Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • C'est pourtant la moitié du monde....

    Cette chanson s'insère dans notre désir de plus de parité, de plus de reconnaissance du rôle des femmes.. Est-ce dans l'air avec ce nouveau gouvernement ? Ne serons-nous pas décues une nouvelle fois ? Restons optimistes...

    Que dire de plus ?  Rien, mais écouter Anne Sylvestre et sourire de la bonne humeur qu'elle dégage.

  • Sur les traces d'Amantine Aurore Lucile Dupin... demain matin

    Café des seniors du 9250px-Sand-Nadar.png

    La prochaine édition du Café des seniors, un évènement gratuit destiné prioritairement aux seniors du 9e, se tiendra le samedi 30 juin 2012 à 10h30 au musée de la Vie romantique (16 rue Chaptal-Paris 9e).

    Un conférencier vous proposera une présentation et une visite-conférence des collections permanentes du musée et principalement sur la vie et l’œuvre de George Sand.

     Plus d’informations auprès de la Mairie du 9e (6 rue Drouot- Paris 9e) au 01.71.37.76.77.

     L’entrée est gratuite et sur réservation au 01.71.37.75.11.

     

    P.S.: si vous voulez réviser un peu avant d'aller à la conférence, cliquez ici !

  • Il a beaucoup plu sur le square Alain Bashung....

    paris,18e,goutte-d-or,square-alain-bashung,plantation,jeux,inauguration

    Depuis la fin des plantations dans le square Alain Bashung, 16 rue de Jessaint, il a beaucoup plu. On a beau se dire que la pluie est bonne pour les plantes, les jeunes arbres, les racines de tous ces végétaux qui bientôt occuperont l'espace... bon, ça va ! Heureusement l'inauguration la semaine dernière a bénéficié d'une éclaircie. Sans doute Alain Bashung a-t-il intercédé auprès des autorités supra.... bref, il a intercédé. paris,18e,goutte-d-or,square-alain-bashung,plantation,jeux,inaugurationEt donc, il n'a pas plu, ni sur Bertrand Delanoë, qui a joué les maîtres de cérémonie parce qu'il était le premier arrivé, ni sur Eric Lejoindre, premier adjoint de Daniel Vaillant, qui, lui, est arrivé un peu en retard et que la pluie a aussi épargné.

    paris,18e,goutte-d-or,square-alain-bashung,plantation,jeux,inauguration

     

    C'est un joli square, avec une dépression centrale en partie occupée par de grosses roches bleu sombre, couleur ardoise, sans doute du balsalte. La terre tout autour est fraîchement retournée et vierge de toute plantation. Une allée de sable roux fait le tour, bordée de bancs à l'ombre naissante de quelques conifères et bouleaux. Les plates bandes au pied des murs d'enceinte sont déjà plantées et les lavandes sont en fleur.

    paris,18e,goutte-d-or,square-alain-bashung,plantation,jeux,inaugurationparis,18e,goutte-d-or,square-alain-bashung,plantation,jeux,inauguration

    On n'a pas oublié les joueurs de dames : au fond à droite les attendent deux tables.

     

    C'est à l'avant du square que se trouve l'aire de jeux pour les petits exclusivement, comme l'indique le panneau.

    paris,18e,goutte-d-or,square-alain-bashung,plantation,jeux,inauguration

  • Les cigarettes de Barbès interceptées en chemin

    Contrebande de cigarettes, près de 1 000 paquets saisis ! dixit la Préfecture de police. 

    Le 12 juin, le groupe d’intervention régional des Hauts-de-Seine (GIR 92) et le service de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP) de Gennevilliers (92) ont procédé à l’interpellation de deux hommes pour contrebande de cigarettes.

    C'est un peu loin de notre quartier, mais la suite de cette information diffusée par la Préfecture de Police nous apprend que :

    images?q=tbn:ANd9GcS2-6pZVtNK2E5OwV74Fi0Wquk1c2jPKDpB9-NnREJZqYOZz1M4KgL’enquête a permis d’établir qu’ils fournissaient des revendeurs de rue opérant dans le secteur Barbès-Goutte d’Or (18e), objectif du plan de lutte contre les stupéfiants en vigueur dans la capitale.
    Agés de 31 et 27 ans, déjà connus pour des faits similaires, ils ont été arrêtés à leur domicile - un hôtel de Gennevilliers - 967 paquets de cigarettes blondes y ont été saisis ainsi que 30g de résine de cannabis.La gérante de droit de l’établissement et le gérant de fait ont également été interpellés et font l’objet d’une procédure pour travail dissimulé. L’examen des registres et cahiers de comptes des lieux a en outre révélé une faible fréquentation et un chiffre d’affaires anormalement bas alors que 24 des 32 chambres étaient occupées.

