Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une idée pour la place Caplat-Charbonnière

Capture d’écran 2017-05-07 à 12.42.45.jpg

Le plan de la placette à l'angle des rues Caplat et de la Charbonnière.

 

Nous avons remarqué parmi les commentaires de nos derniers articles parus sur les bilans des opérations que mène la Police depuis janvier de cette année, que les avis sont partagés : certains sont dubitatifs sur leurs effets et leurs immédiates conséquences positives sur l'environnement, d'autres admettent qu'un mieux est irréfutable.

Nous sommes également partagés et nous l'exprimons le plus clairement possible à nos interlocuteurs quand nous les rencontrons pour faire des points réguliers — qui paraissent ici tout aussi régulièrement ! — ou lors de marches exploratoires qui nous conduisent au plus près des points noirs.

Lors d'un dernier passage sur la placette (un point noir dûment répertorié !), à l'intersection des rues Caplat et de la Charbonnière, nous avons pu constater que les pots de fleurs occupaient certes l'espace public de façon colorée, mais qu'ils servaient aussi de réceptacles aux canettes et autres détritus que l'on retrouve habituellement au sol. Les rassemblements se font en soirée, majoritairement composés de jeunes hommes qui ne respectent pas scrupuleusement l'environnement.... Doux euphémisme. Des habitants dont les fenêtres donnent sur ce lieu se sont exprimés en ce sens dans le blog.

Nous l'avons fait remarquer à notre interlocuteur qui a fait suivre cette observation en mairie. Depuis notre visite, la cuvette au pied de chaque arbuste ou arbre planté dans ces pots a été comblé par un matériau composite, dont nous imaginons qu'il laisse passer l'eau de pluie ! L'intéressant est que cette surface bombée ne permet plus d'y déposer des objets quels qu'ils soient. Bien vu !

paris,18e,promenade-urbaine,placette-aplat-charbonnière,végétalisation,espace-public,rassemblement,propreté paris,18e,promenade-urbaine,placette-aplat-charbonnière,végétalisation,espace-public,rassemblement,propreté

20170505_164657.jpg

Une autre promenade — plus personnelle — nous a conduit vers le boulevard des Batignolles, du côté de la station Rome (Ligne 2). Autre réseau de voies ferrées, celui de la gare Saint-Lazare, mais autre quartier aussi, entre 17e et 8e arrondissements, et donc un environnement plus agréable, plus policé, plus propre surtout ! Le terre-plein central du boulevard est à découvert et cela change aussi l'aspect des choses. Les plantes poussent bien. On ne pourra sans doute pas obtenir les mêmes massifs sous le viaduc, mais sur la placette Caplat-Charbonnière, certainement... Alors gardons en mémoire ces plates bandes réhaussées — voir les photos ci-dessous, il en existe à deux hauteurs — plantées de sauges odorantes et de feuillages ondulant sous le vent. La Promenade Urbaine mérite ce type d'attention si l'on veut qu'elle démarre sur de bonnes bases dès la station de métro Barbès-Rochechouart.

 

20170505_164919.jpg

La présence du vélo est là pour donner une idée de la hauteur de la plate-bande.

20170505_164709.jpg

La densité des végétaux ici ne laisse pas de place aux détritus !

D'autres solutions avaient été envisagées, notamment la remise en circulation de la partie de la rue de la Charbonnière vers l'Ouest, devant les locaux commerciaux de la placette et le garage de la RATP (partie grisée sur la carte ci-dessus). Mais, il semble que cette perspective ne soit pas retenue par la Mairie. Toutefois, ce tronçon de rue doit être conservé comme "circulable" car de son accès dépend l'intervention des pompiers en cas de sinistre. 

 

Commentaires

  • Bonjour, j'aimerai bien que ceux qui admettent qu'un mieux est irréfutable s'exprime. Car tous ceux que je rencontre ne voit aucune amélioration et surtout plus aucune opération massive annoncée en début d'année s'effectuer depuis des semaines...ne nous mentons pas, nous n'avons pas changé de situation par rapport à Mai 2016! Et les déménagements se poursuivent!

