Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture - Page 4

  • Le Printemps des Rues : édition 2015

    Théâtre, cirque, marionnettes, musique seront au programme de cette nouvelle édition du Printemps des Rues, les 16 et 17 mai. Pour les lieux, ce sera encore dans le 19e au Jardin d’Éole, aux abords du canal Saint-Martin dans le 10e (Jardin Villemin, cour de l'hôpital Saint-Louis) avec une nouveauté de taille : un parcours dans le carré Saint-Lazare à l'occasion de l'ouverture de la médiathèque Françoise-Sagan. Rappelons que ce nouvel espace culturel attendu depuis plusieurs années ouvrira ses portes demain.

    paris 10e,paris 18e,canal st martin,jardin d'éole,culture,printemps des rues

    Pour le programme détaillé des festivités , c'est ici.

     

  • IDEAS BOX : une belle idée de culture et de solidarité

    Après l'inauguration à la mairie du 10e, il y a quelques jours, Idéas Box va ouvrir ses boites dès le 6 mai dans deux lieux de l'arrondissement. Alors qu'y-a-t-il dans ces fameuses boites?

    Avant de répondre à cette question, un mot sur l'origine du projet d'abord imaginé pour une population de réfugiés avec une campagne intitulée « l'urgence de lire ». D'où la nécessité de créer un outil - ici une médiathèque en kit - facile à transporter et à utiliser. Idéas Box a déjà voyagé dans de nombreux pays africains mais aussi dans des camps de réfugiés syriens et même jusqu'en Australie. 

    paris,10e,culture,solidarité,idéas box

    Dans ces 4 boites qui peuvent être installées en moins d'une demi-heure, des livres papier et numérique, une télévision avec un vidéo projecteur ( et des films!), des caméras, des jeux de société, du matériel pour les arts plastiques...

    Pour mieux comprendre, rien de tel que cette vidéo

     

    Autre vidéo intéressante :

    Dès le 6 mai et ce jusqu'à fin juin, l'Idéas Box s'installera les mercredis de 13 à 16h au jardin Villemin et les jeudis aux mêmes heures au square Alban Satragne. Une initiative gratuite pour tous.

     

  • Le Street Art gagne du terrain dans le nord du 10e

    "Art Liberté - du Mur de Berlin au Street Art" voilà ce que proposera très bientôt la Gare de l'Est pour plusieurs semaines d'exposition.

    La rue d'Alsace est aussi concernée, la preuve en photos avec des artistes en plein travail.

    IMG_0032.JPG

    paris, rue d'alsace, street art

    rue d'alsace, gare de l'est, street art

    N'hésitez pas à jeter un œil également en descendant l'escalier de la rue d'Alsace.

    gare de l'est, rue d'alsace, street art

    Le Street Art, que nous défendons dans le cadre de la Promenade Urbaine de Barbès à Stalingrad, arrive doucement dans le nord de l'arrondissement. Encore un effort pour arriver jusqu'au boulevard de la Chapelle !

     

  • Excentric City à la Goutte d'Or

    !cid_A6B9CE62-CF37-48A9-A6FE-4B16EC73CD33@cable_rcn.jpg

    Béatrice Coron raconte des histoires en papier découpé. Elle vit aux Etats-Unis, où elle est très connue, ses oeuvres ayant entre autres décoré le métro de New-York. Sa conférence devant le prestigieux auditoire de Ted est devenue "culte" et a été visionnée plus de 800 000 fois sur le Net. Elle a choisi un éditeur français, les Grandes personnes, pour publier son premier livre grand public : Excentric City.

    EXCENTRICITY CV.jpg



    Ce livre sera présenté en avant-première Chez les libraires associés, qui consacrent une exposition à Béatrice Coron : Excentricités, du 19 septembre au 15 novembre.

    Vernissage le jeudi 18 à 18h30 en présence de l'artiste, et avec une performance de la compagnie Gazelle.

    paris,culture,exposition,vernissage,béatrice-coron

  • Circul'Livre : pour pérenniser le partage des livres et des passions !

