Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

préfecture de police

  • Situation à Barbès: le préfet réagit

    A la suite des nombreux courriers de riverains et d'Action Barbès envoyés au préfet de police de Paris en décembre, ce dernier a réagi et organisé une réunion le 17 janvier dernier à la mairie du 18e (voir notre article du 5 janvier).

    Le soir même, Le Parisien relatait dans son édition du soir en ligne l'essentiel de la réunion avec le Préfet sous la plume de sa journaliste Cécile Beaulieu. Vous pouvez le lire ici. On y retrouve les grandes lignes des actions que la police s'engage à mettre en œuvre avec détermination pour regagner la maitrise de l'espace public, redonner la liberté de mouvement aux habitants, faciliter les allers et venus des femmes dans ce même espace public souvent accaparé par une présence trop masculine, mettre un terme aux ventes de cigarettes en remontant et en faisant tomber les filières...

    Nous y étions.

    Lire la suite

  • 2017: quoi de neuf à Barbès

    2017 commence. Voilà ce que nous pourrions écrire sur la situation actuelle en ce début de nouvelle année :

    Le marché des biffins sous le viaduc Barbès-La Chapelle qui se tient les après-midi de marché et celui dit "des voleurs" place de la Charbonnière qui, lui, se tient tous les soirs ont occupé une grande place dans l'actualité de cette semaine.

    La question est complexe et les solutions difficiles à trouver. Peut-on se contenter des actions ponctuelles de la police dont le résultat n'est que de déplacer les problèmes ? Bien sûr que non. Avoir déplacé le marché des biffins de Belleville à Barbès comme cela semble être le cas n'a rien résolu du tout. Même si les autorités, Mairie de Paris et Préfecture de police, se targuent de quelques résultats, on sent bien que celles-ci sont désarmées devant la situation. Le problème est social. Le développement de ces marchés de la misère est un symptôme évident de la crise que nous traversons.

    En attendant, il faut aussi dire que ce sont les riverains du boulevard de La Chapelle, ceux des rues adjacentes et d'une manière générale tout ceux qui fréquentent ce quartier qui souffrent. Le plus difficile à supporter et le plus inquiétant aussi est l'état de saleté dans lequel ces marchés laissent l'espace public.

    Comme nous avons une fâcheuse tendance à Action Barbès à tout archiver depuis 2001, nous avons retrouvé le texte que vous venez de lire dans une newsletter de décembre...2013 !

    Incroyable, non ? Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on est en pleine actualité.

    Alors qu'est-ce qui a vraiment changé depuis tout ce temps ? Soyons honnêtes, on a eu de bonnes choses: après la mise en place de la ZSP en 2012 (mais plus de réunion depuis presque deux ans), l'ouverture du cinéma Le Louxor (avril 2013), puis celle de la brasserie Barbès (avril 2015) et encore celle de la salle de consommation à moindre risque (octobre 2016).

    Le problème, c'est que la situation globale du quartier s'est plutôt dégradée. Nous avons d'ailleurs écrit de nombreux articles sur le sujet récemment (le 24 novembre, le 28 novembre,). Puis, nous avons décidé de nous adresser directement au préfet de police après notre rencontre du 2 décembre avec les maires des 10e et 18e. (voir notre article du 17 décembre).

    Ce courrier est toujours à la disposition de nos lecteurs, que nous engageons vivement à suivre la même voie : envoyez-le à Monsieur le Préfet. (Télécharger cette lettre)

    Nous avons eu de nombreux retours de riverains qui annonçaient avoir envoyé ce courrier et l'avoir diffusé auprès de leurs voisins. De très nombreux commerçants de la Goutte d'or ont eux aussi signé cette lettre qui a été envoyée par un de nos adhérents avant les fêtes. Et nous savons que d'autres commerçants suivront (trêve de fin d'année oblige).

    **** Nous venons de recevoir une réponse du préfet de police. A lire demain sur notre blog ! 

     

  • Conseil de la Nuit: les dernières informations

    La mairie de Paris a organisé, le mercredi 29 juin 2016, la 3e assemblée plénière du Conseil de la Nuit à l'Hôtel de Ville, en présence des nombreux acteurs participant aux ateliers organisés dans ce cadre. Pour en savoir davantage voir nos articles du 21 janvier 2015 et du 28 octobre 2015.

    Cette assemblée, présidée par Frédéric Hocquard, conseiller de paris délégué de la Nuit, a tout d'abord été l'objet d'une table ronde réunissant des représentants de la Préfecture de Police, de la Préfecture de la Région Ile-de-France et de la Direction de la Prévention et de la Protection (DPP) de la Ville de Paris afin d'échanger plus particulièrement sur l'axe PRÉVENTION, MÉDIATION, RÉGULATION. En introduction de cet échange, Matthieu Clouzeau, directeur de la DPP, a présenté  la brigade de lutte contre les incivilités qui sera mise en place progressivement de septembre à décembre 2016. Brigade qui aura vocation à mieux assurer la tranquillité dans l'espace public et à lutter contre les incivilités, et qui regroupera au sein de la DPP — qui, à cette occasion, sera renommée Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP) — l'ensemble des agents agissant dans la lutte contre les incivilités (aujourd’hui répartis dans plusieurs services de la Ville : DPP, DEVE, DPE, etc..) ainsi que des effectifs complémentaires. Le service dédié de la DPP disposera ainsi de 1900 agents, contre 1000 aujourd’hui. Ce regroupement s'accompagne d'un maillage territorial plus fin (10 "entités territoriales" contre 6 actuellement) et d'un renforcement des moyens aux jours et horaires où la DPP n'est actuellement pas assez présente (nuit, soir, week-end). Les effectifs seront notamment doublés pour la brigade d'intervention de Paris (BIP) qui a vocation à intervenir la nuit, en particulier pour les éventuelles nuisances liées à des activités nocturnes. Le sujet étant sensible, F. Hocquard a rappelé que cette brigade est distincte d'une police municipale. Pour plus d'informations, voir sur le site de la ville ici.

    Lire la suite

  • Du nouveau sur les aires de livraison

    Depuis le 2 mars 2009, deux arrondissements parisiens, le 3e et le 17e, expérimentaient l'aire de livraison partagée. C'est un nouveau concept qui nécessitera une modification du Code de la route, mais Paris, pionnière en la manière, sera autorisée par anticipation à implanter ces nouvelles zones.

    De quoi s'agit-il ?

    Il nous est arrivé à tous de désespérer de trouver une place de stationnement en rentrant tard un samedi soir et, à bout de patience, de garer notre voiture sur une aire de livraison. On sait aussi que l'amende est plus chère... Normal, c'est un emplacement réservé. Mais le dimanche, il y a peu de livraisons, alors.... Petit à petit, l'idée a germé dans les cercles de réflexions (réflexions associées de la Préfecture de police, de la Mairie de Paris, du Groupement des activités du transport et de la manutention en Région Ile-de-France, de la Chambre du commerce et de l'industrie de Paris), qu'un meilleur partage des emplacements, en fonction des plages horaires, pourrait avoir quelque intérêt pour tout le monde.

     

    2008 05 27 Maubeuge aire de livraison web.JPG

    Sans vouloir à tout prix favoriser les automobilistes et dégager de l'espace pour leur bolide favori, il faut admettre que les rues de Paris sont proches de la saturation, et que ce partage est le bienvenu. Il permettra - c'est du moins ce que nous espérons....- de créer de nouveaux stationnements deux-roues, en compensation de cette autorisation inespérée et nocturne. Les automobilistes voient souvent d'un mauvais oeil la suppression des emplacements voiture au profit des vélos ou des motos. Le partage de l'espace ne se fait pas sans grincement de dents et certains maires d'arrondissement, plus sensibles que d'autres aux critiques des groupements d'utilisateurs de la voiture, craignent parfois des retombées défavorables.

    Désormais, certaines zones de livraison - elles sont au nombre de 7 000 dans Paris - pourront donc être occupées par des voitures particulières entre 20 heures et 7 heures, et également les dimanches et les jours fériés. Elles garderont l'apparence actuelle. En revanche, d'autres conserveront leurs caractères réservés aux livraisons, notamment les aires proches de certains commerces comme les supérettes, les hôtels ou les boulangeries, par exemple, qui nécessitent des réapprovisionnements la nuit ou tôt le matin. Un marquage au sol clair les différenciera.

    Un comité de suivi sera chargé de veiller à leur mise en oeuvre. Nous espérons que les habitants au travers des conseils de quartier seront consultés. Qui mieux qu'eux est sensible à l'occupation ou à la vacance de telle ou telle zone, ou à son occupation illégitime !

    Voir le communiqué de presse de la Préfecture de Police ici.

    9782110982162.jpg

     

     

    Le CERTU a édité un guide pour la qualification, la localisation et le dimensionnement des aires de livraison. Il est disponible en ligne chez Eyrolles. Pour les initiés et les professionnels...