Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ZSP Barbès-Chateau-Rouge : quel bilan?

La Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) Barbès-Château-Rouge, première du genre, a été mise en place en septembre 2012. Depuis, plusieurs réunions de bilan se sont tenues à la mairie du 18e. Action Barbès a également été invitée deux fois à assister aux réunions bi-mensuelles au commissariat de l'arrondissement (dernière en date celle de janvier 2014)

Le 10 février dernier, il s'agissait notamment de présenter l'analyse d'un questionnaire envoyé à un échantillon de 1 200 habitants et professionnels du quartier avec le même panel que pour le questionnaire 2013.

Nous étions plusieurs dans l'association à y avoir répondu cette année-là. Or, nous avons constaté que le questionnaire distribué en septembre 2014 ne nous est pas parvenu. Un peu ennuyeux si c'est le cas pour d'autres habitants. Un retour bien faible et peu satisfaisant : 163 personnes (14%) ont répondu ! Difficile d'établir raisonnablement un quelconque bilan sur l'évolution du cadre de vie et la perception de l'insécurité. Pascal Julien, élu EELV, l'a également déploré et a insisté sur la nécessité de modifier la forme de cette consultation. Volontairement, nous ne nous attarderons donc pas sur des données peu significatives. Précisons juste que ce sont principalement des femmes, entre 30 et 60 ans, vivant en couple avec des enfants, qui ont répondu, que davantage de personnes travaillant dans le secteur de la ZSP ont participé et que la préoccupation première est bien celle de la réappropriation de l'espace public.

Les interventions des différentes personnalités invitées étaient plus intéressantes.

ZSP, mairie 18, sécurité, prévention

Premier à s'exprimer, François Molins, procureur de la République.

"Avec la ZSP, le traitement judiciaire est différent de celui d'autres arrondissements, à savoir: plus de rapidité et plus de fermeté. On est à 44% de déférés contre 18% ailleurs".

procureur de paris, ZSP, mairie 18

Non moins important, le volet préventif pour lequel il a donné quelques exemples : une cellule de prévention de la récidive (en cours de mise en place), une convention avec des élèves exclus définitivement de leur établissement et des stages de responsabilité parentale.

  

ZSP, Colombe Brossel, mairie 18, prévention, sécuritéPrésente également, l'adjointe à la maire de Paris chargée de la prévention, de la sécurité et de la politique de la Ville, Colombe Brossel, que nous avions rencontrée quelques jours auparavant pour une marche dans le secteur Barbès avec quelques uns de nos adhérents. Là encore, elle n'a pas caché les difficultés rencontrées, le côté  "usant " de l'exercice, se référant même au "tonneau des danaïdes"! Pas de langue de bois donc. Les services de la Ville, Propreté, Prévention et Protection (DPP), Espaces Verts (DEVE) accompagnent le dispositif sans oublier les services sociaux. Le nouveau contrat de prévention et de sécurité est en cours de finalisation et devrait être connu le mois prochain.

Le commissaire du 18e, Nelson Bouard, s'est ensuite longuement exprimé sur son bilan des deux dernières années. Avec beaucoup de chiffres. Tout d'abord, le nombre de policiers blessés en nette augmentation passant de 39 en 2013 à 57 en 2014, signe pour Nelson Bouard de l'engagement de ses hommes. En effet, les interpellations, toutes infractions confondues sont passées pour la même période de 6 800 à 10 275 précisément !

La lutte contre les trafics de drogue s'est intensifiée envers les dealers mais le commissaire a tenu à  ajouter que les solutions sont d'abord sanitaires et sociales pour les toxicomanes. Il a évoqué les reports sur le 10e et le 9e (rue du Delta) qui avaient été anticipés et qui sont désormais peu visibles. 

Bonne nouvelle (il en faut) du côté du square Léon où le climat est maintenant apaisé après une période plus problématique notamment en matière de violences et injures. De même, les vols avec violence, après leur forte augmentation en 2011-2012, ont nettement diminué.

