Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Trêve des confiseurs

    Pour notre blog, c'est relâche... — pour dire vrai, c'est surtout l'équipe des rédacteurs qui se relâche... !

    On se retrouve le 5 janvier pour des articles d'actualité et quotidiens. 

     

    Joyeuses fêtes à tous ! 

    images?q=tbn:ANd9GcQHWE7I6IJJrNIKP3s_Hyhc7sld60lNU5iUrxq_v5XDveE5NZHf

     

    Les marchés de Noël ont envahi tous les centres ville avec des résultats plus ou moins heureux, des adhésions populaires certaines, mais parfois discutables. Jetons un regard sur l'histoire d'un des tout premiers marchés de Noël, celui de Strasbourg avec un reportage de quelques minutes, soigneusement conservé par l'Institut national de l'audiovisuel (INA). C'était en 1966, il y a près d'un demi-siècle...

     

    Contrairement au ton un peu lénifiant du commentateur de l'époque, aujourd'hui les critiques pleuvent, notamment, sur la provenance des produits qu'on y trouve, comme ci-dessous dans 20 Minutes du 18 décembre. 

    Capture d’écran 2014-12-19 à 15.25.36.jpg

     

    Pragmatiques les marchands de Noël, ils sont là parce que la clientèle est nombreuse, pas parce que les produits sont artisanaux et sentent bon la France profonde ! Un peu ternie la magie de Noël, non ?

  • Salle de conso : opération "portes ouvertes" pour GAIA

    paris,scmr,prévention,réduction-des-risques,salle-de-consommation,salle-de-consoL'association GAIA nous a ouvert ses portes au 39 boulevard de La Chapelle jeudi soir. Au risque de nous répéter, saluons ici les initiatives de cette association pour aller au devant du public et d'ainsi faire mieux comprendre non seulement ses activités mais la problématique liée à la réduction des risques pour les usagers de drogues.

    Action Barbès connait maintenant assez bien les personnes de GAIA. Nous avons eu ces derniers mois de nombreux contacts. Mais jeudi soir, outre les nouveaux locaux, nous avons pu aussi visiter les camions qui vont dans les quartiers de Paris, nous faire expliquer comment cela fonctionnait et poser tout un tas de questions.

    Avant de vous parler de la rencontre de jeudi soir, disons d'emblée que ce qui est frappant, c'est le grand professionnalisme des membres de GAIA. Leur savoir, leur expérience sont des facteurs déterminant la qualité des prestations qui seront délivrées dans la salle de consommation à moindre risque (SCMR). Et sur ce point, aucun doute n'est possible, le choix de GAIA est le bon.

    Nous vous avons déjà présenté les activités de GAIA. Jeudi soir était l'occasion d'approfondir un peu notre connaissance des problèmes liés à la toxicomanie, de bien comprendre que le terme toxicomanie ne se rapporte pas uniquement aux substances illicites mais aussi à l'alcool et que bien souvent les deux vont ensemble. De bien comprendre les ravages que ces substances (alcool et drogues) produisent sur la santé et en particulier le foie. De bien comprendre aussi ce qu'est l'addiction et que l'impact sur la santé de l'usage d'alcool et de drogues varie en fonction de chaque personne. De bien comprendre enfin que cet impact est fortement lié à l'environnement social de l'usager. C'est donc une problématique extrêmement complexe et encore une fois, GAIA maitrise parfaitement ce sujet.

    Au delà du public, assez nombreux quand même pour ce type d'événement, sont venus quelques élus du 10e, — hélas pas ceux du 18e, arrondissement pourtant tout aussi concerné, mais des élus, il est vrai, qui n'avaient pas été prévenus par GAIA —, une représentante de l'INSERM et quelques spécialistes du sujet. L'action Portes ouvertes était essentiellement tournée vers les habitants et riverains. 

    Au fil de la conversation, GAIA nous a informés que l'emplacement où se gare son bus rue de Maubeuge devrait être changé bientôt et que le nouvel emplacement pourrait être devant l'entrée de l'hôpital Lariboisière rue Ambroise Paré. A suivre.

