Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

incendie

  • Ne perdez pas le nord, ne paniquez pas

    paris,urgenceQuel numéro composer… en cas d'accident, d'incendie, de danger

    Le 112, numéro unique d'appel européen pour l'ensemble des services de secours qui sont interconnectés, afin de permettre un gain de temps dans la transmission des informations. Ce numéro ne se substitue pas aux autres numéros d'urgence mais présente l'avantage d'être commun à l'ensemble du territoire de l'Union Européenne. 

    le 18, numéro d’appel des sapeurs-pompiers en charge notamment des secours d’urgence aux personnes, des accidents, des incendies... ;

    Le 15, numéro d’appel du Samu en charge des problèmes urgents de santé et du conseil médical ;

    Le 17, numéro d’appel de la police ou de la gendarmerie en charge des problèmes de sécurité et de l’ordre public ;

    - Le 115, numéro d’appel du Samu Social en charge des personnes présentant une détresse sociale (personne sans-abri, exposée aux intempéries…).

    Lire la suite

  • Gare aux incendies

    La semaine dernière on a du déplorer un nouvel incendie rue d'Hauteville. Après qu'une épaisse fumée noire avait fait disparaître pendant un long moment l'église Saint-Vincent de Paul quelques jours plus tôt, d'une manière peu engageante, comme le décrivait Le Parisien le 6 mai déjà. Il s'agissait d'un départ de feu en sous-sol, un véhicule dans un parking privé... Sommes-nous cernés à plus ou moins brève échéance par de potentiels incendies ? La probabilité est bien là.

     

    Immeuble du 38 boulevard de Sébastopol (Paris 1er) ravagé par un violent incendie le 20 décembre 2013 (cf. vidéo Le Parisien)

    paris,incendie,protection,détecteur-de-fumée 

    arton1570.jpgLes statistiques indiquent qu'un incendie se déclare en France toutes les deux minutes, ce sont donc 250 000 incendies au total et Paris n'échappe pas à ce risque. C'est pourquoi des mesures préventives doivent être prises rapidement et qu'elles concernent tout un chacun. Certes, il faut être vigilants sur les installations électriques : petit à petit les plus vétustes disparaissent avec la rénovation de l'habitat. Il faut aussi adopter de bons réflexes : ne pas laisser des appareils électriques branchés inutilement, veiller à ce que les fils d'alimentation ne chauffent pas, etc... Et enfin, il faudra au plus tard — mais pourquoi ne pas le faire d'ores et déjà — le 8 mars 2015 installer dans chaque appartement un détecteur de fumée, de son vrai nom détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF).

    Le site de la mairie de Paris livrait ses jours-ci sur son site paris.fr un article très détaillé sur cette obligation, des conseils d'achat et tout ce qu'il faut savoir pour se mettre en conformité avec la loi.

    Lisez cet article en cliquant ici.

     

    paris,incendie,protection,détecteur-de-fumée

     

    Et voyez les bons gestes face à un départ d'incendie sur cette vidéo de Conso Mag.


    Conso Mag : que faire face au feu ? par territoiresgouv 

    Pour davantage d'informations sur l'habitat, visitez le portail du Ministère du Logement et de l'Egalité des territoires. Une mine de renseignements s'y trouve. C'est là.

     

    paris,incendie,protection,détecteur-de-fumée

  • Incendie d'un algéco du Louxor à Barbès

    Vers 20h hier soir, un algeco du chantier du Louxor stationné le long de la station de métro Barbès-Rochechouart, sur le boulevard de la Chapelle, a pris feu. Les pompiers sont intervenus rapidement, bloquant la circulation et interdisant l'accès également aux piétons après extinction du feu. Des précautions dues à la présence d'une bonbonne de gaz dans l'algéco. La zone est restée un bon moment sous surveillance policière. Un incendie surprenant à une heure où personne du chantier n'est plus sur place. 

    paris,barbès,louxor,incendie,algéco

    A plusieurs reprises, les vendeurs à la sauvette avaient été empêchés de s'installer sous le viaduc, là où se tient le marché dans la matinée, et refoulés également de la rue Guy Patin dans l'après-midi. Se peut-il qu'il s'agisse d'un geste de protestation, ou simplement d'un acte de malveillance d'une toute autre origine ? Nous saurons rapidement si une enquête est diligentée. La police scientifique dépêchera t-elle ses experts ? Espérons en attendant qu'il n'y ait pas eu de matériel trop précieux pour les ouvriers du chantier.

  • Marchands de sommeil: encore de l'avenir...

