Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

champs-elysees

  • Trêve des confiseurs

    Pour notre blog, c'est relâche... — pour dire vrai, c'est surtout l'équipe des rédacteurs qui se relâche... !

    On se retrouve le 5 janvier pour des articles d'actualité et quotidiens. 

     

    Joyeuses fêtes à tous ! 

    images?q=tbn:ANd9GcQHWE7I6IJJrNIKP3s_Hyhc7sld60lNU5iUrxq_v5XDveE5NZHf

     

    Les marchés de Noël ont envahi tous les centres ville avec des résultats plus ou moins heureux, des adhésions populaires certaines, mais parfois discutables. Jetons un regard sur l'histoire d'un des tout premiers marchés de Noël, celui de Strasbourg avec un reportage de quelques minutes, soigneusement conservé par l'Institut national de l'audiovisuel (INA). C'était en 1966, il y a près d'un demi-siècle...

     

    Contrairement au ton un peu lénifiant du commentateur de l'époque, aujourd'hui les critiques pleuvent, notamment, sur la provenance des produits qu'on y trouve, comme ci-dessous dans 20 Minutes du 18 décembre. 

    Capture d’écran 2014-12-19 à 15.25.36.jpg

     

    Pragmatiques les marchands de Noël, ils sont là parce que la clientèle est nombreuse, pas parce que les produits sont artisanaux et sentent bon la France profonde ! Un peu ternie la magie de Noël, non ?

  • La mendicité mise à l'index

     “Les arrêtés anti-mendicité, qui concernaient les Champs-Elysées à Paris, ont été étendus au Louvre et aux grands magasins, une mesure "utile" contre la délinquance roumaine selon le ministre de l'intérieur, M. Guéant, mais stigmatisante aux yeux du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë.”

    Cette brève parue dans Le Monde du 5 décembre et également dans la journée dans toute la presse (Libération, Le Parisien ) soulève quelques interrogations :

    Un arrêté interdit la mendicité sur les Champs Elysées. D’autres zones commerçantes ou touristiques, commerçantes et touristiques  (pléonasme ?) réclament la même mesure et l’obtiennent de M. Guéant.

    Quels sont les critères d’attribution ? Quelles sont les données qui ont permis d’en définir le périmètre ?

    Nous ne sommes pas fan’ de la mendicité, surtout quand elle commence à s’organiser et qu’on subodore parfois que les compteurs sont régulièrement relevés. On nous dit qu'il s'agit de réseau et on veut bien le croire. Mais selon quel principe faudrait-il réserver la mendicité à certains quartiers et en exempter les habitants et usagers de certains autres ? Ces personnes qui dépensent sans compter chez Louis Vuitton, chez Dior ou Guerlain, sont-elles trop sensibles pour supporter la vue de mendiants ? On peut facilement imaginer qu’elles se soustraient déjà aux sollicitations nombreuses dans les voitures du métro en ne l’empruntant pas, serait-il vraiment trop cruel de les confronter à un phénomène de notre temps, en permanente expansion, alors qu’elles « shopingnent » ? Sans doute sont-elles des proies plus intéressantes aussi... Les commerçants et boutiquiers ne sont peut-être pas étrangers à l’extension de cette mesure d'interdiction (en tête de liste les grands magasins du boulevard Haussmann gênés en période de fêtes) et l’on sait combien notre président et son staff sont à l’écoute du monde qui souffre.

    Encore deux questions :

    Par ailleurs, si les Roumains ont des défauts, M. Guéant ne contribue-t-il pas avec un peu trop d’insistance à en faire les parias de l’Europe ? Cela devient indécent. Les forces de l’ordre affectées à cette surveillance particulière, pour des intérêts particuliers, feront défaut ailleurs, n’en doutons pas…

    Nous ne sommes pas pour le boycott des Champs ou des grands magasins, mais faut-il à ce point mettre à contribution la force publique pour protéger les grandes fortunes qui se cachent derrière ces enseignes ?

    Nous sommes tombés sur une courte interview du maire de Paris que nous nous autorisons à recycler, car on la croirait faite à l'occasion de la présente interdiction, extension de la précédente qui est aussi prorogée. Or, non ! Elle date du 13 septembre 2011. Il semble que selon la formule très populaire : plus qu'ça change et plus qu'c'est pareil ! aurait dit ma gand'mère... Très triste tout cela. On constate que les méthodes que décrivait déjà en septembre le ministre de l'Intérieur ne donnent pas des résultats mirobolants. Ne seraient-ils pas adaptés tout simplement ?