Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Découvrez le portique géographique CASSINI

    Vous êtes un fidèle lecteur du blog de notre association ? A ce titre vous savez donc que nous avons de bons rapports avec l'Atelier parisien d'urbanisme qui a planché sur les premières mises en perspective du projet de Promenade urbaine de Barbès à Stalingrad. Nous fondons beaucoup d'espoirs dans ce projet qui peut modifier considérablement l'image que renvoie le boulevard de La Chapelle, coincé sous le viaduc du métro, recevant des flux importants de circulation, bordé d'immeubles vétustes dont la rénovation a tardé — mais en voie de disparition nous voulons le reconnaître ici — enfin un boulevard triste et mal entretenu malgré des tentatives de renouveau comme l'ont été les équipements sportifs pendant un temps. 

    A notre grande satisfaction, l'Apur a couché sur le papier des plans intéressants pour la conduite du projet. Mais l'Apur propose et la Ville et ses services disposent. Aussi il nous faudra remettre l'ouvrage sur le métier et repartir à la conquête des décideurs. Nous nous y préparons. 

    En attendant, l'Apur sait séduire par son travail. En effet, l'Atelier a décroché le prix de l'Excellence Géographique 2015, en octobre dernier, lors d'événement organisé chaque année à Paris par l'Esri, la Conférence francophone.

    Prix de l'Excellence Géographique. Qu'est-ce exactement ? 

    C'est un prix qui vient récompenser la qualité des travaux cartographiques et des réalisations SIG* de l’Apur depuis 25 ans. Ces travaux développés aujourd’hui à la double échelle, Paris et Métropole du Grand Paris, ont permis de constituer un socle de données de référence à l’échelle métropolitaine dans un contexte de partenariats institutionnels élargis, avec l’Insee, la DRIEA et l’Iau-Idf notamment. (dixit le site du récipiendaire lui-même)

    Voici pour les honneurs. Mais le résultat pour nous utilisateurs potentiels, c'est le portique CASSINI. N'hésitez pas à vous y rendre et prenez votre temps. Parfois les données sont un peu lourdes et longues à télécharger, même avec la fibre. Ensuite, il faut comprendre le fonctionnement et explorer toutes les possibilités. Une occupation pour longues soirées d'hiver...

    Et toutes nos félicitations à l'Apur ! 

    paris,apur,portique-cassini,informations-géographiques

    Un exemple de carte accessible sur le portique CASSINI

    Le choix est donné entre différents types d'affichage de données dans la marge de droite intitulée Légende. A vous de jouer. 

    Capture d’écran 2016-01-11 à 18.17.59.jpg

    * Le SIG.... humm.... ?? Système d'information géographique : c'est un mixte d'informatique et de géographie. Pour les plus curieux, regardez la courte vidéo qui se trouve ici sur le site de Esri France

     

  • Salle de conso : le projet se précise

    Le vote de la loi Santé en décembre permet le lancement du projet de salle de consommation de drogues à moindre risque (SCMR) dans le cadre d'une expérimentation de 6 ans. Les villes de Paris et de Strasbourg ont annoncé leur intention de s'en équiper. Tout cela est désormais bien connu.

    Favorable au projet car y voyant une possibilité d'améliorer significativement les conditions de vie dans le quartier autour de la gare du Nord et de l'hôpital Lariboisière, Action Barbès suit avec attention le développement de ce projet et nous avons rencontré l'association GAIA Paris qui va gérer cette SCMR.

    Plusieurs points sont désormais fixés. La salle sera installée rue Ambroise Paré dans un local de 420m2 sur un seul niveau dont l'hôpital n'a plus l'usage depuis de nombreuses années. C'est une vaste salle tout en longueur qu'il convient d'aménager de façon à ce que tout s'y passe correctement. C'est ainsi qu'un circuit a été conçu qui fait que les usagers de drogue une fois passés dans la salle d'injection supervisée ne pourront pas revenir en arrière. L'étape suivante sera celle de la salle de repos avec possibilité d'un entretien avec une assistante sociale et une personne chargée de l'insertion sociale puis sortie par un couloir qui fera que les entrants et les sortants ne se croiseront pas ou peu.

    paris,scmr,prévention,réduction-des-risques,salle-de-consommation,salle-de-conso,paris-10e

    Etat actuel du lieu où sera aménagée l'entrée de la salle

    La salle comprendra 10 postes d'injection, 4 postes d'inhalation sous la surveillance d'éducateurs infirmiers. Elle pourra accueillir au maximum 50 personnes en même temps, GAIA estimant le temps de passage d'un usager à 30 minutes environ. Il y aura une grande salle d'attente à côté du comptoir d'accueil, une salle de repos et des bureaux pour les entretiens individuels. Des bureaux, une salle de réunion modulable, une pièce pour le stockage du matériel sont prévus pour le personnel.

