Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Et toujours des masques et des bals costumés

    Récemment, nous vous avons parlé du charivari de la place Saint-Georges dans le 9e, où les organisateurs vous priaient de venir participer, danser, vous amuser… masqués et déguisés. Ici, nous n’en sommes qu’à la préparation, et la date des réjouissances est plus lointaine. C’est de la fête de la Goutte d’Or dont il s’agit qui a lieu traditionnellement en juin. Cette année, ce sera du 29 juin au 1er juillet dans le square Léon. Notez que ce sera la 33e édition, presque aussi vieille que la fête de la musique ! 
     

    fête de la goutte d'or

     
    Pour préparer ce grand moment de festivité, de convivialité et de joie collective, l’Echomusée et l’association Esquisses vous proposent de donner un coup de main pour la confection des masques. Et oui, il y a un savoir-faire pour réaliser des décorations, des déguisements, des masques qui répondent à vos envies, à votre créativité. Le mieux est aussi de s’y prendre à l’avance. 
    Pour ce faire, l’Echomusée vous accueillera :
    • Du 23 au 26 MAI - 14h-19h
    • Le 4, 5 JUIN - 14h-19h
    • Le 6 JUIN - 11h-13h
    • Du 12 au 20 JUIN - 14h-19h
    • Et du 25 au 28 JUIN - 14h-19h
     
    dans des ateliers, qui seront aussi présents pendant la fête de la Goutte d’Or, mais vous…. vous aurez pris de l’avance et pourrez exhiber toutes vos créations le jour J !

     

  • Trop, c’est trop ! On nous raconte des craques !!

    Le quartier de Barbès est une ancienne petite Algérie, comme les anciens le disaient, même si entre-temps les migrations de différents horizons ont modifié en partie les habitudes des habitants. Pour autant, le ramadan est largement présent et fêté. Il a commencé le 16 mai. La vente de produits alimentaires, souvent faits maison, comme les délicieux petits gâteaux au miel, sont vendus sous le viaduc et pour peu que les vendeurs, très souvent des vendeuses, s’appliquent à nettoyer quand ils ou elles quittent les lieux, les autorités policières les tolèrent. 
     
    Mais les photos que nous envoie un de nos adhérents, habitant de la Goutte d’Or, ne sont pas liées au ramadan. Comme certains vont s’engouffrer dans cette explication, nous souhaitons le dire d’emblée. Non, c’est malheureusement une situation qui se voit, souvent et partout dans ce périmètre, plus large que les simples abords du boulevard de la Chapelle. 
     
    Notre adhérent nous envoie régulièrement des photos similaires et il n’est pas le seul. Nous les classons, nous les faisons suivre le plus souvent au service de la Propreté ou à l’élu du 18e chargé de cette délégation. Mais nous ne les publions pas à chaque fois dans notre blog pour ne pas montrer que les images dégradantes de ce quartier qui cache aussi de bonnes choses ! 
     

    DPSP Château rouge 17 avril 18 1.jpg

                                        Photo du Collectif Château Rouge
     
    Toutefois, nous ne supportons plus le double langage. D’une part, nous recevons des annonces multiples d’encouragement à la mobilisation (Tous Mobilisés, Journée de nettoyage citoyen, création de brigade verte, etc…), et parallèlement, on nous dit que jamais le nombre des procès-verbaux pour incivilités n’a explosé dans de telles proportions. Pourtant, de l'autre, on voit clairement sur cette photo et selon ce qu’a constaté notre ami de la Goutte d’Or, la brigade à vélo de la DPSP s’éloigner sans verbaliser les fauteurs de troubles environnementaux. On est là à l’angle de la rue des Poissonniers, vers 14h le jeudi 17 mai. 
     
    Peut-être est-ce lié au ramadan (qui, pour des raisons inconnues, excuserait tout et n'importe quoi). Mais il se trouve qu'à Château-Rouge, peu concerné par le Ramadan, c'est la même chose : jeudi à 14 h, sur le trottoir et la chaussée devant une boutique, monceau de cartons de produits alimentaires, de cartons vides, poubelles débordantes et déchets divers. Quatre agents de la DPSP s'arrêtent. Je regarde la scène avec curiosité, les ayant souvent vu sévir avec la plus grande sévérité contre des jeteurs de mégots mais jamais pour des infractions plus graves. Après avoir bien considéré la chose... ils remontent sur leurs vélos et s'en vont (voir photo). 