     

  • Visite de l'église Notre-Dame-de-Lorette

    L'église Notre-Dame-de-Lorette a été construite entre 1823 et 1836 sur le modèle des basiliques romaines par l’architecte néoclassique Hippolyte Lebas.

    Une visite est organisée le

    Dimanche 21 décembre à 16h

    conduite par Didier Chagnas de l'association 9e Histoire

    paris,notre-dame-de-lorette

    Ses éléments décoratifs illustrent les différents courants du sentiment religieux sous la Restauration et la Monarchie de Juillet :

    - Splendide plafond à caissons. Dans le chœur, la grande coupole avec La Translation de la Sainte Maison de Lorette peinte par Pierre-Claude Delorme (1836). De chaque côté du maître autel, deux grandes peintures murales : La Présentation au Temple par François-Joseph Heim et Jésus parmi les Docteurs par Michel-Martin Drolling. Dans la demi-coupole de l’abside, Le couronnement de la Vierge peint sur fond d’or par François-Edouard Picot, a été restauré en 2013.

    - Remarquable chapelle des Litanies de la Vierge (1836-1854) peinte par Jacques-Victor Orsel, élève de Pierre-Narcisse Guérin.


    _____________

    Église Notre-Dame-de-Lorette
    18 bis rue de Chateaudun, 75009 Paris

  • Une supérette de trop rue de Dunkerque ?

    Un envahisseur chasse l’autre … et c’est une nouvelle supérette qui vient de faire son apparition à l’angle des rues de Dunkerque et de Rocroy, et a remplacé en quelques jours l’une des boutiques de vêtements de cérémonie dont le quartier regorge.

     

    commerce,paris,10e,

    Ces dernières années, on a pu constater que les supérettes aux enseignes pas si différentes que ça, ne serait-ce que parce qu’elles appartiennent souvent au même groupe, se multiplient aux alentours de la Gare du Nord, avec des plages d’ouverture très étendues ; on y trouve essentiellement de l’alimentation, dans des gammes de qualité variables, mais surtout d’impressionnants rayons de boissons alcoolisées. En revanche, il est pratiquement impossible de se procurer dans cette zone des articles de papeterie, de la mercerie, des vêtements d’enfants, etc...

    Par chance, il subsiste plusieurs artisans et commerçants indépendants qui proposent des produits de qualité, et dont le professionnalisme offre une heureuse alternative aux aléas du « libre-service » ; mais on peut raisonnablement s’inquiéter sur leur avenir, compte tenu de l’inflation de l’offre commerciale qui, de toute évidence, dépasse les potentialités de cette zone de chalandise.

  • La culture à la rescousse !

    Pour la première fois depuis son ouverture en avril 2013, le cinéma Le Louxor accueillait la plénière du conseil de quartier Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul samedi dernier, et de surcroît dès 9h30... Bravo aux lève-tôt qui sont venus.

    paris,louxor,fgp-barbara,conseil-de-quartier,lariboisière-saint-vincent-de-paul,médiathèque-françoise-sagan,printemps-des-poètes

    Les amateurs étaient bien là, dans la salle 2 au sous-sol, toutefois bien moins nombreux que lors de la réunion précédente qui réunissait les habitants de deux conseils de quartier du 10e, là aussi une première (voir notre article du 18 novembre). 

    L'équipe d'animation, dont on ne répétera jamais assez qu'elle est indépendante de toute institution et composée de bénévoles, tous habitant le quartier, avait voulu marquer une transition avec les problèmes de sécurité qui reviennent assez souvent dans les thèmes — et même spontanément quand on laisse la parole à la salle et que le sujet traité est tout autre — elle avait donc choisi de présenter la culture, les équipements culturels dans le nord de l'arrondissement et de déborder sur la marge, dans le 18e, avec FGO-Barbara du boulevard de La Chapelle (voir également l'album photo partagé par le Conseil de Quartier sur sa page Facebook).

    Lire la suite

  • A propos d'Adolphe Sax

    Il se passe toujours un événement culturel dans le 9e. Tant de personnalités ont habité ce quartier traditionnellement tourné vers les arts que les commémorations sont nombreuses et toujours propices à faire venir presse et amateurs de ce genre de cérémonies.