    Sans doute n'est-ce pas encore la pénurie qui attend les revendeurs de la station de métro Barbès-Rochechouart. Contrebande, contrefaçon, ces cigarettes restent un pur poison... Si seulement il y avait moins d'acheteurs, les vendeurs se reconvertiraient peut-être ?

  • Conseil de quartier Lariboisière: les gares et notre quartier

    paris,conseil-de-quartier,lariboisière,gares-nord-estLe dernier conseil de quartier
    avant les vacances d'été aura pour thème

    " Les gares et notre quartier
    Bilan et perspectives "

    On y parlera notamment de l'amélioration
    des parvis de la Gare du Nord et de la Gare de l'Est,
    de la signalisation du cheminement piéton
    entre les deux gares,
    d'un projet de fresques le long de la gare du Nord rue de images?q=tbn:ANd9GcQ2GgyXMoWVCPGwqRKClreLbH7Yxt7THUEXS0oHYOIUw0BhBbdqMaubeuge et du projet déjà ancien de CDG Express.

    Comme traditionnellement pour l'été,
    un pot de convivialité
    sera offert par le conseil de quartier.

    L'équipe d'animation a besoin de bonnes volontés
    pour reprendre ses activités en septembre.
    C'est l'occasion de venir la rencontrer .

     

    Une communication aux lecteurs du blog d'Action Barbès

     

    " Lecteurs de ce blog, partagez les articles qui vous intéresent avec vos amis sur Facebook. Un petit logo vous attend en fin d‘article.  Une page Facebook « Les amis d’Action Barbès » est ouverte. Ne manquez pas de vous y exprimer librement et de partager en direct quelques informations sur notre carrefour préféré.

               Vous avez aussi la possibilité d’insérer des photos. "

     

  • La collecte du miel sur les toits de GrDF 4 rue Condorcet, Paris 9e

    paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologie21 juin, jour de l’été. Un temps incertain cette année malgré la date choisie pour la collecte annuelle du miel du 9e. Oui, vous avez bien entendu : le miel du 9e. En effet, il y a trois ans, plusieurs ruches ont été installées sur un toit intérieur en terrasse du siège historique de Gaz de France au 6, rue Condorcet. Aujourd’hui l’entreprise qui nous livre l’énergie est plus connue sous le nom de GrDF, soit Gaz Réseau Distribution France. Certains diront que c’est une opération de communication en faveur du gaz. Oui, aussi, mais elle est intelligente, en faveur du respect de la nature, en la matière en faveur des abeilles et de la polinisation qu’elle assure, et tournée vers les écoles.

    Nous étions invités : le premier adjoint du 9e, Laurent Chabas, et une classe de CE1 de l’école de la rue Milton. L’entreprise avait consacré une grande partie de la journée à mettre en valeur le miel et les abeilles, comme nous avons pu le constater sur le menu affiché dans le restaurant d’entreprise. Mais nous y reviendrons, puisque c’est là que nous avons goutté le divin nectar.

    paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologieLes six ruches de l’établissement sont en ligne sur une terrasse visible depuis un couloir verrière, idéal pour l’observation des enfants tout en les préservant d’éventuelles piqûres d’insectes. Grâce à un objet proche du soufflet de cheminée ancien, l’apiculteur enfume la ruche et perturbe les abeilles qui sont censées rester amicales pendant l’opération : les différents étages de la ruche peuvent alors paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologieêtre manipulés, les cadres déplacés, les hausses déposées et reposées. Les hausses ? ce sont des étages supplémentaires que l’on ajoute quand la famille s’accroît. L’essaim dans sa ruche, quand il s’y plaît, augmente en nombre d’individus et pour éviter qu’il ne se divise et s’installe ailleurs, on lui ouvre un étage supplémentaire.


    paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologieLes enfants ont pu voir de très près, juste séparés par la vitre, les abeilles sur un cadre et ses avéoles que leur montrait l’apiculteur. Non sans mal, il a même réussi à trouver celui où se trouvait la reine. Difficile car les insectes sont en mouvement permanent, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, la reine n’est pas très différente de ses « sujets », les butineuses. Le signe distinctif est son abdomen plus développé : elle pond… paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologiejusqu’à 2000 œufs par jour. Pas mal !

