Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 4

  • Cher INA

    Si l'INA n'existait pas, il faudrait l'inventer... Quand nous sommes un peu paresseux, nous la rédaction de votre blog préféré (!), comme en ce joli mois de mai, quand le beau temps nous a détournés des réunions qui nous enferment dans des locaux tristounets... intéressantes réunions mais qui ne pèsent pas lourd face aux 25 degrés de la météo. On lance alors quelques mots clé sur le net, on va à la pêche de documents insolites. Regardez celui-ci qui tombe à propos. Le joli mois de mai n'est pourtant pas gai pour tout le monde. 

    Nous avons une pensée tendre pour ceux qui ne le traversent pas dans la joie, comme Bourvil ici. "Elle est partie pour longtemps chercher ailleurs son printemps "... dit-il.

  • Les saltimbanques s'affichent dans les rues de Paris

    On a longtemps baptisé la voirie en fonction des grands hommes, des grands événements, des hommes de lettres ou de musique du passé, des résistants aussi.... puis comme l'Histoire avec un grand H fournit dans ce registre moins d'illustres noms qu'à la "Belle Epoque", on démocratise les baptêmes de rues ou de places, et des personnalités plus proches de Monsieur-tout-le-monde sont appelées à la rescousse pour les derniers recoins sans nom... non, ne soyons pas mesquins, il faut aussi baptiser la voirie dans les nouveaux quartiers et les parvis des équipements municipaux tout neufs ! 

    De mémoire, nous avons eu dans le 9e la création de la place Lino Ventura, en 1999, peu avant, en 1995 la rue Pierre-Dac dans le 18e, rue Ella-Fitzgerald dans le 19e, en 2009, dans le 13e la rue Annie-Girardot, en 2012 et quelques autres, avec une volonté grandissante (mais avec tellement de retard !) de donner des noms de femmes aussi, car elles sont très peu représentées à tout point de vue, moins de 5% ! 

    Pour illustrer ce propos, la mairie du 9e vous invite à l'inauguration de la place Henri-Salvador le mardi 3 mai à 12h45, devant le 43, boulevard des Capucines. Nous pensons que cette placette échappera à la malpropreté que subit l'impasse Boris-Vian (quartier Goutte d'Or, 18e), Boris Vian, compositeur à plusieurs reprises, notamment de rocks des années 1950  — et complice — du chanteur et poète que fut Henri Salvador.

    7c2da309-f2b0-465e-8f4c-a7056aebcd7f 2.jpg

     

    Pour les curieux et les érudits, voir Les rues de Paris, Paris ancien et moderne, G. Kugelmann Editeur rue Jacob, 1844.

    Sur le même sujet, l'été dernier, les féministes de "Osez le féminisme" avaient rebaptisé les rues de l'Ile de la Cité en leur donnant le nom de 70 femmes illustres, françaises ou étrangères. Une opération sympathique qui souligne que souvent les hommes se sont taillés la part du lion. Cela n'étonnera personne. Voir ici un article du JDD sous la plume de Anne-Marie Kleiber.

     

  • Savoir "lire" la place Saint Georges

    Au fond, la place Saint Georges dans le 9e n'est pas si éloignée que cela de Barbès. Pas plus loin que La Chapelle ou la halle Pajol dans le 18e par exemple. Nous vous avons parlé des malheurs de cette charmante place il y a quelques jours, avec un coup de colère contre certains automobilistes. Dans cette histoire de détérioration du rond point central, les plus lésés sont les habitants car la mairie de Paris ne répare jamais les dégâts tant que la question n'est pas réglée avec les assurances. Alors patience. Quant à chercher à limiter la vitesse des voitures avec un ralentisseur par exemple, la mairie nous explique que ce n'est pas possible à cause des bus.

