Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alcool

  • Loin de la Goutte d'Or l'absinthe regnait encore

    Après les articles que nous avons publiés la semaine dernière sur la Goutte d'Or de Gervaise et les méfaits de l'alcool sur la classe ouvrière, relatés par les Frères Bonneff, nous avons trouvé une archive de la télévision suisse romande sur la fabrication, ou plutôt sur la fin de la fabrication de cette boisson anisée. 

    L'archive date du 27 novembre 1960. Le documentaire est réalisé par Claude Goretta et le journaliste est Jean-Pierre Goretta. Il est tourné dans le Val-de-Travers où poussent la grande absinthe et la petite absinthe - où étaient cultivées, comme le précise une des personnes interveiwées - des plantent qui entrent dans la composition du breuvage interdit. Sortez vos alambics ! 

  • Le Monop du haut Magenta revoit ses horaires

    Depuis quelques jours, nous étions étonnés de voir les grilles fermées du Monop installé en haut du boulevard de Magenta. Fermées quand nous rentrons un peu tard....

    Notre curiosité nous a poussés jusqu'à demander au personnel, puis de fil en aiguille au gérant de cette enseigne, ce qu'il en est.. En effet, il a été décidé d'avancer de deux heures la fermeture du magasin. Depuis le 3 septembre, c'est désormais à 22 heures, au lieu de minuit.

    Le gérant regrette que cette mesure lui fasse perdre un peu de son chiffre d'affaires, mais il nous a semblé, à l'entendre, que cette fermeture à 22 heures satisfait par ailleurs les inquiétudes de son personnel, souvent importuné par des buveurs nocturnes. Il l'avoue tout de go, à ces heures tardives l'essentiel des ventes concerne l'alcool. On peut aussi imaginer que l'état d'ébriété avancée de certains acheteurs induise des comportements désagréables, voire violents, qu'il n'est pas aisé de maîtriser.

    Le gérant pense que cette mesure ne pourra que contribuer à plus de calme dans le quartier, autour du magasin. Pas faux : nous avions eu quelques échos d'une situation moins sécurisante pour les clients. Les habitants des immeubles situés au-dessus s'en féliciteront également.

  • Le Conseil local de santé mentale du 10e se réunit

    Le conseil de santé mentale du 10e arrondissement propose, dans le cadre de la  22e semaine images?q=tbn:ANd9GcTtM4Z4-wNQoxTD6GoiwwCZPwb0yRGnP-Y0HqBMHF0KcQQ6h1SUd'information sur la santé mentale, une table ronde sur « Jeunes, alcool et cannabis » à la mairie du 10e le 16 mars de 18 à 20h. Un sujet d'actualité puisqu'on constate depuis quelques années l'évolution de la consommation d'alcool et de cannabis (quantités, fréquences et façon de consommer).

    Action Barbès avait participé en juin 2009 à la réunion préparatoire de mise en place du Conseil local de santé mentale (CLSM), organisée par Olga Trostiansky, adjointe au Maire de Paris, chargée  notamment de la solidarité et de la lutte contre l'exclusion ainsi que de la santé dans le 10e.

    Rappelons que le CLSM a pour mission de rassembler élus, professionnels de santé, acteurs du domaine social, police, bailleurs sociaux, éducation nationale, représentants des usagers afin de prendre en charge l'accompagnement des personnes malades psychiques dans un partenariat transversal, réunissant ainsi l'ensemble des acteurs de la santé mentale.

    Ce conseil existe également dans d'autres arrondissements, comme le XXe où il s'intégre dans le réseau Paris Nord-Est Ados.

    Table ronde "Jeunes, Alcool et cannabis"

    Date ----------- Le 16/03/2011 de 18:00 à 20:00

    Intervenant ----- Conseil Local de Santé Mentale du 10e

    Lieu ------------ Mairie du 10e, 72 rue du Faubourg Saint Martin

  • Gare à l'alcool au volant, à Paris aussi

     

    Le bilan de l’accidentologie à Paris montre que le nombre des blessés n’est pas vraiment en baisse, malgré la forte augmentation du nombre des usagers de la petite reine au détriment des usagers de la voiture. Comme les piétons, les cyclistes sont plus souvent victimes que les conducteurs de 4 X 4. On le comprend aisément. Ils sont plus fragiles, non protégés par un habitacle.

    Au-delà du nombre de victimes chez les uns et des autres, en baisse ou en hausse, on oublie de prendre en considération la consommation d’alcool ou de produits stupéfiants ou psychotropes, qui, ici comme en zones périurbaines ou rurales, nuit gravement à la conduite. On pourrait penser que la circulation en ville limite la vitesse davantage qu’à la campagne, notamment à la sortie des discothèques. Celle-ci serait donc moins souvent en cause lors des accidents. C’est oublier les effets néfastes de la consommation d’alcool, souvent associée à la vitesse, parmi ceux-ci l’euphorie et la sous-estimation des dangers, la baisse des réflexes et la mauvaise appréciation des distances.

    Cliché alcool jpeg.jpg
    Les doses ci-dessus sont des doses pratiquées au café et ont des effets équivalents. Attention, les doses maison sont souvent plus généreuses. Le taux d’alcoolémie autorisé doit être inférieur à 0,5 g/l de sang, soit 0,25 mg/l d’air expiré. On l’estime à 2 verres d’alcool servis dans un café.

    Cette conduite sous l’emprise de l’alcool est sanctionnée de plusieurs manières : par des amendes qui vont de 135 à 100 000 euros, selon la gravité des dommages subis par autrui, par des retraits de points ou de permis, des annulations ou des suspensions de permis plus ou moins longues, l’immobilisation ou la confiscation du véhicule, des peines de prison pouvant aller jusqu’à 5 ans. Et, ce qu’on oublie de mentionner souvent, la rupture du contrat d’assurance. C’est à dire que les victimes du conducteur en état d’ébriété ou sous l’emprise de stupéfiants seront certes indemnisées, mais l’assureur, après rupture du contrat d’assurance, se retournera contre son ex-client pour lui demander le remboursement des sommes engagées. A méditer.