Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le 10ème - Page 2

  • Du tricot au square Cavaillé Coll

    Ce samedi après-midi au square Cavaillé Coll, entre la place Franz Liszt et l'église Saint-Vincent de Paul, l'association Quartier partagé vous propose un "Atelier le Tricot en Partage", ouvert à toutes et tous.

    Une maille pour apprendre, une maille pour donner. Vous savez tricoter ou vous souhaitez apprendre ou progresser ? Alors rendez-vous au square Cavaillé Coll pour croiser les aiguilles. Les réalisations (écharpes ou bonnets) seront offertes aux personnes dans le besoin suivies par les associations de Quartier Partagé.

    quartier-partagé,10e,tricot,square-cavaillé-coll

    C'est où ?

    Square Cavaillé Coll, Paris 10e

    C'est quand ?

    Samedi 19 septembre 2020, à 14 h

  • 23e édition du Printemps des rues

    Le Printemps des rues, le plus ancien festival parisien dédié aux arts de la rue continue depuis 23 ans à investir les quartiers de Paris avec une programmation ouverte et gratuite.

    Pour l’occasion, la ville devient source d’inspiration et offre un terrain de jeu propice au dépaysement et à l’imagination. Et ce décor urbain accueille un programme riche et varié, avec notamment des ateliers pour enfants (voir programme ci-dessous).

     

    printemps-des-rues,10e,18e,19e,culture,arts

    Programme et plans.pdf

     

    Une occasion de découvrir ou redécouvrir des quartiers des 10e, 18e et 19e arrondissements, comme les berges du canal Saint-Martin et le square Villemin, de traverser les allées et les places des quartiers piétons de la Grange-aux-Belles et de la rue Colette Magny, de profiter des espaces verts de l’ancienne friche industrielle du jardin Rosa-Luxemburg.

    printemps-des-rues,10e,18e,19e,culture,arts

    C'est où ?

    Paris, 10e, 18e & 19e

    C'est quand ?

    26 et 27 septembre 2020

  • Projection-débat à la médiathèque Françoise Sagan

    La médiathèque Françoise Sagan propose jeudi 17 septembre prochain une projection-débat avec le film "I am not your negro", de Raoul Peck sur James Baldwin. Cet événement est organisé à l'occasion des Rencontres interculturelles du 10e consacrées cette année à la couleur.

    À travers les propos et les écrits de l’écrivain noir américain James Baldwin, Raoul Peck propose un film qui revisite les luttes sociales et politiques des Africains-Américains au cours de ces dernières décennies.

    La projection est proposée par Amnesty International, qui animera le débat à la suite du film.

    I-am-not-your-Negro-DVD.jpg

    C'est où ?

    Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg ,Paris 10e

    C'est quand ?

    jeudi 17 septembre 2020, de 19 h à 21 h

  • Avant-première au Louxor : "Yalda, La nuit du pardon"

    Ce jeudi 10 septembre, le Louxor propose une projection en avant première de Yalda, La nuit du pardon. La séance aura lieu en présence du réalisateur Massoud Bakhshi.

    Cette séance organisée en partenariat avec l'Usage du Monde.

    "Iran, de nos jours. Maryam, 22 ans, tue accidentellement son mari Nasser, 65 ans. Elle est condamnée à mort. La seule personne qui puisse la sauver est Mona, la fille de Nasser, à qui il lui suffirait d'accepter d'apparaître dans une émission de télé-réalité et de pardonner Maryam devant des millions de spectateurs."

    Yalda_la_nuit_du_pardon.jpg

    C'est où ?

    Cinéma Le Louxor, 170 boulevard de Magenta, Paris 10e

    C'est quand ?

    Jeudi 10 septembre 2020, à 20 h

     

  • Sécurité : Barbès au bord de l'explosion

    Depuis la sortie de la période de confinement la situation autour du carrefour Barbès se dégrade grandement du point de vue sécuritaire. Le deal de cigarettes et drogues en tous genres, le recel de bijoux, les agressions, les vols à l'arrachée, les intrusions dans les immeubles pour abriter divers trafics et autre prostitution, les cambriolages, sans compter les règlements de compte entre délinquants, mais également les ventes à la sauvette qui sont de retour ici (tout comme à Château Rouge), sont devenus le quotidien des habitants de ce secteur durant l'été. Des exemples frappants : le 26 août dernier, devant le 49 boulevard de la Chapelle, en pleine journée et devant des passants et des riverains terrorisés, un homme s'est fait taillader à coup de machette par deux hommes, sans doute un règlement de comptes ; mêmes scènes ou presque, hier après-midi 1er septembre, ce sont deux agressions à coup de couteaux avec des blessures très graves, au même endroit à l'angle du boulevard Barbès et de la rue de la Goutte d'Or, à deux heures d'intervalle !

