Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

stationnement-illicite

  • L'opération Barbès Respire se poursuit

    Nous en sommes déjà à la 3e réunion avec le chef de district, Jacques Rigon, et les associations du quartier Barbès-Chapelle, réunion qui a commencé comme à chaque fois par un bilan chiffré des actions menées. (voir notre précédent article du 14 mars). 

    Quelques chiffres

    • Eviction de vendeurs à la sauvette : un peu plus de 16000

    • Procès verbaux simplifiés de saisie - destruction : 972 pour 10 tonnes de marchandises

    • Total des arrestations : 764 dont 46 concernant la vente illicite de cigarettes

    • PV pour stationnement illicite et infraction à la circulation: 3100

    • Enlèvements de voitures ou camions: 85 (essentiellement les jours de marché). Pour ce faire, des grues sont utilisées.

    A noter que des procès verbaux ont enfin été dressés le dimanche 19 mars pour des véhicules en stationnement sous le viaduc du métro, ce que nous demandons depuis des années!

    Enfin, un réseau de ventes de cigarettes a pu être démantelé avec une saisie de 356 paquets et 12000€ en numéraire. Une belle opération dont se félicite la préfecture et suivie d'arrestations et de mises en détention.

    Rappelons que ces chiffres se cumulent depuis le 23 janvier (pour comparer avec les chiffres précédents, voir notre article du 14 mars ).

    On ne peut donc pas dire qu'il ne se passe rien à Barbès et à La Chapelle. Nous croisons souvent des équipages à pied ou en vélo dans tout le secteur concerné. Des opérations ont lieu régulièrement. Pour autant, les retours de nos adhérents et des lecteurs du blog sont encore mitigés. Mais on part de tellement loin...

    Des ajustements en cours

    Pour éviter l'installation des sauvettes les jours de marché en fin de matinée, une brigade est désormais présente à 13h au lieu des 14h30  pour prendre le relai de l'équipe du matin. Lors d'une réunion récente à la préfecture, il a été demandé à la RATP de veiller à ce que des vendeurs ne s'installent pas à l'intérieur de la station. La suppression des peignes et le changement des grilles qui entourent la station ont bien été confirmés pour avril.

    Vous avez peut-être remarqué la disparition des croix de Saint-André entre le kiosque à journaux et la chaussée côté 18e. Il s'agit là de ne plus permettre aux vendeurs de toute sorte de les utiliser comme sièges devant la sortie à peignes. On réfléchit aussi au mobilier urbain. D'autres lieux pourraient subir le même sort notamment à La Chapelle.

    Placette Charbonnière, là aussi, il s'agit de déranger les trafics et notamment le marché aux voleurs quotidien de la fin d'après-midi. Une brigade est généralement sur place (sauf urgence) tous les jours pour occuper l'espace.

    paris,paris 10e,paris 18e,préfecture-de-police,ventes-à-la-sauvette,marché barbès,verbalisation,stationnement-illicite,mineurs isolés

    Continuons notre balade vers l'est avec le pont "aux pigeons" juste au-dessus du square Jessaint. C'est parfois une zone de repli pour les sauvettes et une réflexion est donc en cours à la mairie du 18e pour une occupation de cet espace très dégradé. Puis place de la Chapelle et haut de la rue Marx Dormoy, une brigade, comme pour la placette Charbonnière, est désormais présente entre 18h et 20h30. Là aussi, il s'agit d'assurer une présence, de circuler aux abords de la place et d'aller à la rencontre des commerçants. "On veut faire respirer les habitants " a martelé Jacques Rigon.

    La forte occupation par des groupes d'hommes du square Louise de Marillac a abouti à sa fermeture, une fois de plus. Les enfants du quartier ne sont pas gâtés en ce moment avec le square Jessaint qui n'a pas encore réouvert ses portes. Encore un peu plus loin, des habitants se plaignent d'une nouvelle occupation de migrants rue Pajol. On peut légitimement se poser la question de leur non prise en charge dans le dispositif de la porte de la Chapelle.

    Nous avons aussi évoqué l'état des lieux autour de la salle de consommation pour usagers de drogue et une situation qui semble s'être dégradée d'après des riverains. Ce n'est pas notable d'après notre interlocuteur. Nous vous en dirons un peu plus dans notre article à venir sur la réunion du Comité de voisinage qui s'est tenue le 21 mars.

    Notre prochain rendez-vous prendra probablement la forme d'une marche exploratoire, une bonne idée.

     

  • Un panneau décoratif?

