Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

louxor - Page 5

  • Louxor, vraie restauration de l'extérieur

    Nous sommes restés abonnés au bulletin d'information de l'association SOS Paris, qui avait partagé notre position lors de la bataille du Louxor ! Souvenez-vous : conservation du patrimoine, restauration de l'existant, recherche de l'original.... Charte de Venise. Si vous n'avez pas suivi les événements d'alors, il reste de nombreux témoignages de cette passe d'arme avec la Mairie de Paris qui ne partageait pas notre engagement, regardez dans la marge de droite. Le nom de François Loyer y figure à plusieurs reprises. Il a écrit plus d'un texte pour tenter de convaincre nos interlocuteurs que le Louxor méritait un autre traitement, par égard pour le caractère unique de son architecture, pour son statut de survivant des salles de cinéma muet. 

    Il est dès lors compréhensible, que M. Loyer revienne sur sa déception, confirmée, semble-t-il, quand il voit le résultat de la rénovation des lieux. Il l'écrit dans le dernier numéro du bulletin de SOS Paris, paru en mai. C'est page 8. Voir ci-dessous. En ce qui nous concerne, nous avons fait notre deuil. Tourné la page.. Désormais nous nous réjouissons d'avoir un cinéma à deux pas.

     

    LE LOUXOR : PASTICHER OU RESTAURER, IL FAUT CHOISIR !

    Après 2 ans de travaux, la rénovation du Louxor, salle de cinéma mythique ouverte pour la première fois en 1921, touche à sa fin. L'extérieur a retrouvé toute sa splendeur, mais sur l'inté- rieur nous avons de fortes réserves : il consiste en rien d'autre qu'un coûteux pastiche.

    Une association de quartier, "Action Barbès", s'était mobilisée pour la sauvegarde du cinéma des années vingt - le plus beau et sans doute le plus ancien des cinémas de Paris. La pétition qu’elle avait lancée n'a pas ébranlé la Ville, qui a opéré là l'un des plus grands crimes patrimoniaux qu'on puisse imaginer : la destruction intégrale, puis la reconstruction en "fac-similé" des intérieurs. Un peu comme si l'on substituait une reproduction de la Joconde à l'original dans les salles du Louvre ! Nous avions déjà mené campagne en 2009-2010 pour empêcher cette opération, sans succès.

    Les photos flatteuses de l'intérieur qu'on nous montre sont celles d'une imitation sans grand rapport avec l'édifice initial, tel qu'il avait survécu jusqu'en 2009. La salle a été totalement transformée, réduite en volume comme en capacité (de 1300 à 350 places) et le décor, entièrement neuf, "adapté" à ce nouveau volume. Les façades ont certes été restaurées, mais il ne reste plus qu'elles. Car l'intérieur a été démoli. Qu'il ait été remplacé par un plagiat ne nous consolera pas de la disparition de l'original.

    Le patrimoine est un monde exigeant : il suppose le respect de l'authenticité de l’œuvre. Comment pourrait-on concevoir de s'extasier devant la copie - plus ou moins habile, plus ou moins fidèle - quand on sait qu'elle a été substituée à un original détruit sans vergogne ? Plus hypocrite encore, en la circonstance, le décor d'un des murs intérieurs a été conservé dans l'épaisseur des lourdes structures dont il a été enveloppé : pour le revoir, il faudrait détruire à nouveau presque entièrement la construction nouvelle, afin de le retrouver (mais dans quel état ?) après avoir dépensé quelques millions d'euros... Et on découvrirait alors que la salle d'origine n'est plus qu'un souvenir, depuis la destruction de l'édifice.