    D'une manière générale, ce territoire ne semble plus régi par les lois de la République mais par celles mafieuses de groupes d'individus qui prétendent régner sur nos boulevards et nos rues.

    securité,barbès,18e,10e,9e

    Que ce soit côté 10e sur le boulevard de Magenta, sur les "boulevards-frontières" de la Chapelle et de Rochechouart, même du côté 9e, mais surtout du côté du 18e sur le boulevard Barbès et dans les petites rues adjacentes, les riverains font état d'une situation extrêmement difficile qui cumule de très nombreux problèmes. Notre association a rarement connu en si peu de temps autant de signalements de la part de nos adhérents mais aussi de beaucoup d'autres habitants et de commerçants de ce secteur (il va sans dire que les autorités politiques et policières reçoivent elles aussi ces nombreux signalements), et c'est là le signe d'une situation inacceptable qui devrait plus alarmer les autorités compétentes en matière de sécurité, en l'occurrence principalement la Police nationale.

    La situation n'est plus tenable. Les autorités, la Préfecture de police en premier lieu, mais également la Ville de Paris, doivent agir et vite. Nous avons écrit au Préfet de Police, en espérant qu'il nous entende.

    Nous attendons du ministère de l'Intérieur et de la Préfecture de police une prise de conscience de la gravité de la situation sécuritaire de Barbès qui connait actuellement des proportions inédites, même pour Barbès, et que soient mises en oeuvre des mesures à la hauteur des problèmes rencontrés. Nous demandons une présence effective des forces de l'ordre, tous les jours, du lundi au dimanche et du matin au soir. Il ne s'agit pas de faire stationner un car de CRS dont la présence passive n'empêche aucunement les crimes et délits de se dérouler ici, mais d'effectifs de police qui entreprennent un travail actif pour régler cette situation inacceptable. Le commissariat du 18e a certes reçu des nouveaux effectifs ces dernières années, mais au vu des problèmes à l'ampleur inédite que connait cet arrondissement, le ministère de l'Intérieur devrait sans doute continuer le renforcement des effectifs.

    Nous aimerions également qu'enfin les services des Douanes travaillent à démanteler durablement le trafic de cigarettes, qui n'est aujourd'hui presque plus que la façade de trafics et deals de produits encore plus dangereux. Et bien entendu, il est indispensable de régler durablement ces problèmes et non les déplacer à des quartiers voisins comme cela a trop souvent été le cas par le passé.

    Concernant la Ville de Paris, si son champ d'action est très limité en matière de sécurité, elle peut néanmoins agir, avec les agents de la DPSP (la future "police municipale") mais aussi par d'autres moyens. Elle devrait par exemple faire enlever le kiosque à journaux, dont la réouverture n'est hélas plus à espérer. Cet édicule très dégradé ne fait que participer aux trafics, servant de cachette et de paravent pour les vendeurs de cigarettes et autres dealers. Nous demandons son enlèvement depuis de nombreux mois, là il devient urgent d'agir. Et peu nous chaut l'argument du contrat publicitaire lié au kiosque qui n'en est plus qu'un support, la sécurité passe bien avant.

    La Ville peut également agir indirectement avec la question de la propreté, ici le moindre encombrant pouvant servir de cachette. Il faudrait assurer un passage très régulier pour enlever systématiquement les encombrants et petits déchets dans ce secteur (mais cela suppose de coordonner trois services d'arrondissements différents). Côté 18e, il est urgent d'assurer le nettoiement de la friche du 8 boulevard Barbès, et il serait d'ailleurs nécessaire de remplacer l'actuel grillage de cette friche, qui permet de faire passer en dessous divers produits à cacher, par une paroi pleine. Cela semble être des détails, mais si l'on veut que la situation change durablement, il faut agir de concert sur tous les plans qui permettront de ramener la tranquillité dans le quartier en plus de celui de la sécurité à proprement parler, la propreté et l'aménagement urbain en font pleinement partie.

    Barbès a déjà connu des moments de tension par le passé, mais actuellement nous vivons une période qui semble dépasser tout ce que l'on a pu connaître ces dernières années. Il est temps que les pouvoirs publics agissent de toute urgence avec la mise en œuvre de moyens à la hauteur des enjeux et des aspirations légitimes des riverains à une tranquillité publique. Sans quoi Barbès va finir par exploser.

  • Adhérer à Action Barbès

    cotisation,action-barbès,2021,2020,adhérer,associationLa campagne d'adhésion d'Action Barbès est lancée. Vous pouvez d'emblée adhérer pour l'année 2020-21.

    Si vous avez envie de vous investir dans l'association ou simplement de soutenir nos actions, alors c'est le bon moment pour rejoindre Action Barbès. La cotisation annuelle est fixée à 10 €, elle court sur l'année scolaire. Une seule adhésion est demandée par foyer.

    Pour régler votre cotisation, plusieurs solutions s'offrent à vous :

    • En retournant le bulletin d'adhésion ci-dessous accompagné d'un chèque de 10 € à l'adresse indiquée

    Bulletin adhésion AB 20 21.pdf

     

    • Ou en ligne, en réglant par CB, en suivant le lien suivant :

     

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter par mail : actionbarbes@gmail.com

  • Pause estivale pour le blog !

    C'est l'été et c'est le moment de la pause estivale pour l'équipe de rédaction du blog d'Action Barbès. Nous nous retrouvons à la rentrée.

    Belles vacances à toutes et tous !

    IMG_20200625_183220.jpg

    Vue sur les toits de Paris depuis celui du 360 Paris Music Factory

  • Billet d'humeur : "Le conseil du 10e démasqué"

    Nous publions aujourd'hui le billet d'humeur d'une adhérente d'Action Barbès, qui sa assisté au premier conseil d'arrondissement du 10e, celui de l'élection de la Maire et de ses adjoints, et qui s'émeut du manque de rigueur dans le port du masque.

    "Une table en U garnie des nouveaux élus, aucun ne porte de masque, ils sont espacés d'environ un mètre.

    La salle est abondamment garnie par les habitants, beaucoup, mais pas tous, portent des masques ; les chaises sont collées les unes aux autres.

    Elections, attributions, congratulations, embrassades ; certains élus mettent un masque, pas tous.

    Petit buffet, servi par des employés de la Mairie ne portant pas de masque, et autour duquel se pressent habitants et élus.

    Nous fuyons …

    C'est dommage, en cette période d'incertitude sur une reprise éventuelle de la pandémie, alors que les autorités multiplient les recommandations de prudence, que nos élus soient incapables de montrer l'exemple.

    Dans la foulée, nous avons pu constater qu'en plein midi, par jour de grand soleil, deux des lustres de la salle des fêtes demeurèrent allumés, chacun avec une vingtaine d'ampoules … cette nouvelle équipe compte pourtant plusieurs écologistes, qui ne semblent pas très sensibles aux économies d'énergie (et budgétaires)."

    Eco26tLXgAE3khE?format=jpg&name=large

    Conseil du 10e arrondissement, le 11 juillet 2020 (source)

  • 14 Juillet : relâche

    14 Juillet : relâche

    EctkWjFWkAE6QMC?format=jpg&name=4096x4096

    Rue Richomme

  • Gare du Nord : et si l'annulation des Jeux olympiques était la solution ?

    La nouvelle est tombée la semaine dernière : après la seconde enquête publique, l'État, par l'intermédiaire de la préfecture de région, vient de donner son feu vert pour le permis de construire pour les travaux titanesques de la gare-du-Nord-centre-commercial 2024. Nous devrions donc voir apparaitre dans une gare du Nord agrandie un centre commercial géant estampillé Auchan, que nul ne réclame, au détriment des services aux voyageurs et des commerces du quartier. Un projet commercial qui d'ailleurs a une viabilité bien incertaine : les centres commerciaux qui ont récemment ouvert dans l'agglomération parisienne ne rencontrent pas le succès escompté par leurs promoteurs, loin de là, ce mode de consommation ne faisant pas figure d'avenir.

