Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ZSP élargie: on continue

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, les associations et collectifs sont désormais nombreux autour de la table pour les réunions mensuelles de la ZSP élargie au commissariat du 20e arrondissement. De ce fait, le temps de chacun est un peu compté mais, malgré cela, cette dernière rencontre a duré près de 3 heures !

 

Paris, paris 10e, paris 18e, goutte d'or, chapelle-marx-dormoy, lariboisière, zsp-barbès-chateau-rouge-lariboisière, vente à la sauvette

Cette fois, la mairie du 10e n'avait pas été oubliée et était représentée par Stéphane Bribard, élu chargé de la prévention et de la sécurité. Pas d'élu côté 18e, seule la directrice de cabinet du maire, Judith Hervieu, était là. Pour les services et les institutionnels, pas de changement (voir notre article du 16 avril).

Quelques chiffres

Jacques Rigon, chef de district, a confirmé la baisse  de 11% de la délinquance (- 4% pour celle de voie publique) avec une bonne tendance sur les secteurs Lariboisière et Chapelle-Pajol. A noter, une baisse de 24% des cambriolages, ce qui est très important et à contre-courant de la tendance parisienne. Les actions se poursuivent contre la vente illicite de cigarettes avec, pour le mois d'avril, 267 procédures simplifiées de saisie-destruction, 87 interpellations et 163 arrestations par la Force légère d'intervention ciblée (Flic). Pour les ventes à la sauvette, on a procédé à 897 saisies et 10 tonnes de marchandises sont parties à la benne. Pour des faits de délinquance, 261 arrestations ont eu lieu : pour vol, vol à la tire (dont 30 avec violence), 52 pour recel et 69 pour possession et revente de stupéfiants. Pas moins de 55 opérations spéciales dont 16 avec la DPSP ont été menées.

La DPSP continue ses actions de verbalisation mais principalement sur la ZSP historique (Château Rouge et Goutte d'Or) avec 40% de PV pour dépôts sauvages et 20% pour jets de mégots, et de très nombreux PV pour stationnements gênants. Pour la première fois, un représentant de la DPSP 10e était présent. Il faut savoir que la circonscription créée regroupe également les 8e et 9e arrondissements. De l'aveu même de ce représentant, le personnel n'est pas au complet et donc les actions limitées (50 PV depuis février...) pour le secteur Lariboisière. "Le 10e mériterait à lui seul une circonscription" a t-il conclu. On notera donc un écart certain entre les annonces faites par la Ville fin 2017 sur la nouvelle brigade des incivilités et la réalité sur le terrain.

Pendant la période du ramadan, un dispositif particulier, déjà testé l'an passé par le commissaire Jacques Rigon, est mis en place. Valérie Goetz, commissaire du 18e arrondissement en a détaillé les mesures. Il y a en fait un double dispositif avec la prévention d'actes terroristes sur les lieux de culte d'une part, et une vigilance nécessaire du fait des très nombreuses familles qui viennent se ravitailler en gâteaux et autres denrées liées au ramadan, d'autre part. Et il ne faut pas oublier que cette foule attire également un nombre croissant de délinquants avec plus de trafics et plus de vols à la clé. Cette année, les emprises du chantier RATP ne vont pas faciliter les circulations piétonnes. Il a été décidé de supprimer les places de stationnement situées entre le carrefour Barbès et la rue des Islettes pour éviter notamment des vols à la portière. Tolérance zéro pour les ventes sur le trottoir du boulevard de la Chapelle pour les commerçants mais aussi pour les vendeurs à la sauvette. Par contre, et c'est le dispositif testé, on tolère des ventes de denrées alimentaires sous le viaduc, souvent organisées par des femmes et, surtout, on les encadre par une présence policière. On veille à ce que les lieux soient rendus propres et un service de nettoyage de la Ville prend le relais. On pourra faire un bilan le mois prochain.