    DPSP Château rouge 17 avril 18 2.jpg

                                          photo du Collectif Château Rouge
     
    Qui nous expliquera ce désintérêt des agents de la DPSP du 18e ? Ont-ils à ce point intégré le paysage dégradé de ce secteur, banalisé les monceaux d’ordures, qu’ils ne relèvent plus les situations illicites, répréhensibles, verbalisables, et pour les habitants intolérables au quotidien? Sont-ils aussi bercés par ce refrain qu’on entend régulièrement « Que voulez-vous, ici c’est Barbès ! » ou encore « ce sont des commerces fragiles, il faut les comprendre ! » 
     
    Sans doute un renouveau est-il nécessaire tant dans le personnel sensé agir sur ce territoire, que dans les comportements à adopter. Ne nous a-t-on pas parlé en matière de politiques de sécurité et en matière criminelle de la « tolérance zéro » , une envie d’importer le modèle américain parfois… En matière environnementale, ne faudrait-il pas s’inspirer de modèles étrangers qui fonctionnent pour résoudre une fois pour toutes les problèmes sanitaires, de malpropreté, de non-respect des règles, notamment de collecte des ordures, dans certains quartiers ? La tolérance zéro en cette occurrence serait la bienvenue. 
  • Apéritif de quartier avant l'été

    Notre association propose à ses adhérentes et adhérents de se retrouver à l'occasion de l'apéritif de quartier qu'elle organise au Beaujolais, 167 rue du Faubourg Poissonnière, le mercredi 6 juin à partir de 19h. Les portes sont ouvertes à celles et ceux qui souhaitent faire connaissance avec les membres d'Action Barbès et nous rejoindre.

    paris,paris 10e,paris 18e,paris 9e

  • Journée grand nettoyage

    Comme nous, vous avez peut-être reçu cette injonction de la Ville de Paris : 
     
    Participez à la Journée du Grand Nettoyage *
     
    Ok, injonction c’est un peu fort, mais vous voyez l’idée. C’est vrai que dans certains pays, les citoyens ont une approche de l’espace public plus collective, ou du moins ils se l’approprient plus individuellement ce qui tend à le respecter davantage, et à le préserver collectivement. Dans notre éducation des dernières décennies, nous avons dû rater un chapitre, et au fil des années l’espace public est devenu ce qui n’est pas propre à chaque individu, mais reste justement public et relève donc d’un traitement public. Le corollaire c’est aussi un entretien public, réalisé par les agents de la Ville, payés par les impôts des citoyens de la ville. La boucle est bouclée. Pourquoi devrais-je me préoccuper de la propreté de mon trottoir, étant donné que des services de nettoiement sont organisés pour le faire, et que mes impôts sont collectés pour financer ce service… ? Devrais-je mettre deux fois la main à la pâte ? (ou à la poche !)
     
    Raisonnement juste, évidemment. Mais si certains quartiers sont repoussants de saleté à certaines heures, ce n’est pas parce que les services ne font pas leur travail correctement, c’est qu’ils sont très fréquentés, par des milliers de personnes, des dizaines de milliers, qui toutes ne sont pas habituées à prendre soin de l’espace public — ce qui est un doux euphémisme ! Ailleurs, un coup de balai, un ramassage hebdomadaire des encombrants peuvent suffire à faire place nette. Les habitants des avenues boisées du 16e ne bénéficient pas de plus d’heures de nettoiement, mais au mètre linéaire de voirie ils sont moins nombreux à le fréquenter, à y faire leurs courses..., on y trouve moins de commerces, moins de fast-foods, moins de marchands de frites, moins de ventes à la sauvette (!), etc.  Le quartier est donc moins sali aussi au fil des heures. Et le résultat est visible. Passez vers 17h avenue Henri Martin, les enfants sortent des écoles du quartier avec leur nounou et même si, par inadvertance, l’un d'eux jette le papier du croissant par terre, l’environnement ne ressemblera pas à notre sous-viaduc un samedi vers 17h… 
     
    De là, à nous demander, à nous habitants de Barbès, de prendre des gants en caoutchouc, une pelle et un seau pour nettoyer nos trottoirs, nos coins de décharge, les pieds des piliers inondés d’urine, les abords des fast food jonchés de papier gras…. 
     
