Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des vélos pas chers : le bon filon

    Bourse aux vélos à Paris 14e aujourd'hui le 30 avril

    place-aux-velos-4b5a8.jpg

    Organisée avec le soutien de la mairie du 14e.

    Lieu : le parvis de la mairie du 14e, place Ferdinand Brunot à Paris.

    Le principe est toujours le même, le voici résumé tel que sur le site de MDB

    • vous voulez vendre un vélo, vous venez ce matin de 10h à 12h30
    • vous voulez acheter un vélo, vous venez l’après-midi entre 14h et 18h

    Vous êtes disponible et vous voulez donner un coup de main pour l’organisation ? Contact

    Faites de la publicité autour de vous (chez votre marchand de vélos, votre magasin préféré, sur votre lieu de travail ou auprès de vos amis…) !

    Vous trouverez également sur le site de la bourse un atelier de marquage Bicycode et un stand MDB pour vous informer sur le vélo et répondre à toutes vos questions.

    Plus d’informations sur le site de MDB (Mieux se déplacer à bicyclette)

    Et nos mairies d'arrondissement 9e, 10e et 18e seraient elles favorables à l'organisation d'un tel événement ?

    Nous avons les pistes cyclables sur chacun des boulevards de notre quartier, plus ou moins satisfaisantes selon la densité des piétons et l'espace où elles ont été situées, mais elles sont disponibles et les rues environnantes, bien que pentues pour la majorité, sont accessibles aussi. Pourquoi ne pas essayer de favoriser encore un peu plus ce mode de déplacement, dont la médecine nous dit le plus grand bien pour les personnes et qui contribue, ne l'oublions pas, à alléger l'air parisien de tous les gaz et particules fines qui le rendent irrespirable par moment..

  • Nombreuses interventions lors du conseil de quartier Lariboisière le 27

    paris, gare-de-l-est, 10e

     Le thème de l'errance autour des gares, les deux que possèdent le quartier, gare de l'Est et gare du Nord, a débouché sur de nombreuses interventions autour de la toxicomanie et de l'hébergement des plus démunis, qu'ils soient tombés dans la drogue ou non.

    Nous vous proposons ici un compte rendu que nous espérons fidèle. Ceux qui ont assisté mercredi soir à la réunion sont très gentiment sollicités pour donner leur avis, faire des commentaires, rectifier s'ils pensent que nous n'avons pas rendu l'intégralité des propos. Le blog doit servir à cela aussi.

    Nous avons apprécié les propos d’Alexandra Cordebard, à qui la conclusion de la réunion incombait en tant que première adjointe au maire du 10e. Revenant sur les critiques à mi-voix entendues au cours des débats, quand il s’agissait de savoir qui de la ville ou de l’Etat était responsable de la quiétude de nos quartiers, elle a déclaré qu’en effet, les solutions étaient politiques et qu’elle  s’autorisait à le dire clairement. Les missions d’ordre public et d’aide aux plus démunis sont du ressort de l’Etat, et  la Ville n’a pas les moyens ni juridiques, ni financiers, de pallier toutes les carences. Toutefois, elle a affirmé que la volonté de l’équipe municipale, maintes fois démontrée, était d’éviter la « double peine » aux habitants du 10e, d’un côté, leur éviter les désagréments liés à la présence concentrée de l’errance et de la toxicomanie et de l’autre, faire le maximum pour venir en aide aux personnes tombées dans l’errance et la toxicomanie. Les solutions passent par un travail de fond et si possible coordonné entre les différents acteurs de terrain et les donneurs d’ordre ou bailleurs de fonds. L’idéal serait un mano a mano ville-état… Elle a souligné toutefois que cette collaboration existe entre la mairie du 10e et le commissariat de police du 10e, qui reste très à l’écoute de la problématique, bien qu’il ait subi une perte de 10% de son effectif.
    Pour ce qui est du problème de la toxicomanie,  on ne l’efface pas pour toujours quelles que soient les méthodes choisies ; tous les pays, toutes les villes y sont confrontés, il appartient à l’humanité, il a existé de tout temps, comme l’avait dit Pierre Leyrit un peu plus tôt.

    Lire la suite

  • Conseil de quartier Lariboisière-Saint-Vincent-de-Paul

    • Errance autour des gares, 
    • Quelles solutions? 

     Tel est le thème du prochain conseil de quartier Lariboisière-Saint-Vincent-de-Paul, qui se tiendra

    le mercredi 27 avril, à 19H, à l'école élémentaire Belzunce.