    Récemment la nouvelle maire de cet arrondissement, Delphine Bürkli, a inauguré une plaque en mémoire d'Adolphe Sax. (voir le tweet du 22 novembre dernier ci-dessous) Où ? 50 rue Saint-Georges.

     

    Cliquez sur l'image pour voir ce Tweet via Twitter

     

    Sa manufacture d'instruments de musique, des saxophones, employa jusqu'à 200 personnes, souligne Le Parisien. Le génial inventeur déménagea beaucoup également. C'est ce que nous écrit une des auteures du guide de l'ex-quartier du 9e Trudaine Rochechouart récemment rebaptisé Anvers - Montholon et paru en 2007 dans le cadre des activités des conseils de quartier, Trudaine Rochechouart dans tous ses éclats. On peut lire dans ce guide qu'Adlophe Sax avait ses ateliers rue Lallier, au 6 précisément (voir page 110 de ce guide). Alors qui se trompe ?

    "Personne ne se trompe, tout simplement parce que Sax a vécu et travaillé au cours de sa vie parisienne à plusieurs endroits entre les 9e et 10e arrondissements nous dit cette rédactrice. Dans la mesure où il s'est implanté également au 6 rue Lallier, et que notre guide Trudaine/Rochechouart s'arrête quasiment à cet endroit, il était judicieux d'effleurer Sax et Berlioz. Sax s'est installé également au 26 rue de Rocroy, au 39 rue de Dunkerque, puis au 56 rue Laffitte, au 11 rue Viollet Le Duc... pour finir rue Frochot"*.

    Et voilà un petit texte pour dire que c'est ce cher Berlioz qui, consacrant à Sax un article élogieux dans le Journal des Débats en 1842, l'incite à se fixer à Paris l'’année suivante, rue Neuve-Saint-Georges. 

     

    "Le Saxophon, ainsi appelé du nom de l’inventeur est un instrument de cuivre assez semblable à l’ophicléïde par sa forme, et armé de dix-neuf clefs. Il se joue non pas avec une embouchure, comme les autres instrumens de cuivre, mais avec un bec semblable à celui de la clarinette-basse. Le Saxophon serait ainsi le chef d’une nouvelle famille, celle des instrumens de cuivre à anche. Son étendue est de trois octaves, en partant du si bémol grave au-dessous des portées (clef de fa) ; son doigté est à peu près le même que celui de la flûte ou de la deuxième partie de la clarinette. Quant à la sonorité, elle est de telle nature que je ne connais pas un instrument grave actuellement en usage qui puisse, sous ce rapport, lui être comparé. C’est plein, moelleux, vibrant, d’une force énorme, et susceptible d’être adouci. C’est fort supérieur, à mon sens, aux notes graves des ophicléïdes pour la justesse, pour la fixité du son dont le caractère d’ailleurs est tout à fait neuf et ne ressemble à aucun des timbres qu’on entend dans l’orchestre actuel, si ce n’est un peu à celui du mi et du fa grave de la clarinette-basse. Grâce à l’anche dont il est pourvu, le Saxophon peut enfler et diminuer le son ; il produit, dans le haut, des notes d’une vibration pénétrante qui pourraient même être heureusement appliquées à l’expression mélodique. Sans doute il ne sera jamais propre aux traits rapides, aux arpéges compliqués ; mais les instrumens graves ne sont point destinés aux évolutions légères ; il faut donc au lieu de s’en plaindre, se réjouir de l’impossibilité où l’on sera d’abuser du Saxophon et de détruire son majestueux caractère en lui donnant des futilités musicales à exécuter. 

    Les compositeurs devront beaucoup à M. Sax, quand ses nouveaux instrumens seront devenus d’un usage général. Qu’il persévère ; les encouragemens des amis de l’art ne lui manqueront pas".

     

    Nota : pas de coquilles dans cette citation, mais l'usage d'alors voulait qu'on écrivit instrument et encouragement sans T, comme on peut le vérifier dans le Manuel de l'orthographiste... de 1833. Voir ci-dessous
     

    o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

     * source : Adolphe Sax : 1814-1894 : sa vie, son oeuvre et ses instruments de musique ; 284 pages ; éditions de l'Université de Bruxelles, 1980

     

  • Mercredi, le square de Noël remplacera le square Léon

    La Salle Saint-Bruno nous transmet une invitation pour vous !

