Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

statistiques

  • Découvrez le portique géographique CASSINI

    Vous êtes un fidèle lecteur du blog de notre association ? A ce titre vous savez donc que nous avons de bons rapports avec l'Atelier parisien d'urbanisme qui a planché sur les premières mises en perspective du projet de Promenade urbaine de Barbès à Stalingrad. Nous fondons beaucoup d'espoirs dans ce projet qui peut modifier considérablement l'image que renvoie le boulevard de La Chapelle, coincé sous le viaduc du métro, recevant des flux importants de circulation, bordé d'immeubles vétustes dont la rénovation a tardé — mais en voie de disparition nous voulons le reconnaître ici — enfin un boulevard triste et mal entretenu malgré des tentatives de renouveau comme l'ont été les équipements sportifs pendant un temps. 

    A notre grande satisfaction, l'Apur a couché sur le papier des plans intéressants pour la conduite du projet. Mais l'Apur propose et la Ville et ses services disposent. Aussi il nous faudra remettre l'ouvrage sur le métier et repartir à la conquête des décideurs. Nous nous y préparons. 

    En attendant, l'Apur sait séduire par son travail. En effet, l'Atelier a décroché le prix de l'Excellence Géographique 2015, en octobre dernier, lors d'événement organisé chaque année à Paris par l'Esri, la Conférence francophone.

    Prix de l'Excellence Géographique. Qu'est-ce exactement ? 

    C'est un prix qui vient récompenser la qualité des travaux cartographiques et des réalisations SIG* de l’Apur depuis 25 ans. Ces travaux développés aujourd’hui à la double échelle, Paris et Métropole du Grand Paris, ont permis de constituer un socle de données de référence à l’échelle métropolitaine dans un contexte de partenariats institutionnels élargis, avec l’Insee, la DRIEA et l’Iau-Idf notamment. (dixit le site du récipiendaire lui-même)

    Voici pour les honneurs. Mais le résultat pour nous utilisateurs potentiels, c'est le portique CASSINI. N'hésitez pas à vous y rendre et prenez votre temps. Parfois les données sont un peu lourdes et longues à télécharger, même avec la fibre. Ensuite, il faut comprendre le fonctionnement et explorer toutes les possibilités. Une occupation pour longues soirées d'hiver...

    Et toutes nos félicitations à l'Apur ! 

    paris,apur,portique-cassini,informations-géographiques

    Un exemple de carte accessible sur le portique CASSINI

    Le choix est donné entre différents types d'affichage de données dans la marge de droite intitulée Légende. A vous de jouer. 

    Capture d’écran 2016-01-11 à 18.17.59.jpg

    * Le SIG.... humm.... ?? Système d'information géographique : c'est un mixte d'informatique et de géographie. Pour les plus curieux, regardez la courte vidéo qui se trouve ici sur le site de Esri France

     

  • Le 18e est une grande ville de 200 000 habitants

    paris,18e,démographie,statistiques,daniel-vaillantIl semble que ce soit avec fierté que la mairie du 18e annonce les résultats des derniers décomptes démographiques de la Ville de Paris. En effet, le seuil des 200 000 habitants est franchi. Le nombre d'habitants est estimé à 201 975 au 1er janvier 2012. Dans l'année qui vient de s'écouler ce sont plus de 4800 nouveaux parisiens qui se sont installés dans le 18e, la plus forte progression en nombre d'habitants de tout Paris.

    Où s'arrêteront-ils ? La métamorphose urbaine y est sans doute pour quelque chose, même si, normalement, la densité dans les nouveaux appartements construits doit être moins élevée que dans l'habitat insalubre qui tend à disparaître. Le 18e a déjà atteint la barre des 20% de logements sociaux qu'impose la loi SRU. Les efforts de la mairie devraient se porter sur les espaces verts à l'avenir. C'est ce que dit la mairie, dans le communiqué de presse qu'elle nous transmet.

    Pour les amateurs de chiffres et de statistiques, connaître les méthodes d'estimation, tout savoir sur le taux de solde migratoire annuel, sur le solde migratoire apparent et sur le solde naturel (naissances - décès).... plongez et perdez-vous dans les pages de l'INSEE et de la statistique publique : . Le blog ne fournit pas le Doliprane.

  • CSPDA : Qu'est-ce que c'est ? On essaie de vous le dire...

