Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action Barbès répond aux habitants du quartier

Notre article du 24 novembre sur la situation dégradée à Barbès a suscité de nombreuses réactions et témoignages tant sur notre blog que sur notre page Facebook (plus de 1 600 visites). Nous avons la certitude que ces commentaires sont lus tant par les élus que par les institutionnels concernés. Cependant, nous tenons à préciser ici que ces diverses occupations illicites de l'espace public sont du ressort de la préfecture de police. La preuve en est, la lettre envoyée par les maires des 10e et 18e, Rémi Féraud et Eric Lejoindre, au Préfet de police de Paris.

paris,paris 10e,paris 9e,paris 18e,louxor,brasserie-barbès,ventes-à-la-sauvette

paris,paris 10e,paris 9e,paris 18e,louxor,brasserie-barbès,ventes-à-la-sauvette

De notre côté, nous avons initié une réunion entre Action Barbès et les deux maires concernés, réunion à laquelle seront présents des représentants de l'association ainsi que le directeur du Louxor et le patron de la brasserie Barbès.

Pour répondre plus précisément aux nombreux lecteurs qui ont réagi sur le blog (mais aussi pour l'ensemble des lecteurs), rappelons que nous sommes une association qui informe, qui réfléchit, qui trouve parfois des échos auprès des services et des élus, mais pas dans la précipitation, ni dans la colère.
Nous avons depuis des mois, voire des années, informé que la situation des commerces, des flux de piétons, des ventes illicites, de la propreté, dans ce quartier posait problème. Le Comité de pilotage Barbès a été créé pour cette raison, et certaines solutions en sont nées, plus ou moins efficaces, nous l'admettons. Actuellement, d’autres faits sont venus se greffer, comme la fermeture de la station Château rouge.

Depuis les dernières municipales, nous cherchons à mettre sur rail la "Promenade Urbaine", de Barbès à Stalingrad, c'est une façon de lutter contre les occupations anarchiques de l'espace public. Elle apportera des mieux en proposant un usage plus élaboré du tronçon sous viaduc.

Ce qui, à court terme, va changer, au moins temporairement, c’est le déplacement du marché de Barbès pendant un an. Mais ne nous y trompons pas, cela signifie un déplacement du problème. L’étalement des ventes au sol deux fois par semaine est lié au grand nombre de clients potentiels qui font leurs courses au marché. Si ce n’est pas le cas, attendons-nous à ce que les marchés de la misère s’installent tous les jours. Et dans d’autres quartiers aussi.

Plus d'informations la semaine prochaine... 

Commentaires

  • Merci pour votre implication!!

  • Avez vous des informations sur l'incendie du civic lab place de la chapelle?
    Vous en étiez à l'initiative ?

  • la répression n'est pas la solution a un problème économique et social. Plutôt que de déconsidéré ces marchés qui luttent contre la pauvreté, vous pourriez réfléchir a des solutions valables sur la durée comme par exemple octroyer des places des marchés des droits pour les plus démunis d'entre nous qui ont besoin de cette économie populaire pour vivre décemment. les politiques d'exclusion étant inutile depuis des années, certainement faudrait il changer de fusil d'épaule et écouter aussi ce que proposent les biffins et leurs acheteurs lors d'une table ronde organisé par les diverses associations ?

  • Bonjour,
    Vous savez parfaitement que nous avons déjà, il y a plusieurs années, suggéré qu'on permette à des biffins de s'installer sous l'égide d'une association qui organiserait ce marché. Nous ne sommes pas décisionnaires.
    Pour autant, quand les vendeurs sont sur l'espace public notamment devant le cinéma Louxor, ou encore sur les trottoirs, obligeant les piétons à marcher sur la chaussée dans ce secteur très passant de Barbès, on se retrouve face à des problèmes de sécurité tut simplement.

  • @ ganasi : nous n'avons pas de nouvelle concernant l'incendie du Civic Lab dont nous n'avons pas l'initiative.

    @ biffins sans place : vous faites erreur sur notre approche qui n'est pas de "déconsidérer" les marchés des biffins mais de faire en sorte qu'un minimum de "vivre ensemble" soit respecté à commencer par les lois de la République mais aussi le respect de ceux qui vivent dans le quartier en leur permettant d'accéder chez eux normalement dans un environnement propre. Si vous connaissez des associations de biffins, je pense que la mairie du 18e sera preneur

  • Merci a Action Barbes pour vos efforts. Il est absolument inadmissible que l'on doive elever des enfants dans la peur de son quartier. La seule solution est l'etablissement d'une force de police habilitee a agir, soutenue par des lois telles que celles appliquees en Grande Bretagne. Dans certaines rues il est interdit de 'stationner': 'No loitering'. La police constamment presente interdit aux loulous de soutenir les murs (et les portes comme l'avait decrit quelqu'un). Circulez, il n'y a rien a voir! Ca arretera net les joueurs de cartes et autres truants qui aggressent les personnes agees pour les devaliser (vu sur le boulevard Rochechouart), les vendeurs a la sauvette de tous produits, et tous les traffics illicites dont nous ne sommes meme pas conscients...

Écrire un commentaire

Optionnel