    L'activité de la salle sera sous le contrôle de 6 éducateurs infirmiers avec la présence d'un médecin à temps partiel et d'une assistante sociale. Après une étude auprès des usagers potentiels, GAIA pense fixer les heures d'ouverture de 13h30 à 20h30, sept jours sur sept. Le personnel n'utilisera pas la même entrée que les usagers de drogue.

    Des architectes ont d'ores et déjà travaillé sur le projet. Une demande d'aménagement pour travaux a été déposée fin décembre et une déclaration de travaux le sera mi-février. Celle-ci court sur un délai de deux mois ce qui signifie que les travaux ne commenceront qu'en avril pour une livraison au mieux en septembre. mais GAIA part plutôt sur une ouverture en octobre ou novembre. Ces travaux seront financés par la mairie de Paris, le fonctionnement de la salle restant à la charge de l'Agence Régionale de Santé.

    Reste un sujet qui n'est pas encore traité : le cadre juridique. La très sévère loi de 1970 interdit la détention de la moindre quantité de produits illicites. Or il est clair qu'aucun produit ne sera fourni dans la SCMR et qu'en conséquence les usagers de drogue devront venir avec leur produit. C'est au ministère de la Justice de préparer une circulaire de procédure pénale qui, dans un périmètre soigneusement délimité par lui autour de la SCMR, permettra de déroger à la loi de 1970 en fixant notamment la quantité de drogue qui y sera autorisée, c'est à dire celle correspondant à un usage personnel.

     

  • Place de la République

    Aller place de la République. C'est devenu pour les Parisiens une sorte d'obligation vécue sans contrainte aucune, l'envie de se recueillir et de partager.

    Nous vous avons dit en 2013 ce que nous pensions des travaux de rénovation de la place. N'y revenons pas. L'appropriation soudaine de celle-ci par les Parisiens suite aux drames de 2015 lui a donné tout son sens et ce qu'il s'y passe depuis novembre dernier marquera à coup sûr son histoire.

    Y aller un jour ordinaire est sans doute la meilleure approche. Il y a là pas mal de monde, pas vraiment une foule mais beaucoup de gens autour de la statue. Il faut être vraiment très insensible pour ne pas ressentir l'émotion qui règne. On a devant soi une création que l'on pourrait qualifier de "baroque" mélangeant spontanéité, créativité, respect. Bougies, fleurs, dessins, textes, poèmes, drapeaux se mélangent dans un espace assez bien ordonné et nettoyé quotidiennement par des bénévoles. C'est un autel. Les gens sont de tous âges, de toutes les couleurs. L'émotion fait que les photographes, certes présents, sont quand même peu nombreux et les selfies pas à l'ordre du jour du tout.

    Au bout de la place, au pied du boulevard de Magenta, les graffeurs ont poussé un cri à la face du monde avec le très grand Fluctuat Nec Mergitur accompagné de l'écusson de Paris. C'est non seulement émouvant mais beau. Le café qui se trouvait là et qui a brûlé au printemps prendra le nom de la devise de Paris une fois reconstruit nous dit-on. Tant mieux.

    20160113_171302.jpg

    20160113_170629.jpg

    20160113_170810.jpg

    20160113_170834.jpg

    20160113_171345.jpg

     

  • Canal Saint-Martin

    Le canal Saint-Martin est un peu éloigné de Barbès mais la curiosité a gagné et on a voulu voir ce qu'il s'y passait ! Il faut dire que, fidèle à ses habitudes, la mairie de Paris n'a pas lésiné sur la communication tous supports confondus. Elle a même dédié une page complète de son site web au sujet. Reconnaissons, c'est très bien fait. Mais "j'ai vu, de mes yeux, vu" a gagné la partie et nous y sommes allés.

    On ne va pas vous ennuyer avec les explications techniques. Un petit passage par un moteur de recherche avec "canal Saint-Martin" vous donnera toutes les informations. Mais voilà nos impressions.