    Les marchands de sommeil continueront-ils encore longtemps à dormir sur leur deux oreilles?            C'est un thème bien sinistre qui revient régulièrement lorsqu'une catastrophe arrive. Toujours le même constat. Des immeubles insalubres, des logements hors normes. Dernier évènement grave : celui de Saint-Denis. Là, on est dans le spectaculaire. L'ensemble de l'immeuble était dans un état d'insécurité totale, sans eau et occupé en grande partie par des squatteurs. La panique a fait le reste. 

    paris,ile-de-france,insalubrité,risques,sécurité,incendie,marchands-de-sommeilMais si on veut bien se donner la peine de regarder près de chez soi, peut-être même chez soi... ils sont encore nombreux ces petits propriétaires de chambres de bonne insalubres avec un simple point d'eau sur le palier à laisser s'entasser (il n'y a pas d'autres mots) des « locataires ». Ce sont des hommes dans une très large majorité et qui souvent ne sont pas en règle sur notre territoire. Ils ne pourront donc rien dire des conditions dans lesquelles ils vivent, sans doute déjà contents d'avoir un toit. Comment font-ils la cuisine? Comment se chauffent-ils? Avec une bonbonne de gaz interdite, avec des radiateurs vétustes. Comment s'étonner dès lors de ces accidents à répétititon ?

    En effet, ce n'est donc pas une fatalité et le maire de Saint-Denis, au lendemain de l'incendie de la rue Gabriel Péri, n'a pas hésité à mettre en cause les propriétaires de logements insalubres et les marchands de sommeil : "ce drame n'est pas un accident", mais le fruit "d'une délinquance organisée, très rentable, qui exploite la misère humaine."

    Doit-on fermer les yeux sur ce que l'on voit sous les toits, voire même sous nos toits, ou parfois même dans des caves? Doit-on laisser ces marchands de sommeil venir relever les compteurs en fin de mois, comme font certains ? Il y va sans doute de la conscience de chacun d'entre nous. Qui sont-ils d'ailleurs ? On trouve quelques réponses dans l'article paru le 28 septembre dans 20 Minutes. On trouve des profils très différents : des propriétaires sans scrupules qui se "construisent" à la fois un patrimoine immobilier et une affaire rentable de location sans déclarer le moindre revenu, des propriétaires qui répugnent à laisser inoccupées des surfaces à peine habitables mais ne reculent pas à transgresser l'interdiction de louer ces logements trop petits ou hors normes de sécurité, des petits propriétaires qui n'ont pas forcément de gros moyens et qui, inconscients des risques, ne font pas face aux travaux de rénovation ou de mise en sécurité de leurs biens. 

     Rappel de la loi pourtant sévère avec ces bailleurs

    Les marchands de sommeil louent des chambres insalubres ou à des prix trop élevés. Ils encourent cinq ans de prison, 150 000 € d'amende et la confiscation des biens. Depuis 2010, ils risquent une astreinte journalière de 50 à 500 € s'ils ne réalisent pas les travaux nécessaires.

    Il serait intéressant d'en savoir plus, notamment le nombre de procédures engagées contre ce phénomène et le niveau des peines appliquées. On aimerait que le procès de Marseille pour un cas d'école remue les consciences et fasse peur aux marchands de sommeil, quels qu'ils soient.

    A lire dans Le Monde du 28 septembre 2012, c'est ici.

     

    Une autre entrée dans ce problème relève des arrêtés municipaux d'insalubrité. Les villes ont l'obligation d'inspecter leur bâti et d'alerter les propriétaires quand c'est nécessaire, puis de leur enjoindre de faire des travaux d'urgence. Mais trop d'arrêtés d'insalubrité sont classés sans suite.

    "L'Ile-de-France en première ligne en matière d'insalubrité. Le constat est dressé par l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France (ARS-IDF), qui indique que la région francilienne regroupe 30 % à 45 % des logements «indignes» sur son territoire. "

    Lire la suite dans le Parisien du 30 septembre qui souligne que "près de 177.445 logements du parc privé étaient en 2010 considérés comme potentiellement indignes".

    On n'est pas sorti de l'auberge... mais des actions judiciaires sont néanmoins encourageantes, comme en mars dernier, la peine de dix mois de prison ferme infligée à un marchand de sommeil par le tribunal de Marseille.

  • Du nouveau chez Vano ?

    Rappelez-vous notre opération Cartes postales envoyées à Daniel Vaillant en mars de cette année. (voir article du 30 mars). A la suite de cette initiative, la mairie du 18e nous avait promis d'entrer en contact avec les propriétaires des différentes parcelles qui constituent l'ensemble de bâtiments dévorés par les flammes en juin 2011, plus connus dans le quartier sous le nom de Vano. L'enseigne a abandonné son activité. Du moins on peut le penser, sinon elle se serait mobilisée pour accélérer la procédure d'indemnisation à la suite du sinistre et la reconstruction de ses magasins.