    Notre position n'est pas facile à tenir : on est vite qualifié d'intégriste quand on se bat pour la conservation des œuvres dans leur intégrité. Il est plus "commercial" de montrer un décor à neuf, clinquant, qui attirera les touristes en leur livrant une version édulcorée du passé. Jusqu'à ce que, vingt ou trente ans plus tard, le manque d'authenticité de la copie devienne si flagrant qu'il paraisse insupportable ! Je serai mort quand on s’apercevra qu'on nous avait menti. N'applaudissons pas au faux, quand ce faux est le produit d'une destruction volontaire, consciente et programmée, de l'original. Je dirais bien autre chose si la Ville avait su prendre conscience du caractère exceptionnel de l'édifice et en avait accompagné la restauration avec autant d'effort qu'elle a mis à le détruire puis à le reconstruire...

    Hélas, les politiques sont rarement des amateurs. La grossièreté du jugement des philistins est un désespoir pour tous ceux qui savent regarder. Le pauvre Louxor en a fait les frais... 

  • Le Louxor-Palais du cinéma : le livre

    Maurice Culot, directeur des éditions AAM – Archives d’architecture moderne

    l’Association LesAmis du Louxor et son président Jean-Marcel Humbert,

    Philippe Pumain, architecte mandataire du Louxor

    Emmanuel Papillon, directeur du Louxor

     

    ont le plaisir de vous inviter à découvrir autour d’un verre,

    au bar et sur la terrasse du cinéma Louxor,

    l’ouvrage Le Louxor-Palais du cinéma

     

    paris,louxor,10e

    samedi 8 juin de 12 h à 13 h

    au cinéma Louxor

    170 boulevard de Magenta, Paris Xe

    Un livre conçu par Les Amis du Louxor, publié par les éditions AAM (Archives d’Architecture Moderne, Bruxelles) sous la direction de l’égyptologue Jean-Marcel Humbert et de l’architecte Philippe Pumain. Avant-propos de Bertrand Delanoë, préface de Costa-Gavras, photographies du Louxor rénové de Luc Boegly, avec des contributions de Michèle Alfonsi, Marie-France Auzépy, Jean-Marcel Humbert, Nicole Jacques-Lefèvre, Jean-Jacques Meusy, Annie Musitelli et Philippe Pumain.

    204 pages, 253 illustrations, 21 x 23,5 cm
    couverture cartonnée sous jaquette, 35 €
    Ouvrage édité avec l’aide du CNL,
    en librairie à partir de mi-juin 2013 (diff. Vilo).

  • Le réalisateur iranien Asghar Farhadi à l'honneur au Louxor

    LOUXOR13LOGcoulMini.jpg3 semaines pour découvrir  3 films du réalisateur iranien 


    Si vous n'êtes pas encore inscrits à la lettre hebdomadaire du Louxor, pensez à le faire... c'est ici !

    Spécial gros plan sur la programmation de trois films de Asghar Farhadi. Et si vous cliquez sur le portrait publié par Art is thick, vous pourrez aussi voir la bande annonce de son nouveau film Le Passé, présenté au Festival de Cannes. Elle donne envie d'en savoir plus sur ce qui pourrit la vie de ces enfants partagés entre l'Iran et la France, mais aussi la vie de la femme qui est leur mère. Rendez-vous au Louxor dès le 17 mai. 


    Du mercredi 15 mai au 21 mai : A propos d'Elly de 2009

    A+PROPOS+D%27ELLY.JPGUn groupe d’amis étudiants passe des vacances dans une vaste demeure au bord de la mer Caspienne. Sepideh, qui s'est occupée de l'organisation, a décidé d'inviter Elly, en espérant que celle-ci ne soit pas indifférente au charme de son ami Ahmad, qui sort tout juste d'une rupture. Les vacances se passent dans la bonne humeur, jusqu'à la soudaine disparition d'Elly. 

