Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rencontre avec le commissaire Jacques Rigon, suite.

paris,paris 10e,paris 18e,paris 20e,barbès,chapelle,marché,sauvette

A propos de cette rencontre, nous avons publié samedi un premier article, orienté plus particulièrement sur les ventes illicites de cigarettes (voir notre article du 4 février).

Les autres problèmes du quartier ont aussi été évoqués bien évidemment.

Présence de mineurs isolés

Vous avez peut-être constaté, comme nous, la présence de jeunes mineurs isolés. C'est un phénomène récent en si grand nombre. Lors de la réunion avec le préfet, ce dernier l'avait évoqué et s'en inquiétait. Voici quelques éléments de réponse du commissaire Rigon :

  • 19 très jeunes mineurs isolés, âgés entre 8 et 12 ans et tous marocains, ont été interpellés pour des vols et ont été placés en foyers MAE ou Croix Rouge dans le 20e et le 11e, dans le cadre des mesures d'aide sociale à l'enfance.
  • 16 mineurs plus grands, âgés entre 14 et 17 ans (algériens, tunisiens et marocains), ont été interpellés principalement pour des vols et ont été généralement déférés au Parquet.

Sur ce sujet, le Parquet et la Mairie sont mobilisés. Dans le 18e, il y a une intervenante sociale. Rappelons que ces jeunes mineurs, souvent sans attache familiale, doivent pouvoir bénéficier d'un hébergement et d'une prise en charge. On peut penser qu'ils sont aux mains de réseaux pour les plus jeunes. La police intervient aussi sans attendre qu'ils commettent des délits, pour tenter de les soustraire à des dérives plus graves, car ces jeunes sont avant tout en danger. A savoir également qu'il n'est pas possible de les obliger à intégrer un foyer d'aide sociale à l'enfance sans leur consentement.

Le marché

Ceux qui s'y rendent ou qui habitent juste à côté auront sans doute remarqué la présence de policiers assez tôt le matin. Dans l'allée centrale, on rencontre encore des vendeurs à la sauvette, majoritairement d'herbes aromatiques, mais il y a du mieux et les agents de la Direction de la protection, de la sécurité et de la prévention (DPSP) y circulent et veillent. Les véhicules du marché sont enlevés s'ils ne respectent pas les horaires de départ (à savoir 15h le samedi et 14h30 le mercredi, pour une arrivée à partir de 5h), une grue est là ! Certains commerçants ont expérimenté à leur dépens que ladite grue peut s'attaquer à de lourds camions... Il s'agit de permettre aux agents de la Propreté — une brigade spéciale appelée la Fonctionnelle, qui intervient en fin de marché, mais aussi après les manifestations sur la voie publique, par exemple — de pouvoir nettoyer correctement, rapidement et sans entrave. Nous avons remarqué, en effet, que les commerçants ne trainaient pas ! En revanche, les livraisons nocturnes par des 38 tonnes ont repris, d'après des signalements reçus. Nous avons informé le commissaire. Des actions devraient suivre.

Nous avons réalisé un reportage photographique pour illustrer le travail des agents de la propreté. Nous le publierons dans les prochains jours avec commentaires appropriés.

paris,paris 10e,paris 18e,paris 20e,barbès,chapelle,marché,sauvette

Boulevard Barbès

Des contrôles de commerces ont eu lieu (encore mardi dernier) avec la collaboration de l'Urssaf. Il s'agit bien de délivrer un message fort pour que cesse l'occupation non autorisée sur le trottoir. Nous avons appris par ailleurs, que des démarches ont été faites auprès de la direction de l'urbanisme et que plusieurs dossiers sont en cours. Nous nous tenons informés des procédures et de leurs effets.

La presse vous donnera aussi quelques détails supplémentaires... :  l'article du Parisien du 5 février.

La prostitution

Nous avons également évoqué les problèmes liés à la prostitution dans le secteur Château-rouge et signalé des intrusions dans des immeubles. Jacques Rigon a rappelé l'obligation faite aux propriétaires de sécuriser les bâtiments, notamment par des moyens fiables de fermeture des portes d'entrée des immeubles. Les immeubles sensibles sont essentiellement habités par des locataires, qui subissent sans avoir les moyens de remédier au problème. Des courriers peuvent également être envoyés aux syndics, nous confirmera le commissaire. Rappelons qu'une loi d'avril 2016 pénalise désormais les acheteurs d'actes sexuels et que les forces de police sur place appliquent les nouveaux dispositifs de la loi. 

