Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

convivialité

  • Fête finale au Bois Dormoy

    Capture d’écran 2016-06-02 à 11.32.06.png

    L'association du Bois Dormoy vous invite à festoyer une dernière fois sous les arbres avant leur destruction annoncée pour cet été.

    Grand jour festif au Bois Dormoy le dimanche 5 juin 2016
    2 bis Cité de la Chapelle, 75018 Paris

    Vide-grenier, buvette, concerts et projections !
    De 10h à minuit !

    Dans la Journée : fanfare et buvette.

    De 19h à 22h : Concerts

    Soirée  : projection à la tombée du jour... de "Square Métropole" d'Estelle Fredet Documentaire, 2013

    Un kiosque à journaux au métro La Chapelle à Paris se transforme en petite tribune,  où les conversations s’animent sous l'impulsion des kiosquiers. Les battements de l’ailleurs résonnent ici plus fort que dans d’autres quartiers. Des passants s’arrêtent pour délivrer un message, les habitants s’installent dans les squares, le quartier se met à vivre...

    suivi de "Mademoiselle Paradis" de Marie-Laure Cazin Fiction, 2014

    Inspiré de faits réels, le film évoque la guérison controversée d'une jeune musicienne souffrant de  cécité nerveuse par Franz-Anton Mesmer, médecin viennois du XVIIIe siècle et pionnier de l'hypnose. Selon Mesmer, un fluide subtil et magnétique parcourt la nature, nos corps et l'univers tout entier...

    BOIS DORMOY.jpg

     

  • A vos boules au square Villemin

    Mais non, il ne va pas pleuvoir ! Et rien n'arrête les boulistes de toutes les façons...

     

    Affiche.jpg

  • Quartier Ramey-Clignancourt-Muller : Une drôle de réunion

    Lundi dernier avait lieu à la mairie du 18e la première réunion de suivi après la signature de la charte de vie nocturne le 10 mars. De quoi s'agissait-il ?

    Souvenez-vous du carrefour Ramey-Clignancourt-Muller, de l'animation qui y règne depuis une petite dizaine d'années, grâce aux bars et restaurants qui ont ouvert à l'intersection de ces trois rues et des incontournables soucis avec les riverains qui ont suivi l'interdiction de fumer dans les endroits clos. Nous écrivions sur le sujet dès décembre 2013 un article intitulé « Pour une cohabitation harmonieuse avec les riverains ».

    paris,clignancourt,bars,terrasses,médiation,vie-nocturne,convivialité,concertsMise en cause par l'un des protagonistes dans un long commentaire posté à la suite de cet article mais six mois plus tard, notre association avait accepté de participer aux réunions de médiation orchestrées par la mairie, au lendemain des élections municipales du printemps 2014. Le jeune élu chargé de la médiation, Mario Gonzalez (ci-contre), souhaitait entendre toutes les parties et, sans négliger les protestations locales qui avaient conduit à des fermetures administratives, très préjudiciables aux commerces, son intention était de rétablir les autorisations de terrasses en les encadrant.

    Comment évolue la situation ?

    A ce jour, la situation s'est clairement améliorée. Les autorisations de terrasses ont été restituées, moyennant des engagements des commerçants, comme la fermeture des portes à 22h30 pour éviter la diffusion de la musique, le repli des terrasses à minuit au lieu de 2h du matin en général, la présence de « chuteur » pour limiter les conversations fortes des clients, parmi les mesures souhaitées et adoptées dans la majorité des cas. Il est à noter toutefois que certains établissements ont beaucoup souffert de la diète appliquée, qu'ils s'en remettent doucement et que leur chiffre d'affaires ne leur permet pas de répondre positivement à toutes les requêtes de la charte. Ainsi en est-il de L'Attrape cœurs qui dispose d'un fumoir mais pas de chuteur. On pourrait croire que l'un compense l'autre, mais dès qu'il fait chaud les fumeurs préfèrent fumer dehors à l'air libre que dans le fumoir. Que faire ? S'entendre avec les voisins, tenter de limiter les éclats de voix, réduite le son de la sono... ou comme l'a fait L'Attrappe-coeurs supprimer ses concerts la mort dans l'âme.