    Mais il n'est pas surprenant que ce permis ait été délivré en l'état, c'est à dire sans modification majeure par rapport à la première mouture, et ce malgré la forte opposition à ce projet de la part de nombreux acteurs (pétitions d'usagers, protestations d'associations de riverains et de voyageurs, tribune d'architectes...) et finalement de la mairie de Paris (une opposition bien tardive, après avoir d'abord agréé le projet), car au vu des délais - la gare devant être prête pour les jeux olympiques de 2024 - il était impossible à l'opérateur de concevoir un projet complètement nouveau, (s'il l'avait voulu, ce qui n'est pas le cas). Le choix était donc "centre commercial géant" ou... pas de gare rénovée pour les JO. L'État a donc fait son choix.

    Alors comment en sommes nous arrivés là ? Tout simplement à cause de ces fameux JO. Des Jeux olympiques dont l'engouement populaire reste à démontrer. Des Jeux olympiques dont beaucoup demandent l'annulation pour des raisons écologiques et/ou économiques. Il faut dire que la ville de Paris s'est piégée toute seule dans cette situation. En effet, en postulant et obtenant l'organisation des JO 2024, la ville a enclenché un processus législatif qui a engendré une loi d'exception pour préparer cet évènement sportif et commercial. Cette loi prévoit des mesures d'exception, comme le fait d'enlever à la ville ses prérogatives en matière de délivrance de permis de construire pour les équipements estampillés JO 2024, comme c'est la cas pour la gare du Nord. S'il n'y avait pas la perspective des JO, la ville aurait eu toutes latitudes pour faire modifier le projet et prendre le temps nécessaire à l'élaboration d'un projet autrement satisfaisant. Car n'oublions pas qu'un des principaux arguments pour la délivrance de ce permis en l'état est que le temps est compté pour justement livrer cet équipement public en temps et en heure.

    Et finalement, pour court-circuiter ce projet fou d'une gare transformée en centre commercial, si on annulait tout simplement les JO de Paris 2024 ? Provocateur ? Un peu, admettons-le. Absurde ? Pas tant que cela, lorsque l'on songe notamment aux échecs financiers pour les pays organisateurs qu'ont systématiquement été tous les derniers JO (pas pour la société privée à qui appartient l'évènement, qui elle engrange toujours de beaux bénéfices). Et c'est sans compter les leçons que l'actuelle crise sanitaire nous a enseignées, sait-on  s'il sera toujours opportun dans quelques années de brasser des dizaines de milliers de personnes venues du monde entier ?  Mais surtout, cela supprimerait de fait l'impératif temporel et rendrait caduque la loi idoine ; ainsi la mairie pourrait reprendre la main sur le dossier gare du Nord. Cela lui éviterait également une guerre judiciaire, à l'issue incertaine, que l'exécutif parisien a promis de mener pour mettre à mal le projet SNCF-Auchan après l'annonce de la délivrance du permis de construire. De plus, dans cette hypothèse, les investissements prévus pour les équipements des JO pourraient alors être beaucoup mieux employés en les consacrant, par exemple, à intensifier l'indispensable transformation écologique de la ville et des territoires concernés, la Seine-Saint-Denis en particulier. 

    Bien-sûr, annuler l'organisation des JO 2024 demanderait un courage politique certain, mais ce serait là un symbole fort, un acte visionnaire, allant vers les attentes des citoyennes et des citoyens en matière d'urbanisme et d'environnement. Car en matière d'environnement, les seuls Jeux olympiques écologiques possibles sont ceux qu'on organise pas. 

     

    IMG-20200712-150931.jpg

     

  • Vert Magenta

    Tout juste avant le deuxième tour des élections municipales, les pistes cyclables du boulevard de Magenta ont été "peintes" en vert (il s'agit en fait d'un revêtement similaire à celui des passages piétons, teinté dans la masse et appliqué avec un relief rugueux) et les passages piétons sont ainsi devenus bien plus visibles. Rendre visible la piste  cyclable devenait urgente sur cet axe, sa configuration* générant de plus en plus de conflits d'usage entre piétons et cyclistes notamment, sans oublier le stationnement sauvage très courant ici et excessivement dangereux pour les vélos. Notre association avait suggéré de longue date ce type d'aménagement, nous nous réjouissons de le voir réalisé. certes, le choix de couleur peut être discutable, il n'est pas le nôtre, mais ce ce qui est indiscutable, c'est l'effet très positif sur les comportements des usagers du boulevard que l'on peut constater sur cet axe.

