Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chapelle-marx-dormoy

  • Plan Piéton: quel impact sur le quartier ?

    Adopté lors du dernier Conseil de Paris en début de semaine, le Plan Piéton se décline en cinq chantiers qui devraient aboutir d'ici 2020:

    1 - Faciliter les continuités piétonnes et de nouveaux partages de la voirie.
    2 - Favoriser la diversité d’usage de la rue.
    3 - Élever les standards de confort des espaces publics.
    4 - Repenser l’orientation des piétons.
    5 - Conforter la culture piétonne de Paris.

    Nous n'entrerons pas dans les détails. Vous pouvez retrouver l'intégralité du plan piéton ici.

    On nous promet une large concertation. Voyons plus en détail les secteurs concernés dans le quartier.

    C'est surtout le point 1 qui nous concerne.  On pense inévitablement à la Promenade urbaine entre Barbès et Stalingrad.  On peut lire sur le site « gagner de la place en redessinant les carrefours, en élargissant les espaces situés de part et d'autre des traversées ». Voilà qui évoque la place de La Chapelle ! L'axe rue de la Chapelle-Marx Dormoy est même cité pour bénéficier d'une possible réduction de circulation à une voie.

     

     

    paris,paris 10e,paris 18e,plan piéton,circulattion,goutte d'or,chapelle-marx-dormoy

    Sous viaduc carrefour boulevard de la Chapelle rue de Tanger

    A retenir également la rubrique « grandes promenades à valoriser particulièrement pour celles dotées d'un terre-plein central ». On y trouve donc le boulevard de la Chapelle. Celui de Belleville-Charonne-Ménilmontant serait réservé pour une promenade sportive, verte et culturelle. L'idée d'une promenade de Nation à Stalingrad est aussi d'actualité (voir article du Parisien du 26 janvier) mais il semblerait que le tronçon Colonel Fabien-Stalingrad soit un peu oublié.

    Le quartier de la Goutte d'or est concerné par le chantier 2 : Favoriser la diversité d'usage de la rue. On peut lire sur le site de la Ville que dans les secteurs choisis « la vie de la rue a vocation à l'emporter sur la circulation ». Réjouissons-nous ! On envisage notamment des rues piétonnes et des espaces dédiés aux enfants. On lit également « utilisation plus diversifiée du domaine public » ; un peu vague mais puisqu'il y aura concertation...

    Dans le cadre du chantier 3, la liaison piétonne entre les gares de l'Est et du Nord est au programme.

    On peut regretter cependant que la création de plans de quartiers pour indiquer des circuits touristiques ne concernent que les musées situés à proximité du Trocadéro et du quai Branly, alors que de nombreux touristes venant de la gare du Nord cherchent comment se rendre à Montmartre.

    Plus d'information sur le site de l'Apur: Atlas de l'espace public parisien

  • Quoi de neuf dans le quartier Chapelle Marx-Dormoy ?

    Outre vous annoncer la prochaine réunion du conseil de quartier La Chapelle Marx-Dormoy, voir l'affiche ci-dessous pour les détails de date, lieu et horaire, nous sommes heureux de voir que de nouveaux équipements se mettent en place. 

     

    place de la chapelle paris

    Un cinéclub arrive, certes il s'agit d'une initiative privée, mais il sera ouvert à tous. Madame Bonamour du Tartre en fera une présentation détaillée lors de la réunion du conseil de quartier du 11 mai. Nous attendons qu'elle nous parle également de la programmation. 

    Dans le registre de la santé, nous apprenons qu'un centre ouvrira ses portes à l'angle des rues Pajol et Schneider. Là encore c'est un centre privé mais on ne joue pas les difficiles si son accès est ouvert à tous, sous les conditions habituelles de prise en charge. L'élue chargée de la santé à la mairie du 18e, Dominique Demangel présentera le centre, les services offerts et sa directrice. 

     

    Les autres sujets traités au cours de ce conseil de quartier seront : 

    - la présentation de l'Euro-dictée au gymnase Ostermeyer de la halle Pajol le 14 mai à 14h

    - le point sur le fond de participation des habitants, un moyen de participer à la vie du quartier

    - un retour sur le budget participatif de 2016

    - l'intégration de nouveaux membres au sein de l'équipe d'animation après tirage au sort

     

    Pour joindre l'équipe d'animation du conseil de quartier Chapelle Marx-Dormoy, vous pouvez vous adresser à Samia Benyoud au 01 53 41 18 85 (service de la démocratie locale de la mairie du 18e) ou à Mireille Quehen au  06 10 52 84 35 (équipe d'animation).

     

     
     
  • Où sont passés les policiers de la Goutte d'Or ?