    Certes, cette proposition s’adresse à tous les Parisiens, pas seulement à nos voisins autour du carrefour. Néanmoins, nous le prenons mal, car non seulement nous souffrons de la fréquentation intense de notre quartier, et des désagréments qui y sont liés, nous n’arrivons pas à obtenir un surcroît de service, qui s’imposerait pourtant pour bénéficier du même résultat qu’ailleurs, et nous devrions nettoyer nous-mêmes ? Plutôt aller à la pêche. Enfin…, si cela vous tente, c’est le 9 juin ! Inscrivez-vous, inscrivez-vous !! 
     

    * Chaque année, la Ville de Paris organise une Journée du Grand Nettoyage. La prochaine édition aura lieu le samedi 9 juin. Le principe ? Devenez ambassadeurs de la propreté de Paris en organisant une action de nettoyage dans votre quartier ! Proposez dès aujourd'hui le nettoyage citoyen du lieu de votre choix ou inscrivez-vous pour une action déjà proposée, puis laissez-nous faire le reste : à l’approche de l’événement, nous vous fournirons pinces, gilets, sacs... et tous les équipements nécessaires.

     

    En revanche, si vous avez programmé un rangement de vos placards, à défaut d’un grand nettoyage, en raison de l’approche imminente de l’été, nous vous proposons de porter le fruit de vos efforts au 26 rue Laghouat, chez Accueil Goutte d’Or, qui organise une braderie le 6 juin de 10h à 18h. 
    Cela peut être 
    - des vêtements et chaussures d’enfant, femme et homme 
    - des jeux et jouets
    - des livres d’enfants
    - des objets de décoration
    - du petit électroménager
    etc… 
    Il va sans le dire que tous ces dons doivent être en bon état… et propres. 
    Le centre AGO consacrera la recette de cette braderie au financement d’une semaine de vacances pour 6 familles du quartier. 
     

    paris,barbès,propreté,nettoyage,journée-grand-nettoyage,communication

     

  • Comme à la belle époque des fêtes et bals costumés

    Le Conseil de quartier du 9e Pigalle-Martyrs invite à une fête le 27 mai, de 14h à 19h, autour de la fontaine Saint-Georges. Une jolie place qui a retrouvé sa fontaine et surtout son eau, malgré des accidents de circulation bien malheureux. Les collisions avec les platanes, on connaissait ; avec des fontaines, avouons que cela est plus rare. Les réparations ont eu lieu, la restauration est parfaite et l'eau peut à nouveau jaillir ! 

    Charivari

    La fête porte le nom de charivari, ce qui nous renvoie à un événement ancien, un genre de carnaval, avec les mêmes caractéristiques, déguisements, défilés, musique, beaucoup de bruit, de chants et de cris, mais sans le lien avec le carême. Donc totalement indépendant du calendrier ; on pouvait organiser un charivari toute l'année. Il y avait toutefois dans le passé, et encore au 19e siècle, une connotation ironique et la mise en scène d'une fête destinée à se moquer de personnes qui avaient mal agi, aux yeux de l'époque. Par exemple, un mariage entre un homme âgé et une jeunette, ou bien un remariage un peu hâtif d'un veuf ou d'une veuve... En résumé, le charivari porte une charge morale, une critique sociale certes exprimée dans la bonne humeur et la fête, mais bien présente. Ce n'est évidemment pas le sens de la fête organisée le 27 mai autour de la fontaine Saint Georges.... ! 

    Le détail du programme :

    14h : Rassemblement place Saint-Georges.
    15h : Défilé costumé accompagné de la fanfare des Tiger Rags, au départ de la place Saint-Georges puis rue Saint-Georges, rue Saint-Lazare, rue Bourdaloue, rue Fléchier, rue des Martyrs, rue Victor-Massé, rue Henry-Monnier, place Gustave-Toudouze, rue Notre-Dame-de-Lorette.
    17h à 19h : Place Saint-Georges : démonstration de danses avec Carnet de Bals, chansons avec la Goguette des Machins Chouettes, maquillage pour enfants, déclamation de textes.
    Buffet participatif : apportez un plat ou une boisson à partager.
     
