Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du nouveau pour le dispositif Barbès-Chapelle Respire

Depuis janvier de cette année, c'est déjà la 10e réunion avec le chef de district Jacques Rigon au commissariat du 20e. Le groupe s'est un peu étoffé. A sa demande siège désormais autour de la table l'association La VieDejean du quartier Château Rouge qui vient donc s'ajouter à Action Barbès, DemainLaChapelle et SosLaChapelle et au collectif du boulevard Barbès. Il faut dire que le commissaire fait du lien avec les habitants un axe essentiel dans le cadre de l'opération Barbès-Chapelle Respire dont il est le chef d'orchestre. C'est pour lui incontournable pour mener à bien ses actions et réajuster le dispositif au plus près des observations. La Préfecture de police (PP) et la ville de Paris (DPSP) sont parties prenantes. L'ensemble du bassin est désormais considéré comme un tout pour être plus efficace et les autorités ont enfin pris conscience que tous les dispositifs anciens déplaçaient les problèmes.

Les chiffres

Nous n'avions pas diffusé les chiffres lors de nos derniers articles (voir nos articles du 19 septembre et  du 26 octobre), donc nous ne résistons pas à vous les faire partager.

  • 394 opérations spéciales

  • 56 000 évictions (= chasser les vendeurs à la sauvette)

  • 4 644 procédures de saisie immédiate

  • 52 To de marchandise mises à la benne

  • 2 051 arrestations dont 127 pour cigarettes et démantèlement de structures

  • 503 étrangers en situation irrégulière dont 256 pour détention de stupéfiants

  • 10 888 verbalisations pour des stationnements gênants et 284 véhicules enlevés essentiellement dans le cadre du marché.

Le dispositif en « bassin » que nous avions déjà évoqué monte en puissance avec des opérations coups de poings comme celle qui a eu lieu le 9 novembre jour de notre assemblée générale (mais n'y voyez aucun lien !). L'ensemble du bassin a été investi avec l'aide de deux compagnies de CRS, soit 18 camions, de Chapelle à Barbès en passant par le sud de la Goutte d'or et le quartier de Château rouge, une opération forte. D'autres viendront, nous a assuré J.Rigon.

Le marché

Le Président du marché a été reçu par le commissaire afin que les livraisons nocturnes cessent enfin. Un compromis semble avoir été trouvé puisque les gros camions (qui ne restent pas sur place) pourront livrer à partir de 4h mais pas avant. Il faut en effet tenir compte des risques d'encombrements du boulevard de la Chapelle si les déchargements très importants se font en même temps que ceux des commerçants du marché. Il s'agit d'un test. Ce qui est certain, c'est que le contrat a été respecté la semaine qui a suivi la rencontre. 

Les nouveautés

Comme nous l'avait annoncé la commissaire V. Goetz, une nouvelle brigade spéciale en civil contre les ventes à la sauvette et les contrefaçons (BSC) a vu le jour lundi 6 novembre avec 18 policiers présents tous les jours de 10h à 21h  essentiellement sur la zone Barbès-Château-rouge. C'est une stratégie purement répressive avec saisie destruction. On cible les vendeurs réitérants, on intensifie l'action judiciaire. Il s'agit d'impacter un certain seuil pour casser les phénomènes existants.  L'ensemble de Paris a bénéficié de l'arrivée d'une nouvelle promotion : le 18e arrondissement a vu arriver 44 policiers en renfort. Une adresse mail a été créée et communiquée lors du conseil de quartier La Chapelle jeudi dernier pour favoriser les échanges habitants-police en ce qui concerne les sauvettes et la contrefaçon. Elle sera communiquer aux adhérents qui le souhaitent.

Autre bonne nouvelle, la PP maîtrise désormais le phénomène des sauvettes de la Porte Montmartre et le carré des biffins retrouve sa fonction. Il n'y a plus de « frontière » avec la Seine Saint Denis car les forces de police nationale et municipale de Saint Ouen ont été mutualisées. Forces privées et vigiles des puciers sont également de la revue. Ainsi, la benne de la Porte Montmartre est désormais sur Château Rouge. J. Rigon souhaite qu'elle y soit en permanence. La balle est dans le camp de la ville.

Mineurs isolés 

Si certains mineurs ont accepté une prise en charge, ce n'est malheureusement pas le cas de tous. On commence à mieux les cerner, des contacts avec le Maroc ont permis une première expérience de suivi avec la présence d'une association mais pour une durée trop brève. On avance à tout petit pas. Les mineurs étrangers réitérants risquent désormais d'être incarcérés malgré leur âge, car ils peuvent avoir des comportements violents et ne connaissent aucune limite.
. Une bande a été récemment démantelée à la suite de 16 cambriolages sur des péniches de la rive gauche. J. Rigon regrette qu'ils ne soient plus sensibles à la répression. Nous le craignions hélas.

La situation des autolib'

La station de la rue Saint Vincent de Paul a été neutralisée il y a peu. Mais vous l'avez sans doute constaté, elle n'est pas la seule à être dégradée. Il y a celles de la rue Guy Patin, de la rue de Sofia (voir photo ci-dessous) pour n'en citer que deux. Le phénomène s'étend également au 19e. Des articles sont parus dans la presse à ce sujet ces dernières semaines. La société Autolib en concertation avec la PP a donc décidé de fermer plusieurs stations, ce qui permettra d'exercer une vigilance accrue sur les autres stations autour du périmètre choisi.

paris,paris 18e,paris 10e,préfecture de police,vente à la sauvette,contrefaçon,marché barbès

On peut évidemment regretter que les habitants de ces quartiers ne disposent plus d'autolibs à proximité de chez eux. Il ne faudrait pas que les quartiers populaires soient privés d'un service offert à l'ensemble des parisiens, une double peine en quelque sorte. Le vrai problème de fond reste toutefois toutes ces personnes à la rue, sans abri, ne l’oublions pas, et cette fois la balle est dans le camp de l’Etat, ou de la Ville, pas de la préfecture…  Le commissaire suggère qu'on rende le quartier prioritaire en matière de mise à l'abri et d'hébergement dans le cadre du plan hivernal. Une bonne idée en effet.