    De notre envoyée spéciale dans la Goutte d'Or en préparation du conseil de quartier Chapelle Marx-Dormoy du 2 octobre, où nous nous sommes rendus pour comparer l'ambiance d'un quartier à l'autre, sur le même thème, celui de la sécurité.

    Quoi de plus simple et efficace que d'arpenter les rues du quartier pour se faire une idée des lieux, des personnes qui les animent, des commerces qu'on y trouve. En réalité, cette fois-ci, il ne s'agit ni de tourisme, ni de sociologie, mais d'un regard sur le dispositif sécuritaire mis en place par le ministère de l'Intérieur dans le cadre de la Zone de sécurité prioritaire (ZSP) Barbès-Château rouge, à l'automne 2012.

    Voici le parcours dans son entier : les rues d'Oran, Doudeauville, Léon, Ernestine, des Poissonniers, Dejean, Laghouat, Myrha, Affre, Cavé, des Gardes, Saint-Luc, Saint-Bruno, Saint-Mathieu, Stéphenson, Richomme, Tombouctou, de Chartres, de la Charbonnière, Caplat, Square Léon et rue Léon, Islettes et bien évidemment les boulevards Barbès (jusqu'à Château-Rouge) et de la Chapelle. Comme dans les bons guides, nous vous indiquons non pas la distance mais le temps de parcours : en tout environ quarante-cinq minutes.

    Notre correspondante ajoute : « Me croirez-vous si je vous dis que je n'ai rencontré aucun fourgon ou voiture de police ou de CRS. Pas plus d'ailleurs de policiers.
    Une seule : au repos et vide, les rétroviseurs repliés : rue Doudeauville, devant le 39 en face de l'UMJ Paris-Nord (Unité médico-judiciaire). J'exclus évidemment les voitures garées et en attente devant le commissariat rue de la Goutte d'Or. Cela voudrait-il dire que tout va bien dans le meilleur des mondes ? Qui pourrait le croire ! »

    41uBMlN%2BP-L._SY445_.jpgDaniel Mermet, mardi 24, a consacré son émission de l'après midi sur France Inter à Raphaël Liogier, qui vient de publier chez Textuel : "Ce populisme qui vient", conversation menée par Régis Meyran (112 pages, 15 euros). Dans cette analyse déstabilisante et recommandée, nous pouvons lire à la page 80 : "C'est tout de même préoccupant, par exemple, que la police soit obligée de se contenter d'observer les trafics sur la place de la Charbonnière (Paris 18e), qui, en début de soirée, se métamorphose en véritable marché aux voleurs, comme disent les habitants du quartier !"

    Pour écouter l'émission si vous avez le temps et le désir... 

    Depuis maintenant plusieurs jours, il semblerait que la police ne s'est plus contentée d'observer et sans doute d'en tirer des conclusions, puisqu'elle a complètement disparu de ce champ d'observation. Serait-elle victime d'une "trêve des confiseurs" avant l'heure. Ou préparerait-elle une action ciblée ?

    Pour le promeneur lambda, il est quasiment impossible de passer place de la Charbonnière en début de soirée (plus d'une centaine de personnes occupent l'espace et l'entrée des rues adjacentes). Et lorsque l'on arrive au niveau du métro Barbès, le nombre "gonflé" de vendeurs de cigarettes, de Subutex...  et de pickpockets, interpellant le passant en toute liberté, nous déconcerte et nous accable.

    Les travaux Vano et autres n'ont pas repris pour le moment. L'endroit est toujours aussi encombré par les cartons et les réserves de cigarettes bien au chaud. 

    paris,18e,barbès,goutte-d-or,prévention,sécurité,zsp,police,commissaire-bouard,chapelle-marx-dormoyRetour en force lors de l'agression qui a eu lieu devant le Louxor le jeudi 26 septembre en soirée.

    Nous étions au conseil de quartier La Chapelle Marx-Dormoy le 2 octobre à 19h, 2 rue de la Guadeloupe, car nous y avions noté la présence du commissaire divisionnaire Nelson Bouard, qui venait répondre aux questions des habitants du quartier. Nous avons donc écouté silencieusement — nous n'étions pas dans nos rues ! — ses réponses à une foule, venue en grand nombre, beaucoup plus nombreuse que d'habitude, nous a-t-on dit, et soucieuse de manifester sa colère et ses difficultés de vie dans un environnement dégradé, encombré, tendant vers l'insécurité.

    Les questions récurrentes : pas de policiers dans la rue, trop peu d'écho quand on appelle la police, des attroupements permanents dans certaines rues, de la prostitution, des toxicomanes inquiétants, des SDF installés de façon quasi-permanente en certains lieux devenus très sales et impossibles à nettoyer par la DPE, des bandes de jeunes voyous qui font la loi dans certaines rues,  des taxis clandestins qui occupent l'espace porte de La Chapelle, les marchés à la sauvette qui laissent rues et trottoirs dans un état de saleté repoussant, des agressions sur les personnes âgées et les femmes, surtout aux abords des DAB, etc. Un lot impressionnant de griefs, décrits et argumentés, qui n'avait rien à envier à la Goutte d'Or...