    L'avenir

    Les patrons et gérants de bar défendent leur activité, ils ont fait des efforts pour récupérer leurs terrasses qui sont indéniablement un plus dans ce métier, ils continuent dans cette voie avec le secret espoir de repousser le repli des tables d'une heure. Leur argument est assez recevable en cette matière : ils disent que les clients assis à une terrasse font moins de bruit que les buveurs debout. Nous serions tentés de les croire.

    De son côté, Mario Gonzalez veut encadrer les éventuels débordements qu'il craint en période estivale. Une programmation musicale de qualité pour la fête de la musique serait un atout, la présence des Pierrots de la nuit avec des animations festives dans le style des arts de la rue estomperaient les craintes de l'élu. Sans doute à la satisfaction des riverains. Des affiches avec le logo de "Silence on fête" seront à nouveau distribuée. Des badges pour identifier les chuteurs sont en vue également. 

    paris,clignancourt,bars,terrasses,médiation,vie-nocturne,convivialité,concerts

    Que dire des riverains ?

    En dehors de notre association, qui tout en assistant aux débats autour de la charte signée en mars, n'en est pas signataire, les autres associations ou collectifs du quartier brillent par leur absence. Nous avons largement expliqué que nous n'étions pas à la source du conflit entre riverains et gérants de bars, encore moins à l'origine des fermetures administratives, expliqué aussi que nos adhérents du quartier se plaignent du manque de propreté mais pas du bruit — ce qui est lié à leur lieu de domicile peut-être. Malgré ces déclarations répétées, il se trouve un participant, représentant des commerçants, ou du moins qui semble parler en leurs noms, présent à toutes les réunions, qui remet notre parole en doute en permanence, dans le but d'opposer notre association à l'ensemble des commerçants. Dès lors on peut comprendre que ces derniers s'interrogent. En effet, des représentants de la contestation initiale il ne subsiste qu'une seule personne, appartenant au Collectif Clignancourt-Ramey-Muller, que nous avions représenté lors de la signature de la charte en mars, mais qui avoue parler en son nom. Certes, cette personne a changé son discours depuis les réunions de l'automne et c'est bien la preuve que les rapports se sont adoucis. Le porte-parole cité plus haut quant à lui affirme qu'il a contacté tous les habitants des immeubles environnants, qu'il s'engage dans la création d'une association réunissant commerçants et riverains, qu'il représente déjà l'association Clign'ensemble, la plus importante du quartier avec ses 500 adhérents, désormais satisfaits de la situation, et qu'il va le démontrer dans un questionnaire qu'il s'apprête à leur adresser dans les jours qui viennent. Feuille de route ambitieuse. Mario Gonzalez se déclare intéressé par la formule si elle est faite dans les règles de l'art. Pourquoi dans ce cas, les autres associations de riverains ne sont-elles pas présentes aux réunions ? Il est légitime que les bars s'irritent de ne pas trouver à qui parler. Qui dit médiation suppose qu'il y ait au moins deux parties, association ou collectif, en somme la partie qui a motivé les fermetures administratives et les suppressions d'autorisation de terrasses, afin qu'elle donne son avis.

    Qu'allions-nous faire dans cette galère ?

    Etant donné que nous ne sommes pas vus comme une association de bonne volonté, prête à recueillir des témoignages de riverains, y compris via notre blog, comme l'a fait le porte-parole de certains bars en juillet 2014, prête à participer à la médiation et au dialogue, mais plutôt comme un adversaire irréductible et mal-intentionné, nous nous interrogeons sur notre présence à l'avenir dans de telles réunions. Nous n'apportons rien, disons-le clairement, puisque nos adhérents ne se plaignent pas des bars ou résolvent leur problème directement.

    paris,clignancourt,bars,terrasses,médiation,vie-nocturne,convivialité,concerts

     

  • Raconte moi le textile .... à la Goutte d'Or

    En cas de fâcherie, rien de tel pour se réconcilier avec le quartier de la Goutte d’or qu’une visite guidée avec Jacky Libaud. C’est sur le thème du textile que portait la visite du samedi 22 novembre – organisée par l’Institut des Cultures d’Islam – mais Jacky propose aussi des parcours historiques et politiques de la Goutte d’or, ou encore des visites de jardins.