    Sur le boulevard de la Chapelle, à l'emplacement du marché, il est une disposition qui pourrait apporter quelques occasions de verbaliser à bon compte et en peu de temps. Qu'on se le dise au sein des brigades d'agents verbalisateurs !

    Paris, paris 10e, paris 18e, marché barbès, stationnement-illicite

    Si l'on considère le panneau planté bien en vue sur le trottoir à mi-parcours de l'espace réservé au marché des mercredis et samedis, on peut lire ceci :

    • que tout automobiliste qui stationnera son véhicule sur ces emplacements entre minuit et 18h30 le mercredi et le samedi s'exposera à un enlèvement.

      Avant l'enlèvement, on peut déjà verbaliser en journée ...

    • que les véhicules d'approvisionnement sont attendus entre 5h et 14h30, voire 15h le samedi. Mais le reste du temps, c'est à dire entre minuit et 5h, et au-delà de 15h et jusqu'à 18h30, ils n'ont rien à y faire.

     

    Il nous semble qu'un espace dégagé de tout véhicule de marché ou pas, après 14h30 le mercredi et 15h le samedi, sur le terre-plein et les bas-côtés, faciliterait largement la tâche de la brigade des marchés à la Propreté de Paris, et que l'environnement y gagnerait beaucoup.

    Pourquoi afficher des règles, des injonctions, des menaces, si rien n'est fait pour qu'elles soient respectées ? Ou rarement, car il faut noter qu'un effort a été fait à l'automne. Mais, comme avec les enfants, si la règle n'est pas un minimum observée dans le temps, la bonne habitude d'un instant retombe dans l'oubli.

    Pour être précis et ne pas évoquer des délits imaginaires — qui nous seraient reprochés dare dare — , les véhicules de particuliers sont plutôt rares aux heures dites, en revanche il y a beaucoup de petites estafettes, qui arborent un carton derrière le pare-brise où il est marqué «véhicule du marché » sans qu'aucune autorisation n'apparaisse, comme cela est pourtant la règle. Quand on vous dit que ce marché a besoin d'être remis dans les rails pour que la réglementation soit respectée, que les marchands trouvent une place pour stationner quand ils sont en droit d'en disposer, que les clients circulent librement et en toute sécurité, qu'ils trouvent des produits de qualité proportionnellement à leur attente, et ainsi de suite.... Du travail sur la planche d'ici à l'été 2018, soit à la fin de la 1ère tranche de travaux de rénovation du sous viaduc prévue par la RATP et qui commencera en juillet 2017.

  • De signalement de voitures en signalement de voitures sur les trottoirs...

    … ont fini par susciter des interrogations chez les destinataires des messages !

    De même que nous avons transmis au cabinet du préfet et à l'adjoint de la maire de Paris chargé des déplacements de nombreux signalements d'autocars de tourisme stationnés sur les aires de livraison ou sur les ponts des voies ferrées de notre quartier, un de nos adhérents a trouvé une autre méthode pour attirer l'attention. Il a crée un blog de photographies sur Tumblr, entièrement dédié aux voitures sur les trottoirs du quartier de la Goutte d'or où il réside.

    Vous avez envie de regarder ? Son nom est Les trottoirs aux voitures, un titre un peu polémique, en effet.

    paris,goutte-d-or,voirie,trottoirs,stationnement-illicite,tumblr

    Il n'aura pas fallu de longues semaines pour que la mairie du 18e, toujours attentive aux nouveaux vecteurs de l'information, remarque le blog aux photos provocatrices. 

    Bientôt le tweet suivant de Christophe Najdovski laissait entrevoir un espoir et une amélioration pour les piétons :  

    Capture d’écran 2015-06-11 à 00.45.44.jpg 

    Puis sont entrés dans la danse les voeux, d'abord en conseil d'arrondissement du 18e, un voeu présenté par l'opposition municipale et largement inspiré du texte de notre adhérent..., repris par tous, puis présenté au conseil de Paris et miracle ! voté à l'unanimité lors des séances des 29 et 30 juin. 

    On vous raconte la suite un peu plus tard.... : teasing ^_^ --> Il était une fois dans la rue Myrha.

     

  • Quand les voeux ne sont pas que pieux !

    Nous vous avons parlé récemment de l'action militante d'un de nos adhérents du 18e à l'encontre des voitures stationnant sur les trottoirs de la Goutte d'or. Cela a commencé par une interpellation des élus lors d'une réunion consacrée à l'urbanisme en avril dernier. Voir la compilation de photos qui illustrent si bien cet envahissement par les automobiles Les voitures aux trottoirs.