Pour la placette Charbonnière et alentours (Caplat, Islettes et boulevard de la Chapelle) qui préoccupe nos adhérents habitant le secteur, la reconquête de l'espace public est fragile! Pourtant, le nombre d'interpellations a doublé en un an. La foule y est très hétéroclite, badauds mais aussi sauvette, revendeurs et receleurs. Nelson Bouard fait d'ailleurs le lien entre cette augmentation et le nombre de policiers blessés. "Une caméra devrait être installée d'ici quelques semaines, la plus rentable du 18e ! " a-t-il conclu.
Il attend comme nous avec impatience l'ouverture de la brasserie Barbès.

Egalement évoqués comme à chaque réunion : le Marché Dejean pour lequel la situation semble évoluer positivement (un décret a interdit le stationnement des camionnettes et ainsi réduit les possibilités de stockage des marchandises revendues dans la rue), les trafics de cigarettes de contrebande qui ont évincé celles de contrefaçon (point de satisfaction, des enquêtes ont permis de trouver dans le quartier des "nourrices" où les revendeurs cachent leurs réserves), les nombreuses fermetures de commerces de bouche et débit de boissons, la lutte contre le proxénétisme, la régulation du marché de la Chapelle (qui à nos yeux n'est pas encore au summum...) par les actions de la DPP...

Entendu dans la salle

Les habitants présents ont tous salué le travail effectué par les services de police. C'est déjà ça! En revanche, mixité sociale et politique du logement à revoir, manque de diversité des commerces : l'exaspération de certains riverains n'a pas manqué de s'exprimer.

Sur le dernier point, Daniel Vaillant, agacé par certaines remarques, a rappelé les règles de la liberté du commerce. "Oui, parfois, c'est l'anarchie et on a des problèmes avec certains commerçants; le projet de marché des 5 continents prend forme et il faudra les inciter à s'y installer. Mais il ne faut pas croire que ça réglera tout". C. Brossel a précisé que la ville travaillait actuellement avec la Caisse des Dépôts et Consignations pour le rachat de bas d'immeuble dans le privé. Une piste...

Parmi les questions posées par Action Barbès, celle de la requalification des arcades de la rue de la Goutte d'or.

Les élus ont reconnu l'erreur de conception de l'architecte de l'époque, et le manque d'éclairage satisfaisant. Le projet est en cours puisqu'on attend la sélection de l'atelier d'urbanisme qui aura la lourde tâche de trouver un aménagement satisfaisant.

On ne peut donc pas dire qu'il ne se passe rien de Barbès à Château-Rouge comme on l'entend parfois. Il est important aussi de relayer les aspects positifs de notre quartier, ce que nous nous efforçons de faire dans notre blog. Pour autant, notre ténacité et notre vigilance ne faiblissent pas. Qu'on se le dise! 

oOo

A propos de cette ZSP, on peut aussi lire le reportage publié par le quotidien Libération : A Château-Rouge, l'idée que rien ne bouge

 

Commentaires

  • Ô que votre article suscite en moi à la fois espoir et exaspération...