    Mercredi 15 mai à 19 h
    Vendredi 17 mai à 21 h
    Dimanche 19 mai à 11 h 
    Lundi 20 mai à 14h15 

    Du mercredi 22 au mardi 28 mai : La fête du feu

    Du mercredi 29 mai au mardi 4 juin : Les enfants de Belleville

  • Nicolas Philibert au Louxor ce soir

    Ce soir le coup de coeur de la direction du Louxorparis,barbes,louxor

     va à 

    LA MAISON DE LA RADIO

    Avec la participation exceptionnelle de 

    Nicolas Philibert, réalisateur.

    paris,barbès,louxor,maison-radio,nicolas-philibert

    Une plongée au coeur de Radio France, à la découverte de ce qui échappe habituellement aux regards : les mystères et les coulisses dont la matière même, le son, demeure invisible. 

    Séance suivie d'une discussion avec Nicolas Philibert. 

    Toute la programmation sur le site du Louxor.

  • Les architectes du Louxor répondent à nos questions

    Un lecteur du blog, André, nous transmettait lundi 22 avril ses interrogations sur les vitraux qui occupent les lucarnes du dernier étage du Louxor. Collés par la précision de la question, nous avons rapidement contacté qui de droit... et voici la réponse de Christian Laporte, architecte du patrimoine, qui a participé au projet Louxor avec l'atelier de Philippe Pumain.

    Philippe Pumain m’a transmis votre courriel sur les interrogations suscitées par la création des vitraux des oculi, pour lesquelles je tenais à vous apporter les précisions suivantes :
    -          Les vitraux conçus pour les oculi ne doivent en aucun cas être considérés comme une restitution fidèle de ce qu’il y avait à l’origine, pour deux raisons au moins : aucune archive, écrite ou iconographique, n’a permis d’identifier la teinte et la nature des verres de ces oculi, seule l’iconographie du visage (celui des années 20 et celui des années 30) était connu, grâce aux cartes postales anciennes, d’une part, et, d’autre part, malgré le travail d’agrandissement des clichés anciens, nous n’aurions pas pu prétendre être fidèle à l’original, il valait donc mieux réinterpréter le vitrail,
    -        Les vitraux actuels sont donc tout au moins une évocation, et au mieux une réinterprétation de l’iconographie originelle, qui représentait une tête de pharaon, avec sa coiffe,
    -   Après de nombreuses études et agrandissement des cartes postales anciennes, il s’est avéré que le panneau central de l’oculi n’était pas en verre, mais plutôt en matériau opaque (tôle avec bas-relief, type métal repoussé par exemple), que nous n’avons pas reconduit, pour rester dans l’esprit d’une composition en matériau verrier. C’est la raison pour laquelle l’atelier Vitrail France nous a suggéré un verre thermoformé, permettant de créer des reliefs sur le verre, notamment pour marquer les plis de carnation du visage. Seuls les panneaux latéraux étaient donc des vitraux au sens strict du terme, avec réseaux plomb.
    -         Je vous confesse que la reproduction des traits du visage du pharaon est à la fois perfectible et pas assez lisible, nous allons voir avec l’atelier comment accentuer justement le caractère plutôt graphique du visage, dans un esprit plus art déco.
     
    Meilleures salutations.
    C. Laporte
  • Exposition à la mairie du 18e sur les cinémas de quartier disparus

    L'association Paris-Louxor prolonge l'inauguration du cinéma Louxor par une exposition très complète sur tous les cinémas qui ont fait vivre le quartier Barbès il y a bien longtemps. Nous vous conseillons de faire le déplacement à la mairie du 18e arrondissement (Métro Jules Joffrin), y compris si vous n'êtes pas habitant du quartier, elle en vaut la peine. A voir jusqu'au 25 mai.

    Le lancement — on dirait vernissage dans les "beaux quartiers" — a eu le jeudi 25 avril en présence de Daniel Vaillant et de quelques élus du 18e, et sous l'oeil vigilant de Laurent Laborie (à gauche sur la photo ci-dessous), président de Paris-Louxor, qui ne cachait pas sa joie devant une salle des fêtes comble.

    louxor, mairie du 18ème, cinéma

    Vous reconnaitrez la maquette du cinéma

    louxor, cinéma,

    N'oubliez pas de vous rendre sur le site de Paris-Louxor pour voir les images de la première séance au Louxor, mises en ligne pour vous... 