    Avec les intervenants suivants : Patrick Jud, référent social à la SNCF du projet Hope in Stations (voir ici la présentation du projet tel qu'elle a été faite en janvier dernier dans le cadre de la Commission Solidarité Interquartiers du 10e) et Sylvie Le Bars de l'Agence Nouvelle des Solidarités actives, en présence d'Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris chargée notamment de la lutte contre l'exclusion.

    gobelet-et-verre-plast-000145301-4.jpg

    Lors de cette prochaine séance publique, ouverte à tous, un verre de l'amitié réunira les participants pour plus d'échanges et de discussions dans un cadre moins formel, à la fin de la réunion.
    .
    .
  • Aux urnes, Parisiens ! l'histoire politique de la Ville depuis la 3e République



    L’histoire de la capitale se confond avec la grande histoire politique de la France, dont elle est à la fois le cœur et le poumon. Mais c’est aussi le lieu d’une histoire spécifique, dont il est passionnant d’inventorier les figures emblématiques, les forces, les groupes, les partis, les sensibilités diverses, mais aussi les traditions, les rituels, les valeurs, les enjeux et les symboles particuliers, et bien sûr les moments, les rendez-vous majeurs qui ont rythmé la vie parisienne depuis l’avènement de la démocratie.

    Exposition en 4 grandes parties

    Paris révolté 1880-1914
    Paris divisé 1918-1944
    Paris libéré 1945-1977
    Paris incarné 1977-2001

    L'exposition est ouverte à tous, gratuite, et visible dans la Mairie du 10e du 4 avril au 31 mai 2011

    Du lundi au vendredi de 9h30 à 17h00
    Nocturne le jeudi jusqu’à 19h30
    Samedi de 9h30 à 12h30

    - Le Comité d’histoire sur le site : Paris.fr

    Visites-conférences de l’exposition sur rendez-vous : 01 40 28 18 20 ou par mail : sg.histoire@paris.

    Mairie du 10ème (salle des fêtes)
    72, rue du Faubourg Saint-Martin - 75010 Paris - M° Château d'Eau
  • Bravo à l'équipe de la Propreté de ce vendredi

    paris, propreté, delta, jet, trottoirOui, bravo à l'équipe de la Propreté de Paris, section 9e, qui oeuvrait ce matin dans la rue du Delta. Ils sont passés à 11h15, après la collecte des ordures ménagères.

    Nous dénoncions les inconvénients et les avantages de l'ordre de passage de ces deux équipes dans un précédent article, en fait exactement la semaine dernière, le vendredi 15. Nous ne sommes pas prétentieux au point de croire que notre article a changé quelque chose dans les usages de la  DPE, mais suffisamment honnêtes pour remarquer et dire quand les services travaillent bien. Ce matin, c'est le cas. L'agent qui maniait le jet à haute pression l'a même orienté du milieu de la chaussée vers le caniveau pour y concentrer les détritus laissés là par la benne.

    Merci à eux, car les rues de Paris souffrent rapidement de la chaleur et de l'absence de pluie...

    Pourtant - sans vouloir jeter le discrédit sur ce travail - il reste une quantité impressionnante de mégots de cigarettes dans le caniveau, car l'eau ne coule pas en même temps que le trottoir est lavé.

    Est-ce par économie que le robinet n'est pas ouvert ? et que l'eau n'entraîne pas les résidus du lavage vers la bouche d'égout ? Ou bien existe-t-il là aussi un problème de synchronisation des actions ? La question est posée.

    Il n'en reste pas moins que les actions de la Ville en direction des bureaux, sociétés, restaurants, cafetiers, etc. sont un peu en panne. On ne voit pas beaucoup de cendriers de rue sur nos trottoirs même si ceux-ci ne sont pas soumis à taxation pour occupation de l'espace public.

  • Travaux nocturnes de pompage à la station Barbès

    Si vous habitez tout près de la station de métro Barbès Rochechouart et que, la nuit dernière, votre sommeil a été troublé par des bruits non identifiés, il s'agit peut-être de ceux qu'ont généré les travaux de pompage de l'entreprise SANITRA. C'était dans la nuit du 20 au 21 avril, donc la nuit dernière, entre minuit et 4h30, et ce sera identique la nuit prochaine. Pas d'angoisse donc, rien que du pompage...