Les points principaux abordés par les associations

Du côté de la rue Riquet, les tensions semblent s'apaiser et la DPSP annonce des renforts de correspondants de nuit. Sur le secteur Chapelle, il y a aussi du mieux en journée mais les affaires reprennent en fin d'après-midi avec de très nombreux vendeurs à la sauvette, des personnes alcoolisées et... des bagarres. L'association SOS La Chapelle demande donc une vigilance accrue le soir et les week-ends. L'algeco situé sous le viaduc au niveau de la rue Philippe de Girard n'est toujours pas enlevé, malgré les promesses de la mairie, il génère des nuisances olfactives (on se doute pourquoi) et encourage les dépôts de toute nature. Le problème des distributions alimentaires rue Pajol n'est toujours pas réglé ; il faut préciser que certaines associations refusent d'entrer dans le dispositif mis en place par la Ville. De l'autre côté du viaduc, Demain La Chapelle est également confronté aux problèmes d'alcoolisation. L'association demande que des contrôles soient effectués auprès des commerces, que ce soit au niveau sanitaire ou encore sur la dégradation des façades d'immeubles. C'est le rôle de la Direction de l'urbanisme (et nous savons d'expérience que l'efficacité n'est pas au rendez-vous !).

L'association de commerçants créée récemment est désormais très présente dans les différentes réunions. Et, une fois de plus, elle tire la sonnette d'alarme sur le secteur Goutte d'Or avec les trafics qui gangrènent le quartier et qui rendent la vie impossible. "Les commerçants sont à bout" s'est exclamée la représentante de l'association. Elle regrette également qu'une réunion pour préparer la période du ramadan n'ait pas été organisée. Trop de ventes ont lieu n'importe comment, alors comment le faire admettre aux commerçants qui respectent la législation ?

Sur le secteur Marcadet, on note une amélioration, mais évidemment les ventes illicites se déplacent. A Château Rouge, La Vie Dejean souhaite avoir un peu de calme pendant l'opération "Paris Respire" du samedi car les animations sont très bruyantes. Du côté du respect des horaires de livraison, pas de changement. Pour le collectif des riverains du boulevard Barbès, les occupations sur les trottoirs et devant les immeubles se prolongent désormais le soir, et dérangent. Ce à quoi Valérie Goetz répondra que l'éviction n'est pas une notion juridique.

Dans le secteur Lariboisière, le collectif de riverains, opposés à la salle de consommation, constate bien la présence policière accrue. mais déplore notamment que le problème des entrées de parking ne soit toujours pas réglé. L'association Vivre Gares du nord et de l'est  (qui avait demandé précédemment l'extension de la ZSP vers la rue d'Alsace et les squares Cavaillé-Coll et Alban Satragne et ne l'avait pas obtenu), pense désormais que la ZSP élargie se fait au détriment des autres quartiers...

Et pour terminer, nous avons évoqué le report des ventes à la sauvette les jours de marché sur la rue Stephenson et le pont de Jessaint. Par ailleurs, nous déplorons qu'à nouveau le sous-viaduc redevienne un parking le dimanche. Les barrières sont systématiquement cassées, pas entretenues. Il est grand temps de trouver un moyen efficace de fermeture de cet espace que nous réclamons à la Ville depuis des années. La présence policière est visible, c'est incontestable, mais il y a tant à faire ! Sur le marché, les vendeurs dans l'allée centrale sont très - trop présents, et ce n'est pas acceptable. Même si la commissaire Valérie Goetz précise que de nombreuses opérations ont lieu. Parallèlement, nous demandons que la RATP nettoie ses emprises de chantier dont l'état déplorable contribue à dégrader le quartier. Enfin, le "bazar" de circulation dans les rues autour de la zone Château Rouge respire le samedi, à savoir les rues Doudeauville, d'Oran et Cavé, entraîne du stationnement sauvage et des concerts de klaxon. Il faut verbaliser ces comportements de conducteurs qui très majoritairement n'habitent pas Paris, comme nous avons tenu à le rappeler, car le marché exotique de Château Rouge continue à attirer une clientèle venant de toute l'Ile de France.

La prochaine réunion devrait avoir lieu dans un mois.