    Pour en faire grogner certains ou pour complaire à certaines autres, disons que le canal vide ressemble à une belle quatre voies et l'idée des années 70 de le transformer en autoroute urbaine était logique du point de vue de l'espace disponible. Heureusement, nous y avons échappé, mais vide, le canal semble plus large. Par contre, on est vite frappé par sa faible profondeur.

    Les écluses asséchées sont impressionnantes et nous montrent clairement le dénivelé par leur profondeur.

    On pourrait aisément reprendre le slogan publicitaire  de l'ancien Grand Magasin La Samaritaine (celui d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre comme dit la chanson) : on trouve tout au fond du canal Saint-Martin. Caddies de super-marché, fauteuils, machines à laver, scooters et motos, .... Mais deux rayons font la spécialité de la maison. Le rayon "cycles" est très très bien pourvu, tous les genres y sont. Le rayon "bouteilles vides", lui, dépasse toutes les attentes. On les compte par milliers.

    Voici quelques photos :

    paris,canal saint martin,propreté

    paris,canal saint martin,propreté

    paris,canal saint martin,propreté

    paris,canal saint martin,propreté

     

  • Des colonnes à verre dans le 9e

    Fini les grosses bombonnes de papa ! Celles qui empiétaient sur nos trottoirs et à dire vrai enlaidissaient la ville. Bonjour les colonnes à verre. Le 9e a un programme ambitieux d'installation de ces équipements tout au long de la mandature et les deux premières installées cette année l'ont été respectivement devant les 10 et 16 avenue Trudaine.

    Paris,propreté,colonne à verre

    Colonne à verre installée devant le 10 avenue Trudaine. Il a fallu démonter un banc et la mairie a eu la bonne idée d'encadrer la colonne par deux gros pots de plantes.

     

    Avouons le, la nouveauté est relative, des colonnes à verre ont déjà été installées dans Paris mais il semble que celles-ci soient d'un type nouveau. Elles se présentent ainsi.

    Paris,propreté,colonne à verre

    Nous avons demandé à Sébastien Dulermo, adjoint à la mairie du 9e chargé entre autres de la propreté, de bien vouloir nous donner quelques informations sur ce projet :

    Action Barbès (AB) - Quels sont les objectifs avec ces installations de colonnes à verre (esthétique, nuisances sonores réduites, …) ?

    Sébastien Dulermo (SD) - La Mairie du 9e est clairement engagée dans une politique de désencombrement de l’espace public. Nous avons la volonté de permettre un meilleur partage de l’espace et de donner plus de place aux modes actifs (piétons et vélos). L’enfouissement des colonnes à verre permet de débarrasser l’espace public d’un mobilier urbain pas très esthétique et de réduire les nuisances sonores.

    Lire la suite

  • Avis à la population : la déchetterie de la Chapelle est ouverte

    Quelle surprise de voir les hautes portes de la déchetterie de la place de la Chapelle grandes ouvertes ce lundi matin. Pas beaucoup d'activité pourtant, ni voitures particulières, ni camions bennes de la Propreté de Paris comme habituellement. Les bennes de couleur différente qui reçoivent les objets selon le tri indiqué sont presque vides en contrebas, derrière des barrières où s'affichent le genre de matériaux attendus. Deux agents tiennent les lieux et confirment que tout est bien calme en ce début d'année. La communication de la mairie sur la réouverture de la déchetterie a été quasiment inexistante, expliquent-ils. Pas étonnant que les clients se fassent rares après plusieurs mois de fermeture. Et les réflexes changent en six mois ou plus. La tendance est déjà de laisser les objets usagers ou voués au rebut directement sur le trottoir, aussi venir les déposer ici va demander un surcroit d'effort.

    Rappelons tout de même que dans le cadre de la réflexion sur la promenade urbaine, l'Atelier Parisien d'Urbanisme propose d'en faire un lieu de recyclerie ouvert sur le quartier. 

    paris,18e,10e,propreté,déchetterie,place-chapelle

     

  • J-1 avant notre assemblée générale

    L'assemblée générale est réservée aux adhérents, bien sûr, surtout si un vote devait avoir lieu, mais en général nous acceptons de bon coeur tous les sympathisants et personnes du quartier qui sont intéressées et curieuses de nos activités.

    Pourquoi ne pas venir ce samedi au Louxor pour faire connaissance ? 