  • Louxor, à la mairie du 18e

    NCQhome.jpg

    Nos cinémas de quartier 
    Exposition participative « Vivre ensemble le cinéma » 
    Du 25 avril au 25 mai 
    Mairie du 18e - 1, place Jules Joffrin 75018 Paris

    La Mairie du 18e organise une exposition participative avec l'association Paris-Louxor, "Vivre ensemble le cinéma" avec le soutien d’ARTE, Télérama, le Louxor et la Cinémathèque française-Musée du cinéma. 

    Le visiteur pourra y voir des installations vidéos, des photographies, des textes de présentation des salles des anciens cinémas de quartier, des témoignages et des documents, souvent inédits, sur ces salles, formant un corpus de près de 30 cinémas. Ce projet d’exposition est né de la volonté de capter la mémoire volatile, la parole de la culture populaire, pour mieux fixer et partager, ces témoignages et documents qui s’évaporent inexorablement. 

    Entre la place Clichy et le carrefour Barbès, il est proposé de suivre un film invisible de 1,8 km qui chemine à la frontière des trois arrondissements et redonne vie à 24 cinémas de quartier. Cette promenade, non exhaustive, se prolongera jusqu’à la Goutte d’Or, Montmartre et aux alentours du Louxor. 

    Ce parcours a été réalisé avec la participation et le soutien d'habitants, cinéphiles, jeunes, moins jeunes, de toutes origines, amoureux de la ville et du cinéma, venus parler avec gourmandise du cinéma d’hier et d’aujourd’hui, de cette proximité tant géographique qu’affective qu’ils entretiennent avec les salles et le cinéma en général. 
    www.mairie18.paris.fr

  • Des bandes audio sur l'ouverture du Louxor

    Grâce à Emile Rabaté qui a été emballé par le Louxor, son inauguration, la place que lui ont offerte les médias toute cette dernière semaine, séduit aussi par l'égyptomanie en rencontrant Jean-Marcel Humbert.... et on le comprend ! Voici donc deux petites bandes son qu'il nous a adressées et qui méritent votre écoute attentive.

    Il était là aussi le premier jour : 

  • Les artistes décorateurs du Louxor

    paris,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyne

    Samedi dernier nous vous engagions à participer au vernissage d'une expo à la galerie AREA qui rend hommage aux artistes décorateurs du Louxor. Notre ami Fred a fait quelques photos que nous vous proposons ici. 

    paris,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyne

     paris,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyne

    paris,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyne

     

     

    Et pour parfaire votre information sur le sujet, nous ne pouvons que vous conseiller le très bon article des Amis du Louxor qui ont rencontré Jean de Seyne en novembre dernier. 

    paris,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyne

    paris,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyneparis,barbès,louxor,décorateurs,jean-de-seyne

  • Louxor : abonnez-vous au site du cinéma

    Vous pouvez dès aujourd'hui vous inscrire sur le site du Louxor pour connaître la programmation, les horaires, c'est ici :

    paris,louxor,cinéma,ouverture

     

     

    http://www.cinemalouxor.fr

     

     

    paris,louxor,cinéma,ouverture

    Le Louxor - Palais du cinéma vous accueille au 

    170, boulevard Magenta - 75010 Paris

     

    Métro:             Barbès-Rochechouart lignes 2 et 4
    Bus :               
    30, 31, 54, 56, 85

    RER D, E, B : Magenta, Gare du Nord
    Vélib :             
    Station n° 9003 - Carrefour Barbès, sous le viaduc du métro
    Auto lib’ :       
    26 avenue Trudaine, 75009 Paris ; 23 Boulevard de Clichy, 75009 Paris,
                            11 rue Guy Patin 75010.
    Parking :        
    Goutte d’or, 10-12 rue de la Goutte d’or, 75018 Paris
                            Barbès, 104/106 boulevard de la Chapelle, 75018 Paris

    et à pied pour tous les voisins...