    Dans un premier temps, après des échanges de tweets, l'adjoint à la maire de Paris chargé des transports, Christophe Najdovski, s'était engagé à faire implanter des potelets qui protègent le passage des piétons dans la rue Myrha, peut-être une des voies les plus encombrées. Puis le 15 juin, lors du conseil d'arrondissement, le parti Les Républicains a déposé un voeu largement inspiré du combat de notre adhérent.. 

    Voici le texte de ce voeu : 

     

    Séance du Conseil du 18e arrondissement du lundi 15 juin 2015

    Vœu déposé par les élus du Groupe Les Républicains et citoyens indépendants relatif au stationnement des véhicules sur les trottoirs et les passages piétons.

    Vœu à la maire de Paris et au préfet de police 

    Considérant le nombre toujours plus important de véhicules qui stationnent sur les trottoirs et les passages piétons en particulier dans le secteur de la Goutte d’Or Château Rouge ;

    Considérant que ce phénomène génère une gêne certaine pour les piétons, et plus particulièrement pour les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite et celles avec des poussettes et de jeunes enfants ;

    Considérant les risques évidents d’accident pour les piétons ;

    Considérant que la maire de Paris et le préfet de police ont la responsabilité d’assurer chacun en ce qui le concerne la sécurité des Parisiennes et des Parisiens, de faire respecter les règles du stationnement, tant en ce qui concerne les places réservées aux livraisons que celles réservées aux automobilistes ;

    Considérant que la répression indispensable des infractions n’est pas suffisante ;

    Considérant que des aménagements urbains sont nécessaires pour empêcher physiquement le stationnement illicite des véhicules sur les trottoirs ;

    Considérant que la concertation avec les riverains, commerçants et associations est indispensable ;

    Les élus du Groupe Les Républicains et citoyens indépendants demandent à la Maire de Paris et au préfet de police :

    - De mener une campagne de sensibilisation dans le 18e arrondissement et plus particulièrement dans le secteur de la Goutte d’Or Château Rouge sur les dangers du stationnement illicite et sur le nécessaire partage du domaine public entre les automobilistes et les piétons.

    - De mener une étude en concertation avec les riverains, commerçants et associatifs pour mutualiser la recherche de solutions les mieux adaptées et les plus efficaces pour empêcher physiquement le stationnement illicite des véhicules en particulier sur les trottoirs.

    - D’accroitre les contrôles pour verbaliser les infractions au code de la route

     

    Sa lecture n'a pas laissé indifférent les autres formations. Le groupe des écologistes EELV du 18e avec lequel une visite de terrain a été organisée fin mai a proposé un amendement : remplacer les potelets par des jardinières notamment sur le parvis de l'église Saint Bernard — on en attendait pas moins des Verts ! — et revoir le sens de circulation de la rue Myrha.

    Sur ce dernier point, si nous voulions tirer la couverture, un peu, nous dirions que notre article du 29 mai dernier sur les itinéraires malins, n'est pas complètement étranger à cette attention soudaine pour la Goutte d'Or.

    Puis vint le Conseil de Paris de fin juin et début juillet.... Le vœu amendé déjà adopté à l'unanimité par le conseil d'arrondissement du 18e y a été adopté également à l'unanimité, avec un commentaire de l'adjoint chargé des transports et de la voirie, Christophe Najdovsky qui avouait que des interpellations sur les réseaux sociaux l'avaient poussé à agir d'emblée pour des travaux urgents rue Myrha... "... J'ai moi-même été saisi sur les réseaux sociaux de cette question depuis plusieurs semaines, et j'ai demandé à la section territoriale de voirie de programmer l'installation de potelets anti-stationnement sauvage dans la rue Myrha..."

    … ou de l'utilité de Twitter !

    paris,goutte d'or,potelets,stationnement-illicite

    Comme le montre cette photo, la pose des potelets programmée du 29 juin au 10 juillet a commencé et concerne la portion de la rue Myrha entre les rues Stephenson et Léon. Cela est néanmoins insuffisant. Une visite sur le terrain avec un membre du cabinet d'Eric Lejoindre, maire du 18e, a été organisée et il a été question d'inclure la partie de la rue Myrha entre la rue Léon et la rue des Poissonniers. Nous attendons avec impatience de voir si ce sera effectif.

    paris,goutte d'or,potelets,stationnement-illicite

     

  • Un bravo pour l'efficacité du commissaire du 18e

    Image 1.jpg

    Comme nous, vous avez vu pendant des mois cette camionnette blanche taguée, abandonnée, visiblement, le long de la station de métro Barbès-Rochechouard. Malgré des signalements répétés auprès des interlocuteurs habituels de la mairie du 10e, rien n'y faisait. Ancrée, et bien ancrée, elle ne bougeait pas. 