    À 17h et à 18h à la Fondation Dosne-Thiers (27 place Saint-Georges) : chansons avec Jean-Pierre Mathieu et François Yung, concert de piano de Nils Kittel.
    Visite guidée de l’hôtel Dosne-Thiers avec Michel Güet.

  • Quels usages pour la Promenade urbaine?

    La salle était presque pleine pour assister à la présentation des possibles usages de la Promenade urbaine. Plusieurs habitants du 10e avaient fait le déplacement, sans doute les plus motivés. A la tribune, les maires des 10e et 18e, un représentant pour le 19e, la responsable de la Direction de la voirie et des déplacements (DVD).

    20180515_191855.jpg

     

    Lire la suite

  • ZSP élargie: on continue

    Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, les associations et collectifs sont désormais nombreux autour de la table pour les réunions mensuelles de la ZSP élargie au commissariat du 20e arrondissement. De ce fait, le temps de chacun est un peu compté mais, malgré cela, cette dernière rencontre a duré près de 3 heures !

     

    Paris, paris 10e, paris 18e, goutte d'or, chapelle-marx-dormoy, lariboisière, zsp-barbès-chateau-rouge-lariboisière, vente à la sauvette

    Cette fois, la mairie du 10e n'avait pas été oubliée et était représentée par Stéphane Bribard, élu chargé de la prévention et de la sécurité. Pas d'élu côté 18e, seule la directrice de cabinet du maire, Judith Hervieu, était là. Pour les services et les institutionnels, pas de changement (voir notre article du 16 avril).

    Quelques chiffres

    Jacques Rigon, chef de district, a confirmé la baisse  de 11% de la délinquance (- 4% pour celle de voie publique) avec une bonne tendance sur les secteurs Lariboisière et Chapelle-Pajol. A noter, une baisse de 24% des cambriolages, ce qui est très important et à contre-courant de la tendance parisienne. Les actions se poursuivent contre la vente illicite de cigarettes avec, pour le mois d'avril, 267 procédures simplifiées de saisie-destruction, 87 interpellations et 163 arrestations par la Force légère d'intervention ciblée (Flic). Pour les ventes à la sauvette, on a procédé à 897 saisies et 10 tonnes de marchandises sont parties à la benne. Pour des faits de délinquance, 261 arrestations ont eu lieu : pour vol, vol à la tire (dont 30 avec violence), 52 pour recel et 69 pour possession et revente de stupéfiants. Pas moins de 55 opérations spéciales dont 16 avec la DPSP ont été menées.

    La DPSP continue ses actions de verbalisation mais principalement sur la ZSP historique (Château Rouge et Goutte d'Or) avec 40% de PV pour dépôts sauvages et 20% pour jets de mégots, et de très nombreux PV pour stationnements gênants. Pour la première fois, un représentant de la DPSP 10e était présent. Il faut savoir que la circonscription créée regroupe également les 8e et 9e arrondissements. De l'aveu même de ce représentant, le personnel n'est pas au complet et donc les actions limitées (50 PV depuis février...) pour le secteur Lariboisière. "Le 10e mériterait à lui seul une circonscription" a t-il conclu. On notera donc un écart certain entre les annonces faites par la Ville fin 2017 sur la nouvelle brigade des incivilités et la réalité sur le terrain.

    Pendant la période du ramadan, un dispositif particulier, déjà testé l'an passé par le commissaire Jacques Rigon, est mis en place. Valérie Goetz, commissaire du 18e arrondissement en a détaillé les mesures. Il y a en fait un double dispositif avec la prévention d'actes terroristes sur les lieux de culte d'une part, et une vigilance nécessaire du fait des très nombreuses familles qui viennent se ravitailler en gâteaux et autres denrées liées au ramadan, d'autre part. Et il ne faut pas oublier que cette foule attire également un nombre croissant de délinquants avec plus de trafics et plus de vols à la clé. Cette année, les emprises du chantier RATP ne vont pas faciliter les circulations piétonnes. Il a été décidé de supprimer les places de stationnement situées entre le carrefour Barbès et la rue des Islettes pour éviter notamment des vols à la portière. Tolérance zéro pour les ventes sur le trottoir du boulevard de la Chapelle pour les commerçants mais aussi pour les vendeurs à la sauvette. Par contre, et c'est le dispositif testé, on tolère des ventes de denrées alimentaires sous le viaduc, souvent organisées par des femmes et, surtout, on les encadre par une présence policière. On veille à ce que les lieux soient rendus propres et un service de nettoyage de la Ville prend le relais. On pourra faire un bilan le mois prochain.

