Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Liaison des deux gares

    Vous le connaissiez sous le nom de projet "Balcon vert" mais il change de nom (Tripôles) et de proportion. Ou plus exactement, il est intégré dans un ensemble plus vaste. Le projet de liaison entre les gares de l'Est et du Nord renait de ses cendres et une large concertation préalable à sa finalisation est lancée. Nous avons rencontré le 2 février l’agence  Respublica-conseil avec des membres des équipes d’animation de conseils de quartier concernés. De quoi s'agit-il ?

    paris,sncf,stif,gare de l'est

    Avec cette agence, le Syndicat des Transports d'Ile de France (STIF) lance, du mardi 28 février au vendredi 31 mars 2017, une grande concertation auprès des riverains et des voyageurs. Chacun peut exprimer ses attentes, donner son avis. Cela peut se faire sous différentes formes : par le biais d'un site web Le grand Paris des gares - Liaison gare du Nord gare de l'Est, par l'envoi d'une carte réponse à détacher d'un dépliant, par la participation à des rencontres, voire même à des ateliers de travail avec l'équipe du projet. Tout cela est parfaitement indiqué sur le site web dédié à cette concertation (certes sur des points limités), petit frère du site lancé pour la concertation à propos des bus parisiens et qui renferme lui aussi une masse d'informations très intéressantes. Un boîtage est prévu dans un large périmètre, du canal Saint-Martin à Barbès et Louis-Blanc. 

    Quatre rencontres de terrain seront destinées aux voyageurs (voir les dates sur le site). Les riverains ne sont pas oubliés et pourront donner leur avis le 11 mars de 9h30 à 12h dans le hall de la gare de l’Est pour une présentation en 3 temps : présentation en salle, visite de terrain et debriefing. Le 28 mars, ce sera à la mairie du 10e de 19h à 21h sur l’aménagement du lien de surface. Une rédaction du bilan de la concertation sera présentée dans quelques mois.

    Vous pouvez télécharger le dépliant Liaison Gare du Nord Gare de l'Est avec son carton réponse et bien d'autres documents sur la page médiathèque.

  • Une scène inhabituelle dans la Goutte d'Or

    Le 27 février dernier, une scène inhabituelle s'est déroulée dans la Goutte d'Or. L'action se passe rue Myrha, en plein après-midi, devant des passants médusés : la grue d'enlèvement 10.24 de la préfecture de police opère à déloger deux véhicules garés sur un emplacement réservé aux livraisons. Scène rare dans le quartier et encore plus rue Myrha.

    Mais cessons là la blague pour remarquer que la préfecture semble enfin tenir compte des attentes des riverains qui se plaignent du peu d'action contre le stationnement illicite et sauvage dans le quartier de la Goutte d'Or. Nous avions signalé ce problème récurrent au Préfet lors de de la dernière réunion d'information au commissariat du 18e arrondissement le 20 février. Mais si nous pouvons saluer cette action, il est à noter que la tâche est ardue et mérite un effort soutenu.

    000IMG_5583.JPG

    Rue Myrha, lundi 27 février 2017, 16h37

    En effet, au même moment, à deux rues de là, rue Francics Carco, nous pouvions constater que cette petite voie interdite à la circulation motorisée et a fortiori au stationnement, pas moins de cinq véhicules transformaient la rue piétonne en parking. Scène habituelle dans la Goutte d'Or.

    00unnamed.jpg

    Rue Francis Carco, lundi 27 février 2017, 16h09

  • Circulation gare du Nord : nouvelle expérimentation

    Voilà plus d'un mois que la circulation aux abords de la gare du Nord a été modifiée, à titre expérimental pour le moment. Nous avions suivi de près les changements mis en place en septembre 2015 (voir notre article du 7 septembre de cette même année). Rapidement, des riverains de la rue de Compiègne impactée par les modifications avaient alerté le maire de l'arrondissement (voir notre article du 11 avril 2016).

    Concerts de klaxons, non respect du stationnement obligatoire en sous-sol (dépose gratuite de 20 minutes), déchargement des clients de VTC et taxis n'importe où etc..., il fallait revoir la copie. L'adjoint à la maire de Paris Christophe Nadjovski, interpellé fréquemment sur Twitter, a donc repris les négociations avec la SNCF et la préfecture de police. La partie piétonne, située entre la rue de Compiègne et la rue Saint Quentin, a été alors réouverte à la circulation avec possibilité de stationnement de 10 minutes comme l'indique ce panneau.

     

    paris,paris 10e,gare du nord,vtc,taxis,staionnement

    On notera l'interdiction de stationner et le panneau 10 min. Peut-être pas très clair pour l'automobiliste et la porte ouverte à une certaine mauvaise foi ? Ce qui est certain, c'est qu'après observation sur place, la limitation dans le temps n'est pas respectée. On s'en serait douté !

     

    paris,paris 10e,gare du nord,vtc,taxis,staionnement

    Cette zone entre la rue de Compiègne et la rue Saint-Quentin est donc repassée en zone 20 avec priorité aux piétons. Là encore, le message passe mal auprès des automobilistes qui ne font pas vraiment attention.