    Lors d'une réunion le 23 mars avec Didier Vallet, directeur de cabinet de Daniel Vaillant, et Afaf Gabelotaud, chargée dans le 18e du commerce, de l'artisanat et du développement économique, nous avions fait le tour des possibilités de renaissance de cet angle de rues, angle de boulevards pour être précis, une renaissance que tout le monde attend avec le secret espoir qu'elle favorisera l'attractivité du Louxor et un certain apaisement des abords de la station de métro.

    En cette rentrée, il est donc légitime que nous allions aux nouvelles....

    Les nouvelles nous sont parvenues par retour de mails du directeur de cabinet de Daniel Vaillant et elles sont plutôt bonnes. Jugez-en par vous-mêmes :

    Le propriétaire de la parcelle de pointe, la rotonde où était l'ancien café de la Belle Epoque (le café Rousseau s'est appelé le Café Charles, comme nous l'apprend l'excellent site des Amis du Louxor) tient ses engagements vis-à-vis de la mairie : il vient d'obtenir son permis de construire et a sélectionné un candidat pour une brasserie « traditionnelle et de qualité », selon ses propos. Les travaux doivent débuter d'ici à la fin de l'année et devraient durer 18 mois. Par ailleurs, il s'est aussi engagé en attendant le début des travaux à un entretien régulier des palissades.

    1charles-copy-605x379.jpg

    Les contacts avec le propriétaire belge des autres parcelles, entourant la pointe (revoir le plan cadastral dans notre article du 30 mars) sont plus complexes. La mairie lui laisse des messages qui restent sans écho. Ce dernier ne rappelle pas. Pourtant une solution encourageante et fiable a été trouvée par la mairie et communiquée à cet interlocuteur plus que discret. EDF, dont l'agence située boulevard Barbès se révèle trop petite et ne répond pas aux normes PMR (personnes à mobilité réduite), serait intéressée à une implantation au carrefour Barbès. Possibilité de faire du neuf tout en restant à proximité de ses abonnés. Qui trouverait un meilleur locataire ? Malgré cela, pas de réponse...

    Que faut-il en penser ? Comment un propriétaire peut-il laisser un immeuble dans un tel état d'abandon ? Financièrement parlant, quel est le but ? On aimerait comprendre. Et surtout on aimerait trouver le levier qui l'incite à répondre favorablement à la solution que lui propose la mairie.

     

  • Vano en flammes

    Nous ne pourrons vous dire avec précision à quelle heure l'incendie a débuté. Pour cela il faudra lire la presse, dont nous avons vu plusieurs représentants sur place, entre autres un journaliste du Parisien. Pour Le Parisien, Barbès est une source intarrissable de nouvelles plus ou moins sensationnelles... Aujourd'hui il s'agit d'un incendie, assez spectaculaire, car il est situé au carrefour des boulevards Barbès et de la Chapelle, particulièrement en vue. C'est l'immeuble où se trouvent les magasins Vanoprix, devenus Vano avec le temps. paris, Barbès, VAno, incendies,

    L'incendie aurait commencé assez tôt dans la matinée. Les premiers camions de pompiers étaient déjà sur place vers 9 heures, d'après les propos entendus sur place.

    paris, Barbès, VAno, incendies,Le commissaire Cluzeaux, commissaire divisionnaire du 18e,  était sur le terrain, au milieu de nombreux camions de pompiers, et d'un service d'ordre fourni qui s'efforçait de limiter la présence des badauds côté boulevard de Rochehouart et, plus stressant, de canaliser la circulation automobile vers La Chapelle pour le flux montant le Magenta, et vers République pour le flux arrivant des boulevards de Clichy et Rochechouart. Nous n'osons imaginer à quoi ressemblaient le boulevard Barbès et plus en amont paris, Barbès, VAno, incendies,le boulevard Ornano...

     

     

    Nous sommes restés longtemps à regarder les volutes de fumées envahir un ciel déjà bas ce matin, fumées plus ou moins blanches, selon que les matières en feu reçoivent ou non le jet des fusils à eau. La vapeur d'eau éclaircit en effet le nuage de fumée.

     

     

     

    paris, Barbès, VAno, incendies,paris, Barbès, VAno, incendies,

    Les pompiers, luttant contre les flammes depuis plusieurs heures, venaient par roulement se reposer, boire de l'eau, et éventuellement respirer un air plus riche en oxygène dans un camion équipé pour cela, stationné devant le magasin Tati d'angle. Tous les commerces du carrefour et des environs avaient baissé leurs rideaux.