    Capture d’écran 2015-12-28 à 18.37.24.jpg

    Nous pourrons même continuer des échanges plus individuels en fin de réunion en traversant le boulevard Magenta et en partageant un verre au café. Qu'en dites-vous ? A samedi ! 

    A noter, nous ne sommes pas tout à fait assez riches pour régaler tout le monde, aussi chacun devra payer ses consommations.  

     

  • Assemblée générale d'Action Barbès au Louxor samedi 16

    Deuxième édition de notre assemblée générale dans une salle du Louxor. Ouverte aux adhérents (dont certains nous restent fidèles depuis notre création en 2001) et aux habitants du quartier, 9e, 10e et 18e arrondissements qui souhaitent faire plus ample connaissance avec notre équipe et nous rejoindre pour faire avancer des projets.

    assemblée générale, action barbès, louxor

    Bilan de nos activités comme chaque année et surtout Promenade urbaine entre Barbès et Stalingrad, suivi du dossier salle de Conso à moindre risque, amélioration du marché, quartier Goutte d'or, Quartier Cligancourt Ramey, secteur des gares du nord et de l'est ... Autant de dossiers qui ont besoin de bonnes volontés.

     

  • Lancement du budget participatif 2016

    En ce début d'année 2016, les mairies lancent la réflexion sur le budget participatif deuxième édition.

    Dans le 9e, ce sera le mercredi 3 février à 19h avec une réunion plénière des 5 conseils de quartier de l'arrondissement. Cette réunion sera essentiellement consacrée aux projets qui pourraient être déposés par les CQs. L’enveloppe du budget participatif du 9e s’élève cette année à 1 822 809 euros !

    Dans le 10e, ce sera jeudi 14 janvier à 19h salle des fêtes. Il sera possible de poster un projet à partir du 18 janvier et ce jusqu'au 19 février sur le site dédié : https://budgetparticipatif.paris.fr

    Pour les habitants qui n'utilisent pas internet, permanences et ateliers seront proposés en mairie le jeudi 28 janvier, les 4 et 11 février à 17h30 et encore le samedi 30 janvier à 10h. Pour tout savoir, cliquez ici.

    paris,paris 10e,paris 18e,budget-participatif,démocratie locale

    Dans le 18e, rendez-vous à la même date, le 14 janvier à 19h. Nous espérons avoir le calendrier des réunions du comité de pilotage pour la mise en oeuvre des projets retenus lors de l'édition 2015, notamment notre proposition d'éclairage du viaduc pour un budget annoncé de 200 000 €. 

    Pour mémoire, notre analyse de l'édition 2015 : budget participatif, entre autosatisfaction et réalité

     

  • Des projets de construction auprès de l'église Saint-Bernard

    Nous avions rencontré en octobre dernier l'association Cavé Goutte d'Or au sujet de l'extension de l'école Saint-Bernard.

    État des lieux par un de nos adhérents

    L’école primaire Saint-Bernard Sainte-Marie de La Chapelle est située au milieu de la Goutte d’Or, à l’angle des rues Saint-Bruno et Pierre l’Ermite, le long de l’église Saint-Bernard. Ce petit établissement privé, très apprécié par les habitants du quartier, appartient au diocèse de Paris. L’association qui le gère souhaite agrandir et moderniser ses locaux en construisant un bâtiment dans la cour, face à la salle Saint-Bruno (ancienne chapelle construite en 1880).

    école.jpg

    Le premier permis de construire, en 2011, a été rejeté par le maire de Paris, au motif que « par son aspect, le projet serait de nature à porter atteinte au caractère et à l’intérêt des lieux avoisinants ainsi qu’à la conservation des perspectives monumentales, notamment aux abords de l’église Saint Bernard ». L’association gestionnaire de l’école, l’OGEC, a déposé une nouvelle demande, avec un projet architectural très légèrement modifié (changement des ouvertures en façade).

    Entretemps, fin 2012, l’église Saint-Bernard a été classée monument historique, ce qui implique une protection de ses abords. Estimant que le projet ne respectait pas les règlements d’urbanisme, une association locale, Cavé Goutte d’Or, a engagé une procédure. L’OGEC a retiré sa demande de permis, puis l’a redéposé, et a pris un nouvel avocat « de poids », le cabinet de l’ancienne ministre Corinne Lepage... Ce volet judiciaire est toujours en cours.

    paris,18e,église-saint-bernard,école-saint-bernard,architecture,

    Visuel cabinet d’architecture Alter Ego

    Lire la suite