    Et la Préfecture de police a donné son autorisation.

    paris, 18e, barbès, métro,

     

  • Le point sur les déchets et la propreté dans notre quartier

    Nous vous proposons de visionner la vidéo du SYCTOM, l'agence métropolitaine des déchets ménagers, pour faire le point sur l'état du tri sélectif des ordures ménagères en Ile-de-France.  Vous reconnaîtrez au cours de cette présentation notre interlocuteur de la Mairie de Paris, l'adjoint au maire chargé de la Propeté, François Dagnaud, qui est aussi président du SYCTOM. Souvenez-vous, en 2008, nous lui avions adressé des cartes postales de notre quartier.... Il nous répondait à l'époque qu'une rue propre est d'abord une rue qu'on ne salit pas.

    Juste 7 minutes d'information sur la situation :
    ce qu'il faut faire, ce qu'il ne faut pas faire, pourquoi, dans quel but ?

    Si nous avons un peu avancé depuis lors, grâce notamment à plusieurs réunions du Comité de pilotage Barbès qui consacre une bonne partie de son temps à réfléchir à comment améliorer la situation des abords de la station Barbès, et la qualité de l'environnement dans les rues adjacentes, chacun de nos interlocuteurs accepte nos critiques et admet que tout n'est pas parfait. De notre côté nous reconnaissons qu'un dispositif est en place, avec des passages réguliers et nombreux des agents de la DPE et des engins à leur disposition. Un constat est toutefois bien encombrant : celui des horaires de nettoiement. Nous avons compris que le personnel ne se sent pas en sécurité quand il s'agit de nettoyer dans notre quartier passée une certaine heure matinale. Il y a trop de monde sur les trottoirs, il y a trop de monde tout court.  Les agents ne se sentent pas à l'aise, ils craignent de déranger des trafics, ils craignent des réactions brutales. Le maire du 18e et la section locale de la DPE ont confirmé des incidents et déplorent les demandes de mutation vers des quartiers moins peuplés, plus tranquilles...

    De la même façon, les inspecteurs, dont la tâche est de rappeler les usages de respect de l'environnement et les normes de civisme toutes simples (on n'urine pas au pied des piliers, on ne jette pas ses déchets au sol, etc.), voire de sanctionner et de verbaliser quand ils le jugent nécessaire, les inspecteurs, donc, ne se sentent pas en capacité de le faire sans une protection policière.

    Oserons-nous dire que nous sommes mal partis ? Que se passe-t-il dans  notre société pour qu'un agent municipal se sente menacé dans le cadre de sa mission ? La violence est-elle à ce point devenue le seul recours pour exprimer un sentiment, un désaccord, une colère ? Et de quelle colère peut-il bien s'agir devant un homme en vert muni d'un balai ou d'un jet d'eau ?

    Pour revenir à nos trottoirs, le nettoyage a donc lieu le matin pour les rives sud du carrefour Barbès, entre 8h et 10h  et le soir après la fermeture des magasins de l'autre côté. Naturellement, la grande foule qui circule sur nos boulevards (Barbès, Rochechouart, Magenta et La Chapelle), est surtout là pour les nombreux magasins qui s'y succèdent. Les nombreuses heures de circulation piétonne intense de l'ouverture à la fermeture desdits commerces, la présence fréquente de distributeurs de flyers (pub, promo, voyance, etc), la permanence des vendeurs de cigarettes et les trafics de toutes sortes font que rues et trottoirs sont sales toute la journée et propres la nuit pour les uns, le matin pour les autres.

    Et nous voyons mal comment la situation pourrait évoluer.

  • la vitesse en question dans les rues de Paris

    Le conseil de Paris (28-29 mars 2011) a évoqué et débattu des nuisances liées à la voiture et à la vitesse autorisée dans Paris, et également sur le périphérique. Les nuisances sonores de jour comme de nuit pour les habitants des immeubles situés à proximité du fameux boulevard circulaire ne sont plus à démontrer. Il semble que des études récentes aient confirmé que même pendant l’été ou pendant les vacances scolaires le niveau sonore ne faiblit pas. Limiter la vitesse sur le périphérique pour en limiter les conséquences sonores relève de la Préfecture de police. En ce qui nous concerne, - car notre association se sent un peu loin des problèmes des habitants aux abords des périphériques et suffisamment comblée par les problèmes locaux -nous relevons la très bonne remarque d’Annick Lepetit, adjointe au maire de Paris chargée des transports : « Si, déjà, on pouvait faire respecter la nuit la vitesse autorisée, ce serait bien. »

    A qui le dites-vous ? Madame l’adjointe au maire de Paris…  C’est tout pareil pour les étalages et les terrasses : on crée un règlement, on le vote, mais qui vérifie son application ? Faut-il donner d’autres exemples ?