    Les réponses du commissaire : les policiers patrouillent en voiture mais s'arrêtent chaque fois qu'il le faut, pour preuve l'augmentation du nombre des interpellations et des déferrements. "On n'arrête pas un délinquant sans sortir du véhicule !" Les policiers sont intervenus de façon ciblée sur les sauvettes près de la place de la Chapelle à la fin du printemps, début de l'été, obtenant des résultats, mais dès que l'action de la police se porte sur un autre site, ils reviennent... Le commissaire explique les saisies nombreuses de camions qui servent de stockage et que les habitants ont dénoncés : pour ouvrir le véhicule, il faut la présence d'un occupant, et quand il est saisi, il est vite remplacé par un autre. Mais ce travail s'exerce de façon continue, avec le soutien des Douanes aussi. Celles-ci "frappent au portefeuille" et les amendes se veulent dissuasives. Bien sûr il y a saisie des denrées et souvent du véhicule. Pour les SDF, le personnel de la propreté n'a pas pour mission de les déloger et par conséquent nettoie "autour" (Ce furent aussi les propos de Félix Beppo, l'élu du 18e chargé de la propreté, également présent). La police en revanche démantèle régulièrement des cabanes ou abris de fortune. De même qu'elle démantèle les camps d'étrangers venus de l'Europe de l'Est qui se reconstituent régulièrement aux abords de la porte de La Chapelle, et dont les jeunes indisposent les automobilistes coincés dans les embouteillages, quand ce n'est pas carrément pour ouvrir une porte et dérober ce qui est à portée. 

    Vous connaissez toutes les plaintes des habitants quand ils sont réunis dans des conseils de quartier dont le thème est la sécurité. Nous vous avons plusieurs fois relaté les propos entendus. La situation n'évolue guère. Chacun, cependant, pense qu'il est plus mal loti que son voisin, et vit l'enfer plus que d'autres. Or notre présence dans des quartiers différents, différents mais proches et situés dans nos trois arrondissements de prédilection, nous permet de témoigner que les problèmes cités ci-dessus sont présents un peu partout et surtout qu'ils se déplacent au fur et à mesure des interventions policières. Ce fut le cas pour la toxicomanie, quand les squats de la Porte de la Chapelle ont été fermés, ou pour la prostitution lorsque le racolage passif a été plus sévèrement sanctionné il y a quelques années. Le phénomène évolue ou se déplace. On a assisté, dans certains quartiers, à l'explosion du nombre des salons de massage qui ne trompent personne, et à la prostitution en appartement ailleurs. Là elle est encore dans la rue. Pour combien de temps ?

    Les SDF sont nombreux, les migrants aussi, les sans papiers idem... et les trafics de tous ordres prospèrent sur ce terreau. Ne perdons pas notre humanité dans cette époque difficile. 

  • D'un square à l'autre

    Les squares sont-ils dans leur ensemble prévus pour y accompagner les enfants, pour leur faire respirer un peu de nature, leur permettre de jouer (non plus dans des bacs à sable où prospéraient nombre de microbes...) avec des équipements adaptés à chaque âge ? On peut se poser la question. 

    Une conversation avec une adhérente de notre association, qui depuis peu est en charge d'une enfant de quelques mois, nous fait nous poser ces questions. Nous avons suivi pendant des années l'évolution du projet du square Alain Bashung inauguré en juin dernier et également relaté la présence dérangeante des pigeons aux abords du square de Jessaint et l'appropriation par les rats du même square, avant sa fermeture pour de longs mois. Les squares, cela nous connaît !

    Alors que l'été n'a pas encore remballé ses rayons de soleil et des températures plus qu'agréables, nous sommes contraints de formuler quelques critiques. Quoi de plus normal que de profiter des belles journées de septembre... Pas si simple. 

    Square de Jessaint : il est en contrebas du boulevard de La Chapelle, coincé entre la rue Marx-Dormoy, la rue de Jessaint qui lui donne son nom et les voies du réseau de la gare du Nord. Il est le prolongement de la place de La Chapelle, puisque de l'autre côté de la rue Marx-Dormoy se trouve également un espace avec de très beaux arbres, jeunes encore, des bancs, des massifs. 

