paris 18e,ratp,chateau-rouge,circulation

    Cette réunion a tout d'abord été l'occasion pour la représentante de la RATP, Mme Passeron, de faire un point d'avancement sur les travaux.

    Lire la suite

  • Rue de Clignancourt : l'impact des photos

    Grâce aux photos très régulièrement envoyées par un de nos adhérents du quartier Clignancourt, nous avons pu monter un dossier illustré, d’une part, sur des occupations envahissantes de l’espace public et de la voirie par les camionnettes de livraison de l’enseigne Carrefour et les camions de ses fournisseurs, et d’autre part, sur un état de malpropreté et de multiplication de dépôts sauvages sur le large trottoir et les recoins devant le même supermarché Carrefour

    paris,paris 18e,voirie,espace public,propreté de paris,commerce 

    Pour obtenir un meilleur traitement de la voirie, c’est à Gilles Ménède, adjoint au maire du 18e chargé de la propreté, que nous avons adressé un album très parlant de l’état des lieux. Il nous a répondu très rapidement qu’il avertissait la responsable de la section territoriale de la Direction de la propreté et de l’environnement (DPE). Nous avons pu constater de visu le surlendemain qu’un nettoyage complet venait d'être fait. Toutefois, il nous est clairement apparu que la partie du trottoir qui fait face directement à la sortie du magasin restait sale et était jonchée de papiers et canettes vides de soda et de bière. Cela signifie que même nettoyées certaines parties de la voirie sont souillées très rapidement. 
     
    Ne faut-il pas dès lors sensibiliser plus énergiquement les gérants de magasin pour qu’ils veillent à implanter des corbeilles à leurs sorties ? Voire qu’ils mettent la main à la pâte pour conserver des lieux dignes ? On exige bien que les gérants de bars s’engagent à limiter les nuisances sonores de leur clientèle, pourquoi ne pas décliner les mêmes principes pour les magasins d’alimentation ? Et notamment les grandes surfaces, qui se distancient très largement de l'espace public situé devant leurs locaux. Le coup de balai ou le saut d'eau jeté sur une salissure par le boulanger ou le boucher traditionnels ne sont pas de mise chez les gérants d'enseigne nationale. Et c'est bien dommage.

    paris,paris 18e,voirie,espace public,propreté de paris,commerce 

    En ce qui concerne l’occupation de la voirie par les véhicules d’approvisionnement ou de livraison de Carrefour, nous avons adressé un autre album photos à Mme Gabelotaud, adjointe au maire du 18e, chargée du commerce et de l’artisanat, d’une part, et le même, tout aussi éclairant à Madame Goetz, commissaire centrale du 18e arrondissement, d’autre part. L’élue s’est engagée à contacter l’enseigne commerciale qui dispose en sous-sol de sa surface de vente d’un accès aux parkings et même d’un quai de chargement et déchargement.  Ce qui signifie en clair que réaliser la sortie des marchandises dans la rue n’est pas une obligation. Elle le fait par commodité et parce qu’elle se sent autorisée à le faire. Pas de verbalisation, donc occupation de la seule "voie roulante" de la rue Clignancourt avec des risques d’encombrement aux heures de grande circulation et au passage du bus 85 de la ligne RATP.
     
    En matière de circulation, une étude devrait être lancée sur la requalification de la rue de Clignancourt et à notre humble avis, une vraie voie de bus avec site protégé pour la ligne 85 permettrait de limiter les stationnements illicites de toutes sortes qui émaillent toute la longueur de la rue. 
     
    Nous resterons en observation pour voir dans quelle mesure les engagements des acteurs de terrains transforment la situation. 
     
  • Propreté : une intervention efficace de la police au service de l'espace public

    Nous avons déjà à plusieurs reprises évoqué la situation de l'espace public devant le 6 rue du 8 mai 1945 à Paris 10e : une placette sur le trottoir à l'angle de la rue du 8 mai 1945 et de la rue d'Alsace, à proximité immédiate de la Gare de l'Est, et donc stratégiquement localisée sur la zone très fréquentée par les passants entre les 2 gares du 10e.

    Initialement les déchets et détritus divers s'accumulaient sur la terrasse privative de l'ancien établissement "L'Ecu de France", n'appartenant pas au domaine public par définition. Aussi les agents municipaux de la propreté de la Ville de Paris n'étaient-ils pas théoriquement en capacité d'intervenir sur cet espace privatif (lire nos articles du 31 octobre 2015 et du 11 novembre 2015).

    Suite à nos articles et sur injonction de la Direction de l'Urbanisme de la Ville de Paris, la terrasse a finalement été déposée au cours de la première quinzaine de décembre, permettant ainsi aux services municipaux de la propreté de pouvoir à nouveau entretenir et nettoyer cet espace rendu au domaine public.

    Constatant pourtant la nouvelle accumulation de détritus sur cet espace, nous avons interrogé nos interlocuteurs à la Direction de la Propreté, qui nous ont avoué leurs difficultés multiples à pouvoir nettoyer le trottoir à cet endroit, du fait notamment de véhicules stationnant à même le trottoir.       

    paris,paris-10e,espace-public,stationnement,verbalisation,police,julien-miniconi

    Aussi, le 20 janvier dernier, avons-nous interpellé le Commissaire Central du 10e, Julien Miniconi, afin qu'il fasse intervenir ses équipes, et notamment les Agents de Surveillance de Paris ("ASP") chargés de faire respecter les règles en matière de stationnement.    

    paris,paris-10e,espace-public,stationnement,verbalisation,police,julien-miniconi

    Le jour même, nous recevions un message du Commissaire indiquant que, suite à notre message, les effectifs de l'UPA (Unité de Police Administrative) s'étaient rendus sur place et précisant également :

    "L'entreprise [...] qui effectue des travaux à l'intérieur du bâtiment a été sanctionnée par la rédaction d'un avis de contravention lié à la constatation de l'occcupation illicite de la voie publique, celle-ci ayant entreposée sur le trottoir un "BIG BAG" rempli de sable. En ce qui concerne le stationnement du véhicule sur le trottoir, je vais donner des instructions fermes aux ASP."

    paris,paris-10e,espace-public,stationnement,verbalisation,police,julien-miniconi

    Depuis cette intervention efficace, l'espace public à l'angle de la rue d'Alsace et de la rue du 8 mai 1945 (coté gauche du parvis de la Gare de l'Est), a retrouvé une certaine sérénité en matière de propreté et d'entretien générale. L'entreprise qui y effectue les travaux au RDC, semble désormais respecter l'interdiction de stationner sur les trottoirs. Et nos interlocuteurs à la Direction de la Propreté de Paris ont admis que cette intervention de la Police "représente [pour eux] une grande aide".  

    paris,paris-10e,espace-public,stationnement,verbalisation,police,julien-miniconi

    Photo prise le 25 janvier 2016, quelques jours après l'intervention des équipes de police du 10e...

     oOo

    Pourtant, cette anecdote et notre intermédiation nous amènent à réfléchir sur les éventuelles lacunes en matière de communication entre les services de la Ville et ceux de la Police.

    Gageons que la future brigade spécialisée contre les incivilités (encore récemment appelée "brigade verte") permettra une meilleure fluidité dans le traitement des points noirs dans l'espace public parisien : comme l'indiquaient DirectMatin et le JDD lundi, ce sujet sera débattu dans le cadre du plan de propreté au Conseil de Paris des 15-17 février prochains.