    Alors que nous le savions pertinemment — la voirie et la gestion du terre plein du boulevard de La Chapelle sont sous la responsabilité des autorités du 18e — pourquoi ne nous sommes-nous pas tournés vers le 18e tout de suite ? Mystère. Pourtant les enlèvements récents opérés par la préfecture sur le pont au-dessus des voies de la gare de Nord a provoqué chez nous un sursaut de lucidité. 

    Image_2.jpg

    Plusieurs véhicules d'enlèvement, de chaque côté du viaduc, un grand coup de balai qui a du en surprendre plus d'un ! Profitant de l'occasion, nous avons adressé un nouveau signalement au commissaire central du 18e qui a été suivi dans un délai record par l'enlèvement de la camionnette blanche. Une fois n'est pas coutume : bravo, Monsieur le commissaire Bouard, et merci de votre efficacité. 

  • Des nouvelles du quartier Louis Blanc

    paris,barbès,goutte-d-or,louis-blanc,police,consommation-d-alcool,stationnement-illiciteNous nous intéressons régulièrement aux différents conseils de quartier du 10e ; il faut dire que les sujets évoqués sont souvent proches de ceux du quartier Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul et du quartier Goutte d'or Château rouge. La plènière du CQ Louis Blanc de mars dernier en est un exemple et certains points glanés dans le compte-rendu, qui nous est parvenu ces jours-ci, intéresseront nos lecteurs.

    Le partage de l'espace public : un sujet qui revient souvent dans nos colonnes. C'est un thème récurrent et sans grande avancée. Voilà ce qu'en disent les habitants :

    - un grand nombre d'infractions, d'incivilités liées à des occupations indues de l'espace public

    paris,barbès,goutte-d-or,louis-blanc,police,consommation-d-alcool,stationnement-illicite- du stationnement intempestif dans le quartier La Chapelle

    - la présence de scooters sur les trottoirs (devant les commerces de scooters)

    - la consommation d'alcool le soir sur l'espace public

    Le commissaire Grinstein, arrivé récemment dans le 10e, était invité. Il avait accepté de rencontrer Action Barbès, dans son commissariat de la rue Louis Blanc en février, pour faire connaissance (voir notre article ici). il sera probablement présent lors de la réunion de rentrée du conseil de quartier Lariboisière à l'école Belzunce.

    Ses réponses varient peu. Pour le stationnement illicite, des opérations de verbalisation sont effectuées rue Louis Blanc - pas devant le commissariat, bien sûr, la rue Louis Blanc traverse le périmètre du CQ pour se terminer à la place de La Chapelle - notamment avec des demandes d'enlèvements, mais la situation se dégrade dès le départ des policiers. Pour les étalages non autorisés, la DPP (direction de la prévention et de la protection) est habilitée à verbaliser, rappelle le commissaire. Or, nous savons combien cette direction manque d'effectifs pour être vraiment efficace.

    Pour les problèmes de consommation d'alcool, il faut savoir que le quartier Gare du Nord-La Chapelle est frappé d'une interdiction de vente après 21h par arrêté préfectoral. Pour verbaliser, le commissaire explique qu'il faut disposer d'une preuve ou d'un témoignage précis. Par ailleurs, le montant du PV est peu dissuasif. Et encore fait-il aussi que les consommateurs soient solvables.

    Des arguments que nous connaissons bien ; ils sont les mêmes côté 18e.

    Et pourtant, à toujours dire qu'on ne peut rien faire, qu'on n'en a pas les moyens, ou que la réponse judiciaire est trop lente ou inadaptée, à ne pas réagir faute de mission clairement définie, il semble que les policiers ne se sentent plus investis d'une autorité incontestable. Et les délinquants ne le perçoivent pas autrement. Il n'est pas rare de voir un groupe de policiers traverser un autre groupe de buveurs, largement alcoolisés, urinant au besoin le long dun mur, ou encore écarter des vendeurs à la sauvette qui ne se cachent pas vraiment pour poursuivre leurs affaires.... Pourquoi se gêner dans ces conditions ? C'est l'image de la police qui en prend un coup ! Et notre environnement qui se dégrade...