Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris - Page 5

  • Pour se détendre: tournoi de pétanque demain

    Pour se détendre après votre passage aux urnes ou en attendant le résultat de la présidentielle, Quartier Partagé propose demain à 14h dans le square Villemin son traditionnel tournoi de pétanque de printemps.

    Paris, paris 10e, square villemin, quartier partagé

    Je tire ou je pointe ? 

    Vous voulez vivre deux minutes dans un autre monde, un autre siècle....? On peut jouer aux boules encore, félicitons-nous que ce soit encore possible...

  • Barbès Respire: l'opération ne faiblit pas

    La réunion prévue avec le préfet Michel Cadot le 18 avril a été annulée au dernier moment. Vous l'avez peut-être lu dans la presse, le préfet a fait une chute grave de Vélib la veille. Hospitalisé, il a été remplacé le lendemain par Michel Delpuech alors préfet de la région Ile-de-France. Cela ne devrait pas avoir d'effet sur le dispositif Barbès Respire qui est sous l'égide du commissaire Jacques Rigon. Nous espérons pouvoir faire la connaissance du nouveau préfet prochainement.

    Nous avons reçu un courrier daté du 21 avril du sous-préfet (voir ci-dessous) qui montre la volonté des autorités de poursuivre les actions. Les chiffres indiqués ont été réactualisés lors de la rencontre du 24 avril.

    paris,paris 10e,paris 18e,préfecture de police,barbès,chapelle,marché barbès,verbalisation,vente à la sauvetteparis,paris 10e,paris 18e,préfecture de police,barbès,chapelle,marché barbès,verbalisation,vente à la sauvette

    Cliquez sur le fac simile pour agrandir.
      

    Les bons chiffres (cumulés depuis le 23 janvier)

    ∗ évictions : 23 743 les jours de marché

    ∗ procédures: 1 431

    ∗ destructions suite à ventes sauvette : 144 pour 15,800 t de textile et produits variés mis à la benne

     

    ∗ arrestations: 1059 dont 54 pour trafic de cigarettes

    ∗ verbalisations: 4648

    ∗ enlèvements de véhicules: 135

    Les opérations spéciales se poursuivent (140 à ce jour dont 29 sur les trafics)

    Le secteur Barbès-Goutte d'or

    Pour le secteur Barbès-Goutte d'or, la placette Caplat-Charbonnière fait toujours l'objet d'une attention particulière avec la présence en fin d'après-midi et début de soirée d'une compagnie de sécurisation. Nous le constatons, quand des policiers sont présents, le marché aux voleurs est compromis. Nous espérons que le dispositif sera élargi quand arriveront les beaux jours.

    Pour le marché, nous avons à nouveau exprimé notre satisfaction sur l'efficacité des interventions contre le stationnement gênant des camions (enfin ils sont bien stationnés), en faveur du départ de ceux-ci dès la fin du marché pour permettre le nettoyage par les agents de la propreté. L'allée centrale accueille encore trop de vendeurs à la sauvette, des herbes majoritairement, pourtant surveillée par les agents de la DPSP. La nuit, les livraisons semblaient avoir cessé mais un adhérent a pu constater une livraison vers 3h du matin il y a peu. Les mauvaises habitudes de certains commerçants du marché reprennent vite ! Le dimanche, nous constatons un peu moins de véhicules stationnés sous le viaduc. On ne peut toutefois pas y voir l'effet de la réparation récente des fameuses barrières car elle ne servent à rien, elles restent ouvertes et les cadenas ont déjà disparu ! (voir notre article du 14 avril). En désespoir de cause, nous avons demandé à J. Rigon d'intervenir auprès de la mairie du 18e  pour voir avec le gestionnaire du marché quelle solution pourrait apporter une amélioration.

    Du côté des ventes à la sauvette les jours de marché, elles ont encore lieu parfois dans l'enceinte du métro et aux abords mais le nombre de vendeurs a tendance à diminuer et ils s'installent plus tardivement ou ailleurs comme sur le pont Saint-Ange, au-dessus du faisceau de la gare du Nord.