    Il fallait vraiment l’œil de l’expert pour la repérer dans cette masse bourdonnante.

    paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologieLa suite se déroulait dans le restaurant de GrDF. Là les apiculteurs de l’UNAF nous avaient précédés, une partie de leur collecte sous le bras. Autour d’une table basse, maitrisant au mieux les débordements des gamins curieux, ils nous ont proposé de goûter le produit brut tel qu’il sort de la ruche. C’est un amalgame de sirop clair et de morceaux d’alvéoles détaché du cadre avec une lame. Le goût est sublime, léger. Il ne reste bientôt en bouche après mastication qu’un reliquat compact et un peu collant, qui n’est autre que la cire. Si vous l’avalez, ce n’est pas dangereux, mais cela ne présente pas d’intérêt…

    paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologie

    Cette masse est alors introduite dans un cylindre qui fait office de baratte, où la force centrifuge – manuelle bien sûr, en tournant simplement une manivelle – permet de séparer le miel de la cire. Le miel se plaque sur les parois et est récupéré au bas du cylindre. Nous avons goutté cette récolte 2012 à la petite cuillère… D’après Laurent Chabas, il est encore meilleur que la précédente cuvée.

     


    L’accueil chez GrDF a été parfait, tant pour les élus, les enfants que les accompagnatrices. Et merci à ces apiculteurs bénévoles qui font connaître l’importance de l’abeille pour notre agriculture et notre environnement en général.

    paris,9e,grdf,condorcet,miel,riche,apiculteur,laurent-chabas,éducation,écologie

    Une photo de classe s’imposait….

  • Au bord de l'eau, au son des chorales : voix sur berge

    3.500 choristes appartenant à 142 chorales de tous les styles musicaux, de la musique sacrée au gospel, en passant par le jazz, le rock et les musiques du monde. Cette 17ème édition des VOIX SUR BERGES va réunir encore cette année de nombreuses chorales et groupes vocaux de la région parisienne qui chantent « a cappella » sur 18 sites naturels différents répartis sur deux rives du canal Saint Martin et dans le parc Villemin.
    Sans podium, ni sono, car comme d'habitude dans les manifestations organisées par l'association CANAL, « les seuls amplificateurs autorisés sont les oreilles »

    ev_crl_vsb_juin12.jpgLe grand rassemblement final aura lieu à 19h30, face à l'Espace Jemmapes, 116 quai de Jemmapes, où près de 1000 choristes interpréteront trois chants en commun.

    Est-il utile de préciser que ce rassemblement est entièrement gratuit et que toutes les chorales viennent participer à ce rassemblement de manière entièrement bénévole, pour le seul plaisir de la rencontre, d'abord entre elles, mais aussi avec un public chaque année plus important et attentif.
    Nous sommes bien sûr disposés à vous mettre en contact avec certaines chorales participantes et vous confier des photos réalisées les années précédentes.

    Cette opération est organisée conjointement par CANAL, association locale chargée de l'animation du site lorsqu'il est réservé aux seuls piétons, et le Centre d'Animation Espace Jemmapes (géré par l'association CRL10), avec l'appui logistique et financier de la Mairie du 10e arrondissement et de la Caisse des Dépôts.

    Télécharger le programme.

  • Le square des Droits de l'Homme à l'ombre de Saint Bernard

    La mairie du 18e nous invite le samedi 23 juin à l'inauguration du square Saint BERNARD-Saïd BOUZIRI. Il se peut que vous ignoriez qui était Saïd Bouziri, décédé en juin 2009, le 23 justement, alors que longtemps il a habité ce même quartier de la Goutte d'Or, pratiquement quarante ans...

    Nous avons emprunté dans sa quasi-totalité l'hommage à ce militant important des droits humains et des droits des étrangers, que nous avons trouvé sur le site de Génériques, dont il était président.

    a_la_une.jpg

    Né le 4 juin 1947 à Tunis et décédé à Paris le mardi 23 juin 2009, Saïd Bouziri, arrive en France en 1966 pour poursuivre des études d'économie à Lyon puis à Paris. Il s'engage au lendemain des évènements de mai 1968 dans la défense des droits des Palestiniens et des immigrés.
    Alors même que des étrangers sont exclus du droit d'association, Saïd Bouziri, étudiant-travailleur participe à la fondation des Comités Palestine puis du Mouvement des Travailleurs Arabes et du Comité de Défense de la vie et des droits des travailleurs immigrés.