    Dans la partie Est qui nous intéresse et qui a du être fermée et traitée, pendant de longs mois contre la présence de rats, difficile à éradiquer, on peut lire ce texte sur un panneau informatif : C’est un espace ombragé par des platanes hybrides et des aubépines, qui fait la joie des tout-petits grâce au jeu à ressort et la structure toboggan sur le thème des monstres ludiques.

    paris,18e,squares,bashung,jessaint,chapelle-marx-dormoy

    La réalité est tout autre. Les arbres sont bien là. Les équipements aussi, mais pas les enfants. Cet espace est utilisé comme lieu de pique-nique par des jeunes hommes qui trouvent là un terrain où se retrouver, où prendre leur repas, à défaut d'un foyer, ou d'un appartement. Nous ne leur jetons pas la pierre. Il est probable qu'ils avaient imaginé leur séjour à Paris sous de meilleurs auspices. Mais l'état dans lequel ils laissent le square n'est pas acceptable : papiers, emballages, reliefs de repas, cannettes... Est-il étonnant que ces restes alimentaires attirent la vermine ? Non. 

    Square Alain Bashung :

    Attendu, espéré, pendant de longues années... il a été inauguré peu de temps avant les vacances d'été. Dans le quartier de la Goutte d'Or, il va sans dire que tous les enfants n'ont pas la chance de partir loin et de goûter aux joies d'un air moins pollué. Restent donc les squares et pour les plus grands les centres aérés de la Ville de Paris. Certaines journées passées au square Alain Bashung ont été bien chaudes cet été. Les arbres ne proposent pas encore leur ombre bienfaisante. Laissons leur le temps de se développer.

    paris,18e,squares,bashung,jessaint,chapelle-marx-dormoy

    On peut voir cela comme une anecdote drôle : les plantations du square étant jeunes, les Parcs et Jardins ont recours à un réseau d'arrosage automatique pour que les jeunes plantes ne soient pas grillées dès la première année. Normal. Une de nos adhérentes qui a fréquenté le square régulièrement ces jours-ci, nous a dit que les jets d'eau fonctionnaient pendant les  heures d'ouverture du square et qu'ils faisaient la joie des enfants délurés... Il est bien précisé - et certaines assistantes maternelles le rappellent aux gamins - que ces matériels ne doivent pas être entravés dans leur fonctionnement, mais c'est trop tentant. Certes, une pluie fine, dispersée avec grâce sur les mamies assises sur les bancs peut être rafraîchissante, mais ne vaudrait-il pas mieux que le système d'arrosage soit nocturne ? 

     Voici ce qu'on nous écrit :

    Le square Alain Bashung est plutôt agréable, et régulièrement fréquenté par les enfants, petits et un peu plus grands.

    Mais la critique étant toujours nécessaire, il aurait été judicieux, dans la mesure où ce square est orienté plein Sud de prévoir une protection pour les tout-petits plus fragiles.

    Par ailleurs, l'arrosage automatique se déclenche aux environs de 19 heures, à la grande joie des plus grands qui ne manquent pas de se précipiter sur les arrivées d'eau et de les orienter à leur guise.

    Conclusion : un arrosage systématique de ceux qui passent par-là, et qui se retrouvent chemise et chemisier trempés...

    C'est bien ce qu'on avait compris !

  • Chapelle - Marx-Dormoy : conseil de quartier

    paris,conseil-de-quartier,chapelle,marx-dormoy,jardins,Nous avons noué des liens amicaux avec les animateurs du conseil de quartier Chapelle - Marx-Dormoy, parce que nous avons cru un certain temps qu'en associant nos forces et nos compétences d'observateurs locaux et attentifs, nous pourrions obtenir un aménagement de l'entrée dans Paris et la réduction du flux des automobiles par l'avenue de la Chapelle et la rue Marx Dormoy. Ce sont ces flux qui engorgent le quartier "dit" vert autour de la rue Philippe de Girard dans le 10e, par exemple, comme nous l'avions entendu en conseil de quartier Louis Blanc Aqueduc, autre conseil de quartier avec lequel notre association a entretenu des relations de bon voisinage ! Ce sont aussi souvent ces entrées-là qui encombrent le boulevard de La Chapelle quand il butte sur le carrefour Barbès.

    Nous avons conservé l'habitude de communiquer entre nous... et aujourd'hui nous vous annonçons que le conseil de quartier Chapelle Marx Dormoy tiendra une réunion publique ce soir jeudi 24 novembre à 19 heures, au collège Aimé Césaire, 22 rue Pajol, dans le 18e.

    Le thème choisi est

    Présent et avenir de nos jardins

    Sous ce terme "nos jardins", l'équipe d'animation entend plus particulièrement le square Louise de Marillac, les jardins d'Eole et bien sûr tous les jardins partagés qui existent ou pourraient exister dans le périmètre du conseil de quartier.

    C'est en hiver, qu'on prépare le printemps... vous dirait un jardinier. Alors, ce soir, venez discuter de l'avenir de vos jardins.