    Heureusement, l'association 9e Histoire, amie d'Action Barbès, nous propose quelque chose de plus attrayant. Le vendredi 29 avril à 10h, elle organise "Lire les façades autour de la place Saint Georges". Sous la conduite de Claude Mignot, Président de 9e Histoire, il s'agit d'une promenade dans le quartier Saint-Georges. Le propos n’est pas d’en évoquer l’histoire mais d’apprendre à mieux regarder et à mieux « lire » ces façades, qui se ressemblent, mais qui sont toutes différentes.

    Voilà une belle initiative même si la date n'est pas forcément bien choisie, un week-end aurait été plus astucieux. Enfin, ne râlons pas.

    paris,patrimoine,architecture

    L'hôtel Thiers place Saint-Georges au printemps

     

    Voici le programme des événements 9e Histoire d'Avril à Juillet pour information.

     

  • Vieux films et matériel de projection : un lieu à découvrir

    Ancien associé du libraire de la rue Pajol (voir notre article sur la Bande des cinés), c'est un passionné de la pellicule qui a ouvert sa boutique il y a une quinzaine d'années au 12 rue des Roses dans le 18e, pas très loin du marché de l'Olive. 

    paris,paris 18e,cinéma,culture

    Ici, le fil conducteur c'est le son et l'image. Pas du 35mm, pour les connaisseurs, mais  du super 8 et du 16. Des piles de bobines jusqu'au plafond, du matériel de projection et quelques objets, le tout dans un semblant de désordre et un manque d'espace. Nous avons pu poser quelques questions à l'occupant du lieu.

    paris,paris 18e,cinéma,culture

     

    Comment trouver vous ces bobines ?

    C'est une marchandise rare donc tous les moyens sont bons. La chine ne suffit pas.

     

    Existe-t-il d'autres lieux comme celui-ci ?

    Un collectionneur américain en aurait recensé trois dans le monde. En France, c'est le seul lieu où on peut trouver à la fois projecteurs et pellicules. Je fournis différentes cinémathèques. Et je fais des envois dans le monde entier. Il y a des francophones un peu partout et j'ai aussi des films dans toutes les langues.

     

    Un peu d'histoire et de technique ?

    Il ne faut pas oublier que si la pellicule est un support obsolète, elle n'en demeure pas moins la source pour les films de plus de 10 ans. On n'y pense pas forcément, mais pour avoir un DVD, la pellicule est indispensable.

    Les laboratoires ont arrêté la fabrication totalement il y a deux ans. La pellicule 35 ne sert plus désormais qu'à l'archivage. Les gros distributeurs de film tirent une copie de leurs films en pellicule par précaution pour leurs archives.

    Au début du cinéma, fabriquer la pellicule, c'était cher et compliqué mais on a toujours les premiers films des Frères Lumières alors qu'on ne trouve plus les films des années 70, faute de bonne conservation. On a perdu pas mal d'archives de l'INA pour cette raison.

    Ensuite est venu le temps des cassettes vidéo qui vieillissent mal (le réfrigérateur peut être un bon conservateur !)

    paris,paris 18e,cinéma,culture

    Vous ne vous contentez pas de vendre, j'imagine ?

    Bien sûr que non. Je projette les films (au moins 10 000 déjà visionnés), je prends des photos et réalise une fiche technique pour le site. Un travail long qu'aucune cinémathèque ne fait .

     

    Guère possible de pousser plus loin la conversation car la boutique voit passer pas mal d'amoureux de la pellicule et le téléphone n'arrête pas de sonner...

    N'hésitez pas à vous promener sur le site BD-CINE.com et à regarder la courte vidéo proposée.

     

  • Gainsbourg rue Chaptal

    On célèbre cette année le 25e anniversaire de la mort de Serge Gainbourg. Tout a été dit sur sa maison de la rue de Verneuil dans le 6e mais sa jeunesse dans le 9e est, elle, plus ou moins passée sous silence.

    La mairie de cet arrondissement a souhaité combler cette lacune et, avec l'accord de sa fille Charlotte, a voulu déposer une plaque au 11bis rue Chaptal, là-même où Gainsbourg a passé 15 ans de sa vie soit entre 1932 et 1947, son enfance.