    Cela fait déjà plus de 6 ans que l'initiative "Circul'Livre" existe dans le 10e. Créée dès 2004 par le Conseil de Quartier Bel-Air Sud dans le 12e, puis lancée par d'autres Conseils de Quartier, cette animation culturelle est désormais présente dans 14 arrondissements parisiens. Le principe ? Mettre gratuitement des livres, estampillés au logo de l'opération, à la disposition des habitants, comme il est rappelé sur le blog de Circul'Livre... et peu de contraintes pour les emprunteurs : on leur demande seulement de remettre les livres en circulation après lecture, soit dans un lieu public, soit en les rapportant dans l'un des points de rencontre définis.

    Dans le cadre de la campagne pour les élections municipales de mars, Les Amis de Circul'Livre ont interpellé les différentes "têtes de liste" afin qu'ils expriment ou, le cas échéant, qu'ils renouvellent leur soutien à cette animation originale. Vous trouverez la liste des soutiens reçus en cliquant ici. Cette animation a le mérite de contribuer à la culture et de renforcer le lien social pour toutes les générations avec un coût minime.

    circul'livre,livres,culture,loisirs,lecture,lien-social,marché-saint-quentin

     

    Nous nous sommes donc rendus, le dimanche 2 mars, au Marché Saint-Quentin où se tient l'un de ces points de rencontre, comme chaque 1er dimanche du mois. Dans ce marché couvert, Circul'Livre est constitué d'un stand animé par une petite équipe de bénévoles et de passionnés, dont le nombre fluctue entre 5 et 10 personnes en fonction des disponibilités. 

    Circul'Livre,Livres,culture,loisirs,lecture,lien-social

    Une partie de l'équipe, de gauche à droite: François, Christiane, Marie-Christine, Camille, Bernadette.

     

    Dans le marché Saint-Quentin, le stand Circul'Livre ne bénéficie pas d'un emplacement fixe et précisément défini : l'équipe installe le stand où elle le peut, désormais face au nouvel espace de convivialité inauguré en juillet dernier. Cette localisation lui offre ainsi une belle vue d'ensemble sur l'architecture de cet espace et la structure de la grande halle Baltard abritant le marché, et lui assure une certaine visibilité. 

    Circul'Livre,Livres,culture,loisirs,lecture,lien-social

     

    Ces derniers temps, Circul'Livre a paradoxalement quelque peu souffert du renouveau commercial de ce marché couvert - redynamisation que nous avions évoqué dans nos différents articles. Ce succès — et qui s'en plaindrait ? — a attiré de nouveaux commerçants, s'installant dans les quelques stands qui n'étaient pas encore occupés et où l'équipe Circul'Livre parvenait à installer son étal temporaire, à raison de 2 heures un dimanche par mois. Désormais, depuis le début de cette année 2014, les stands sont donc tous occupés. Afin d'entreposer les livres entre chaque 1er dimanche, l'équipe réussissait, tant bien que mal, à les stocker sous l'étal libre dont elle se servait. Compte tenu de l'occupation de tous les stands, elle a donc dû composer avec l'absence d'étals disponibles, parvenant à trouver une solution de fortune pour leur stockage, improvisée dans un petit débarras et commun à plusieurs stands. Mais cette solution est, somme toute, provisoire, car sans accord explicite du gestionnaire et dépendante de son bon-vouloir et de celle des commerçants. Or, en raison du poids des livres, le stockage à proximité immédiate du lieu où se tient l'opération Circul'Livre, est évidemment l'une des clés de son succès.

    Dimanche dernier, l'équipe Circul'Livre a pu finalement, semble-t-il, identifier une solution durable de stockage, qui permettrait de pérenniser son animation : un recoin du marché, peu passant, où pourrait être installé un meuble de stockage, éventuellement financé au titre du budget d'investissement des deux Conseils de Quartier voisins (Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul et Saint-Denis Paradis). C'est dans ce type de situations que le soutien des élus est nécessaire et appréciable : leur soutien sur le papier, comme il est exprimé dans le cadre de la campagne, doit désormais se traduire par un appui concret. Affaire à suivre donc... 