    En 1972, il est visé ainsi que sa femme par une mesure d'expulsion du territoire pour atteinte à l'ordre public. Leur grève de la faim en février de cette année une des premières organisées par des immigrés depuis la guerre d'Algérie a un grand retentissement. Titulaire des mois durant d'un titre de séjour renouvelable, Saïd Bouziri se lance néanmoins dans l'organisation active des grèves de la faim pour la régularisation des années 1972-1973, puis dans l'appel, le 14 septembre 1973, à une grève générale des travailleurs immigrés de la région parisienne contre la vague raciste du midi de la France puis participe de manière active au comité de soutien au mouvement de grèves des loyers des foyers Sonacotra (voir notamment sur ces grèves le témoignage d'Assane Ba dans le colloque des 30 ans du Gisti).

    Après André Legouy, c'est un autre infatigable militant de la cause des étrangers qui disparaît. Il était notamment trésorier de la Ligue des droits de l'Homme et président de l'association Génériques.

    Combats pour les droits de l'homme souhaite s'associer aux hommages qui lui sont rendus.

    Durant la deuxième moitié des années 1970, Said Bouziri milite dans le quartier qu'il a habité jusqu'à son décès : la Goutte d'Or, en créant une association culturelle d'animation du quartier et une librairie rue Stephenson.
    Après avoir été l'un des fondateurs des journaux Sans Frontière (1979-1986) puis Baraka , il est aussi l'un des pionniers des radios libres : en juin 1981, il créée avec ses amis Radio Soleil Goutte d'Or .
    Membre du Conseil d'administration du Fonds Action Social (FAS), du Conseil national des populations immigrées et du Conseil d'administration de la Fonda, Saïd Bouziri participe en 1987 à la création de l'association Génériques dont il deviendra le deuxième président.
    Responsable de la Commission immigrés de la Ligue des Droits de l'Homme puis trésorier national (il venait d’être réélu à cette fonction le 2 juin dernier lors du dernier congrès de la LDH), Saïd Bouziri a animé jusqu'à ses derniers moments la campagne de la votation citoyenne , en faveur de l’octroi du droit de vote aux étrangers aux élections locales.

    Les insignes du Chevalier de l’ordre national du mérite lui ont été décernées le 1er décembre 1994.
    Engagé dans la vie syndicale de son entreprise jusqu'à sa retraite, Said Bouziri a gardé toute sa vie et quelles que soient ses responsabilités nationales une sensibilité particulière aux plus démunis dont les sans-papiers et à l'action de terrain. C’est ainsi qu’il a animé aux côtés notamment de l’anthropologue Emmanuel Terray le quatrième collectif des sans papiers qui a mobilisé de nombreux travailleurs irréguliers d’Asie.

    Directeur de publication de la revue Migrance, revue spécialisée dans l’histoire de l’immigration, Saïd Bouziri donnait en juin 2009 le dernier le coup d’envoi à une grande exposition accueillie aux archives municipales de Lyon et qui s’intitulait : "Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France", visible plus tard à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris.

    affiche-generations-a4-v2def.1246203835.jpg

    Biographie communiquée par Génériques

  • L'espace public se mercantilise un peu plus

    Même si le temps n'est pas très engageant et qu'il faut une dose d'énergie importante pour affronter les flots de touristes qui montent et descendent la rue de Steinkerque, nous sommes allés jusques aux pieds des jardins du Sacré Coeur pour faire des photos.

    Depuis plusieurs mois traine sur notre bureau une coupure de presse (Le Parisien du 10 avril 2012), conservée là parce qu'elle avait piqué notre curiosité. Le titre en était "Halte à la baraque à frites". Ici, à Barbès, la baraque à frites nous a laissés un souvenir brûlant. Les derniers arrivés ne savent pas : en lieu et place de la station de Vélib' située sous le viaduc, côté 9e-18e, se trouvait au début des années 2000 une grande baraque dite à frites, même si les gaufres étaient davantage sa spécialité. Elle a brûlé un samedi matin. Les flammes qui s'en échappaient léchaient et noircissaient les voûtes du viaduc devant un cordon de sécurité et des centaines de badauds fascinés par le feu. Cette roulotte ambulante n'a pas été autorisée à reprendre son emplacement par la suite ; elle est désormais stationnée en haut de la trémie du métro, au carrefour des rues de Clignancourt et de Rochechouart avec le boulevard. Là où se trouvait plus tôt un kiosque à journaux. Qui lui a changé de trottoir, pour s'établir près de la fontaine Wallace.... On n'est pas loin du jeu des chaises musicales.