    C'est un partenariat entre les associations de la Goutte d'Or et le Louxor, et avec le soutien du Conseil de quartier Goutte d'Or - Château rouge, qui a permis la manifestation festive qui se tiendra mercredi 17 décembre dans le square Léon. Tous les enfants sont invités à des animations de saison et l'après midi se terminera pour les participants à la chasse au trésor par la projection d'un film... Surprise !

    Goûter avant le film.

    paris,18e,square-léon,animation,salle-saint-bruno

     

  • Retour sur le conseil de quartier Montmartre du 2 décembre

    Le dernier Conseil de Quartier Montmartre, tenu le 2 décembre 2014, portait sur la modification du Plan Local d'Urbanisme et ses enjeux pour Montmartre. Ce Conseil de Quartier s'inscrivait dans la phase actuelle de concertation mise en oeuvre par la Ville de Paris dans le cadre de la modification du PLU (lire précédent article du 18 octobre). Il est à noter que M. NEYRENEUF, maire adjoint à l'urbanisme, a commenté que seul le conseil de quartier Montmartre avait mis ce thème à l'ordre du jour, lors que plusieurs autres quartiers sont susceptibles d'être plus concernés par les modifications de ce PLU.

    Mme CHARPENTIER de la Direction de l'Urbanisme de la Ville de Paris avait été invitée par l'équipe d'animation à faire une présentation portant principalement sur les caractéristiques de la modification du PLU et sur un rappel des dispositions actuelles du PLU sur le quartier de Montmartre.

    Cette modification du PLU est ainsi justifiée par 2 motifs principaux : prendre en compte les évolutions législatives et assurer la cohérence avec les nouveaux documents de planification et comprend 3 objectifs principaux : produire du logement pour tous, améliorer la protection de l'environnement et renforcer l'attractivité de Paris. Mme CHARPENTIER a précisé qu'une modification du PLU, différente d'une révision qui offre plus de possibilités d'évolution, doit être menée dans le respect du Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) et des protections existantes dans le PLU (c'est à dire que la modification ne peut supprimer ce qui existe déjà). Le calendrier prévoit une restitution de la phase de concertation en janvier 2015 suivie de l'enquête publique en mars 2015 et une approbation prévue du PLU modifié à l'automne 2015. Elle a encore souligné que ce calendrier s'inscrit dans celui de la mise en place de la Métropole parisienne, qui devrait prendre en charge la compétence Urbanisme à partir du 1er janvier 2016.

    Lire la suite

  • Salle de conso : opération "portes ouvertes" pour GAIA

    logo GAIA.pngNous vous l'avions annoncé dès juillet dernier, l'association GAIA s'est installée au 39, boulevard de La Chapelle. Il ne s'agit pas de l'ouverture de la salle de consommation de drogues à moindre risque (SCMR) qui elle doit attendre que la loi Santé soit votée au Parlement mais de l'installation des bureaux de cette association qui était très à l'étroit avenue Parmentier.

    Le projet fait l'objet de beaucoup de discussions et les avis en la matière sont souvent très tranchés. Les mondes de la toxicomanie, de l'addiction aux drogues et des risques qui y sont liés sont très mal connus du grand public. Cette question de santé publique est plutôt abordée avec une approche relevant du "bien" et du "mal". Il faut donc dialoguer et c'est ce que GAIA nous propose de faire le

    Jeudi 18 décembre

    paris,scmr,prévention,réduction-des-risques,salle-de-consommation,salle-de-conso

     

    Télécharger le carton d'invitation

    Télécharger les coordonnées de GAIA

     

  • Fête de Noël dans le 9e

    paris,noël,fête-de-quartier,fête-de-noël,anvers-montholon,pigalle-martyrs

    La mairie du 9e invite les habitants des quartiers Anvers-Montholon et Pigalle-Martyrs à la Fête de Noël

    SAMEDI 13 DÉCEMBRE
    Place Lino Ventura
    DE 16H30 À 18H30

    Ouvert à Tous

    Manège, Barbe à papa, Pop-Corn, Vin chaud
    Animations Musicales “DeCi Delà Duo” joue Noël

    Fete de Noel 9e.png