     *    *

    Pour mémoire, vous pouvez également retrouver Circul'Livre :

    Dans le 9e : à l'angle de la rue des Martyrs et de la rue Hippolyte Lebas chaque 3e dimanche du mois, et place Adolphe Max devant le square Berlioz (côté rue de Douai) chaque 1er vendredi du mois.

    Dans le 10e : outre le rendez-vous évoqué au marché Saint-Quentin le 1er dimanche du mois, au Métro Louis Blanc chaque dernier dimanche du mois.

    Dans le 18e : il n'existe malheureusement pas encore de rendez-vous ni de point fixe - plus d'information en cliquant ici.

  • De nouveaux noms de femmes dans le paysage du 10e

    Autrefois, les rues de Paris étaient désignées d'après leurs caractéristiques (églises ou monuments, comme la rue Saint-Denis, les métiers exercés, comme la rue des Boulangers, leurs populations, comme la rue des Lombards). Puis plus tard, à partir du 17e siècle, dès Sully mais surtout sous Louis XIV, le pouvoir décida du nom des rues de Paris, notamment pour rendre un hommage public à certains personnages. Ce furent, au gré de l'Histoire, les souverains, les héros et grands hommes du passé, les notables, les militaires, les érudits, les compositeurs. A Paris, depuis 1985, l'attribution des noms est examinée par une commission spécifique: la Commission de Dénomination des Voies, Places, Espaces Verts et Equipements Publics Municipaux, qui émet un avis sur un projet de dénomination, voté en conseil d'arrondissement. Le Conseil de Paris confirme alors cette nouvelle dénomination. 

    Le Journal du Dimanche du 7 mars 2013 nous apprenait que l'historienne Malka Marcovich, dans son livre "Parisiennes; de Marie Stuart à Simone de Beauvoir, ces femmes qui ont inspiré les rues de Paris", estimait à moins de 5 % en 2010 le nombre de voies et places parisiennes (∼ 200 sur 6 000) portant un nom de femme, même si ce nombre devait progresser de plus d'un quart d'ici 2013...

    Aussi la Ville de Paris, sous l'impulsion de son maire Bertrand Delanoë, a-t-elle souhaité récemment développer la parité (et également la diversité) dans les nouvelles propositions de dénomination des espaces publics parisiens en 2013. A ce titre, les arrondissements sur lesquels notre association Action Barbès est engagée ne sont pas en reste, comme le 10e où de nouveaux noms de femmes sont apparus dans son espace public.

    Lire la suite

  • Des livres à portée de main

    Localisez d'un clic le livre que vous cherchez 

    L’association Paris Librairies a justement mis en place un site internet qui permet de visualiser les stocks de 60 librairies parisiennes. Il suffit de saisir le titre recherché dans le moteur de recherche.

    A priori ce n'est pas plus compliqué que d'acheter un livre sur amazon, et en plus, vous avez le plaisir de parler avec une "vraie" personne : un libraire ! 

    paris,culture,libraires

    A vous de jouer !!

  • Le programme des concerts de Notre Dame de Lorette

    Mardis Musicaux

    Notre-Dame-de-Lorette

    paris,9e,culture,musique,concerts,orgue,notre-dame-de-lorette

    A l’église Notre-Dame-de-Lorette chaque mardi de 13h15 à 13h45, en dehors des vacances scolaires, un ou une organiste interprète le programme de son choix. Cette pause musicale est ouverte à tous. Une présentation permet de restituer les œuvres et les compositeurs dans leur contexte historique et religieux.


    Mardi 12 novembre 2013

    Marie-José Robert, orgue ; Murielle Chevalier, chant.

    Musiques baroques des XVIIe et XVIIIe siècles.

    Œuvres de Jean-François Dandrieu, Dietrich Buxtehude, Giulio Caccini, Domenico Zipoli.

     

    Mardi 19 novembre 2013

    Alexandre Lobanov, Murielle Chevalier, chant.

    Oeuvres de Jean-Jacques Beauvarlet-Charpentier, Magnificat; César Franck,extraits de l'Organiste.

     

    Mardi 26 novembre 2013

    Valentine Perrain, violoncelle.

    Johann-Sebastian Bach, Deuxième Suite pour Violoncelle Solo.

     

    Mardi 3 décembre 2013

    Béatrice Boyer, orgue.