Commentaires

  • Merci pour ce compte rendu de la dernière réunion de la cellule d’Ecoute et d’Evaluation de la ZSP 10-18.
    Mais l’honnêteté intellectuelle aurait voulu que l’auteur(e) de ce texte
    1. Désigne le collectif Riverains Lariboisière-Gare du Nord par son nom intégral et officiel et non pas de manière marginale et non indentifiée comme elle le fait systématiquement.
    2. Qu’elle ne le qualifie pas d’opposant à la SCMR. Comme nous le disons et écrivons depuis l’origine, nous ne sommes pas opposés à la SCMR mais nous réclamons qu’elle soit installée dans une zone sans habitations ni commerces car les nuisances qu’elle engendre sur le voisinage sont considérables. La SCMR de Strasbourg qui est implantée dans un secteur sans riverains et qui ne pose aucun problème est à prendre comme exemple.
    3. Qu’elle rende compte, de manière plus détaillée et plus fidèle qu’elle ne l’a fait, de l’intervention structurée et forte du collectif Riverains Lariboisière- Gare du Nord. Intervention saluée positivement en réunion par d’autres participants.

  • Bonjour Action Barbès et merci pour ce compte rendu détaillé.

    Juste une précision néanmoins: le collectif Riverains Lariboisière-Gare du Nord N’EST PAS « opposé à la salle de consommation » comme vous le rabâchez.
    Comme nous le répétons à chaque réunion, nous ne sommes pas opposés au principe de la SCMR, mais étant donné les répercussions désastreuses à l’extérieur de la salle, et donc sur notre lieu de vie, nous demandons à ce qu’elle soit déplacée dans une zone sans riverains ni commerces, comme c’est le cas à Strasbourg.

    Lors de ces réunions, votre présidente se montre irrespectueuse en commentant et soufflant systématiquement pendant nos prises de parole...
    Ses préjugés sur le collectif la rendent sourde et hermétique à tout dialogue constructif, c’est regrettable...

  • Bonjour,

    Merci à Action Barbès pour ce long compte-rendu.

    @Céline
    @Collectif Riverains Lariboisière-Gare du Nord
    Je n'ai pas vraiment envie d'entrer dans un débat entre associations mais si je comprends bien vos commentaires, vous n'êtes pas opposés à la SCMR... mais vous êtes opposés à son emplacement. Hum... j'ai l'impression que l'on joue sur les mots, non?
    Quant au nom du collectif, dire "le collectif de riverains du secteur Riboisière", est-ce vraiment différent de "Collectif Riverains Lariboisière-Gare du Nord"?
    Mais surtout: plutôt que venir leur reprocher un compte-rendu imparfait à vos yeux, il aurait été pas mal d'en faire un vous-mêmes...

  • @Guillaume

    Il y a bien une différence entre être opposé au principe même de la SCMR et réclamer comme nous le faisons, sur la base de l'expérience négative que nous vivons quotidiennement depuis l'ouverture de la salle parisienne, son déplacement dans une zone sans voisinage.

    Il y a bien une différence entre nommer une personne, une entité par son nom et la désigner de manière vague. Ne pas nous nommer correctement revient à ne pas vouloir nous reconnaître et à mépriser celles et ceux qui se reconnaissent dans notre groupement. Du reste, dans le compte rendu en question, notre collectif est le seul à ne pas être nommé correctement par son nom. Tous les autres sont désignés par leur appellation complète et officielle. Le constat est irréfutable et l'intention est claire.

    Quant à votre phrase : " Mais surtout : plutôt que venir leur reprocher un compte-rendu imparfait à vos yeux, il aurait été pas mal d'en faire un vous-mêmes...", voici le commentaire qu'il appelle de notre part : 1. Nous tenions juste à indiquer que la partie nous concernant n'était pas objective. 2. Il ne nous appartient pas de rédiger un compte rendu sur le blog d'Action Barbès. 3. Nous nous chargeons en revanche de tenir informés toutes celles et tous ceux qui participent à nos actions et s'y reconnaissent, sans esprit sectaire.

    Vous écrivez au début de votre texte : "Je n'ai pas vraiment envie d'entrer dans un débat entre associations" : ce n'est pas exactement ce que vous faîtes dans votre commentaire qui penche nettement d'un côté de la balance. C'est votre droit, mais ne vous parez pas des habits de la neutralité.

  • @Guillaume

    Bonjour Guillaume,

    Le message est clair mais si vous n’avez pas envie de comprendre c’est autre chose.

    Cela s’appelle être face à un mur et « tout homme a vu le mur qui borne son esprit ».