  • Personne n'est incommodé par les vapeurs d'huile de friture rejetés par le commerce du coin de la rue? Habitant au 1er étage dans la rue caplat, je ne peux plus ouvrir mes fenêtres ! Est-ce que c'est autorisé de faire de la friture comme ça avec les fenêtres ouvertes sur la rue? J'ai l'impression qu'ils ne font pas fonctionner l'aspiration et se contentent d'ouvrir les portes et fenêtres du local.

  • Je suis d’accord avec LC. Les améliorations sont extrêmement ponctuelles et invisibles à l’échelle d’une journée.
    Si les policiers sont bien là, ils ne sont pas tous très actifs. Ils ne dissuadent personne : il y a toujours autant de vente illégale et j’ai même vu des policiers qui slalomaient entre les vendeurs sur le trottoir sans que les vendeurs n’y prêtent attention. Quant aux CRS : je ne suis pas sûre que cela fasse partie de leur mission que de surveiller les abords du métro. Je trouvais cette opération plus efficace au début, à présent cela tient davantage du saupoudrage que d’une réelle prise en charge. Et les divers vendeurs l’ont bien compris : c’est la raison pour laquelle ils ne prennent même plus la peine de se déplacer à la vue des policiers.
    Je ne comprends pas comment on peut en arriver là. Il est sûrement plus facile de critiquer que d’agir mais tout de même : il ne me paraît pas difficile d’appeler les mages dont on retrouve partout les prospectus par terre et de les verbaliser. Il n’est pas très difficile de demander aux commerces d’être responsables de la propreté de leurs abords (ce qui est stipulé par la loi : d’ailleurs il m’est arrivé de voir certains vendeurs des bazars passer le balais devant leur pas de porte les matins). Il devrait être possible d’exiger des magasins qui ont supprimé illégalement leur devanture d’en remettre une comme l’exige la loi. On pourrait très bien faire des campagnes de sensibilisation et demander à des agents de la voirie d’aller expliquer aux passants d’arrêter de jeter leurs détritus par terre et d’expliquer qu’ils risquent une amende. Je ne parle pas d’établir un état policier ; juste de faire appliquer la loi. Tout se passe comme si tout le monde pouvait faire n’importe quoi au motif que c’est Barbès, comme si ni Barbès, ni ses habitants, ni les personnes qui s’y rendaient ne valaient la peine qu’on améliore ce quartier.
    Ce n’est pas parce qu’un quartier est populaire que ses habitants ne méritent pas les mêmes égards que les autres Parisiens. Un grand nombre d’habitants signalent qu’on cache des produits vendus illégalement dans leur hall d’immeuble : pourquoi rien n’est fait ? Je suis sûre que ces problèmes sont complexes mais on a vraiment l’impression que rien n’est fait pour que cela change en profondeur. Et c’est sans parler de la saleté repoussante des rues à certains moments… Une ville comme Paris n’a-t-elle rien de plus à offrir aux habitants de ses quartiers populaires ? Avant de prétendre faire des aménagements coûteux pour accueillir les JO, ne pourrait-on pas améliorer un peu le quotidien de certains quartiers ?
    Nos voisins partent tous les uns après les autres . Nous, nous attendons la réouverture de Château rouge en nous disant que la densité de population qui se bouscule sur les trottoirs va décroître un peu et qu’au moins les trottoirs redeviendront circulables. Mais j’avoue que j’ai de plus en plus de mal à me projeter à long terme dans ce quartier si rien ne change. J’ai lu dans le 18e du mois que l’association de Château rouge qui avait attaqué la Ville de Paris avait gagné en appel : une action en justice ne serait-elle pas un levier pour faire bouger les choses ?

  • Bonjour,

    En ce qui concerne les grands pots de fleurs installés dans le quartier, il faut reconnaitre la bonne idée de combler d'un agrégat ceux de la placette Charbonnière, mais il faudrait sans doute faire de même avec les autres pots de fleurs du périmètre qui servent eux aussi de poubelle ouverte: le pot de fleur à l'angle de rues de Chartres et de la Charbonnière, et ceux installés sur la place entre les rues de la Goutte d'Or et la rue de la Charbonnière en contre-bas du terrain de sport.
    Quel service de la mairie pensez-vous qu'il faudrait contacter?

    Cordialement,
    Guillaume.