    Paris,Gainsbourg,musique,histoire

    Devant une foule assez nombreuse mais pas très jeune, en présence de Jacqueline, soeur de l'artiste, de Jane Birkin et de Charlotte Gainsbourg, la maire du 9e a rendu hommage à l'auteur, compositeur, interprète et souligné l'attachement que Serge Gainsbourg a toujours gardé pour cet arrondissement malgré les terribles souvenirs de l'occupation qui a forcé la famille à quitter Paris. Voici l'immeuble où sera apposée la plaque.

    paris,gainsbourg,musique,histoire

    Ici plus d'informations sur la famille Gainsbourg : les origines familiales de Gainsbourg.

    Associée à cette plaque, la mairie du 9e organise jusqu'au 10 avril une exposition "De Gainsbourg à Gainsbarre", photos réalisées par Serge Gainsbourg. Voici l'affiche.

    paris,paris-9e,gainsbourg,musique,histoire,exposition,de-gainsbourg-à-gainsbarre,mairie-du-9e

     

    Et un peu de musique - Une belle chanson de Gainsbourg jeune.

    Notes historiques :

    La rue Chaptal est un endroit très riche en histoire. Nos amis de l'association 9e Histoire nous ont fait passer quelques informations qui ne manquent pas d'intérêt. Les voici.

    1  !!! 2 rue Chaptal
    Lieu : Café Gavarni - Personnages : Louis De Funès - Événements : De Funès pianiste dans un café fréquenté par la pègre - Date : 1942 - Guerre de 39-45

    6 rue Chaptal
    Lieu : Nouvelle Athènes (lotissement typique)/Bâtement remarquable - Événements : Exemple typique de lotissement de la Nouvelle Athènes - Date : 1825 - Restauration

    9 rue Chaptal
    Lieu : Galerie Goupil (second siège, après le boulevard Montmartre) - Personnages : Adolphe Goupil/Vincent Van Gogh - Événements : Vincent van Gogh travaille comme vendeur à la galerie Goupil, lors de son arrivée à Paris - Date : 15 mai 1875 – 1876 - Troisième République

    10 rue Chaptal
    Lieu : Société des Auteurs compositeurs et éditeurs (fondée en 1850)/Siège de la SACEM (inscription ACE) - Événements : Société des Auteurs Compositeurs et Éditeurs, ancêtre de la SACEM - Date :  !!! 1937 - Front Populaire

    14 rue Chaptal
    Lieu : Demeure de Maurice Barrès - Personnages : Maurice Barrès - Événements : Demeure de Maurice Barrès, chantre du nationalisme français - Date : 1886 - Troisième République

    14 rue Chaptal
    Lieu : Troisième siège du Hot Club de France (quintette à cordes)/Club de Jazz - Personnages : Django Reinhardt/Stéphane Grappelli/Louis Vola/Joseph Reinhardt/Roger Chaput - Événements : Haut lieu de l’introduction du Jazz en France - Date : - Quatrième République

    16 rue Chaptal
    Lieu : Demeure d’Ary Scheffer/Musée de la Vie romantique - Personnages : Ary Scheffer/Arthur de Gobineau/Pierre-Jean de Béranger/Jean-Auguste Ingres/Eugène Delacroix/Franz Liszt/Ernest Renan/Charles Dickens/Ivan Tourgueniev/Félicité Lamennais/Frédéric Chopin/Alphonse de Lamartine/George Sand/Auguste Bartholdi - Événements : Le peintre Ary Scheffer reçoit dans son salon le Tout-Paris artistique de l’époque - Date : 1830 – 1856 - Restauration

    16 rue Chaptal
    Lieu : Demeure d’Ernest Renan/Musée de la Vie romantique - Personnages : Ernest Renan (gendre d’Ary Scheffer)/Cornélia Scheffer - Événements : Demeure d’Ernest Renan léguée par son beau-père - Date : 1856 – 1871 - Second Empire
     
    17 rue Chaptal
    Lieu : Premier salon de Nina de Callias - Personnages : Paul Verlaine/Mathilde Mauté de Fleurville (14 ans)/Charles de Sivry (demi-frère de Mathilde Mauté) - Événements : Mathilde Mauté croise Verlaine une première fois chez Nina de Callias - Date : 1867 - Second Empire
    17 rue Chaptal
     Personnages : Nina de Callias (Nina de Villard)/Charles Cros/Émile Goudeau/Paul Verlaine/Édouard Manet - Événements : Salon fréquenté par de nombreux artistes ; prise comme modèle par Manet pour la "Dame aux éventails" - Date : 1868 – 1870 - Second Empire
    17 rue Chaptal
     Personnages : Nina de Callias/Raoul Rigault/Gustave Flourens/Ernest Lavigne/Edmond Bazire (rédacteur à "la Marseillaise")/Ferdinand Révillon (directeur des douanes sous la Commune) - Événements : Nina de Callias se réfugie quelques temps à Genève après la Semaine sanglante, de crainte qu’on lui reproche d’avoir reçu certains Communards - Date : 1871 - Troisième République
     
    32 rue Chaptal
    Lieu : Pension Landry - Personnages : Paul Verlaine - Événements : Le jeune Paul Verlaine est placé en pension par ses parents - Date : 1853 – 1862 - Second Empire

  • Une nouvelle place dédiée à une femme dans le 18e

    Une femme à l'honneur dans le 18e puisque la place située à l'angle des rues Clignancourt, Myrha et Christiani porte désormais le nom de Jeanne Bohec, jeune résistante au sein des Forces françaises libres (voir la délibération pour cette dénomination). 

    paris,résistance,paris-18e,jeanne-bohec,place-jeanne-bohec,inauguration

    Née en Bretagne, elle s'installera dans le 18e après la guerre et enseignera au collège Roland Dorgelès rue de Clignancourt. Elle sera un temps maire adjointe de l'arrondissement.

    Les plus anciens se souviendront que cette placette s'appelaient initialement la place des Hirondelles mais que ce nom s'est perdu. Des cartes postales anciennes gardent toutefois la mémoire de cette ancienne dénomination.

    paris,paris-18e,jeanne-bohec,place-jeanne-bohec,inauguration,résistance

    Avant l'inauguration officielle par le maire du 18e, des enfants de l'école élémentaire Forest ont entonné quelques chansons symboliques.

    paris,paris 18e,jeanne bohec,inauguaration,résistance

     

  • Pour ne pas oublier la Shoah...

    Ce 27 janvier est la Journée de la mémoire des victimes de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité. En effet, le 27 janvier 1945, le camp d'Auschwitz fut découvert et libéré par l'Armée soviétique.

    Depuis quelques années, notre association Action Barbès participe aux hommages qui ont lieu (voir notre article du 27 janvier 2014).

    paris,paris-10e,mémoire,holocauste,shoah,amejd

    © Thomas Duranteau

    oOo

    Dans le 18e, l'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés (AMEJD 18e) et la mairie du 18e ont organisé ce mercredi 27 janvier un dépôt de gerbe à 9h15 et une cérémonie devant le Monument aux Morts de la mairie à 10h (cliquez ici pour accéder à l'information).

    Dans le 10e, l'AMEJD 10e est à l'origine de plusieurs initiatives pour honorer la mémoire des victimes des crimes du nazisme, auxquelles nous nous associerons à nouveau et que voici...

     

    Lire la suite

  • Place de la République

    Aller place de la République. C'est devenu pour les Parisiens une sorte d'obligation vécue sans contrainte aucune, l'envie de se recueillir et de partager.

    Nous vous avons dit en 2013 ce que nous pensions des travaux de rénovation de la place. N'y revenons pas. L'appropriation soudaine de celle-ci par les Parisiens suite aux drames de 2015 lui a donné tout son sens et ce qu'il s'y passe depuis novembre dernier marquera à coup sûr son histoire.

    Y aller un jour ordinaire est sans doute la meilleure approche. Il y a là pas mal de monde, pas vraiment une foule mais beaucoup de gens autour de la statue. Il faut être vraiment très insensible pour ne pas ressentir l'émotion qui règne. On a devant soi une création que l'on pourrait qualifier de "baroque" mélangeant spontanéité, créativité, respect. Bougies, fleurs, dessins, textes, poèmes, drapeaux se mélangent dans un espace assez bien ordonné et nettoyé quotidiennement par des bénévoles. C'est un autel. Les gens sont de tous âges, de toutes les couleurs. L'émotion fait que les photographes, certes présents, sont quand même peu nombreux et les selfies pas à l'ordre du jour du tout.

    Au bout de la place, au pied du boulevard de Magenta, les graffeurs ont poussé un cri à la face du monde avec le très grand Fluctuat Nec Mergitur accompagné de l'écusson de Paris. C'est non seulement émouvant mais beau. Le café qui se trouvait là et qui a brûlé au printemps prendra le nom de la devise de Paris une fois reconstruit nous dit-on. Tant mieux.

    20160113_171302.jpg

    20160113_170629.jpg

    20160113_170810.jpg

    20160113_170834.jpg

    20160113_171345.jpg

     

  • Une exposition exceptionnelle au Musée de Montmartre

    Musée de montmartre.jpgL'exposition ne se terminera que le 15 février mais ne repoussez pas une visite rue Cortot. L'expo en vaut la peine. Elle présente un nombre d'oeuvres considérable de Suzanne Valadon, Maurice Utrillo et André Utter, le trio infernal constitué par la mère, le fils et l'amant bientôt mari. 

    Le site de Montmartre addict en a fait dès le mois de novembre un bel article généreusement illustré que vous pourrez lire avant d'y aller faire un tour. 

    Capture d’écran 2015-12-28 à 15.51.44.jpg

    Le Musée de Montmartre est un beau site, avec de la verdure, des arbres, des bancs et même des tables sur la pelouse, depuis qu'il s'est agrandi en 2012 avec l'acquisition de la bâtisse attenante, celle d'un ancien boulanger parisien qui en avait fait sa maison de campagne. Petit hôtel particulier, l'hôtel Demarne, donne sur les collines de la Seine au loin, et tout près sur les vignes de Montmartre. Il a fait l'objet de travaux importants et a ouvert ses portes en octobre 2014. (Voir un article du Parisien à cette date.) C'est dans cette maison que s'installent désormais les expositions temporaires et c'est là que vous pourrez admirer les toiles du fameux trio cité plus haut. 

    Capture d’écran 2015-12-28 à 15.51.22.jpg

    Nous y sommes allés entre les fêtes par un bel après midi ensoleillé, mais comme nous le disions à l'instant la façade est exposée plein nord et le soleil donne sur l'autre côté... Toutefois une exposition tout à fait appropriée pour un atelier de peintre : vous y découvrirez donc l'atelier de Suzanne Valadon. Même sans être artiste, il donne envie...

    20151226_143854.jpg

    paris,18e,musée-de-montmartre,suzanne-valladon,maurice-utrillo,andre-utter

  • Rencontres photographiques du 10e : les rendez-vous d'Histoire & Vies du 10e

    En cette fin de semaine, la société historique du 10e, Histoire & Vies du 10e, vous invite à deux manifestations :

    D'une part, ce soir, jeudi 5 novembre à 19h, une conférence-projection à la mairie du 10e :

    paris,paris-10e,conférence-publique,visite-conférence,exposition,photographies,rencontres-photographiques-du-10e

    D'autre part, ce prochain samedi 7 novembre à 14h30, une visite du quartier Saint-Vincent-de-Paul : 

    paris,paris-10e,conférence-publique,visite-conférence,exposition,photographies,rencontres-photographiques-du-10e

    Par ailleurs, une exposition se déroule à la mairie du 10e jusqu'au 12 novembre :

    paris,paris-10e,conférence-publique,visite-conférence,exposition,photographies,rencontres-photographiques-du-10e