    On constate aussi que les VTC continuent à stationner rue de Compiègne, que les clients descendent souvent n'importe où. Mais que faire contre de tels agissements ? La vidéo-verbalisation n'est de toute évidence pas dissuasive.

    paris,paris 10e,gare du nord,vtc,taxis,staionnement

    Une adhérente de cette rue nous a fait part du manque de signalétique claire pour indiquer aux automobilistes qu'ils peuvent tourner à droite et à gauche et qu'il y a une dépose minute à droite. Les klaxons sont moins fréquents mais n'ont pas complètement disparu. C'est malheureusement le lot de nombreuses rues encombrées. A quand une campagne de la Ville pour rappeler l'interdiction de klaxonner bien présente dans le code de la route ?

    Et quid d'une large réflexion sur les abords de la gare ?

  • Le point sur la propreté dans le 18e

    La "Commission propreté"  s'est tenue à la mairie du 18e le 21 février dernier. Cette réunion, entre « spécialistes » (pas publique donc) fait régulièrement le point sur les problèmes de propreté, sur les efforts faits et les résultats atteints. Toutes ces choses ne correspondant pas toujours malheureusement.

    Dans cette commission, présidée par Gilles Ménède, adjoint au Maire chargé de la propreté, en présence de Boccar Diallo du cabinet du Maire et de la responsable de la division territoriale de la Direction de la propreté et de l’environnement (DPE) Mélanie Jeannot, les représentants des conseils de quartier se réunissent ainsi pour rapporter les caractéristiques de leur quartier, signaler les points noirs, entendre ce qui a été fait, peut être fait…

    Au programme des opérations de sensibilisation et de nettoiement accru — on avait cru comprendre il y a de cela quelques semaines, qu’on ne déploierait plus autant d’énergie sur ces actions… — sur des secteurs ciblés en 2017, dont une entre la Goutte d’Or et la place de la Chapelle, à la mi-avril. On devrait retrouver dans le périmètre traité les rues des Gardes, Myrha, Polonceau, Jessaint et même une partie de la rue Marx-Dormoy. Nous avons demandé d’y inclure le pourtour du square Jessaint et la rue de Tombouctou. Et d’avoir une rallonge pour les squares Léon, Saint-Bernard et Bashung, qui doivent bénéficier d’un traitement amélioré à cause de la présence des enfants. La demande n’est pas encore validée,  mais Gilles Ménède s’est engagé à faire son possible pour associer les « jardins et espaces verts » à l’opération. Ce sera une première pour une telle opération, donc attendons la confirmation.

    Certains sont désormais très dubitatifs sur l’efficacité des actions de sensibilisation. On y perdrait du temps, de l’énergie et des moyens tant humains que financiers. Il faut pourtant bien montrer ce qu’il faut faire, verbaliser quand cela est nécessaire, et continuer dans le sens de l’éducation vers un respect de l’environnement. Sinon, on fait quoi ?

    Nous avons aussi entendu parlé des bornes « Trilib ». Kesako? (voir article du Monde du 7 décembre 2016). Cinq d’entre elles sont implantées dans la Goutte d’Or. Il faut bien avouer que les premiers résultats sont mitigés. Le premier bilan de collecte est encourageant toutefois, même si la box destinée à collecter les cartons sert un peu de poubelle. Le carton ou les cartonnages sont-ils des concepts si difficiles à appréhender ? Nous posons la question. Sans doute, certains emplacements pourront être modifiés. On n’est un peu moins dans la catastrophe des tout débuts, ce qui prouvent que les habitants apprennent… et que le ramassage suit : il est effectué 4 fois par semaine (4 passages de camion à chaque fois, un par élément (verre, carton...), alors oui ça se remplit vite et beaucoup d'indélicats posent des encombrants ou des ordures ménagères autour, mais les trilib ne font que concentrer ces dépôts qui se faisaient ailleurs, ils n'en sont pas la cause. De plus, la mairie ne fait pas d’angélisme, elle constate que ce n'est pas parfait et qu'il faut effectuer des changements significatifs. Rappelons que cette opération est expérimentale est qu'elle est vouée à être perfectionner.

    paris,paris 18e,dpe,tri sélectif

                                                                     Bornes Trilib rue Saint-Luc

    paris,paris 18e,dpe,tri sélectif paris,paris 18e,dpe,tri sélectif

                                                                     Bornes Trilib rue Doudeauville


    Des nouvelles colonnes de collecte du verre en vue : trois dans la Goutte d’Or. Une sur la placette Polonceau qui devrait être aménagée bientôt dans le cadre des budgets participatifs de 2016; cela ne nous a pas paru une bonne idée, la mairie était elle-même réservée sur cet emplacement, et nous avons suggéré qu’on la mette plutôt sur l’espace libre de la rue de Polonceau là où elle longe le square Léon. Cela devrait se faire si les conditions techniques sont remplies à cet endroit. Nous suivrons l’avancée de cette demande. Une deuxième est prévue à l’angle des rues des Poissonniers et Poulet, et la dernière au croisement des rues de Chartres et de la Charbonnière.