    Ce guide peu conventionnel – il est jardinier et paysagiste de formation initiale – connaît le quartier dans ses moindres recoins, ainsi que son histoire. Et l’on apprend ainsi, en le suivant, que ce n’est pas un hasard si la Goutte d’Or compte aujourd’hui tant de petites entreprises textiles, mais un héritage : sur les 48.000 habitants recensés en 1903 (contre 20 à 25.000 aujourd’hui), l’habillement employait plus de 9.000 personnes (à comparer aux 4.400 travailleurs du bâtiment). C’était une industrie familiale, d’origine polonaise, russe ou roumaine le plus souvent, dont beaucoup de juifs fuyant les pogroms. Marque discrète de cette histoire, la plaque des boutons Lalande et Colin, toujours visible au 8, rue Myrha. Au 3, rue Myrha, se trouvait  aussi une teinturerie de plumes qui s’occupa  notamment des tenues de Mistinguette (vous pouvez voir quelques images ici).

    Plaque Lalande et Collin.jpg

    Plaque Lalande et Collin

    Aujourd’hui, le textile est dominé par les Africains de l’Ouest – Mali, Sénégal, Mauritanie – mais aussi des Maghrébins, arrivés à la Goutte d’Or après la seconde guerre mondiale, juifs et musulmans mêlés. Et enfin, de plus en plus de nouveaux venus, provenant d’horizons très différents, à l’instar de la Brésilienne Marcia De Carvalho installée rue des Gardes à la faveur de la rénovation du quartier.

    Baebes mon amour.jpg

    Rue des Gardes


    Le textile reflète bien le caractère composite du quartier : mélange de nationalités (patrons pakistanais, travailleurs africains ou autres combinaisons bi ou tri-nationales) ; gamme commerciale étendue (tissus ou habits, mais aussi bagages et musique) ; provenance variée des produits (Wax de Hollande et de Chine)…

    Avec Jacky, vous ferez aussi la connaissance des personnages du quartier, discrets ou hauts en couleur, à l’instar du « Bachelor », alias Jocelyn, qui tient la boutique Connivences de Château-Rouge. Haut représentant parisien de la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) d’origine congolaise, Jocelyn propose des vêtements colorés, spécialement conçus pour ses pairs sapeurs. Et distribue généreusement d’optimistes slogans : « Pour rompre la monotonie vestimentaire de Paris, avec nos couleurs d’enterrement, il faut se faire plaisir. Oui, j’ai la prétention de m’aimer! et c’est grâce à ça que je vous aime tous ».

    Jocelyn et Jacky.jpg

    Jocelyn (à gauche) et Jacky (à droite)


    Des visites guidées sont prévues tout au long de l’année. Pour vous inscrire, voyez le site de l’ICI ou l’agenda, à gauche du site.

    Voici quelques photos glanées lors de cette visite. Retrouvez le diaporama complet sur la page Facebook des Amis d'Action Barbès.

    paris,goutte-d-or,convivialité

    À la Cave de Don Doudine, on trouve aussi les bijoux de Fanny Kachintzeff

    paris,goutte-d-or,convivialité

    Dans la vitrine de « Textiles en tous genres »

    paris,goutte-d-or,convivialité

    Rue des Poissonniers

  • Vous n'oubliez pas....

    ... notre apéritif de quartier demain soir, dès 19 heures, à la brasserie L'Ambroise Paré, devant l'entrée principale de l'hôpital Lariboisière ! 

    paris,barbès,convivialité,association

    Nous vous y attendrons pour faire connaissance avec l'association, l'équipe de rédaction de notre blog et tous les anciens et nouveaux adhérents. A demain ! 

  • Un apéritif de quartier pour faire connaissance

    ActionBarbès,Paris,Barbès,convivialité

    Cliquez sur l'image pour télécharger et agrandir

     

    Ouvert aux adhérents et aux personnes qui souhaitent connaître l'association.

  • On peut encore s'amuser APRES la rentrée

    L'affiche de la Ville de Paris qui vante les plaisirs d'une rentrée festive au bord du canal indique le dimanche 8 septembre... 