    Sur le boulevard Barbès, on reconnait une amélioration, moins d'obstruction devant les porches, plus de respect de la part des occupants de l'espace public et davantage de contrôles. Les ventes sauvettes reprennent plutôt en fin de journée et le week-end. A noter que la meilleure circulation piétonne est dûe aussi à la réfection des pieds d'arbres par la mairie.

    Du côté de la rue A.Paré, une surveillance est désormais établie au moment de la fermeture de la SCMR.

     Nous avons attiré l'attention du commissaire sur la période du Ramadan (fin mai) qui traditionnellement occasionne une occupation très importante des trottoirs du boulevard de la Chapelle côté 18e. Pendant cette période, elle est quotidienne et oblige souvent à marcher sur la chaussée. On est bien dans le cadre de la réappropriation de l'espace public en faveur des riverains prônée par la Ville.

    Le secteur Chapelle

    La situation est encore tendue avec des comportements agressifs entre des hommes de communautés différentes et envers des femmes. Malgré les efforts des forces de police, les riverains ne ressentent pas d'amélioration d'autant que s'ajoutent aux ventes sauvette autour du métro et sur la place de La Chapelle, de nombreux vols à la tire et la présence de migrants installés essentiellement rue Pajol, occupation qui génère aussi des conflits. Le commissaire précise sur ce dernier point que des prises en charge pour des hébergements sont effectuées vers 22h avec l'appui d'un équipage. Mais il s'agit d'hébergement précaire, on l'aura compris. Le contact avec les commerçants de la rue Marx Dormoy qui rencontrent des problèmes se poursuit.

    Prochaine étape, les marches exploratoires avec Jacques Rigon qui n'avaient pas pu avoir lieu il y a 15 jours.

    Information de dernière minute : depuis cette réunion, une 1ére opération "coup de poing" a été menée mardi soir de la semaine dernière vers 20h00. Bouclage complet de la place et contrôle de toutes les personnes attroupées et des commerces environnants. 4 arrestations pour recel de vol, saisie de nombreux objets destinés à la revente (montres, ordinateur, paquets de cigarettes, chaussures de sport, bijoux fantaisie... ) et établissement de deux procédures pour travail dissimulé visant le restaurant "Le Bonois" au 1, rue Caplat et le "Chicken hut" au 5, rue Caplat.  

  • Les services de la Ville étudient les projets de budget participatif

    Les services de la Ville en l'occurence... il doit s'agir de la direction de la voirie et des déplacements (DVD), celle des espaces verts (DEVE), tous les services qui ont à voir avec l'éclairage de l'église Saint-Bernard et la mise au vert de la rue Richomme. Oui, il s'agit bien de ces deux projets dont nous vous avons déjà parlé ici et que nous avions soutenus.

    Nous avons reçu récemment ce bref message via notre adhérent : 

    Merci de votre intérêt pour le Budget Participatif.

    Nous souhaitons vous informer que le projet « Éclairage de l'église Saint-Bernard de la Chapelle » a été transmis aux services techniques de la Ville de Paris, pour étude de faisabilité et chiffrage financier.

    L’Equipe Budget Participatif de la Ville de Paris

    Voyons de plus près, pour nous les remettre en mémoire. 

    paris,18e,budget-participatif,église-saint-bernard,rue-richomme

    Et il y a quelques jours, précisément le 14 avril, un message similaire se référait à la rue Richomme. 

    Bonjour,

    Merci de votre intérêt pour le Budget Participatif.

    Nous souhaitons vous informer que le projet « Une rue-jardin Richomme » a été transmis aux services techniques de la Ville de Paris, pour étude de faisabilité et chiffrage financier.