  • Merci pour ce compte-rendu.
    1-Savez-vous si le stationnement qui a été annulé entre le métro Barbès et la rue des islettes sera permanent ou juste pendant le ramadan? Car c'est une excellente chose pour les vols à la portière, les planques de cigarettes, le fluidité du traffic et la diminution des Klaxons.
    2-connaissez-vous la fin des travaux de la station Barbès? J'ai l'impression que c'est en stand-by depuis plusieurs semaines...
    Merci et bonne soirée.

  • Merci pour ce compte rendu.

    Personnellement je ne retrouve pas vraiement les effets concrets de tous les chiffres présentés par M Rigon.

    J’habite juste à proximité de la placette charbonnière et c’est toujours le bordel sur la placette le boulevard et les rues adjacentes.
    Les rues sont toujours salles, le trafic des cigarretes et la vente de contrefaçon ( et même de produits volés) est toujours là, devant les yeux de tous et compris de la police.
    Les vendeurs à la sauvette sont toujours présents dans le marché et rues adjacentes. Avec le ramadan c’est encore plus le bordel. Des magasins éphémères de nourriture sont apparus comme à chaque année sans aucun contrôle.
    Je ne ressent pas la moindre amélioration...en tout cas á Barbès . ( même si tout ces chiffres reflètent bien l’enorme chantier pour remettre en ordre ces quartiers).
    Bref nous sommes á Barbès... cela fait parti du charme du quartier diront certains.
    Une chose est sure, dans d’autre quartiers de paris cela ne serait jamais toléré.

  • @frogner

    D'après nos informations, la suppression du stationnement entre Barbès et la rue des Islettes sera provisoire. Nous avions demandé, il y a plusieurs mois, que ces places soient définitivement supprimées mais cette proposition n'a pas été retenue.
    En ce qui concerne les travaux RATP au niveau de la station Barbès, on nous a annoncé une fin en juin. Ensuite, les travaux de voirie pourront commencer.

  • "On tolère des ventes de denrées alimentaires sous le viaduc (...) On veille à ce que les lieux soient rendus propres et un service de nettoyage de la Ville prend le relais". Cette présentation des faits est un pur mensonge de la part des autorités qui nous prennent visiblement toujours pour des jambons une fois de plus. NON, les lieux ne sont pas rendus "propres". Ils sont rendus dans un état lamentable chaque soir (papiers, cartons, cagettes en plastique, bonbonnes d'huile de tournesol traînent un peu partout). Les services de nettoyage ne "prennent le relais" que le lendemain matin, c'est à dire strictement comme en temps normal.

  • Nous sommes abreuvés de chiffres mais sur le terrain aucun changement, en plus nous sommes témoins de nombreuses bagarres ou disputes bruyantes, plus nombreuses en ce temps de ramadan rue des Islettes. Il est scandaleux d'autoriser la vente de produits alimentaires sous le métro aérien.
    Le lendemain le sol est jonché de détritus.

  • @Samy... suis d'accord.
    Entendre nos élus parler du plan climat, et ne voir toujours aucun arbre planté rue Marx Dormoy, placette de La Chapelle, rue Ordener, ou boulevard Ornano.
    Pourvu que l'on végétalise enfin le 18eme populaire !

  • @paulscarron nous avons écrit au maire du 18e et à son adjoint chargé de la propreté afin que l'annonce faite lors de la réunion zsp soit respectée: à savoir, nettoyage le soir de l'espace sous-viaduc. Affaire à suivre...

  • Merci pour ce commentaire complet et détaillé. Je note deux choses:
    1. des associations qui refuse de suivre le protocole établi par la mairie. Il n'y a qu'a les rayer de tout soutien et support. C'est cette habitude constantes que l'on a en France de vouloir être différent! Le succès de toute stratégie repose sur acquiescement de tous les participants, meme s'il ne sont pas complètement d'accord avec elle.
    2. "l'éviction n'est pas une notion juridique".. En Grande Bretagne ils ont une loi contre ce qui s’appelle le 'Loitering'. C'est a dire la déambulation et l'occupation d'un lieu public sans y avoir une raison précise. C'est donc, contrairement a ce que dit la commissaire, une notion juridique tout a fait établie... Il suffit de l'importer en France. Circulez, il n'y a rien a voir, si vous n'avez rien a y faire!

Écrire un commentaire

Optionnel