    Nous savons depuis le dernier comité de pilotage Barbès en mars 2011, que Vano allait fermer son négoce et que le lieu n'accueillerait plus un commerce de textiles mais une enseigne de restauration rapide déjà bien connue dans le quartier, KFC, qui exploite un établissement au métro Chateau rouge, tout proche. Il est probable qu'une enquête sera diligentée pour déterminer les origines de l'incendie. 

    paris, Barbès, VAno, incendies,

    Photos : Jeanne Caussé

    D'autres vues prises sur place par les témoins et envoyées sur les sites en ligne :clic

  • Un incendie à l'Elysée-Montmartre

    paris, 18e, elysée-montmartre, incendie, pompiers, Nous avons appris l'annulation d'un concert hier soir au Trianon suite à l'incendie qui s'est déclaré le matin même au deuxiéme étage de l'Elysée-Montmartre.

    Le théâtre était vide et les dégâts ne sont que matériels, fort heureusement. Comme l'état de la salle demandait des rénovations urgentes, on peut penser que le désastre n'est pas si grand, mais qu'il va falloir hâter les travaux. Le journaliste de Libé  a beau dire dans son article que la façade semble intacte, nous qui passons souvent sur le boulevard de Rochechouart, le nez en l'air, nous voyions depuis quelques années des filets anti-chute de pierres, agrémentés (si l'on peut dire...) de lierres artificiels et de quelques verdures devenues grises avec le temps, la poussière et la pollution. Ce n'est pas l'incendie la cause d'une certaine décrépitude, mais le temps, bien sûr.

    Nous avons regardé, inquiets, les volutes sombres qui montaient de la toiture de l'Elysée-Montmartre, chargées de particules salissantes pour les jolies façades toutes propres du Trianon... Nous ne pensions pas qu'il faudrait aller jusqu'à l'annulation d'un concert. Sans doute par précaution.

    L'Elysée-Monmartre nous est cher au même titre que la Cigalle et le Trianon, et nous souhaitons qu'il soit la troisième salle à redonner une "belle allure" au boulevard de Rochechouart. Les réaménagements de l'espace central entre les contre allées, les espaces verts, plates bandes et bosquets, ont largement contribué ces dernières années à la renaissance d'un lieu de promenade, que fréquentent à parts égales touristes et riverains. Dommage que les noctambules le laissent si sale le matin, en se rapprochant de Pigalle.... Mais la Propreté de Paris veille et se lève tôt.

    PS : Voyez-vous également les bourgeons dans les arbres du square d'Anvers ? C'est le printemps.

  • Incendie boulevard de La Chapelle

     

    Boulevard de La Chapelle un jour de marché vers 13h30


     

    Comme le rapporte l'article du Parisien du 11 mars, un feu a pris sur le toit d'un immeuble de cinq étages au 92, boulevard de La Chapelle, vers 13h30, un incendie accidentel, sur un chantier de toit, alors que les ouvriers terminaient leur pause-déjeuner. Des dégâts sur le toit seulement, et une évacuation des habitants dans les étages et dans la crèche au rez de chaussée. Plus de peur que de mal. Ce sont les faits.

    A Action Barbès, nous nous projetons un peu au-delà des faits eux-mêmes. Il était 13h00, un mercredi ordinaire, avec ses embouteillages ordinaires de jour de marché, les difficultés ordinaires que rencontrent toutes les ambulances qui se dirigent vers les services des urgences de Lariboisière, que rencontrent aussi les véhicules du Samu et ce jour là les camions des pompiers, les camions des marchands stationnés un peu partout sur les trottoirs et aux angles des rues, sur les bateaux, là où les marchandises sont plus près des étals, bien sûr et on peut le comprendre… Mais la sécurité aux abords d’un hôpital dans tout cela ?

    incendie -.JPG

    Voilà des années que l'association demande aux élus et aux responsables de réfléchir à des améliorations indispensables en terme de circulation dans ce secteur. Certes, nous avons obtenu en 2008 la mise en service du sens unique nord sud sous la viaduc, au niveau de la rue Guy Patin. Une avancée significative, qui a permis depuis lors de supprimer le blocage sous le viaduc et l'embouteillage entre la rue Guy Patin et le carrefour Barbès, côté 10e. Les klaxons ont cessé de ce côté, il est vrai. Ce n'est pas suffisant pour fluidifier l'accès vers les urgences de Lariboisière.

    sortie G Patin 14h.JPG

    La situation reste très tendue. Le boulevard de La Chapelle côté 18e est saturé une bonne partie de la journée. C'est pourquoi nous avons, avec d'autres associations et membres de conseils de quartier, écrit au Maire de Paris, récemment, pour qu'une commission extra municipale des déplacements soit mise en place. Elle permettrait de réfléchir aux entrées nord de Paris et plus particulièrement par la porte de La Chapelle et à leur impact sur la circulation dans les zones périphériques nord  de la capitale.






    P1020098 camion de pompiers.JPG



    Pour participer à la commission circulation et voirie d'Action Barbès, prenez contact directement --> actionbarbes9@club-internet.fr - et pour vous informer des échanges qui ont eu lieu lors de la réunion de lancement de ses travaux, lisez notre compte rendu.