  • Bonjour,
    concernant le plan"Barbès respire", j'ai l'impression que "l'arrêt" des actions est intervenu avec le départ du préfet Cadot et l'arrivée de Michel Delpuech...une action en justice comme en parle "famille de Barbès" est elle envisageable "action Barbès"? Certes, la réouverture du métro château rouge va fluidifier la circulation, mais ne changera en rien le trafic, l’extrême saleté du quartier et les incivilités etc etc..j'ai même peur que cela divise les forces de l'ordre sur 2 lieux.

  • Je suis d'accord avec les commentaires précédents, rien à rajouter.

  • Ce qui est assez étonnant , c'est l'absence de réactions d'action Barbès à ce constat unanime d'echec total de l'opération!! Comme si l'association ne voulait pas reconnaître les faits et tententait d'edulcorer la réalité. Je ne comprends pas pourquoi... Pourtant, une reconnaissance de l'echec de cette opération et la colère identique des habitants pourrait faire avancer les choses!!! Soyez plus virulents et violents auprès des autorités !!!

  • @LC: vous êtes bien gentil avec vos commentaires toujours aussi négatifs ! Mais pourquoi ne vous prenez-vous par la main pour vous opposer avec plus de virulence vous-même aux autorités ? Allez-y et peut-être même que nous vous soutiendrons !
    Vous avez pensé une seule fois à créer votre asso et tenter quelque chose avec vos voisins ? Ce n'est pas une bonne idée, ça ??
    A bonne entendeur....
    Lise Thély-Muller, membre du bureau d'AB

  • Non, Lise, ce n'est pas une bonne idée de créer encore une autre association... ne diluons pas les efforts des riverains. Au contraire il faut consolider les mouvements locaux afin d'avoir une voix plus forte et un impact sur les décisions gouvernementales. Mais effectivement, cela ne sert a rien de critiquer les structures existantes, Lc. Il faut soutenir et apporter son lot d'information a Action Barbes, sans s'attendre a des miracles. Il faut aussi, pour chacun, écrire directement au Préfet de Police ou a la Mairie de Paris lorsqu'il y a un constat évident de détérioration de la vie sociale, pas pour simplement signaler des mégots dans un pot de fleur. Je pense particulièrement a la situation inadmissible de la rue Pajol ou les femmes sont sujettes a toutes sortes d'abus. Il faut faire évacuer cette zone au plus vite, et sans ménagement. C'est la même situation qui s'est produite en Allemagne il y a quelques mois. L'Allemagne a réagit avec force. A notre gouvernement de voir s'il peut montrer la même fermeté ou si nous avons encore une chique molle au pouvoir...

  • Mes commentaires sont négatifs quand cela se justifie Madame. Et ceux-ci se justifie aux vues de l'absence de résultats sur notre quotidien, de la "grande opération" attendue par les habitants. Ma virulence est dû à l'écart qu'il y a entre l'espoir annoncé il y a quelques mois et le retour au point de départ que nous constatons tous depuis peu. Mais vous ne semblez pas faire le même constat que beaucoup d'entre nous..et c'est navrant. Bonne journée.

  • Merci à Action-Barbès pour le travail effectué et l'énergie dépensée. AB ne "couvre" pas que 18e mais également le 9e, et le 10e. Elle fonctionne sans subventions et repose sur le dévouement des membres qui veulent bien "retrousser leurs manches". Sans AB, le Louxor n'aurait pas vu le jour, ni la brasserie Barbès et bien d'autres choses. Les décisions sont prises en AG. Nous ne pouvons demander à quiconque de travailler à notre place.
    Je ne sais combien il y a d'adhérents côté 18e (sauf erreur de ma part, il y en avait très peu jusqu'à présent et peu actifs, dont moi) mais si nous souhaitons faire avancer les choses, il faut effectivement participer efficacement soit à un collectif, soit à une commission Goutte d'Or (ou autre) au sein d'AB. Il est aussi possible de faire entendre sa voix au sein du conseil de quartier. Cela demande un gros investissement personnel.
    Faisons en sorte que ce quartier ne soit pas laissé à l'abandon pour servir d'"abcès de fixation" mais un lieu où chacun puisse vivre dans la tranquillité et le respect quel que soit son milieu social ou ethnique. L'utopie, c'est aussi ce qui fait avancer.

Écrire un commentaire

Optionnel