    Habitante du quartier depuis presque trois ans, je ne peux pas dire qu'à mon humble échelle, les choses ont évolué. Oui, il y a très probablement un travail de fond qui est effectué, mais pour le moment, ça n'a pas vraiment d'impact sur le quotidien des habitants du quartier :
    - Je suis toujours régulièrement accostée quand je remonte à pied le boulevard Barbès entre le métro Barbès et Chateau rouge (parfois pour me vendre des cigarettes, mais souvent pour d'autres "propositions" moins respectueuses)
    - je vois toujours de nombreuses personnes installées sur les sièges de la station de métro Château Rouge fumant ce que j'imagine être des pipes à crack lorsque je rentre après 19h le soir
    - je dois toujours m'armer de courage et de patience lorsque je souhaite prendre le métro le week end, afin de slalomer entre tous les vendeurs à la sauvette et leurs acheteurs qui bloquent le trottoir du boulevard (je ne parle même pas de la rue Dejean)
    - je dois encore fermer les yeux le soir, quand du trafic de "Sub Sub" a lieu juste en bas de chez moi et que les boites vides s'entassent devant la porte
    - je dois prendre sur moi, lorsque je vois ces montagnes de déchets et de cartons qui sont abandonnées dans la rue chaque jour
    - je dois toujours faire attention, à chaque fois que la petite bande qui s'installe devant l'épicerie d'en bas (c'est plus proche pour acheter les bières) décident de s'engueuler, voire de se taper dessus. Quasiment tous les soirs
    - et quand je n'en peux plus et que je me permets de faire une remarque à ce pauvre homme qui décide, ENCORE, d'uriner devant moi et de me montrer tout son attirail, j'ai intérêt à déguerpir bien vite (et sous les insultes)..
    - Ah, et la nouvelle mode, les magasins de téléphones s'équipent d'enceintes qui crachent très fort, toute la journée, une musique censée attirer le badaud.

    J'en suis persuadée, les pouvoirs publics font ce qu'ils peuvent. Mais de là à se féliciter de la réussite de la ZSP, comme certains le font, c'est un peu exagéré... Il ne fait pas encore bon vivre à la Goutte d'Or, mais nous n'en sommes pas loin...

  • Pour les lecteurs qui souhaitent avoir plus de détails,la mairie du 18e nous informe ce jour de la parution sur son site du résultat de l'enquête sur la ZSP que nous évoquons en début d'article. Voir lien ci-dessous
    http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/jsp/site/Portal.jsp?page_id=950

  • Comme on ne parle jamais de développement économique et du lien entre pavreté et délinquance, je me permets de reposter ce commentaire déjà publié dans un autre article.

    Pourquoi, pour vraiment changer la vie des jeunes, ne pas encourager la création de start ups dans les milieux populaires comme le fait avec beaucoup de pragmatisme l'association YUMP à Aubervilliers, qui devrait être célébrée et imitée ? (L'idée vient de l'ancien ambassadeur deSuède en France terrorisée de l'abandon démagogique dans lequel on laissait évoluer nos quartiers, comme aujourd'hui le nord de Paris) Pourquoi ne pas transformer quelques mètres carrés des mairies des quartiers populaires en incubateurs de start-ups ? Cela est aussi important pour l'avenir que les crèches. Et cela changera la vie de gens très pauvres dans les quartiers mentionnés dans les quartiers ci dessus. Une start -up libère ! Non, une entreprise n'est pas nécessairement sale. Qui s'empararera vraiment de ces sujets ? Qu'en pensez vous ?

  • @Ouissa : ce que nous pensons n'a guère d'importance. Ce qui serait intéressant par contre, ce serait de nous faire passer un court article développant votre idée; ce qui la motive, les dispositions à prendre, etc. ... Nous ne garantissons pas à 100% que ce texte sera publié sur ce blog, mais on peut tenter l'expérience. Qu'en dites vous ?

  • Ce que j'en dis ? Relisez ligne par ligne ce que je viens d'écrire.

    une vraie bouffée d'air frais
    et voyez tout ce que la mairie et ce que le Nord de Paris pourrait faire pour la création d'entreprise..
    Les politiques, de passage ici, on attend vos réponses, pas sur ce que vous avez fait (qui d'entre vous est capable de coder ?) Mais sur ce que vous ALLEZ faire,
    Merci pour nos enfants ou ceux de nos amis :)
    Merci !
    PS: arretez de détruire le bras Dormoy, multipliez les incubateurs d'entreprises, oui, en vous associant au privé, et oui, vous ferez un pari sur l avenir y compris à la Goutte d'Or

Les commentaires sont fermés.