    Les points principaux abordés par les associations

    Du côté de la rue Riquet, les tensions semblent s'apaiser et la DPSP annonce des renforts de correspondants de nuit. Sur le secteur Chapelle, il y a aussi du mieux en journée mais les affaires reprennent en fin d'après-midi avec de très nombreux vendeurs à la sauvette, des personnes alcoolisées et... des bagarres. L'association SOS La Chapelle demande donc une vigilance accrue le soir et les week-ends. L'algeco situé sous le viaduc au niveau de la rue Philippe de Girard n'est toujours pas enlevé, malgré les promesses de la mairie, il génère des nuisances olfactives (on se doute pourquoi) et encourage les dépôts de toute nature. Le problème des distributions alimentaires rue Pajol n'est toujours pas réglé ; il faut préciser que certaines associations refusent d'entrer dans le dispositif mis en place par la Ville. De l'autre côté du viaduc, Demain La Chapelle est également confronté aux problèmes d'alcoolisation. L'association demande que des contrôles soient effectués auprès des commerces, que ce soit au niveau sanitaire ou encore sur la dégradation des façades d'immeubles. C'est le rôle de la Direction de l'urbanisme (et nous savons d'expérience que l'efficacité n'est pas au rendez-vous !).

    L'association de commerçants créée récemment est désormais très présente dans les différentes réunions. Et, une fois de plus, elle tire la sonnette d'alarme sur le secteur Goutte d'Or avec les trafics qui gangrènent le quartier et qui rendent la vie impossible. "Les commerçants sont à bout" s'est exclamée la représentante de l'association. Elle regrette également qu'une réunion pour préparer la période du ramadan n'ait pas été organisée. Trop de ventes ont lieu n'importe comment, alors comment le faire admettre aux commerçants qui respectent la législation ?

    Sur le secteur Marcadet, on note une amélioration, mais évidemment les ventes illicites se déplacent. A Château Rouge, La Vie Dejean souhaite avoir un peu de calme pendant l'opération "Paris Respire" du samedi car les animations sont très bruyantes. Du côté du respect des horaires de livraison, pas de changement. Pour le collectif des riverains du boulevard Barbès, les occupations sur les trottoirs et devant les immeubles se prolongent désormais le soir, et dérangent. Ce à quoi Valérie Goetz répondra que l'éviction n'est pas une notion juridique.

    Dans le secteur Lariboisière, le collectif de riverains, opposés à la salle de consommation, constate bien la présence policière accrue. mais déplore notamment que le problème des entrées de parking ne soit toujours pas réglé. L'association Vivre Gares du nord et de l'est  (qui avait demandé précédemment l'extension de la ZSP vers la rue d'Alsace et les squares Cavaillé-Coll et Alban Satragne et ne l'avait pas obtenu), pense désormais que la ZSP élargie se fait au détriment des autres quartiers...

    Et pour terminer, nous avons évoqué le report des ventes à la sauvette les jours de marché sur la rue Stephenson et le pont de Jessaint. Par ailleurs, nous déplorons qu'à nouveau le sous-viaduc redevienne un parking le dimanche. Les barrières sont systématiquement cassées, pas entretenues. Il est grand temps de trouver un moyen efficace de fermeture de cet espace que nous réclamons à la Ville depuis des années. La présence policière est visible, c'est incontestable, mais il y a tant à faire ! Sur le marché, les vendeurs dans l'allée centrale sont très - trop présents, et ce n'est pas acceptable. Même si la commissaire Valérie Goetz précise que de nombreuses opérations ont lieu. Parallèlement, nous demandons que la RATP nettoie ses emprises de chantier dont l'état déplorable contribue à dégrader le quartier. Enfin, le "bazar" de circulation dans les rues autour de la zone Château Rouge respire le samedi, à savoir les rues Doudeauville, d'Oran et Cavé, entraîne du stationnement sauvage et des concerts de klaxon. Il faut verbaliser ces comportements de conducteurs qui très majoritairement n'habitent pas Paris, comme nous avons tenu à le rappeler, car le marché exotique de Château Rouge continue à attirer une clientèle venant de toute l'Ile de France.