J. Rigon nous l'affirme «Nous nous mettons pour les jours à venir en vigilance renforcée avec les «ambassadeurs» d'Autolib pour garantir la meilleure réactivité possible face à ces dégradations et squats, avec cette même stratégie de judiciarisation. Notre but commun est d'essayer de rétablir au plus vite le fonctionnement de ce service offert aux Parisiens." Depuis notre rencontre, une opération a déjà eu lieu donnant suite à des neutralisations temporaires de quelques stations.

Une prochaine rencontre aura lieu mi-décembre, à laquelle J. Rigon souhaite associer  le commissaire du 10e ou la commissaire du 18e. Nous devrions alors en savoir un peu plus sur la mise en place de la police de sécurité quotidienne : ferons-nous ou pas partie des zones expérimentales ?

Commentaires

  • Merci beaucoup pour ce suivi, je lis avec intérêt les compte-rendus réguliers écrits suite aux réunions avec la Préfecture de Police. Questions:
    (i) Le fait d'inviter l'ensemble des acteurs locaux du quartier (nouvellement LaVieDejean) indique-t-elle selon vous que la PP considère l'ensemble du secteur comme un seul et unique "problème" qui doit être traité conjointement ? Avons nous aujourd'hui une masse critique d'associations locales suffisante pour empêcher tout abandon ou diminution du dispositif dans la durée ?
    (ii) Je comprends qu'il y a bien 18 policiers en civil, chaque jours de 10h à 21h, affectés à répression de la vente à la sauvette/contrebande dans la zone Barbès-La Chapelle. Avez-vous déjà le détail de leur activité ? Sont-ils exclusivement sur le terrain ?

    En tout cas, je confirme avoir vu des changements dernièrement et plus de présence policière : stationnement de CRS place Boris Vian, carrefour et début du boulevard Barbès, et place Charbonnière. Néanmoins, il me semble qu'il s'agit juste d'un stationnement occasionnel et passif dans la semaine, et non une présence quotidienne et active.

    Mais je veux bien des exemples d'actions "actives" par les lecteurs de ce blog!

  • @Inge : (i :) Le commissaire Rigon considère l'ensemble du "bassin" de délinquance, c'est ainsi qu'il a surnommé ce territoire qui souffre (notamment) d'un même lot de problèmes, comme l'occupation de l'espace public par les vendeurs à la sauvette, les vols à l'arraché, à la tire, à la portière, les agressions verbales, le harcèlement de rue, l'étalage illégal, les commerces peu respectueux des normes... etc... Cela s'étend sur les zones délimitées par les deux ZSP, va jusqu'à la gare du nord, entoure l'hôpital Lariboisière, monte jusqu'à Château rouge et sa rue Dejean et autour, englobe la rue Marx Dormoy, et des incursions à droite, à gauche, ne sont pas exclues en cas de besoin. Disons que c'est là la philosophie du chef du 2e district, qui souligne que les dispositifs précédents ont trop déplacé les problèmes sans les résoudre en profondeur.
    Ensuite je ne sais pas ce que vous appelez "masse critique d'associations locales suffisant". Tout un chacun est appelé à coopérer dans la limite de ses observations et connaissances, et à participer pour que son quartier aille mieux. On ne peut pas déléguer aux "associations" la pression qu'il serait bon de maintenir ou pas sur la Préfecture de police.
    (ii :( La brigade nouvelle n'est là que depuis 10 jours. N'est-ce pas allé un peu vite que de demander déjà des bilans, voire des résultats. Ces 18 hommes viennent en plus de ceux qui étaient déjà sur le terrain avec des missions peut-être moins ciblées, mais ils faisaient déjà le job ! Soyons réalistes, personne n'est prêt à mettre un policier devant chaque porte d'immeuble, et surtout pas les Parisiens si on leur présente la facture. Le phénomène est très complexe, difficile à enrayer, mais nous avons confiance dans la volonté du chef du 2e district : il vise à rétablir une situation vivable pour tous. Laissons lui le temps de conduire son dispositif comme il l'entend.

  • Bravo a la prefecture de Police et merci a Action Barbes. On a pu deja voir un leger mieux sur le boulevard Barbes, mais il y a encore beaucoup a faire surtout a Chateau Rouge.
    Je suis iinteresse de savoir ce qu'il est advenu aux: "503 étrangers en situation irrégulière dont 256 pour détention de stupéfiants"... Je suggere un retour immediat au pays. Mais je crains qu'avec nos lois pathetiques nous les retrouvions dans la rue apres les 48 heures de detention provisoire...

  • Bonjour,
    Serait il possible de me faire parvenir le mail relation habitant-police? J'assiste depuis 1 heure, comme hier, à des vols à la portière en pleine apm...je téléphone à la police à chaque fois mais les voleurs st déjà partis....je me sens impuissant.
    Merci.

Écrire un commentaire

Optionnel