    Nous nous sommes trop précipités pour vous fournir l'info...

    ATTENTION et PATIENCE

    ce n'est que DIMANCHE PROCHAIN LE 8 septembre

     

    Programme:

     

    dès 14h: jeux, quizz, ateliers éco-responsables et préventionhele organisés par une dizaine d'associations du 10è sur le quai Valmy (Face au Jardin Villemin)

    à partir de 16h: guinguette au kiosque du Jardin Villemin organisée par le Club seniors de la GAB (CASVP)

    17h30: remise des lots par tirage au sort parmi les participants au kiosque.

     

     
  • Pensez au conseil de quartier ce soir

     

    Juste un rappel : le conseil de quartier Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul se tient ce soir à l'école Belzunce, dès 19 heures. L'équipe d'animation vous proposera de vous installer en petits groupes autour des galettes et des bolées de cidre, afin que chacun puisse exprimer ses attentes dans un cadre plus "cosy", mais surtout faire des propositions constructives pour améliorer la vie de tous dans le quartier. C'était une préoccupation dans l'équipe d'animation, celle de rompre avec la litanie des critiques tous azimuts, stopper la livraison d'idées clé-en-main et des réponses marquées du sceau de la mairie, l'intention de ne plus répondre aux questions que peuvent se poser légitimement les habitants du nord 10e, mais de leur proposer d'y réfléchir eux-mêmes et peut-être de trouver des pistes de réponses. Un vrai challenge. 
    A charge ensuite aux élus de répondre dans un prochain conseil de quartier aux suggestions entendues.
     

     

    Ne les décevez pas, venez et participez à ce remue-méninges !

    Le programme dans notre article du vendredi 11 janvier, et l'on vous avait dit de vous inscrire....

    paris,lariboisière-saint-vincent-de-paul,galettes,convivialité,démocratie-locale

  • Place Turgot, le conseil de quartier vous invite à imaginer votre quartier

    Le Conseil de Quartier Trudaine-Rochechouart et la Mairie du 9e organisent une fête de quartier, à laquelle vous êtes cordialement invité le :

    Samedi 8 décembre 2012 de 11 H à 13 H 30

    Place Turgot

     Au programme de cette matinée festive : une animation ludique de sensibilisation et d’échanges, pour tous les âges sur le thème « imaginer votre quartier en 2020 », dégustation de boisson chaude avec animation musicale.

    L’organisation de cet événement est une initiative des habitants du quartier regroupés au sein du Conseil de Quartier qui est un espace convivial de rencontres et d’échanges entre habitants et usagers de l’arrondissement.

    paris,trudaine-rochechouart,place-turgot,convivialité

     

  • La brasserie de la Goutte d'Or

    images?q=tbn:ANd9GcTTjY9dMTDRtZnvuXCNuJAbLUZV_t_LgkhqE9rnayE-ubs1gSnxYhzgx5gQui est allé boire une pinte à la nouvelle brasserie de la Goutte d'or ? Vous vous souvenez tous de l'ancien café social "Les lectures gourmandes" installé au 28-30 rue de la Goutte d'Or, angle rue des Gardes. Il est resté un certain temps derrière des vitres badigeonnées qui occultaient l'intérieur.  Puis, après des travaux et des accords avec la ville, une brasserie est née... avec une inauguration le 5 octobre dernier. 

    L'excellent article du Dixhuit-Info paru l'année dernière donnait en avant-première tous les détails de l'opération pilotée par Thierry Roche, brasseur à la Goutte d'Or. Sa brasserie a été inaugurée il y a quelques mois et nous n'avons pas encore trouvé le temps de nous y rendre. L'aventure est pourtant assez singulière pour qu'on s'y arrête. Et même pour qu'on y aille en groupe goûter la boisson.... 

    Vous qui habitez à côté et qui avez testé le lieu et la bière, donnez nous vos impressions !

    images?q=tbn:ANd9GcQjQJYM3RwEZ67_RZ-tPPIkkmiDqFbMl5vPd32nJAOp7IuoqDVY5w527771_393532980716623_1293209330_n.jpg