    Quoi qu’il en soit la municipalité se félicite d’avoir réduit d’un quart la circulation automobile polluante en dix ans, et pense pouvoir continuer en ce sens. Elle se propose notamment  d’étendre la limitation à 30 km/heure près des écoles et dans les zones commerciales très denses. Annick Lepetit le souhaite aussi pour le cours de Vincennes, et pourquoi pas rue de Rennes et avenue de Clichy, des voies promises au réaménagement. Elle veut également encadrer le stationnement en ajustant les tarifs, et promouvoir le paiement par carte bancaire. Le taux de paiement du stationnement serait de 7% seulement, du fait du montant très peu dissuasif des amendes à 11 euros et du peu de verbalisation. Bertrand Delanoë le fait remarquer au Préfet de police…

    Si vous souhaitez écouter précisément le communiqué du Maire de Paris sur "De nouvelles mobilités pour un Paris regagné", il est en ligne ici juste après une minute de silence en hommage aux victimes japonaises de Fukushima.

  • 75 boulevard de Magenta : une action rapide des services de la DU

    Le 8 mars, journée des Droits de la femme, nous avions envoyé la photo de la devanture du 75 boulevard de Magenta aux élues de l'arrondissement. Voir notre article du 10 mars. Olga Trostiansky, Alexandra Cordebard, Elise Fajgeles et Hélène Duverly  avaient répondu le jour même à notre appel et fait suivre aux services concernés : commerce et urbanisme.125108855.JPG

    paris, 10e, magenta, enseigne, DVD, image-sexiste,

     

     

    Depuis lors, nous avons surveillé  la façade de cet immeuble haussmannien, étonnés de l'indifférence de ses habitants.

    Un mois plus tard, la devanture a été quelque peu modifiée, preuve que lorsque les services veulent agir rapidement, c'est possible. Certes, on a hérité maintenant d'une « soubrette », pas mieux côté image de la femme. La photo est plus paris, 10e, magenta, enseigne, DVD, image-sexiste,discrète. Il y a encore bien des actions à mener pour faire évoluer les esprits...

    Appréciez au passage la modernité du balai en fibres de coco ! 

     

    DU = Direction de l'Urbanisme

  • Rue sale ? Manque de cohérence entre les actions de nettoiement ?

    Une fois de plus ce vendredi, nous avons vu passer l'équipe de lavage au jet à haute pression avant la collecte des ordures ménagères. Nous voulons bien entendre que les équipes ont chacune leur mission, que la coordination n'est pas simple, qu'il faut compter avec les malades, les congés, les défections, les embouteillages, que sais-je encore ? mais soyons francs, qui peut penser que le trottoir fraîchement lavé - parfois il n'est que mouillé par le jet, qui balaye la largeur du trottoir entre chaussée et immeuble, dans un mouvement de balancier - donc qui peut penser que le trottoir restera dans cet état après le passage de la collecte. Ce n'est pas que ces équipes fassent mal leur travail. Non, elles le font plutôt bien, mais à l'inverse de ce qui devrait se faire. C'est un peu comme passer l'aspirateur avant de faire les poussières sur les meubles avec un plumeau ! (même si le plumeau est un peu désuet, je le concède...)


    Cela n'a pas manqué ! 10h45 Dans le quart d'heure  suivant la collecte est passée. Puis quinze minutes plus tard encore, 11h08, la voiturette d'eau à haute pression pour le second trottoir qui aura eu plus de chance, puisqu'il sera lavé APRES la collecte.

    paris,9e,propreté,dpe,lavage-du-trottoir,collecte-des-omparis,9e,propreté,dpe,lavage-du-trottoir,collecte-des-omparis,9e,propreté,dpe,lavage-du-trottoir,collecte-des-omparis,9e,propreté,dpe,lavage-du-trottoir,collecte-des-omAvec les élus, nous acceptons le fait que laver et laver encore n'est peut-être pas l'unique solution, il faudrait aussi salir moins, mais dans ce cas, initions les agents de la DPE à ce principe aussi. Nous n'aimons pas dénoncer, pourtant il faut dire que les déchets qui tombent malencontreusement des bacs quand on les manipule restent au sol, la plupart du temps. Ce qui déborde des corbeilles de rue quand les sacs en plastique sont changés, idem. En conséquence, quand le lavage est déjà passé, ces résidus restent jusqu'au prochain lavage.... au mieux jusqu'au prochain balayage.

    Ajoutez à cela la disparition des concierges (je préfère concierge à gardien qui ne reflète pas la réalité des genres et qui historiquement n'est pas correct, la concierge parisienne, c'est la bignolle !) qui nous manquent pour tous les services qu'elles rendaient à la collectivité, et le petit coup de balai final.