    La prochaine réunion devrait avoir lieu dans un mois.

  • C'est le jour des conseils d'arrondissement

    Après le dernier long week-end avant l'été, les conseils d'arrondissement se tiendront ce jour mardi 22 mai. Pour le 9e, ce sera à partir de 18h30 ; un conseil qui devrait être de courte durée avec seulement 11 délibérations.

    Dans le 10e, même heure avec 22 délibérations et sans doute des questions en pré-conseil à partir de 18h. On peut regretter que ces questions n'apparaissent pas sur le site de la mairie.

     

    Capture d’écran 2018-05-17 à 12.03.13.png

     

    Enfin dans le 18e, les délibérations seront beaucoup plus nombreuses, comme c'est le cas à chaque fois avec de nombreuses attributions de subventions aux associations. Une série de questions et vœux des divers groupes politiques est également au programme.

  • Un pavage original chez Elogie-Siemp

    Depuis très longtemps, nous regrettions nos grilles d'arbres en fonte, rondes ou pas, celles qui cernaient le pied des arbres du boulevard de Magenta par exemple avant que ceux-ci ne se transforment en pataugeoires les jours de pluie, et en chausse-trappes les autres jours. Où finissaient-elles ?

    Nous avons une piste !

    blog photo.jpg

    Et oui, elles se substituent à un pavage pour recouvrir la cour du nouvel immeuble du bailleur social Elogie-Siemp, inauguré récemment et comprenant 34 logements, au 151 rue du Faubourg-Poissonnière. L'histoire ne dit pas encore comment sera coupée l'herbe qui pousse au centre de ces grilles, ni si elles seront facilement nettoyées. Le site du bailleur social ajoute qu'il s'agit là d'un don de la Ville de Paris :

    Le bardage en inox à « joints debout », pour une isolation thermique extérieure, a transformé la cour trop sombre en une cour lumineuse, où des grilles d'arbres, offertes par la Ville de Paris, composent le dallage, dans la logique de réemploi des matériaux.


    Si la Ville souhaite le réemploi de ses matériaux délaissés, nous pouvons lui suggérer de remettre des grilles aux pieds des arbres. Ce n'est pas original, mais esthétiquement ça se tient. Surtout que bientôt les mégots ne seront  plus un problème — on leur reprochait de souiller les grilles, difficiles à nettoyer ensuite... La presse nous dit sans cesse que les agents de la Ville verbalisent à tour de bras les mauvais citoyens qui jettent filtres et restes de tabac sans respect pour l'espace public.

    Ainsi on pouvait lire dans Sud Ouest en février 2018, que l’équipe municipale de la capitale a décidé de prendre l’affaire des mégots à bras-le-corps et d’appliquer le décret qui s'y réfère (article R 633–6 du code pénal). Récemment, France Bleu confirmait aussi que, en 2017, 21 000 procès-verbaux avaient été dressés contre des fumeurs peu soucieux de l’environnement, soit une augmentation de 1 200% par rapport à 2016  ! 

    Depuis janvier 2017, la brigade de la mairie de Paris chargée de traquer les petites incivilités du quotidien, comme les jets de mégots sur les trottoirs ou le fait d'uriner sur la voie publique, a dressé près de 61 500 procès-verbaux dans la capitale. Soit deux fois plus que l'année précédente sur la même période, révélait Le Parisien.

    Dans le détail, la hausse la plus forte des verbalisations concerne les jets de mégots, qui ont bondi de 723%. Ce taux de progression ne représente toutefois que 10 000 fumeurs rappelés à l'ordre. On est bien loin des millions de mégots qui jonchent le sol de la capitale. Chaque année, la mairie ramasse 350 tonnes de mégots, selon ses estimations. Depuis mars 2015, l'amende pour les resquilleurs se chiffre à 68 €. (d'après l'AFP le 3 octobre 2017)

    On a aussi entendu parler ces jours-ci d'une taxe mégots, mais elle n'est pas encore sûre, ni proposée, ni votée. 

  • La Petite Istanbul en fête

    Pour cette 9e édition de la Petite Istanbul en fête, les associations partenaires de cet évènement proposent un programme riche et varié. Projection de film, expositions, conférence, concert se succèderont du 16 mai au 19 juin.

     

    Paris, Paris 10e,

    Le programme complet est à télécharger ici.