    Revenons à l'article : " Halte à la baraque à frites. » C’est le mot d’ordre de la mairie de pour les nouveaux commerces de rue qui s’implantent aujourd’hui dans la capitale. Onze kiosques ont d’ores et déjà vu le jour sur les seize emplacements prévus aux abords de lieux prestigieux, comme Montmartre (XVIIIe), la tour Eiffel (VIIe) ou le rond-point des Champs- Elysées (VIIIe). "

    Nous sommes allés voir place Suzanne Valadon, au pied du funiculaire, où les touristes attendent tranquillement de monter dans la voiture.

    Voici la place qui accueille la gare basse du funicuaire avant l'installation des boutiques miniatures.


    Agrandir le plan

     Maintenant deux boutiques de rue trônent au milieu de l'espace, en vis-à-vis des sanisettes, formant une haie d'honneur aux touristes et promeneurs amateurs de Montmartre.

    paris,sacré-coeur,funiculaire,palce-suzanne-valadon,boutiques-de-rue

    paris,sacré-coeur,funiculaire,palce-suzanne-valadon,boutiques-de-rue
     

    De face : le kiosque du même style que les kiosques à journaux de la Ville de Paris propose des chapeaux, c'est Mademoiselle Charivari.

    L'autre, plus petit mais plus original, propriété de deux vaillantes entrepreneuses, vend des jogurts sous différentes formes. Actuellement le panneau annonce "Frozen jogurt", on dira qu'ils sont glacés peut-être.

     

     

     

     La station basse du funiculaire. Nous la trouvons bien jolie avec ses deux ailes en verre au-dessus des guichets.

     

     

     

     

    paris,sacré-coeur,funiculaire,palce-suzanne-valadon,boutiques-de-rueLes mêmes de dos.

    A y regarder de plus près, les personnes qui attendent au fond de l'image, sont devant les deux sanisettes...

  • 10e : un travail d'équipes

    Une première depuis 2008.

    paris,10e,conseil-de-quartier,démocratie-locale,coordinationGrâce à l'initiative de quelques membres, les équipes d'animation des conseils de quartier du 10e se sont rencontrées tout un samedi matin au très beau centre d'hébergement Louvel-Tessier.  C'est dire s'il fallait être motivé!
    Cinq conseils de quartier représentés sur six, et une moyenne d'âge de plus de 50 ans... Tout un symbole sur l'engagement du citoyen mais peut-être aussi en cause l'indisponibilité des jeunes parents. On peut toutefois penser qu'il existe des citoyens entre ces deux âges, ou non... ?
    Les membres des équipes n'ont que rarement l'occasion de se rencontrer. Parfois, lors d'une réunion en mairie (du temps de Vélib', Autolib', un aménagement de voirie commun à deux conseils de quartier). Ce qui était plus courant lors de la première mandature de Bertrand Delanoë. De là à en déduire qu'à l'époque les concertations étaient plus nombreuses et plus intensives ?
    La nécessité d'échanger des expériences ou des difficultés a souvent été évoquée ces dernières années. Il fallait des volontaires pour lancer la machine. C'est chose faite.

    Chaque quartier a ses spécificités, mais on y fait partout un constat identique. Un gros travail de réflexion est  fourni par des animateurs de conseil de quartier, l'étude et ses résultats sont transmis, puis parfois aucune suite n'est donnée. Il y a certes les problèmes budgétaires évoqués mais aussi une absence d'information et de suivi (voir l'exemple du CQ Saint-Denis). Autre souci rencontré : le renouvellement des équipes. On constate souvent "un consumérisme  ambiant " chez les habitants qui viennent aux conseils de quartier. Chacun rapporte son problème, réclame des solutions. Chacun son pas de porte et pas plus... c'est un peu cela qui ressort des réfexions des animateurs, déçus par le manque de retour sur investissement... personnel.

    Des commissions de travail se sont donc constituées pour poursuivre la réflexion. Une sur le thème des plénières afin de réfléchir à la communication et à comment faire venir les habitants en plus grand nombre, une autre sur le statut des conseils de quartier, le rôle de la mairie, le suivi des propositions, la concertation et enfin une troisième sur l'organisation de café-débat.

    La prochaine réunion est prévue en octobre. Les équipes d'animation espèrent se réunir deux fois l'an. Un pari qui ne sera réussi que si elles obtiennent des avancées significatives. Sinon elles aussi se lasseront...