    Œuvres de Louis Couperin, Claude Balbastre, Théodore Dubois, Domenico Zipoli,

    Marcel Dupré, Josef von Rheinberger,J. Montber.

     

    Mardi 10 décembre 2013

    Pierre-Yves Le Strat, orgue.

    Œuvres de Louis Vierne, Dietrich Buxtehude, Valéry Aubertin.

     

    Mardi 17 décembre 2013

    Mathilde et Marie Solin, orgue.

    
Noëls populaires.

  • Demain visite-conférence dans la Goutte d'Or

    À l'occasion de son cinquantième anniversaire, l'association Sauvegarde et Mise en valeur du Paris Historique s'associe à l'association Cavé Goutte d'Or pour organiser une visite-conférence du patrimoine historique de la Chapelle et de la Goutte d'Or.
    Cette visite-conférence, "La Chapelle-Goutte d'Or, découverte du patrimoine méconnu historique et multiculturel du nord de Paris", propose de sillonner à travers les rues de l'ancien village de la Chapelle et de son hameau la Goutte d'or pour découvrir l'histoire de cette commune annexée en 1860 à Paris qui forme aujourd'hui le 18e arrondissement de Paris avec Montmartre. Histoire des habitants et des activités, évolutions urbaines, architecture rurale, industrielle et faubourienne, mais également les transformations urbaines récentes seront au menu de cette promenade."


    Le rendez-vous est fixé à 16h

    à la sortie du métro Max Dormoy

    le vendredi 11 octobre 2013 (durée: deux heures).

    Visite gratuite sans inscription.

     

    nL5lq0wxEhWvniUYC812d-5Lnj4.jpg


  • Destruction du patrimoine : attention danger

    paris,patrimoine,culture

    L'hôtel Lambert, dans la nuit de mardi à mercredi 10 juillet. | AFP/KENZO TRIBOUILLARD

    L’incendie survenu ces dernières jours à l’hôtel Lambert dans l’île Saint Louis doit nous interpeller. Action Barbès a toujours été un défenseur du patrimoine et quand bien même son combat pour préserver le Louxor originel a-t-il été perdu, l’association n’en reste pas moins convaincue de la nécessité de faire tout ce qui est nécessaire pour le préserver.

    L’incendie qui a ravagé l’hôtel Lambert dans la nuit de mardi à mercredi a définitivement détruit une partie d'un joyau de notre culture, c'est-à-dire un peu de nous-mêmes, ce que l’Homme a de meilleur.

    La soi-disant rénovation lancée dans des conditions contestables dont nous vous avons déjà parlé est la cause de cet incendie et doit nous interpeller sur le niveau d’intervention acceptable dans des lieux aussi précieux. La destruction du Louxor de 1921 et celle, certes partielle, de l’hôtel Lambert doivent nous faire réfléchir à ce que nous voulons véritablement. Voulons-nous une prépondérance de l’argent, du tape-à-l’œil dans le cadre de travaux dits de « réhabilitation » et qui ne sont en fait que des travaux de destruction du passé pour des satisfactions à court terme souvent mercantiles (réhabilitation de bâtiments anciens en hôtels de luxe par exemple). Certes l’effet de ces destructions est imperceptible aujourd’hui mais une civilisation se perd si ce court terme prédomine, sans, en fait, véritablement construire comme nos ancêtres ont su le faire.

    Comme point de comparaison avec un sujet totalement différent, les effets du dérèglement climatique dus aux activités humaines restent encore largement imperceptibles même si des événements particuliers et ponctuels comme la force des ouragans peuvent lui être attribués. Il n’empêche que ce dérèglement climatique est bien là et que nous en subirons, ou plutôt nos enfants, en subiront les conséquences.

    Il en est de même pour le patrimoine. Sa destruction n’a pas d’effet immédiat mais la perte de mémoire, voire pire, la réécriture de l’Histoire comme cela a été fait au Louxor, est un risque majeur pour notre société dont nous ferions bien de nous préoccuper avec plus de vigilance et de volonté.

    Voir l'excellent commentaire du  Monde : De la difficulté de restaurer un monument historique