    Maillage associatif – retrait de l'état

    Cette réunion avait déplacé essentiellement des responsables associatifs de la prévention et c'est bien compréhensible. Une très longue réunion (plus de 3 heures), autant dire qu’il fallait être disponible pour s'y rendre ! Nous essaierons ici de vous donner à lire ce que nous avons retenu et qui présente un intérêt local éventuel. Nous avons subi beaucoup de tableaux, de statistiques et de chiffres...

    L'arrivée d'un nouveau commissaire a piqué notre curiosité. Notre association avait entretenu avec son prédécesseur, Jacques Rigon, de bons rapports et bien avant encore, avec Jean-Paul  Pecquet, qui avait passé le viaduc du 10e vers le 18e, toujours dans les fonctions de commissaire central d'arrondissement. Gilbert Grinstein, qui vient du 17e  a insisté sur le traitement de toutes les doléances reçues au commissariat, qu'elles soient par courrier ou par mail. « C'est chaque mardi après-midi que le point est fait à la fois sur les nouvelles doléances et sur le suivi des anciennes. Rien ne passe au travers du filet donc. Cela permet d'utiliser les effectifs au bon moment au bon endroit. Actuellement une trentaine est traitée. »

    Que faut-il comprendre de cette invite ? A vous citoyens, déposez vos doléances ! Faute de quoi, les dysfonctionnements ne seraient pas traités ?

    Les grands axes du contrat de sécurité ont fait l’objet d’un long et fastidieux diagnostic : prévention de la délinquance, violences faites aux femmes, occupation de l’espace public et cohérence des réponses, prostitution, toxicomanie. Des axes communs à beaucoup d’autres arrondissements de Paris.

    Coordination - collaboration : des mots clés pour réussir les actions menées

    Droits des femmes

    Des représentants du Parquet de Paris, partie prenante du dispositif, ont rappelél’implantation du centre d’information et de droits des femmes, rue de Lancry ce qui permet un partenariat exceptionnel sans oublier la Maison de la justice et du droit, rue du Buisson Saint-Louis. Prochainement deux audiences spécialisées sur les violences conjugales se tiendront chaque semaine.

    Mineurs

    Le Parquet des mineurs a aussi son rôle à jouer, un rôle pénal et un rôle d'assistance éducative. Rappelons que les mineurs délinquants sont très souvent déjà victimes de mauvais traitements ou d’absence d’éducation. Pour la plupart d’entre eux, les deux tiers, il suffit d’un ou deux rappels à la loi pour que cela cesse.

    Le phénomène de bandes semble largement enrayé dans le 10e :il a globalement été réglé par une forte mobilisation des acteurs concernés.

    La politique d’assistance éducative réduit considérablement les actes de délinquance. Travail efficace sur le 10e, où 42 jeunes sont suivis, essentiellement des garçons et de plus de 16 ans.

    La Ville finance par ailleurs deux clubs de prévention, soit 17 équivalents temps plein pour cinq secteurs (Grange-aux-Belles, Bonsergent, Gare du Nord, les Portes, Rue du Terrage); ce sont 300 jeunes concernés par cette prévention. On constate une augmentation des doubles addictions drogue + alcool. Les familles sont plutôt demandeuses d’aide. Que propose-t-on aux jeunes ? des chantiers éducatifs, une 1e expérience professionnelle, des actions dans le domaine de la santé, des sorties, des séjours…

    L'impact de ces dispositifs est difficile à mesurer. Stéphane Bribard, élu chargé de la jeunesse, en a toutefois reconnu l'importance.

    La mission de prévention et de communication (MPC) du commissariat intervient dans les établissements  scolaires. Pour ceux-ci d’ailleurs le partenariat mairie-police est essentiel car les évènements qui ont lieu près des collèges ont une incidence très forte sur le climat au sein des établissements. La réussite éducative fonctionne bien dans le 10e, d’après Daniel Bonneton, principal du collège « Grange aux Belles ».  Des chiffres ont été livrés, bruts de statistiques,29 incidents signalés à l'académie: 13 dans l'établissement, 13 aux abords, 3 sur le trajet avec un taux de 75% pour les atteintes aux personnes. On est là dans des données assez peu compréhensibles, car un incident qui comporte une atteinte à la personne, n'est plus vraiment un simple incident... mais l'atteinte à la personne en langage policier, savons-nous précisément ce que c'est ? Oublions peut-être ces quelques chiffres pour l'instant, d'autant que les statistiques peuvent être interprétées de façons très diverses.

