Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hébergement

  • la location de courte durée, un fléau pour le parc locatif parisien

    La question de la location de courte durée avait été abordée, un peu trop brièvement sans doute, lors d'un conseil de quartier Lariboisière Saint Vincent de Paul l'hiver dernier

    Les appartements parisiens, particulièrement les petites et moyennes surfaces, se transforment au fil du temps et des vagues touristiques en chambre d'hôtes, B&B, ou location de courte durée. Les facilités qu'offre l'Internet pour en faire de la publicité, tous les sites où il est possible de placer une petite annonce immobiière pour un coût très modique, et le retour sur investissement rapide des agences de location qui se sont engouffrées sur ce marché ont fait progresser cette tendance ces dernières années de façon inquiétante. 

    paris,location,courte-durée,immobilier

    Pourquoi s'en inquiéter, demandez-vous ? N'est-il pas préférable de louer pour quelques semaines par an un bien immobilier plutôt que de le laisser vide et inhabité ? Certains diront que ces quelques revenus fonciers peuvent aussi aider à l'entretien, etc... Oui, certes. Pourtant quand on y réfléchit quelques instants, on observe plusieurs inconvénients de taille à ce type de location.

    - une rotation plus fréquente des locataires,

    - une présence de personnes de passage souvent moins respectueuses des normes de bon voisinage

    - la sortie du logement du parc des appartements loués pour de longues durées

    - l'influence à la hausse de la location courte sur les prix de l'immobilier parisien

    - l'influence sur le commerce de proximité qui pâtit de la disparition progressive des habitants permanents...

     Voici des chiffres qui vous donneront certainement envie d'en savoir plus !

    42 000 annonces en ligne et 20 000 locations de courte de durée

     On les trouve dans le rapport de l'Atelier Parisien d'Urbanisme. Cliquez ici.

    Et voici un exemple des tarifs pratiqués. On comprend mieux pourquoi les étudiants ne peuvent plus se loger à Paris....

    paris,location-courte-durée,immobilier

     _/_/_/_/

    Une communication aux lecteurs du blog d'Action Barbès

    " Lecteurs de ce blog, partagez les articles qui vous intéressent avec vos amis sur Facebook. Un petit logo vous attend en fin d‘article.  Une page Facebook « Les amis d’Action Barbès » est ouverte. Ne manquez pas de vous y exprimer librement et de partager en direct quelques informations sur notre carrefour préféré.

               Vous avez aussi la possibilité d’insérer des photos. "

  • Nombreuses interventions lors du conseil de quartier Lariboisière le 27

    paris, gare-de-l-est, 10e

     Le thème de l'errance autour des gares, les deux que possèdent le quartier, gare de l'Est et gare du Nord, a débouché sur de nombreuses interventions autour de la toxicomanie et de l'hébergement des plus démunis, qu'ils soient tombés dans la drogue ou non.

    Nous vous proposons ici un compte rendu que nous espérons fidèle. Ceux qui ont assisté mercredi soir à la réunion sont très gentiment sollicités pour donner leur avis, faire des commentaires, rectifier s'ils pensent que nous n'avons pas rendu l'intégralité des propos. Le blog doit servir à cela aussi.

    Nous avons apprécié les propos d’Alexandra Cordebard, à qui la conclusion de la réunion incombait en tant que première adjointe au maire du 10e. Revenant sur les critiques à mi-voix entendues au cours des débats, quand il s’agissait de savoir qui de la ville ou de l’Etat était responsable de la quiétude de nos quartiers, elle a déclaré qu’en effet, les solutions étaient politiques et qu’elle  s’autorisait à le dire clairement. Les missions d’ordre public et d’aide aux plus démunis sont du ressort de l’Etat, et  la Ville n’a pas les moyens ni juridiques, ni financiers, de pallier toutes les carences. Toutefois, elle a affirmé que la volonté de l’équipe municipale, maintes fois démontrée, était d’éviter la « double peine » aux habitants du 10e, d’un côté, leur éviter les désagréments liés à la présence concentrée de l’errance et de la toxicomanie et de l’autre, faire le maximum pour venir en aide aux personnes tombées dans l’errance et la toxicomanie. Les solutions passent par un travail de fond et si possible coordonné entre les différents acteurs de terrain et les donneurs d’ordre ou bailleurs de fonds. L’idéal serait un mano a mano ville-état… Elle a souligné toutefois que cette collaboration existe entre la mairie du 10e et le commissariat de police du 10e, qui reste très à l’écoute de la problématique, bien qu’il ait subi une perte de 10% de son effectif.
    Pour ce qui est du problème de la toxicomanie,  on ne l’efface pas pour toujours quelles que soient les méthodes choisies ; tous les pays, toutes les villes y sont confrontés, il appartient à l’humanité, il a existé de tout temps, comme l’avait dit Pierre Leyrit un peu plus tôt.

    Lire la suite