    boulevard-de-magenta,10e,piste-cyclable,sécurité-des-piétons

    Les passages piétons sont plus visibles par les cyclistes

    Les personnes malvoyantes et même les rêveurs inattentifs y gagnent d'autant plus en sécurité qu'il semble que les cyclistes soient sensibles à ce marquage et respectent mieux les piétons. Et inversement les piétons visualisant mieux la piste cyclable s'y aventurent beaucoup moins. 

    boulevard-de-magenta,10e,piste-cyclable,sécurité-des-piétonsAux abords des arrêts de bus, la distribution des espaces est plus lisible

    Seul l'avenir dira si cette amélioration tiendra dans la durée, qu'il s'agisse du revêtement ou du comportement des usagers, et si d'autres pistes seront ainsi identifiées sans attendre les prochaines élections, nous pensons évidement au boulevard Barbès.

    boulevard-de-magenta,10e,piste-cyclable,sécurité-des-piétons

    Les traversées des voies automobiles sont matérialisées par un damier (qui ne semble pas bien résister au passage des bus et des voitures)

    boulevard-de-magenta,10e,piste-cyclable,sécurité-des-piétons

    Sur le boulevard Barbès, gris sur gris, la piste cyclable reste toujours invisible

     

    * Le boulevard de Magenta a été remanié en 2005-2006, passant alors de deux fois trois voies à deux fois deux voies. C'est alors que deux nouvelles rangées d'arbres d'alignement et deux pistes cyclables ont été créées sur les voies automobiles récupérées. Mais la mise à niveau des pistes cyclables sur celui du trottoir, qui aujourd'hui laisse penser à  tort à certains aujourd'hui que l'on aurait pris de l'espace aux piétons, va contribuer à créer de nombreux conflits d'usage entre piétons et cyclistes. Et si l'on ne regrette pas les 293 ormes plantés alors, on constate que ces plantations figent la configuration du boulevard et empêche d'imaginer un autre aménagement, à moins d'envisager d'abattre les arbres plantés il y a quinze ans, impensable. Matérialiser la piste cyclable par la couleur semble donc la solution la plus adaptée à cette configuration particulière (la même que le boulevard Barbès) pour sécuriser les circulations douces sur ce boulevard. Notons qu'on a abandonné depuis ce type d'aménagement de voirie à Paris.

    boulevard-de-magenta,10e,piste-cyclable,sécurité-des-piétons

    Le boulevard de Magenta avant son réaménagement, inauguré en mars 2006 et que nous connaissons aujourd'hui (source)

  • Avant-première au Louxor : Lucky Strike

    Mardi prochain, 7 juillet, le Louxor propose un film sud-coréen en avant première : Lucky Strike, de Yong-Hoon Kim

    L'histoire : un corps retrouvé sur une plage, un employé de sauna, un douanier peu scrupuleux, un prêteur sur gage et une hôtesse de bar qui n'auraient jamais dû se croiser. Mais le sort en a décidé autrement en plaçant sur leur route un sac rempli de billets, qui bouleversera leur destin. Arnaques, trahisons et meurtres : tous les coups sont permis pour qui rêve de nouveaux départs…

    "Lucky Strike, cocktail réussi de film noir et de comédie grinçante."
    Samuel Douhaire - Télérama

    "Ce nouveau thriller sud-coréen, qui marche dans les pas de Parasite, se déroule dans une ville portuaire non loin de Séoul et entremêle le destin de plusieurs personnages qui n'auraient jamais dû se croiser. Adapté d'un roman à succès du Japonais Keisuke Sone, le film rassemble un casting de vedettes coréennes dont Jeong Woo-Seong (Steel Rain, Le Bon la brute et le cinglé), Jeon Do-yeon (Secret Sunshine, The Housemaid), Bae Seong-woo (The King, Veteran) et Jeong Man-sik (Chronicle of a Blood Merchant)."
    Faustine Chevrin - Les Inrockuptibles

    Photo.jpg

    Pour éviter l'attente à l'entrée, vous pouvez réserver votre billet en ligne (cliquer ici)

     

    C'est où ?

    Le Louxor, 170 boulevard de Magenta, Paris 10e

    C'est quand ?

    Mardi 7 juillet 2020, à 19 h 45