    Prostitution

    Pour la prostitution, deux lieux sont bien connus : Belleville avec une population exclusivement chinoise (en augmentation de 50% d’après Médecins du Monde avec parfois 120 femmes venant voir le bus chaque soir) et Porte Saint-Denis, plus cosmopolite, Afrique et Pays de l’Est. Les femmes ne sont interpelées qu’en cas de nuisances et de signalements. Dans un cas comme dans l’autre, sans doute beaucoup de misère et peu de libertés pour toutes ces femmes. (On est en plein débat au Sénat sur la prohibition). Plus près de notre quartier, il semblerait qu’une prostitution de mineurs existe gare du Nord. Discrète.

    Vente à la sauvette et produits contrefaits 

    "226 personnes interpelées entre avril et octobre 2011 : celles-ci ont des statuts précaires. On est donc sur un problème pérenne", a déclaré le nouveau commissaire.  Nous abordions là un problème que nous connaissons bien à Barbès ! Rémi Féraud l’a d'ailleurs rappelé en ajoutant que les interpellations autour de la station de métro sont comptabilisées par le 18e.

    Toxicomanie

    Dernier intervenant, Pierre Leyrit (Coordination Toxicomanie), que nous avions invité à notre assemblée générale en 2010 a donné quelques informations sur la situation actuelle.

    Les conclusions :  4 axes à poursuivre  pour l’année à venir

    • Maintenir le travail sur la prostitution et la toxicomanie.
    • Mettre en œuvre le suivi individualisé des jeunes.
    • Mettre en cohérence le réseau des partenaires et des associations sur le périmètre des gares.
    • Développer l’accueil des TIG

    Nous avons eu tout au long de cette réunion, la présentation d'une quantité de tableaux, pas toujours faciles à lire et qui ne permettent pas aux non avertis de se faire une réelle idée de la situation dans l'arrondissement. Ainsi, on nous dit qu'entre 2002 et 2010, on a le même nombre de faits constatés mais le taux d'élucidation varie de 15% à 33%. On serait même aujourd'hui à 36%. Mais de quels faits s'agit-il? Quels sont ces délits qui pour plus d'un tiers sont élucidés ?

    Pour obtenir de bons résultats, "de bons chiffres", ne va-t-on pas à la facilité ? En faisant nos recherches sur le sujet, nous avons lu un long article qui relativise les chiffres livrés au public et à la presse par le ministère de l'Intérieur. D'après les rapporteurs, le nombre de faits relevés seraient dus à la multiplication des actions de proximité. Peut-être. Nous vous proposons néanmoins la lecture du blog des Décodeurs qui donne un éclairage pertinent à ces chiffres, souvent mis en cause.

    images?q=tbn:ANd9GcRWCG6boVyrO9KTbhixvXal89CrJq7cgD1jmSmCCPmLu-mY-eDbCAEn résumé et très concrètement, on nous a dit qu'il faut croire à une baisse très nette de la délinquance en ce qui concerne les violences, mais il existe encore une marge de progrès pour les cambriolages, les vols avec violence (donc autres que les violences seules), ainsi que les menaces. Là encore depuis le début de l'année : 41% de baisse sur ces vols !! Pour les infractions aux stupéfiants, l'augmentation se justifie aussi par le nombre de patrouilleurs sur le terrain.
    On veut comprendre que la présence sur le terrain entraîne un plus grand nombre d'interpellations. On sait aussi que les interpellations sont des actions mesurables, c'est leur nombre qui entre dans la colonne face aux exigences de la hiérarchie (le fameux taux d'élucidation!), bien plus que le travail de prévention et d'assistance aux citoyens, qui est pourtant le quotidien des policiers de terrain, ceux-là mêmes qui peu à peu expriment leur frustation. Leur travail si important pour la cohésion de la société reste invisible...

    Il est annoncé également un recul des infractions à la législation du travail. Est-ce du au respect de ladite législation ou à un nombre de contrôles en baisse.... ? Car l'Inspection du travail, comme les services de police qui effectuent ces missions, n'échappe pas à la règle du remplacement d'un fonctionnaire sur deux. Chaque chiffre donné peut être la base d'un nouveau question-nement. Ne peut-on pas faire dire tout et son contraire aux chiffres et aux statistiques, en général ?

    Une chose est sûre, sans le maillage associatif  et le travail de prévention réalisé, on pourrait craindre une situation plus explosive. L’état qui ne cesse de se désengager à ce niveau risque de contribuer à une dégradation sérieuse en terme de délinquance !