Autre point inévitable, le marché aux voleurs sur la placette Charbonnière (où un camion de CRS stationne en principe depuis le début d'après-midi jusque tard le soir) Tous ces sujets seront remis sur la table dans 15 jours, lors de notre prochaine réunion avec le commissaire. A suivre...

Commentaires

  • Donc selon pouvoirs publics, c'est la faute des proprios qui ne sécurisent pas leur immeuble, bien sûr !
    Perso dans mon immeuble il y a un digicode pour accéder à la cour, un digicode par escalier, une gardienne vivant sur place. Ça n'empêche pas les nuisances.
    C'est toujours la faute des proprios, qui payent pourtant frais de mutations, taxes, Impots, travaux, charges (notamment de la gardienne). Pendant ce temps, l'adjoint au logement d'Anne Hidalgo fait sa promo personnelle et populiste dans les médias
    Cette gauche est vraiment irresponsable

  • @BO : il convient quand même de rappeler qu'un commissaire de police est politiquement neutre

  • Journée grisâtre... Plus je regarde ce qu'il se passe dehors en ce mercredi, plus je me dis que rien ne changera..police et policiers en civile débordés par ce flot humain des biffons qui jouent avec eux aux chats et aux souris...on alterne entre rue des illettrés, boulevard La Chapelle et intérieur du métro, par centaines...et ceci après bientôt 3 semaines de l'opération "vitesse supérieure"...idem pour les cigarettes bd de La Chapelle...aucun changement malheureusement...je suis d'une résignation et d'un pessimisme sans nom...

  • C'est realmente décourageant. En haut du boulevard Magenta avec le coin du faubourg Poissonnière, ils étaient très nombreux aujourd'hui. La police était au carrefour Barbes et ils attendait allègrement pour s'installer...

  • Bonsoir, notre immeuble est sécurisé par un digicode mais il n'empêche pas des individus
    d'entrer dans le couloir pour se livrer à des trafics illicites à l'abri des regards. Le code nous ne le changeons plus car il est connu quelques minutes plus tard par les trafiquants. Nous payons des impôts comme tout citoyen et à ce titre nous avons droit à la tranquillité et à la sécurité. C'est le rôle de l'état.

  • Il faut malgré tout féliciter la police pour tenter quelque chose... même si on en voit la limite. Et la limite c'est 'ce flot humain' comme le dit quelqu'un plus haut. Paris est un aimant pour tous les réfugiés, délinquants et illégaux du monde précisément parce que dans ce flot, ils passent inaperçus... Tant que nous ne prendrons pas des mesures d'expulsion hors de Paris de tous ces gens la, on continuera a voir se construire une nouvelle 'Jungle de Calais', a la différence qu'elle sera itinérante, mouvante, disséminée, perdue dans la foule et incontrôlable, jusqu’à un point de saturation ou elle prendra contrôle de la rue, comme dans les 'cités de non-droit' dont on parle épisodiquement et ou la police elle-même a peur de d'aller... Il faut agir maintenant avant qu'il soit trop tard.

  • Donc les mineurs (de 8 à 12) isolés doivent donner leur consentement pour intégrer un foyer d'aide sociale à l'enfance, alors qu'ils ne semblent pas rattachés à une famille, semblent être la proie et la victime d'organisations mafieuses, pratiquent le vol pour occuper la journée et ramener de l'argent à leurs tortionnaires.
    Dans le cas d'un refus, que se passe t-il ?

  • De qui se fout on? 17h 30 et toujours les biffins le long du métro...et les vendeurs à la sauvette toujours aussi nombreux !! Pouvez vous faire remonter le constat que RIEN DU TOUT n'a changé depuis la mise en place du plan coup de force...Rendez-vous dans 1 ou 2 ans ...rien n'aura changé...toute la stratégie policière est à revoir visiblement...

Écrire un commentaire

Optionnel