    L’Equipe Budget Participatif de la Ville de Paris

     

    paris,18e,budget-participatif,église-saint-bernard,rue-richomme

    Il ne faut pas s'y tromper, ces projets que nous avons soutenus, déjà l'an passé, sont de bons projets, aux yeux de la Ville puisqu'ils sont retenus, puis transmis aux services techniques qui vont les chiffrer. Mais ils ne sont pas encore plébiscités par les Parisiens. C'est là que vous interviendrez si vous voulez les voir mettre en oeuvre, être réalisés. Nous vous le rappellerons en temps et en heure. Sachez toutefois et notamment pour le projet de rue-jardin, que les parents d'élèves des écoles situées dans la rue Richomme avaient été très déçus que le projet soit repoussé. A eux de faire ce qu'il faut pour mobiliser, d'en parler à l'école, éventuellement de faire quelques flyers tout simples qui donnent envie et qui rappelleront à chacun que la réalisation d'un tel embellissement passe par un vote sur internet. 

    Nous avons encore le temps de faire preuve d'initiative et d'imagination pour cette mobilisation. Le vote a lieu en général en septembre.

  • Enlèvement d'une voiture ventouse dans le faubourg Poissonnière

    La semaine dernière, nous étions en réunion avec le responsable du dispositif Barbès Respire, oui, nous faisons le point régulièrement. 
     
    Le point ? De notre côté, c’est dire comment nous percevons la situation dans nos quartiers, les imperfections des opérations en cours, les améliorations visibles, les moins visibles, les ratés, les nouveaux problèmes… etc. etc. Et bien sûr, de rendre compte de l'avis des habitants.
    Parmi tant d’autres problèmes, nous avions été interpelés en direct par une habitante du 9e, dont l’attention avait été attirée par le retour d’un véhicule en triste état, garé tout en haut du faubourg Poissonnière côté 10e. Le véhicule se dégradait jour après jour. L’état intérieur des banquettes, pour ce qu’on en voyait au travers de vitres peu transparentes et un pare-brise en étoiles, inquiétait.
    Nous avons donc transmis le signalement. 
     
    Et nous avons reçu dès le lendemain des nouvelles du véhicule et de son devenir. Les voici : 
    Les policiers de la Brigade spécialisée de terrain (BST) avaient déjà repéré le véhicule WV Golf à hauteur du 170 du faubourg Poissonnière. Ils ont même interpelé quatre mineurs isolés étrangers (MIE), très jeunes (entre 10 et 14 ans), se disant Algériens ou Marocains. Les deux plus «  âgés »  sont actuellement déférés et nous espérons qu’ils seront pris en charge par les services sociaux… tout comme les plus jeunes, à condition qu’ils acceptent. A d'autres occasions, le commissaire nous a expliqué que les jeunes étrangers remis à des foyers d'accueil parisiens en ressortent souvent dès le lendemain. Non pas qu'on ne veuille pas les y garder, mais eux ne souhaitent pas y rester. Nous n'avons pas les moyens juridiques de les y maintenir. 
    Nous connaissions la présence de mineurs isolés par la presse (article du Parisien)  et par les témoignages de nos adhérents de la Goutte d’or et des rues proches de la station de métro, des lieux de prédilection pour eux, de grand passage et de possibles rapines. De fait, les policiers les ont trouvés en possession d’objets provenant de vols à l’arraché de sac à main, ainsi que de vol à la tire de smartphone commis à la station de métro Barbés.
     
    Encore un détail que seule la police peut fournir et vérifier : le véhicule âgé de 22 ans n’est pas volé, mais a été abandonné par son propriétaire. L'enlèvement du véhicule était programmé pour le vendredi 28 avril mais il est encore là aujourd'hui.

  • La Villa des arts à Montmartre pour dimanche prochain

    Quel lieu peut afficher des passagers aussi célèbres que Paul Cézanne, Paul Signac, Eugène Carrière, Auguste Renoir, Louis Marcoussis, Francis Picabia, Marcel Jean, Nicolas Schöffer ? Cherchez bien, c'est à deux pas, dans une rue calme éloignée des foules... Oui, c'est la Villa des arts, rue Hégésippe Moreau au numéro 15.

    paris,18e,montmartre,ville-des-arts

    La Galerie et l'entrée de la Villa des arts, rue Hégésippe Moreau.

    Vous avez la possibilité de visiter ce lieu d'histoire et de culture, qui comprend 47 ateliers d'artistes chargés de mémoire...  tous les premiers dimanches du mois (tarif 7 euros en soutien à l'association La ville a des arts qui organise l'événement).

    - Inscriptions et informations : hautefeuille.brigitte@gmail.com 

    Pour vous donner un avant goût du charme des lieux, parcourrez les pages du site de Paris la douce, consacrées à la Villa des Arts. 

    paris,18e,montmartre,ville-des-arts

    La Villa des arts et ses ateliers vus depuis la rue Ganneron, face au cimetière de Montmartre.

  • Sorbonne Clignancourt: concert de clôture de la saison

    Le Choeur et Orchestre Sorbonne Universités (COSU) propose un dernier concert de "Musiques françaises" avant l'été mercredi 10 mai à 20h au Centre Clignancourt, 2 rue Francis de Croisset (métro porte de Clignancourt).

    paris 18e,paris,cosu,concert,sorbonne clignancourt

    Au programme des oeuvres de Debussy, Poulenc, Farrenc et Stabat Matter sous la direction de Corinna Niemeyer, cheffe d'orchestre pour un moment musical de qualité.

    Pour connaitre l'intégralité du concert et les modalités de réservation, cliquez ici.



  • Braderie de la friche demain

    L'espace situé à l'angle des rues Polonceau et des Poissonniers, qui avait été destiné à la deuxième phase de l'Institut des cultures d'Islam, devenu au fil du temps une décharge (dénoncée plusieurs fois ici dans le blog), puis une friche et enfin un espace partagé, alloué à l'association La Table Ouverte, vous offrira ce dimanche une braderie ouverte à tous. 

     

    braderie_friche3_1_-page-001.jpg

    L'affiche précise que les recettes issues de la location des mètres de linéaire seront affectées à la végétalisation de ce grand carré. Une bonne idée au printemps, il faut y penser dès maintenant. Un peu de bonne terre serait sans doute un atout supplémentaire de meilleure réussite pour que les plantes se fassent une place durable. 

  • Tremplin Sorbonne Live : finale au centre FGO-Barbara

    paris,paris 18e,centre barbara,goutte d'or,culture,sorbonne

    Le tremplin de musiques actuelles de Sorbonne Universités est de retour au Centre FGO-Barbara le 2 mai prochain à partir de 20h. C’est l’occasion pour les 4 finalistes de se produire devant un jury de professionnels. Plusieurs prix seront décernés. Le public a son importance car son vote permettra au gagnant de jouer devant plus de 1000 personnes lors de la prochaine édition des Sorbonnales. Ce concert gratuit et ouvert à tous est l’occasion de découvrir de nouveaux talents étudiants aux styles bien différents. C’est aussi l’occasion de (re)découvrir le Centre FGO-Barbara et sa riche programmation situé au cœur de notre quartier.

    Pour en savoir plus, c'est ici.

    paris,paris 18e,centre barbara,goutte d'or,culture,sorbonne

  • Musique : La voix est libre


    https://hearthis.at/la-voix-est-libre-ti/wings-extrait/

    Cliquer sur l'icône du média ! c'est un extrait  (4:32) du morceau Wings  - Serge Teyssot-Gay et Khaled Aljaramani. Une des formations musicales qui participe au festival La Voix est Libre.

    Entrer dans le sujet par la musique est une bonne approche ! Aborder les différences entre les hommes autrement que par l'occupation de l'espace public, que par les attroupements d'hommes désarmés, précaires, échoués ici ou là, par les troubles inévitables que cela entraîne, ne le nions pas, mais au contraire par l'angle de la culture, culture venue d'ailleurs, par les musiques, les instruments peu connus ici, des prestations musicales qu'il nous faut découvrirent avant de les apprécier — d'où les extraits ! — nous plait bien aussi. 

    Encore un peu ? Plus jazzy cette fois  :

    Les lieux de spectacles sont divers, et parmi eux le centre FGO Barbara pour le dernier jour du festival, voir ici les détails sur le site.

    Capture d’écran 2017-04-21 à 14.57.46.jpg

    Et ici l'ensemble de la programmation.

    Ce festival de jazz nomade nommé La Voix est Libre aura lieu du 3 au 13 mai. Voyez ci-dessous comment en parle le fondateur. Ça donne envie entre les deux tours de notre Présidentielle de parler de musique, de compréhension voire de découverte de l'Autre, en termes apaisés, non ? 

    AUX ÂMES, CITOYENS !

    Né entre les deux tours des présidentielles de 2002, La Voix est Libre invite les plus indomptables des musiciens, danseurs, acrobates, poètes, scientifiques et penseurs à faire jeu de toutes voix, dans un geste vital contre le clivage des genres et des identités humaines. Au fil de nos dix ans d’aventures aux Bouffes du Nord ponctué de voyages féconds en Égypte, au Liban ou en Tunisie l’art de la rencontre s’est partout affirmé, auprès d’un public avide d’ouverture et de sincérité, comme une ode à la liberté de créer, de penser et de s’émerveiller.

    Comme en 2007 – une édition ouverte par Édouard Glissant – nous encadrons le second tour des élections présidentielles lors de veillées élect’orales, fronts poétiliques, agoras phoniques, utopistes de danse et autres rencontres du 3ème tour ! Notre zone de libre-étrange s’ouvre plus que jamais aux formes imprévisibles d’un art sensible au chaos du monde, où se retrouvent pêle-mêle slameurs de la première heure (D’ de Kabal), exilés poétiques (le soudanais Moneim Rahma, les poètes et résistances syriennes Rana Zeid, Noma Omran et Hala Mohammad, le chanteur soufi, rappeur et porte-voix de la révolution égyptienne Abdullah Miniawy), improvis’acteurs de haut vol (Médéric Collignon, Magic Malik, Naïssam Jalal…) passeurs de frontières (de l’incroyable tap-dancer guyanais Tamangoh aux odyssées sonores du NazzazzaN 4tet en passant par les rituels immémoriaux captés par Vincent Moon et Priscilla Telmon), acrobattants et voltigistes (Ludor Citrik, Valentin Bellot), libres pensifs (les philosophes Achille Mbembé et Marie-José Mondzain), en-chanteurs et vocalchimistes (André Minvielle, Élise Caron, Vîrus, Franck Lepage, Dieudonné Niangouna…).

    Du désir individuel à la joie partagée, de l’acte éphémère au souvenir durable, notre programme s’écrit ici et maintenant, engagé corps et âmes dans l’impro-fusion de richesses qui peuvent être simultanément produites et partagées sans compter. Car quand les artistes prennent le pouvoir, c’est pour mieux nous en libérer !

    Blaise Merlin, fondateur de La Voix est Libre

  • Un témoignage tout frais sur le marché de Barbès...

    Nous recevons régulièrement des remarques soit en direct soit dans les commentaires du blog, mais rarement des textes longs et construits, quelques fois seulement. Cette fois, nous vous le proposons in extenso car il renvoie à notre propre expérience de client du marché, plutôt de cliente d'ailleurs du samedi.

    Voici donc le témoignage brute et sans photo, car nous n'étions pas sur place, cette fois-ci. 

    Samedi 22 avril. Midi. Je reviens du marché de Barbès.

    Au début, c’est à dire à l’entrée par le barreau Patin, un sentiment de satisfaction, voir de bien-être (!), me saisit, un espace dégagé s’offre à moi…. et aux abords de la quincaillerie qui fait l’angle, côté 10e, quatre uniformes bleus qui demandent à un étal au sol de remballer. Il remballe en maugréant. Bon point. 


    Je longe à grands pas l’arrière des stands, le chemin est dégagé. Au milieu, à peu près à la hauteur des piliers du viaduc, je regagne l’allée centrale. Un bouchon comme il s’en produit régulièrement à cause des cageots des vendeurs d’herbes étrangle le passage. Je rattrape les agents de la Ville de Paris (note AB : DPSP, Circo nord) qui entre temps sont passés sur l’allée extérieure côté 10e, et leur suggère qu’ils feraient bien de dégager le gars, ses herbes et ses cageots, bref l'allée un peu plus haut. Je ne les blâme pas, et je le leur dis tout de suite, parce que demander vingt fois aux mêmes types de dégager, de les voir déplacer les cageots, danser d’un pied sur l’autre en attendant que les uniformes tournent le dos, puis revenir au même endroit, quand on n’a pas même encore quitté les lieux est éprouvant. D’autant que les hommes qui vendent les herbes sont évidemment les dernières roues du carrosse, qu’ils sont sans doute approvisionnés par des fournisseurs communs, et que ce qu’ils gagnent en 4 ou 5 heures de marché ne doit pas suffire à nourrir une famille ! Les agents de la Ville ne sont pas des redresseurs de tort non plus, ils font ce qu’ils peuvent avec les moyens qu’on leur donne, et parfois, aussi, ils baissent les bras en faisant la ronde par l’extérieur. 


    A part des champignons et quatre courgettes achetés, je n’en étais qu’au début. Pour éviter le noeud gordien de l’allée centrale, je repasse — comme les agents de la Ville — sur l’arrière. Je tombe sur une palette pleine aux deux tiers de cageots de poireaux pourris. Je ne dis pas passés, avec quelques feuilles jaunies, non, pourris. Proprement invendables. Ils n’auraient même pas dus arriver jusqu’à un marché de détail. Curieuse d’en savoir plus sur ces denrées « avancées », je me suis rapprochée d’un imposant  et bruyant patron de stand, qui peu de temps avant expliquait à trois collègues attentifs à ses propos, que finalement la RATP ferait ses travaux de réfection du viaduc par tranches, et que le marché n’aurait pas à se déplacer…. Il paraissait s’en réjouir ostensiblement. En effet, le marché ne bougera pas, et nous sommes certainement nombreux à le regretter. La pression exercée par les marchands a été plus forte que les nécessités d’entretien de la RATP pour son patrimoine. Mais revenons aux poireaux. 


    Après quelques formules outrancières et misogynes d’entrée en matière, le gros homme m’a demandé si je savais ce qu’était un coup de chaud ! Ses beaux poireaux avaient eu chaud dans le camion….. oui…. ça doit être ça, un coup de lune pendant la nuit !  Et de m’en montrer de plus beaux, plus gros aussi, plus frais, qui eux avaient des vertus….. pas aphrodisiaques, non, plus prosaïques que cela. Je vous laisse imaginer. Le type était d’une grossièreté sans limite, devant ses acolytes réjouis de la bonne plaisanterie. Tous n'ont pas encore saisis que les propos à caractère sexuel vis-à-vis des femmes (ou des hommes d'ailleurs !) n'ont plus leur place. Passons.


    Est-ce bien cela être « populaire » ? Vendre à des populations modestes des produits semi-avariés, qui ont du mal à arriver aux domiciles de l’acheteur dans un état mangeable ? Je doute que ces patrons commerçants alimentent leur famille avec les produits qu’ils cherchent à vendre ici. Mais sans doute est-ce assez bon pour tous ces pauvres, venus du monde entier, travailler dur et tirer le diable par la queue ! D’année en année, on voit de moins en moins d’acheteurs-acheteuses du quartier, le père ou mère de famille classique, soucieux d'acheter ses fruits et légumes au marché. La tradition parisienne qui sent aussi un peu la province. Le marché a changé d'allure et de clientèle. Il suffit de prendre un des bus qui passent par le carrefour Barbès ou le métro pour voir que les acheteurs sont nombreux à venir de loin, alors qu'un marché alimentaire défend le commerce de proximité, normalement.
     
    J’achète au marché de Barbès depuis plus de 25 ans — parmi mes voisins je fais figure de résistante — et je constate que la qualité diminue année après année. Il faut être très vigilant et choisir chaque fruit, chaque légume, éviter certains stands… En fait, je ne prends plus de plaisir à parcourir la longue allée du marché, et bientôt je n'irai plus.