    Avant la fin de la réunion, nous avons demandé que le conteneur pour la collecte de vêtements et textiles qui est placé contre la grille de l’église Saint-Bernard, soit déplacé tout en restant à proximité, afin de respecter ce monument historique. Il semble que la chose soit réalisable.

  • Place Jan-Karski : le projet prend forme

    Ce mardi 21 février, la mairie du 10e a organisé à l'école élémentaire Louis-Blanc une réunion publique pour présenter le projet d’aménagement de la place Jan-Karski. Un projet qui résulte des différentes réunions de concertation qui se sont tenues depuis près d’un an. L’aménagement de cette place avait été l’un des projets retenus par les habitants dans le cadre du budget participatif de 2015. Il représente un budget de 700 000 €, auquel s’ajoutera le projet de végétalisation des voûtes au-dessus des voies SNCF qui complétera l’aménagement de la place, mais qui n’est pas encore finalisé.

    Aménagements et modifications

    Les principaux objectifs du projet retenu sont de redonner de la place aux piétons, en réduisant de 70% la surface consacrée à la chaussée et d’accroitre les espaces végétalisés (+50% et plantation de 2 arbres supplémentaires). Une autre priorité a été de supprimer la voie de transit qui permettait de rejoindre la gare de l’Est en traversant la place par la rue Philippe de Girard. La circulation dans la partie de cette rue, comprise entre la place et la rue de l’Aqueduc, sera inversée et deviendra une « zone de rencontre »  (circulation à 20 km/h et priorité aux piétons). Cette question de modification de la circulation a fait l’objet  de remarques de quelques habitants craignant que cela ne provoque des embouteillages supplémentaires.
    L’aménagement de la place permettra une traversée directe et sécurisée pour les piétons et comportera des espaces ludiques pour les enfants (marelles au sol, jeux divers…) ainsi que des assises sur le bord des espaces verts pour se reposer.

    paris,paris 10e,voirie,louis blanc


    Une préoccupation a été formulée par plusieurs personnes, à savoir la nécessité de veiller au bon entretien de l’espace. Les élus ont rappelé que tout nouvel aménagement bénéficie d’une surveillance particulière et que la nouvelle brigade de lutte contre les incivilités dont les effectifs seront renforcés sera opérationnelle à la livraison de cet aménagement. Et du mobilier urbain pour éviter le stationnement sauvage et l'intrusion de véhicules est au programme : accroches vélo, corbeilles et, s'il le faut, potelets.


    Les travaux démarreront à l’automne 2017 et dureront 4 à 5 mois. Le Maire a aussi précisé qu’à la livraison de cet aménagement, il sera procédé à l’inauguration de cette place avec sa dénomination officielle, à savoir place Jan-Karski.

    Pour voir l'ensemble de la présentation, cliquez sur l'image ci-dessous:

    paris,paris 10e,voirie,louis blanc

     

    Enregistrer

  • Est-ce ainsi que les femmes vivent ?

    Tel est le thème du prochain concert organisé le dimanche 5 mars prochain à 16h30 au Phonomuseum Paris, à deux pas de Barbès boulevard de Rochechouart.

    On y écoutera des chansons poétiques et réalistes interprétées par Isabelle Servol, chant, accompagnée par Mathieu Geghre au piano.

    La chanson « réaliste » a surtout été popularisée au cours de l’entre-deux guerres par des interprètes féminines comme Fréhel, Damia ou même Edith Piaf, et les thèmes récurrents de ces chansons traitaient de sujets dramatiques, imprégnés d’une noirceur certaine et très souvent inspirés par le quotidien des quartiers populaires de Paris. « La chanson de Margaret » qui a pourtant été écrite au début des années 50, est véritablement à la frontière entre cette chanson dite réaliste et la chanson à texte qui connaîtra son essor à la fin des années 50 et au début des années 60. - Pierre Mac Orlan -

    Vous pouvez consulter le programme complet de ce concert ainsi que des informations supplémentaires sur la page Facebook du musée du son enregistré.

    En avant goût, une petite vidéo d'Isabelle Servol

     

  • Opération "Barbès respire" : premier bilan un mois après

    Presque un mois après le début de la mise en place de l'opération surnommée "Barbès respire", le préfet de police Michel Cadot a souhaité présenter un premier bilan et échanger avec les associations du quartier Barbès-Chapelle.

    Nous ne reprendrons pas tous les chiffres déjà annoncés par Jacques Rigon, chef de district lors de la réunion à laquelle nous avions participé fin janvier (voir nos articles du 4 février et du 7 février).

    La rencontre a eu lieu au commissariat central du 18e avec Action Barbès, SOS Chapelle et le collectif d'habitants du boulevard Barbès.

    paris,paris 10e,paris 18e,zsp-barbès-chateau-rouge,préfecture de police,marché barbès,vente à la sauvette

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite