Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Opération "Barbès respire" : premier bilan un mois après

Presque un mois après le début de la mise en place de l'opération surnommée "Barbès respire", le préfet de police Michel Cadot a souhaité présenter un premier bilan et échanger avec les associations du quartier Barbès-Chapelle.

Nous ne reprendrons pas tous les chiffres déjà annoncés par Jacques Rigon, chef de district lors de la réunion à laquelle nous avions participé fin janvier (voir nos articles du 4 février et du 7 février).

La rencontre a eu lieu au commissariat central du 18e avec Action Barbès, SOS Chapelle et le collectif d'habitants du boulevard Barbès.

paris,paris 10e,paris 18e,zsp-barbès-chateau-rouge,préfecture de police,marché barbès,vente à la sauvette

 

Enregistrer

Enregistrer

Autour de la table côté élus et institutionnels, Eric Lejoindre, maire du 18e, et Stéphane Bribard qui représentait le maire du 10e, Colombe Brossel adjointe de la Maire de Paris chargée de la sécurité et de la prévention, les commissaires centraux de ces deux arrondissements Valérie Goetz et Damien Vallot, Jacques Rigon, chef de district, ainsi que de nombreux représentants des forces de l'ordre et de la Ville. On vous fait grâce de la longue liste.

paris,paris 10e,paris 18e,zsp-barbès-chateau-rouge,préfecture de police,marché barbès,vente à la sauvette

En introduction, le préfet a tenu à rappeler la mise en place d'un dispositif qui a vocation à durer pour une amélioration de la situation. Si les CRS ont été moins présents dans la dernière quinzaine, c'est suite aux évènements qui ont eu lieu en banlieue mais le retour des effectifs sur Barbès-Chapelle est en cours.

Quelles actions?

Pour l'aspect répressif, une dizaine d'opérations par semaine, un dispositif spécifique les jours de marché avec des enlèvements de véhicules avant et après (une cinquantaine dont 5 poids lourds), des évictions de l'espace public (sauvettes), des procédures de destruction, des arrestations (beaucoup pour vente de cigarettes), des PV.

En ce qui concerne la présence de très jeunes mineurs marocains (que nous croisons rue Patin, autour du métro et vers le square Bashung), Colombe Brossel a reconnu une situation totalement inédite dans la capitale. La Ville a mis en place deux types d'actions. L'association "Hors les murs" est chargée de la prise de contact pour des mises à l'abri (pas toujours acceptées par ces enfants) et par ailleurs un travail de fond, pour lequel on a besoin du Parquet des mineurs doit être mené. Une seconde association vient d'entrer en action, il s'agit de "Vaga". On mobilise également des éducateurs de rue. Situation compliquée...

Le marché, la placette Charbonnière

Eric Lejoindre a répété qu'on devra profiter du déplacement du marché en septembre pour l'installer dans de bonnes conditions et surtout le réinstaller dans de bonnes conditions. La récente mise en place des pots plantés de la placette ont été évoqués. Nous avons regretté qu'ils ne soient pas assez hauts (comme ceux du parvis de la gare du Nord) car ils servent inévitablement de poubelles et devront donc être entretenus régulièrement (voir notre article du 8 février).

Du côté des commerces

Beaucoup de contrôles sur l'ensemble du périmètre de la ZSP avec des demandes de fermetures administratives (souvent pour travail dissimulé) dont certaines sont déjà effectives. On en note ainsi place et rue de la Chapelle, rue Pajol, place Caplat, rue Myrha, boulevard Barbès... et ça va continuer !

Le contact avec les citoyens

Les associations présentes ont fait un même constat sur la durée d'attente trop longue quand on appelle le 17. Le Préfet s'en est étonné et a demandé une vérification à ses services. Espérons qu'il s'agisse d'un dysfonctionnement passager.

****  Prochaine réunion avec le Préfet et ses équipes début avril et, d'ici là, les rencontres avec Jacques Rigon au commissariat du 20e devraient continuer.

Enregistrer

Enregistrer

Commentaires

  • Bonjour, et merci de votre retour.
    Bonne journée.

  • Bonjour et merci pour toutes ces informations. Ancienne habitante (pendant 19 ans) de la Goutte d'Or, j'ai récemment déménagé à Simplon. Quel bonheur. Changement total d'univers. Disparition de la violence sous-jacente, de l'incivilité, de la saleté permanente des voies publiques.
    J'ai longuement lutté, malheureusement seule, et entendu des réponses si fantaisistes du pouvoir politique en place dont on s'étonne qu'il s'étonne encore.
    Je regrette de ne voir que des mesures répressives et pas de mesures de prévention en dehors de la hauteur des bacs à plates (bien vu !).
    Pour mémoire, j'attends encore la réaction de Mme EL Khomri à qui nous avions adressé une pétition alors qu'elle occupait la fonction de chargée de la sécurité.
    Bon courage, cordialement

  • Merci à action Barbès pour avoir permis et sucité cette opération.!!! Mais rien n'est résolu après 1 mois. Toujours autant de trafiquant, d incivilité etc etc...aucun changement ressenti en tant qu habitant..( et de beaucoup d'autres avec qui nous avons échangé.).
    Soyons patient.

  • Bonjour,

    Je vous rejoins sur la difficulté récurrente à joindre un interlocuteur lorsque l'on compose le 17 et à avoir un passage quand on signale un tapage nocturne sur la voie publique, rue Belhomme... Tapage nocturne sur voie publique quasi quotidien.
    Bonne soirée,
    Hélène

  • Bonjour et merci à Action Barbes .
    En ce qui concerne la placette Charbonnière je suis bien placée pour en parler car j'habite sur la place. Concernant les pots plantés en effet n'étant pas assez haut ils servent de poubelle sur une place ou il y a profusion de poubelles. Action citoyenne, régulièrement je nettoie les détritus qui se trouvent dans les pots, (canettes, paquets de cigarettes, sacs plastiques...)
    Le marché au voleur tous les soirs entre 19H et 20H30 sur la place Charbonnière; ils sont toujours là, la police les déloge mais dès que la police est partie ils reviennent pour laisser une place salle et des détritus partout. Les vendeurs de cigarettes sur la place ne sont tellement pas discrets que de chez moi j'entends MarlboroMarlboro comme des perroquets et cela jusqu'à tard dans la nuit. Je sais bien que le travail de la police ne sera efficace que sur la durée et la persévérance alors bon courage à eux.
    Bien à vous et merci pour vos actions.

  • Bonjour à tous.
    une petite suggestion : de nombreuses municipalités ont installé des fontaines au sol sur des places publiques, ce qui les rend conviviales et dans certain cas dissuade les installations indésirables. Il existe plein de possibilités. C'est un peu vache voir radical pour déplacer un problème, mais au moins les gosses en profitent et le rendement de quantité d'eau utilisé au nettoyage est peut être meilleur…

Écrire un commentaire

Optionnel